Navigation – Plan du site
DOSSIER

1917 : l’Italie en ébullition

Stéfanie Prezioso
p. 107-120

Résumé

1917 : le vent qui souffle de l’Est soulève les espoirs de la paix, d’une transformation sociale et politique du continent en guerre et même d’une « révolution mondiale ». L’explosion de février 1917 et ses suites auront un impact d’autant plus important que l’intégration des mondes ouvriers était incomplète avant la guerre. Le cas italien en constitue un exemple probant, car c’est en Italie, plus précisément à Turin, qu’a lieu l’épisode insurrectionnel le plus important hors de Russie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cité par Vladimir Fédorovski, Dictionnaire amoureux de Saint-Pétersbourg, Paris, Plon, 2016.
  • 2 Lawrence Sondhaus, World War One. The Global Revolution, Cambridge University Press, Cambridge, 201 (...)

11917 : le vent d’espoir porté par les révolutions de Février (mars) et d’Octobre (novembre) souffle sur l’Empire russe et bien au-delà. « Et ce ne sont pas les hommes seulement, écrira Boris Pasternak. Les étoiles et les arbres se sont réunis et bavardent, les fleurs de nuit philosophent et les maisons de pierre tiennent des meetings1 ». Une « année de révolution » qui, d’un bout à l’autre d’un continent en guerre, semble pouvoir conjurer la malédiction du conflit, briser les chaînes qui tiennent enserrées des populations entières et ouvrir les possibles d’un arrêt de l’état de guerre et/ou soulever les espoirs d’une « révolution mondiale » qui changerait définitivement la donne2. De l’Empire russe à la France, de l’Allemagne à l’Italie, de l’Autriche à l’Espagne, de la Grande-Bretagne aux États-Unis, le souffle de la révolution se répand en ouvrant résolument la structure des opportunités politiques. Le mécontentement et la lassitude d’une guerre, définie dès août 1917 comme un « massacre inutile », qui avait déjà coûté plus de 4 millions de morts et dont il semblait impossible d’entrevoir la fin, peuvent alors non seulement s’exprimer, mais trouver un espace de réalisation positive. En février 1918, le militant anarchiste mexicain Flores Magon écrit de son exil étatsunien :

  • 3 Ricardo Flores Magón, « Les premiers triomphes », Regeneración, 9 février 1918, dans Stéfanie Prezi (...)

2« Les peuples fatigués, lassés, cherchent leur liberté, et toute personne attentive aux événements quotidiens qui se produisent dans le monde entier entend grincer les gonds des grillages qui emprisonnaient les peuples. Dès lors, la fraternité des peuples n’est plus un rêve ; dans les tranchées, on chante l’Internationale, le vieil hymne de Reclus et de Kropotkine, de Lorenzo et de Bakounine. La rébellion se répand dans les phalanges teutonnes disciplinées comme dans les troupes britanniques patriotiques. C’est que l’homme, comme la masse, est produit de l’air, et dans l’air on ne respire plus que ce souffle : rébellion ! »3

  • 4 Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à (...)
  • 5  Eric J. Hobsbawm, « Préface », Georges Haupt, Aspects of International Socialism (1871-1914). Essa (...)
  • 6 Sandra Halperin, « War and Social Revolution : World War I and the “Great Transformation” », in Ale (...)
  • 7  Steven Rowe, « Labour », in Ute Daniel, Peter Gatrell, Oliver Janz, Heather Jones, Jennifer Keene, (...)
  • 8 Marc Ferro, La révolution russe de 1917, Paris, Flammarion, 1990.
  • 9 Sandra Halperin, « War and Social Revolution », art. cit. p. 187-88.

3Il est vrai que la conflictualité ne s’arrête pas au cours du conflit, poursuivant « l’intense période de guerre sociale » qu’avait connue la Belle Époque4. Dans certains cas, la combativité des « subalternes » ne cesse même d’augmenter. En effet, face aux bouleversements provoqués par la guerre, les opprimés – avec ou sans leurs organisations, et parfois même au-delà d’elles – vont chercher des réponses5. En 1915, 1 000 travailleurs seront en grève chaque mois en Allemagne ; en 1916, ils seront 10 000 ; sans parler de la Grande-Bretagne où la grève de quelque 15 000 mineurs secoue le pays de Galles du Sud en 1915, ou de l’Irlande où l’insurrection de Pâques en avril 1916 fait trembler les autorités politiques et militaires, ce dont témoigne notamment la brutalité de la répression à laquelle elle fait face6. Cependant, c’est après la victoire de la révolution spontanée de février 1917 qu’explosent les luttes ouvrières, y compris au sein des industries d’armement, les mobilisations dans les villes et les campagnes, les manifestations et les situations de type insurrectionnel7. Le slogan « à bas la guerre » résonne au cœur des grèves, des mobilisations et des manifestations ouvrières et paysannes (de la Russie aux États-Unis), manifestations largement spontanées et portées en majorité par des femmes. Les mobilisations se nourrissent d’un mécontentement grandissant lié aux problèmes de ravitaillement, à la hausse des prix, aux salaires qui ne s’adaptent pas au coût de la vie et à la durée du conflit8. Mais, comme le souligne Sandra Halperin, il ne faut pas sous-estimer l’importance des centaines de milliers de personnes qui se mettent en marche en solidarité avec la révolution russe et les espoirs de paix qu’elle suscite9.

  • 10  Marcel Van der Linden, « The national integration of the European Working Classes (1871-1914) », I (...)
  • 11  Leonardo Rapone, Cinque anni che paiono secoli. Antonio Gramsci dal socialismo al comunismo, Rome, (...)

