Navigation – Plan du site
DOSSIER

L’année 1917 en Estonie : entre exaltation patriotique et conflits sociaux

Maurice Carrez
p. 75-90

Résumé

La révolution de 1917 est très fortement ressentie sur le territoire de la future Estonie. La crise multiforme enclenchée par la Première Guerre mondiale, couplée avec l’obsolescence de rapports sociaux d’un autre âge et la montée des aspirations nationales, constitue le terreau sur lequel s’aiguisent des contradictions de plus en plus violentes. Cependant, ce processus de dégradation par étapes ne doit pas être considéré comme fatal, ni même comme entièrement logique, la part des facteurs conjoncturels y étant très importante. La déclaration d’indépendance de 1918 qui vient couronner cette phase ne peut donc être pensée comme une évidence, pas plus d’ailleurs que la victoire ultime des nationalistes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 . On la nomme ainsi en référence au calendrier orthodoxe qui retarde de 13 jours sur le nôtre. En f (...)

1À la veille de la « révolution de Février1 » en Russie, l’Estonie n’existe pas en tant qu’entité administrative autonome. En fait, les populations estoniennes proprement dites sont réparties sur plusieurs « gouvernements » (gubernija en russe) : celui d’Estonie (ou Estlandie) au nord, autour de Reval (qui devient Tallinn en 1918), celui de Livonie au sud (toute la partie septentrionale de cette province autour de Dorpat, alias Tartu, et Pernau, alias Pärnu), celui de Pskov au sud-est (pour ce qui concerne les Seto, installés dans la partie occidentale) et celui de Saint-Pétersbourg (essentiellement les régions frontalières de Jamburg et d’Ivangorod en plus de la capitale).

2C’est seulement le 12 avril 1917, par un décret du gouvernement provisoire russe, que les territoires d’Estlandie et de Livonie du Nord sont regroupés en une province autonome baptisée Estonie. Dans un souci de simplification, nous utiliserons cette appellation pour notre démonstration, d’autant que les frontières de l’actuelle république indépendante coïncident en gros avec celles de 1917. Pour ce qui est des limites chronologiques dans le traitement de notre sujet, elles n’épouseront pas avec exactitude celles de l’année civile : en effet, nous aurons besoin de nous référer en amont à la période allant d’août 1914 à janvier 1917, en aval aux deux premiers mois de l’année 1918, avant l’occupation allemande de la fin février.

3Dans l’histoire estonienne, l’année 1917 est cruciale, non seulement parce qu’elle ouvre la voie à l’indépendance proclamée fin février 1918, mais aussi parce qu’elle est le théâtre d’affrontements sociaux et politiques majeurs, souvent passés sous silence par la doxa nationaliste. Ces affrontements présentent des similitudes avec les événements russes ou finlandais ; ils obéissent néanmoins à leurs propres logiques, ce qui, de notre point de vue, infirme l’idée d’une connivence systématique entre révolutionnaires autochtones et révolutionnaires russes, notamment bolcheviques. C’est en tout cas ce que cette contribution cherchera à montrer, en analysant successivement le contexte de crise, la montée des affrontements internes et leur exacerbation dans les mois précédant l’invasion allemande.

Les éléments d’une crise systémique

  • 2 . Au recensement de 1897, la population urbaine est estimée à 19,2 % ; à celui de 1922, à 25 %. On (...)
  • 3 . À la veille de la Première Guerre mondiale, un peu plus d’un tiers des terres seulement est possé (...)
  • 4 . Ce fait est déjà noté par les historiens contemporains tels que Hans Krus, Histoire de l’Estonie, (...)
  • 5 . Toivo Ülo Raun, Estonia…, op. cit., p. 83-86.

4L’économie estonienne en 1914 est encore profondément rurale, en dépit du développement non négligeable de l’industrie et des services dans les principales villes : Reval (Tallinn), Pernau (Pärnu), Narva et Dorpat (Tartu). Une forte majorité d’Estoniens réside toujours à la campagne et vit du travail agricole2. Or, les grandes propriétés nobiliaires (et parfois bourgeoises) concentrent encore une part considérable de la terre, qu’elles louent à des métayers ou font cultiver en propre par des ouvriers agricoles soumis à la main de fer des intendants ; c’est le système hyperhiérarchique du manoir3. Certes, la propriété paysanne s’est beaucoup développée depuis les années 1860, mais elle reste morcelée et crée un fossé entre les gros exploitants propriétaires (appelés « barons gris » en Livonie) d’un côté, les petits exploitants, les domestiques et les journaliers de l’autre. De plus, si le servage y est aboli dans les faits bien avant la Russie, le développement d’une agriculture de marché, loin de combler les inégalités, a plutôt abouti à les renforcer4. Il y a donc une forte rancœur contre les barons germano-baltes, les capitalistes de la terre et les exploitants prospères, qui n’ont guère de considération pour la main-d’œuvre qu’ils emploient en saison ou à l’année. Les salaires sont bas, les conditions de vie très dures, l’émigration permet parfois seule de fuir la misère. La colère a déjà éclaté en 1905 quand plusieurs dizaines de châteaux ont brûlé en Estlandie et en Livonie, justifiant aux yeux des autorités tsaristes et des milices de propriétaires une impitoyable répression5. Les plaies restent vives et la plèbe rurale n’a pas renoncé à faire entendre à nouveau sa voix, malgré la chape de plomb que tentent d’imposer les privilégiés et le pouvoir tsariste.

  • 6 . Seppo Zetterberg, Viron…, op. cit., p. 388 sq.
  • 7 . Aivar Kriiska et alii, Eesti ajaloo atlas (Atlas historique estonien), Tallinn, Avita, 2007, cart (...)
  • 8 . Seppo Zetterberg, Viron…, op. cit., p. 393.

5L’industrie estonienne connaît dans les années 1890-1914 une période de croissance assez forte, favorisée par la politique économique du comte Sergei Witte6. Les principaux centres urbains en sont les grands bénéficiaires, à l’instar de Reval (métallurgie, mécanique, industrie électrique, papier, textile, chimie, agro-alimentaire), de Narva (notamment le textile avec l’usine géante de l’île de Kreenholm), de Pärnu (cellulose, agro-alimentaire, métallurgie) et de Dorpat (métallurgie, cuir, industries de consommation). Mais l’industrie s’est développée également dans certains petits centres ruraux, comme les papeteries à Türi et Kohila, les usines textiles à Sindi et Kärdla ou bien les fabriques de verre dans le centre du pays et sur le lac Vörts7. Pendant la période, le nombre de sociétés par actions est multiplié par six, passant de sept à plus de quarante-cinq. De gros capitaux viennent s’investir en provenance des autres provinces baltes, de Russie, d’Allemagne et même de France (Schneider acquiert des positions à Reval). La valeur totale de la production passe de 21 millions de roubles en 1890 à 110 millions à la veille de la guerre. Quant au nombre de travailleurs, il triple en une vingtaine d’années (de 12 900 en 1890 à 37 500 en 1913)8. Mais si les profits se portent bien, le niveau de vie ouvrier reste bas malgré quelques progrès. Le niveau de vie de la plupart des travailleurs d’industrie est l’un des plus faibles d’Europe. Une explosion de mécontentement n’est donc pas à exclure dans ce milieu non plus.

