Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-10

Texte intégral

  • 1 Jérôme Lamy, Arnaud Saint-Martin (dir.), « L’État, objet transhistorique », Cahiers d’histoire. Rev (...)

1Les Cahiers ne vibrent pas au tempo des anniversaires. Nous travaillons le plus souvent des problématiques amples, renouvelées par les recherches récentes et les interrogations de nos contemporains. Les dossiers publiés en 2017 dans les Cahiers d’histoire expriment ce choix d’une histoire qui choisit, qui détermine ses objets, ses échelles. Ainsi sommes-nous passés d’une approche des réalités de l’État, « objet transhistorique », à l’étude d’un événement inscrit dans le temps court, l’exposition internationale de 1937, puis à une thématique, l’histoire des sciences et des techniques, sur le temps d’une période historique académique, l’époque moderne du XVIe au XVIIIe siècle1. Est-ce abuser de la disjonction ? Est-ce trop s’éloigner de ces événements dont les médias et l’édition célèbrent chaque année l’existence passée ? De ce recueil des « commémorations » nationales qui vient de donner lieu à polémique publique autour de la place faite à Maurras en 2018 ? Des historiens membres du Haut comité aux commémorations nationales ont avancé, sans vraiment convaincre, la différence entre commémoration et célébration. Certes, l’Action française a existé. Certes, Maurras a pesé sur les constructions idéologiques et les combats de l’extrême droite. Certes, ce sont là des objets d’histoire à ne pas négliger et les Cahiers d’histoire contribueront prochainement à cette histoire ; ce n’est certainement pas à commémorer telles des étapes décisives de la construction nationale. Faire comprendre mieux par notre travail est, bien sûr, une question cruciale : en 2018, où porterons-nous prioritairement notre attention ? Nous irons vers le rôle du Parti communiste algérien, vers la très sensible histoire de la colonisation et de la décolonisation, en même temps que vers la non moins sensible histoire des mouvements communistes. Nous irons vers l’internationalisme au féminin, nous irons vers la puissance critique des images qui nous ramènera à Blois. De 2017, nous avons évoqué la diversité des objets scrutés par les Cahiers. Il reste à présenter l’objet du présent dossier qui revient sur 1917 : un retour, qui n’est pas une commémoration, mais qui fait de cette année 1917, non un événement, mais un temps. Un temps fort par ce qu’il dit de l’état des sociétés d’alors, de la puissance et des formes des mécontentements des peuples, gros d’espoirs et de potentielles désillusions. Donc nous voilà dans le tempo des anniversaires. Anniversaire d’une année terrible qui voit l’Europe entrer dans une quatrième année de guerre, qui voit la guerre secouer une grande partie des empires coloniaux, y favorisant ici des formes d’autonomie, y renforçant là des répressions féroces, qui voit la guerre s’étendre par des alliances autour des deux blocs à l’échelle du globe tout entier, de l’Amérique latine à l’Asie, qui voit les peuples protester contre la boucherie qui s’éternise (année des mutineries aussi), et qui voit singulièrement le peuple russe refuser la guerre par deux révolutions successives.

2De cette année 1917, nous avons conservé, non les grands mouvements russes, non le succès de la révolution bolchévique, travaillés par d’autres cette année anniversaire, mais un mécontentement populaire qui traverse avec des formes et des temporalités diverses tous les pays de l’Europe. Rappel que ces révolutions russes, tellement lourdes de déterminations pour le devenir du monde jusqu’à aujourd’hui, s’inscrivent dans un temps où circulent une même impatience des peuples face à des pouvoirs qui exigent d’eux des sacrifices dont le sens, lié au destin national commun exalté en 1914, s’est perdu face aux massacres des combats et aux injustices sociales de l’arrière. Maurice Carrez, spécialiste de l’Europe du Nord, a rassemblé pour ce dossier des Cahiers des historien-nes qui, de la Norvège (Finn Olstad) à l’Italie (Stéfanie Prezioso), en passant par l’Irlande (Olivier Coquelin), l’Allemagne (Alexandre Bibert) ou l’Estonie (Maurice Carrez), montrent une Europe qui « gronde », sans que s’élaborent nécessairement des programmes et des forces permettant de mettre à bas les pouvoirs contestés. Andréa Benedetti expose de son côté les difficultés du Bureau socialiste international à faire converger les socialistes dans des luttes communes pour la paix. Nous qui connaissons les suites de ces protestations sociales et de ces déchirements des socialistes européens face à la guerre savons que certains de ces mouvements se déploieront aux lendemains de la paix dans des formes révolutionnaires, plus ou moins fortement stimulées par la révolution bolchévique, et pourront déboucher sur de violentes répressions, désormais animées par une obsédante « peur du rouge ».