4L’explosion de 1917 aura un impact particulièrement important là où l’intégration des mondes ouvriers était incomplète avant la guerre, c’est-à-dire là où prédominait ce que Marcel Van der Linden nomme une attitude « prénationale », un attachement des mondes ouvriers et paysans, non à la nation, mais au « petit monde de leur commune ou de leur région10 ». Le cas italien en constitue un exemple probant, car c’est en Italie, plus précisément à Turin, qu’a lieu ce que l’historien italien Leonardo Rapone nomme « l’épisode d’insurrection populaire le plus important au cours de la guerre hors de Russie11 ».

Guerre mondiale et guerre sociale

  • 12 Brunello Vigezzi, L’Italia di fronte alla Prima guerra mondiale. L’Italia neutrale, vol. 1, Naples, (...)
  • 13 Luigi Salvatorelli, « Tre colpi di Stato », Il Ponte, N° VI, 1950, p. 340-350.

5Le 23 mai 1915, l’Italie, restée neutre jusque-là, déclare la guerre à l’Autriche-Hongrie. Le pays entre dans le conflit profondément déchiré par dix mois de campagne menée tambour battant par les partisans de l’intervention (exiguë minorité comprenant des nationalistes, des républicains, certains socialistes réformistes ou certains anarchistes comme Libero Tancredi). Ceux-ci en appellent à la guerre, contre le gouvernement ou avant que celui-ci ne la veuille, afin de provoquer une cassure radicale entre le passé et le présent12. Ils défendent la participation au conflit de la péninsule au nom de l’entrée de l’Italie dans la modernité politique à grands coups de baïonnette. L’écrasante majorité de la population italienne, quant à elle, y est opposée comme l’est en grande partie le Parlement. La décision de l’entrée en guerre, prise par le roi, son ministre des Affaires étrangères, Sidney Sonnino, et son Premier ministre, Sandro Salandra, s’apparente ainsi à ce que l’historien Luigi Salvatorelli définira plus tard comme un « coup d’État13 ».

  • 14  Mario Isnenghi, L’Italia in piazza. I luoghi della vita pubblica dal 1848 ai giorni nostri, Milan, (...)
  • 15 Fulvio Cammarano, « Dalla preghiera al tumulto », in Fulvio Cammarano (éd.), Abbasso la guerra ! Ne (...)
  • 16 Luigi Scoppola Jacopini, « I socialisti italiani di fronte al bivio della pace e della guerra (1904 (...)
  • 17 Lénine, « Que faire maintenant ? (Des tâches des partis ouvriers à l’égard de l’opportunisme et du (...)

6Au cours des dix mois de non-intervention, la bataille politique qui ensanglante les rues de la péninsule constitue le moment phare de la participation « choisie » ou « subie » de la population italienne dans son ensemble à la sphère publique14. Une spécificité qui sera d’ailleurs soulignée par Lénine : « Les masses n’ont été interrogées nulle part, écrit-il, excepté peut-être en Italie – neuf mois de discussions avant la déclaration de guerre – et en Italie les masses étaient contre le parti de Bissolati15 ». De fait, le Parti socialiste italien (PSI) est le seul parmi ceux des pays belligérants à refuser le conflit, en accord apparent avec les prises de position de l’Internationale socialiste. Le 5 août, la direction du parti réitère son opposition farouche et sa résolution de faire appel à la « grève générale » au cas où le pays entrerait en guerre16. La déclaration de neutralité de l’État italien en août 1914 contribue sans doute à cela, comme le relèveront chacun à leur manière Lénine et Gramsci en questionnant la capacité du PSI à maintenir sa position en cas de participation de l’Italie au conflit17. Quoi qu’il en soit, au moment où l’Italie entre en guerre, le 23 mai 1915, le PSI adoptera le mot d’ordre ambigu et contradictoire « ni adhérer, ni saboter ». À la fin de la guerre, le réformiste Filippo Turati écrira :

  • 18  Filippo Turati, « Agli elettori del Collegio di Milano », Critica Sociale, novembre 1919, cité par (...)

« Il était clair, que ce précepte renfermait une intime contradiction immanente et moqueuse, puisque dans la pratique de l’action, ne pas adhérer était déjà en quelque sorte “saboter” et que ne pas saboter, qui comportait une participation active dans tous les organismes d’assistance qui soutenaient l’effort de guerre, était déjà en quelque sorte adhérer ; et l’ironie des choses nous avertissait que, produite au-delà de certaines limites, la “non adhésion” devenait une adhésion automatique et involontaire, mais non pas pour cela moins positive et efficace à une autre guerre qui était pourtant toujours une guerre : la guerre contre l’Italie ! Très fin fil de rasoir duquel il était trop naturel que les esprits les plus faibles, impulsifs et simplistes, sous les coups des événements, se précipitent soit d’un côté, soit de l’autre. »18

  • 19 Mario Isnenghi, Giorgio Rochat, La Grande Guerra 1914-1918, Florence, La Nuova Italia, 2000, p. 329
  • 20 Ibidem, p. 274.
  • 21 Antonio Gibelli, « Nefaste meraviglie. Grande Guerra e apotesi della modernità », in Walter Barberi (...)
  • 22 À la fin du conflit, sur les 4 200 000 hommes envoyés sur le front, on comptera environ 600 000 pri (...)

7La passivité avec laquelle les Italiens dans leur écrasante majorité répondent à la mobilisation est tout au plus une adaptation à la nouvelle situation sociale imposée par la guerre, « seuil au-delà duquel » pourra, pour certains du moins, commencer la « dissension », les conditions aidant19. Il était en effet demandé aux soldats de combattre, non parce que l’Italie avait été agressée ou envahie, mais pour des raisons abstraites comme le grand destin national et l’acquisition de territoires dont ils ne connaissaient rien20. Les carences du jeune État unitaire à « faire les Italiens », mais aussi les batailles sociales qu’avait connues la péninsule au cours des années précédant le conflit, ne laissaient rien présager de bon aux autorités politiques et militaires. Raisons pour lesquelles, selon Antonio Gibelli, l’armée italienne, et en particulier le général Luigi Cadorna, nommé chef de l’état-major en juillet 1914, utilisa massivement la coercition pour contrer toute forme de dissension et de révolte « que l’on croyait prête à se répandre dans le pays, le pays étant entré en guerre avec une majorité tiède, voire hostile21 ». À ces raisons liées aux capacités supposées de résistance des mondes ouvriers à la contrainte, s’ajoutent les nécessités qu’implique la stratégie militaire de Cadorna, plébiscitée par la droite. Celle-ci était fondée sur l’attaque frontale et la guerre de mouvement, aux coûts humains et psychologiques incalculables, touchant en particulier les soldats paysans en proportion écrasante dans l’infanterie. Selon l’historien britannique Richard J. Bosworth, 63 % des orphelins de guerre appartenaient à des familles paysannes 22.

