Navigation – Plan du site
DOSSIER

L’année 1917 en Norvège : une poussée révolutionnaire en trompe-l’œil ?

Finn Olstad
Traduction de Svein Erling Lorås
p. 57-73

Résumé

Bien que pays neutre, la Norvège souffre aussi des conséquences de la Première Guerre mondiale. En 1917, les ouvriers subissent tout particulièrement les effets de l’inflation et la dégradation des conditions de vie et d’approvisionnement. Face à ces problèmes, une partie considérable d’entre eux basculent du côté de l’Opposition syndicale de Martin Tranmæl, qui met en cause les compromis de la confédération réformiste et la mollesse des dirigeants travaillistes. Une révolution semble possible, d’autant qu’apparaissent ici et là des conseils. Mais les ambiguïtés de Tranmæl et l’habileté de ses adversaires au sein du mouvement syndical et politique rendent cette option délicate, d’autant que le terme même est compris de manière assez floue, et parfois contradictoire, par les masses.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Finn Olstad, LOs historie. Bd. 1. Med knyttet neve (Histoire de l’Organisation syndicale des trava (...)

1Le 6 juin 1917, des manifestations contre la vie chère eurent lieu dans toute la Norvège. La capitale Kristiania (qui prendra le nom d’Oslo en 1925) était comme paralysée. Tous les magasins et restaurants étaient fermés. Tous les trains étaient à l’arrêt. On ne voyait pratiquement aucun camion ou taxi dans les rues. Le défilé le plus important que vit la capitale aurait mis plus de trois heures à passer devant le Storting (l’Assemblée nationale), les estimations du nombre de manifestants variant entre 25 000 et 40 000, dont peut-être 10 000 femmes. Quel qu’il soit, ce chiffre était important pour une ville qui comptait à peine 250 000 habitants. À travers le pays, jusqu’à 200 000 personnes auraient manifesté contre la vie chère, alors que la Norvège comptait à l’époque environ 2,5 millions d’habitants1.

2Les souffrances éprouvées ne représentaient peut-être pas grand-chose par rapport aux épreuves endurées sur le continent européen, victime des carnages de la guerre causant la misère et la désolation et conduisant aux révolutions en Russie. La Norvège était en effet un pays neutre, qui venait d’obtenir son indépendance après la dissolution de l’union avec la Suède en 1905 et dont le régime démocratique, dans le cadre de la monarchie constitutionnelle, essayait de tempérer les inégalités spectaculaires produites par la guerre dans les États voisins. Cependant, les manifestations de 1917 furent des événements faisant de 1917 une année particulière en Norvège, aussi bien pour les gens de l’époque qu’ensuite pour les historiens.

3En s’appuyant sur ces considérations générales, cet article va analyser l’impact qu’a eu la Première Guerre mondiale sur la situation économique et politique de la Norvège au cours de la décisive année 1917 et, en particulier, comment la guerre a atteint les conditions de vie du peuple, entraîné la radicalisation de la classe ouvrière et posé la question de la révolution. Nous finirons sur une évocation rapide des legs de 1917.

Une économie fortement perturbée par la guerre

  • 2 Olav Riste, «Forord» (Préface) in Narve Bjørgo, Øystein Rian & Alf Kaartvedt, Norsk utenrikspolitik (...)

4La Norvège était un pays périphérique dans le contexte européen, bordée par la mer au nord, à l’ouest et au sud. Ces données ont marqué l’histoire du pays et contribué à créer certaines « constantes » dans ses relations avec le reste du monde2. Que la Norvège se trouve relativement loin des centres économiques, culturels et politiques de l’Europe présente certains avantages, mais aussi des inconvénients. La Norvège n’eut pas à servir de champ de bataille pour les guerres du continent, en tout cas jusqu’à l’invasion par l’Allemagne hitlérienne en 1940. Cet éloignement fut propice à son isolationnisme et à sa méfiance à l’égard des grandes puissances, mais il fit aussi naître le besoin de chercher le soutien d’une grande puissance amie. Étant donné la situation géographique du pays et les leçons de l’histoire, cela ne pouvait être que la Grande-Bretagne. La Norvège ne devait à aucun prix entrer en conflit avec elle. En un mot, la Norvège était un pays trop insignifiant pour être impliquée dans la Première Guerre mondiale. Mais les conséquences de la guerre en Europe furent quand même notables, non du point de vue militaire, mais du point de vue économique et commercial. Cela fut ressenti de façon aiguë en 1917.

  • 3 Berge Furre, Norsk historie 1905-1940 (Histoire de la Norvège, 1905-1940), Oslo, Samlaget, 1972, p. (...)

5Il était difficile d’être à l’abri pour un pays faisant partie intégrante de l’économie de marché occidentale. À la fin du XIXe siècle, la Norvège n’avait pas cessé de s’industrialiser, même si elle ne pouvait se mesurer aux grands centres industriels du continent. D’après les statistiques, en 1890, 55 % de la population active travaillaient dans le secteur primaire (agriculture et pêche) alors que 20 % travaillaient dans le secteur secondaire (artisanat et industrie). En 1920, les chiffres étaient respectivement de 42 et 28 %3. Après l’éclatement de la guerre, l’industrie norvégienne eut du mal à se procurer les matières premières et les machines-outils dont elle avait besoin. En 1917, plusieurs branches avaient réduit leur production. Par contre, cette situation contribua à la naissance de nouvelles entreprises, d’autres fusionnèrent et le secteur se modernisa. La pénurie de charbon poussa par exemple à l’électrification.

  • 4 May-Brith Ohman Nielsen, Norvegr. Bd. 4. Etter 1914 (Norvegr. Volume IV. Après 1914), Oslo, Ascheho (...)

6Son économie ouverte, fondée sur les exportations, rendait la Norvège vulnérable et l’exposait aux pressions des grandes puissances. À l’époque moderne, le pays avait toujours été obligé d’importer du blé, et son degré d’autosuffisance était encore en 1914 parmi les plus faibles d’Europe. Par contre, il exportait beaucoup de poisson4, métaux, produits de l’industrie du bois et produits électrochimiques, comme les engrais chimiques. En 1917, un des problèmes majeurs était d’assurer les transports pour pouvoir écouler les produits des industries d’exportation. Dans cette situation, la marine marchande ne cessa de prendre de l’importance. La flotte marchande norvégienne était la troisième du monde et la plus importante par rapport à la population. Elle employait beaucoup de monde et contribuait au PNB d’une manière qui rappelle celle du secteur pétrolier aujourd’hui.

