Navigation – Plan du site
DOSSIER

1917 en Allemagne : mécontentement social et timidité politique ?

Alexandre Bibert
p. 21-40

Résumé

L’agitation sociale en Allemagne peut apparaître paradoxale. Si la contestation politique ne s’exprime que de façon contenue au début de l’année 1917, l’insatisfaction des foules ouvrières face à l’effort imposé par la Première Guerre mondiale est cependant déjà vive. Le mois d’avril 1917 représente néanmoins une charnière à partir de laquelle le consentement organisé par les institutions politiques et sociales est massivement contesté. Le franc rejet de la guerre peine toutefois à s’exprimer publiquement face à un pouvoir capable d’imposer sa force coercitive. Cela explique qu’il n’a pas été perçu par l’historiographie avec toute son intensité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les premières difficultés se font sentir dès le début du conflit : le nombre d’enfants prenant un r (...)
  • 2 Marc Ferro, La Grande Guerre, 1914-1918, Paris, Gallimard, 1990, p. 213.
  • 3 Georg Michaelis, Für Staat und Volk. Eine Lebensgeschichte, Hambourg, Servus Verlag, 2011 (réimpres (...)
  • 4 Le Zweckverband Groß-Berlin, fondé en 1912, précède la constitution, en 1920, de la commune du Gran (...)
  • 5 Hans-Heinrich Müller, « Kohlrüben und Kälberzähne », Probleme/Projekte/Prozesse, 1998-1, p. 49.
  • 6 Max Rubner, « Einfluss der Kriegsverhältnisse auf den Gesundheitszustand im Deutschen Reich », Münc (...)
  • 7 Ibidem.
  • 8 Dokumente und Materialien zur Geschichte der Arbeiterbewegung, t. I : Juli 1914-october 1917, Berli (...)

1Les pénuries alimentaires sont un phénomène constant dans l’Allemagne en guerre1. Elles dépassent largement l’hiver de 1916-1917, surnommé « l’hiver des rutabagas » en raison de la mauvaise récolte de pommes de terre de l’automne précédent. Rigoureux, le troisième hiver de la guerre a été affronté dans des conditions particulièrement difficiles par des populations urbaines affaiblies par le rationnement et le manque de charbon pour se chauffer. Mais, loin de s’atténuer, les difficultés alimentaires s’intensifient encore au printemps 1917. À l’arrière du front, les populations des villes souffrent particulièrement. En effet, les centres urbains continuent de requérir une grande quantité de vivres alors que, dans les campagnes, la production de biens agricoles est en baisse et que la priorité de leur attribution est donnée à l’armée2. Le nombre de morts de faim entre 1915 et 1918, rétrospectivement estimé à 763 000 par le ministère de l’Intérieur du Reich, donne une dimension du poids de la guerre sur les civils allemands3. Mais c’est en fait surtout dans les villes, et singulièrement parmi les couches modestes de l’agglomération de Berlin, la plus grande du pays4, que les décès causés par le manque de nourriture se sont concentrés5. En raison de la taille de la capitale et des villes périphériques, les citadins, à défaut d’alternatives, se retrouvent particulièrement dépendants de réseaux de distribution réglementés, qui eux-mêmes connaissent un manque chronique de denrées. D’après les calculs effectués par Max Rubner, alors directeur de l’Institut d’hygiène de l’université de Berlin, les rations alimentaires officielles fournissent, en 1916, 1 344 calories aux Berlinois, alors que 2 569 sont jugées nécessaires6. Au printemps 1917, elles n’en apportent plus que 1 1007. La situation ne connaît pas de véritable amélioration dans les mois suivants. Un rapport de police du mois d’octobre ne peut que lister les catégories d’aliments qui manquent8. Toute l’année 1917 est sans conteste extrêmement rude à vivre dans la capitale et les grandes villes allemandes.

  • 9 Jean-Jacques Becker, 1917 en Europe : l'année impossible, Bruxelles, Complexe, 1997, p. 97.
  • 10 Ibidem, p. 45-47.

2Cependant, la singularité du cas allemand et le poids social de la guerre ne se comprennent vraiment que par la comparaison avec d’autres États. En France, on commence seulement en mars 1917 à introduire les premiers contingentements, sur le sucre. La carte de rationnement elle-même n’est étendue à l’ensemble du territoire que le 1er juin 19189. En Russie, c’est l’annonce d’un système de rationnement qui provoque les protestations débouchant sur la chute du tsarisme en mars 191710. La double comparaison avec la France et la Russie montre toute l’ampleur de la spécificité du cas allemand, en mettant en évidence les sacrifices imposés à la population allemande et les effets violents que ceux-ci seraient susceptibles de provoquer. Devant l’acuité de sa situation, pourquoi l’Allemagne de 1917 n’est-elle pas poussée vers la révolution, à l’instar de la Russie ? On peut donc se demander quel est le degré d’adhésion des foules ouvrières à l’effort de guerre. Cet article tentera de répondre à ces questions, en étudiant les revendications politiques du monde ouvrier et les luttes sociales dans le pays. Pour cela, il scrutera de près les grèves d’avril 1917, qui constituent un pic de la contestation. Mais au préalable, il conviendra d’évaluer le degré de politisation des premiers mouvements de grève qui ont marqué le début de l’année 1917. Sur cette base, il sera plus facile de comprendre la montée de la contestation, mais aussi les formes de la suite du mouvement, ainsi que le rapport des ouvriers de l’industrie à la guerre et au pouvoir en place.

Les mouvements sociaux du début de l’année : pour plus de salaire et de graisse

  • 11 Il passe de 240 en 1916 à 561 en 1917.
  • 12 Statistisches Reichsamt, Statistisches Jahrbuch für das Deutsche Reich, Berlin, Puttkammer & Muhlbr (...)
  • 13 Petra Weber, Gescheiterte Sozialpartnerschaft-gefährdete Republik ? Industrielle Beziehungen, Arbei (...)

3L’agitation croissante qui traverse le monde ouvrier en Allemagne en 1917 peut être mesurée par le doublement du nombre de grèves par rapport à 191611. La diffusion de la protestation s’appréhende cependant plus nettement à travers l’augmentation encore plus forte du nombre de jours chômés et d’entreprises touchées. Le passage de 245 404 journées de grève à plus de 1,8 million et celui de 437 à 3 392 entreprises touchées donnent, en effet, une vision plus juste de la montée de la contestation dans les centres urbains allemands12. Bien que le pic de grèves ait été atteint en avril 1917, les arrêts de travail sont récurrents tout au long de l’année. Dès janvier et février, l’actualité sociale est marquée par des débrayages successifs dans les ateliers de la firme Krupp, implantés dans la ville westphalienne d’Essen : environ 40 000 ouvriers cessent leur activité au cours de ces débrayages. Cependant, on constate qu’à la fin de février et au début de mars se forme une vague de grèves, qui n’affecte plus une seule firme, mais concerne tout le bassin industriel de Rhénanie-Westphalie : entre 75 000 et 100 000 travailleurs déposent leurs outils ou abandonnent leurs machines pour protester contre leurs difficultés à se nourrir13. D’autres régions ne sont pas épargnées. Ce phénomène traduit-il une politisation et une extension du champ des revendications des masses ouvrières ? Si c’est bien le cas, jusqu’où vont ces dernières ?

  • 14 Petra Weber, Gescheiterte…, op. cit., p. 165.
  • 15 Dokumente und Materialien…, doc. 191.
  • 16 Petra Weber, Gescheiterte…, op. cit., p. 165-166. Un rapport de police revenant sur l’année 1917 re (...)

4En réalité, au début de l’année, les grévistes sont loin de remettre en cause le fondement de l’autorité publique ou la conduite de la guerre. Ils réclament surtout, avec leurs mouvements improvisés, les moyens de leur subsistance et une amélioration concrète de leurs conditions de vie. Les grévistes se tournent à cette fin vers la direction de leur entreprise et vers les édiles locaux pour que soient prises des mesures à cet effet. Parmi les grévistes, les mineurs clament : « plus de salaire, plus de graisse14 ». Les employés des usines demandent des hausses de salaire afin de compenser les hausses des prix officiels et, du fait des limites liées au rationnement, afin d’être en mesure d’acquérir des compléments de vivres au marché noir. L’élargissement du mouvement est la conséquence directe d’un effet d’émulation : les augmentations de salaire consenties par la firme Krupp ont ainsi poussé les 20 000 employés de Rheinische Metallwaren und Maschinenfabrik à formuler des exigences similaires et à leur faire envisager de se mettre en grève le 1er mars15. Des revalorisations salariales de l’ordre de 10 à 15 % parviennent à mettre fin aux différents conflits surgis dans le bassin de la Ruhr, mais elles ne permettent que de rétablir un équilibre précaire16.

