Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159LIVRES LUSAnne-Catherine Schmidt-Trimborn, ...

LIVRES LUS

Anne-Catherine Schmidt-Trimborn, La Ligue d’Action française (1905-1936). Organisations, lieux et pratiques militantes

Berne, Peter Lang, 2022, 272 p., 45 €.
Baptiste Roger-Lacan
Référence(s) :

Anne-Catherine Schmidt-Trimborn, La Ligue d’Action française (1905-1936). Organisations, lieux et pratiques militantes, Berne, Peter Lang, 2022, 272 p., 45 €.

Texte intégral

  • 1 Eugen Weber, L’Action française, Paris, Stock, 1964, 649 p.

1De la ligue d’Action française, la mémoire collective n’a souvent retenu que ses « troupes de choc », les camelots du roi. C’est assez paradoxal : quand bien même ces derniers auraient été affiliés à cette organisation, ils ont toujours conservé une indépendance importante. Cet effacement de la ligue est assez symptomatique d’une historiographie de l’Action française qui, depuis les travaux pionniers du début des années 1960 – à commencer par la somme d’Eugen Weber1 –, les recherches se sont concentrées sur deux axes : d’un côté, il existe une abondante histoire intellectuelle qui cherche à rendre compte d’une synthèse idéologique originale, à la frontière du nationalisme xénophobe et antisémite, de la contre-révolution et du néoclassicisme esthétique, et de ses effets ; de l’autre, des recherches de plus en plus nombreuses ont été conduites sur les relations du mouvement avec d’autres acteurs politiques et sociaux, en France et à l’étranger. À ces deux pôles, il faut ajouter une mémoire militante qui, sous couvert de raconter l’histoire du mouvement, en chante la geste : diffusée jusqu’à aujourd’hui par la nébuleuse éditoriale nationaliste et royaliste, c’est là, notamment, que survit la mémoire des camelots.

  • 2 Laurent Joly, Naissance de l’Action française, Paris, Grasset, 2015, 384 p.

2Mais si l’on considère toutes ces approches, il est longtemps resté un impensé, le militantisme au sein de l’Action française. Si Laurent Joly en avait évoqué les prémices dans son ouvrage majeur sur la naissance du mouvement2, la question était restée complètement périphérique. Autrement dit, les historiens préféraient travailler sur le « maurrassisme » que sur le « militantisme » d’Action française. Cette dichotomie (militantisme/maurrassisme), d’autant plus opératoire qu’elle permet de regarder plus loin que la rue de Rome (l’un des sièges historiques du quotidien), est proposée par Anne-Catherine Schmidt-Trimborn dans le livre qu’elle a récemment consacré à la ligue d’Action française. Ce beau et fort travail est tiré d’une thèse soutenue en 2017 à l’université de Lorraine, écrite sous la codirection d’Olivier Dard et de Catherine Lanneau. Considérablement remanié par son autrice, il donne aujourd’hui un ouvrage important pour comprendre l’histoire du dernier mouvement royaliste à jouer un rôle politique majeur en France.

