Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159LIVRES LUSDeux livres de Louis Poulhès

LIVRES LUS

Deux livres de Louis Poulhès

L’État contre les communistes, 1938-1944 et Les Camps d’internement de Châteaubriant, Choisel et Moisdon-la-Rivière, 1940-1945
Francine Perrot
Référence(s) :

Louis Poulhès, L’État contre les communistes, 1938-1944, Atlande, 2021, 822 p., 19 €.

Louis Poulhès, Les Camps d’internement de Châteaubriant, Choisel et Moisdon-la-Rivière, 1940-1945, Atlande, 2023, 408 p.,25 €

Texte intégral

1La « panthéonisation » de Missak Manouchian au printemps 2024 va faire entrer pour la première fois un résistant communiste, au demeurant étranger, parmi les grands hommes, occasion de rappeler l’action de ses camarades fusillés avec lui, ces francs-tireurs et partisans (FTP) issus de la MOI, la main-d’œuvre immigrée.

2Les années 1943 et 1944 ont vu se multiplier les attentats et sabotages visant les forces d’occupation, et avec eux l’action des polices allemandes et françaises, particulièrement efficaces comme en atteste l’arrestation de Manouchian et ses camarades. Mais la répression contre les communistes a commencé bien avant et a pris différentes formes, comme d’ailleurs la Résistance, impossible à réduire à la seule lutte armée. C’est le sujet de la thèse soutenue en 2018 par Louis Poulhès, publiée en 2021 sous le titre L’État contre les communistes, 1938-1944, un livre imposant de plus de 800 pages.

3Suivant un ordre chronologique et portant une périodisation très précise, l’ouvrage montre la mise en place, à partir de la fin de la IIIe République, d’une politique anticommuniste poursuivie sous le régime de Vichy. Le titre rend compte de la mise au service de la répression des structures étatiques françaises, car le régime de Vichy continue d’administrer la France, y compris la zone occupée, avec sa police et sa justice, allemandes parce que, malgré leurs effectifs peu nombreux, les occupants font appliquer leurs décisions par un gouvernement français disposé à les servir chaque fois qu’ils jugent leurs intérêts en jeu.

4La signature du pacte germano-soviétique le 23 août 1939 ouvre la chasse aux communistes, dont les organisations sont dissoutes, les parutions interdites et saisies, les élus déchus de leur mandat. Un décret du 18 novembre 1939 fournit une nouvelle arme contre eux : l’internement administratif, une mesure extrajudiciaire de privation de liberté sortant du droit commun, sans limite de temps et sans recours à un juge, visant des individus jugés dangereux. Le 9 avril 1940, le décret Sérol prévoit la peine de mort pour ceux qui sont considérés comme des traîtres, désignation explicite des communistes dans l’exposé des motifs.

5L’ouvrage aborde de façon approfondie l’histoire des changements stratégiques du PCF, profondément antifasciste et donc heurté dans un premier temps par les directives de l’Internationale communiste, qui impose dès l’automne 1939 son analyse de la guerre, considérée comme impérialiste. Il relate également de façon détaillée les tentatives de reparution de l’Humanité à l’été 1940. L’invasion de l’URSS par les nazis, le 22 juin 1941, apporte une clarification et même un soulagement pour les militants. La résistance politique avec un travail de propagande, la publication d’une presse clandestine, les luttes dans les entreprises, de même que la résistance culturelle, n’ont certes pas attendu le 21 juin 1941 et la répression le montre bien. Mais après cette date s’ouvre la lutte armée, et non l’entrée en résistance des communistes, comme on le lit trop souvent.

6Le commandant militaire supérieur de la zone occupée exige la peine de mort pour les auteurs des attentats. Le gouvernement de Vichy répond par la création des « Sections spéciales », qui condamnent rétroactivement, en violation de tous les principes du droit. De son côté, le commandant militaire Otto Von Stülpnagel met en place une politique des otages, déclinée d’octobre 1941 à septembre 1942, avec une reprise en octobre 1943 : il s’agit de fusiller, à chaque fois qu’un Allemand est tué ou blessé, un nombre supposé dissuasif de personnes suspectées de complicité avec les auteurs. Les communistes et les juifs sont les premiers visés. Par tactique, parce qu’ils sont vite convaincus du caractère contre-productif des fusillades, les Allemands décident de plutôt déporter les otages, qualifiés de « judéo-bolchéviques ». C’est d’ailleurs sous couvert de cette politique de représailles que Theodor Dannecker, le responsable aux affaires juives de la Gestapo, réussit à faire partir les premiers convois de juifs (français et étrangers) pour Auschwitz (mars-juin 1942). La déportation devient vite l’arme de répression principale, tandis que la politique de persécution prend son autonomie.

