Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le Bureau socialiste international à l’épreuve des révolutions russes

Andrea Benedetti
p. 41-55

Résumé

Par le biais du comité hollando-scandinave et de ses principaux chefs, le Bureau socialiste international tenta de couper l’herbe sous le pied des zimmerwaldiens et des amis de Lénine en organisant une grande conférence internationale de paix à Stockholm, où il espérait ranimer les discussions entre les socialistes des deux camps belligérants. Mais ce projet, dont le but était clairement antibolchevique, échoua du fait de la concurrence du soviet de Petrograd, de la mauvaise volonté des deux camps, de l’opposition animée par les tenants de la ligne révolutionnaire et du refus des gouvernements en guerre de délivrer des passeports. La révolution d’Octobre et les négociations de Brest-Litovsk sonnèrent le glas de cette tentative de marginaliser la gauche révolutionnaire. Mais elles marquèrent également l’éclatement définitif du mouvement de Zimmerwald.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’unité du mouvement socialiste international avait été gravement compromise par le vote des crédits de guerre par nombre de partis socialistes durant l’été 1914. À la veille des révolutions de 1917, l’instance de direction de la Deuxième Internationale, le Bureau socialiste international (BSI), n’avait pas encore réussi à convoquer une rencontre plénière de l’intégralité de ses sections, à cause des blocages dus aux lignes de fractures multiples du socialisme à l’heure de la guerre.

  • 1 Institut international d’histoire sociale (IIHS), BSI 27, f. 1-2, Circulaire de Huysmans aux partis (...)
  • 2 Alfred Rosmer, Le mouvement ouvrier pendant la Première Guerre mondiale, t. 2, De Zimmerwald à la r (...)

2La première fracture concernait le BSI lui-même. Transféré de Bruxelles à La Haye depuis novembre 19141, le Bureau était réduit à son nouveau comité exécutif : son secrétaire, Camille Huysmans, et la délégation hollandaise (Henri Van Kol, Johan Willem Albarda, Pieter Jelles Troelstra, Floor Wibaut, Willem Vliegen). Son président, Émile Vandervelde, était entré dans le gouvernement belge depuis août 1914 et s’opposait par principe à toute réunion générale du BSI comme de l’Internationale, jusqu’à la fin de la guerre et l’évacuation complète du territoire national par les troupes allemandes. Huysmans, au contraire, s’efforçait de réunir une Internationale qui n’existait plus, mais était loin de faire l’unanimité dans son ancien camp. Ses manœuvres pour isoler les zimmerwaldiens avaient attisé la colère des minorités pacifistes, mais en outre « les majoritaires se méfiaient de lui ; ils lui reprochaient une attitude louvoyante entre les alliés et les Empires centraux2 ».

3La deuxième fracture provenait du fait que les partis des pays belligérants avaient entériné les positions de leurs gouvernements respectifs et réorganisé leurs rapports internationaux en fonction de cela. Les socialistes de l’Entente comme des Empires centraux organisaient depuis 1915 des conférences distinctes. Pour leur part, depuis octobre 1914, les sections scandinaves et la section hollandaise réunissaient régulièrement des conférences socialistes des pays neutres. Le BSI avait essayé de se saisir des conférences des pays neutres comme embryon de relance de l’Internationale, mais la seule rencontre qu’il avait réussi à organiser lui-même, à La Haye en 1916, avait été sans impact sur le reste du mouvement socialiste.

  • 3 Pour la discussion autour du BSI lors de la conférence de Kienthal, voir Olga Hess Gankin, Harold H (...)

4La troisième fracture enfin consistait dans la reproduction au sein de chaque parti des divisions que connaissait le socialisme international. Les divergences s’aiguisaient entre les majoritaires (« bellicistes » ou « neutralistes ») et les minoritaires (« pacifistes » ou « révolutionnaires »). Ceux-ci s’étaient réorganisés rapidement au sein du mouvement de Zimmerwald, surmontant le fractionnement entre neutres, partisans de l’Entente et partisans des Empires centraux. Ils s’attaquaient de plus en plus violemment au BSI3 et à ses responsabilités dans l’entrée des socialistes en guerre et le concurrençaient directement, suite à la création d’une Commission socialiste internationale (CSI) à Berne.

  • 4 IIHS, BSI 55, f. 2-8, Télégrammes de Huysmans aux partis affiliés et à Wilson, 23-30 décembre1916.

5À la veille des événements de 1917, alors que les thèses de Lénine pour un pacifisme révolutionnaire progressaient chez les zimmerwaldiens, Huysmans invitait les directions socialistes à soutenir les initiatives de Woodrow Wilson exposées dans sa Note aux belligérants du 20 décembre 19164. En opposant ainsi la paix wilsonienne à la paix révolutionnaire, il creusait encore plus les divisions du camp socialiste.

  • 5 Jean-Pierre Mousson-Lestang, Le Parti social-démocrate suédois et la politique étrangère de la Suèd (...)
  • 6 IIHS, BSI 53, f. 36-37, Lettre de Huysmans sur Stockholm sur les conférences avec Vandervelde et De (...)
  • 7 IIHS, BSI 56, f. 7-9, Lettre de Huysmans à Vandervelde, 6 janvier 1917.

6En 1917, le BSI était à La Haye, la révolution à Petrograd, mais le sort du socialisme international se jouait à Stockholm. De multiples facteurs firent de cette ville « une sorte de Mecque du socialisme universel5 » et, de facto, la nouvelle capitale de l’Internationale. Pour Huysmans, Stockholm était, « sur la voie de la liberté, la route conduisant à Petrograd, où se rencontrent en ce moment tous ceux qui entendent travailler à l’aboutissement du conflit6 ». De ce fait, la cité suédoise devint le théâtre d’un nombre incalculable d’entrevues publiques, d’échanges secrets, de projets de conférences internationales, de complots. Le leader du Parti social-démocrate suédois des travailleurs (SAP), Hjalmar Branting, était parmi les hommes les plus fidèles à Huysmans et à sa vision du rôle du BSI dans la guerre, il fut ainsi intégré officieusement à l’exécutif du BSI dès le mois de janvier 19177. L’échec de La Haye en 1916 et les événements de Russie firent gagner à Branting et aux socialistes suédois une place dominante au sein de ce qu’il restait du BSI.

L’enthousiasme pour une révolution « utile »

  • 8 IIHS, BSI 85, f. 2-3, Lettre de Huysmans à Tchkhéidzé, 6 avril 1917.
  • 9 Jean-Pierre Mousson-Lestang, op. cit., p. 354.

