Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159Les Cahiers recommandent...Les Cahiers recommandent…

Les Cahiers recommandent...

Les Cahiers recommandent…

Anne Kienast, Frank Noulin et Jean-François Wagniart
p. 213-225

Texte intégral

Films

Marco Bellocchio, cinéaste de la condition humaine

1On ne dira jamais assez combien Marco Bellocchio est un cinéaste majeur, qui ne cesse de porter un regard plein d’acuité sur la condition humaine, à partir notamment de situations prises dans l’histoire, riche et tourmentée, de l’Italie. Il s’interroge en particulier sur les mécanismes conduisant son pays à accoucher de phénomènes extrêmes, voire monstrueux, qu’il s’agisse du fascisme (Vincere, 2009), du terrorisme d’extrême gauche (Buongiorno, notte, 2003) ou de la mafia (Il Traditore, Le Traître, 2019). Le « cas italien » sert de support à une réflexion, fine et approfondie, sur les différentes formes d’enfermement que les êtres humains s’infligent, à eux-mêmes et aux autres : prisons, normes sociales, rituels, croyances et idéologies. Dans ses deux derniers films, sortis en France en 2023, il revient sur deux de ses « structures d’enfermement » favorites : l’Église catholique et la famille, qui ont un rôle central en Italie.

L’Enlèvement (Rapito), film franco-italo-allemand, 2023, 125 min. Disponible en DVD.

2Tout commence en 1858 à Bologne, ville qui appartient alors aux États pontificaux, l’Italie n’étant pas encore unifiée. La police surgit tout à coup chez les Mortara, une famille juive, pour emmener un des enfants, Edgardo, âgé de 6 ans. En effet, celui-ci a été baptisé secrètement par une servante et doit donc être élevé dans la foi catholique, comme l’exige le droit canon. L’Inquisiteur de Bologne ne peut que rester sourd aux supplications des parents puisqu’il s’agit de sauver une âme, et Edgardo est conduit à Rome pour y être catéchisé dans une institution spéciale, avec d’autres enfants. Malgré une campagne d’opinion internationale et une tentative de « kidnapping », les Mortara échouent à délivrer leur fils.

3Il est vrai que leurs chances sont maigres face au pape Pie IX. Bellocchio trace un portrait saisissant de ce pape réactionnaire (dont, hélas, le pontificat fut le plus long de l’histoire : près de 32 ans, de 1846 à 1878), qui, après des velléités « libérales », opte pour un raidissement dogmatique au nom de la défense de l’Église face aux mutations de son temps. Cela donne le fameux « Syllabus errorum » de 1864, la liste des 80 « erreurs », texte par lequel sont rejetées la modernité, les valeurs issues de 1789 (dont la liberté de conscience et de culte), les idéologies jugées funestes (libéralisme, socialisme, darwinisme, etc.). Dans la même logique, Pie IX proclame le dogme de l’infaillibilité papale en 1870 et, soucieux de reconquête catholique, reconnaît l’authenticité des apparitions mariales de Lourdes. L’affaire Mortara se situe donc dans ce contexte de « repli identitaire » de l’Église, qui réaffirme son monopole de la « vraie foi », face notamment au judaïsme, dont les représentants subissent des humiliations d’un autre âge.

4L’enlèvement d’Edgardo est donc pleinement légitime aux yeux de Pie IX, qui parvient à tisser avec l’enfant une relation paternelle, sans cacher la joie, voire la jouissance, qu’il en tire. C’est une maigre compensation à ses déboires politiques, puisqu’il assiste, impuissant, à la disparition de ses États, alors que se réalise l’unité italienne. Quant à Edgardo, Bellocchio en fait un portrait à la fois émouvant et glaçant. Après quelques velléités de rester fidèle à sa judéité, le jeune garçon se soumet, devient un fervent catholique et éprouve un amour quasiment idolâtre pour son père de substitution. La machine à façonner, à endoctriner les hommes est efficace, surtout si elle s’attaque à eux dès la prime enfance. Bellochio nous montre son travail au quotidien, qui passe par la répétition, l’apprentissage par cœur, la monotonie apaisante des rituels. Edgardo Mortara mènera une carrière de prêtre, tentant même de convertir sa famille. Telle est la leçon de cette fresque somptueuse, d’une grande beauté visuelle, dans laquelle Bellochio démontre une fois de plus sa puissance de narration.

Marx peut attendre (Marx puo aspettare), film italien, 2021, 96 min.