7Pour les belligérants, la Norvège, formellement neutre, devint un fournisseur important de poisson et de minerai de cuivre. En même temps, elle attira, surtout dans ses ports, des agents et des espions. On se souvint longtemps de 1917 comme de l’année de nombreuses affaires d’espionnage, qui firent peur à la population. Le baron allemand Von Raufenfels, voyageant comme courrier impérial, fut arrêté transportant de nombreuses bombes et d’autres objets suspects dans ses bagages, apparemment destinés à des actions de sabotage de navires et à provoquer des incendies. Chez un baron suédois, on trouva aussi du matériel de sabotage et des bactéries de la maladie du charbon, probablement destinés à saboter les transports de marchandises de Norvège en Russie.

  • 5  Roald Berg, Norsk utenrikspolitikks historie. Bd. 2. Norge på egen hånd 1905-1920 (Histoire de la (...)
  • 6 Olav Riste, The Neutral Ally. Norway’s Relations with Belligerent Powers in the First World War, Os (...)
  • 7 Per Fuglum, Norges historie. Bd. 12. Norge i støpeskjeen 1884-1920 (Histoire de la Norvège. Volume  (...)

8La Norvège avait besoin de faire du commerce avec l’Allemagne comme avec l’Angleterre. Jusqu’à l’automne 1916, elle réussit à trouver un équilibre grâce à des traités de commerce avec les deux belligérants. Mais à partir de 1917, les choses se compliquèrent car les Britanniques imposèrent une série d’accords qui les avantageaient au détriment des Allemands. La Grande-Bretagne refusa, entre autres, de vendre du charbon à la Norvège entre décembre 1916 et février 1917, parce que la Norvège avait vendu du poisson à l’Allemagne. En 1917, la Norvège signa un accord secret de tonnage avec la Grande-Bretagne. Il impliquait que les autorités et les armateurs norvégiens renonçaient à disposer librement de leur flotte marchande. Des navires britanniques armés devaient approvisionner la Norvège en coke et charbon. Des navires norvégiens devaient être affrétés sous pavillon britannique dans des eaux plus sûres5. De ce fait, la Norvège devint de plus en plus ce qu’on appela plus tard « l’allié neutre » (« the neutral ally »)6 et, en réalité, un État-client de la Grande-Bretagne. Ce qui explique en partie cet accord, et d’autres aussi, était la guerre sous-marine engagée par les Allemands à partir de février 1917, qui infligeait de lourdes pertes matérielles et humaines à la flotte norvégienne. Rien que pendant les premiers six mois de 1917, 300 navires, représentant 460 000 tonneaux, furent coulés, ce qui représentait 20 % de la flotte d’avant-guerre. À la fin de la guerre, le total des navires coulés représentait 50 % de la flotte d’avant-guerre, alors que plus de 2 000 marins avaient péri, dont 1 400 citoyens norvégiens7.

9L’accord de tonnage était, du côté norvégien, formellement un accord privé, mais signé à l’initiative du gouvernement. De façon générale, les secteurs d’intervention et les pouvoirs de l’État furent élargis pendant la guerre en Norvège, comme ils le furent dans les pays belligérants. En Norvège, le Parti conservateur (la droite) et le Parti radical-libéral (la gauche) avaient alterné au pouvoir depuis l’adoption du parlementarisme et du régime des partis à la fin du XIXsiècle. Le parti radical-libéral dirigea le gouvernement pendant toute la guerre en la personne de Gunnar Knudsen. Ce gouvernement était favorable à un État fort et des régulations politiques, non seulement par nécessité, mais aussi par conviction. L’administration centrale s’étoffa sous forme de nouveaux ministères et commissions aux mandats élargis. Cela se fit en fonction des besoins du moment et non pas selon un plan d’ensemble. Le plus important était d’assurer le ravitaillement de la population. On interdit d’exporter certaines marchandises. Pour quelques produits de première nécessité, on établit dès 1917 des monopoles d’État d’importation, tels que le monopole des grains et le monopole du sucre. En 1917, on vota également une loi de régulation publique des prix. À partir de l’automne 1917, on imposa des prix plafond à certains aliments. On annonça le rationnement de denrées importantes, qui n’entra toutefois en vigueur qu’en janvier 1918. Il y eut diverses interdictions. Pour beaucoup de gens, la prohibition des alcools en 1916 fut probablement la plus durement ressentie. Et en 1917, le gouvernement interdit la vente des vins et d’autres boissons fermentées, sauf la bière faiblement alcoolisée.

10Certains secteurs économiques protestèrent, mais en réalité l’opposition à la croissance de l’État et à ses interventions fut relativement faible. Au contraire, une grande partie de la population jugea les mesures prises insuffisantes. Seuls les marins eurent une expérience directe de la guerre. Mais toute la population fut touchée par le caractère anormal des temps. Les notions de « vie chère » et de « boursicotage » renvoyaient à des phénomènes sociaux nouveaux. Elles traduisaient les contrastes sociaux qui ne furent peut-être jamais plus grands qu’en 1917. Alors que certains vivaient dans la précarité, d’autres gagnaient des fortunes et avaient un train de vie extravagant et provocateur.

La montée des contradictions sociales

  • 8 Finn Olstad, LOs historie…, op. cit., p. 206-207.

11Pour la grande majorité de la population, 1917 signifia vie chère ou hausse des prix et rationnement des produits de première nécessité. Malgré le contrôle et la régulation des prix, ceux-ci augmentèrent de façon spectaculaire. En même temps, les loyers montèrent en flèche. Les principales victimes furent les salariés, ouvriers et employés. Même les hauts fonctionnaires relativement aisés durent se serrer la ceinture et adopter de nouvelles habitudes alimentaires et vestimentaires. Mais les ouvriers étaient les plus exposés aux épreuves de la vie chère, surtout les familles nombreuses. Les autorités s’en inquiétèrent à tel point qu’elles firent faire des enquêtes sur les effets de la vie chère sur le niveau de vie des gens. On étudia, par exemple, comment les gens qui ne mangeaient plus à leur faim perdaient du poids et souffraient plus qu’avant de maladies gastro-intestinales. L’immunité contre des maladies dangereuses comme la tuberculose se trouvait également réduite. Ces enquêtes montraient surtout que les mères de famille se privaient souvent de nourriture pour que leurs maris et enfants puissent manger à leur faim. Beaucoup d’entre elles « furent brisées pour la vie8 ».