3En sus de la thématique du dossier, ce numéro 137 des Cahiers d’histoire exprime l’intérêt constant de la rédaction pour l’histoire de la colonisation. Ici, c’est la France en Afrique de l’Ouest dont les formes de contrôle et aussi de mise en scène du contrôle sont scrutées. L’article de Romain Tiquet propose dans « Chantiers » une analyse des rapports internes à l’administration coloniale vus comme autant d’outils permettant de « faire croire », pour adapter les réponses aux attentes de la hiérarchie. Reprenant les approches de l’ethnologue Ann Laura Stoler, de l’anthropologue Mirco Göpfert, l’auteur s’intéresse à l’écriture en tant que telle, à sa dimension « esthétique », au travail de l’écriture, non dit, qui permet aux administrateurs de se distinguer tout en s’inscrivant dans la norme partagée de la « loi du silence coloniale ».

  • 2 Philippe Artières (dir.), « 68, les oubliés du cortège », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire crit (...)

4Obsédante question de l’écriture désormais pour les historiens, se découvrant écrivant eux-mêmes, plus ou moins inquiets ou heureux face à cette découverte et étudiant avec passion les pratiques discursives. Dans « Métiers », Jérôme Lamy, revient sur la démarche pionnière de Philippe Artières, qui a fait de l’écriture un objet d’étude à travers ses usages publics, renouvelés au XIXe siècle. Pour montrer la cohérence de la démarche, l’article rapproche deux livres de Philippe Artières, l’un autour du développement d’une science de l’écriture, la graphologie, et de son entrée à la fin du XIXe siècle dans le domaine judiciaire, l’autre autour des enjeux politiques de l’écriture urbaine et l’invention par les pouvoirs de la « délinquance graphique ». Même si les analyses du livre s’arrêtent en 1945, en notre temps d’anniversaire de Mai 68, on ne peut que penser à l’efflorescence des écrits dans l’espace public d’alors comme autant d’expressions de la liberté retrouvée des usages de cet espace et suggérer de nouvelles lectures du dossier dirigé par Philippes Artières pour le n° 107 des Cahiers d’histoire en 2008, « 68, les oubliés du cortège2 ».

5« Débats » vise aussi le non explicité de l’organisation sociale. Ici, non ce que les pouvoirs suscitent de discours biaisés sur les sociétés qu’ils sont censés maîtriser, ou de capacité d’enquête, mais ce que les pouvoirs négligent, dans leurs actes politiques comme dans les représentations du social qu’ils établissent. Les co-auteurs de ce texte fournissent un témoignage extraordinaire de chercheurs, au sens le plus dense du terme, « devenus explorateurs urbains », pour reprendre l‘expression utilisée ici par les auteurs. À travers leurs approches croisées en un seul texte et des photographies, le photographe Pierre-Jérôme Adjedj, l’historienne de l’université de Francfort-sur-Oder, Rita Aldenhoff-Hübinger, et l’historien de l’Institut français, Nicolas Offenstadt, rendent comptent à la fois de l’existence des « non-lieux », créés par les changements de société et le désintérêt, construit politiquement, du pouvoir de l’Allemagne réunifiée pour le passé architectural et artistique de l’ancienne RDA, en même temps que de la démarche de celles et ceux qui fréquentent ces lieux et qui, de façons diverses, contribuent à en faire exister dans le présent des « éclats ». Au-delà de cette démarche, partagée avec d’autres de ces urbexers qui traversent les grillages pour sonder les dedans des bâtiments abandonnés de l’ancien monde, le texte est aussi une réflexion singulière sur la façon dont les trois auteurs se sont approprié ces « traces », à travers la découverte des sites abandonnés, certes, mais aussi la collecte d’objets, la photographie et l’écriture de textes d’histoire. Le texte coproduit à l’incitation de Johann Petitjean, responsable de la rubrique « Débats », restitue la façon dont les trois auteurs ont progressivement pensé la forme d’une exposition, qui a été installée à l’Institut français de Berlin au printemps 2017. Les auteurs relatent avec minutie un parcours, présenté avec la distance de l’après-coup, en tentant de ne pas omettre la part des hasards, des hésitations, notamment dans les choix à faire pour réaliser cette exposition franco-allemande « Éclats DDR-RDA Splitter », à Berlin, à 80 km à peine de Francfort-sur-l’Oder, cœur de l’observation, 27 années après la fin de la RDA. Les auteurs disent aussi leurs inquiétudes face aux lectures qui allaient être faites de leur production, sur un objet encore si vivant dans les mémoires de beaucoup, en particulier des habitants de Francfort. Ils restituent une part de ce qu’ils ont retenu des réactions, commentaires advenus. Ce texte de « Débats » noue beaucoup d’enjeux qui nous importent fort et nous sommes très heureux de proposer à nos lecteurs et lectrices ces réflexions faites de ce mélange d’audace, de désir profond et de prudence, de réflexion consciencieusement documentée qui contribue tant au renouvellement de nos lectures et appréciations du passé.

