Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159LIVRES LUSAli Guenoun, La Question kabyle d...

LIVRES LUS

Ali Guenoun, La Question kabyle dans le nationalisme algérien (1949-1962)

Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, coll. « Sociétés et politique en Méditerranée », 2021, 514 p., 20 €.
Luis Teixeira
Référence(s) :

Ali Guenoun, La Question kabyle dans le nationalisme algérien (1949-1962), Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, coll. « Sociétés et politique en Méditerranée », 2021, 514 p., 20 €.

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat menée sous la direction du regretté Omar Carlier et soutenue en Sorbonne en 2015 devant un jury de spécialistes, l’ouvrage qu’Ali Guenoun a fait paraître aux éditions du Croquant en 2021 est remarquable à plus d’un titre. Avant d’en venir à l’essentiel, c’est-à-dire au sujet même de cette recherche appelée à faire date dans le domaine des études historiques sur l’Algérie contemporaine, commençons par saluer le soin apporté à l’écriture et, plus généralement, à l’édition du livre. L’analyse transporte le lecteur sur plus de 400 pages grâce à une écriture limpide et rigoureuse qui ne sacrifie jamais au jargon et encore moins aux simplifications manichéennes. Au fil des chapitres, la succession des titres et des intertitres permet de se situer dans la progression de l’ouvrage. Les notes, placées en pied de page, apportent des éclairages utiles aux lecteurs spécialisés ou curieux. Une annexe copieuse et composée (entre autres) de fiches biographiques des principaux acteurs et de sources parfois commentées par l’auteur précède une riche bibliographie de vingt pages. Seule petite ombre au tableau : l’index des personnes citées, absolument pertinent dans un ouvrage aussi dense, mais étonnamment dénué de la pagination qui en ferait un instrument de recherche vraiment utile.

2Pour traiter son sujet, l’auteur a non seulement mobilisé une vaste bibliographie, mais aussi et surtout un corpus documentaire impressionnant. Outre les fonds d’archives attendus (comme ceux des ANOM à Aix-en-Provence, du CAD de Nantes, des APP de Paris ou encore du SHD de Vincennes), cette recherche se distingue par un important travail d’histoire orale. Près d’une quarantaine de témoins sont recensés en fin d’ouvrage, parmi lesquels on remarque l’historien Mohammed Harbi et le propre père de l’auteur, qui furent tous deux membres du FLN. Ali Guenoun consacre plusieurs pages intéressantes de l’introduction à la méthodologie de ce corpus. À les lire, on comprend que sa constitution n’a pas été des plus simples. « L’histoire est fille de son temps », disait Lucien Febvre. Mais on oublie souvent de citer la suite : « Mieux, il n’y a pas l’histoire, il y a des historiens ». Des historiens pris dans le présent bien sûr et pour qui – ici plus qu’ailleurs sans doute – écrire l’histoire consiste à se dégager d’abord des toiles poisseuses de la mémoire sous toutes ses formes enchevêtrées : mémoire individuelle des hommes qui parlent, mémoire collective des groupes, mémoire officielle des États... L’historien n’est pas dupe. Ali Guenoun sait que le lien viscéral qui l’unit à son terrain n’a pu devenir un atout qu’à la seule condition d’être objectivé, non pas neutralisé ou nié, mais bien objectivé avec le souci constant de la rigueur méthodologique.

3L’autre force de ce livre réside dans la chronologie que l’auteur a choisi d’embrasser. Une chronologie qui ne s’enferme pas dans le moment – certes crucial – de la guerre d’indépendance, mais qui s’élargit en amont pour mieux restituer les sinuosités empruntées par la « question kabyle » dans le nationalisme algérien. La première partie de l’ouvrage (qui en compte deux) est tout entière focalisée sur la « crise berbériste » de 1949 et ses soubresauts jusqu’à la guerre et au-delà. Ali Guenoun y présente les origines de cette « crise » et ses acteurs sous la forme d’une prosopographie qui se prolonge et se justifie dans une analyse minutieuse et particulièrement stimulante (on y reviendra) des discours. La deuxième partie porte, comme son titre l’indique, sur les « usages de la référence kabyle dans la guerre d’indépendance ». L’historien montre comment la « question kabyle » a été mobilisée, pour ne pas dire instrumentalisée, par les acteurs dans le cadre des luttes de pouvoir interne au camp nationaliste algérien. Les nombreuses recensions déjà parues du livre ont souligné et largement discuté cet aspect fondamental de la recherche d’Ali Guenoun. Pour ma part, je voudrais, pour terminer, soulever l’apport heuristique que permettrait l’étude de la « question kabyle » au problème complexe de la nature du nationalisme algérien.

4Dans le cas algérien, un tel problème, déjà ardu par lui-même, se trouve encore complexifié par le contexte colonial de son élaboration. Dans plusieurs pages de son livre, Ali Guenoun montre toute l’importance de la socialisation scolaire dans le parcours biographique des acteurs du nationalisme algérien. L’école du colonisateur a joué de ce point de vue un rôle déterminant, tant sur le plan intellectuel que politique. L’historien souligne ainsi l’influence de certains auteurs du nationalisme français comme Renan sur nombre de futures personnalités du mouvement indépendantiste et, plus surprenant encore, du romantisme allemand sur certains poètes berbérophones comme Aït Amrane. Les historiens ont depuis longtemps souligné les points de convergence et de divergence entre les nationalismes français et allemand avant et après 1870. Il serait intéressant de voir si des échos de cet antagonisme ont informé le mouvement nationaliste en Algérie. Par ailleurs, les pages qu’Ali Guenoun consacre à la formation intellectuelle de ses acteurs, notamment à travers l’analyse de leur culture scolaire et universitaire, posent la question du modèle que l’État-nation français a pu réellement représenter pour ces nationalistes algériens formés, comme des millions de petits Français, par l’école de la Troisième République. Il serait sans doute intéressant, partant de là, de reconnecter l’historiographie de cette école et ses problématiques à l’histoire du nationalisme algérien. Ce que dit Ali Guenoun sur le « jacobinisme » (sic) des élites algériennes dites « évoluées », et notamment leur appréciation de la langue et du patrimoine culturel kabyles, mériterait d’être rapproché des travaux classiques de Maurice Agulhon et de ses épigones (Anne-Marie Thiesse, Jean-François Chanet, entre autres) sur la place des « petites patries » dans la « grande patrie » française et – peut-on ajouter – impériale. De manière très fine, Ali Guenoun montre toutes les contradictions du discours colonial sur la « berbérité » qui, en même temps qu’il dénigre la valeur de ses productions culturelles, la valorise pour mieux rabaisser « l’arabité » ; des contradictions qui ont pu in fine nourrir le contre-discours des défenseurs de cette « berbérité » et particulièrement des instituteurs kabyles qui formeront, pour beaucoup, les futurs combattants de l’indépendance. En pointant l’importance de l’école dans la socialisation politique de ses acteurs, Ali Guenoun est certainement tombé sur un observatoire des plus féconds pour comprendre les origines d’un nationalisme né du choc de la colonisation. Une telle recherche contribuerait non seulement à mieux comprendre l’histoire intellectuelle et politique de l’État-nation algérien, mais aussi l’histoire de l’État-nation français dans sa dimension impériale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luis Teixeira, « Ali Guenoun, La Question kabyle dans le nationalisme algérien (1949-1962) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 03 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23547 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23547

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search