Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159LIVRES LUSErwan Pointeau-Lagadec, Les Écran...

LIVRES LUS

Erwan Pointeau-Lagadec, Les Écrans de fumée. Film et cannabis en France (1969-2002)

Paris, L’Harmattan, 2021, 302 p., 31 €.
Nessim Znaien
Référence(s) :

Erwan Pointeau-Lagadec, Les Écrans de fumée. Film et cannabis en France (1969-2002), Paris, L’Harmattan, 2021, 302 p., 31 €.

Texte intégral

1Comment expliquer que, malgré une loi du 31 décembre 1970 interdisant l’usage et le trafic de cannabis, la consommation de cette substance n’a fait qu’augmenter durant les trente années suivantes, aboutissant au début des années 2000 à un million et demi d’usagers réguliers en France ? C’est à cette question que tente de répondre Erwan Pointeau-Lagadec dans l’ouvrage issu de sa thèse de doctorat, soutenue en 2019, pour lequel il a été lauréat du prix scientifique de L’Harmattan en 2021. L’argument défendu par l’auteur est particulièrement lisible : les trente dernières années du vingtième siècle se sont accompagnées d’un « accommodement culturel » vis-à-vis de la substance. Ajoutées à des facilités techniques de plus en plus fortes pour se procurer des stupéfiants, les productions culturelles et artistiques ont véhiculé une image de plus en plus positive du produit, contribuant à déculpabiliser son usage. Dans le même temps, la présence de cannabis dans les films a augmenté quantitativement, amenant à banaliser son caractère. L’auteur mobilise ainsi un corpus de 110 films de fiction français contenant au moins « un moment cannabique », et analyse les représentations sociales autour du produit. Des comparaisons sont régulièrement effectuées avec le cinéma américain, notamment pour les débuts de l’industrie cinématographique dans les années 1920, ou pour le courant de la contre-culture dans les années 1960.

2Pour comprendre le passage d’une « indifférence méfiante » à une « complaisance » vis-à-vis du cannabis, l’auteur distingue plusieurs moments. Lorsque paraît la loi prohibitive en 1970, la consommation de stupéfiants s’est déjà largement démocratisée. Au cinéma, les rares représentations autour du cannabis, notamment influencées par la production cinématographique américaine, sont largement associées au vice et au grand banditisme, comme dans Princesse haschich ou Razzia sur la schnouff (chapitre 1). Les films mettant en scène le cannabis n’apparaissent cependant en nombre sur les écrans qu’à partir de la fin des années 1960. Simultanément, le cannabis commence à ne plus être l’apanage des drames et des polars, mais investit également progressivement le genre de la comédie, comme dans Les Gendarmes en balade en 1969. Les représentations sont ambiguës, les effets récréatifs de la substance contrebalancés par la joie illusoire et artificielle qu’elle procure. Que le ton soit comique ou tragique, le cannabis dans le cinéma des années 1970 est généralement plus ou moins explicitement associé aux jeunes, à la génération bouillonnante du baby-boom et de l’agitation contestataire de ces années. Des analyses sur le profil sociologique des réalisateurs français des années 1970 (chapitre 2) densifient le propos.

3L’idée que le cannabis fait partie de la culture nationale française s’impose dans les années 1980. C’est durant cette décennie que l’usage du cannabis cesse définitivement d’être associé à la contre-culture hippie et à la contestation d’un certain ordre social, pour devenir « le quotidien morose des classes moyennes et inférieures des villes » (chapitre 3). La vision du cannabis ne se dévalorise pas pour autant, comme en témoigne sa présence dans nombre de comédies françaises des années 1970 et du début des années 1980. Dans celles-ci, le ressort comique le plus utilisé est celui d’une figure de l’autorité pervertie par la consommation de drogue et abandonnant ses habits rigoureux, comme dans Mon curé chez les nudistes en 1982. Le cinéma suit ici une tendance de fond, l’ancrage de la consommation de cannabis dans la population française à partir de la fin des années 1970. Certaines analyses plus poussées, comme celle de Milou en mai (1989) (p. 89-92), permettent de ne pas rester dans une position surplombante. Enfin, la fin des années 1970 et le début des années 1980 correspondent au moment où le cannabis apparaît dans les téléfilms français, aidé en cela par l’éclatement de l’ORTF en 1974 et les débuts de la privatisation du secteur. C’est ainsi l’époque du téléfilm La Neige à Noël, dont l’auteur a également tiré un article, primé par l’AHCESR en 2021. Au final et concernant le cannabis, le cinéma de la fin des années 1970 et des années 1980 constitue « l’un des principaux vecteurs de la banalisation de sa présence dans l’imaginaire collectif hexagonal » (p. 117).

4Enfin, les années 1990 sont celles où les représentations comiques ou heureuses du cannabis deviennent hégémoniques dans les films de fiction français (chapitre 4). Il ne s’agit pas d’une révolution, mais les tendances des années 1980 s’accélèrent avec de moins en moins de fictions insistant sur le caractère toxique, illégal ou addictif de la drogue. Ces films n’évoquent même plus les effets de la drogue. Au total, ce sont au moins 66 films qui mettent en scène un moment cannabique entre 1990 et 2002, soit un tiers de plus sur cette seule période que sur les deux précédentes (p. 126). 184 fumeurs de cannabis y sont présents, avec des personnages aux profils très divers et une multiplication des scènes de consommation féminine. Nombre d’entre eux sont également des succès au box-office, comme Le Cinquième élément ou Taxi en 1997. Les ressorts comiques restent souvent les mêmes et jouent sur la transgression réelle ou supposée du produit, souvent en lien avec une figure de l’ordre moral, comme un policier.

5La seconde partie de l’ouvrage rompt avec l’approche chronologique, pour analyser au long cours les différents topoi de fumeurs (cadre sup, déviant, hippie), ce qui permet de comprendre comment le cannabis est à l’écran un instrument de hiérarchisation sociale (chapitre 5). Le chapitre six transcende également les époques et met en lumière le lien fort à l’écran entre la représentation du cannabis et certains thèmes comme la jeunesse ou l’hédonisme. L’auteur aborde également l’analyse des types d’images, des bandes-son ou des dialogues associés au cannabis à l’écran.

6Il assume de se consacrer à la production cinématographique en tant que telle, sans avoir recours à des entretiens avec des réalisateurs ou des acteurs. C’est sans doute là une limite de l’ouvrage, mais le corpus choisi est déjà très large et ambitieux. Erwan Pointeau-Lagadec recoupe donc avec efficacité trois littératures scientifiques : une historiographie du cinéma (avec une analyse poussée de la production cinématographique française durant les trente dernières années du vingtième siècle), une historiographie de la France de la Cinquième République (proportionnellement moins étudiée que les périodes antérieures) et une historiographie des drogues. C’est peut-être sur ce dernier plan que l’ouvrage est le plus novateur, tant il paraît curieux de voir l’écart entre la présence incontournable du cannabis dans la société française et la faible production historienne consacrée au sujet. La lecture est agréable, documentée, illustrée. Le ton vif est souvent plein d’humour, et nul doute que le créneau scientifique que l’auteur a contribué à ouvrir possède un certain avenir, qui s’épanouira dans de futures productions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nessim Znaien, « Erwan Pointeau-Lagadec, Les Écrans de fumée. Film et cannabis en France (1969-2002) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 02 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23563 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23563

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search