5À plusieurs reprises dans sa filmographie, Marco Bellocchio a plongé son scalpel dans la famille, vécue comme un lieu où les êtres peuvent subir un véritable enfermement les menant parfois à un destin tragique. C’est ce qu’il montre dès son premier film, Les Poings dans les poches (1965), description acide d’une famille dysfonctionnelle, inspirée de sa propre expérience ; et c’est sur quoi il revient dans ce documentaire plein de finesse et de sensibilité, dans lequel il exhume un fantôme qui ne cesse de le hanter, son frère jumeau, Camillo, mort suicidé en 1968.

6Comment trouver sa place au sein de la « constellation familiale » quand vos frères sont des intellectuels brillants alors que vous-même échouez dans vos études ? Quand votre mère, loin du stéréotype de la « mamma » dégoulinant d’amour, accorde toute son attention à Paolo, l’aîné, handicapé, et sombre peu à peu dans une piété obsessive qui confine à la folie ? Le carcan, invisible, intériorisé, enferme Camillo, fait du regard inquiet qu’on porte sur lui depuis une naissance délicate, des décisions qu’on lui impose « pour son bien », des efforts maladroits pour lui venir en aide et qui ne font que lui renvoyer une image de « raté ». Peu à peu s’impose l’amère conviction d’une existence vouée à l’échec, même si Camillo s’efforce de participer au jeu social. Les sourires qu’il affiche sur les photos ne sont qu’un masque derrière lequel se dissimulent le vide et la solitude.

7La famille peut briser les plus faibles, même sans le vouloir, souligne Bellocchio, que rongent encore le remords, sinon la honte. En effet, Camillo, dans un ultime sursaut pour fuir le destin insatisfaisant qui l’attend dans leur ville natale, lui demande de lui trouver une place dans le cinéma, à Rome. Appel auquel Marco ne parvient pas à répondre, tant il est dépourvu face à ce frère qui souffre, mais semble incapable de révolte. Quand il lui suggère de s’investir dans la politique, Camillo rétorque : « Marx peut attendre », dans un douloureux éclair de lucidité.

8Peut-on prétendre changer la société quand on ne parvient pas à se changer soi-même, voire à exister « vraiment » ? Il ne reste plus que la fuite, définitive, loin de ce soi, intime comme familial et social, qui n’aura été qu’une prison. Cette prison dans laquelle Edgardo aura choisi de rester, voire qu’il aura aimée, à l’instar, il faut bien le dire, de beaucoup d’êtres humains.

Exposition

Théophile-Alexandre Steinlen (1859-1923), l’exposition du centenaire, musée de Montmartre (Paris), 13 octobre 2023 au 11 février 2024.

9Théophile-Alexandre Steinlen est peut-être l’artiste qui incarne le mieux l’esprit de Montmartre, fait de refus des conventions et de liberté de pensée, à une époque (des années 1880 à la guerre de 1914) où le conformisme bourgeois règne en maître au sein d’une IIIe République fondée sur les ruines fumantes de la Commune de Paris. À l’occasion du centenaire de sa disparition en 1923, le musée de Montmartre lui a rendu un bel hommage, qui montrait la richesse et la variété de sa production, tout en soulignant la constance de son engagement au service des opprimés.

10Né à Lausanne en 1859 (il sera naturalisé français en 1901), Steinlen arrive à Paris en 1881 et s’installe dès 1883 à Montmartre, quartier qu’il ne quittera quasiment plus, tant il est tombé littéralement amoureux de la « Butte », dont l’effervescence créatrice et le mode de vie anticonformiste conviennent à son tempérament anarchiste. Son grand talent lui vaut rapidement une solide réputation, tout d’abord comme dessinateur de presse et affichiste, les deux domaines qui sont le plus restés dans la mémoire collective. Son trait, souple et précis, expressif, met en valeur aussi bien un humour mordant à l’égard des dominants qu’une grande empathie pour le « petit peuple », saisi dans ses souffrances et son labeur quotidiens : travailleuses sortant accablées de l’usine, familles sans abri errant dans la neige, exploitation ordinaire et espoir d’une vie meilleure. Il collabore à diverses publications de gauche, depuis le Gil Blas (quotidien qui publia notamment certains romans d’Émile Zola en feuilleton, dont Germinal) ou L’Assiette au beurre (d’une rare férocité dans la satire), jusqu’à plusieurs journaux libertaires comme La Feuille (dirigée par Zo d’Axa) ou Les Temps nouveaux. Steinlen s’inscrit pleinement dans cet âge d’or de la caricature que fut la supposée « Belle Époque », à l’instar d’autres grands noms, comme Jules Grandjouan, František Kupka ou Félix Vallotton. Fort logiquement, il illustre, avec beaucoup de verve, les œuvres d’auteurs partageant sa sensibilité indignée. Citons Les Soliloques du pauvre de Jehan Rictus ou encore La Chanson des gueux de Jean Richepin.