12La situation des agriculteurs et des pêcheurs était meilleure. Les pêcheurs gagnaient mieux leur vie à cause des gros achats des Allemands et des Britanniques. Les paysans des riches régions agricoles profitèrent de la demande accrue et des prix exceptionnellement élevés. L’agriculture avait pendant plusieurs décennies connu un grand essor en modernisant son matériel et adoptant de nouveaux modes d’exploitation. Sa production connut une forte croissance pendant la guerre. Cependant, les autorités taxèrent beaucoup de marchandises agricoles, mais pas les produits qu’achetaient les agriculteurs. Ceux-ci devaient entre autres payer les engrais chimiques plus cher. Beaucoup de paysans ressentirent comme une provocation que les autorités négligent l’agriculture au profit de l’industrie, de la banque et des activités urbaines en général.

  • 9 May-Brith Ohman Nielsen, Norvegr…, op. cit., p. 29.
  • 10 Berge Furre, Vårt hundreår. Norsk historie 1905-1990 (Notre siècle. Histoire de la Norvège 1905-199 (...)
  • 11 Sverre Steen, På egen hånd. Norge etter 1905 (À elle seule. La Norvège après 1905), Oslo, Cappelen, (...)

13Pendant la guerre, de grosses fortunes furent faites, qui souvent d’ailleurs disparurent peu après. Les nouveaux riches faisaient des investissements spéculatifs dans les exploitations agricoles. Les importations décroissantes donnaient la possibilité de s’enrichir à ceux qui avaient des produits rares à vendre, même si ceux-ci n’étaient pas au départ de première qualité. On parlait avec mépris des « barons du goulasch », symboles des profiteurs de ces temps difficiles. Cette expression renvoyait à ceux qui disposaient de denrées d’une qualité douteuse, avec lesquelles ils concoctaient des produits vendus à des prix exorbitants9. Les transports maritimes offraient des possibilités exceptionnelles de faire vite de gros profits. En 1914, par exemple, on payait moins de 5 couronnes la tonne pour faire traverser à des marchandises la mer du Nord. À l’été 1917, le tarif était monté à 260 couronnes. Les armateurs n’étaient guère affectés par les torpillages, du fait qu’ils étaient assurés. Les navires étaient très demandés, et on pouvait en acheter pour les revendre à un prix multiplié. Mais ceux qui en profitaient, alors que les marins périssaient, étaient tenus en piètre estime par l’opinion publique. Les sociétés qui profitaient de l’économie de guerre montaient en valeur, ce qui provoqua la spéculation. La valeur des actions des compagnies maritimes sextupla. Une société fondée sur des contrats de construction de navires pouvait être vendue avec un profit considérable longtemps avant le début de la construction de ceux-ci. Les droits d’option – le droit d’acheter un certain nombre d’actions – se revendaient avec profit. Il va de soi que cela pouvait donner naissance à une spéculation malsaine et même à des opérations frauduleuses10. Ce genre de spéculation a donné son nom à l’époque, « l’ère des boursicoteurs », dans laquelle l’année 1917 occupe une place à part. À ce moment-là, la spéculation ne se limitait plus au monde traditionnel des affaires. Il y avait des spéculateurs plus ou moins chanceux dans toutes les couches sociales, en tout cas parmi ceux qui avaient mis de l’argent de côté et espéraient gagner le gros lot. Le boursicotage des actions des compagnies maritimes était devenu un sport très répandu11.

  • 12 Finn Olstad, LOs historie…, op. cit.

14Alors que certains avaient du mal à gagner leur pain, le problème des autres était leur richesse. Il n’était pas toujours facile d’investir son argent dans des activités productives. Certains investirent donc dans les objets d’art et les antiquités. En outre, des villas luxueuses furent construites, villas qui donnent encore leur cachet à certaines villes. Elles traduisaient le besoin qu’avaient certains d’étaler leur richesse, surtout les nouveaux riches. Ils achetaient aussi des résidences secondaires, des voitures et des bateaux de luxe. Ils avaient une consommation extravagante, organisaient des fêtes somptueuses et buvaient de grands millésimes. On disait que certains allumaient ostensiblement leurs cigares avec des billets de banque. Ces parvenus étaient la risée des gens et furent condamnés moralement, à l’époque et pendant des décennies plus tard, à travers les témoignages et les manuels d’histoire. Le contraste était flagrant entre cette richesse ostentatoire, qui se manifestait avec insolence en 1917, et la vie chère, à la source de la misère croissante des travailleurs et des problèmes que rencontraient les salariés et les classes moyennes pour vivre comme avant. Il en résulta des conflits d’intérêts plus vifs. S’y ajouta la provocation ressentie par le monde ouvrier du fait que certains pouvaient faire des ronds de fumée avec de grosses coupures et dépenser de manière extravagante sans retenue. De plus en plus de gens se posaient la question : « Que faire ? » À partir de là, ils protestèrent en mettant en cause la société. Le monde ouvrier commença à perdre patience en même temps qu’il perdait confiance dans les autorités, ce qui se traduisit par les manifestations contre la vie chère durant l’été 1917. Cette année-là fut en effet marquée par une nette radicalisation du monde ouvrier : il y eut sans cesse des manifestations, de l’agitation sociale et des grèves. En même temps, les fractures qui divisaient le mouvement ouvrier apparurent de plus en plus clairement. Les désaccords étaient profonds sur les modalités de la lutte sociale et le chemin à suivre12.

Une combativité ouvrière en hausse

  • 13 Finn Olstad, Jern og Metall 100 år. Bd. 1. 1891-1940 (La Fédération des métallos a 100 ans), Oslo, (...)