  • 17  C’est notamment le cas à Berlin, voir Dokumente aus geheimen Archiven, t. 4 : Berichte des Berline (...)
  • 18 Le nom complet de l’entreprise est Berliner Maschinenbau-Actien-Gesellschaft vormals L. Schwartzkop (...)
  • 19 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 196 (19/02/1917).
  • 20 Ibidem, doc. 198 (23.2.1917).
  • 21  Sur le succès éphémère du mouvement de solidarité avec Liebknecht, voir Ottokar Luban, « Die Masse (...)
  • 22 L’affaire du Lusitania, un paquebot britannique coulé par un sous-marin allemand en mai 1915, avait (...)
  • 23 Ibidem, doc. 198 (23/02/1917).

5S’il est vrai que l’ensemble des bassins industriels est concerné par la multiplication des arrêts de travail17, il convient cependant de souligner que les grèves affectent pour l’essentiel les usines d’armement ou les sites de production essentiels au fonctionnement de celles-ci. Les ouvriers de ces sites profitent de la contribution de leur production à l’effort de guerre pour exercer une pression leur permettant d’améliorer leurs conditions de vie. L’exemple de la Berliner Maschinenbau-Aktiengesellschaft18, un fournisseur essentiel de torpilles, est éclairant. Le samedi 3 février, 2 900 travailleurs de l’usine, rejoints par quelques ouvriers de l’entreprise Ludwig Loewe, débrayent pour dénoncer la pénurie de vivres. Le mouvement dénonce les pratiques des instances étatiques chargées du ravitaillement et, en particulier, celles de la Société centrale d’achat (Zentrale Einkaufsgesellschaft), qui a le monopole du commerce extérieur depuis septembre 1915. Celle-ci est devenue la cible des critiques, car elle n’autorise dorénavant plus les directions d’entreprises à effectuer des achats de vivres à l’étranger au profit de leurs ouvriers19. En parallèle, des augmentations de salaire sont demandées à la direction de l’entreprise. Les ouvriers qualifiés semblent être à la pointe du mouvement en exigeant une hausse de leur salaire horaire de 30 pfennigs sur un salaire journalier oscillant entre 18 et 22 marks pour neuf heures de travail20. Ne l’obtenant pas, 700 d’entre eux arrêtent le travail une semaine plus tard. Alors que les mesures répressives adoptées à l’été 1916 à la suite des protestations organisées au moment du procès de Karl Liebknecht ont été levées, le mouvement de grève se prolonge sans trop de difficultés pendant au moins dix jours21. Cette grève a pour effet de bloquer complètement la production de torpilles sur ce site de production alors que le commandement militaire a, le 1er février, décidé de reprendre la guerre sous-marine à outrance22. On voit comment le mouvement social, avant de porter des revendications politiques, naît de préoccupations liées au quotidien et très autocentrées. En considérant que les ouvriers des usines d’armement ont un salaire plus élevé et sont, en conséquence, mieux nourris que l’ensemble de la population du Grand-Berlin23, on voit aussi que les grèves sont rendues possibles par la conscience d’un rapport de force favorable.

Les évolutions du printemps

  • 24 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 206 (06/04/1917).
  • 25 Voir Vorwärts, 31/03/1917. Ce journal rend compte de l’appel du soviet « aux peuples du monde entie (...)
  • 26 Ibidem, doc. 208 (12/04/1917).

6La revendication de la paix devient le marqueur d’un ensemble d’évolutions qui apparaissent au printemps 1917. Le mouvement se politise davantage au fur et à mesure qu’une place croissante est faite, au sein des revendications, à la demande d’un arrêt immédiat du conflit. La révolution russe est le premier facteur favorisant cette tendance. Les changements politiques affectant ce pays sont perçus en Allemagne comme l’annonce d’un tournant dans la guerre. La chute du tsarisme, qui était vu comme un pilier du bellicisme, et la démocratisation du pouvoir en Russie sont analysées par la partie de la social-démocratie allemande la plus hostile à la guerre comme les prémices possibles de la conclusion d’une paix24. L’aspiration du peuple russe à la paix, manifestée par différentes déclarations du soviet de Petrograd, perce dans la presse allemande, malgré une insistance simultanée de celle-ci sur les signaux provenant de Russie qui vont dans le sens d’une poursuite de la guerre25. Dans les milieux populaires allemands, on espère, sur la base de la montée du pacifisme en Russie, parvenir à une paix entre les deux pays qui, sans annexions ni contributions, pourrait entraîner l’arrêt de l’ensemble du conflit26.

  • 27 Voir les prises de position adoptées par la direction du SPD de l’arrondissement de Hanovre, dans l (...)
  • 28 Appel de l’USPD du 13/04/1917, cité dans Dieter Fricke, Handbuch zur Geschichte der deutschen Arbei (...)
  • 29 Nous employons ce terme foucaldien en pensant notamment aux organes de presse et à leurs imprimerie (...)
  • 30  Pour affirmer cette position, il va jusqu’à retenir l’appellation de Parti social-démocrate majori (...)
  • 31  Polizeiamt der Stadt Leipzig, Jahresbericht des Polizeiamts der Stadt Leipzig über die politische (...)

7L’Allemagne elle-même connaît au printemps 1917 une évolution importante dans son histoire politique. La scission de la social-démocratie est en train de se préciser. En effet, au cours de l’hiver, l’incompatibilité entre la direction du SPD (Sozialdemokratische Partei Deutschlands), favorable à l’effort de guerre, et un courant qui souhaite hâter la conclusion de la paix est actée27. Exclus sans ménagement, les tenants de la ligne alternative créent un nouveau parti : du 6 au 8 avril se tient à Gotha le congrès fondateur de l’USPD (Unabhängige Sozialdemokratische Partei Deutschlands). Cette formation politique se donne pour ambition, par fidélité aux résolutions d’avant-guerre, de refonder la social-démocratie allemande28. Dès lors, ce courant et sa ligne politique ne sont plus soumis à la discipline des directions locales et nationales du SPD qui avaient le contrôle du pouvoir au sein de la social-démocratie29. Même si le SPD se proclame majoritaire au sein du mouvement social-démocrate30, l’USPD rencontre en réalité un soutien notable auprès des militants et de l’opinion publique : rapidement, dans certains districts comme le Grand-Berlin, Leipzig, Brunswick, les militants vont en majorité passer du côté de l’USPD. Cela s’accompagne pour ce dernier de nouvelles ressources pour diffuser ses idées. Ainsi le Journal populaire de Leipzig (Leipziger Volkszeitung) devient-il, après avoir été marqué par des éditorialistes défendant la Burgfrieden – l’union des partis dans l’effort de guerre –, le principal organe de presse promouvant des positions pacifistes31.

  • 32 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 202 (17/03/1917) et 209 (12/04/1917).
  • 33 Un an d'emprisonnement ou, en cas de circonstances atténuantes, une peine de prison plus courte ou (...)
  • 34 Vorwärts, 23/03/1917.
  • 35 Ibidem, 12/04/1917.
  • 36 De façon générale, l’entrée en guerre des États-Unis, intervenue le 6 avril 1917, ne semble guère a (...)
  • 37 Vorwärts, 11/04/1917.