3Anne-Catherine Schmidt-Trimborn adopte une position multiscalaire pour saisir l’activité de la ligue pendant ses vingt années d’existence. Ce faisant, elle permet de concilier deux perspectives qui coexistaient – sans jamais s’opposer, il faut bien le souligner – dans l’historiographie de l’Action française et, plus généralement, des nombreux mouvements qui, sous la Troisième République, ont gravité à l’extrême droite du champ politique. D’une part, de nombreux travaux se consacraient à la direction parisienne, à ses idées et à son quotidien. D’autre part, il existait de très nombreuses études régionales ou locales – pour une partie, non publiées – qui faisaient le point sur tel ou tel aspect de l’histoire du mouvement (bien souvent ses rapports avec l’Église ou des titres royalistes locaux). L’une des immenses qualités de ce livre est de faire dialoguer ces deux approches pour rendre sa cohérence ou, par moments, son incohérence à l’activité de la ligue. Il n’en fallait pas moins pour saisir un mouvement qui résiste à la définition, comme l’autrice le souligne elle-même : elle est « une structure polymorphe pouvant s’apparenter à un embryon de parti politique ». Anne-Catherine Schmidt-Trimborn revendique une approche volontairement interdisciplinaire, empruntant beaucoup à la science politique et à la sociologie. L’une des forces de cette enquête est justement de dissiper l’image d’un mouvement complètement et systématiquement aligné sur la parole ou les directives de ses dirigeants : si les conflits entre certains d’entre eux sont bien connus, comme les ruptures de Louis Dimier ou Georges Valois avec Charles Maurras, les désaccords entre le centre et ses différents relais militants le sont beaucoup moins. Ces recherches sont nourries par des sources très abondantes et, pour nombre d’entre elles, parfaitement originales : publications émanant de l’Action française ; archives policières (issues de la série F7 et des archives de la Préfecture de police) ; archives départementales (notamment dans le Nord, le Bas-Rhin, la Meurthe-et-Moselle et la Gironde) qui permettent de saisir la part provinciale de la ligue ; archives privées et, ponctuellement, souvenirs militants. Pour toute personne travaillant sur le royalisme français ou le phénomène ligueur, les notes de bas de page constitueront, à n’en pas douter, une formidable matière à réflexion : Anne-Catherine Schmidt-Trimborn ouvre de très nombreuses pistes de recherche.

4L’ouvrage s’organise en quatre chapitres, selon une approche thématico-chronologique. Il s’ouvre avec l’histoire de la ligue entre sa fondation, en 1905, et sa dissolution, en 1936, décrit toutes les organisations qui lui sont liées, ainsi que leur évolution au cours de deux décennies extrêmement denses pour le mouvement : le militantisme « intellectuel et mondain » se répand dans l’ensemble du territoire, tandis que la ligue connaît de véritables phases d’expansion, mais doit aussi affronter de profondes crises (rejet de la violence de rue par les forces de droite parlementaire au début des années 1920 ; condamnation du mouvement par le Saint-Siège). Le début des années 1930 est un moment paradoxal : d’un côté, le mouvement retrouve une certaine importance, faisant notamment partie des ligues les plus actives pendant la crise qui s’étend du mois de janvier au mois de mars 1934, qui témoigne de l’importance de son organisation ; de l’autre, il est de plus en plus concurrencé par d’autres ligues, alors qu’il fait face à d’importantes difficultés financières. Sa dissolution en 1936 brise définitivement ses capacités militantes.

5Le deuxième chapitre porte sur les militants d’Action française, dont il brosse un portrait sociologique d’une grande finesse. D’abord, Anne-Catherine Schmidt-Trimborn cherche à saisir quels types de militants la ligue cherche à recruter, se demande quel est le « ligueur idéal ». Il en ressort que la ligue essaie de constituer une forme d’aristocratie militante qui dépasserait les bastions traditionnels du royalisme français. Ce programme, qui ressort dans la manière dont les différents organes de presse d’Action française célèbrent leurs militants, n’est qu’imparfaitement réussi. Avec beaucoup d’intelligence, l’enquête décrit les différents mondes de la ligue, plus aristocratique à l’Ouest ou plus industrielle au Nord.

6Le troisième chapitre, de très loin le plus long, porte sur le militantisme d’Action française, entendu à la fois comme un répertoire d’actions (violentes, mais pas seulement), une culture partagée, des stratégies plus ou moins autonomes de la direction parisienne. L’approche chronologique choisie permet de saisir le caractère évolutif de ce militantisme, tout en cernant la manière dont le rôle joué par la violence – physique et verbale – se transforme : parfois centrale, comme pendant l’année 1908 ou en 1934, elle peut être minimisée dans les phases où la ligue tente de jouer le jeu politique de la Troisième République.