11On doit aussi à Steinlen la célèbre affiche pour le cabaret Le Chat noir, où un matou hiératique au pelage sombre comme la nuit toise le spectateur. Il est vrai que Steinlen éprouve une véritable passion pour les chats, en qui il voit des symboles d’indépendance et de liberté, jusqu’à vivre entouré dans son « cat’s cottage » de la rue Caulaincourt de tous les « greffiers » errants qu’il a recueillis dans le maquis de Montmartre. Son saisissant tableau Apothéose des chats (1905) nous montre une assemblée nocturne de félins réunis autour d’un mystérieux matou auréolé par le clair de lune, qui prêche peut-être la révolte et le grand soir, à moins qu’il ne s’agisse d’une inversion carnavalesque des messianismes et vénérations humains.

12Car l’exposition rappelait à quel point Steinlen fut aussi un remarquable peintre, aspect de son œuvre moins connu de nos jours. Il participa à divers salons, tout en demeurant fidèle à sa conviction que l’art doit assumer une mission politique et émancipatrice. Dans L’Intrus (1902), il brocarde l’oubli par l’Église du message originel du christianisme, fait de compassion envers les plus démunis, décrivant avec verve le désarroi des autorités ecclésiastiques, pétries de morgue et de pompe, face à l’arrivée d’un bien dérangeant « intrus », Jésus lui-même… En contrepoint, le lyrique Le Cri des opprimés (1903) campe une Marianne révolutionnaire, tout de rouge vêtue et brandissant un flambeau, qui incite le peuple à se rebeller. Sensible à toutes les formes de domination, Steinlen s’attaque aussi à l’exploitation industrielle du corps des femmes. Dans La Rentrée du soir (1885 ; il s’agit de la peinture choisie comme affiche de l’exposition), une anonyme « travailleuse du sexe » nous considère d’un regard froid, presque vide, où s’expriment le dénuement moral et l’épuisement. Ses nus féminins, loin de tout romantisme ou esthétisme, ne cherchent pas à exalter la splendeur éternelle du « beau sexe » ; bien au contraire, ils montrent la crudité banale des chairs jetées en pâture, vendues, souillées. Quel que soit le siècle, rien n’échappe à la loi d’airain du marché.

13Steinlen se frotte par ailleurs à d’autres genres « classiques », comme le paysage ou le portrait, où il excelle aussi. Dans le Portrait de Masséida (après 1911), il rend hommage à sa modèle d’origine africaine, qu’il met en scène dans des œuvres entreprenant de déconstruire l’exotisme de pacotille dont la société de son temps, abreuvée de « zoos humains » et d’exaltation de la « civilisation », était friande. Et, quand la Première Guerre mondiale éclate, il exprime son indignation face à la barbarie brisant les soldats comme les civils.

14On l’aura compris, notre époque, en proie à de dangereuses tentations régressives, aurait bien besoin de l’alacrité virtuose et caustique d’un Steinlen. Certes, celui-ci ne reconnaîtrait pas sa chère Butte, livrée depuis bien longtemps aux touristes et aux marchands. Mais il saurait invoquer à nouveau les mânes des « chats noirs », prêts à miauler leurs dégoûts et leur révolte !

15Catalogue, indispensable : Leila Jarbouai et Saskia Ooms (dir.), Théophile-Alexandre Steinlen (1859-1923), Musée de Montmartre/In Fine éditions d’art, Paris, 2023, 176 p., 28 €.

Livres

Zvonimir Novak, Vive la révolution ! Sous les pavés, l’image, Paris, Éditions du Cerf, 2023, 303 p.

16Ce très beau livre sur le gauchisme et les courants libertaires, qui ont occupé les murs et les publications de la fin des années 1960 aux années 1970, vaut aussi bien pour ses choix iconographiques remarquables que pour son texte précis et didactique.

17À l’image des différents courants politiques qui sont évoqués, les sources sont nombreuses et riches dans cette immense bibliothèque visuelle à la mise en page inventive : couvertures et illustrations de quotidiens, revues, brochures politiques, mais aussi affiches, sérigraphies souvent réalisées avec des moyens de fortune.