  • 9 . Toivo Ülo Raun, Estonia…, op. cit., p. 95.
  • 10 . Maurice Carrez, « Les débuts de la Première Guerre mondiale dans l’espace baltique (1914-1915) : (...)
  • 11Ibidem, p. 88.
  • 12Ibidem, p. 128.
  • 13 . Mirko Harjula, Viro 1914-1922. Maailmansota, valankumoukset, itsenäistyminen ja vapaussota (L’Est (...)
  • 14 . Raimo Pullat, A brief history of Tallinn, Tallinn, Estopol, 1999, p. 140.

6L’entrée en guerre en offre l’occasion. Dès le mois d’août 1914, la mobilisation des hommes (35 000 la première année, 100 000 sur la durée de la guerre9) prive les campagnes d’une main-d’œuvre indispensable. La moisson s’en ressent, puis les labours. La production agricole est en baisse par rapport aux années de paix, alors que dès 1915 affluent des réfugiés fuyant l’avancée de l’armée allemande. Comme la désorganisation des transports touche l’ensemble de l’empire, les importations en provenance de l’extérieur sont rendues difficiles. La situation alimentaire s’en ressent, notamment en ville. De plus, le trafic portuaire s’écroule en raison du blocus imposé par les Allemands. Les échanges maritimes avec le Reich, principale source d’importations, et la Grande-Bretagne, principal pays importateur de produits estoniens, sont fortement réduits. Les industries de consommation courante, en particulier le textile, ont de grosses difficultés d’approvisionnement et licencient de nombreux salariés. Le chômage urbain s’aggrave brusquement durant l’été et le début de l’automne 191410. À Reval, les usines ne reçoivent plus de charbon anglais ; il n’est pas impossible d’en faire venir d’Ukraine, mais il faut attendre plus d’un mois avant que les premiers convois arrivent11. L’activité industrielle reprend cependant au début de l’année 1915, sous l’effet des commandes de guerre et des travaux de fortification le long des côtes. Certains centres en profitent plus que d’autres : ainsi Reval voit le nombre de ses ouvriers d’usine passer de 18 600 en 1914 à plus de 30 000 au début 191712, dont 7 000 œuvrent dans les trois gros chantiers navals du port reconvertis dans les fournitures à l’armée13. Beaucoup de ces travailleurs viennent de Russie, mais aussi des campagnes estoniennes ou de la zone occupée par les Allemands (Ober Ost). Ils sont très jeunes, travaillent dur, mais ont de plus en plus de mal à assurer leur vie quotidienne car le déficit de biens de consommation, la spéculation et la contrebande qui en découlent deviennent de vrais fléaux14.

  • 15 . Seppo Zetterberg, Viron…, op. cit., p. 487 ; Mirko Harjula, Viro 1914-1922…, op. cit., p. 29.

7L’état de guerre augmente par ailleurs la présence de troupes sur le sol estonien. Rien qu’à Reval et dans ses environs immédiats, arrivent 30 000 fantassins et 20 000 matelots, en raison de la crainte d’un débarquement et de la panique consécutive à l’offensive allemande sur Riga durant l’été 191515. Ces garnisons pléthoriques restent inactives : la discipline de caserne leur est donc difficilement supportable et elles se plaignent d’être mal considérées par le commandement. Les rapports avec les civils ne sont pas non plus toujours faciles, d’autant que beaucoup de soldats russes encasernés en Estonie sont des campagnards peu à l’aise en milieu urbain. Jusqu’en 1916, les actes d’insubordination ne sont toutefois pas très inquiétants. Mais le nombre d’incidents isolés augmente dès cette date.

  • 16 . Maurice Carrez, art. cité, p. 89 ; Raimo Pulmat, op  cit., p. 133.
  • 17 . Raimo Pullat, A brief…, op. cit., p. 140-141. L’auteur signale qu’entre 1917 et 1918, elle perd 5 (...)
  • 18 . Mirko Harjula, Viro 1914-1922…, op. cit., p. 29.
  • 19 . Ibidem.

8Avec le chaos croissant qui règne en Russie à partir de mars 1917, la situation devient explosive. La demande industrielle recule (les commandes de guerre fondent à partir du printemps), la production s’effondre, le chômage ouvrier repart à la hausse. Lourdement endettées par les dépenses supplémentaires liées à la présence des troupes russes, les municipalités ont du mal à financer des chantiers de substitution16. Les villes, principalement Reval, se vident de leurs habitants17. Le climat social se dégrade, non seulement en raison des difficultés de la vie quotidienne, mais aussi de l’accroissement des inégalités. En effet, le boom des commandes de guerre a surtout profité aux industriels et aux banquiers, tandis que les classes populaires et les réfugiés assuraient à peine leur survie. Les conflits sociaux (grèves, manifestations, émeutes de la faim) démarrent très vite18 et se multiplient durant le printemps et l’automne. Comme en Russie, des entreprises ferment du fait du départ de leurs propriétaires et de leurs dirigeants. À la campagne, les ouvriers agricoles et les métayers ne se lancent pas dans des expéditions punitives contre les châteaux comme en 1905, mais ils font pression pour de meilleures conditions de travail et de vie. Ils s’impatientent face aux réticences des propriétaires qui se sentent dépossédés de leurs prérogatives et n’attendent qu’une occasion pour imposer à nouveau leur ordre. L’insuffisance du ravitaillement met à vif les nerfs des plus pauvres, qui ne peuvent comprendre l’impuissance des autorités à leur venir en aide. Les soldats russes, quant à eux, n’acceptent plus le joug de leurs officiers. Ceux du troisième régiment d’artillerie de forteresse abattent sept de leurs officiers dès le premier jour de la révolution de Mars à Reval, d’autres unités molestent les gradés19. La discipline militaire est massivement rejetée et une partie importante des conscrits adopte une attitude favorable aux formations révolutionnaires, facteur qui encourage la contestation sous toutes ses formes.

Les conséquences de la révolution de mars 1917 sur le territoire estonien

  • 20 . On peut ranger dans cette catégorie le Parti du travail estonien ou le groupe animé par Konstanti (...)
  • 21 . Jean-Jacques Marie, Lénine. La Révolution permanente, Paris, Payot, 2011, 528 p.