7Les réactions de l’exécutif du BSI à la révolution de février 1917 furent immédiatement enthousiastes : d’abord en raison de son caractère socialiste démocratique et unitaire, « par le fait que le grand mouvement semble avoir mis fin aux petites chapelles et aux petites sectes qui ont si souvent gêné l’essor de la classe ouvrière russe », comme l’écrivit Huysmans8 ; ensuite parce que la fin de l’autocratie tsariste semblait pouvoir rapprocher les socialistes de l’Entente et des Empires centraux : la compromission avec le tsarisme ne nuirait plus à l’image des Alliés – leur victoire aurait été alors présentable comme celle des démocraties contre les autocraties –, et la fin du tsarisme enlèverait aux socialistes allemands et autrichiens l’arme de propagande de la « guerre à l’autocratie tsariste ». Le BSI estimait en outre pouvoir utiliser la révolution pour stimuler les négociations de paix dans le sens d’une paix générale de compromis et mettre en échec les plans de la gauche zimmerwaldienne pour la paix immédiate, même séparée. Ce fut ainsi que Branting profita du grand chambardement de Février pour appeler indirectement les Allemands à faire une nouvelle offre de paix générale, tout en s’inquiétant des propositions de paix séparée que le Reich soumit aux Russes9. Enfin, le BSI comptait utiliser l’élan de la révolution pour réunir à nouveau l’Internationale au complet.

  • 10 R. Craig Nation, War on War. Lenin, the Zimmerwald Left, and the Origins of Communist International (...)

8Pour pouvoir utiliser la révolution russe à toutes ces fins, Huysmans et ses amis devaient passer à l’action et rapidement. Comme ce dernier était bloqué à La Haye et entouré de zones de guerre, la meilleure solution était d’envoyer Branting de Stockholm à Petrograd. Le séjour du dirigeant suédois, du 5 au 9 avril, se fit certes au nom du SAP, mais dans une complicité assumée avec Huysmans. Il rencontra ainsi Milioukov, Kerenski, Tchkhéidzé, Tseretelli, Gorki et le comité exécutif du soviet. Branting appela les socialistes russes à l’unité des forces révolutionnaires et à éviter toute paix immédiate. Il leur conseilla de saisir l’exécutif du BSI pour convoquer une réunion plénière de ses sections. Sa démarche rencontra un certain succès. Le département des Relations internationales du soviet de Petrograd commença effectivement à s’occuper de la question d’une rencontre socialiste internationale dès le 12 avril, sous l’impulsion du menchevik Mikhail « Liber » Goldman10.

  • 11 Jean-Pierre Mousson-Lestang, op. cit., p. 359.
  • 12 Voir par exemple IIHS, BSI 80, f. 20-21, Lettre de MacDonald à Vandervelde, 26 avril 1917.
  • 13 Madeleine Rebérioux, « Le socialisme et la Première Guerre mondiale (1914-1918) », dans Jacques Dro (...)

9Les manœuvres du BSI étaient concurrencées par celles des zimmerwaldiens : le Suisse Robert Grimm préparait, au même moment, un voyage à Petrograd pour convaincre le soviet de conclure une paix immédiate et de « lutter contre les agissements de Branting contraires à la paix11 ». Par ailleurs, d’autres projets de manifestes de soutien aux Russes et de voyages de délégations socialistes – majorités et minorités – se multipliaient, dans une volonté de contrebalancer les visées « germanophiles » ou « francophiles » des uns et des autres12. La caractéristique commune de ces voyages était une volonté de récupération de la révolution russe en fonction des objectifs spécifiques de chacun, note Madeleine Rebérioux : « Les problèmes posés par les socialistes russes acquièrent portée générale […]. C’est en Russie que se précipitent […] les socialistes des pays de l’Entente et les neutres chargés de diverses missions […]. Tous les socialismes […] regardent maintenant vers Petrograd avec le désir d’une coopération étroite, la volonté d’un freinage efficace ou l’espoir d’un débordement révolutionnaire13 ».

  • 14 IIHS, BSI 54, f. 22, Rencontre de la délégation hollandaise à Laren, 15 avril 1917.
  • 15 IIHS, BSI 53, f. 2, Télégramme de Huysmans à Branting, 16 avril 1917.
  • 16 IIHS, BSI 53, f. 36-37, cit.
  • 17 Idem. Voir aussi IIHS, BSI 53, f. 57-60, Télégramme de Dubreuilh à Huysmans, 7 août 1917.
  • 18 David Kirby, War, Peace and Revolution : International Socialism at the Crossroads, 1914-1918, Lond (...)

10L’exécutif du BSI s’inscrivait également dans cette volonté internationale de récupération de la révolution. Le 15 avril, il se réunit à Laren14 et lança sa démarche en vue de réunir l’Internationale dans son intégralité : il se rallia aux déclarations de Kerenski et Wilson, et décida que sa délégation hollandaise devait s’établir à Stockholm et s’élargir aux délégations scandinaves15. Un « comité hollando-scandinave » se constitua à titre permanent comme émanation des partis neutres : même s’il était formellement indépendant de l’exécutif du BSI, il agissait dans une coordination politique et technique intime avec celui-ci16. Ses membres étaient, en plus de l’exécutif du BSI, les Suédois Hjalmar Branting, Gustav Möller et Ernst Söderberg, le Danois Thorvald Stauning et le Norvégien Jakob Vidnes. Huysmans fut élu secrétaire du comité et fut mandaté pour organiser à Stockholm une conférence socialiste internationale. Celle-ci était théoriquement ouverte aux majoritaires et minoritaires, neutres et belligérants, ainsi qu’à l’Internationale syndicale17. Mais dans la pratique, le projet était conçu comme l’offensive finale contre la CSI. Selon les propos de Stauning, Stockholm n’était qu’un moyen de « couper la tête » à Zimmerwald18.

  • 19 IIHS, BSI 53, f. 10, Télégramme de Branting à Huysmans, 22 avril 1917.
  • 20 IIHS, BSI 54, f. 16, Télégramme de Huysmans à Branting, 12 avril 1917.

11Les plans de Branting/Huysmans reposaient d’abord sur les réactions des socialistes français, anglais et belges : sans eux, une conférence entre Russes, neutres et Allemands n’aurait fait que le jeu de Lénine et de la paix séparée19. Ils reposaient ensuite sur une collaboration stricte avec le soviet de Petrograd et les différentes forces socialistes non bolcheviques. L’autorité morale que les Russes incarnaient était indispensable au BSI pour la relance du socialisme international à l’heure de la guerre, des blocages et des hésitations des directions majoritaires française et anglaise, ainsi que des menaces zimmerwaldiennes de rupture organisationnelle. C’est pourquoi Huysmans considérait la participation de Kerenski aux travaux du BSI comme nécessaire20.

