Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159LIVRES LUSÉric Fournier, Arnaud-Dominique H...

LIVRES LUS

Éric Fournier, Arnaud-Dominique Houte (éd.), À bas l’armée ! L’antimilitarisme en France du XIXe siècle à nos jours

Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Histoire contemporaine », 320 p., 25 €.
Léo Laglenne
Référence(s) :

Éric Fournier, Arnaud-Dominique Houte (éd.), À bas l’armée ! L’antimilitarisme en France du XIXe siècle à nos jours, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Histoire contemporaine », 320 p., 25 €.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, dirigé par Éric Fournier et Arnaud-Dominique Houte, paraît à la suite du colloque L’Antimilitarisme en France. Sensibilités, idéologies, pratiques, XIXe-XXe siècles, tenu à Paris en juin 2019. Il rassemble une trentaine de contributions, des notices thématiques de moins de dix pages qui parcourent l’histoire de l’antimilitarisme.

2Les auteurs s’appuient sur des corpus de sources riches et variés : des archives institutionnelles aux bandes dessinées en passant par les journaux et des chansons. Ils portent une attention particulière aux parcours individuels comme ceux de « l’intraitable propagandiste » antimilitariste Hervé ou de Cabu. Différentes crises qui ont marqué la société française, comme l’affaire Dreyfus, sont également revisitées sous le prisme de la question antimilitariste. Enfin, les institutions et les dispositifs étatiques qui fondent le militarisme français sont également étudiés.

3L’antimilitarisme est défini comme « une hostilité systématique envers l’institution militaire, qui ne se réduit pas à ses formes les plus radicales et les plus marginales, mais qui infuse dans toute la société, tant par les discours militants que par les émotions ordinaires ». C’est donc dans l’optique d’étudier ce vaste phénomène, qui « se pratique plus qu’il ne se théorise », que les auteurs renouvellent son historiographie tout en contribuant à celles de l’armée et du pacifisme. Ce changement de perspective leur permet d’aboutir à une compréhension du phénomène renouvelée, liée à l’affrontement de deux « modernités », la première fondée sur le « modèle civique de la milice citoyenne » et la seconde sur « le modèle hiérarchisé de l’armée de métier », dans une autre perspective que les recherches de Raoul Girardet sur les antimilitarismes anarchiste et « littéraire et bourgeois ».

4L’ouvrage se décline en six parties chronologiques.

5Les deux premières parties s’intéressent aux premiers temps de l’antimilitarisme français. S’il est difficile d’imaginer l’existence d’un « antimilitarisme » dans la première moitié du 19e siècle, lorsque l’armée portait encore les espoirs de la Révolution, les comportements qui s’en rapprochent relèvent de motifs personnels et non organisés contre l’institution militaire : sentiment de non-appartenance à l’État-nation ou dégoût du service militaire. En revanche, selon Vincent Robert, la Deuxième République (1848-1852) voit la naissance d’un « véritable courant antimilitariste d’extrême gauche », que porte notamment Le Soldat loup-garou, écrit en 1848 par Ernest Lebloys. Dans cette première partie, les auteurs mettent en lumière les germes de l’antimilitarisme dans une société empreinte d’un patriotisme républicain, donc peu critique à l’égard de l’institution militaire.

6Après le Second Empire, la Commune amorce l’âge d’or de l’antimilitarisme révolutionnaire (1871-1914). Il se manifeste alors par divers comportements qu’Éric Fournier désigne comme « défensifs » (qui visent à « ne pas tirer sur ses semblables », à tirer en l’air, comme le prescrit Gustave Hervé), « offensifs » et « pacifistes » (qui visent à l’insoumission, à la révolution, à la fraternisation avec les peuples étrangers) et alimente l’idéal du « soldat conscient ». Ce nouveau mot d’ordre fédère et structure les divers camps de gauche à l’échelle nationale, comme en témoigne la manifestation du 25 mai 1913 organisée au Pré-Saint-Gervais par la SFIO contre la « loi des trois ans », et à l’échelle internationale à travers l’AIA (Association internationale antimilitariste) qui défend les trois types d’action antimilitariste. Cette période voit également se former un antimilitarisme graphique, qui tourne en dérision le virilisme guerrier tout en dénonçant les crimes coloniaux, des décennies avant Cabu. En marge des critiques militantes, les écrits de Mathieu Marly sur la figure du « sous-officier » et de Julie D’Andurain sur l’affaire d’Argoungou montrent que « le terreau premier de l’antimilitarisme se trouve dans l’armée elle-même ».