6Dans les derniers feuillets de ce n° 137, on retrouve la quête ou enquête, le glanage peut-être, des présences diffuses et intenses de l’histoire dans notre présent. Dans « Un certain regard » Thierry Pastorello, historien des homosexualités, rend compte du film de Robin Campillo, « 120 battements par minute », dont il dit l’apport à une vision désormais historicisée des « années sida », ces années 1990 dont les souffrances et les luttes associées à la pandémie nous sont devenues trop vite lointaines, alors que le sida continue à entraîner massivement la mort, en particulier en Afrique. « Livres lus » ne dit qu’un petit échantillon de ce que nous avons lu. Les prochains numéros s’efforceront d’amplifier ces échos de la production historienne, notamment autour des révolutions russes, des révolutions de 1848, des mouvements de 1968. « Les Cahiers recommandent » poursuivent leur ronde, aux aguets de toutes les nouveautés qui disent la dissémination de l’histoire à travers la multiplication des formes de la production culturelle.

  • 3 À l’initiative de Pascal Guillot et Georges Vayrou, « L’exposition internationale de 1937 à Paris. (...)
  • 4 <https://www.youtube.com/channel/UC_k3OGl_5LToel4p4iqw83w, présentation en particulier du livre réc (...)
  • 5 Marie-Claude L’Huillier, Anne Jollet (dir.), Nation(s), mondialisation(s) : toute une histoire. Qua (...)
  • 6 Didier Monciaud (dir.), « Communisme et lutte anticoloniale. Autour du Parti communiste algérien », (...)

7Rappelons que les Cahiers s’exposent, les Cahiers débattent dans l’espace public. « L’Exposition internationale de 1937 à Paris », objet du dossier du n° 135 des Cahiers d’histoire, est le thème d’une exposition à la bibliothèque de l’Université de Saint-Quentin-en-Yvelines jusqu’au 12 mai 20183. L’exposition est appelée à être itinérante. N’hésitez pas à la demander. Une table ronde a été associée à l’événement. La rencontre organisée par l’Association des Ami-es des Cahiers d’histoire, à l’occasion de sa première assemblée générale le 19 janvier 2018, autour des auteurs de romans graphiques, André et Désirée Frappier, sera bientôt mise en ligne sur la chaîne Youtube des Cahiers4, invitation à soutenir les Cahiers en adhérant à l’association des Ami-es. Les 5e Rencontres d’histoire critique, « Révolution(s) », se sont déroulées du 23 au 25 novembre 2017 à Gennevilliers. La mise en ligne et l’édition papier se préparent. Dès à présent, les interventions des 4e Rencontres, « Nation(s), mondialisation(s), toute une histoire » sont disponibles dans un livre qui donnera lieu à débats au cours de ce printemps 20185. À dans quelques semaines donc, pour poursuivre ces croisements, changements d’échelle, de points de vue, un beau métissage aux couleurs de notre temps, à travers rencontres et lectures. Pour la prochaine livraison des Cahiers, ce sera « communisme et libération nationale », autour de l’histoire du Parti communiste algérien6.

Haut de page

Notes

1 Jérôme Lamy, Arnaud Saint-Martin (dir.), « L’État, objet transhistorique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 134 ; Pascal Guillot (dir.), « L’Exposition internationale de 1937. Politique et culture au temps du Front populaire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 135 ; Pierre Crépel, Jérôme Lamy (dir.), « Histoire critique des sciences, XVIe-XVIIIe siècles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 136.

2 Philippe Artières (dir.), « 68, les oubliés du cortège », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 107.

3 À l’initiative de Pascal Guillot et Georges Vayrou, « L’exposition internationale de 1937 à Paris. Photographies et objets insolites », en partenariat avec l’UFR des Sciences sociales de l’université de Versailles-Saint-Quentin-en Yvelines et l’Association Henri et Achille Duchêne. Nos vifs remerciements à la direction de la Bibliothèque universitaire, à la direction de l’UFR de Sciences sociales, à l’association des Ami-es des Cahiers d'histoire et à monsieur Michel Duchêne.

4 <https://www.youtube.com/channel/UC_k3OGl_5LToel4p4iqw83w>, présentation en particulier du livre récent, André et Désirée Frappier, Là où se termine la terre. Chili, 1948-1990, Paris, éditions Steinkis, 2017.

5 Marie-Claude L’Huillier, Anne Jollet (dir.), Nation(s), mondialisation(s) : toute une histoire. Quatrièmes rencontres d’histoire critique, Paris, L’Harmattan, 2017.

6 Didier Monciaud (dir.), « Communisme et lutte anticoloniale. Autour du Parti communiste algérien », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 138 (à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 137 | 2018, 5-10.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 137 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6234

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page