  • 21 IIHS, BSI 53, f. 6-7, Lettre de la légation de Belgique à La Haye à Huysmans, 18 avril 1917 (transm (...)
  • 22 Olga Hess Gankin, H. H. Fisher (dir.), op. cit., p. 591.

12L’opposition du BSI à la paix séparée, et sa volonté de convaincre les socialistes russes de faire de même, le fit remonter en popularité auprès des majoritaires de l’Entente, notamment les Français. Les relations se normalisèrent également entre Huysmans et Vandervelde21, celui-ci étant particulièrement attaché à la poursuite de la guerre à l’Est. La « paix générale » invoquée par le BSI devenait ainsi une paix à réaliser suite à la victoire de l’Entente et selon les principes wilsoniens, même si en théorie il continuait à se référer à une paix répondant aux formules du congrès de Copenhague de 191022.

L’ombre de la paix séparée sur la conférence de Stockholm

  • 23 IIHS, BSI 53, f. 12-13, Télégramme de Huysmans aux directions des partis affiliés, 21 avril 1917.

13Le 21 avril, le BSI indiqua une date et un lieu pour la réunion de l’Internationale : le 15 mai à Stockholm23. Le 27 avril, le Danois Fredrik Borgbjerg arriva à Petrograd en tant que représentant du comité hollando-scandinave et du BSI, pour coordonner leurs efforts avec ceux du soviet pour la conférence socialiste. Alors que les bolcheviks refusaient les négociations, celles-ci trouvèrent la faveur des mencheviks, des socialistes révolutionnaires et du Bund.

  • 24 Jean-Pierre Mousson-Lestang, op. cit., p. 377.
  • 25 Ibidem, note 459, p. 430.

14La division des socialistes russes face aux offres de Borgbjerg reflétait également la ligne de démarcation qui se creusait dans le socialisme international sur la question de la paix. Ainsi, « l’ombre de la paix séparée n’allait pas manquer, dès le début, de ternir l’image de la conférence de Stockholm »24. Le problème s’étendait au-delà de la Russie et mina bientôt la cohésion de l’exécutif du BSI et du comité hollando-scandinave. Le premier incident intervint lorsque Troelstra déclara à la presse qu’il était possible d’imaginer qu’une paix générale aurait pu se produire par une série de paix séparées. Il fut désavoué publiquement par le BSI le 5 mai, mais sa position trouva de l’écho dans les minorités pacifistes, même non bolchéviques. Grimm profita de la querelle pour accuser Stockholm d’être une « conférence de sociaux-patriotes qui discrédite la paix25 ». Le deuxième incident eut lieu quand les socialistes danois proposèrent de ne pas aborder à Stockholm la question des responsabilités des directions socialistes en août 1914. Cela suscita la vive désapprobation de Branting et de Huysmans, conscients du fait que si cette question n’était pas débattue, cela profiterait aux zimmerwaldiens. Face à une conférence aux contours précaires, voire potentiellement dangereux, le 5 mai, Vandervelde finit par désavouer publiquement le projet.

  • 26 IIHS, BSI 53, f. 36-37, cit.
  • 27 Olga Hess Gankin, Harold H. Fisher (dir.), op. cit., p. 594
  • 28 Pour la traduction de l’appel du 27 mars 1917, voir Marc Ferro, La révolution russe de 1917, Paris, (...)
  • 29 IIHS, BSI 53, f. 23, Télégramme de Huysmans à De Brouckère, 10 mai 1917.
  • 30 IIHS, BSI 53, f. 36-37, cit.

15La réunion du comité hollando-scandinave du 3 mai fixa le report de la conférence au 10 juin et décida d’organiser préalablement des conférences séparées entre le comité et les différentes délégations nationales, majorités comme minorités26. Ce furent encore une fois les événements en Russie qui sortirent de l’impasse l’organisation de la conférence. Convaincue par les arguments de Borgbjerg, la majorité du comité exécutif du soviet de Petrograd approuva le 8 mai une motion rédigée par Fedor Dan27 : le soviet aurait pris l’initiative d’appeler à une conférence socialiste internationale, à organiser dans un pays neutre, où seraient conviés tous les partis et groupes de l’ancienne Internationale qui acceptaient comme plateforme l’appel du soviet du 27 mars, Aux peuples du monde entier28. Ainsi, le 9 mai, le soviet rendit public un appel unilatéral à une conférence socialiste internationale et accepta d’envoyer des délégués aux rencontres de Stockholm. Même si le projet de conférence du soviet ne coïncidait pas explicitement avec celui du BSI29, l’appel du 9 mai était exceptionnel : c’était la première fois que la proposition de réunir l’Internationale émanait d’un pays de l’Entente. De plus, la politique étrangère du soviet s’accordait en principe à celle du BSI : refus de toute paix séparée, pression des socialistes sur leurs gouvernements pour une politique de paix, etc. L’intervention du soviet fit changer d’avis simultanément Troelstra et Vandervelde, qui se rangèrent de nouveau du côté de Huysmans/Branting dans une « unité de vue, unité quasi complète et en tout cas suffisante30 ».

  • 31 IIHS, BSI 81, f. 5, Télégramme de Henderson à Huysmans, 12 mai 1917.
  • 32 IIHS, BSI 86, f. 6, Lettre de Dubreuilh à Huysmans, 27 avril 1917 ; IIHS, BSI 53, f. 20, Télégramme (...)

16Ce succès ne dura guère. Les réticences des travaillistes31 et de la SFIO32 à participer à Stockholm laissèrent du temps aux bolcheviks pour riposter. En Russie, ils menaient une campagne féroce contre Stockholm et contre les illusions que certains zimmerwaldiens se faisaient sur celle-ci. Une nouvelle occasion d’offensive fut la conférence panrusse du Parti ouvrier social-démocrate de Russie (POSDR). Le 8 mai, Lénine y dénonça la « comédie » de Stockholm. Le 12 mai, Zinoviev y condamna les tentatives de relance de la vieille Internationale « par l’amnistie réciproque des sociaux-patriotes ».

  • 33 Olga Hess Gankin, Harold H. Fisher (dir.), op. cit., p. 595.
  • 34 IIHS, BSI 81, f. 6, Comité hollando-scandinave : communiqué à la presse, 20 mai 1917.
  • 35 IIHS, BSI 86, f. 17, Lettre du comité hollando-scandinave à Dubreuilh, 29 mai 1917.
  • 36 IIHS, BSI 81, f. 7, Lettre de Henderson à Branting, 28 mai 1917.
  • 37 IIHS, BSI 86, f. 9-12, Lettre de Dubreuilh à Branting, 28 avril 1917.