  • 23  Luigi Albertini, Vent’anni di vita politica, Bologne, Zanichelli, 1952, cité in Gian Luigi Gatti, (...)
  • 24  Giovanna Procacci, Soldati e prigionieri italiani nella Grande Guerra. Con una raccolta di lettere (...)
  • 25 Voir entre autres Ernesto Ragionieri, « La storia politica e sociale », in Storia d’Italia Einaudi  (...)

8L’énorme effort imposé aux combattants italiens par Cadorna, dans une armée qui par ailleurs manquait de l’équipement nécessaire (artillerie légère, munitions, mitrailleuses), s’accompagnait, comme l’écrira le journaliste Luigi Albertini, d’un « concept abstrait, absolu, intransigeant de la figure du soldat, dont le devoir était de sacrifier sa vie à la patrie sans discuter. [Cadorna] agissait sur la base du présupposé que ses subordonnés, du plus haut placé au plus humble, n’étaient pas ceux qu’en réalité ils étaient, mais ceux qu’il aurait voulu qu’ils soient à tout égard23 ». Dépersonnalisation du soldat, éloignement de l’ensemble des affects familiaux et civils, voilà les recettes développées notamment par le théoricien de la psychologie des soldats, le père Agostino Gemelli, pour répondre aux exigences de la guerre de masse. Le haut commandement, du moins jusqu’à Caporetto, partage ce point de vue ; il est très peu enclin à accorder des permissions et les considère même comme une sorte de « privilège qui ne peut être concédé que dans des situations exceptionnelles24 ». Selon la plupart des historiens, les combattants italiens subissent les plus dures conditions de toutes les armées belligérantes25. Les modes de gestion de la troupe et des opérations militaires étaient fondés sur la répression brutale et violente. Le code militaire en appelait à une « obéissance absolue » devant être garantie par « une rigueur inflexible », comme le montrent certaines circulaires militaires :

  • 26 Cité in Nicola Labanca, Caporetto, op. cit., p. 25.

« Chaque soldat doit être certain de trouver à l’occasion dans son supérieur le frère ou le père, mais il doit également être convaincu que son supérieur a le devoir sacré de passer immédiatement par les armes les récalcitrants et les lâches. […] Je rappelle qu’il n’y a pas d’autres moyens adéquats pour réprimer les délits collectifs que celui de fusiller immédiatement les principaux coupables et s’il se révèle impossible de trouver les coupables, il reste aux commandants le droit et le devoir de tirer au sort parmi les suspects certains militaires et de les punir par la peine de mort. »26

  • 27 Irene Guerrini, Marco Pluviano, « Italie 1917 : L’été de feu de la désobéissance », in André Loez, (...)
  • 28 Circulaire du commandement suprême du 28 juillet 1915, cité in Giovanna Procacci, Soldati e prigion (...)
  • 29 Vittorio Foa, Questo Novecento, Turin, Einaudi,1996, p. 96 ; cité également in Bruna Bianchi, La fo (...)

9La décimation, pratique pourtant disparue depuis longtemps, réapparaît au cours du conflit27. Même le délit d’opinion comportait, pour l’auteur accusé, une poursuite pénale ou disciplinaire. Cette notion vague englobait « […] des expressions même génériques de dénigrement des opérations de guerre, de mépris et de diffamation de l’armée28 ». Les régions dites subversives et les individus considérés comme suspects étaient particulièrement surveillés. Le gouvernement italien avait en outre renforcé les capacités de contrôle du commandement militaire, lui concédant une autorité absolue sur tout le théâtre des opérations en matière de gestion des troupes et des civils militarisés. La répression s’abat sur les soldats italiens tout au long du conflit. Mais en mai 1916, à partir de l’offensive autrichienne, les sentences de mort, les exécutions sommaires contre les soldats refusant d’avancer ou désertant le front et les décimations deviennent quasi systématiques. Dans une lettre de novembre 1916, Cadorna insiste sur la nécessité de « fusiller sur place les soldats coupables » d’actes d’insubordination pour ne pas être à la merci du « sentimentalisme morbide des cours de justice » qui sont, selon lui, rétives à prononcer des condamnations à mort29.

  • 30 Irene Guerrini, Marco Pluviano, « Italie 1917… », art. cit., p. 87.

10Dès les premiers mois de la guerre, la conscience de l’inutilité des sacrifices, la discipline très dure et/ou la volonté d’échapper à la guerre suscitent des résistances intimes ou déclarées, qui peuvent se traduire par des refus de se mettre en marche ou de monter dans les trains menant au front, ou par des formes de protestation ouverte (manifestations, barricades). En outre, de mai 1915 à octobre 1916, les cas d’automutilation croissent fortement, jusqu’à ce que le commandement suprême décide le renvoi des procès à la fin de la guerre et l’expédition immédiate des coupables au front. Tout au long des années 1916 et 1917, en particulier au cours de l’été 1917, le théâtre de guerre italien est le lieu d’actes d’insubordination en majorité individuels (insoumission, désertion, voie de fait), mais aussi collectifs (révolte, mutinerie). L’épisode le plus marquant de ces quelques mois est la révolte des fantassins de la brigade Catanzaro, à Santa Maria la Longa, sur le front de l’Isonzo, qui le 15 juillet 1917 refusent de retourner au front après à peine vingt jours de repos et envahissent le village avec des grenades et des mitrailleuses. Durant les tumultes, deux officiers et dix soldats sont tués. Aux premières heures de la matinée, 28 soldats seront fusillés et 12 par décimation30.

