Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159Un certain regard...Fureur apache, film de Robert Ald...

Un certain regard...

Fureur apache, film de Robert Aldrich, 1972, 103 min., disponible sur OCS Géants.

Un western raciste ?
Jean-Daniel Piquet
p. 210-212

Texte intégral

1Il y a quarante ans, le 5 décembre 1983, décédait le cinéaste Robert Aldrich. Dans un enregistrement téléphonique à l’Humanité, Eddy Mitchell avait alors loué en lui un réalisateur qui, après avoir défendu les Indiens en 1954 dans Bronco Apache, « les bouffe » en 1972 dans Fureur apache. Ces westerns ont été pourtant interprétés par une star progressiste, Burt Lancaster. À la différence de Bronco Apache, Fureur apache a été négligé par les historiens du western. Une demi-douzaine d’ouvrages sur le western, postérieurs à 1972, sont parus en l’ignorant. En 1979, le « Que sais-je ? » de Christian Gonzalez, Le Western, le sort de l’oubli : « La reconsidération du problème indien passe nécessairement par le passionnant Fureur apache où, sans fustiger les uns pour réhabiliter les autres, l’auteur montre l’opposition de deux civilisations qui aboutissait nécessairement à l’extermination de l’une par l’autre ». Pourtant, ce film avait été un échec commercial. Ce renvoi dos-à-dos le déconsidéra du fait qu’à la même époque le genre se plaisait avec succès à dénoncer explicitement le génocide des Indiens (Soldat bleu, Little Big Man, Willy Boy). Mais le film a été réhabilité lors de sa nouvelle sortie en 2013, alors que Soldat bleu et Little Big Man étaient dénigrés pour leur manichéisme. Christian Gonzalez, lui, n’entendait pas les opposer mais les associer. Fureur apache, régulièrement diffusé sur la chaîne câblée OCS Géants, y est considéré comme le meilleur film de Burt Lancaster. Aucun autre de ses films n’y est diffusé. Fureur apache est-il raciste, à l’instar des anciens westerns vantant l’épopée du cow-boy et du soldat, ou évoque-t-il comme les films cités ci-dessus, mais d’une manière plus subtile, la mauvaise conscience d’une Amérique génocidaire ?

2L’histoire est celle de neuf cavaliers apaches armés, dont le chef Ulzana et son fils, qui vers 1885, affamés et humiliés, s’échappent d’une réserve et terrorisent une région peuplée de colons. Un corps de cavalerie commandé par un jeune chrétien idéaliste, le lieutenant De Buin, épaulés par un guide blanc, MacIntosh, et un éclaireur apache, beau-frère d’Ulzana, Ke-Ni-Tay, se lance à leur poursuite. Après que MacIntosh aura réussi à disperser les chevaux apaches et tuer deux guerriers, dont le fils d’Ulzana, ils devront affronter les sept autres. Mais il leur faudra pour cela se scinder. Pour récupérer deux chevaux, les guerriers ont tué un colon et laissé en vie sa femme, Mme Riordan.

3Certaines scènes peuvent choquer les sensibilités antiracistes : trois Apaches jouent à la balle avec le cœur d’un soldat. Mais leur attitude est-elle pire que celle des militaires qui jouent au début du film, dans l’indifférence du sort des Apaches misérables, parqués dans les réserves ? Par ailleurs, les guerriers épargnent un enfant : aucun plaisir ni héroïsme à persécuter une créature fragile et sans défense. Ils exécutent le chien d’un colon, lui en extraient cruellement la queue pour la coller dans la bouche de son maître. « C’est leur sens de l’humour », dit MacIntosh. Ils entendent le manger et rappeler qu’ils ont la priorité sur les animaux. Et leurs attaques cruelles contre le maître du chien lui-même relèvent-t-elles du crime ? Ils brûlent la maison, tuent un homme armé bien décidé à se défendre et n’essuient aucune perte. Même d’apparence contestataire, d’autres westerns tels que Le Vent de la plaine, Les Rôdeurs de la plaine ou Utu reflètent la bonne conscience de fermiers armés qui tuent justement des assaillants ignobles.

4La séquence d’action finale de Fureur apache donne raison aux guerriers. Quelle que soit son idéologie, un combat est essentiel dans le western. Confinés jusque-là à des rôles de figuration, alors que leurs poursuivants sont des personnages à part entière, Ulzana et ses six guerriers maîtres de leur « montagne de feu » deviennent les héros, fait qui prend le contrepied des westerns racistes d’antan. Après que l’un d’eux a perdu la vie pour déjouer un piège tendu par le lieutenant Buin et Ke-Ni-Tay, Ulzana et les cinq autres guerriers déclenchent une attaque-surprise sur MacIntosh, le sergent et cinq soldats qui accompagnent Mme Riordan. Les mouvements de caméras appuyés sur les assaillants et leurs fusils témoignent de la sympathie pro-indienne du réalisateur. Au prix d’une seule perte humaine, les guerriers s’emparent de quatre chevaux, tuent tous les militaires, blessent grièvement MacIntosh, sans jamais atteindre Mme Riordan. Cependant, grisés par leurs prouesses, deux d’entre eux s’exposent à mort pour achever à bout portant le guide. Ulzana, un autre guerrier, s’empare d’un cinquième cheval, quand l’attaque-surprise de Ke-Ni-Tay l’abat et disperse les chevaux des Indiens. Désemparé, Ulzana se laisse tuer et le dernier survivant disparaît. MacIntosh meurt de ses blessures : curieux, pour un film censé donner raison au héros blanc. Ken-Ni-Tay et le lieutenant De Buin font enterrer Ulzana et deux Apaches. Tout au long du film, fort de sa foi chrétienne, De Buin tente de comprendre les Indiens et constate que les Blancs agissent aussi fautivement qu’eux. Le film a donc été injustement jugé comme raciste. Pour autant, certains aspects essentiels du génocide, comme les massacres de femmes et d’enfants amérindiens, reconstitués ostensiblement dans Little Big Man et Soldat Bleu, sont ici occultés. Mais il est vrai que Fureur apache montre quelques guerriers très jeunes, peut-être en relation avec la guerre du Vietnam qui voit un peuple entier combattre les armes à la main un envahisseur.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/23604/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Daniel Piquet, « Fureur apache, film de Robert Aldrich, 1972, 103 min., disponible sur OCS Géants. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 159 | 2024, 210-212.

Référence électronique

Jean-Daniel Piquet, « Fureur apache, film de Robert Aldrich, 1972, 103 min., disponible sur OCS Géants. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le , consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23604 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23604

Haut de page

Auteur

Jean-Daniel Piquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search