17Au vu de la progression des bolcheviks dans les institutions révolutionnaires, la position du soviet de Petrograd favorable à une réunion de la vieille Internationale n’était pas acquise pour toujours. D’abord, des membres du soviet commencèrent à institutionnaliser leurs relations avec les minorités socialistes européennes. Ensuite, les plans des zimmerwaldiens pour concurrencer la conférence de Stockholm du BSI par une conférence de Stockholm de la commission (CSI) devinrent une réalité : le 10 mai, Grimm lança un appel à une troisième conférence du mouvement de Zimmerwald pour les 5-12 septembre à Stockholm33, devançant ainsi un BSI ralenti par le processus de conférences séparées. Enfin, lorsque les travaillistes34 et la SFIO35 se décidèrent à adhérer au projet de conférence unitaire, des tentatives pour en prendre le contrôle en court-circuitant le BSI émanèrent des deux partis. Le 28 mai, Arthur Henderson annonça l’envoi d’une délégation anglaise à Petrograd au sujet de la conférence36. Le 31 mai, la commission administrative permanente (CAP) de la SFIO, qui précédemment avait refusé de reconnaître au comité hollando-scandinave la « qualité pour administrer ou parler au nom de l’Internationale37 », décida d’envoyer Longuet et Renaudel à Petrograd pour des pourparlers avec le soviet autour de l’organisation de la conférence.

  • 38 IIHS, BSI 38, f. 47, Procès-verbal de la séance du comité hollando-scandinave, 17 mai 1917.
  • 39 Idem.
  • 40 Jean-Pierre Mousson-Lestang, op. cit., p. 382.
  • 41 IIHS, Archives Troelstra, 547, f. 50, Lettre de Huysmans à Branting et Troelstra, 20 juillet 1917.

18La carte à jouer pour le BSI fut alors celle de l’intégration permanente d’une délégation russe au sein du comité organisateur de la conférence de Stockholm. Cette démarche atteignit le succès le 11 juillet, mais, pour arriver à la constitution du nouveau comité hollando-russo-scandinave, le parcours fut semé d’obstacles. Au début, les Russes retardèrent leur participation aux conférences séparées des délégations, donc leurs modalités d’intégration au comité demeurèrent incertaines. Finalement, le 17 mai, les mencheviks Pavel Axelrod, Julius Martov et Aleksandr Martinov participèrent au nom du groupe menchevik à une entrevue avec le comité, mais gardèrent une attitude réservée sur la démarche des conférences séparées. Selon Martinov, elles « ne (pouvaient) que désunir si l’on ne se (mettait) pas d’accord pour un programme minimum, vu l’élasticité des résolutions internationales38 ». De son côté, Martov émit à la fois la crainte que la Russie devînt une vassale des visées impérialistes anglaises et la crainte qu’une paix séparée avec l’Allemagne n’aurait signifié « autre chose que la participation à la guerre du côté de l’Allemagne et qu’il serait impossible ensuite de rester neutres39 ». Les incompréhensions allaient s’aggravant. Le soviet de Petrograd fixa unilatéralement la date de la conférence internationale pour la période du 28 juin au 8 juillet, mais Branting et Huysmans télégraphièrent le 1er juin au soviet – et à Axelrod et Tseretelli – que la fixation de la date était prématurée et qu’il aurait fallu préalablement se concerter à Stockholm. Leurs craintes furent confirmées lorsque, le 5 juin, Tseretelli confia à Albert Thomas que la conférence convoquée par les Russes aurait été « absolument distincte de l’initiative du comité hollando-scandinave40 ». Huysmans télégraphia à nouveau au soviet le 16 juin, insistant sur le caractère désastreux de l’organisation de deux conférences distinctes et sur l’urgence de l’envoi d’une délégation russe à Stockholm pour discuter avec le comité hollando-scandinave. Finalement, le 2 juillet, cette délégation se mit en route : Vladimir Rozanov, Yosif Goldenberg et Emmanuil « Smirnov » Gurevich (menchéviks), Henryk Ehrlich (Bund), Nikolai Rusanov (socialiste-révolutionnaire). Leur départ coïncidait avec les premiers – et temporaires – succès de l’offensive Kerenski en Galicie et en Ukraine, qui semblaient pouvoir repousser la menace de paix séparée russo-allemande. Le mandat de la délégation russe était de faire en sorte de réunir en un seul les trois projets de conférences internationales (du soviet, du BSI/comité hollando-scandinave, des zimmerwaldiens). Contrairement à l’échec des négociations avec les zimmerwaldiens, un accord fut facilement trouvé le 11 juillet avec le BSI. Les Russes furent ainsi intégrés au comité organisateur de la conférence de Stockholm, prévue dès lors pour le 15 août. Ensuite, la délégation russe partit en Europe occidentale pour avoir des entrevues avec les socialistes de l’Entente et les convaincre du projet. Rozanov resta à Stockholm pour continuer à préparer la conférence avec Huysmans. Un conflit « d’influences » s’ouvrit alors, traduisant la lutte entre le BSI et le soviet pour obtenir l’autorité morale sur le nouveau cours du socialisme mondial. Rozanov exigeait que Tchkeidzé, déjà président du comité exécutif du soviet de Petrograd, soit également le président provisoire de la conférence. Huysmans exigeait en contrepartie que Branting et Troelstra en fussent les vice-présidents41.

  • 42 IIHS, BSI 86, f. 26-29, Télégramme de Dubreuilh à Huysmans et Branting, 20 juillet 1917.
  • 43 IIHS, BSI 53, f. 65, Télégramme de la délégation russe à Huysmans, s.d. ; IIHS, BSI 78, f. 13, Télé (...)
  • 44 IIHS, BSI 53, f. 57-60, Télégramme de Dubreuilh à Huysmans, 7 août1917 ; f. 64, Télégramme de Huysm (...)
  • 45 IIHS, BSI 86, f. 31, Télégramme de Huysmans à Dubreuilh, 20 juillet 1917.