  • 31 Ibidem, p. 84.

11Ces épisodes sont, certes, le fruit du mécontentement et de la lassitude de la guerre, mais à cela s’ajoutent sans doute aussi les espoirs portés par le vent qui souffle de l’Est vers l’Italie, semblant vouloir transporter avec lui la révolution dans la péninsule. Une hypothèse qui commence alors à inquiéter fortement les autorités politiques et militaires, d’autant que l’agitation croissante au front va de pair avec celle du pays. Pensons au fait que plus de 50 % des militaires jugés par les tribunaux en « zone de guerre » pendant toute la durée du conflit le sont au cours de la seule année 191731.

« Pas d’autres hivers dans les tranchées »

  • 32 Piero Melograni, Storia politica della Grande Guerra, vol. II, Bari, Laterza, 1977, p. 343 sq.
  • 33  Sur les conflits entre le commandement militaire et le gouvernement italien, voir, entre autres, P (...)
  • 34 Luigi Salvatorelli, « Sovversivismo conservatore », Tempo, 19 avril 1919 ; cet article se trouve ég (...)

12La crainte agitée par le haut commandement, en particulier dans les quatre lettres que le général Cadorna adresse au gouvernement pour dénoncer les menées « défaitistes » et réclamer un gouvernement fort, apte à contrer définitivement l’opposition à la guerre, se diffuse également dans le pays tout au long de l’année 1917 et en particulier au cours de l’été32. Le commandement militaire est alors appuyé toujours plus ouvertement par les interventionnistes, qui cherchent à mettre un terme définitif à ce qu’ils définissent comme l’« ingérence » du neutralisme dans le pays33. Des rumeurs circulent même sur l’éventualité d’un coup d’État militaire. Depuis le début de l’année, nationalistes, républicains, libéraux, garibaldiens et francs-maçons s’agitent et s’organisent toujours plus étroitement. Ils créent des « comités de défense interne » et ils se dotent d’un organe de presse, Il Fronte interno. Leurs critiques se focalisent avant tout sur la politique du ministre de l’Intérieur Orlando, qualifiée de laxiste envers les neutralistes en général, et les socialistes en particulier. À la fin de l’année 1917, à la suite de Caporetto, ils se ligueront en un « Faisceau parlementaire de défense nationale ». Les interventionnistes organisent ainsi ce que Luigi Salvatorelli appellera, quelques années plus tard, « un État dans l’État », laissant déjà entrevoir les lignes de fracture qui vont favoriser la montée du fascisme vers le pouvoir34.

  • 35 Nicola Tranfaglia, La Prima Guerra mondiale e il fascismo, Turin, UTET, 1995, p. 90.
  • 36 Alessandro Casellato, « Scena pubblica e controcanto privato. La corrispondenza tra Filippo Turati (...)

13Si les peurs brandies par ces regroupements politiques et leurs antennes au sein de l’armée italienne sont exagérées, ne serait-ce que parce que les organisations du mouvement ouvrier sont largement débordées par leur base, il est néanmoins vrai qu’à l’intérieur du pays, les signes de lassitude et d’opposition à la guerre deviennent toujours plus manifestes. L’année 1917 est en effet une année difficile, marquée par les problèmes de ravitaillement dus à la diminution du trafic maritime et ferroviaire et à l’affaissement de la production interne. L’indice du coût de la vie explose, alors que certains biens de consommation de première nécessité disparaissent du marché intérieur35. Cette situation exaspère la population. De décembre 1916 à avril 1917, les manifestations pour la paix se succèdent. Menées essentiellement par des femmes, généralement spontanées, elles déstabilisent le mouvement ouvrier organisé, ou du moins une partie de ses leaders. Ainsi en est-il de Filippo Turati, qui dépeint les manifestantes italiennes comme des « furies » et se plaît à souligner le caractère prépolitique de leur mobilisation, en comparaison avec une classe ouvrière qu’il voit comme « évoluée, consciente, organisée et masculine36 ». En avril 1917, les premières nouvelles de la révolution de Février parviennent dans la péninsule et notamment à Turin, suscitant des réactions diverses quant au poids et au sens à donner à ces événements. L’analyse qu’en fait le jeune socialiste Antonio Gramsci est tout à fait saisissante. Il insiste alors sur « l’extraordinaire nouveauté », la formidable force créatrice et surtout le caractère socialiste des événements révolutionnaires qui se produisent en Russie. Dans un article intitulé « Notes sur la révolution russe », Gramsci commence par poser cette question : « Pourquoi est-ce que la révolution russe est une révolution prolétarienne ? ». Et il poursuit :

  • 37 Antonio Gramsci, « Note sulla Rivoluzione russa », Il Grido del Popolo, 29 avril 1917, p. 28 sq. Tr (...)

« Nous sommes persuadés que la révolution russe est non seulement un événement, mais un acte prolétarien, et qu’elle doit naturellement déboucher sur le régime socialiste. […] En Russie, c’est une nouvelle conception de la vie qu’a créée la révolution. La révolution ne s’est pas contentée de remplacer un pouvoir par un autre, elle a remplacé des mœurs par d’autres mœurs, elle a créé une nouvelle atmosphère morale, elle a instauré la liberté de l’esprit, en plus de la liberté physique. »37

  • 38 Arthur Marwick, « Introduction », in Arthur Marwick (dir.), Total War and Social Change, St. Martin (...)

14La conviction du jeune Gramsci est aussi le produit de son analyse des transformations induites par la guerre, cet événement historique capable de « produire le changement social38 ».