15Les conflits internes s’expliquaient en partie par l’évolution sur le long terme de la société norvégienne, évolution accentuée par les conditions particulières dues à la guerre. Depuis la fin du XIXe siècle, le mouvement syndical comptait de plus en plus d’adhérents, il était mieux organisé et il exerçait une influence de plus en plus grande. Sans atteindre le niveau de son homologue suédois, le mouvement syndical norvégien comptait parmi les plus puissants d’Europe. L’organisation phare en était la Fédération des métallos, qui avait une base économique solide et qui négociait, au niveau national et à armes égales, avec le patronat. La ligne était qu’on obtenait les meilleurs résultats sans grève grâce à une organisation forte, qui devait néanmoins être une organisation de lutte, sinon elle ne servait à rien13. La stratégie du mouvement syndical fut déterminée par les conventions collectives de l’industrie lourde signées en 1907, les premières concernant tout un secteur industriel, qui reconnaissaient aussi le pouvoir de décision des patrons. Ces conventions ouvrirent une période d’accords collectifs de plus en plus importants sans que cela signifiât nécessairement la paix sociale. Si jamais un conflit éclatait, il risquait de prendre une grande ampleur, de se compliquer, comme lors du grand lock-out de 1913 touchant plusieurs branches. Les « lock-outés » et leurs familles représentaient environ 100 000 personnes. En fait, la Norvège était plutôt un espace agité de l’Europe si on compte les journées de travail perdues. Après 1911, le système des conventions collectives fut néanmoins consolidé par une série d’accords nationaux, souvent d’une durée de plusieurs années. De plus en plus, le pouvoir fut centralisé par l’Organisation syndicale des travailleurs (Arbeidernes faglige landsorganisasjon) et la Confédération du patronat norvégien. Telle était la situation en 1917, du moins en principe.

  • 14 Finn Olstad, Frihetens århundre. Norsk historie gjennom de siste hundre år (Le siècle de la liberté (...)

16En outre, un troisième acteur, les pouvoirs publics, cherchait à s’imposer. Ceux-ci étaient intervenus plusieurs fois dans des conflits sociaux en imposant l’arbitrage obligatoire, la dernière fois en 1916. Le droit qu’avait l’État d’exercer un contrôle et d’agir sur les rapports entre les acteurs sociaux fut consolidé par la loi de 1915 sur les conflits sociaux. Cette loi établit le conseil de prud’hommes, un tribunal public qui devait trancher les différends concernant l’interprétation des conventions collectives. De plus, il mit en place une puissante institution de médiation, qui contribua à réguler et de ce fait à limiter le droit de grève. Le conseil de prud’hommes et le médiateur devaient veiller à la paix sociale avec l’autorité que leur conférait l’État. Ce dernier obtint ainsi un contrôle plus puissant de la vie du travail que dans les autres pays, y compris la Suède et le Danemark. Cela était conforme à la pensée des dirigeants de la gauche, surtout à celle du député Johan Castberg, porte-parole de leur politique sociale, et plus particulièrement à leur conception d’une société harmonieuse fondée sur l’entente du travail et du capital. Mais cette évolution traduit aussi le besoin qu’avait le patronat de freiner les forces radicales au sein des syndicats, d’assurer le respect des accords signés et de conserver la paix sociale sans trop de concessions. Dans une certaine mesure, le mouvement syndical fut intégré dans l’appareil de l’État sans qu’on touche à son autonomie interne. Ainsi, les élites du mouvement syndical, les organisations patronales et la bureaucratie de l’État avaient un intérêt commun à avoir l’État comme garant contre les attaques portées à l’encontre du système des conventions collectives par des travailleurs hostiles et des patrons rebelles14.

17Mais en 1917, ce système était sous pression. Chez les travailleurs, on souhaitait se libérer des contraintes et du contrôle imposés par l’État. Quand on avait signé les conventions collectives avant la guerre, on n’avait pas prévu la forte montée des prix et les arbitrages de 1916 ne débouchèrent pas sur des solutions durables. Ils devaient valoir pour trois ans, mais les augmentations de salaire furent vite réduites à néant par la vie chère. Les hiérarchies salariales furent mises sens dessus dessous. Des groupes d’ouvriers qualifiés traditionnels, bien payés, virent, par exemple, des jeunes gagner plus comme débardeurs ou coupeurs de bois. En même temps, il y avait pénurie de main-d’œuvre dans les secteurs qui tournaient à plein, sans qu’on sache combien de temps cela devait durer. Les travailleurs de beaucoup de métiers et professions étaient dans une position favorable pour faire accepter par des patrons récalcitrants des conditions de travail et des salaires négociés. On ne signa jamais autant d’accords qu’en 1917. Ils étaient, en règle générale, de courte durée, en principe un an. Le nombre de syndiqués ne cessa d’augmenter, de 67 000 en 1914 à 108 000 en 1918. Cela était dû à la syndicalisation de nouveaux groupes auparavant difficiles à organiser. La Fédération des travailleurs, syndiquant en principe les ouvriers non qualifiés, devint de loin la fédération la plus importante.

18L’époque fut donc favorable aux revendications salariales et aux actions sociales. Mais beaucoup, surtout les groupes d’ouvriers qualifiés traditionnels, bien organisés, étaient ligotés par les conventions collectives de longue durée. Il va donc de soi que 1917 fut une année où il y eut un nombre exceptionnellement élevé de grèves illégales violant les accords signés. Mais les organisations syndicales apprirent également à contourner les accords. Et elles eurent recours à d’anciennes formes de lutte, utilisées par des groupes bien organisés. Ce que le patronat appelait « la danse des sorcières » consistait à présenter des revendications salariales individuelles. Si elles étaient rejetées, les ouvriers quittaient leur travail tout en recevant en sous-main une aide économique de la part de leur syndicat. Ces actions étaient parfois spontanées, d’autres étaient préparées et dirigées par les sections et fédérations syndicales. Plusieurs fédérations allèrent jusqu’à les encourager, sans pouvoir le dire officiellement. Les patrons avaient beau se référer aux accords et saisir le conseil de prud’hommes, la réponse du conseil était que les actions collectives étaient illégales, mais chaque ouvrier, par contre, avait le droit d’essayer d’améliorer son salaire individuellement. Tant que les ouvriers, formellement et aux yeux des pouvoirs publics, agissaient individuellement, ils ne pouvaient être sanctionnés. Si l’action était organisée par un groupe spontanément formé, il était presque impossible de faire condamner la fédération. Or, dans la pratique, ces actions équivalaient à la grève ou au blocus. Grâce à des actions légales et illégales, de nombreux groupes obtinrent non seulement une compensation de la hausse des prix, mais aussi souvent une importante augmentation de leur salaire. Les salaires réels, qui avaient baissé entre 1914 et 1916, augmentèrent de nouveau en 1917. Cependant, tout le monde n’avait pas la possibilité de les faire monter. Les écarts se creusèrent et on pouvait voir des différences salariales importantes entre les sections d’une même fédération syndicale.