19La crainte de voir le soviet griller la politesse au BSI s’accrut lorsque, le 19 juillet, la CAP de la SFIO s’adressa une fois de plus directement au soviet et non au BSI pour obtenir un report de la date de la conférence42. Les priorités de calendrier de la SFIO, et ensuite des travaillistes, finirent par primer sur les propositions du BSI : la délégation russe en voyage en Europe fut utilisée pour décider du report de Stockholm au 22 août et de la tenue préalable d’une conférence des socialistes interalliés le 8 août43 ; le report de leur réunion au 28 août provoqua automatiquement un report de Stockholm au 9 septembre44. La relance de l’agenda du socialisme international s’était échappée des mains du BSI, Huysmans demandant à la SFIO de faire en sorte que, malgré ce bouleversement de procédure, il eût été possible de « faire apparaître la continuité de l’Internationale45 ».

  • 46 IIHS, BSI 53, f. 71-72, Lettre de Wibaut à Huysmans, 18 août 1917.
  • 47 Voir par exemple : IIHS, BSI 80, f. 5, Lettre de Huysmans et Branting à Wilson, 29 mai 1917.
  • 48 IIHS, BSI 53, f. 70, Télégramme de Van Kol à Huysmans, s.d.
  • 49 Jean-Pierre Mousson-Lestang, op. cit., p. 385.
  • 50 IIHS, BSI 53, f. 74, Télégramme de la délégation russe à Huysmans, 29 août 1917.
  • 51 IIHS, BSI 53, f. 76, Télégramme de Huysmans à Branting, 9 septembre 1917.
  • 52 IIHS, BSI 53, f. 85, Lettre de Troelstra à Huysmans, 30 octobre 1917 (transmettant les propos de Ya (...)
  • 53 Voir par exemple : IIHS, BSI 51, f. 17-19, Télégramme de Sakazov au comité hollando-scandinave, 25  (...)
  • 54 IIHS, BSI 81, f. 47, Télégramme d’Axelrod, Goldenberg et Huysmans à Henderson, 23 octobre 1917.

20Entre mai et août, les gouvernements étatsunien, britannique, français et italien refusèrent les passeports aux délégations socialistes pour se rendre à Stockholm46. Le BSI déploya ses armes diplomatiques pour convaincre les gouvernements que la conférence socialiste n’allait pas à l’encontre des intérêts de l’Entente47, mais ce ne fut pas suffisant. Pour éviter « l’abdication de l’Internationale48 » à cause de l’échec certain de la conférence, les Russes furent encore une fois utilisés pour en obtenir le report sans discréditer le BSI : Branting pensa inviter Kerenski à faire une déclaration sur le caractère inopportun de la conférence pour le moment, sans en rejeter le principe49. Un nouvel ajournement fut enfin ratifié par la conférence interalliée de Londres des 28-29 août, s’emparant une fois de plus de la prérogative de décider à la place du BSI et de la délégation russe au comité organisateur50. Celle-ci revint à Stockholm le 9 septembre51 et, le 17 septembre, un manifeste rédigé par le comité hollando-russo-scandinave rendit publique la volonté de ne pas abandonner l’idée d’une conférence générale de l’Internationale, sans en définir la date. Le 10 octobre, le comité rédigea un nouveau Manifeste des Neutres dans l’optique de relancer le projet de conférence internationale. Il détaillait un programme de paix, alors que cette compétence avait toujours été conçue comme appartenant à la future conférence générale. Le manifeste fit ainsi l’objet de critiques véhémentes, tant sur la méthode52 que sur la question du traitement des minorités nationales dans le contenu de la paix53. La mainmise des socialistes interalliés sur Stockholm fut confirmée lorsque le comité organisateur initia, le 23 octobre, l’énième tentative de rouvrir le débat : le comité demanda aux travaillistes s’ils préféraient convoquer une rencontre à Stockholm, suite à une nouvelle conférence interalliée, ou bien une simple réunion du comité54.

  • 55 Jean-Pierre Mousson-Lestang, op. cit., p. 387.

21Toutes ces tentatives de relance de Stockholm subirent un coup d’arrêt lorsque, le 7 novembre, éclata la révolution d’Octobre. L’offre de paix à l’Allemagne de la part des bolcheviks modifia radicalement les perspectives : « le problème de la paix séparée et de ses conséquences échappait à la compétence de la Deuxième Internationale, qui n’avait su en détourner la menace, et devenait une réalité diplomatique55 ».

La révolution d’Octobre : la fin des illusions pour un BSI pris en otage

  • 56 IIHS, BSI 52, f. 3-5, Lettre de Stauning à Huysmans, 20 novembre 1917.
  • 57 IIHS, BSI 52, f. 10-11, Lettre de Branting à Huysmans, 24 novembre 1917.
  • 58 Idem.
  • 59 Idem.
  • 60 Idem.
  • 61 IIHS, BSI 52, f. 6, Télégramme de Huysmans à Henderson, 22 novembre 1917.
  • 62 IIHS, BSI 52, f. 13, Télégramme de Huysmans à Troelstra, 30 novembre 1917.
  • 63 IIHS, BSI 52, f. 27, Lettre de Huysmans à Van Kol, 24 décembre 1917.
  • 64 IIHS, BSI 52, f. 23-24, Lettre de Van Kol à Huysmans, 20 décembre 1917.
  • 65 IIHS, BSI 52, f. 25, Télégramme de Van Kol à Huysmans, 24 décembre 1917.
  • 66 IIHS, BSI 52, f. 23-24, cit.
  • 67 IIHS, BSI 52, f. 27-28, Lettre de Huysmans à Van Kol, 24 décembre 1917.
  • 68 IIHS, BSI 52, f. 31.3-31.4, Lettre de Huysmans à Stauning, 19 décembre 1917.
  • 69 IIHS, BSI 52, f. 32, Lettre de Huysmans à Dubreuilh, 19 décembre 1917.