  • 39 Olindo Malagodi, Conversazioni sulla guerra (1914-1919), Milan, Naples, Ricciardi, 1960, p. 124.
  • 40  Claudio Treves, « Pas d’autres hivers dans les tranchées », Atti parlamentari, Camera dei Deputati (...)
  • 41  Antonio Casali, « Il marchese di Caporetto : Claudio Treves e l’interventismo di sinistra », Itali (...)
  • 42 Claudio Treves, « Dopo Caporetto : in difesa della patria », Critica sociale, 1er novembre 1917.
  • 43 Voir également Federico Chabod, L’Italia contemporanea (1918-1948), Turin, Einaudi, 1961, p. 27-40.
  • 44 Ferdinando Martini, Diario 1914-1918, Milan, 1966, p. 907, cité in Piero Melograni, Storia politica (...)

15Au cours de l’été 1917, en Lombardie, au Piémont, en Vénétie, en Toscane, en Émilie-Romagne, s’allument des « foyers » révolutionnaires associant, dans une même bataille, la lutte contre la guerre et l’amélioration des conditions de vie39. Ces diverses mobilisations trouveront un écho au parlement. Le 12 juillet 1917, le député socialiste Claudio Treves prononce un discours retentissant à la tribune. Il en appelle tout d’abord à dialoguer avec la Russie car, dit-il, « en dialoguant avec la révolution russe, on dialogue en ce moment avec toutes les plèbes d’Europe, ce qui revient à communiquer avec une puissance énorme. Messieurs, c’est le moment où les Gouvernements devraient faire un peu leur examen de conscience et se demander s’ils ont fait un bon usage de l’énorme pouvoir qu’ils ont eu durant cette période, leur permettant de les amener aux conclusions attendues ». Et il poursuit : « Derrière nous, il y a la Russie. La Russie était le grand rempart sur lequel s’appuyait l’ordre en Europe. Eh bien, tout ceci s’est écroulé, comme dans un théâtre (vifs commentaires) ; cette Russie qui était le centre de l’oppression européenne devient tout à coup le centre de diffusion de la révolution en Europe ». Et il termine par ces quelques mots qui sonnent comme une menace : « Messieurs, de mon gouvernement, et de tous les gouvernements d’Europe (rumeurs, commentaires), écoutez la voix qui monte de toutes les tranchées où est meurtri le sein de la terre mère ; elle dicte l’ultimatum de la vie à la mort : pas d’autres hivers dans les tranchées !40 ». Après la débâcle de Caporetto, fin octobre-début novembre 1917, Claudio Treves sera désigné à la vindicte populaire par les nationalistes, et le journal de Benito Mussolini, Il Popolo d’Italia, le dépeindra comme le « Marquis de Caporetto41 », même si, après la défaite, le député socialiste se ralliera à la cause nationale42. Quoi qu’il en soit, le discours fait grand bruit et la phrase « Pas d’autres hivers dans les tranchées ! » se diffuse comme une traînée de poudre. En août 1917, ce sera au tour de Giovanni Giolitti, neutraliste de la première heure, d’insister sur le fait que, « lorsque des millions de travailleurs des villes et des campagnes retourneront chez eux, […] dans leurs pauvres maisons, ils y retourneront avec la conscience de leur droit et ils réclameront un système de justice sociale plus importante, que la patrie reconnaissante ne pourra pas leur dénier43 ». Une opinion partagée notamment par son adversaire politique, Ferdinando Martini, qui écrit dans son journal en date du 29 avril 1917 : « Le prolétariat a rendu de grands services sur les champs de bataille. Les services […] se payent. Et il faut que nous les payions44 ». Les préfets deviennent alors la caisse de résonance de cette révolte qui gronde et notent consciencieusement les raisons de mécontentement, égrenant les informations relatives aux mouvements révolutionnaires ou présumés tels, des socialistes aux regroupements interventionnistes.

  • 45 Antonio Gramsci, La città futura, février 1917.
  • 46  Stefano Musso, Gli operai di Torino (1900-1920), Milan, Feltrinelli, 1980.

16Début août, une délégation russe arrive en Italie. Le voyage a été autorisé par le gouvernement, dans l’espoir que le nouveau gouvernement russe intensifie son effort de guerre. À Turin, elle est saluée par les milliers de personnes rassemblées pour l’accueillir, aux cris de « Vive la révolution russe ! Vive Lénine ! », non sans susciter quelques étonnements de sa part. Au cours des semaines qui vont suivre, la ville du Piémont, qui n’avait pas vu faiblir la combativité ouvrière, devient l’épicentre de l’insurrection, semblant donner en partie raison à Antonio Gramsci qui, à la veille de la révolution de Février, était convaincu que « l’avenir » allait se jouer d’abord en Italie45. Suite à une pénurie de pain, le 21 août 1917, les ouvriers de la ville, en majorité des femmes, déclenchent une grève générale qui tourne immédiatement à l’insurrection. Le soulèvement se poursuit jusqu’au 27 août, plusieurs détachements de la troupe venus réprimer la mobilisation ouvrière passent du côté des insurgés. Le bilan est lourd : plus de 40 morts et environ 200 blessés46. Le 25 août, les socialistes turinois diffusent un manifeste appelant au retour au travail, tout en brandissant la promesse d’une revanche. Dans la nuit du 25 au 26 août, vingt-quatre dirigeants socialistes et environ une centaine d’ouvriers sont arrêtés.

17Le 15 septembre 1917, soit à peine quelques semaines après les faits, le même Gramsci, fort de cette expérience insurrectionnelle, écrit un article pour Il Grido del Popolo, dont il a pris la direction, article entièrement censuré, dans lequel il soutient notamment :

  • 47  Antonio Gramsci, « Analogie e metafore », Il Grido del Popolo, 15 septembre 1917. Voir à ce propos (...)