9Les événements révolutionnaires de Petrograd entre le 8 et le 12 mars 1917 entraînent une sorte de séisme politique en Estonie. L’une de ses premières conséquences est la constitution de l’entité administrative estonienne sur une base ethnique, revendication portée par les nationalistes et les socialistes de diverses obédiences. Les partis nationalistes dits « bourgeois », y compris leur aile radicale20, ainsi que d’anciens socialistes en rupture de ban, sont inquiets de l’évolution de la situation en Russie et pensent qu’une plus grande autonomie leur permettra de mieux contrôler les revendications populaires qui ne recouvrent pas les intérêts de leur base électorale, à savoir les petits et moyens propriétaires. Les formations se réclamant du socialisme acceptent cette évolution ; leurs dirigeants pensent que cette mesure donnera à la révolution plus de force, en mettant fin à la centralisation tsariste et à la répression contre le mouvement ouvrier. Même les militants bolcheviks, très peu nombreux à l’origine, sont attentifs au sentiment national. Ils suivent en cela les analyses de Lénine, pour qui revendications nationales et sociales peuvent se superposer. Il ne s’agit pas d’une forme de duplicité, comme l’affirment de nombreux auteurs, mais d’une analyse qu’il a approfondie depuis la révolution de 1905, quitte à s’opposer à d’autres théoriciens marxistes comme Rosa Luxemburg21.

  • 22 . Ce mode de scrutin est d’emblée récusé par les conseils et la gauche socialiste, surtout les bolc (...)
  • 23 . Seppo Zetterberg, Viron…, op. cit., p. 492.

10Les nationalistes « bourgeois », regroupés dans le Sud autour de Jaan Tõnisson (libéral conservateur) et dans le Nord autour de leaders comme Konstantin Päts ou Jüri Vilms (radicaux), organisent fin mars à Dorpat (Tartu) un congrès des représentants des communes rurales et urbaines pour revendiquer l’autonomie. Ils bénéficient de l’appui du commissaire du gouvernement provisoire nommé par le gouvernement provisoire russe, le bourgmestre de Reval (Tallinn), Jaan Poska. Le 8 avril, leurs partisans organisent en ce sens à Petrograd une manifestation de 40 000 personnes, dont beaucoup de militaires estoniens sous les drapeaux. Le pouvoir de Petrograd, désireux de ne pas créer de tension supplémentaire dans une zone proche de la capitale et du front de Riga, accorde dès le 12 avril l’autonomie demandée ; il y ajoute le droit de faire élire au suffrage universel indirect22 un parlement provincial (Maapäev) remplaçant la diète d’ancien régime que les représentants de la noblesse germano-balte (ultraconservatrice) tentent vainement de défendre23. Du coup, les partis nationalistes du centre et de la droite remportent haut la main les élections qui suivent et ils dominent encore le Congrès national estonien réuni à Tallinn les 3 et 4 juillet 1917.

  • 24Oktoobri-revolutsiooni võit ja nõukogude võimu kindustlamine. Veebruar 1917-Veebruar 1918 (La vic (...)
  • 25 . Mirko Harjula, Viro 1914-1922…, op. cit., p. 43-44.
  • 26Kiir, 31(18)/3/1917.
  • 27Kiir, 8/5/1917 (25/5/1917) et 11/6/1917 (29/5/1917).
  • 28Oktoobri-revolutsiooni võit…, op. cit., p. 144.
  • 29Ibidem, p. 147.
  • 30 . Mirko Harjula, Viro 1914-1922…, op. cit., p. 53. Les bolcheviks, en alliance avec les SR de gauch (...)
  • 31 . Les prolétaires sont les plus pénalisés par les pénuries, car ils n’ont pas les moyens de recouri (...)
  • 32 . Toivo Raun, « Violence and Activism in the Baltic Provinces During the Revolution of 1905 », Acta (...)

11Les socialistes de toutes obédiences, réformistes de l’Union sociale-démocrate estonienne, socialistes révolutionnaires ou bien bolcheviks, n’ont pas au départ les mêmes atouts. Encore mal organisés, longtemps pourchassés, ils sont divisés sur le soutien à accorder ou non au gouvernement provisoire et au Maapäev, ainsi que sur le sens à donner à l’autonomie. Les mieux armés pour s’imposer au sein de cette gauche semblent être, comme dans le reste de la Russie, les socialistes révolutionnaires, qui ont une petite base militante dans les campagnes et peuvent attirer à eux les paysans pauvres mécontents de leur sort. Les sociaux-démocrates issus du menchevisme n’influencent que de petits groupes urbains ; ils sont aussi divisés entre anciens partisans de la défense nationale en 1914  et militants issus des « mencheviks internationalistes » comme Mihkel Martna. Quant aux bolcheviks, ils ne constituent qu’un groupuscule en mars 1917, au moment de la légalisation du parti24. Les conditions politiques de surcroît ne leur sont pas favorables : ils ne contrôlent pas les soviets, sauf à Narva et Dorpat25 ; ils sont très peu représentés au Maapäev, dont ils contestent le mode d’élection et la représentativité ; et les principales villes échappent à leur influence jusqu’à la fin de l’été 1917. Ils se mettent néanmoins rapidement au travail et dès la fin mars font paraître leur organe officiel, Kiir (Le Rai de lumière), qui s’efforce de diffuser leur programme26. En s’appuyant sur les militants russes présents dans les usines des grandes villes et certaines unités de l’armée, ils parviennent à gagner des positions dans les conseils et les syndicats27. Cela crée une base militante qui s’élargit assez rapidement, en dépit des critiques de leurs adversaires qui les présentent comme des éléments étrangers. Fin avril 1917, à la conférence des organisations bolcheviques de la Baltique du Nord réunie à Tallinn, les 38 délégués représentent environ 2 000 adhérents, venus vraisemblablement d’une dizaine de sections28. Deux mois plus tard, il y aurait, selon les sources fournies par les organisations locales, près de 5 000 adhérents29, soit autant que les effectifs socialistes révolutionnaires et bien davantage que ceux de l’Union sociale-démocrate estonienne. Les bolcheviks estoniens ont également la chance de souffrir assez peu de la répression lancée à Petrograd et les grandes villes de Russie après l’échec du soulèvement de juillet, ce qui leur permet de poursuivre leur ascension, confortée par les bons résultats qu’ils obtiennent aux élections municipales urbaines30. Cette progression ne tient pas seulement à leurs techniques de propagande, mais à des facteurs sociopolitiques de plus grande ampleur. Le prestige de Kerenski est en chute libre après l’offensive ratée de la fin juillet 1917 ; celle-ci provoque un nouvel affaissement de la discipline au sein des régiments russes et l’explosion du nombre de déserteurs. La poursuite de la guerre apparaît comme une folie, surtout après la chute de Riga début septembre 1917. L’aggravation des pénuries entraîne pour sa part des mesures de rationnement et des réquisitions qui sont à la source de nombreux conflits à partir de l’été31. Parallèlement explose le nombre de grèves et manifestations en faveur de meilleurs salaires et de journées de travail plus courtes. Les bolcheviks se présentant comme les meilleurs défenseurs de la justice sociale, ils attirent à eux de nouveaux éléments. Le souvenir des terribles événements de 1905, particulièrement douloureux en Estonie32, joue aussi en leur faveur, car beaucoup de sympathisants de la révolution craignent le retour de l’ordre ancien. Les bolcheviks estoniens, dans leur propagande, insistent tout particulièrement sur l’antagonisme entre paysans propriétaires et ouvriers agricoles. Cela leur vaut des soutiens dans les zones rurales, du moins là où ils ont assez de militants sur place.

