Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159Un certain regard...Retour à Reims (Fragments), film ...

Un certain regard...

Retour à Reims (Fragments), film documentaire de Jean-Gabriel Périot, 2021, 83 min.

Anne-Marie Bidaud
p. 207-209

Texte intégral

  • 1 Didier Eribon, Retour à Reims, Paris, Fayard, 2009, 248 p.

1À l’origine était un essai autobiographique et sociologique de Didier Eribon1, devenu best-seller en France, puis en Allemagne et en Grande-Bretagne, grâce à des traductions et des adaptations théâtrales. En 2018, ce texte eut même les honneurs d’un long article élogieux dans le Guardian. Familier des films documentaires engagés, créateur d’objets visuels et sonores originaux, Jean-Gabriel Périot décida d’en faire l’adaptation, scénario et montage compris, pour prolonger son interrogation sur les luttes contemporaines et la violence de l’histoire, au cœur de ses films précédents (Une jeunesse allemande sur la Fraction armée rouge, The Devil sur les Black Panthers par exemple).

2Profitant d’un retour aux sources, au monde de son enfance dans une HLM à Reims après une absence de vingt ans, Didier Eribon se livre à une autoanalyse s’ouvrant sur une lecture sociopolitique de la classe ouvrière depuis 70 ans. Jean-Gabriel Périot réussit ce passage du particulier au général en composant un montage foisonnant de films d’archives (reportages de télévision nationale et régionale, extraits de films de fiction) pour restituer l’itinéraire d’un jeune homme devenu transfuge de classe, avec les déchirements que ce parcours impose. Il s’interroge en chemin sur la construction d’un individu balisé de tous côtés mais qui a pourtant réussi à changer de trajectoire, échapper au déterminisme de classe et devenir un intellectuel de premier plan. Le film connut un succès immédiat : présenté à Cannes dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs, il obtint une longue standing ovation de la part du public. D’emblée, le terme « fragments » annonce que le film fait l’impasse sur la dimension plus intime du livre, l’homosexualité du héros, non par souci de pudibonderie, mais parce que ce choix privé individualisait trop le sujet et risquait d’infléchir la ligne directrice du film, à vocation plus universelle.

3Construit en un long flashback, le film remonte aux années 1930 pour reconstruire la mémoire familiale sur trois générations. Les femmes y occupent une place privilégiée parce que, le père mort, ce sont les souvenirs maternels qui vont éclairer un passé tissé de misère matérielle et affective. Le héros apprend ainsi que sa grand-mère, qui a abandonné ses enfants dans un orphelinat (elle a eu son premier-né à 17 ans) pour vivre une existence libre, dut payer le prix de cette émancipation en faisant partie des femmes brutalement tondues à la Libération. Un extrait glaçant de film sur l’épuration vient en illustration, comme si la nation, après le temps de la défaite et de l’Occupation, se régénérait dans sa force virile en punissant les femmes de leurs écarts sexuels, réels ou supposés. Ce lourd héritage a pesé sur la mère, rentrée malgré elle dans le système d’endogamie sociale, empêchée de faire des études pour aller travailler comme ouvrière ou employée de maison, mariée jeune à un ouvrier moins intelligent qu’elle, qui s’épuisait comme une bête en usine et rentrait parfois ivre. Signe de cet infléchissement féminin du film, la voix off d’Adèle Haenel reprend de longs extraits du livre d’origine pour ponctuer les images de corps usés, flétris avant l’âge, soumis à des tâches ingrates, comme cette ouvrière triant inlassablement des pommes de terre sur un tapis roulant avant de les transporter dans des sacs de 25 kilos.

4Loin d’une reconstruction misérabiliste d’expériences finalement partagées par tous les invisibles de la société, Jean-Gabriel Périot, à la suite de Didier Eribon, tire parti de ces données personnelles pour s’interroger sur l’évolution politique de la classe ouvrière et sur celle de sa famille. Alors qu’elle votait surtout communiste quand il était enfant, pourquoi au fil des décennies est-elle devenue un bastion de l’extrême droite et du Front national ? Certes, l’attachement au PCF signifiait plus une forme de protestation contre les classes dominantes qu’un soutien au régime soviétique. Mais la notion de classe sociale, l’esprit de groupe, la solidarité et la communauté culturelle qu’il impliquait, en dépit d’une vie matérielle précaire, se sont progressivement érodés. Didier Eribon date ce tournant de la fin des années 1980 et du début des années 1990, quand la gauche a abandonné le peuple, lorsque progressivement le militantisme s’est replié sur les droits de l’individu et sur le quotidien. L’extrême droite, en s’emparant du thème de l’immigration et de ses dangers pour les plus modestes, a peu à peu détruit la solidarité économique en atomisant la classe ouvrière. Disparus les projets politiques d’ensemble et les revendications collectives. La conclusion indécise du film évoque le mouvement des « Gilets jaunes » comme l’héritage possible de cette évolution. Les revendications restent, mais au plus bas du quotidien (« le pouvoir d’achat »), dans le désordre et la confusion intellectuelle, sans projet commun, en l’absence délibérée de leadership.

5« Ode à la classe ouvrière » pour Le Monde, « Tombeau pour la conscience prolétaire » pour Libération, plutôt « tombeau » au sens musical du terme alors, comme un hommage… Ce film reste en tout cas une œuvre incarnée, constamment émouvante sans pathos, rappelant la dignité de gens modestes dont les corps souffrants disent aussi les frustrations et les rêves avortés. Si le choix d’une narration en flashback implique généralement une tonalité élégiaque, associée à la résignation et au sentiment de fatalité, la conclusion du film n’est pourtant pas désespérée. Malgré le désarroi présent, des énergies nouvelles (le mouvement des jeunes pour le climat par exemple) permettront peut-être de retrouver une dynamique collective. Un rebond de l’histoire est toujours possible.

Haut de page

Notes

1 Didier Eribon, Retour à Reims, Paris, Fayard, 2009, 248 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Bidaud, « Retour à Reims (Fragments), film documentaire de Jean-Gabriel Périot, 2021, 83 min.  »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 159 | 2024, 207-209.

Référence électronique

Anne-Marie Bidaud, « Retour à Reims (Fragments), film documentaire de Jean-Gabriel Périot, 2021, 83 min.  »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 02 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23602 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23602

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Bidaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search