L’offensive de l’opposition syndicale et ses limites

19Quoi qu’il en soit, beaucoup pensaient que les structures centralisées du mouvement syndical étaient une entrave à la lutte et devaient être transformées. Ce qui donna une forte impulsion à l’opposition appelée « Opposition syndicale de 1911 ». Celle-ci avait adopté les idées du syndicalisme international, surtout celles de l’International Workers of the World (IWW), organisation américaine, et de la Confédération générale du travail (CGT), la centrale syndicale française. Elle semblait vouloir transplanter les formes d’organisation de la CGT en terre norvégienne. Mais comme c’était un mouvement très hétéroclite, regroupant des éléments aux conceptions très diverses, elle ne serait pas restée unie sans son chef charismatique Martin Tranmæl. Peintre en bâtiment à l’origine, c’était un intellectuel ouvrier devenu journaliste et rédacteur dans la presse socialiste (il fut rédacteur en chef du principal organe du Parti ouvrier entre 1921 et 1949). L’Opposition syndicale préconisait l’émancipation des ouvriers de la centralisation et de la bureaucratie syndicales ainsi que la fin des négociations et des accords formalisés avec le patronat. Les syndicats devaient être libres de lutter à tout moment et avec tous les moyens pouvant servir leur cause. Leur slogan était « l’action directe ». Cela signifiait qu’on devait refonder le mouvement syndical pour donner le pouvoir aux sections et aux unions locales. Il fallait donc soit dissoudre, soit rogner les ailes des fédérations. Les ouvriers devaient également cesser de signer des conventions collectives. À la place, on prévoyait « des accords reconnus » qu’on pouvait rompre si besoin était. L’Opposition syndicale recruta bien plus largement que les vrais anarcho-syndicalistes (organisés dès 1916 au sein de la Fédération syndicaliste norvégienne, Norsk Syndikalistisk Federation ou NSF) et ne cessa de se renforcer jusqu’en 1917. Elle trouva un large écho chez les ouvriers, spécialisés ou semi-spécialisés, qui avaient des contrats par chantier et qui n’étaient que brièvement soumis au même patron. Ils travaillaient souvent sous la pression de dates butoirs impératives et au sein de petits groupes de travailleurs qui connaissaient des changements fréquents. Les ouvriers du bâtiment et surtout ceux des grands chantiers d’aménagement étaient des exemples typiques de ce genre d’ouvriers mobiles qui n’avaient pas besoin d’une organisation syndicale centralisée, réagissant forcément lentement. Les ouvriers des nouvelles grandes fonderies tiraient eux aussi grand profit de la tactique de lutte et de l’action directe des syndicalistes. Ceci explique pourquoi Tranmæl parlait des formes de lutte « plus modernes » de l’Opposition syndicale.

20Celle-ci avait été fondée à Trondheim, ville ancienne du centre du pays, la troisième ville de Norvège à l’époque, et les Troenders – originaires de la ville de Trondheim et des deux départements environnants – jouèrent un rôle particulier dans ce mouvement, Tranmæl étant lui-même originaire de cette région, le Troendelag. D’où le mythe selon lequel il existait un radicalisme troender, ce qui ne fut vrai qu’en partie. Le radicalisme troender s’expliquait par la faiblesse du syndicalisme face au patronat local. Alors que les métallos de la capitale, par exemple, obtinrent des hausses de salaire par des actions qui ne disaient pas leur nom, les Troenders étaient à la traîne. Ils avaient tout simplement besoin d’aide. À Trondheim, le mot d’ordre « le pouvoir aux adhérents » signifiait qu’ils devaient avoir le droit d’engager des luttes avec l’appui de la Confédération nationale. L’Opposition syndicale voulait dissoudre les fédérations tout en gardant la Confédération comme un dénominateur commun plus combatif. Cela explique pourquoi il se distingua du mouvement syndicaliste de beaucoup d’autres pays et eut un recrutement plus large.

  • 15 Finn Olstad, LOs historie…, op. cit., p. 217.
  • 16 Jorunn Bjørgum, Martin Tranmæl og radikaliseringen av norsk arbeiderbevegelse 1906-1918 (Martin Tra (...)
  • 17 Finn Olstad , LOs historie…, op. cit. ; Finn Olstad, Jern og Metall…, op. cit.