7La prise de pouvoir par la Sipo-SD (police de sécurité nommée plus communément Gestapo) en juin 1942 amène une redéfinition de la répression entre exécutions et menaces contre les familles des auteurs d’attentats. De son côté, le gouvernement de collaboration, pour maintenir la fiction de sa souveraineté, promeut des accords entre les polices française et allemande, dits « Bousquet-Oberg », qui facilitent la chasse aux résistants mais également aux juifs.

8L’évolution de la situation militaire, la montée en puissance de la Résistance intérieure et le basculement de l’opinion publique exacerbent la répression allemande, y compris contre la population civile à partir de 1943, tandis que la Milice prend la main côté français, déchaînant la terreur jusqu’à la Libération. Le double circuit répressif joue à plein dans cette période et les communistes sont devenus l’ennemi principal.

9Un riche corpus d’annexes comprend de nombreux portraits photographiques, ainsi que des données chiffrées très précises qui renseignent notamment sur les détenus des principales prisons françaises, sur les opérations conjointes des polices, déportations, fusillades d’otages et exécutions judiciaires.

10L’auteur complète cette recherche par un second ouvrage sur les camps d’internement. Chaque année, la mémoire des vingt-sept otages fusillés le 22 octobre 1941 à Châteaubriant est honorée. Mais la raison d’être du second ouvrage est de faire l’histoire DES camps d’internement de Châteaubriant et de ses internés de 1940 à 1946, y compris donc le camp de l’épuration, que les otages communistes et syndicalistes, dont le sort fut le plus dramatique, ont en partie occultés.

11Châteaubriant, sous-préfecture de la Loire-Inférieure, a d’abord hébergé en mai 1939, donc sous la IIIRépublique, 800 réfugiés espagnols aux anciennes ardoisières de Juigné-les-Moutiers et aux anciennes forges de Moisdon-la-Rivière. Puis, dès le 22 juin 1940, les Allemands commencent à transférer à Châteaubriant des prisonniers de guerre, dans plusieurs sites dont le camp de Choisel, dans une impréparation complète et dans des conditions, notamment d’hygiène, plus que rudimentaires.

12À partir de novembre 1940, des personnes considérées comme « nomades », qui font l’objet de mesures discriminatoires depuis le début de la guerre, sont internées, à la demande des occupants, dans un camp à Moisdon-la-Rivière, dans les installations mises en place et laissées libres par les réfugiés espagnols à l’automne 1939. Le 30 novembre 1940, ils sont déjà 222, dont 109 enfants et adolescents. Ces familles sont parquées dans des conditions déplorables, exposées au mépris et à la haine. Elles sont bientôt rejointes par des habitants d’un quartier misérable de Vannes, désignés comme « indésirables ».

13Par sa genèse et la multiplication de ses occurrences, cette notion est particulièrement intéressante : d’abord utilisée par l’extrême droite dans les années 1920, elle est reprise par le ministre de l’Intérieur Albert Sarraut en 1938, puis dans le corps du décret-loi du 12 novembre 1938 « relatif à la police des étrangers ». À partir de là, le terme est étendu dans le langage commun à toutes les catégories que l’on juge « indignes d’appartenir à la communauté nationale ». La définition sera reprise par le gouvernement de Vichy avec une conception élargie des personnes visées, comme une nouvelle tentative pour prouver sa souveraineté, et cela illustre aussi le jeu de Allemands, qui utilisent de tels alliés dans la mesure où ils sont obéissants. Des gendarmes français gardent le camp, sous la direction d’un chef français, mais quand les événements l’imposent, notamment lors des exécutions après les attentats contre les forces allemandes à l’été 1941, celles-ci les renforcent, armées de mitrailleuses.

14Dans ses baraquements insalubres, on trouve des populations internées pour différents motifs : des politiques, quelques gaullistes, mais surtout des communistes ou considérés comme tels ; des « nomades », familles entières déménagées de Moisdon-la-Rivière à Choisel, dans des conditions d’hébergement fatales à une dizaine d’enfants ; des sans-abris, des étrangers, quelques juifs internés comme tels, des repris de justice (souteneurs ou escrocs), des convaincus de marché noir, qu’ils viennent de la région ou de plus loin. Le camp de Choisel voit passer ceux que le régime de Vichy veut exclure, avec la complicité des occupants, une « anti-France ». Libérés progressivement pour certains, assassinés par les Allemands pour une cinquantaine d’entre eux, transférés dans d’autres camps ou déportés par la suite, plus de 1 600 prisonniers, dont une grande majorité de politiques, passent par ces camps de Choisel et Moisdon.