18Ces images sont très hétéroclites et l’art de la propagande atteint un de ses zéniths. Elles viennent essentiellement de France et de Belgique, et mettent en évidence des cultures et approches idéologiques différentes. Les trotskistes divisés en France en trois tendances – « krivino-frankiste », lambertiste et Lutte ouvrière – n’ont pas les mêmes repères iconographiques. Mais c’est la famille maoïste qui est à la fois la plus foisonnante et la plus éphémère, avec une tendance officielle liée directement à l’État chinois, une tendance sino-albanaise, les incontournables « mao-spontex » et même une tendance « mao psychédélique ». Le courant libertaire est largement le plus ancien et inscrit dans la durée, avec ses communistes libertaires, ses anarcho-syndicalistes et enfin ses synthétistes de la Fédération anarchiste qui prônent la révolte contre l’État et la grève générale. Viennent également les socialistes unifiés (PSU). Il faut ajouter encore une myriade de chapelles, de comités et de collectifs aux tendances diverses et aux existences ponctuelles, fruits d’un combat ou d’un groupe mobilisé d’artistes, de lycéens, d’étudiants ou d’ouvriers.

19Comme peut le faire remarquer cette longue liste non exhaustive, ces mouvements puisent dans le passé révolutionnaire leurs idéologies, mais aussi leurs représentations du monde.

20Ce que l’auteur appelle le « paléo-gauchisme » forme une partie importante et originale de cet imposant livre. Trois périodes émergent pour expliquer la richesse des influences de ces groupes. Cette genèse commence avec l’âge d’or de la caricature et l’avènement d’un mouvement ouvrier puissant, et en particulier de la CGT, de la fin du 19e siècle jusqu’à la Première Guerre mondiale. Des noms célèbres reviennent comme Jules Grandjouan, Théophile Steinlen, Maximilien Luce, qui mettent en avant les revendications des travailleurs, leurs expressions et déjà la répression sévère dont ils sont les victimes. Suit l’influence que l’auteur qualifie de « gauchiste » du PCF, qui reprend beaucoup de la période syndicaliste révolutionnaire avec comme lien le ralliement de Grandjouan au jeune parti, influence que l’on retrouve aussi dans la CGTU ou encore dans le Secours rouge international (SRI). Enfin, c’est dans les années 1930 que s’affirme un courant de gauche dans la SFIO, en particulier chez les Jeunesses socialistes, alimenté par les trotskistes qui rejoignent le Parti socialiste sur les conseils de Trotski lui-même.

21Ce qui caractérise Mai 68 par rapport aux autres périodes, c’est la multiplication des ateliers de contestation dans toute la France. Il y a bien sûr les Beaux-Arts, mais on trouve également des centaines de groupes d’étudiants ou de jeunes travailleurs se lançant dans la sérigraphie, enchantant les tristes murs des villes et des universités.

22Si les maoïstes « officiels » et leur organe L’Humanité rouge ont tendance à copier la propagande chinoise, les « spontex », tout en restant fidèles au grand frère Mao, utilisent des moyens et des thèmes plus innovants, plus éloignés de la doxa marxiste-léniniste. Dans les années 1970, la faculté de Vincennes devient le noyau de l’agitation gauchiste, au point que Novak parle de la « nasse de Vincennes » où le gouvernement regroupe les plus engagés des intellectuels et des étudiants. La fermeture et la destruction (1980) de l’université marquent aussi le glas d’un certain gauchisme.

23Car il ne faut pas oublier que, pendant toute leur histoire, ces groupes révolutionnaires sont victimes de la répression dont l’incarnation est l’image du CRS, omniprésente. On retrouve cette dénonciation aussi dans les images dénonçant les groupes fascistes et les milices patronales. La confrontation permanente entraîne de véritables tragédies, comme celle qui frappe Gilles Tautin, lycéen, se noyant en juin 1968 dans la Seine en voulant échapper aux CRS. Pour La Cause du peuple, il devient un martyr de la cause révolutionnaire, comme le militant maoïste Pierre Overney assassiné en 1972 par un vigile. Dans la mythologie gauchiste, la lutte contre la répression occupe une place importante. S’installe l’idée que la France est sous la coupe des fascistes, que le PCF et les syndicats collaborent avec le capitalisme triomphant et qu’il faut inventer une nouvelle résistance, y compris par les armes. Cela donnera en France Action directe ou en Belgique les Cellules communistes combattantes.