7Enfin, le quatrième chapitre porte sur « l’Action française, les siens et les autres ». L’autrice y rend compte de la manière dont la ligue s’inscrit dans un champ politique caractérisé par l’existence de nombreux mouvements à l’extrême droite. La longévité de l’Action française, unique sous la Troisième République, tient notamment à sa capacité d’organisation et à une forme de rouerie politique, qui tranche avec l’image parfois diffusée de maurrassiens nébuleux tout occupés à rédiger leur quotidien. À la suite d’Eugen Weber, Anne-Catherine Schmidt-Trimborn rappelle comment l’Action française s’impose aux royalistes, malgré certaines réticences des prétendants au trône. Elle montre aussi comment elle sait persister alors que tant d’autres mouvements disparaissent aussi vite qu’ils sont apparus : entre collaborations ponctuelles et violences verbales ciblées contre ses rivaux les plus dangereux, l’Action française est une survivante. Elle sait même se remettre d’une série de dissidences qui s’affichent souvent publiquement et brutalement. Doyenne des organisations d’extrême droite au milieu des années 1930, elle conserve un rôle important, tant dans la formation des imaginaires politiques que dans l’éducation militante. Après sa dissolution, ses réseaux seront notamment mis à profit par l’Organisme spécial d’action régulatrice nationale, mieux connu sous le nom de « la Cagoule ».

  • 3 Laurent Joly, « D’une guerre l’autre. L’Action française et les juifs, de l’Union sacrée à la Révol (...)

8À la fin de cet excellent livre, on peut toutefois regretter deux manques. D’une part, l’autrice n’a pas traité les ramifications historiques et littéraires de la culture militante. Quelle histoire de France se racontent-ils, quels livres lisent-ils ? Cela aurait permis d’éclairer plus encore les ressorts de l’adhésion, mais aussi la manière dont la ligue organisait la transmission d’une culture propre, distincte et bien souvent antagoniste à d’autres cultures politiques. D’autre part, le passage sur l’antisémitisme pendant l’entre-deux-guerres nous semble faire un peu rapidement un sort à cette question : il aurait largement décru avant de ressurgir au milieu des années 1930, sans que l’autrice explique vraiment pourquoi. Cette lecture contredit en partie une enquête très précise menée par Laurent Joly sur les ressorts de l’antisémitisme d’Action française dans les années 1920 et 19303. Cette persistance, sous une forme larvée mais non moins violente, se retrouve aussi dans de nombreux mémoires militants sur la période de l’entre-deux-guerres : Henry Charbonneau, cité par Anne-Catherine Schmidt-Trimborn, décrit par exemple le harcèlement quotidien d’un tailleur juif qui voisinait avec le local des étudiants d’Action française.

9Cet ouvrage n’en demeure pas moins remarquable. À la fois riche, précis et – autant que faire se peut pour un sujet aussi vaste – concis, il comble une carence importante dans l’historiographie d’Action française. Il permet aussi de creuser un sillon ouvert notamment par Olivier Dard : la question de l’articulation entre la théorie et la pratique dans la nébuleuse d’Action française. En se situant résolument du côté des « praticiens » du royalisme, ces militants qui font chaque jour vivre le mouvement, l’enquête interroge l’extraordinaire persistance de ce mouvement sous la Troisième République en déplaçant le regard, puisque cela pourrait au moins autant tenir à son organisation militante – malgré certaines défaillances – qu’à la force d’attraction des idées de Charles Maurras, Jacques Bainville ou Léon Daudet.

Haut de page

Notes

1 Eugen Weber, L’Action française, Paris, Stock, 1964, 649 p.

2 Laurent Joly, Naissance de l’Action française, Paris, Grasset, 2015, 384 p.

3 Laurent Joly, « D’une guerre l’autre. L’Action française et les juifs, de l’Union sacrée à la Révolution nationale (1914-1944) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 59, n° 4, 2012, p. 97-124.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Baptiste Roger-Lacan, « Anne-Catherine Schmidt-Trimborn, La Ligue d’Action française (1905-1936). Organisations, lieux et pratiques militantes »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 03 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23523 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23523

Haut de page

Auteur

Baptiste Roger-Lacan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search