« Le prolétariat a une vie collective qu’on ne peut faire entrer dans aucun schéma abstrait. C’est un organisme en transformation continuelle qui a une volonté. […] L’existence, la démonstration de l’existence est le problème principal du prolétariat italien en ce moment. Et ce prolétariat n’est pas le même qu’il y a trois ans. Il est numériquement plus étendu, il a traversé des expériences spirituelles plus intenses. »47

  • 48  Santo Peli, « La classe operaia nella Grande Guerra », in Mario Isnenghi (dir.), Operai e contadin (...)

18La guerre a ainsi, selon lui, transformé durablement les mondes ouvrier et paysan, ouvrant les conditions de possibilités nécessaires à son déploiement futur. La révolte qui sourd dans la société italienne ne peut donc être réduite à une réaction à la « contrainte » ; elle constitue aussi le signe d’une conscience de soi acquise par un monde ouvrier profondément modifié par le conflit ; une analyse partagée par une frange significative de ceux qui ont vu dans la guerre faite et vécue un lieu de conscientisation possible des masses48.

  • 49 Nicola Labanca, Caporetto, op. cit., p. 9.

19Un mois plus tard, le 24 octobre, une offensive austro-allemande enfonce les lignes italiennes près de Caporetto. En peu de jours, c’est la déroute totale : 11 000 morts, 29 000 blessés, 300 000 prisonniers (soit environ la moitié des prisonniers de guerre italiens) et 400 000 personnes en détresse sur les routes49. Le manque d’information laisse libre cours aux rumeurs les plus folles de fuites et de trahisons, qui se sont révélées infondées, comme le démontrera le rapport final de la commission d’enquête sur Caporetto rendu en 1919. Mais dans ce contexte particulièrement brûlant, la défaite de Caporetto apparaîtra comme une trahison de soldats et de défaitistes, une grève militaire menée par des « subversifs » et fomentée à l’intérieur du pays par les socialistes et les pacifistes. C’est en tout cas le sens que lui donne le général Cadorna dans un communiqué partiellement bloqué par le gouvernement, dans lequel il impute la défaite militaire « au manque de résistance de la troupe ». Il rappellera à cette occasion également les courriers restés sans réponse envoyés au gouvernement pour le mettre en garde contre « l’ennemi intérieur ».

20L’impact du communiqué Cadorna, qui « décharge sur ses soldats la défaite », est énorme. À ce moment, l’obsession du défaitisme, axée durant toute l’année 1917 exclusivement sur le Parti socialiste, atteint son apogée. Peu après, Giovanni Gentile, futur philosophe du fascisme, écrira :

  • 50 Giovanni Gentile, Guerra e fede, Naples, Ricciardi, 1919, p. 67-68 ; voir également Roberto Vivarel (...)

« Vaincre l’ennemi bien sûr, mais c’est avant tout nous-mêmeS qu’il s’agit de vaincre : le vieil Italien oisif et lent, frileux dans sa foi politique parce que frileux dans sa foi humaine et religieuse ; légèrement sceptique face à la vie parce qu’obnubilé par les fantômes de l’art et les spéculations intellectuelles ; insouciant des intérêts pour lesquels l’homme s’insère dans le monde, le fait sien et le maîtrise avec les forces de l’esprit […]. Vaincre intérieurement cette vieille Italie, dont nos pères souhaitaient la destruction, mais qui refleurit au milieu de l’aventure. Et construire ainsi l’Italie nouvelle qui ne doit pas être seulement géographiquement plus grande […] mais plus solide, plus compacte, plus laborieuse, plus consciente de sa mission, pas tant dans les hautes sphères de la politique que dans l’âme de tous ses fils. […] Cette nouvelle Italie naît aujourd’hui du champ de bataille. »50

  • 51 Antonio Gibelli, La Grande Guerra degli Italiani (1915-1918), Milan, Sansoni, 1998.

21La défaite de Caporetto est essentiellement due à des causes militaires et stratégiques, mais la fatigue et la lassitude de la guerre y ont aussi leur part, comme la révolte qui sourd depuis l’entrée en guerre de l’Italie. « Si, comme le souligne Antonio Gibelli, la guerre a été une césure fondamentale dans le cours de l’histoire contemporaine, Caporetto se présente comme un croisement de l’histoire du conflit : une synthèse de toutes les émotions et des transformations provoquées par la guerre, une révélation imprévue et presque éblouissante de ces contradictions et, en ce sens, un lieu de la mémoire, mais aussi de la réflexion sur la place que la guerre », et j’ajouterai le refus, mélange de mécontentement et de révolte, « occupe dans l’histoire de l’Italie », comme les mobilisations, les manifestations, les révoltes et les processus insurrectionnels de l’été 1917 l’ont montré51.

  • 52 Antonio Gramsci, « La Rivoluzione contro il capitale », L’Avanti !, 24 décembre 1917 (repris dans I (...)

22Après Caporetto, les nouvelles de l’Octobre russe ouvriront un nouvel espace à la contestation et aux espoirs révolutionnaires, à l’idée d’une extension possible de la révolution prolétarienne en Italie et, en particulier, à Turin, la « Petrograd italienne », épicentre possible de la révolution à venir52. Une question taraudante, qui va notamment occuper l’esprit du jeune Gramsci, mais aussi celui des révolutionnaires bolcheviks et en particulier de Lénine. Dans l’après-guerre, c’est à nouveau Turin qui sera au cœur de nouvelles expérimentations politiques, celles des Conseils d’usine. Une expérience particulière que Lénine qualifiera, lors du IIe Congrès de l’Internationale communiste (19 juillet-7 août 1920), comme celle qui correspond le mieux à celle de l’Internationale communiste. Deux ans plus tard, l’arrivée du fascisme au pouvoir brisera, et pour longtemps, les élans de ce que certains auteurs ont défini, en partant des mobilisations de 1917 précisément, comme « les quatre années rouges ».