24Les arrestations, la condamnation à la prison de militants, comme ceux de la Gauche prolétarienne Jean-Pierre Le Dantec, Michel Le Bris ou Pierre Geismar en 1970, et l’interdiction de La Cause du peuple resserrent encore les rangs gauchistes autour d’intellectuels de renom (Sartre, Beauvoir, Duras…). Des campagnes d’opinion mettent au devant de l’actualité de nouveaux visages qui incarnent le gauchisme et se présentent même à l’élection présidentielle, comme Alain Krivine ou Arlette Laguiller.

25Thème classique de la CGT du début du 20e siècle, l’antimilitarisme refleurit et les casernes deviennent des zones d’agitation. Alors que les maoïstes et les trotskistes sont favorables à une armée populaire, à l’apprentissage de l’emploi des armes et donc au service militaire, mais en noyautant l’institution, les anarchistes gardent le flambeau de la condamnation totale de toute armée.

26Certains combats deviennent emblématiques, comme celui du Larzac. Le tiers-mondisme rime avec lutte contre le militarisme américain, avec comme fers de lance la contestation de la guerre du Vietnam et le soutien à la lutte du peuple palestinien.

27L’Europe a aussi encore ses derniers monstres totalitaires qu’il faut combattre, à commencer par le général Franco. Mais un des traumatismes les plus graves pour le mouvement gauchiste (et pour la gauche en général) est bien le coup d’État au Chili en septembre 1973, alors que quelques mois plus tard l’armée ramène la démocratie au Portugal (avril 1974). Si le premier événement dramatise les images, même si beaucoup croient encore à une résistance possible, le deuxième enchante les gauchistes, qui renouent avec la mythologie bolchévique des premiers temps : l’alliance entre l’armée et les ouvriers, le rêve des soviets.

28Reste l’affrontement principal entre bourgeois et prolétaires, la lutte des classes réactivée par le sang neuf du gauchisme, qui met en avant les travailleurs immigrés, le combat contre le racisme et, bien sûr, la mobilisation des femmes contre le sexisme.

29Pour finir ce tour complet du sujet, l’auteur s’intéresse aux fêtes et manifestations qui s’affichent partout avec leurs listes d’invités prestigieux et de chanteurs engagés. Le centenaire de la Commune de Paris (1971) est une belle image de cette concurrence révolutionnaire, notamment entre les libertaires et les marxistes, qui se retrouve aussi lors des fêtes du 1er Mai traditionnelles et des nouvelles célébrations de mai 1968 !

30Alors, après les désillusions, les abandons, pour ne pas dire les trahisons, que reste-t-il du gauchisme ? Est-il mort ? Certains s’en réjouissent, y voyant tous les traits négatifs du déclin de notre société. Sans doute, si l’on garde l’image de dogmatiques attendant la dictature du prolétariat. Certainement pas, quand ces mêmes mouvements d’extrême gauche, hormis les maoïstes, adhèrent aux nouveaux combats : écologie, féminisme, antiracisme, mais, comme l’écrit Novak, « c’est une autre histoire graphique française qui continue en ce début du 21e siècle, plus passionnante et inventive que jamais ». Une nouvelle histoire que l’on attend avec impatience !

Laure Murat, Proust, un roman familial, Robert Laffont, 2023, 252 p.

31Laure Murat est une intellectuelle et chercheuse française, connue grâce à des livres engagés sur la cause féministe et LGBT : les plus récents ont porté sur l’affaire Weinstein1 et sur la cancel culture2 ; sa thèse d’histoire sur le « troisième sexe3 » lui a valu un poste à l’UCLA, l’université de Californie, où elle enseigne actuellement.

32Ce que ses lecteurs savent moins, c’est que derrière son nom de famille (banal) se cache une ascendance aristocratique prestigieuse : fille du « prince » Napoléon Murat, descendant des Bonaparte, et de la fille du « duc » de Luynes, dont le titre remonte à Louis XIII, Laure Marie Caroline, « princesse » Murat, porte sur ses épaules le double poids de la noblesse d’Ancien Régime et de la noblesse d’Empire.

33Son dernier essai, Proust, un roman familial, retrace son histoire personnelle, de sa naissance dans un milieu très privilégié, réactionnaire et fermé sur lui-même, à sa progressive émancipation qui aboutira à la rupture avec sa famille. À ce parcours autobiographique, elle associe sa lecture d’À la recherche du temps perdu : le roman de Proust, qu’elle lit et relit depuis ses 20 ans, qu’elle enseigne aussi à ses étudiants californiens, l’accompagne dans sa mue comme un ami, comme un miroir. Elle va même jusqu’à affirmer que la lecture de Proust a été pour elle un révélateur et un adjuvant qui lui ont permis de se libérer du carcan de sa naissance aristocratique. Comment la lecture d’un roman peut-elle changer une vie ? C’est le sujet de ce livre passionnant.