211917 fut une année décisive en ce sens, puisque le congrès extraordinaire de la Confédération nationale devait discuter des motions proposant de changer d’objectifs, de formes organisationnelles et de tactique. L’Opposition syndicale connut quelques petites victoires, mais dans les grandes lignes, on resta fidèle aux structures et à la tactique existantes. Cela ne voulait pas dire que les travailleurs étaient satisfaits. Beaucoup souhaitaient probablement durcir la lutte et appuyaient les critiques formulées par l’Opposition syndicale au sujet de la centralisation et de l’absence de combativité. Mais en même temps, ils redoutaient la lutte permanente pouvant résulter de la dissolution des fédérations et rejetaient les changements trop radicaux. L’attitude générale semble avoir été : « Nous ne pouvons nous battre en permanence15 ». Or, l’Opposition syndicale et Martin Tranmæl n’avaient pas seulement la lutte sociale en tête. Ils étaient aussi au cœur d’un mouvement révolutionnaire qui, en 1917, fit ses premiers pas sur le chemin de l’action pratique. Pendant la manifestation contre la vie chère du 6 juin 1917, Tranmæl prédit une évolution dramatique si les revendications n’étaient pas satisfaites : « L’esprit de révolte a vu le jour. L’aurore s’annonce déjà à l’Est ». Il ne fait aucun doute qu’il faisait allusion à la révolution de février en Russie et qu’il s’imaginait une sorte de révolution sociale. « Les conditions requises sont là, dit Tranmæl, et nous nous préparons à agir16 ». Ce dernier était le pivot des activités révolutionnaires en Norvège, qui furent déployées surtout à partir de 1917. Leur originalité fut que l’Opposition syndicale s’allia avec l’opposition marxiste révolutionnaire du Parti ouvrier, ce qui leur permit en 1918 de prendre la tête du parti et de lui donner un profil révolutionnaire. Les différents groupes révolutionnaires, parfois rivaux, s’unirent à l’initiative de Tranmæl et eurent le vent en poupe pendant cette période difficile17. Mais que voulait dire, en 1917, révolution et prise du pouvoir par la classe ouvrière ? Tranmæl ne dit jamais clairement ce qu’il en pensait. Il pouvait à la fois présenter la révolution tantôt comme une rupture subite, tantôt comme un processus à plusieurs étapes. Il imaginait un large mouvement d’action populaire, mais n’excluait pas la violence et le recours aux armes. Cependant, il ne faisait aucun doute que le mouvement syndical devait jouer un rôle prépondérant en incitant les travailleurs à la lutte et en favorisant leur prise de conscience révolutionnaire. Le projet révolutionnaire de Tranmæl se distinguait du syndicalisme par l’accent qu’il mettait sur le travail politique et le pouvoir politique.

  • 18 Claus Bryld, Den socialdemokratiske idéarv. Politiske grundværdier i dansk arbejderbevægelse før ve (...)

22Mais il serait simpliste d’analyser la situation à partir de l’opposition entre révolutionnaires et réformistes18. Que voulaient dire les travailleurs et les dirigeants comme Tranmæl quand ils s’affirmaient révolutionnaires ? Pour beaucoup d’entre eux, cela pouvait tout simplement signifier une lutte de classe plus dure et plus directe. Il est frappant de constater que beaucoup juraient être révolutionnaires tout en continuant à militer avec prudence dans leur syndicat. La notion de révolution était vague et changeait en fonction du temps, du lieu et de la situation. Le génie de Tranmæl fut d’exprimer et d’exploiter l’ambiance révolutionnaire. Ses discours partaient de la vie quotidienne des gens et de la situation présente, et pouvaient être interprétés de plusieurs manières. La révolution était pour lui, et certainement pour beaucoup de ses partisans, une question d’énergie, de volonté et d’action devant déboucher sur un bouleversement total de la société. Dans ses moments les mieux inspirés, Tranmæl savait magistralement jouer sur les émotions tout en les suscitant. En 1917, sa tâche était de canaliser le désespoir et la colère du monde du travail dans un sens révolutionnaire. En mai 1917, Tranmæl et d’autres révolutionnaires publièrent la brochure Aux actes ! L’idée en était qu’un mouvement contre la vie chère, éventuellement sous la forme d’une grève générale, devait déclencher un processus révolutionnaire auquel les pouvoirs publics opposeraient des mesures provoquant des confrontations de plus en plus violentes. Un élément important fut une « action antimilitariste ». En effet, on devait s’attendre à ce que les autorités eussent recours à l’armée. Il fallait s’y opposer en organisant les refus d’obéissance et en créant des conseils de soldats. En 1917, Tranmæl semble avoir cru une telle évolution possible et cette brochure devait servir à allumer le feu. Comme on sait, il n’en fut rien. L’opposition révolutionnaire avait misé sur un congrès ouvrier extraordinaire. Il devait être quelque chose de nouveau, échappant au contrôle de la direction du parti et de la confédération syndicale et susceptible de constituer une plate-forme pour des actions futures. En mai 1917, on décida que le secrétariat de la confédération syndicale et le bureau central du Parti ouvrier devaient préparer un tel congrès et le convoquer dans des délais très courts si la situation l’exigeait. Mais ce congrès n’eut jamais lieu puisque la direction de la confédération syndicale le sabota et fit annuler sa convocation (formellement il fut renvoyé à plus tard). Les protestations contre cette annulation ne furent pas assez nombreuses et fortes pour faire céder la direction.

  • 19 Finn Olstad, LOs historie…, op. cit., p. 260.
  • 20 Jorunn Bjørgum, Martin Tranmæl…, op. cit., p. 498.
  • 21 Finn Olstad, LOs historie…, op. cit., p. 239-240.
  • 22 Øyvind Bjørnson, Arbeiderbevegelsens historie i Norge. Bd. 2. På klassekampens grunn (Histoire du m (...)

23La Norvège ne fut pourtant jamais aussi près d’une révolution qu’en mars 1917, déclara plus tard un des révolutionnaires. La raison en était l’impréparation du capitalisme. Les travailleurs auraient pu prendre le pouvoir et le garder19. Les meilleurs défenseurs de la société établie n’étaient pas les pouvoirs publics, mais la direction de ladite confédération dans cette année chaotique et imprévisible de 1917. Le plus puissant adversaire de Tranmæl était le secrétaire général de la confédération, Ole O. Lian, un négociateur retors et un tacticien redoutable. Lian faisait semblant d’accepter la nécessité de la révolution, mais prenait en même temps la défense du parlementarisme et de l’adoption du socialisme par une décision majoritaire. Mais avant tout, il défendait le système des conventions collectives contre l’aventurisme des oppositionnels et des révolutionnaires. Or, à la fin de l’année 1917, l’espoir d’une révolution en Norvège fut renforcé par les nouvelles de la révolution d’octobre en Russie. Tranmæl s’inspira de Lénine et de la révolution russe, mais n’accepta jamais la pensée élitiste et le modèle de parti des bolcheviques. Par contre, il fit sienne, comme on l’a écrit, « l’idée de conseils comme la clef du système politique socialiste postrévolutionnaire20 ». La révolution russe – ou plutôt la présentation de la révolution russe dans la presse du Parti ouvrier, surtout dans Ny Tid (Temps Nouveau), le quotidien socialiste de Trondheim, dont Tranmæl était le rédacteur en chef – contribua à la victoire de l’opposition au sein du parti au printemps 1918 et à l’adhésion au Komintern et aux thèses de Moscou. Dès décembre 1917, on créa des conseils ouvriers, présentés comme des « organes de l’action des masses ». L’idée était que, par ces conseils, les travailleurs devaient « suivre l’exemple russe » en prenant le pouvoir et organisant l’économie du pays « sur une base socialiste21 ». Mais le mouvement des conseils, actif pendant la première moitié de 1918, n’eut guère d’influence, surtout parce que le mouvement syndical ne voulait pas d’un organe révolutionnaire concurrent. Dans la pratique, les conseils eurent en gros la fonction de comités contre la vie chère revendiquant différentes mesures sociales auprès des autorités. Au cours de 1918 et 1919, des conseils de soldats furent établis. Aux yeux des autorités, ils représentaient une menace, mais ils ne jouèrent finalement aucun rôle actif22.