8Enfin, au printemps 1917, les conditions de ravitaillement se dégradent encore, même par rapport à « l’hiver des rutabagas ». La population berlinoise est particulièrement touchée. Les rutabagas eux-mêmes viennent à manquer, comme les autres denrées et biens de première nécessité32. De surcroît, le 31 mars, une ordonnance de l’Oberkommando in den Marken, le haut commandement militaire responsable de Berlin et de la province de Brandebourg, vise à mettre fin, à partir du 1er avril, aux flux de citadins qui, en réponse à l’impossibilité de trouver en ville suffisamment de vivres, se rendent à la campagne pour s’approvisionner. Le phénomène, devenu massif, en particulier le dimanche, a pour effet le développement du marché noir et détourne donc une part croissante de la production agricole des circuits économiques contrôlés par l’État, qui soutiennent directement l’effort de guerre. Devant la dimension prise par le phénomène, le commandement militaire estime ne plus pouvoir tolérer de telles pratiques et il choisit de les sanctionner de peines très lourdes33. La mesure est dissuasive, mais le poids des pénuries sur la population est accru. Cette décision intervient alors que, peu avant, le gouvernement a entrepris de renforcer encore, à partir du 15 avril, cette fois à l’échelon du Reich tout entier, le rationnement du pain34. De 1 950 grammes par semaine, la ration de pain doit passer à 1 600 grammes, soit 4,5 tranches de 50 grammes par jour35. La ration de pommes de terre est censée augmenter, comme celle de viande, pour passer à une demi-livre par jour, mais de toute façon les quantités indiquées restent théoriques en raison de l’indisponibilité des produits comme de leurs substituts. La baisse de la ration de pain, dont les Berlinois, en dépit des annonces du pouvoir, n’imaginent pas la compensation, provoque une grande inquiétude. La presse constate que, malgré l’entrée en guerre des États-Unis36 et la révolution en Russie, la question de l’alimentation « constitue le sujet de discussion presque exclusif des cercles les plus étendus de la population37 ». Renforcée par les évolutions du printemps et la perspective d’une dégradation supplémentaire, la contestation connaît un nouvel élan.

Interpréter les grèves d’avril

  • 38 Dokumente und Materialien…, doc. 201 (26/03/1917) ; Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht…  (...)
  • 39 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 205 (5/04/1917).
  • 40 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 210 (13/04/1917).
  • 41 200 000 est le chiffre revendiqué par les grévistes, voir Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 21 (...)
  • 42 Willibald Gutsche (dir.), Deutschland im ersten Weltkrieg, vol. 2 : Januar 1915 bis Oktober 1917, B (...)
  • 43 Ottokar Luban, « Die Massenstreiks… », op. cit., p. 15 et 20 ; Ralph Hoffroge, « Hinter den Kulisse (...)
  • 44 Dans un quartier pauvre du centre-ville de Berlin, le Scheunenviertel, les vitrines de quelques mag (...)

9La social-démocratie indépendante tente, dès la seconde moitié du mois de mars, d’utiliser la révolution russe en faveur de ses revendications principales, qui visent d’une part la conclusion de la paix et d’autre part la démocratisation du régime38. Cependant, le mouvement populaire de contestation n’éclate pas immédiatement, le 23 mars, à l’annonce des nouvelles normes de rationnement. Cela incite à ne pas exagérer l’exacerbation des tensions politiques existant en parallèle de la grogne et du désarroi face aux conditions de vie. Il n’en reste pas moins que l’annonce, plusieurs semaines à l’avance, d’un nouveau plan de rationnement favorise la structuration du mécontentement. D’après les rapports de police, une assemblée d’ouvriers de l’industrie tenue le 2 avril semble avoir été une des premières mobilisations de ce type à se tenir depuis l’annonce des restrictions. Mais les 500 ouvriers réunis alors paraissent n’avoir envisagé que de protester contre la réduction de la ration de pain et de réclamer des augmentations de salaire. Au même moment ou dans les jours qui suivent, les travailleurs de plusieurs usines voisines, situées au nord-ouest de Berlin, envisagent de se rassembler le 15 avril et de cesser le travail le lendemain39. Dans les derniers jours avant l’entrée en vigueur des nouvelles normes de rationnement, des assemblées se tiennent dans de très nombreux ateliers, si bien que le mouvement est extrêmement diffus40. Au matin du lundi 16 avril, entre 150 000 et 200 000 personnes ne reprennent pas le travail41. Il s’agit de la grève la plus importante que Berlin ait connue jusque-là42. D’autres villes comme Leipzig, Kiel, Magdebourg, Halle sont également touchées43. Toutefois, le mouvement ne tourne pas à l’action violente et ne connaît aucun débordement important44.

  • 45 Le commandement militaire insiste auprès de la préfecture de police de Berlin pour être informé par (...)

10La remise en cause du régime et de l’effort de guerre n’atteint pas son point culminant en 1917 avec les grèves d’avril. Celles-ci marquent seulement le début de la diffusion, à la faveur des évolutions du printemps, de la contestation du pouvoir et de sa politique dans les classes populaires. Avant les grèves, le pouvoir craint une politisation du mouvement ouvrier, mais il est en fait, pour l’essentiel, encore confronté à la protestation des ventres creux45. La revendication de la paix ou celle de changements politiques ne sont pas directement les déclencheurs de la mobilisation, bien qu’une très large part des grévistes soit prête à ce moment à adhérer à de telles revendications.

  • 46 Alors que dans la plupart des usines le travail a repris, les ouvriers de l’usine de la Deutschen W (...)
  • 47 Ils proposent aux grévistes qui se sont mobilisés en réaction aux difficultés de subsistance de pro (...)
  • 48 Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. cit. ; Dokumente und Materialien…, op. cit., (...)
  • 49 Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. cit.
  • 50 Aux élections régionales et locales, le vote censitaire a alors encore cours.

11Le régime lui-même n’est que très peu attaqué. Bien au contraire, les ouvriers se tournent vers les autorités pour obtenir une amélioration de leurs conditions de vie. Il est significatif que les grévistes des usines où la contestation est la plus tenace envoient des délégations auprès du chancelier pour lui faire part de leurs doléances46. Les socialistes de l’USPD profitent néanmoins des tribunes données par les assemblées de grévistes pour diffuser leurs vues et faire, autant que possible, adopter leurs résolutions lors des assemblées d’ouvriers47. Ainsi à Leipzig, quelques milliers de grévistes rassemblés dans l’après-midi du 16 avril à la grande brasserie en plein air de Leipzig-Stötteritz adoptent, poussés par Friedrich Geyer, député au Reichstag et cofondateur de l’USPD, ainsi que par un éditorialiste de la Leipziger Volkszeitung, une résolution présentant, à côté de revendications économiques, des revendications d’ordre politique, comme celles visant la levée de l’état de siège et la fin de la censure48. Des figures de proue de l’USPD, comme Friedrich Geyer, mais aussi Richard Lipinski et Hermann Liebmann, ont l’occasion de proposer une vision politique globale aux ouvriers sortis des usines. En insistant sur l’exemple russe, ils diffusent l’idée que « la classe ouvrière allemande peut très bien créer un gouvernement démocratique, si elle le veut vraiment [et que] la condition en est l’engagement direct pour la conclusion au plus vite de la guerre49 ». La présentation d’une telle vision à la foule contribue incontestablement à la politisation de celle-ci. La résolution finalement adoptée reprend la revendication de l’introduction des principes de la loi électorale du Reich (un vote égalitaire, direct, secret et généralisé) à l’échelle des États fédérés50, de même qu’elle demande au gouvernement de se déclarer prêt à conclure une paix sans annexions. On voit ainsi comment les grévistes qui se sont mobilisés en réaction à un durcissement du rationnement partagent ou sont a minima disposés à s’approprier des mots d’ordre politiques.

  • 51 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 217 (17/04/1917), voir aussi, doc. 215 et 216 (16/04/1918). (...)
  • 52 « Liste der Betriebe in denen am 18/04/17 die Arbeit noch nicht aufgenommen worden ist », Landesarc (...)
  • 53 Voir Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 240 (12/04/1917). Encore à quelques jours de Noël, des (...)