  • 33 . Olavi Arens, « Soviets in Estonia 1917/1918 », dans Andrew Ezergailis, Gert Von Pistohlkors (dir. (...)
  • 34  Hans Kruus, op. cit., p. 240-241 ; Olaf Kuuli, Sosialistid ja Kommunistid Eestis 1917-1991, Tallin (...)
  • 35 . Olavi Arens, « Soviets in Estonia… », op. cit., p. 298-299.
  • 36 . Ce sigle est la contraction de Tsentralnij komitet Baltiskogo flota (Comité central de la flotte (...)

12Pourtant, lors de la formation des soviets en mars 1917, les mencheviks et les socialistes révolutionnaires (SR) estoniens sont clairement majoritaires33, comme le sont leurs homologues russes au sein de la XIIe armée et de son organe central, l’Iskosol. Mais les rapports de forces évoluent à chaque élection au sein des soviets. Affaiblis et amers, les dirigeants réformistes se rapprochent peu à peu des nationalistes « bourgeois », avec prudence d’abord, surtout pour les SR, puis plus nettement à la fin de l’été 191734. Il faut savoir aussi qu’en Estonie, la proportion élevée de russophones au sein des soviets est source d’inquiétude parmi une partie de la population, notamment à Reval (Tallinn)35. Le Tsentrobalt36, l’organe dirigeant des soviets de la flotte de la Baltique, fondé le 23 avril 1917, joue par ailleurs un grand rôle dans les événements de l’automne sur les deux rives du golfe de Finlande. Dans cette structure presque entièrement russe, les rivaux les plus dangereux des bolcheviks ne sont cependant pas les mencheviks, mais les anarchistes qui tantôt s’allient avec eux, tantôt les combattent. On peut donc penser que la peur d’être noyés dans cette masse étrangère, ainsi que la méfiance par rapport à l’anarchisme, amènent les partis socialistes non bolcheviks estoniens à écouter davantage les sirènes du nationalisme.

  • 37 . Gert Von Pistohlkors (dir.), Deutsche Geschichte im Osten Europas, t. 5, Baltische Länder, Berlin (...)
  • 38 . Seppo Zetterberg, Viron…, op. cit., p. 496 ; Erkki Tuomioja, Jaan Tõnisson ja Viron itsenäisyys ((...)
  • 39Oktoobri-revolutsiooni võit…, op. cit., p. 221 sq.

13Face à la montée de la gauche radicale, les partis nationalistes « bourgeois » ont une marge de manœuvre réduite qui explique non seulement leurs hésitations, mais aussi les limites de leur influence. Très actifs dès les premières semaines de la révolution, ils profitent surtout de l’effacement momentané de la noblesse germano-balte, brimée sous les dernières années du tsarisme et dont les organes représentatifs ont été mis en sommeil au début de la guerre37. Les différents courants sont enclins à chercher le compromis avec le gouvernement provisoire qui, dans leur esprit, peut les protéger des socialistes de gauche et garantir les intérêts des propriétaires, qu’ils soient bourgeois ou paysans. Pour mieux amadouer ces derniers, ils continuent à faire de la noblesse germano-balte un ennemi à abattre au même titre que les « partageux ». Pour tenter d’éviter le glissement à gauche des prolétaires ruraux, les agrariens et les nationaux-radicaux promettent aussi de confisquer une partie des grands domaines. Ils essaient de promouvoir un modèle républicain parlementaire en promettant une réforme agraire partielle et une législation ouvrière améliorée. Ce positionnement leur vaut des appuis chez les libéraux et les socialistes réformistes à l’Ouest et en Allemagne. Mais le gouvernement provisoire n’ayant plus beaucoup d’autorité, ils se trouvent confrontés à d’importants mouvements sociaux sans pouvoir espérer le secours d’une armée russe incontrôlable. C’est pourquoi certains de leurs leaders envisagent assez vite la solution de l’autodétermination. Le libéral Tõnisson la propose au Maapäev le 7 septembre38. Il ne rencontre pas d’emblée un grand succès, mais la « peur du rouge » joue en sa faveur à moyen terme : la première garde blanche est formée à Viljandi, au cœur de l’Estonie, le jour même de ladite séance du 7 septembre. Elle est suivie, en trois semaines, d’une multitude d’autres. La réplique ne tarde pas : le 11 septembre, des gardes rouges sont créées à Tallinn et Narva39. L’affrontement majeur se dessine.

Sur le chemin de la guerre civile ? (septembre 1917-février 1918)

  • 40 . Erich Ludendorff, Meine Kriegserinnerungen 1914-1918 mit zahlreichen Skizzen und Plänen, Berlin, (...)
  • 41 . Zvezda (L’Étoile), journal paraissant en russe, 28 (15) août 1917.
  • 42 . Mirko Harjula, Viro 1914-1922…, op. cit., p. 55.
  • 43 . Olavi Arens, « Soviets in Estonia … », op. cit., p. 304.
  • 44 . Ces journées font toujours débat entre ceux qui y voient une tentative de putsch bolchevik (Richa (...)
  • 45 . La majorité du Maapäev, antibolchevique et nationaliste, en est consciente lorsqu’elle refuse le (...)
  • 46 . Toivo Raun, Estonia…, op. cit., p. 103.