Haut de page

Notes

1 Cité par Vladimir Fédorovski, Dictionnaire amoureux de Saint-Pétersbourg, Paris, Plon, 2016.

2 Lawrence Sondhaus, World War One. The Global Revolution, Cambridge University Press, Cambridge, 2011, p. xiii ; Angelo d’Orsi, 1917. L’anno della rivoluzione, Bari, Laterza, 2017.

3 Ricardo Flores Magón, « Les premiers triomphes », Regeneración, 9 février 1918, dans Stéfanie Prezioso (éd.), Contre la guerre 14-18. Résistances mondiales et révolutions sociales, Paris, La Dispute, 2017, p. 360.

4 Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Paris, La Découverte, 2016, p. 470.

5  Eric J. Hobsbawm, « Préface », Georges Haupt, Aspects of International Socialism (1871-1914). Essays by Georges Haupt, Cambridge/Paris, Cambridge University Press et Maison des sciences de l’homme, 2010, p. xiv.

6 Sandra Halperin, « War and Social Revolution : World War I and the “Great Transformation” », in Alexander Anievas (dir.), Cataclysm. The First World War and the Making of Modern Politics, Brill, Leiden, Boston, 2015, p. 185-86.

7  Steven Rowe, « Labour », in Ute Daniel, Peter Gatrell, Oliver Janz, Heather Jones, Jennifer Keene, Alan Kramer, Bill Nasson (éd.), 1914-1918-online. International Encyclopedia of the First World War, 10 octobre 2014 (<http://www.1914-1918-online.net>).

8 Marc Ferro, La révolution russe de 1917, Paris, Flammarion, 1990.

9 Sandra Halperin, « War and Social Revolution », art. cit. p. 187-88.

10  Marcel Van der Linden, « The national integration of the European Working Classes (1871-1914) », International Review of Social History, n° 33, décembre 1988.

11  Leonardo Rapone, Cinque anni che paiono secoli. Antonio Gramsci dal socialismo al comunismo, Rome, Carocci, 2011, p. 75 (toutes les traductions, sauf mention autre, sont faites par mes soins).

12 Brunello Vigezzi, L’Italia di fronte alla Prima guerra mondiale. L’Italia neutrale, vol. 1, Naples, Riccardo Riccardi Editore, 1961, p. 869-870.

13 Luigi Salvatorelli, « Tre colpi di Stato », Il Ponte, N° VI, 1950, p. 340-350.

14  Mario Isnenghi, L’Italia in piazza. I luoghi della vita pubblica dal 1848 ai giorni nostri, Milan, Mondadori, 1994.

15 Fulvio Cammarano, « Dalla preghiera al tumulto », in Fulvio Cammarano (éd.), Abbasso la guerra ! Neutralisti in piazza alla vigilia della Prima guerra mondiale in Italia, Florence, Le Monnier, 2015, p. 2-3. La citation de Lénine est tirée de Lénine, Sul movimento operaio italiano, Rome, Edizioni Rinascita, 1947, p. 40.

16 Luigi Scoppola Jacopini, « I socialisti italiani di fronte al bivio della pace e della guerra (1904-1917) », in Luigi Goglia, Renato Moro, Leopoldo Nuti (dir.), Guerra e pace nell’Italia del Novecento. Politica estera, cultura politica e correnti dell’opinione pubblica, Il Mulino, Bologne, 2006, p. 98

17 Lénine, « Que faire maintenant ? (Des tâches des partis ouvriers à l’égard de l’opportunisme et du social-chauvinisme) », Le Social démocrate, n° 36, 9 janvier 1915, in Lénine, Œuvres, tome 21 (août 1914-décembre 1915), Paris, Éditions sociales, 1960, p. 107 ; Antonio Gramsci, « Neutralité active et agissante », Il Grido del Popolo, 31 octobre 1914, maintenant in Stéfanie Prezioso, Contre la guerre 14-18, op. cit., p. 177-182 ; voir également Renato Monteleone, Filippo Turati, Turin, Unione tipografica torinese, 1987, p. 381.

18  Filippo Turati, « Agli elettori del Collegio di Milano », Critica Sociale, novembre 1919, cité par Roberto Vivarelli, Storia delle origini del fascismo. L’Italia dalla Grande guerra alla marcia su Roma, tome I, Bologne, Il Mulino, 1991, p. 96.

19 Mario Isnenghi, Giorgio Rochat, La Grande Guerra 1914-1918, Florence, La Nuova Italia, 2000, p. 329.

20 Ibidem, p. 274.

21 Antonio Gibelli, « Nefaste meraviglie. Grande Guerra e apotesi della modernità », in Walter Barberis (dir.), Storia d’Italia Annali 18 Guerra e Pace, Turin, Einaudi, 2002, p. 558-59.

22 À la fin du conflit, sur les 4 200 000 hommes envoyés sur le front, on comptera environ 600 000 prisonniers et 650 000 morts, dont au moins 100 000 parmi les prisonniers italiens ; voir Nicola Labanca, Caporetto. Storia di una disfatta, Florence, Giunti, 1997, p. 40 ; Richard J. Bosworth, Italy and the Wider World 1860-1960, Londres et New York, Routledge, 1996, p. 66-67.

23  Luigi Albertini, Vent’anni di vita politica, Bologne, Zanichelli, 1952, cité in Gian Luigi Gatti, Dopo Caporetto: gli ufficiali P nella Grande Guerra: propaganda, assistenza, vigilanza, Libreria Editrice Goriziana, Gorizia, 2000, p. 45.

24  Giovanna Procacci, Soldati e prigionieri italiani nella Grande Guerra. Con una raccolta di lettere inedite, Rome, Editori Riuniti, 1993, p. 60. Voir également Mario Isnenghi, Il mito della Grande Guerra, Bologne, Il Mulino, 1989, pp. 277 sq.

25 Voir entre autres Ernesto Ragionieri, « La storia politica e sociale », in Storia d’Italia Einaudi : Dall’Unità ad oggi, vol. IV, tome III, Turin, Einaudi, 1976, p. 2035.