Le débat sur le radicalisme norvégien

  • 23  Odd-Bjørn Fure, « Synspunkter og historieteoretiske tendenser i forskningen om den norske arbeider (...)
  • 24 Edvard Bull, « Arbeiderbevegelsens stilling i de tre nordiske land 1914-1920 » (« La situation du m (...)

24Les événements de la période 1917-1920 ont alimenté le débat sur le radicalisme norvégien, comparé à celui des pays voisins, la Suède et le Danemark23. Il faut rappeler qu’en Norvège aussi la révolution fut le projet d’une minorité, en 1917 et plus tard, même si les tenants d’un programme révolutionnaire étaient à la direction du Parti ouvrier. Cette discussion est néanmoins pertinente si on veut situer la Norvège dans le contexte européen de 1917. À l’origine de cette vision, il y eut en 1922 un article d’Edvard Bull – le « professeur d’histoire rouge » – dans lequel il mettait l’accent sur trois facteurs distinguant la Norvège des pays voisins : l’évolution économique/industrielle, la situation et les conjonctures politiques, et pour finir l’influence personnelle de Tranmæl24. La thèse de Bull, selon laquelle l’industrialisation rapide de la Norvège sous forme d’usines modernes (surtout celles qui exploitaient les ressources hydro-électriques) constituait la base de la radicalisation, peut se discuter. Plus intéressant est ce qu’il dit sur les différences politiques. En résumé, la Suède et le Danemark en 1917 étaient, selon lui, toujours marqués par la lutte pour les droits démocratiques les plus élémentaires, comme le parlementarisme et le suffrage universel, alors que ces droits étaient déjà acquis en Norvège. On peut donc penser, comme Bull, qu’en Norvège il était possible de se consacrer davantage à développer une politique ouvrière plus radicale et révolutionnaire sans avoir à tenir compte d’éventuels alliés bourgeois. Mais on peut objecter que le Parti ouvrier était encore relativement faible, qu’il était moins intégré dans le système politique et que la gauche libérale était encore un rival sérieux dans la lutte pour gagner le vote des travailleurs. Pour ceux qui voulaient des réformes sociales et satisfaire les revendications du monde du travail, la voie parlementaire devait sembler plus longue et incertaine en Norvège, également à cause du mode de scrutin injuste.

  • 25 Johan Falkberget (1879-1967) est un auteur très important de la littérature norvégienne du XXe sièc (...)

25Par ailleurs, en 1917, la Norvège et la Russie étaient à bien des égards aux antipodes l’une de l’autre. La Russie figurait parmi les vaincus de la Grande Guerre ayant subi de lourdes pertes au front, vécu l’écroulement de la société et les révolutions, alors que la Norvège était restée une monarchie constitutionnelle relativement paisible. Néanmoins, l’évolution en Norvège rappelait un peu celle de la Russie, car il y avait un mouvement révolutionnaire qui progressait et la conviction que les masses allaient se laisser entraîner dans un bouleversement imminent de la société. Les grands événements du monde étaient aussi une source d’inspiration dans un petit pays comme la Norvège, et la société autochtone fut soumise aux mêmes pressions que celle des pays belligérants. Comme dans ces pays, les observateurs contemporains, et plus tard les historiens, furent plus préoccupés par les épreuves et les problèmes. Les pertes humaines – les 2 000 marins – ne représentaient pas grand-chose dans le bilan total de la guerre, mais elles constituaient un traumatisme national dont la thérapie fut d’ériger des monuments aux morts et une halle du souvenir où furent inscrits le nom de ceux qui avaient péri torpillés. De prétendus « troncs du souvenir » – des mines munies d’une fente servant à la collecte de fonds – furent un rappel de ce sacrifice aux survivants et aux familles des victimes, longtemps encore après la Seconde Guerre mondiale. Les excès de la spéculation entrèrent dans les livres d’histoire et on y trouve encore aujourd’hui en guise d’illustration des caricatures de l’époque. La satire la plus célèbre, Bør Børson (bourse se dit børs en norvégien), du romancier Johan Falkberget, à l’origine publiée en feuilleton dès 1917, sortit en roman en 1920 pour ensuite être adaptée pour le théâtre, puis pour le cinéma25. Dans les années 1970, on en tira la première comédie musicale norvégienne, dont la version cinématographique fut la première du genre tournée en Norvège.

En guise de conclusion

  • 26 Einar Lie, Norsk økonomisk politikk etter 1905 (La politique économique de la Norvège après 1905), (...)

26Les événements et les choix stratégiques de 1917 ont marqué les années suivantes. Il suffit de se rappeler que la politique économique fut à l’origine des crises bancaires, de l’endettement et de la néfaste politique déflationniste de l’après-guerre. D’autres aspects ont été jugés plus positifs, comme l’extension du pouvoir de l’État et de ses domaines d’intervention. Toutes sortes de mesures projetées dans le cadre de l’interventionnisme devinrent réalité et constituent le legs de la Première Guerre mondiale26.

  • 27 Knut Kjeldstadli, Aschehougs norgeshistorie. Bd. 10. Et splittet samfunn 1905-1935 (L’histoire de l (...)