12Malgré l’importance du nombre des arrêts de travail que l’on peut relever lors de la poussée de fièvre du mois d’avril, la mobilisation des masses laborieuses n’est pas une réussite totale. Les grévistes eux-mêmes sont déçus que, dans de nombreuses entreprises importantes, on ait continué à travailler51. En outre, le mouvement s’essouffle assez vite. À Berlin, la reprise du travail se décide progressivement, lors d’assemblées tenues dans les ateliers. Ce trait met en avant la forte décentralisation du mouvement et confirme qu’il s’agit avant tout d’un mouvement ouvrier, en particulier issu des usines d’armement, plus que d’un mouvement populaire. Les travailleurs de quelques grandes fabriques débrayent jusqu’au 23, mais le 18 avril la police ne relève déjà plus que 27 499 grévistes dans quinze entreprises52. Rien qu’à Leipzig, qui est en passe de devenir un bastion de l’USPD, le nombre de grévistes est, avec 30 000 personnes, plus important au deuxième jour de la grève, mais il décroît malgré tout, comme ailleurs, très rapidement. Une différence notable par rapport à la capitale peut toutefois être relevée : la mobilisation ouvrière a connu ici, en raison de la différence de taille de la ville, un point central de cristallisation, la brasserie en plein air de Leipzig-Stötteritz, vers laquelle les grévistes de différentes usines ont convergé. Mais cela ne suffit pas à prolonger le mouvement dans le temps puisque, même à Leipzig, la mobilisation a pris fin le 19 avril. En revanche, bien qu’avec une intensité nettement plus faible, l’agitation se poursuit durant tout le reste de l’année53.

Les effets politiques

  • 54 Pierre Jardin, Aux racines du mal. 1918, le déni de défaite, Paris, Tallandier, 2005, p. 111-116.
  • 55 Cette loi soumet les travailleurs à des exigences plus fortes (suspension de la liberté du choix du (...)
  • 56 Ottokar Luban, « Die Massenstreiks… », op. cit., p. 19.

13L’attitude de la social-démocratie majoritaire, qui est un interlocuteur privilégié des autorités54, a contribué à couper l’herbe sous le pied de la mobilisation. Les sociaux-démocrates majoritaires, tant ceux du SPD que de la Commission générale des syndicats d’Allemagne, espèrent obtenir des profits supplémentaires de leur politique de rapprochement avec le gouvernement, dans la continuité de la reconnaissance des syndicats comme représentants légitimes des ouvriers suite à la loi de décembre 1916 sur le service auxiliaire55. De ce fait, ils soutiennent activement l’effort de guerre et luttent par conséquent contre tout ce qui pourrait l’affaiblir, en particulier contre les mouvements de grève. Ces derniers étant soutenus par les sociaux-démocrates indépendants, il s’agit aussi de contrer la montée d’une organisation concurrente, l’USPD. À l’approche du 16 avril, les cadres syndicaux tentent d’apaiser le climat de protestation56. Ne pouvant empêcher la grève, ils s’y rallient in extremis dans l’après-midi du 15 avril pour ne pas rendre éclatante la rupture avec les masses ouvrières. Toutefois, leur attitude ne trompe guère, si bien que le mouvement échappe aux cadres syndicaux et leur emprise sur les travailleurs s’en trouve affaiblie. L’organe de presse du SPD, le Vorwärts, s’efforce dans ses éditions des 17 et 18 avril de marginaliser les grévistes et de minimiser la portée de la contestation. L’objectif, face à un mouvement très atomisé, est de pousser à la reprise du travail en décourageant les grévistes qui peinent à avoir une vue d’ensemble sur leur propre mobilisation.

  • 57 Michaelis, commissaire d'État à l'alimentation du peuple depuis février 1917, promet que les ration (...)
  • 58 Le préfet de police de Berlin pour l’Oberkommando in den Marken, le ministre de l’Intérieur, la cha (...)
  • 59 Klaus Schönhoven, Die Gewerkschaften in Weltkrieg…, op. cit., doc. 39.
  • 60 Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. cit.
  • 61 Ibidem.

14Si le décalage est patent entre le mouvement et les directions syndicales, ces dernières parviennent tout de même à reprendre provisoirement une position prééminente à la faveur de la démobilisation des grévistes. Différents facteurs permettent d’expliquer la fin du mouvement. Tout d’abord, l’office en charge du ravitaillement, dirigé par Georg Michaelis, affiche au premier jour du mouvement une certaine compréhension face aux doléances qui lui sont présentées et fait quelques promesses rassurantes et concessions mineures57. Ensuite, dans la capitale, suite aux efforts de la police, il ne se constitue pas de grand cortège propre à renforcer la combativité des manifestants. La coordination est demeurée faible entre les usines lorsque celles-ci n’étaient pas voisines. Surtout, compte tenu de la précarité extrême de leur situation alimentaire, les ouvriers ne disposent pas des moyens de subsister sans salaire, et donc de la possibilité de faire durer le mouvement58. Les cadres syndicaux qui appellent à la reprise du travail parviennent à se présenter comme la voix de la raison. Il n’est pas impossible, mais pas démontré non plus, que la nouvelle de l’offensive française sur le Chemin des Dames, lancée justement le 16 avril, ait facilité leurs desseins. Quoi qu’il en soit, malgré l’insatisfaction des ouvriers, l’ensemble des dirigeants des unions syndicales allemandes adressent le 26 avril un courrier au général-lieutenant Wilhelm Groener, qui, à la tête de l’office de la Guerre, est en charge de coordonner les aspects économiques de l’effort de guerre. Dans cette lettre, ils se distancient solennellement et sans ambiguïté des revendications politiques formulées à l’occasion des grèves qui viennent d’agiter le pays59. Ils y rejettent, de même, l’éventualité d’une paix de compromis. L’attitude des directions syndicales au moment et à la suite de la grève d’avril ne fait toutefois que renforcer la rupture entre le mouvement ouvrier et la social-démocratie dite majoritaire. Une des conséquences en est la sortie de fédérations professionnelles locales du cartel syndical. Une assemblée de l’Union des métallurgistes de Leipzig s’engage sur cette voie dès le 22 avril, ce qui fait que l’USPD dispose du plus important syndicat de la ville60. De nombreuses fédérations, comme celles des asphalteurs, des employés de commerce, des couturiers, la rejoignent avant l’automne61. Cette dynamique traduit du reste une diversification d’un mouvement qui était, au début de l’année, essentiellement cantonné aux usines d’armement. Elle justifie la fondation, le 19 novembre 1917, d’un cartel syndical libre reposant sur une volonté partagée de revenir aux principes pacifistes qui guidaient le syndicalisme d’avant-guerre.

La paix, horizon d’espérance des foules ouvrières

  • 62 L’espoir parmi le peuple est constaté par les autorités de police, voir Dokumente aus geheimen Arch (...)
  • 63 La conférence de Stockholm est le fruit de plusieurs initiatives convergentes, voir Jean-Jacques Be (...)
  • 64 Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. cit.
  • 65 À Leipzig, 3 000 personnes environ se sont jointes à la grève, alors que toutes les entreprises éta (...)
  • 66 Ces meetings attirent 5 000 auditeurs, voir Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. c (...)
  • 67 C’est le slogan d’un tract diffusé, voir Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 252 (30/08/1917).
  • 68 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 245 (21/07/1917).
  • 69 Dans le cadre du congrès socialiste international de Stuttgart en 1907, une Union internationale de (...)

15À la différence du SPD, l’USPD pousse de façon récurrente les masses à porter des revendications d’ordre politique. Son activité tire profit de l’actualité pour en appeler à la combativité des foules. Ainsi, il met en avant le projet, qui suscite beaucoup d’attentes parmi les milieux ouvriers, de la tenue d’une conférence socialiste internationale à Stockholm62. En effet, cette initiative, en partie basée sur la proposition faite au mois de mai par le soviet de Petrograd de réfléchir à une paix sans annexions ni indemnités, correspond pleinement à la proposition soutenue par l’USPD depuis sa fondation63. Peu de temps après, un appel à cesser le travail le 16 juillet est lancé à un moment où le Reichstag débat des crédits de guerre pour la quatrième campagne d’hiver64. Bien que cet appel ait été entendu, la participation à la grève n’est pas considérable65. L’USPD entretient également la contestation par l’organisation de rassemblements politiques réguliers. À Leipzig, le 2 août, deux réunions organisées par l’USPD se préoccupent de répondre à la question : « Est-ce que le peuple veut la paix66 ? ». Le 15 août 1917, c’est cette fois dans toutes les grandes villes du Reich que doit avoir lieu une grande grève générale « pour l’obtention de la paix67 ». Mais là encore, le mouvement ne prend pas réellement, bien que les conditions de vie restent toujours très difficiles durant l’été (les pommes de terre manquent douloureusement dans l’attente de la nouvelle récolte et les soupes populaires sont prises d’assaut68). Les sociaux-démocrates radicaux s’efforcent de rester à l’initiative. Ils tentent de mettre en place une coordination de leurs actions pour rendre plus manifeste la diffusion des revendications. La direction de l’organisation des jeunes de l’USPD profite ainsi d’une rencontre tenue à Halle en juillet pour organiser une mobilisation le 2 septembre, à l’occasion du 10ème anniversaire de l’Union internationale de la jeunesse socialiste69. La révolution bolchévique en Russie, déclenchée dans la nuit du 6 au 7 novembre, ranime elle aussi dans les rangs de l’USPD l’espoir d’un changement politique en Allemagne. Avec à chaque fois quelques milliers de participants seulement, malgré la vivacité persistante de l’irritation sur les conditions de ravitaillement, aucune de ces mobilisations n’atteint l’ampleur de celle du mois d’avril.