26 Cité in Nicola Labanca, Caporetto, op. cit., p. 25.

27 Irene Guerrini, Marco Pluviano, « Italie 1917 : L’été de feu de la désobéissance », in André Loez, Nicolas Mariot (dir.), Obéir, désobéir. Les mutineries de 1917 en perspective, Paris, La Découverte, 2008, p. 79.

28 Circulaire du commandement suprême du 28 juillet 1915, cité in Giovanna Procacci, Soldati e prigionieri italiani, op. cit., p. 14.

29 Vittorio Foa, Questo Novecento, Turin, Einaudi,1996, p. 96 ; cité également in Bruna Bianchi, La follia, la fuga. Nevrosi di guerra, diserzione e disobbidienza nell’esercito italiano (1915-1918), Rome, Bulzoni Editore, 2001, p. 165.

30 Irene Guerrini, Marco Pluviano, « Italie 1917… », art. cit., p. 87.

31 Ibidem, p. 84.

32 Piero Melograni, Storia politica della Grande Guerra, vol. II, Bari, Laterza, 1977, p. 343 sq.

33  Sur les conflits entre le commandement militaire et le gouvernement italien, voir, entre autres, Piero Melograni, Storia politica della Grande guerra, vol. I et II, op. cit. ; Giovanna Procacci, « L’Italia nella Grande guerra », in Giovanni Sabbatucci, Vittorio Vidotto (dir.), Storia d’Italia : Guerre e fascismo (1914-1943), vol. IV, Bari, Laterza, 1997, p. 3-99.

34 Luigi Salvatorelli, « Sovversivismo conservatore », Tempo, 19 avril 1919 ; cet article se trouve également dans Luigi Salvatorelli, Nazionalfascismo, Turin, Einaudi, 1977, p. 21-23.

35 Nicola Tranfaglia, La Prima Guerra mondiale e il fascismo, Turin, UTET, 1995, p. 90.

36 Alessandro Casellato, « Scena pubblica e controcanto privato. La corrispondenza tra Filippo Turati e Anna Kuliscioff », in Mario Isnenghi, Daniele Ceschin (dir.), La Grande Guerra. Uomini e luoghi del 15-18, tome I, Turin, UTET, 2008, p. 432.

37 Antonio Gramsci, « Note sulla Rivoluzione russa », Il Grido del Popolo, 29 avril 1917, p. 28 sq. Traduction française : « Notes sur la Révolution Russe », in Antonio Gramsci, Écrits politiques (1914-1920), vol. I, Paris, Gallimard, p. 118-121.

38 Arthur Marwick, « Introduction », in Arthur Marwick (dir.), Total War and Social Change, St. Martin Press, New York, 1988, p. XII ; Paolo Spriano, Gramsci e Gobetti. Introduzione alla vita e alle opere, Turin, Einaudi, 1977.

39 Olindo Malagodi, Conversazioni sulla guerra (1914-1919), Milan, Naples, Ricciardi, 1960, p. 124.

40  Claudio Treves, « Pas d’autres hivers dans les tranchées », Atti parlamentari, Camera dei Deputati, Legislatura. XXIV, Sessione 1913-17, Tornata del 12 luglio 1917, vol. XIII, p. 1461-1468 ; maintenant in Stéfanie Prezioso, Contre la guerre 14-18, op. cit., p. 251-257.

41  Antonio Casali, « Il marchese di Caporetto : Claudio Treves e l’interventismo di sinistra », Italia contemporanea, n° 180, septembre 1990, p. 481-504.

42 Claudio Treves, « Dopo Caporetto : in difesa della patria », Critica sociale, 1er novembre 1917.

43 Voir également Federico Chabod, L’Italia contemporanea (1918-1948), Turin, Einaudi, 1961, p. 27-40.

44 Ferdinando Martini, Diario 1914-1918, Milan, 1966, p. 907, cité in Piero Melograni, Storia politica, op  cit., vol. 2, p. 377.

45 Antonio Gramsci, La città futura, février 1917.

46  Stefano Musso, Gli operai di Torino (1900-1920), Milan, Feltrinelli, 1980.

47  Antonio Gramsci, « Analogie e metafore », Il Grido del Popolo, 15 septembre 1917. Voir à ce propos également Sergio Capriolo, « Il capo rivoluzionario nel pensiero di Gramsci », Belfagor, n° 50, 1995, p. 19.

48  Santo Peli, « La classe operaia nella Grande Guerra », in Mario Isnenghi (dir.), Operai e contadini nella Grande Guerra, Bologne, Cappelli, 1982, p. 232-261 ; Stéfanie Prezioso, « Italie 1915-1918 : communion nationale ou guerre de classes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 125, octobre-décembre 2014, p. 33-48.

49 Nicola Labanca, Caporetto, op. cit., p. 9.

50 Giovanni Gentile, Guerra e fede, Naples, Ricciardi, 1919, p. 67-68 ; voir également Roberto Vivarelli, « Le speranze della guerra », in Giovanni Sabbatucci, La crisi italiana, op. cit., p. 151.

51 Antonio Gibelli, La Grande Guerra degli Italiani (1915-1918), Milan, Sansoni, 1998.

52 Antonio Gramsci, « La Rivoluzione contro il capitale », L’Avanti !, 24 décembre 1917 (repris dans Il Grido del Popolo, 5 janvier 1918) ; trad. Française : « La Révolution contre “Le Capital” », in Antonio Gramsci, Écrits politiques (1914-1920), vol. II, Paris, Gallimard, p. 135-139).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéfanie Prezioso, « 1917 : l’Italie en ébullition », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 137 | 2018, 107-120.

Référence électronique

Stéfanie Prezioso, « 1917 : l’Italie en ébullition », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 137 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6368

Haut de page

Auteur

Stéfanie Prezioso

Professeure d’histoire contemporaine, Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page