14Le mois de septembre marque un tournant décisif, surtout après la conquête de Riga40 et du sud du Vidzeme. En fait, les rapports de force sont modifiés par l’avance allemande et l’affaiblissement du gouvernement provisoire suite au putsch du général Kornilov. La victoire contre ce dernier et la dégradation du climat social41 profitent principalement aux bolcheviks et à leurs alliés SR de gauche. Le 11 septembre, les soviets d’ouvriers et de soldats estoniens créent avec les syndicats un Comité central commun ; des gardes rouges apparaissent à Tallinn, Valga et Narva42. Le 18 septembre, pour la première fois, les bolcheviks emportent largement la majorité au soviet de Tallinn43. Dès lors, appuyés sur leurs bons résultats électoraux, ils constituent une sorte de second pouvoir face au commissaire du gouvernement provisoire, Jaan Poska, avec lequel ils ont eu de nombreux accrochages au printemps, parfois musclés. Kerenski et son gouvernement sont de toute façon déjà hors-jeu dans cette partie de l’Empire, d’autant que le Tsentrobalt est passé aux mains des révolutionnaires. Or, le soulèvement raté de Petrograd (du 16 au 20 juillet) et son cortège d’arrestations44 ont provoqué un raidissement sensible du discours des bolcheviks estoniens en août. Par ailleurs, leur volonté de ne pas se couper des révolutionnaires russes et de continuer à revendiquer l’autonomie au sein d’une Russie régénérée se heurte à la revendication d’indépendance des chefs nationalistes chez qui la peur sociale l’emporte progressivement sur toute autre considération (certains dirigeants de droite préconisent même la transformation des régiments autochtones et des gardes blanches en « armée nationale »). La crispation sur l’identité nationale peut être un atout dans la manche des dirigeants conservateurs, mais si l’idée d’indépendance n’est pas rejetée par l’électorat, y compris de gauche, elle ne constitue toujours pas la préoccupation première d’une population épuisée par la guerre et en attente de solutions matérielles concrètes45. Les bolcheviks jouent à fond cette carte, mais bien qu’en pleine croissance (ils annoncent 20 000 adhérents en octobre), ils ne sont pas hégémoniques : à l’apogée de leur popularité, aux élections à la Constituante, ils ne rassemblent que 40,2 % des voix46. D’ailleurs, bien qu’ils ne forment pas un front uni, y compris sur la question de l’indépendance, leurs adversaires trouvent dans la prise de pouvoir par Lénine à Petrograd une motivation suffisante pour essayer de les isoler (leurs seuls alliés sont les SR de gauche et les mencheviks internationalistes, très minoritaires dans le pays). De surcroît, l’ascension de l’extrême gauche est récente (elle date de la fin de la vague de grèves qui secoue le pays, y compris les campagnes, durant l’été) et donc fragile.

  • 47 . Ibidem, p. 100-102 ; Mirko Harjula, Viro 1914-1920…, op. cit., p. 53-56.
  • 48 . Erich Ludendorff, op. cit., p. 387 sq.
  • 49 . Mirko Harjula, Viro 1914-1920…, op. cit., p. 56 ; M. Graf, Poliitilised parteid Eestis 1917-1920, (...)
  • 50 . À Tallinn, elles comptent jusqu’à 2 500 hommes d’après Eesti Vabadussõda, 1918-1920 (La Guerre de (...)
  • 51Suur Sosialistlik Oktoobrirevolutsioon Eestis. Dokumentide ja materialide kogumik (La grande révo (...)
  • 52Ibid., doc. p. 410 ; Oktoobri-revolutsiooni võit…, op. cit., p. 270-275.
  • 53 . Mirko Harjula, Viro 1914-1922…, op. cit., p. 64.
  • 54 . Elles ne sont pas un triomphe néanmoins pour les autres partis, même s’ils restent majoritaires. (...)
  • 55 . Arved Freiherr Von Taube, « Die baltisch-deutsche Führungsschicht und die Loslösung Livlands und (...)

15C’est dans cette situation pour le moins complexe qu’une compétition s’engage entre d’un côté le Maapäev et son exécutif, toujours dominés par les partis bourgeois, et de l’autre l’extrême gauche, nettement renforcée lors des récentes élections municipales et appuyée sur les soviets urbains47. Le 11 septembre, en plein putsch de Kornilov, l’assignation à domicile pour quelques jours de Jaan Poska, toujours commissaire du gouvernement provisoire, constitue le premier incident sérieux entre les deux pouvoirs concurrents. Durant le mois d’octobre, alors même que l’armée allemande conquiert les îles de Saaremaa, Hiusmaa et Muhu48, la situation intérieure devient de plus en plus instable, d’autant que des dizaines de milliers de soldats russes supplémentaires sont amenés en renfort sur la partie continentale. Les socialistes révolutionnaires et les dirigeants de l’Union sociale-démocrate estonienne, inquiets de la radicalisation bolchevique, prennent alors leurs distances définitives avec eux49, tandis que les partis nationalistes libéraux se préparent à l’affrontement en essayant de gagner à leurs vues les soldats estoniens et en organisant un peu partout des milices armées50. La veille de la prise de pouvoir des partisans de Lénine et Trotski à Petrograd, le 5 novembre, le soviet de Tallinn, dominé par les bolcheviks, prend le pouvoir avec l’appui des gardes rouges de la ville51. Le même scénario se reproduit les jours suivants dans les principaux centres urbains, sans véritable effusion de sang, malgré ici ou là une résistance d’éléments nationalistes et de SR de droite, avec parfois le soutien de régiments autochtones hostiles aux « rouges »52. Vers la mi-novembre, des troupes encore fidèles à Kerenski parviennent même à emprisonner quelques jours à Rakvere l’un des dirigeants bolcheviks estoniens, Viktor Kingisepp, venu tenter de soulever la garnison53. La majorité des membres du Maapäev, sans doute confortée par le fait que les bolcheviks n’ont pas pu obtenir la majorité des voix (40 %) aux élections à la Constituante des 25-27 novembre54, refuse de se disperser et se déclare seule instance représentative de l’Estonie le 28 novembre. Elle élit un « conseil des anciens », sorte d’exécutif gouvernemental dirigé par Konstantin Päts, qui appelle les unités estoniennes de l’armée russe à rejoindre le pays dans l’espoir d’en faire une armée nationale à sa dévotion. Ce calcul est néanmoins hasardeux, car une partie des soldats estoniens est favorable aux « rouges » et beaucoup ne rêvent que d’abandonner enfin l’uniforme. Encouragés par l’avancée qui semble inexorable des troupes allemandes vers le nord, les nobles ultraconservateurs regroupés dans le Vertrauensrat, fondé à Dorpat en mars 1917, sont décidés pour leur part à préparer leur revanche sur les humiliations subies depuis 1914. Réduits pour le moment à la clandestinité, ils sont en contact régulier avec les zones sous contrôle allemand et avec Von Stryk qui, depuis Stockholm, les incite à ne pas céder au Maapäev. Ils n’attendent que l’arrivée de la Reichswehr pour imposer la germanisation du pays et retrouver une partie de leurs privilèges55.

  • 56Edasi (En avant), 7 décembre 1917 (24/11/1917) ; Mirko Harjula, op. cit., p. 69-70 ; Oktoobri-rev (...)
  • 57 . Sur ces mesures, la source la plus complète est Oktoobri-revolutsiooni võit…, op. cit., chap. VI. (...)
  • 58Eesti Teataja, 30 (17) janvier 1918.
  • 59 . Mirko Harjula, op. cit., p. 82.
  • 60 . Sur les débuts de la guerre civile finlandaise, voir en français Maurice Carrez, La fabrique d’un (...)