22L’annonce du début des négociations de paix russo-allemandes provoqua des réactions fébriles, car la paix générale de compromis devenait une illusion lointaine. Des divergences majeures se firent jour au sein du BSI et du comité hollando-scandinave : le 20 novembre, Stauning demanda l’ouverture urgente de la conférence de Stockholm pour le 2 décembre, jour même du début des négociations56. Son objectif était que l’Internationale puisse peser sur cette paix, même si c’était une paix séparée. Le 24 novembre, Branting dénonça en premier « le piège57 » des manœuvres danoises, une « trahison de l’Internationale58 » du fait qu’elles essayaient de l’engager en faveur du « rapprochement singulier […] entre les léninistes russes et les socialistes majoritaires allemands59 ». Pour Branting, « la conférence des éléments germanophiles de l’Internationale n’apporterait rien à la vraie paix générale et comporterait le risque d’une scission absolue de l’Internationale60 ». Après avoir consulté les socialistes anglais61, Huysmans aussi refusa la proposition de Stauning. Le 30 novembre, il informa le comité hollando-scandinave de l’opposition des socialistes russes à cautionner les initiatives bolcheviques par l’organisation d’une conférence à l’occasion des négociations de paix62. La ligne du BSI devint alors de « ne pas couvrir d’une conférence séparée la paix séparée63 ». Cette position demeurait extrêmement précaire. Van Kol le 20 décembre64 et Troelstra le 24 décembre65 se rangèrent du côté de Stauning, du fait que les négociations russo-allemandes se poursuivaient sans que le BSI ait le moindre impact. Le projet Stauning-Troelstra-Van Kol pour « sortir de l’impasse66 » via la relance d’une conférence à Stockholm se heurta à l’alliance Branting-Huysmans, qui préféraient parier sur l’échec de Brest-Litovsk et insistaient sur l’opposition des socialistes russes à des conférences séparées67. Huysmans fut conforté dans sa position lorsqu’il reçut une résolution du Parti socialiste de Hongrie s’opposant à la paix russo-allemande et appelant les socialistes français et anglais à agir rapidement en faveur de la tenue d’une conférence générale à Stockholm68. Huysmans en conclut que même « les partis socialistes des pays centraux comprennent que la paix séparée renforce les réactionnaires et la paix séparée menace aussi bien la démocratie du Centre et de l’Est que la démocratie de l’Ouest69 ».

  • 70 IIHS, BSI 38, f. 131, Adresse du comité hollando-scandinave aux travailleurs organisés de Grande-Br (...)
  • 71 Idem.
  • 72 Paul U. Kellogg, Arthur Gleason (dir.), British Labor and the War, New York, Boni and Liveright, 19 (...)
  • 73 IIHS, BSI 86, f. 45-46, Lettre de Dubreuilh à Huysmans, 11 janvier 1918.

23La réunion du comité hollando-scandinave des 7-8 janvier 1918 fit le point sur la situation en Russie, mais ne fit qu’affirmer que c’était la politique de refus de passeports des pays de l’Entente qui avait jeté la Russie dans l’extrémisme70. La réunion non seulement ne résolut pas les désaccords internes, mais estima que « la transformation des perspectives de paix séparée en une paix générale71 » aurait dû se faire suivant la tactique des conférences des socialistes de l’Entente, avec le ralliement du reste des socialistes à leurs buts de guerre comme programme de l’Internationale, préalable à toute conférence générale. C’est en ce sens que Huysmans fut mandaté pour participer à la conférence des socialistes interalliés de Londres les 20-24 février : la « paix socialiste » dont il portait le projet finit alors nécessairement par se traduire en un mémorandum sur les visées de guerre de l’Entente. En même temps, l’idée d’une conférence générale de l’Internationale était reportée jusqu’aux négociations de paix : les socialistes de l’Entente se contentaient d’exiger une représentation du mouvement ouvrier lors de l’élaboration des traités de paix72. Pour la deuxième fois en moins d’un an, et cette fois-ci à cause de l’incapacité manifeste du BSI à contrer la paix séparée des bolcheviks, c’étaient les socialistes de l’Entente qui prenaient le contrôle de ce qui restait de l’Internationale et en fixaient le calendrier73.

  • 74 IIIHS, BSI 81, f. 27-29, From the Labour Party Press Bureau, s.d.
  • 75 IIHS, BSI 77.2, f. 8-11, Aux partis socialistes d’Allemagne, d’Autriche-Hongrie et de Bulgarie, 10  (...)
  • 76 Jean-Pierre Mousson-Lestang, op. cit., p. 504.
  • 77 Ibidem, p. 508-510.

24Conformément aux engagements pris à Londres74, et avec le soutien de Vandervelde, Huysmans essaya de convaincre les socialistes des Empires centraux d’accepter le mémorandum de Londres pour s’opposer aux « tentatives de paix bâclée » et « organiser la paix pour tuer la guerre à jamais75 ». Pourtant, la formule du mémorandum sur l’autodétermination de l’Alsace-Lorraine déclencha un nouveau tourbillon d’accusations réciproques et de malentendus entre les socialistes de l’Entente et le SPD. Face à ces blocages, la dernière carte du BSI fut de réutiliser les Russes, en l’occurrence les exilés. Kerenski redevint un interlocuteur privilégié : lors de ses entrevues avec la CAP de la SFIO au mois de juillet, Branting profita de la présence de Kerenski pour dénoncer la « tyrannie prétorienne » des bolcheviks, refuser la reconnaissance de Brest-Litovsk et relancer le projet de conférence générale de l’Internationale76. La croisade antibolchevique devint un potentiel à exploiter pour pouvoir réunir l’Internationale avec l’approche de la fin de la guerre. Sans besoin de convaincre les socialistes majoritaires ou ex-majoritaires, il fallait cependant agir sur les minoritaires ou ex-minoritaires qui rejetaient autant le socialisme de guerre que le bolchevisme. C’est la raison pour laquelle, pendant l’été 1918, Branting intervint à plusieurs reprises pour « corriger » les illusions des socialistes français et anglais sur les bolcheviks, et manœuvra pour qu’Axelrod et Rusanov appellent à l’envoi d’une commission internationale d’enquête en Russie77.

25Mais la croisade aboutit à un échec, non seulement à cause de la contre-offensive bolchevique avec les débuts de l’organisation du Komintern, mais surtout à cause de l’excessive complaisance du BSI avec les prétentions grandissantes de Kerenski. À la conférence interalliée de septembre 1918, l’intervention de l’Entente contre le gouvernement russe fut condamnée dans un premier temps, mais l’allocution de Kerenski convainquit les délégués d’adopter une résolution de compromis : toute intervention militaire devrait être conforme aux « quatorze points de Wilson » et devrait avoir comme seule finalité la restauration de la paix et de la démocratie. Les socialistes interalliés, avec la caution morale de la participation à Londres à la fois de Huysmans et Vandervelde, approuvaient de facto une intervention impérialiste en Russie révolutionnaire.

Conclusions

  • 78 Madeleine Rebérioux, op. cit., p. 625.

26Les révolutions russes confirmèrent « le brassage et l’évolution rapide de positions dont les grandes lignes étaient déjà en cours de clarification78 ». L’incapacité organisationnelle du Bureau socialiste international à influer sur les événements de 1917, l’instrumentalisation de la révolution russe à ses propres fins politiques de paix générale et à ses propres méthodes de relance de l’Internationale, la soumission puis la compromission avec les conférences interalliées expliquent l’échec du BSI à accomplir son mandat de garant de l’unité du mouvement socialiste.