15On découvre ainsi leurs conditions de survie, leurs tentatives d’évasion. À la fin de l’ouvrage, une liste complète est disponible, tel un « mur des noms ». En effet, parce qu’ils furent les plus nombreux et que leur correspondance et leurs mémoires furent portées par leurs familles et leurs camarades, les sources concernant les politiques sont plus nombreuses et constituent la matière la plus importante des chapitres et la mieux illustrée. On suit leur arrivée, en provenance de la Loire-Atlantique et de l’Ouest, mais surtout de la région parisienne, leur organisation, leur volonté de résister en organisant des conférences, des cours, des fêtes, des compétitions sportives, des évasions. Ils sont députés, pour trois d’entre eux (Roger Benenson, Fernand Grenier, Charles Michels), élus ou anciens élus (Jean Grandel, maire de Gennevilliers, Victor Cresson, maire d’Issy-les-Moulineaux, Corentin Cariou, conseiller municipal de Paris, d’autres encore), cadres militants et syndicaux (Jean-Pierre Timbaud, Jean Poulmarch), jeunes militants comme Odette Lecland-Nilès et, bien sûr, Guy Moquet qui, malgré son jeune âge, a déjà connu plusieurs lieux d’enfermement (la Santé, Fresnes, Clairvaux) car, bien que relaxé par le tribunal, il étaitplacé sous le coup d’une mesure d’internement administratif. Les internés politiques sont les plus nombreux à partir de l’automne 1941et les plus « dangereux » sont isolés dans la baraque 19. Ils sont bientôt les victimes de la politique des otages du commandement militaire allemand, d’abord le 22 octobre 1941 pour vingt-sept d’entre eux et le 15 décembre 1941 pour neuf autres ; d’autres encore, transférés au camp de Compiègne, sont fusillés en mars 1942, d’autres à Nantes en avril 1942.

16Les circonstances des exécutions du 22 octobre 1941, et notamment la question de l’établissement de la liste des otages, font l’objet d’une étude très précise : les échanges de courriers entre les autorités françaises et allemandes, locales et nationales, montrent que si les Français et plus précisément Pierre Pucheu, le ministre de l’Intérieur, tentèrent d’orienter le choix des occupants, ce sont les Allemands qui établirent la liste des fusillés, comme à chaque fois qu’il s’agissait d’attentats contre des soldats ou des intérêts allemands.

17S’appuyant sur les archives du camp et recoupant les témoignages des survivants ou d’internés fusillés plus tard (comme Pierre Rigaud, collaborateur de Maurice Thorez, fusillé en mars 1942), l’auteur fait justice de certaines affirmations passées à la postérité, qui font partie de l’héroïsation des résistants. Si elles sont bien compréhensibles, compte tenu du contexte, et utiles à la poursuite de la lutte, elles s’avèrent peu crédibles au vu des conditions de l’événement. Ainsi ne peut-on rien savoir des tout derniers mots des fusillés devant le peloton d’exécution, même si leur courage et leur internationalisme sont compatibles avec les mots que la postérité leur attribua. Et quand cette postérité commence par un hommage (ambigu mais réel) de De Gaulle, puis est relayée par Aragon dès février 1942 dans Le Témoin des Martyrs, repris dans son recueil L’Homme communiste en 1946, elle est elle-même objet d’histoire, comme le devenir de la mémoire, soumise aux évolutions politiques de la guerre froide à aujourd’hui. À cet égard, le long chapitre « La construction d’une mémoire » apporte de nombreux éléments, jusqu’ici restés épars.

18Des encadrés explicatifs sur « Les indésirables », « L’internement administratif » et bien d’autres sujets permettent d’éclaircir nombre de termes, événements ou personnages. Des photos d’archives, des plans du camp, des photographies des internés, des commandants des camps et autres protagonistes illustrent l’ensemble.

19Complémentaire du premier ouvrage, le livre illustre des épisodes qui y sont décrits, comme la politique des otages. Il montre en action la collaboration des deux systèmes de répression, ainsi que les victimes des mesures d’exclusion de l’anti-France.

20Ensemble, ces deux livres donnent à connaître de façon précise et renouvelée les outils et les mécanismes de répression, de leurs auteurs et exécutants, différenciés selon les phases de l’occupation et de la guerre. Avec en creux mais en pleine lumière les résistants pourchassés, mais aussi les enfants de « nomades », parmi les plus vulnérables de la société, voisins de baraques à Châteaubriant, réunis par la haine des nazis et de leurs laquais. C’est une somme qui complète une historiographie toujours en renouvellement de la Seconde Guerre mondiale. C’est également un apport non négligeable à l’histoire du Parti communiste français, loin des approximations, appuyé sur des sources extrêmement nombreuses, certaines inexploitées jusque-là. Une lecture rendue passionnante par les explications et les personnages étudiés, fort à propos dans le contexte des futures commémorations des années 2024-2025 et des commentaires qui vont les accompagner.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francine Perrot, « Deux livres de Louis Poulhès »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 03 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23537 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23537

Haut de page

Auteur

Francine Perrot

Articles du même auteur

  • Paris, Les Belles Lettres, 2017, 768 p., rééd. Perrin, coll. « Tempus », 2019, 896 p., 16 €.
    Paru dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 150 | 2021
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search