  • 70 Voir Dokumente und Materialien…, op. cit., doc. 199 (14/03/1917) ; doc. 200 (15/03/1917) ; doc. 209 (...)
  • 71 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 245 (21/07/1917).
  • 72 Ibidem, doc. 246 (21/07/1917).
  • 73 Ibidem.
  • 74 Ibidem, doc. 242 (21/07/1917).
  • 75 Ibidem.
  • 76 Ibidem, doc. 257 (22/10/1917).
  • 77 Ibidem, doc. 259 (15/11/1917).
  • 78 Ibidem.
  • 79 Ibidem, doc. 264 (26/11/1917).
  • 80 L’USPD obtient 9 315 voix sur 14 639, voir Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. ci (...)

16Pourtant, la désaffection des masses ouvrières vis-à-vis de l’effort de guerre se confirme simultanément de diverses manières. Tout au long de l’année, les rapports des différents commissariats de la capitale décrivent une ambiance « morose », voire « extrêmement morose70 ». L’absence d’amélioration de l’état de l’opinion publique est une constante, que les enjolivements opérés par le préfet de police de Berlin dans ses rapports mensuels sur l’état de l’opinion ne doivent pas masquer. Ainsi, la première version du rapport du 21 juillet fait l’objet d’un profond remaniement, qui amène à évoquer une « ambiance morose comme avant », là où la première version mettait en avant que le climat parmi la population s’était, depuis le dernier rapport, « considérablement dégradé71 ». L’idée que « la foule tend à estimer que des sacrifices supplémentaires ne valent pas la peine et que toute paix est préférable à la continuation de la guerre » disparaît complètement de la version finale72. Les termes d’« exaspération », de « découragement », de « crainte devant l’avenir » sont évacués. Le préfet de police Von Oppen préfère conclure sur l’idée que « l’on considère toujours notre situation sur les champs de bataille comme meilleure que jamais et que [à Berlin] règne une confiance inconditionnelle dans la direction du pays73 ». En réalité, à en croire un rapport du 5ème commissariat de la capitale, la population semble alors majoritairement « ne plus avoir aucun espoir d’une issue favorable de la guerre74 ». La police politique note qu’« en général, la fin de la guerre est souhaitée à n’importe quel prix75 ». Un rapport de l’adjoint du préfet de police du 22 octobre 1917 souligne que l’échec d’une offensive anglo-britannique, les progrès de l’armée en Livonie, les victoires dans la guerre sous-marine, la conquête éclair d’îles de la Baltique et la célébration du 70e anniversaire d’Hindenburg n’ont « pas suffi à écarter, ou même adoucir, la mauvaise humeur qui domine dans de larges cercles de la population76 ». Seule la fin de l’année, avec l’effondrement du front italien à la suite de la bataille de Caporetto et la révolution bolchevique, apporte dans les milieux bourgeois une amélioration du climat77. Les milieux ouvriers espèrent que la révolution d’Octobre permettra cette fois de conclure une paix, mais il n’y a pas de véritable retournement de l’ambiance parmi eux78. Fidèle à ses efforts, l’USPD tente de prolonger la vague révolutionnaire en Allemagne en planifiant une grande grève générale le dimanche 18 novembre, puis, suite à l’échec de la mobilisation, une autre deux semaines plus tard. Le mouvement ne prend toutefois pas, ni à Berlin ni à Leipzig. Le 25 novembre, seulement 2 000 personnes se rassemblent dans la capitale sur la Bülowplatz79. Pourtant, au moins une consultation électorale montre que les masses ouvrières se rallient significativement aux positions de l’USPD et confirme les évaluations pessimistes des rapports de police. Lors des élections à la municipalité de Leipzig, l’USPD obtient dans la troisième classe censitaire – la moins fortunée – presque le double des voix cumulées du SPD et de la coalition bourgeoise80. Le désaccord avec la poursuite de la guerre ne prend toutefois pas dans les rues la forme d’une contestation de cette ampleur.

La disciplinarisation

  • 81 Ralf Hoffrogge, Working-Class Politics in the German Revolution : Richard Müller, the Revolutionary (...)
  • 82 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 214 et 215 (16/04/1917).
  • 83 Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. cit. ; Rapport de la police criminelle du 8e  (...)
  • 84 Les femmes appelées à travailler dans les usines d’armement sont très présentes dans les manifestat (...)

17Le pouvoir de coercition des autorités explique ce décalage. En effet, face à la contestation, les autorités sont à tout moment capables de mettre en place des mesures pour brider et réprimer le mouvement. Dès les jours qui précèdent la mobilisation du 16 avril, Richard Müller, un syndicaliste portant la contestation, est arrêté81. Le moment de la grève venu, la police contrôle efficacement les points stratégiques de la capitale afin de repousser les cortèges de grévistes et de les empêcher de rejoindre le centre82. Si lors des manifestations les forces de police sont très soucieuses d’éviter les provocations, et notamment les effusions de sang, l’armée se tient en réserve pour intervenir si nécessaire, tout en recevant l’ordre de n’utiliser les armes à feu qu’en ultime recours. En revanche, les travailleurs qui distribuent des tracts appelant à une cessation du travail passent systématiquement en procès s’ils sont repérés83. La police de Leipzig se vante d’avoir agi « après chaque grève et chaque défilé » pour arrêter les meneurs. Lors de la manifestation du 15 août à Leipzig, 42 personnes des deux sexes ont ainsi été arrêtées84.

  • 85 Voir Klaus Schönhoven, Die Gewerkschaften in Weltkrieg…, op. cit., doc. 38 (note 7).
  • 86 Cette disposition est levée le 6 juin 1917, voir Oberkommando in den Marken, 08/06/1917, Landesarch (...)
  • 87 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 226 (16/04/1917).
  • 88 Ibidem, doc. 226 (21/04/1917).
  • 89 Voir le témoignage de Wilhelm Koenen, un militant de l’USPD, sur la mobilisation de nombreux de ses (...)

18Face à la contestation, les autorités font preuve d’une très grande fermeté, mais le recours à la menace contribue aussi à briser la contestation. Lors des grèves d’avril, le préfet de police de Berlin fait diffuser le 17 l’information selon laquelle, si le travail ne reprend pas le lendemain, les usines seront volontairement maintenues à l’arrêt pendant une semaine. Il joue sur la privation de salaire dans un contexte où l’alimentation est déjà un problème. Pour mettre un terme aux dernières grèves, le haut commandement régional adopte des mesures encore bien plus radicales. Le 19 avril, il place la Deutsche Waffen und Munitionsfabrik, un des principaux foyers du mouvement, sous administration militaire85. Une réglementation est également mise en place pour interdire les rassemblements à proximité des entreprises86. En parallèle, une interdiction de faire grève est proclamée pour tous les ouvriers de l’industrie d’armement. Le premier mai, les appels de Hindenburg, le chef du grand état-major de l’armée impériale, et de Wilhelm Groener, le responsable de l’effort de guerre, relayés par la Commission générale des syndicats, poussent avec succès les directions syndicales à appeler à ne pas cesser le travail. Mais l’instrument coercitif le plus efficace est le rappel à l’armée des grévistes mobilisables détachés dans l’industrie. Cette mesure entièrement discrétionnaire est employée sans faiblesse. Le 21 avril, dans la banlieue de Berlin, entre 80 et 100 ouvriers sont renvoyés d’une fabrique de Wittenau, puis incorporés dans l’armée87. Selon une information policière, les grèves d’avril sont suivies de plusieurs milliers d’enrôlements dans les usines qui ont prolongé le mouvement au-delà du 1988. À la fois instrument de répression et menace, le recours par le commandement militaire à un tel moyen pour mater les velléités protestataires est révélateur du degré d’adhésion des masses ouvrières à la guerre. Au-delà de l’épisode d’avril, l’enrôlement punitif reste un recours pour punir ceux qui s’engagent trop loin dans la voie de la contestation89. Avec un tel expédient, le pouvoir militaire dispose d’un instrument disciplinaire extrêmement dissuasif.