16Face à cette hostilité aux multiples visages, les bolcheviks estoniens se décident à prendre au début décembre des mesures de rétorsion contre certains journaux d’opposition : à Tartu, la fermeture du Päevleht de Tõnisson entraîne la rébellion de militaires nationalistes, qui sont ensuite désarmés par d’autres soldats favorables aux bolcheviks (estoniens et lettons) et un contingent de gardes rouges venus de Tallinn56. La grève des fonctionnaires gêne aussi le gouvernement bolchevik de Jaan Anvelt, la figure centrale du parti. Celui-ci n’oublie pas ses propres partisans, recrutés essentiellement parmi les couches les plus défavorisées de la population57. C’est ainsi qu’à la mi-décembre 1917, il organise une conférence des paysans pauvres qui vote la nationalisation de la terre. Il met aussi en place un « conseil économique » chargé de recenser les besoins et de relancer la production là où c’est encore possible. Il cherche également à rendre plus opérationnels les gardes rouges, afin de pouvoir assurer un ordre menacé de toutes parts, notamment par des bandes de déserteurs et de malfrats. Il tente en outre, avec des fortunes diverses, de gagner à sa cause les régiments estoniens qui ne sont pas démobilisés afin de constituer une armée rouge qui lutterait contre les Allemands en cas de rupture de l’armistice de Brest-Litovsk58. Il prend enfin des mesures symboliques comme la fin de l’enseignement religieux à l’école ou le rattachement de Narva au territoire estonien. Mais la situation économique ne fait qu’empirer. Les réquisitions des gardes rouges dans les campagnes déclenchent de nombreux incidents, parfois graves. La nationalisation de la terre déçoit les paysans, qui attendaient qu’on la laissât à leur disposition. Le sectarisme des bolcheviks estoniens rend de plus en plus délicats leurs rapports avec leurs rares alliés. De ce fait, les élections de février 1918 à la Constituante estonienne marquent un recul de leurs voix d’environ 3 % (37 %), alors que l’opposition nationaliste consolide ses positions. Le tout début de l’année 1918 est marqué par une course de vitesse entre le gouvernement d’Anvelt, qui obtient de Petrograd l’autorisation de créer une « Commune estonienne » largement autonome, et les nationalistes qui envoient de nombreux délégués dans les capitales occidentales pour obtenir des appuis diplomatiques59. Le contexte est de plus en plus difficile : à Reval, principal fief du nouveau pouvoir, les mois de janvier et février 1918 sont éprouvants pour les organismes. La faim, le sous-emploi et la peur des troubles politiques liés au conflit entre les bolcheviks et les autres partis provoquent le départ de milliers d’habitants. La question nationale tourne aussi en défaveur de la Commune. Parmi les formations antibolcheviques, il n’y a plus guère que le Parti travailliste qui souhaite encore une solution fédérale, option défendue farouchement par le parti de Jaan Anvelt. Néanmoins, jusqu’à l’arrivée des Allemands fin février et malgré quelques centaines d’arrestations et plusieurs accrochages musclés, la guerre civile ouverte est évitée et les pertes humaines restent très limitées, contrairement à ce qui se passe au même moment en Finlande où une guerre civile sans merci a commencé60.

Conclusion

  • 61 . Mirko Harjula, op. cit., p. 86-87.
  • 62 . Cela inquiète jusqu’aux diplomates français. Un rapport de Thiébaut, représentant à Stockholm, en (...)

17La suite est mieux connue. Pour forcer les négociateurs russes de Brest-Litovsk à céder, les troupes du Reich se ruent par surprise en février 1918 sur les positions lettones, qui cèdent en moins de dix jours, puis sur l’Estonie qui n’a pas les moyens de résister. Dans les derniers jours du mois, les nationalistes estoniens en profitent pour proclamer une indépendance toute théorique et prendre leur revanche sur les « rouges » en retraite devant l’avance allemande. Cette première guerre civile, le plus souvent ignorée de nos jours, fait d’assez nombreuses victimes dans les deux camps, tout particulièrement en Livonie du Nord61, victimes dont le nombre n’est pas clairement établi. La bonne volonté dont font preuve les dirigeants nationalistes les premiers jours à l’égard du Reich62 n’est pas en tout cas récompensée, l’OHL – haut commandement de l’armée allemande – ayant d’autres visées que de reconnaître l’autodétermination des terres conquises. La déclaration solennelle d’indépendance formulée par les nationalistes estoniens au moment de l’invasion n’est en réalité qu’un ballon d’essai. Les dirigeants estoniens semblent au courant des démêlés entre l’OHL et le ministre des Affaires étrangères du Reich, Von Kühlmann, hostile à une annexion, mais leur espoir de voir ce dernier l’emporter tombe à l’eau. Les seuls en fait à profiter de l’arrivée de l’armée allemande sont les réactionnaires germano-baltes, qui s’empressent d’offrir leurs services aux nouveaux arrivants.

18Pour ce qui est de l’interprétation de l’année 1917 en Estonie (comme dans les autres pays baltes), elle reste souvent centrée sur la seule question nationale en oubliant qu’un des enjeux principaux des affrontements est de résoudre des problèmes socio-économiques plus anciens que la guerre a portés à leur paroxysme. En effet, les difficultés du quotidien poussent à la révolte les plus défavorisés et donnent aux bolcheviks l’occasion de conquérir des soviets. Leurs concurrents socialistes les tiennent pourtant solidement au départ, mais, incapables de leur donner une orientation ferme, ils leur cèdent peu à peu la place. Les pénuries poussent ainsi la soldatesque affamée ou les gardes rouges à fondre sur les fermes pour y confisquer manu militari les quelques vivres qui s’y trouvent, au grand dam de paysans eux-mêmes en difficulté. C’est la guerre par ailleurs qui fait affluer dans les villes une masse de réfugiés déracinés ou de travailleurs étrangers à la recherche d’emploi : leur présence inquiète et entretient la xénophobie et la peur du « rouge » dans une partie de l’opinion. Car les possédants ont l’angoisse d’être dépouillés, ce qui permet aux nationalistes plus ou moins conservateurs de mobiliser les petits propriétaires contre les « partageux ». Cela dit, le nationalisme est une idéologie diffuse au sein de la société estonienne : les frustrations accumulées depuis des siècles par des populations souvent méprisées font qu’elles trouvent dans l’idéal national un substitut à leurs malheurs. Le centre et la droite tiennent là une arme propice à leur valoir des ralliements, ne serait-ce que, dans un premier temps, ceux des adversaires socialistes des bolcheviks.