27Le problème de la dualité de pouvoir entre le BSI et le soviet, manifeste dans la dualité entre le comité hollando-scandinave et la délégation russe, fut éclipsé par le passage pur et simple des deux acteurs sous l’autorité des socialistes de l’Entente, ce qui confirma les thèses de Lénine sur la compromission inévitable des socialistes neutres et pacifistes avec les socialistes de guerre. Ainsi, l’opposition à la conférence de Stockholm du BSI permit le progrès des positions bolcheviques au sein des nouvelles institutions révolutionnaires de Russie et la faillite de Stockholm explique en partie la faillite du socialisme de guerre en Russie.

28Huysmans et Lénine étaient les porteurs de deux visions diamétralement opposées quant au contenu et à la méthode de relance de l’internationalisme socialiste. Sur le contenu, aucune d’entre elles n’était « unitaire ». L’une par défaut, puisque les appels du BSI à la réunion la plus large possible de la vieille Internationale ne proposaient rien de plus qu’un retour au statu quo et à un équilibre excluant les tendances « extrêmes ». L’autre par volonté explicite, puisque, pour les bolcheviks, il n’était plus possible de réconcilier socialisme de guerre et révolution. Quant à la méthode, alors que le BSI passa l’année 1917 à se quereller en interne et en externe sur les détails de la paix générale et de la conférence de Stockholm, les bolcheviks optèrent pour la construction de l’hégémonie dans le mouvement révolutionnaire russe pour créer les bases d’une nouvelle Internationale. Ainsi, la révolution d’Octobre mit non seulement fin à l’ultime tentative de réunir la Deuxième Internationale, mais aussi à l’unité de Zimmerwald. Le bloc zimmerwaldien demeurait un lieu de conflits sur des thèmes que le succès de la révolution d’Octobre, en termes de crédibilité de la solution révolutionnaire, avait déjà clarifié dans la pratique. Pour les bolcheviks, il devint alors nécessaire de regarder au-delà de ce bloc pour construire une nouvelle Internationale non compromise. La déliquescence de Zimmerwald permit au BSI, une fois acte pris de la division définitive du socialisme international, de chercher de nouvelles convergences entre d’anciens zimmerwaldiens (du centre et de la droite) et d’anciens socialistes de guerre, prémisses de la conférence de Berne de 1919.

Haut de page

Notes

1 Institut international d’histoire sociale (IIHS), BSI 27, f. 1-2, Circulaire de Huysmans aux partis affiliés, 19 décembre 1914.

2 Alfred Rosmer, Le mouvement ouvrier pendant la Première Guerre mondiale, t. 2, De Zimmerwald à la révolution russe, Paris/La Haye, Mouton, 1959, p. 132.

3 Pour la discussion autour du BSI lors de la conférence de Kienthal, voir Olga Hess Gankin, Harold H. Fisher (dir.), The Bolsheviks and the World War : the Origin of the Third International, Stanford, Stanford University Press, 1940, p. 412-428.

4 IIHS, BSI 55, f. 2-8, Télégrammes de Huysmans aux partis affiliés et à Wilson, 23-30 décembre1916.

5 Jean-Pierre Mousson-Lestang, Le Parti social-démocrate suédois et la politique étrangère de la Suède 1914-1918, Paris, Sorbonne, 1988, p. 381.

6 IIHS, BSI 53, f. 36-37, Lettre de Huysmans sur Stockholm sur les conférences avec Vandervelde et De Man, 16 mai 1917.

7 IIHS, BSI 56, f. 7-9, Lettre de Huysmans à Vandervelde, 6 janvier 1917.

8 IIHS, BSI 85, f. 2-3, Lettre de Huysmans à Tchkhéidzé, 6 avril 1917.

9 Jean-Pierre Mousson-Lestang, op. cit., p. 354.

10 R. Craig Nation, War on War. Lenin, the Zimmerwald Left, and the Origins of Communist Internationalism, Durham/Londres, Duke University Press, 1989, p. 177.

11 Jean-Pierre Mousson-Lestang, op. cit., p. 359.

12 Voir par exemple IIHS, BSI 80, f. 20-21, Lettre de MacDonald à Vandervelde, 26 avril 1917.

13 Madeleine Rebérioux, « Le socialisme et la Première Guerre mondiale (1914-1918) », dans Jacques Droz, Histoire générale du socialisme, t. 2, De 1875 à 1918, Paris, PUF, 1974, p. 625.

14 IIHS, BSI 54, f. 22, Rencontre de la délégation hollandaise à Laren, 15 avril 1917.

15 IIHS, BSI 53, f. 2, Télégramme de Huysmans à Branting, 16 avril 1917.

16 IIHS, BSI 53, f. 36-37, cit.

17 Idem. Voir aussi IIHS, BSI 53, f. 57-60, Télégramme de Dubreuilh à Huysmans, 7 août 1917.

18 David Kirby, War, Peace and Revolution : International Socialism at the Crossroads, 1914-1918, Londres, Dartmouth, p. 89.

19 IIHS, BSI 53, f. 10, Télégramme de Branting à Huysmans, 22 avril 1917.

20 IIHS, BSI 54, f. 16, Télégramme de Huysmans à Branting, 12 avril 1917.

21 IIHS, BSI 53, f. 6-7, Lettre de la légation de Belgique à La Haye à Huysmans, 18 avril 1917 (transmettant la Lettre de Vandervelde à Huysmans, 17 avril 1917).

22 Olga Hess Gankin, H. H. Fisher (dir.), op. cit., p. 591.

23 IIHS, BSI 53, f. 12-13, Télégramme de Huysmans aux directions des partis affiliés, 21 avril 1917.

24 Jean-Pierre Mousson-Lestang, op. cit., p. 377.

25 Ibidem, note 459, p. 430.

26 IIHS, BSI 53, f. 36-37, cit.

27 Olga Hess Gankin, Harold H. Fisher (dir.), op. cit., p. 594

28 Pour la traduction de l’appel du 27 mars 1917, voir Marc Ferro, La révolution russe de 1917, Paris, Flammarion, 1967, p. 104-105.

29 IIHS, BSI 53, f. 23, Télégramme de Huysmans à De Brouckère, 10 mai 1917.

30 IIHS, BSI 53, f. 36-37, cit.

31 IIHS, BSI 81, f. 5, Télégramme de Henderson à Huysmans, 12 mai 1917.

32 IIHS, BSI 86, f. 6, Lettre de Dubreuilh à Huysmans, 27 avril 1917 ; IIHS, BSI 53, f. 20, Télégramme de Dubreuilh à Huysmans, 20 mai 1917.