  • 90 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 251 (25/08/1917).
  • 91 Souvenirs d’Otto Zacher, Landesarchiv Berlin, C Rep. 902-02-04 Nr. 147.
  • 92 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 252 (30/08/1917)
  • 93 Ibidem.

19Envers l’USPD, des mesures d’intimidation sont prises. Son siège est perquisitionné le 24 août90. De telles pressions provoquent des tensions parfois violentes, au sein du parti, entre ceux qui souhaitent intensifier la lutte et ceux qui préfèrent ne pas trop s’exposer91. Alors que les autorités laissaient auparavant une certaine liberté à l’USPD de tenir des réunions publiques, la question de la paix ne doit plus être abordée dans les meetings tenus après la révolution d’Octobre. À la demande du commandement du XIXe corps d’armée, le ministère de l’Intérieur de Saxe donne l’instruction d’interdire toute manifestation qui devrait aborder le thème de la conclusion d’un armistice en écho à la prise du pouvoir en Russie par les bolcheviks. Toutes les autres assemblées lors desquelles la question de la guerre et de la paix pourrait être abordée doivent être surveillées de près. Toutefois, l’office de police de Leipzig n’est pas en situation de faire appliquer ces mesures, car, jusqu’à la fin de l’année, aucune demande d’autorisation n’est plus déposée par l’USPD de la ville, ce qui est une victoire pour les autorités. Cependant, les situations diffèrent localement. Dans la capitale, on constate une radicalisation de certains militants qui se mettent, lors de la manifestation du 25 novembre, à lancer des pierres contre les fonctionnaires de police ou qui les attaquent avec des bâtons et des parapluies. Face à de tels actes, les forces de police répondent par la violence : les manifestants, parmi lesquels se trouvent femmes et enfants, sont frappés à coups de sabre92. Il y a beaucoup de blessés : leur nombre n’a pas pu être évalué parce que ceux-ci ont « pu trouver leur salut dans la fuite93 ». Confrontées à l’emploi de la force, les foules se sont rapidement dispersées, si bien que la spirale de la violence a été vite interrompue par un pouvoir qui ne donne pas l’impression de vaciller.

Conclusion

  • 94 Ces négociations ont lieu entre la Russie soviétique et les Empires centraux, mais elles envisagent (...)
  • 95 Voir Friedhelm Bold, « Der Januarstreik 1918… », op. cit., p. 36 ; Ottokar Luban, « Die Massenstrei (...)

20Au final, l’étude de la contestation ouvrière dans l’Allemagne de 1917 révèle que l’origine des protestations qui se manifestent au début de l’année n’est pas à rechercher dans des revendications de haute politique, mais, qu’en même temps, la lassitude des milieux ouvriers face à la guerre est très profonde. Incontestablement, le printemps 1917 offre dans ce contexte les conditions d’une politisation des masses populaires. La révolution russe, la structuration d’une force politique – avec l’USPD qui, en Allemagne, porte la revendication d’une paix et de réformes étatiques – ouvrent des perspectives nouvelles à une population qui, à l’arrière du front, subit sévèrement le poids de la guerre. Le durcissement des conditions de subsistance en mars-avril conduit à une mobilisation d’une ampleur inconnue depuis le début du conflit. Toutefois, les foules ne remettent pas spontanément en cause la légitimité de la monarchie constitutionnelle. Elles se tournent au contraire vers les autorités en place, afin que celles-ci prennent en compte leurs revendications et leur désir d’un retour à des conditions de vie normales, permises grâce à la paix. Le régime est encore accepté. La contestation du mois d’avril n’en constitue pas moins une étape décisive de la politisation des ouvriers à la faveur de la manifestation d’un ensemble de décalages politiques : entre le désir de paix et la politique du gouvernement, entre les foules ouvrières et la hiérarchie de la social-démocratie majoritaire, entre le peuple et les institutions. L’opposition se cristallise à partir de quelques revendications, mais son expression est refrénée par l’appareil d’État. La pression exercée par les moyens de répression dont dispose le pouvoir parvient à forcer le consentement des foules ouvrières. Celles-ci n’en perdent pas leurs espoirs pour autant. Pour faire pression sur le gouvernement allemand, dans le contexte des potentiellement décisives négociations pour la paix entamées à Brest-Litovsk94 le 3 décembre 1917, l’USPD tente un nouveau coup de force et pousse une nouvelle fois à la mobilisation pour la paix. Le 28 janvier 1918, les ouvriers descendent dans les rues de 57 villes du Reich. Rien qu’à Berlin, 300 000 ouvriers cessent le travail. Le mouvement est d’une ampleur bien plus grande qu’en avril 1917 ; de même, à la différence du mouvement d’avril, il s’agit d’une grève purement politique reposant sur la revendication de la paix, et non sur celle d’un meilleur approvisionnement95. La contestation a également une tournure beaucoup plus violente, avec des barricades formées dans les rues. La politisation, réelle mais plutôt aphone, à l’œuvre depuis le printemps 1917, s’exprime avec éclat. Les autorités sont alors encore en mesure de réprimer violemment le mouvement, ce qui, dans le contexte renouvelé de l’automne 1918, avec l’affaiblissement du pouvoir militaire et civil, ne sera plus possible et permettra la révolution de novembre.

Haut de page

Notes

1 Les premières difficultés se font sentir dès le début du conflit : le nombre d’enfants prenant un repas dans les cantines scolaires, jugé par un médecin de l’époque comme un bon indicateur des difficultés des foyers à se nourrir, connaît une augmentation de presque 25 % entre le mois d’août et la fin septembre 1914. En février 1915, un pédiatre berlinois, Adolf Baginsky, constate la diffusion de la faim dans les jardins d’enfants, ainsi que les manifestations des effets d’une alimentation déficiente. Voir Wolfgang U. Eckart, « Hunger und Mangel in der Heimat », Deutsches Ärzteblatt, 112-6, 2015, p. 231.

2 Marc Ferro, La Grande Guerre, 1914-1918, Paris, Gallimard, 1990, p. 213.

3 Georg Michaelis, Für Staat und Volk. Eine Lebensgeschichte, Hambourg, Servus Verlag, 2011 (réimpression de l’édition originale de 1922), p. 274.

4 Le Zweckverband Groß-Berlin, fondé en 1912, précède la constitution, en 1920, de la commune du Grand-Berlin. En 1917, bien qu’une partie de la population masculine soit mobilisée, on peut considérer qu’il y a une population de près de 3 millions d’habitants.

5 Hans-Heinrich Müller, « Kohlrüben und Kälberzähne », Probleme/Projekte/Prozesse, 1998-1, p. 49.

6 Max Rubner, « Einfluss der Kriegsverhältnisse auf den Gesundheitszustand im Deutschen Reich », Münchener Medizinische Wochenschrift, 67, 1920, p. 229-242.

7 Ibidem.

8 Dokumente und Materialien zur Geschichte der Arbeiterbewegung, t. I : Juli 1914-october 1917, Berlin, Dietz, 1958, doc. 257.

9 Jean-Jacques Becker, 1917 en Europe : l'année impossible, Bruxelles, Complexe, 1997, p. 97.

10 Ibidem, p. 45-47.

11 Il passe de 240 en 1916 à 561 en 1917.

12 Statistisches Reichsamt, Statistisches Jahrbuch für das Deutsche Reich, Berlin, Puttkammer & Muhlbrecht, 1919, p. 101.