34À bien des égards, la famille Murat incarne l’univers proustien : en effet, les personnages de la Recherche portent des noms de la noblesse française, souvent apparentés aux familles de Luynes et Murat, et ils évoluent entre le 8et le 16e arrondissements, dans de riches hôtels particuliers ; leurs activités essentielles tournent autour des réceptions et des bals qu’ils donnent ou auxquels ils se rendent. La jeune Laure grandit dans les mêmes quartiers de Paris, elle voit partir ses parents en tenue de bal le soir et elle est élevée par des nurses. Elle appartient au même monde de gens oisifs, très riches, soucieux de perpétuer les traditions ancestrales et de maintenir leur niveau de vie par de riches mariages : celui de ses parents fait la « une » des journaux people, et la liste des invités pourrait figurer dans la Recherche. Heureusement pour elle, son père est un homme lettré qui l’initie très tôt à la littérature, ce qui corrige probablement les effets dévastateurs d’une médiocre scolarité à l’Institut de l’Assomption. Il connaît la Recherche « par cœur », dit-elle, et l’abreuve de références et de citations, lui parlant de Charlus, d’Albertine ou du duc de Guermantes comme de personnes de sa famille… ce qu’ils auraient pu être. C’est donc dans une grande « confusion entre la littérature et la vie » qu’elle vit alors.

35Cependant, quand Laure Murat lit pour la première fois le roman de Proust, elle a déjà 20 ans : c’est à peu près à la même époque qu’elle déclare son homosexualité à sa famille, et que la rupture est consommée face à l’unanime réprobation qu’elle doit affronter. Nul doute que sa lecture de la Recherche est orientée par ce tournant dans sa vie : pour elle, le roman n’est certes pas la description nostalgique d’une société mondaine disparue – ce qu’il a pu être pour son père –, mais un récit fascinant qui révèle l’hypocrisie sociale des « grands de ce monde », et en particulier le double jeu auquel sont contraints tous les « invertis », comme on disait alors : l’homosexualité est un des grands sujets de la Recherche, et on comprend comment la jeune femme, à ce moment-là de sa vie, trouve une source d’intérêt et de réconfort dans le décryptage des faits et gestes des personnages de Proust. Quand, quelques années plus tard, elle se lance dans une thèse d’histoire sur « le troisième sexe », elle rencontre à nouveau Proust, mais cette fois-ci à l’occasion d’une recherche dans les archives de la « Brigade des mœurs », où il apparaît comme client d’un bordel masculin, pris dans une rafle…

36Depuis, Proust ne la quitte plus : elle en analyse avec finesse toutes les ambiguïtés, à l’origine de bien des malentendus. Elle montre en particulier l’évolution du narrateur de la Recherche, dont les yeux, au début pleins d’admiration pour la duchesse de Guermantes et sa splendeur, sont peu à peu dessillés sur la vacuité du monde aristocratique. Elle explique aussi comment l’homosexualité est toujours présentée par Proust comme une malédiction, un ridicule, une pratique obscène qu’il faut cacher ; chez elle, une haine de soi inculquée par sa famille, contre laquelle elle a vigoureusement réagi. Un chapitre particulièrement intéressant, intitulé « Proust à Los Angeles », montre comment elle « enseigne Proust » à ses étudiants : les trois premières séances étant consacrées à la désinhibition des futurs lecteurs qui se font une montagne terrifiante de l’entreprise de la lecture de la Recherche.

37Une autre façon de donner envie d’aborder l’œuvre de Proust passe peut-être par la lecture de cet essai de Laure Murat, qui n’est pas vraiment une autobiographie ni une analyse complexe de la Recherche, mais un témoignage sensible de ce que peut faire naître en soi la lecture d’une œuvre littéraire : un émerveillement, une libération, un encouragement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Kienast, Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent… »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 159 | 2024, 213-225.

Référence électronique

Anne Kienast, Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent… »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 159 | 2024, mis en ligne le 02 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/23612 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.23612

Haut de page

Auteurs

Anne Kienast

Articles du même auteur

Frank Noulin

Articles du même auteur

Jean-François Wagniart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search