19Un autre réflexe dommageable à la compréhension de ces événements est le péché de téléologie, en l’occurrence ici de lire 1917 à la lumière de la période 1919-1920. Or, il n’y a, à ce moment précis de l’histoire estonienne, nulle fatalité à l’échec ou à la victoire de tel ou tel camp, car les rapports de force évoluent d’un mois sur l’autre, parfois d’une semaine sur l’autre. En fait, seule l’arrivée des troupes allemandes jusqu’à la rivière de Narva et au lac Peïpous permet aux nationalistes de prendre date pour l’avenir en se débarrassant de la présence honnie de leurs adversaires. Sans elle, il n’est pas certain qu’ils auraient pu construire leur future hégémonie, même en tenant compte de l’usure probable de leurs adversaires sur le plus long terme. Voici un point à méditer si l’on veut renouveler l’étude de cette année cruciale pour comprendre l’histoire ultérieure de ce pays et la manière dont ses dirigeants actuels utilisent à leur profit le récit national pour se légitimer vis-à-vis de leurs électeurs et des puissances étrangères.

Haut de page

Notes

1 . On la nomme ainsi en référence au calendrier orthodoxe qui retarde de 13 jours sur le nôtre. En fait, les premières manifestations commencent à Petrograd le 8 mars 1917. Nous utiliserons d’ailleurs par la suite le calendrier occidental pour la datation.

2 . Au recensement de 1897, la population urbaine est estimée à 19,2 % ; à celui de 1922, à 25 %. On peut estimer aux trois quarts des ruraux ceux qui vivent pour l’essentiel du travail de la terre, soit approximativement 60 % de la population totale.

3 . À la veille de la Première Guerre mondiale, un peu plus d’un tiers des terres seulement est possédé par la paysannerie laborieuse ; le reste appartient pour l’essentiel à de grands propriétaires : Toivo Ülo Raun, Estonia and the Estonians, Stanford, Hoover Institution Press, 2ème édition, 2001, p. 89. En 1913, les deux tiers des manoirs possédaient entre 1 000 et 5 000 hectares, et 16,5 % entre 5 000 et 10 000 hectares. Dans la partie estonienne de la Livonie, les trois quarts étaient aux mains de propriétaires nobles, pour l’essentiel germanophones : Seppo Zetterberg, Viron historia (Histoire de l’Estonie), Helsinki, SKS, 2007, p. 377.

4 . Ce fait est déjà noté par les historiens contemporains tels que Hans Krus, Histoire de l’Estonie, Paris, Payot, 1935, p. 197-198 ou Jean Meuvret, Histoire des pays baltiques : Lituanie, Lettonie, Estonie, Finlande, Paris, Armand Colin, 1934, 203 p. Il a été confirmé par toutes les études ultérieures.

5 . Toivo Ülo Raun, Estonia…, op. cit., p. 83-86.

6 . Seppo Zetterberg, Viron…, op. cit., p. 388 sq.

7 . Aivar Kriiska et alii, Eesti ajaloo atlas (Atlas historique estonien), Tallinn, Avita, 2007, carte n° 85, p. 88.

8 . Seppo Zetterberg, Viron…, op. cit., p. 393.

9 . Toivo Ülo Raun, Estonia…, op. cit., p. 95.

10 . Maurice Carrez, « Les débuts de la Première Guerre mondiale dans l’espace baltique (1914-1915) : la fin des illusions », Revue d’histoire nordique/Nordic Historical Review, n° 15, déc. 2012, p. 59-115 (84-91).

11Ibidem, p. 88.

12Ibidem, p. 128.

13 . Mirko Harjula, Viro 1914-1922. Maailmansota, valankumoukset, itsenäistyminen ja vapaussota (L’Estonie 1914-1922. Guerre mondiale, processus d’indépendance et guerre de libération), Helsinki, SKS, 2009, p. 21 ; Seppo Zetterberg, Viron…, op. cit., p. 488.

14 . Raimo Pullat, A brief history of Tallinn, Tallinn, Estopol, 1999, p. 140.

15 . Seppo Zetterberg, Viron…, op. cit., p. 487 ; Mirko Harjula, Viro 1914-1922…, op. cit., p. 29.

16 . Maurice Carrez, art. cité, p. 89 ; Raimo Pulmat, op  cit., p. 133.

17 . Raimo Pullat, A brief…, op. cit., p. 140-141. L’auteur signale qu’entre 1917 et 1918, elle perd 56 000 habitants.

18 . Mirko Harjula, Viro 1914-1922…, op. cit., p. 29.

19 . Ibidem.

20 . On peut ranger dans cette catégorie le Parti du travail estonien ou le groupe animé par Konstantin Päts (1874-1956).

21 . Jean-Jacques Marie, Lénine. La Révolution permanente, Paris, Payot, 2011, 528 p.

22 . Ce mode de scrutin est d’emblée récusé par les conseils et la gauche socialiste, surtout les bolcheviks qui veulent retarder aussi la date des élections : Hans Krus, Histoire de l’Estonie, Paris, Payot, 1935, p. 230 sq.

23 . Seppo Zetterberg, Viron…, op. cit., p. 492.

24Oktoobri-revolutsiooni võit ja nõukogude võimu kindustlamine. Veebruar 1917-Veebruar 1918 (La victoire de la révolution d’Octobre et le renforcement du pouvoir des conseils. Février 1917-février 1918), Tallinn, Eesti Raamat, 1977, p. 119, donne le chiffre de 100 à 150. Il s’agit d’un ouvrage réalisé à la demande du pouvoir soviétique estonien. Il a cependant le mérite de s’appuyer sur de très nombreuses archives inédites, bien que pas toujours bien répertoriées.

25 . Mirko Harjula, Viro 1914-1922…, op. cit., p. 43-44.

26Kiir, 31(18)/3/1917.

27Kiir, 8/5/1917 (25/5/1917) et 11/6/1917 (29/5/1917).

28Oktoobri-revolutsiooni võit…, op. cit., p. 144.

29Ibidem, p. 147.

30 . Mirko Harjula, Viro 1914-1922…, op. cit., p. 53. Les bolcheviks, en alliance avec les SR de gauche ou les mencheviks internationalistes, obtiennent la majorité des sièges à Tallinn, Narva et Viljandi.

31 . Les prolétaires sont les plus pénalisés par les pénuries, car ils n’ont pas les moyens de recourir au marché noir. Ils sont donc favorables aux mesures de contrôle des stocks et des prix. Au contraire, les paysans propriétaires y voient une atteinte à leurs droits. De ce fait, un antagonisme se crée entre les deux groupes. Les gardes rouges urbains sont souvent chargés des réquisitions.

32 . Toivo Raun, « Violence and Activism in the Baltic Provinces During the Revolution of 1905 », Acta Historica Tallinnensia, n° 10, 2006, p. 48-59.

33 . Olavi Arens, « Soviets in Estonia 1917/1918 », dans Andrew Ezergailis, Gert Von Pistohlkors (dir.), Die baltischen Provinzen Russlands zwischen den Revolutionen von 1905 und 1917, Cologne/Vienne, Böhlau, 1982, p. 295-296 ; Mirko Harjula, Viro 1914-1922…, op. cit., p. 43.