27Mais le principal héritage reste sans doute « la rupture décisive dans la manière de concevoir la vie et la société27 » vécue par beaucoup de jeunes, rupture qui préparait le terrain des conflits de l’entre-deux-guerres portant sur la restauration, la réforme ou la révolution. Les années 1917-1935 furent, de fait, une période particulièrement agitée de l’histoire de la Norvège.

Haut de page

Notes

1  Finn Olstad, LOs historie. Bd. 1. Med knyttet neve (Histoire de l’Organisation syndicale des travailleurs -Arbeidernes faglige landsorganisasjon- dite LO, Volume I. Le poing serré), Oslo, Pax Forlag, 2009, p. 235.

2 Olav Riste, «Forord» (Préface) in Narve Bjørgo, Øystein Rian & Alf Kaartvedt, Norsk utenrikspolitikks historie. Bd. 1. Selvstendighet og union. Fra middelalderen til 1905 (Histoire de la politique étrangère norvégienne. Volume I. Indépendance et union. Du Moyen Âge à 1905), Oslo, Universitetsforlaget, 1995.

3 Berge Furre, Norsk historie 1905-1940 (Histoire de la Norvège, 1905-1940), Oslo, Samlaget, 1972, p. 305.

4 May-Brith Ohman Nielsen, Norvegr. Bd. 4. Etter 1914 (Norvegr. Volume IV. Après 1914), Oslo, Aschehoug, 2011, p. 13.

5  Roald Berg, Norsk utenrikspolitikks historie. Bd. 2. Norge på egen hånd 1905-1920 (Histoire de la politique étrangère norvégienne. Volume II : La Norvège à elle seule), Oslo, Universitetsforlaget, 1995, p. 224-226.

6 Olav Riste, The Neutral Ally. Norway’s Relations with Belligerent Powers in the First World War, Oslo, Scandia Books, 1965.

7 Per Fuglum, Norges historie. Bd. 12. Norge i støpeskjeen 1884-1920 (Histoire de la Norvège. Volume XII : La Norvège en gestation 1884-1920), Oslo, Cappelen, 1978, p. 496 et p. 512-513.

8 Finn Olstad, LOs historie…, op. cit., p. 206-207.

9 May-Brith Ohman Nielsen, Norvegr…, op. cit., p. 29.

10 Berge Furre, Vårt hundreår. Norsk historie 1905-1990 (Notre siècle. Histoire de la Norvège 1905-1990), Oslo, Samlaget, 1991, p. 57.

11 Sverre Steen, På egen hånd. Norge etter 1905 (À elle seule. La Norvège après 1905), Oslo, Cappelen, 1976, p. 89.

12 Finn Olstad, LOs historie…, op. cit.

13 Finn Olstad, Jern og Metall 100 år. Bd. 1. 1891-1940 (La Fédération des métallos a 100 ans), Oslo, Tiden, 1990, p. 150.

14 Finn Olstad, Frihetens århundre. Norsk historie gjennom de siste hundre år (Le siècle de la liberté. L’histoire de la Norvège depuis 100 ans), Oslo, Pax Forlag, 2010, p. 56.

15 Finn Olstad, LOs historie…, op. cit., p. 217.

16 Jorunn Bjørgum, Martin Tranmæl og radikaliseringen av norsk arbeiderbevegelse 1906-1918 (Martin Tranmæl et la radicalisation du mouvement ouvrier norvégien 1906-1918), Oslo, Universitetsforlaget, 1998, p. 363-364.

17 Finn Olstad , LOs historie…, op. cit. ; Finn Olstad, Jern og Metall…, op. cit.

18 Claus Bryld, Den socialdemokratiske idéarv. Politiske grundværdier i dansk arbejderbevægelse før velfærdsstaten (L’héritage idéologique social-démocrate. Les valeurs politiques de base du mouvement ouvrier danois avant l’État-providence), Roskilde, Universitætsforlag, 2004, p. 238.

19 Finn Olstad, LOs historie…, op. cit., p. 260.

20 Jorunn Bjørgum, Martin Tranmæl…, op. cit., p. 498.

21 Finn Olstad, LOs historie…, op. cit., p. 239-240.

22 Øyvind Bjørnson, Arbeiderbevegelsens historie i Norge. Bd. 2. På klassekampens grunn (Histoire du mouvement ouvrier en Norvège. Volume II. Sur le terrain de la lutte des classes), Oslo, Tiden, 1990, p. 546-547.

23  Odd-Bjørn Fure, « Synspunkter og historieteoretiske tendenser i forskningen om den norske arbeiderklasse og-bevegelse i den radikale fase 1918-1933 » (« Points de vue et tendances de théorie historique dans la recherche sur la classe ouvrière et le mouvement ouvrier norvégiens dans la phase radicale 1918-1933 »), Tidsskrift for arbeiderbevegelsens historie (Revue de l’histoire du mouvement ouvrier), no 1, 1976.

24 Edvard Bull, « Arbeiderbevegelsens stilling i de tre nordiske land 1914-1920 » (« La situation du mouvement ouvrier des trois pays nordiques 1914-1920 »), Tidsskrift for arbeiderbevegelsens historie (Revue de l’histoire du mouvement ouvrier), no  1, 1976. Article publié en allemand en 1922, puis en norvégien la même année.

25 Johan Falkberget (1879-1967) est un auteur très important de la littérature norvégienne du XXe siècle, peu traduit en français. Singulièrement, ce roman n’a jamais été publié en français.

26 Einar Lie, Norsk økonomisk politikk etter 1905 (La politique économique de la Norvège après 1905), Oslo, Universitetsforlaget, 2012, p. 41-42.

27 Knut Kjeldstadli, Aschehougs norgeshistorie. Bd. 10. Et splittet samfunn 1905-1935 (L’histoire de la Norvège d’Aschehoug. Volume X. Une société divisée 1905-1935), Oslo, Aschehoug 1994, p. 86.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Finn Olstad, « L’année 1917 en Norvège : une poussée révolutionnaire en trompe-l’œil ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 137 | 2018, 57-73.

Référence électronique

Finn Olstad, « L’année 1917 en Norvège : une poussée révolutionnaire en trompe-l’œil ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 137 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6307

Haut de page

Auteur

Finn Olstad

Professeur d’histoire, INSEP d’Oslo

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page