13 Petra Weber, Gescheiterte Sozialpartnerschaft-gefährdete Republik ? Industrielle Beziehungen, Arbeitskämpfe und der Sozialstaat : Deutschland und Frankreich im Vergleich (1918-1933/39), Munich, Oldenbourg, 2010, p. 165-166 ; Hans-Joachim Bieber, Gewerkschaften in Krieg und Revolution. Arbeiterbewegung, Industrie, Staat und Militär in Deutschland 1914-1920, vol. 2, Hambourg, Christians, 1981, p. 440.

14 Petra Weber, Gescheiterte…, op. cit., p. 165.

15 Dokumente und Materialien…, doc. 191.

16 Petra Weber, Gescheiterte…, op. cit., p. 165-166. Un rapport de police revenant sur l’année 1917 retient que les salaires ont dans l’ensemble connu une hausse qui a permis d’accompagner celle du coût des aliments, mais cela est surtout vrai pour les ouvriers des usines d’armement. Les ouvriers des industries de consommation ont connu une situation moins favorable, voir Jean-Jacques Becker, L’année 1917, Bruxelles, Complexe, 1997, p. 92. Pour plus de détails sur la façon dont le conflit est désamorcé au sein de la Rheinische Metallwaren und Maschinenfabrik, voir Dokumente und Materialien…, doc. 191.

17  C’est notamment le cas à Berlin, voir Dokumente aus geheimen Archiven, t. 4 : Berichte des Berliner Polizeipräsidenten zur Stimmung und Lage der Bevölkerung in Berlin, 1914-1918, Weimar, Hermann Böhlaus Nachfolger, 1987, doc. 198 (23/02/1917).

18 Le nom complet de l’entreprise est Berliner Maschinenbau-Actien-Gesellschaft vormals L. Schwartzkopff, Berlin ; elle est aussi connue sous le nom de Schwartzkopff.

19 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 196 (19/02/1917).

20 Ibidem, doc. 198 (23.2.1917).

21  Sur le succès éphémère du mouvement de solidarité avec Liebknecht, voir Ottokar Luban, « Die Massenstreiks für Frieden und Demokratie im Ersten Weltkrieg », dans Chaja Boebel, Lothar Wentzel (dir.), Streiken gegen den Krieg. Die Bedeutung der Massenstreiks in der Metallindustrie vom Januar 1918, Hambourg, VSA Verlag, 2015, p. 13-15. Les meneurs de la grève, qui a mobilisé 55 000 ouvriers, ont été appelés aux armes ou placés un temps en garde à vue, voir Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 197 et 198.

22 L’affaire du Lusitania, un paquebot britannique coulé par un sous-marin allemand en mai 1915, avait déclenché un émoi qui avait conduit le commandement militaire allemand à renoncer à l’attaque, décidée le 1er février 1915, de n’importe quel navire se trouvant dans les eaux britanniques. En février 1917, le renforcement du blocus maritime de la Grande-Bretagne et de la France a été solennellement annoncé à la population allemande et il est présenté comme une cause majeure de l’effort de guerre allemand. Voir Ibidem, doc.193 (23/02/1917).

23 Ibidem, doc. 198 (23/02/1917).

24 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 206 (06/04/1917).

25 Voir Vorwärts, 31/03/1917. Ce journal rend compte de l’appel du soviet « aux peuples du monde entier » du 27 mars 1917, qui réclame la fraternisation des soldats des peuples en guerre et annonce des démarches pour parvenir à une paix immédiate. Le texte de l’appel est intégralement traduit et publié quelques semaines plus tard dans Spartacus, 05/05/1917, voir Dokumente aus geheimen Archiven…, doc 198.

26 Ibidem, doc. 208 (12/04/1917).

27 Voir les prises de position adoptées par la direction du SPD de l’arrondissement de Hanovre, dans le Vorwärts du 21/02/1917.

28 Appel de l’USPD du 13/04/1917, cité dans Dieter Fricke, Handbuch zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung, 1869 bis 1917, vol. 1, Berlin, Dietz, 1987, p. 406.

29 Nous employons ce terme foucaldien en pensant notamment aux organes de presse et à leurs imprimeries. Notons toutefois que les directions du SPD se sont efforcées de maintenir un certain pluralisme de façade dans les réunions publiques, cf. Vorwärts du 05/02/1917.

30  Pour affirmer cette position, il va jusqu’à retenir l’appellation de Parti social-démocrate majoritaire d’Allemagne (Mehrheits-SPD ou MSPD).

31  Polizeiamt der Stadt Leipzig, Jahresbericht des Polizeiamts der Stadt Leipzig über die politische u. gewerkschaftliche Bewegung im 12. und 13. sächsischen Reichstagswahlkreis Leipzig-Land und Leipzig-Stadt im Jahre 1917, geheim, février 1918, Landesarchiv Berlin, A Pr.Br.Rep. 030, 15963. Dépossédé de son organe de presse, le SPD fonde à l’été 1917 un nouveau journal, la Freie Presse, dans lequel se retrouvent des anciens de la Leipziger Volkszeitung.

32 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 202 (17/03/1917) et 209 (12/04/1917).

33 Un an d'emprisonnement ou, en cas de circonstances atténuantes, une peine de prison plus courte ou bien une amende pouvant aller jusqu'à 1 500 marks.

34 Vorwärts, 23/03/1917.

35 Ibidem, 12/04/1917.

36 De façon générale, l’entrée en guerre des États-Unis, intervenue le 6 avril 1917, ne semble guère avoir perturbé l’opinion publique allemande, voir Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 208 (12/04/1917). Cela s’explique vraisemblablement par le fait que les États-Unis avaient depuis longtemps rompu leur neutralité et qu’ils n’avaient, par ailleurs, pas d’armée prête à être déployée.

37 Vorwärts, 11/04/1917.

38 Dokumente und Materialien…, doc. 201 (26/03/1917) ; Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. cit.

39 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 205 (5/04/1917).

40 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 210 (13/04/1917).

41 200 000 est le chiffre revendiqué par les grévistes, voir Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 218 (17/04/1917) et 219 (18/04/1917). Le nombre minimum de participants à la grève est donné par les pointages effectués par la police auprès des industries de la ville : 148 903, voir ibidem, doc. 205 (17/04/1917). Il paraît cependant raisonnable de dépasser ce chiffre pour prendre en compte les grévistes issus d’entreprises de plus petite taille, qui ne figurent pas dans les relevés.

42 Willibald Gutsche (dir.), Deutschland im ersten Weltkrieg, vol. 2 : Januar 1915 bis Oktober 1917, Berlin, Akademie Verlag, 1968, p. 681.

43 Ottokar Luban, « Die Massenstreiks… », op. cit., p. 15 et 20 ; Ralph Hoffroge, « Hinter den Kulissen des Januarstreiks 1918. Richard Müller und die revolutionären Obleute », dans Chaja Boebel, Lothar Wentzel, (éds.), Streiken gegen…, op. cit., p. 55.

44 Dans un quartier pauvre du centre-ville de Berlin, le Scheunenviertel, les vitrines de quelques magasins, essentiellement cinq ou six boulangeries, ont été brisées et des produits ont été dérobés par des nuées de jeunes garçons et jeunes filles. De tels événements se reproduisent en nombre limité dans l’après-midi. Voir Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 215 (16/04/1917).

45 Le commandement militaire insiste auprès de la préfecture de police de Berlin pour être informé par voie télégraphique de toute manifestation.

46 Alors que dans la plupart des usines le travail a repris, les ouvriers de l’usine de la Deutschen Waffen und Munitionsfabrik à Moabit, à l’ouest de Berlin, décident au soir du 18 avril de ne pas mettre fin au mouvement et d’envoyer une délégation auprès du chancelier, voir Vorwärts, 19/04/1917. Le 16 avril, une délégation s’était déjà formée, au cours d’une assemblée réunissant des représentants de toutes les usines en grève, afin de rencontrer les autorités en charge du ravitaillement. À Leipzig, l’Union des travailleurs du métal, au sein de laquelle les idées radicales sont puissantes, décide, elle aussi, d’envoyer au chancelier du Reich une délégation impliquant deux représentants de l’USPD, voir Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. cit.