34  Hans Kruus, op. cit., p. 240-241 ; Olaf Kuuli, Sosialistid ja Kommunistid Eestis 1917-1991, Tallinn, 1999, p. 14-15.

35 . Olavi Arens, « Soviets in Estonia… », op. cit., p. 298-299.

36 . Ce sigle est la contraction de Tsentralnij komitet Baltiskogo flota (Comité central de la flotte de la Baltique), l’organe dirigeant des soviets de marins de Cronstadt, Petrograd, Tallinn, Helsinki et Hanko. Mirko Harjula, Itämeri 1914-1921 : Itämeren laivasto sodassa sekä Venäjän vallankumouksissa (La Baltique 1914-1921 : la flotte de la Baltique durant la guerre et les révolutions russes), Books on demand, 2010, en constitue l’étude la plus complète à ce jour.

37 . Gert Von Pistohlkors (dir.), Deutsche Geschichte im Osten Europas, t. 5, Baltische Länder, Berlin, Siedler Verlag, 1994, p. 535 sq.

38 . Seppo Zetterberg, Viron…, op. cit., p. 496 ; Erkki Tuomioja, Jaan Tõnisson ja Viron itsenäisyys (Jaan Tõnisson et l’indépendance estonienne), Helsinki, Tammi, 2010, p. 126.

39Oktoobri-revolutsiooni võit…, op. cit., p. 221 sq.

40 . Erich Ludendorff, Meine Kriegserinnerungen 1914-1918 mit zahlreichen Skizzen und Plänen, Berlin, Ernst Siegfried Mittler und Sohn, 1919, p. 385-386, donne une image assez précise de l’opération sur le plan militaire.

41 . Zvezda (L’Étoile), journal paraissant en russe, 28 (15) août 1917.

42 . Mirko Harjula, Viro 1914-1922…, op. cit., p. 55.

43 . Olavi Arens, « Soviets in Estonia … », op. cit., p. 304.

44 . Ces journées font toujours débat entre ceux qui y voient une tentative de putsch bolchevik (Richard Pipes, La révolution russe, Paris, PUF, 1993, p. 391-408) et ceux qui s’interrogent sur les capacités réelles des bolcheviks à réaliser un putsch à ce moment précis (Georges Haupt, « Journées de Juillet 1917 », Encyclopædia Universalis, 1973 ; Orlando Figes, La révolution russe, 1891-1924 : la tragédie d’un peuple, Paris, Denoël, 2007).

45 . La majorité du Maapäev, antibolchevique et nationaliste, en est consciente lorsqu’elle refuse le 7 septembre la proposition d’indépendance de Tõnisson.

46 . Toivo Raun, Estonia…, op. cit., p. 103.

47 . Ibidem, p. 100-102 ; Mirko Harjula, Viro 1914-1920…, op. cit., p. 53-56.

48 . Erich Ludendorff, op. cit., p. 387 sq.

49 . Mirko Harjula, Viro 1914-1920…, op. cit., p. 56 ; M. Graf, Poliitilised parteid Eestis 1917-1920, Tallinn, Eesti Raamat, 1982, p. 80-83 et p. 92-95. La majorité de droite des SR, emmenée par Jaan (Hans) Kruus, exclut les militants de gauche favorables à l’unité d’action avec les bolcheviks.

50 . À Tallinn, elles comptent jusqu’à 2 500 hommes d’après Eesti Vabadussõda, 1918-1920 (La Guerre de libération estonienne, 1918-1920), t. 1, chap. 1.

51Suur Sosialistlik Oktoobrirevolutsioon Eestis. Dokumentide ja materialide kogumik (La grande révolution socialiste d’Octobre en Estonie. Recueil de documents et matériaux), doc. p. 374-375.

52Ibid., doc. p. 410 ; Oktoobri-revolutsiooni võit…, op. cit., p. 270-275.

53 . Mirko Harjula, Viro 1914-1922…, op. cit., p. 64.

54 . Elles ne sont pas un triomphe néanmoins pour les autres partis, même s’ils restent majoritaires. Elles sont même assez dures pour les SR et les sociaux-démocrates qui rassemblent à peine 11 % des voix, preuve de leur déclin dans l’électorat populaire.

55 . Arved Freiherr Von Taube, « Die baltisch-deutsche Führungsschicht und die Loslösung Livlands und Estlands von Russland 1916-1918 », in Jürgen Von Hehn, Hans Von Rimscha, Helmuth Weiss (dir.), Von den baltischen Provinzen zu den baltischen Staaten. Beiträge zur Entstehungsgeschichte der Republiken Estland und Lettland 1917-1918, Marburg/Lahn, J.G. Herder-Institut, 1971, p. 111-112.

56Edasi (En avant), 7 décembre 1917 (24/11/1917) ; Mirko Harjula, op. cit., p. 69-70 ; Oktoobri-revolutsiooni võit…, op  cit., p. 288-291.

57 . Sur ces mesures, la source la plus complète est Oktoobri-revolutsiooni võit…, op. cit., chap. VI. L’ouvrage utilise beaucoup les journaux d’époque comme Maatamees (Le Sans terre), Eesti teataja (La Revue estonienne), Edasi (En avant), etc., qui sont certes partisans, mais donnent de précieuses indications sur les décrets concernés.

58Eesti Teataja, 30 (17) janvier 1918.

59 . Mirko Harjula, op. cit., p. 82.

60 . Sur les débuts de la guerre civile finlandaise, voir en français Maurice Carrez, La fabrique d’un révolutionnaire. Otto Wilhelm Kuusinen (1881-1918). Réflexions sur l’engagement politique d’un dirigeant social-démocrate finlandais, tome 2, Toulouse, Méridiennes, p. 687-736.

61 . Mirko Harjula, op. cit., p. 86-87.

62 . Cela inquiète jusqu’aux diplomates français. Un rapport de Thiébaut, représentant à Stockholm, envoyé au Quai d’Orsay et daté du 23 juillet 1918 (qui s’appuie sur un article du Russki Vestnik non démenti par les Estoniens) nous le laisse entendre. Il accuse les nationalistes, et notamment Jaan Tõnisson, d’avoir envoyé un émissaire dans les îles estoniennes, déjà occupées depuis octobre 1917 par les Allemands, pour leur demander d’intervenir. Il estime qu’ils ont ensuite conservé une attitude équivoque vis-à-vis des autorités d’occupation. Archives du Quai d’Orsay à La Courneuve, microfilm P/19539, série Z, carton 657-02.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6381/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Carrez, « L’année 1917 en Estonie : entre exaltation patriotique et conflits sociaux », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 137 | 2018, 75-90.

Référence électronique

Maurice Carrez, « L’année 1917 en Estonie : entre exaltation patriotique et conflits sociaux », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 137 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6381

Haut de page

Auteur

Maurice Carrez

Université de Strasbourg, UMR 7367 Dynamiques européennes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page