33 Olga Hess Gankin, Harold H. Fisher (dir.), op. cit., p. 595.

34 IIHS, BSI 81, f. 6, Comité hollando-scandinave : communiqué à la presse, 20 mai 1917.

35 IIHS, BSI 86, f. 17, Lettre du comité hollando-scandinave à Dubreuilh, 29 mai 1917.

36 IIHS, BSI 81, f. 7, Lettre de Henderson à Branting, 28 mai 1917.

37 IIHS, BSI 86, f. 9-12, Lettre de Dubreuilh à Branting, 28 avril 1917.

38 IIHS, BSI 38, f. 47, Procès-verbal de la séance du comité hollando-scandinave, 17 mai 1917.

39 Idem.

40 Jean-Pierre Mousson-Lestang, op. cit., p. 382.

41 IIHS, Archives Troelstra, 547, f. 50, Lettre de Huysmans à Branting et Troelstra, 20 juillet 1917.

42 IIHS, BSI 86, f. 26-29, Télégramme de Dubreuilh à Huysmans et Branting, 20 juillet 1917.

43 IIHS, BSI 53, f. 65, Télégramme de la délégation russe à Huysmans, s.d. ; IIHS, BSI 78, f. 13, Télégramme de Henderson à Huysmans, 27 juillet 1917.

44 IIHS, BSI 53, f. 57-60, Télégramme de Dubreuilh à Huysmans, 7 août1917 ; f. 64, Télégramme de Huysmans à la délégation russe, 10 août 1917 ; IIHS, BSI 78, f. 14, Télégramme de Henderson à Huysmans, 3 août 1917.

45 IIHS, BSI 86, f. 31, Télégramme de Huysmans à Dubreuilh, 20 juillet 1917.

46 IIHS, BSI 53, f. 71-72, Lettre de Wibaut à Huysmans, 18 août 1917.

47 Voir par exemple : IIHS, BSI 80, f. 5, Lettre de Huysmans et Branting à Wilson, 29 mai 1917.

48 IIHS, BSI 53, f. 70, Télégramme de Van Kol à Huysmans, s.d.

49 Jean-Pierre Mousson-Lestang, op. cit., p. 385.

50 IIHS, BSI 53, f. 74, Télégramme de la délégation russe à Huysmans, 29 août 1917.

51 IIHS, BSI 53, f. 76, Télégramme de Huysmans à Branting, 9 septembre 1917.

52 IIHS, BSI 53, f. 85, Lettre de Troelstra à Huysmans, 30 octobre 1917 (transmettant les propos de Yanko Sakazov), f. 85 ; f. 96-99, Brève déclaration de Huysmans (privée), 31 octobre 1917.

53 Voir par exemple : IIHS, BSI 51, f. 17-19, Télégramme de Sakazov au comité hollando-scandinave, 25 octobre 1917 ; f. 25-26, Lettre de l’Organisation ouvrière d’Athènes et de l’Organisation ouvrière du Pyrée au comité hollando-scandinave, 27 décembre 1917 ; f. 35-38, Lettre de Rakovski au comité hollando-scandinave, 1er décembre 1917 ; f. 39-41, Lettre du Conseil national de Lituanie à Huysmans, 30 octobre 1917 ; f. 45-53, Lettre du comité de l’indépendance indienne au comité hollando-scandinave, 16 novembre 1917 ; f. 58-58.1, Lettre du Parti national égyptien au comité hollando-scandinave, 29 novembre 1917 ; f. 75-81, Lettre de Djamalzadeh au comité hollando-scandinave, 30 octobre1917.

54 IIHS, BSI 81, f. 47, Télégramme d’Axelrod, Goldenberg et Huysmans à Henderson, 23 octobre 1917.

55 Jean-Pierre Mousson-Lestang, op. cit., p. 387.

56 IIHS, BSI 52, f. 3-5, Lettre de Stauning à Huysmans, 20 novembre 1917.

57 IIHS, BSI 52, f. 10-11, Lettre de Branting à Huysmans, 24 novembre 1917.

58 Idem.

59 Idem.

60 Idem.

61 IIHS, BSI 52, f. 6, Télégramme de Huysmans à Henderson, 22 novembre 1917.

62 IIHS, BSI 52, f. 13, Télégramme de Huysmans à Troelstra, 30 novembre 1917.

63 IIHS, BSI 52, f. 27, Lettre de Huysmans à Van Kol, 24 décembre 1917.

64 IIHS, BSI 52, f. 23-24, Lettre de Van Kol à Huysmans, 20 décembre 1917.

65 IIHS, BSI 52, f. 25, Télégramme de Van Kol à Huysmans, 24 décembre 1917.

66 IIHS, BSI 52, f. 23-24, cit.

67 IIHS, BSI 52, f. 27-28, Lettre de Huysmans à Van Kol, 24 décembre 1917.

68 IIHS, BSI 52, f. 31.3-31.4, Lettre de Huysmans à Stauning, 19 décembre 1917.

69 IIHS, BSI 52, f. 32, Lettre de Huysmans à Dubreuilh, 19 décembre 1917.

70 IIHS, BSI 38, f. 131, Adresse du comité hollando-scandinave aux travailleurs organisés de Grande-Bretagne, 8 janvier 1918.

71 Idem.

72 Paul U. Kellogg, Arthur Gleason (dir.), British Labor and the War, New York, Boni and Liveright, 1919, p. 61-65 et p. 353-366 ; IIHS, BSI 81, f. 30-35, Joint International Sub-Committee. Memorandum on International Situation, s.d. ; IIHS, BSI 81, f. 36-40, Inter-Allied Conference Decisions. February 20-24, 1918. Memorandum by Mr Arthur Henderson, s.d.

73 IIHS, BSI 86, f. 45-46, Lettre de Dubreuilh à Huysmans, 11 janvier 1918.

74 IIIHS, BSI 81, f. 27-29, From the Labour Party Press Bureau, s.d.

75 IIHS, BSI 77.2, f. 8-11, Aux partis socialistes d’Allemagne, d’Autriche-Hongrie et de Bulgarie, 10 mars 1918.

76 Jean-Pierre Mousson-Lestang, op. cit., p. 504.

77 Ibidem, p. 508-510.

78 Madeleine Rebérioux, op. cit., p. 625.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrea Benedetti, « Le Bureau socialiste international à l’épreuve des révolutions russes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 137 | 2018, 41-55.

Référence électronique

Andrea Benedetti, « Le Bureau socialiste international à l’épreuve des révolutions russes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 137 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6273

Haut de page

Auteur

Andrea Benedetti

Doctorant en histoire, université de Strasbourg, UMR 7367 DYNAME

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page