7La troisième partie porte sur la période des deux guerres mondiales et de l’entre-deux-guerres (1914-1944). Si la Première Guerre mondiale voit se perpétuer, à moindre mesure, la lutte antimilitariste par de fervents militants politiques (autour du journal anarchiste Ce qu’il faut dire), elle connaît une popularisation croissante du « rejet de la guerre » porté à son paroxysme lors des mutineries de 1917 et de la révolte de la mer Noire en 1919. Ce phénomène se perpétue et évolue dans la société de l’entre-deux-guerres, en premier lieu dans la sphère politique, au sein de la SFIO, de la CGT et de l’ARAC (Association républicaine des anciens combattants). L’antimilitarisme traditionnel des communistes, qui s’épanouit dans la lutte anticolonialiste, se heurte toutefois au contexte des années 1920-1930 et à la montée en puissance des fascismes en Europe. Le caractère paramilitaire des GDA (Groupes de défenses antifascistes), fondés par des membres de l’ARAC, met en exergue l’ambiguïté du discours antimilitariste. Le combat politique contre le militarisme se porte également dans le secteur de l’éducation par les militants de l’École émancipée pour « l’éducation nouvelle », ou encore dans celui du sport à travers la création d’organismes sportifs libérés du contrôle des armées et l’émergence d’un « sport ouvrier proprement antimilitariste ». Sur un autre plan, la notice de Céline Piot apporte de nouvelles perspectives de réflexion sur le caractère antimilitariste ou pacifiste de nombreux monuments aux morts de la Première Guerre mondiale, dans la continuité des travaux d’Annette Becker et de Danielle et Pierre Roy. Enfin, concernant la Seconde Guerre mondiale, Jean Vigreux questionne l’antimilitarisme des maquisards porté, en 1944, contre les « naphtalinards », « [ces] officiers qui n’ont pas su combattre en 1940 et qui ont été sensibles au discours de la révolution nationale ».

8Les chapitres quatre et cinq portent sur la période des guerres de décolonisation jusqu’à la suspension du service militaire (1945-1997). Au début des années 1950, l’affaire Henri Martin sensibilise l’opinion publique à la guerre d’Indochine et donne de la visibilité au mouvement de contestation des réfractaires contre l’impérialisme français au nom des valeurs de la Résistance. Plus tard, le 7 mai 1954, Boris Vian chante pour la première fois Le Déserteur au théâtre de l’Œuvre, à Paris, tandis que le Viêt Minh remporte la bataille de Dien Bien Phu et, avec elle, la guerre. Les notices parcourent également la guerre d’Algérie. Ce conflit, marqué par une pratique systématique de la torture, mène des militaires, soldats ou « officiers perdus » à la démission et parfois à la non-violence d’inspiration chrétienne, dont Pâris de la Bollardière est un exemple. Les cas d’insoumission sont plus importants à la fin de la guerre et sont le signe d’une « déliquescence de la discipline dans l’armée française », selon Marius Loris. Celle-ci s’accompagne de la lutte pour la reconnaissance légale de l’objection de conscience portée, entre autres, par l’anarchiste Louis Lecoin.

9Le cinquième chapitre se consacre à l’étude du véritable fossé qui se creuse, à partir de 1968, entre l’institution militaire conservatrice et le profond changement de mentalité qui conteste la légitimité de l’ordre établi et de la hiérarchie. L’antimilitarisme redevient alors une lutte éminemment politique. Elle s’exprime au sein de l’armée par les comités de soldats, malgré la répression et sur des lieux d’action comme au Larzac. Pour cette génération, la culture militaire relève davantage de « l’infamie » que d’un archaïque idéal viril. Les deux dernières notices analysent la place de l’antimilitarisme dans la BD. Si la figure militaire revêt globalement une figure positive dans la BD pour enfants d’avant 1968, Arnaud Dominique Houte note que la dénonciation progressive des chefs de guerre « trahit une sensibilité antimilitariste ». La BD adulte, quant à elle, condamne avec plus de fermeté la guerre que l’armée, notamment à travers le personnage de Franquin, Gaston Lagaffe.

10L’ultime chapitre propose une ouverture sur l’histoire de l’antimilitarisme en Allemagne, au Brésil, en Chine, aux États-Unis et en Russie. Malgré les difficultés que pose parfois la transposition du concept à des réalités culturelles, historiques et institutionnelles différentes, ces notices reviennent sur l’héritage des « troupes noires » et des spartakistes allemands, sur l’histoire de la célèbre féministe chinoise He-Yin-Zhen ou encore sur l’importance des mouvements des « mères de soldats » russes dans les années 1990. Ce rapide tour d’horizon appelle à combler certains vides historiographiques.

  • 1 Christophe Prochasson, 1914-1918 : retours d’expériences, Paris, Tallandier, 2008, 430 p.

11Vingt-deux ans après la fin du service militaire en France, à l’heure où l’exécutif veut déployer le SNU dans les lycées, ce livre offre une importante réflexion sur le consentement des populations à placer l’univers militaire au cœur de la vie citoyenne. La difficulté que pose l’historien Christophe Prochasson à distinguer le degré de consentement du degré de soumission, du fait de la « résignation » relativement généralisée des soldats à combattre lors de la Première Guerre mondiale1, s’inscrit également dans l’optique de mieux comprendre l’histoire des liens entre la population et le phénomène militaire, au-delà des statistiques sur l’insoumission. Ces questions se posent avec encore plus de force au sein des sociétés gouvernées par des régimes autoritaires. Dans son film Le Diable n’existe pas (2020), Mohammad Rosoulof met en scène un conscrit iranien, Pouya, contraint de prendre part à l’exécution d’un condamné à mort. Terrifié et tourmenté, l’homme refuse, se rebelle, abandonne son service militaire et, par là même, l’espoir d’obtenir ses droits de citoyenneté.

Haut de page

Notes

1 Christophe Prochasson, 1914-1918 : retours d’expériences, Paris, Tallandier, 2008, 430 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léo Laglenne, « Éric Fournier, Arnaud-Dominique Houte (éd.), À bas l’armée ! L’antimilitarisme en France du XIXe siècle à nos jours »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 03 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23509 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23509

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search