47 Ils proposent aux grévistes qui se sont mobilisés en réaction aux difficultés de subsistance de prolonger la mobilisation prévue pour le 16, afin de porter des revendications politiques, Klaus Schönhoven, Die Gewerkschaften in Weltkrieg und Revolution 1914-1919, Cologne, Bund, 1985, doc 38.

48 Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. cit. ; Dokumente und Materialien…, op. cit., p. 612.

49 Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. cit.

50 Aux élections régionales et locales, le vote censitaire a alors encore cours.

51 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 217 (17/04/1917), voir aussi, doc. 215 et 216 (16/04/1918). Soulignons qu’en janvier 1918, à l’occasion d’un mouvement ultérieur de mobilisation, le nombre de grévistes dépassera les 400 000 personnes à Berlin et touchera dans le Reich plus d’un million de personnes.

52 « Liste der Betriebe in denen am 18/04/17 die Arbeit noch nicht aufgenommen worden ist », Landesarchiv Berlin, A Pr.Br.Rep. 030, 15838/1.

53 Voir Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 240 (12/04/1917). Encore à quelques jours de Noël, des femmes demandent dans les rues de Berlin du pain et la paix, voir le témoignage d’Otto Zacher, Landesarchiv Berlin, C Rep. 902-02-04 Nr. 147.

54 Pierre Jardin, Aux racines du mal. 1918, le déni de défaite, Paris, Tallandier, 2005, p. 111-116.

55 Cette loi soumet les travailleurs à des exigences plus fortes (suspension de la liberté du choix du lieu de travail, obligation de travail dans les usines d’armement pour ceux qui n’étaient pas employés comme travailleurs agricoles avant 1916), mais instaure aussi des comités d’ouvriers et renforce la participation des organisations syndicales dans le fonctionnement de l’économie. Plus près des événements d’avril, l’empereur Guillaume II ouvre la perspective de réformes institutionnelles, qui feraient des concessions aux revendications de démocratisation de la vie politique. Cf. Klaus Schönhoven, Die Gewerkschaften in Weltkrieg…, op. cit.

56 Ottokar Luban, « Die Massenstreiks… », op. cit., p. 19.

57 Michaelis, commissaire d'État à l'alimentation du peuple depuis février 1917, promet que les rations prévues par le ravitaillement seront bien disponibles. Les concessions prennent surtout la forme d’une meilleure information sur l’approvisionnement donnée aux représentants ouvriers. Voir Vorwärts, 18/04/1917.

58 Le préfet de police de Berlin pour l’Oberkommando in den Marken, le ministre de l’Intérieur, la chancellerie, le commissaire pour l’alimentation du peuple et le chef de l’Office de la guerre, 21/04/1917, Landesarchiv Berlin, A Pr.Br.Rep. 030, 15838/1.

59 Klaus Schönhoven, Die Gewerkschaften in Weltkrieg…, op. cit., doc. 39.

60 Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. cit.

61 Ibidem.

62 L’espoir parmi le peuple est constaté par les autorités de police, voir Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 244 (16/07/1917) et 248 (18/08/1917).

63 La conférence de Stockholm est le fruit de plusieurs initiatives convergentes, voir Jean-Jacques Becker, 1917…, op. cit., p. 134-135.

64 Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. cit.

65 À Leipzig, 3 000 personnes environ se sont jointes à la grève, alors que toutes les entreprises étaient appelées à cesser le travail. Environ 1 600 d’entre elles se réunissent ensuite à la brasserie en plein air de Leipzig-Stötteritz pour un meeting, voir Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. cit.

66 Ces meetings attirent 5 000 auditeurs, voir Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. cit.

67 C’est le slogan d’un tract diffusé, voir Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 252 (30/08/1917).

68 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 245 (21/07/1917).

69 Dans le cadre du congrès socialiste international de Stuttgart en 1907, une Union internationale de la jeunesse socialiste a été fondée. Le premier président de cette organisation est Karl Liebknecht. Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. cit. ; voir aussi, Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 252 (30/08/1917).

70 Voir Dokumente und Materialien…, op. cit., doc. 199 (14/03/1917) ; doc. 200 (15/03/1917) ; doc. 209 (12/04/1917), doc. 234 (07/06/1917) ; doc. 248 (18/08/1917), ainsi que de nombreux autres rapports qui traduisent le climat pesant dans la capitale du Reich. Voir aussi , « Stimmungsbericht » de Kamenz du 15/10/1917, Landesarchiv Berlin, A Pr.Br.Rep. 030, 15821.

71 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 245 (21/07/1917).

72 Ibidem, doc. 246 (21/07/1917).

73 Ibidem.

74 Ibidem, doc. 242 (21/07/1917).

75 Ibidem.

76 Ibidem, doc. 257 (22/10/1917).

77 Ibidem, doc. 259 (15/11/1917).

78 Ibidem.

79 Ibidem, doc. 264 (26/11/1917).

80 L’USPD obtient 9 315 voix sur 14 639, voir Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. cit.

81 Ralf Hoffrogge, Working-Class Politics in the German Revolution : Richard Müller, the Revolutionary Shop Stewards and the Origins of the Council Movement, Leyde, Brill, 2014, p. 41.

82 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 214 et 215 (16/04/1917).

83 Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. cit. ; Rapport de la police criminelle du 8e arrondissement de Berlin sur les tracts saisis appelant à la grève, 24/11/1917, Landesarchiv Berlin, A Pr.Br.Rep 030, 15823.

84 Les femmes appelées à travailler dans les usines d’armement sont très présentes dans les manifestations, Polizeiamt der Stadt Leipzig, « Jahresbericht… », op. cit.

85 Voir Klaus Schönhoven, Die Gewerkschaften in Weltkrieg…, op. cit., doc. 38 (note 7).

86 Cette disposition est levée le 6 juin 1917, voir Oberkommando in den Marken, 08/06/1917, Landesarchiv Berlin, A Pr.Br.Rep. 030, 15838/1.

87 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 226 (16/04/1917).

88 Ibidem, doc. 226 (21/04/1917).

89 Voir le témoignage de Wilhelm Koenen, un militant de l’USPD, sur la mobilisation de nombreux de ses camarades après les mobilisations intervenues au début du mois de septembre 1917, voir Landesarchiv, C Rep. 902-02-04 Nr. 28.

90 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 251 (25/08/1917).

91 Souvenirs d’Otto Zacher, Landesarchiv Berlin, C Rep. 902-02-04 Nr. 147.

92 Dokumente aus geheimen Archiven…, doc. 252 (30/08/1917)

93 Ibidem.

94 Ces négociations ont lieu entre la Russie soviétique et les Empires centraux, mais elles envisagent aussi la perspective d’un arrêt global des combats sur la base d’une paix sans annexions acceptée par l’ensemble des belligérants. Dans cet esprit, un délai (le 5 janvier 1918) est fixé aux puissances occidentales pour qu’elles se rallient à cette proposition. Après le refus de ces dernières, qui emporte l’idée d’une conclusion rapide de la paix, car le gouvernement allemand avait fait savoir qu’il accepterait une paix sans annexion uniquement si tous les pays en guerre s’y ralliaient, la direction de l’USPD décide, lors de sa réunion du 10 janvier, de prévoir une grande grève pour le 28 janvier 1918. Voir Gunther Mai, Das Ende des Kaiserreichs. Politik und Kriegführung im Ersten Weltkrieg, Munich, DTV, 1987, p. 135 ; Friedhelm Bold, « Der Januarstreik 1918 in seinen friedenspolitischen Kontexten », dans Chaja Boebel, Lothar Wentzel, (éds.), Streiken gegen…, op. cit., p. 34-36.

95 Voir Friedhelm Bold, « Der Januarstreik 1918… », op. cit., p. 36 ; Ottokar Luban, « Die Massenstreiks… », op. cit., p. 22-23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Bibert, « 1917 en Allemagne : mécontentement social et timidité politique ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 137 | 2018, 21-40.

Référence électronique

Alexandre Bibert, « 1917 en Allemagne : mécontentement social et timidité politique ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 137 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6236

Haut de page

Auteur

Alexandre Bibert

Docteur en histoire, ATER à l’université de Strasbourg (IEP)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page