Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Les savoirs sur/de l’écriture

À propos de Philippe Artières, Clinique de l’écriture. Une histoire du regard médical sur l’écriture, Paris, La Découverte, 2013, et Philippe Artières, La police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945), Paris, La Découverte, 2013.
Jérôme Lamy
p. 143-152

Texte intégral

1L’historien Philippe Artières construit une œuvre singulière, attachée aux mille facettes de l’écrit, aux écritures intimes tatouées à même la peau, aux graphies de néon qui festonnent les artères urbaines, aux archives personnelles. Il a fait de l’écrit un objet d’histoire à part entière, non pas tant dans la voie d’une philologie contemporaine, mais dans celle, plus ouverte, d’une généalogie de la matérialité du scriptuaire. À la suite de Roger Chartier, il a entrepris, pour la période contemporaine, une enquête pointilliste sur le surgissement d’une inquiétude centrée sur l’écrit. Quelque chose naît au XIXe siècle qui ressemble à une peur des écrits, comme si leur débordement menaçait l’ordre social existant. Philippe Artières emprunte deux voies d’enquête. La première, republiée à La Découverte, vise à reconstituer l’histoire « du regard médical sur l’écriture » ; la seconde, chez le même éditeur, complète la perspective et s’attache à cerner les illégalismes graphiques.

2Un même fil foucaldien parcourt les deux ouvrages, qui fait de l’écriture un dispositif saturé de pouvoir, traversé par des rapports de force que la médecine et la police entendent nouer en leur faveur. En ce sens, Philippe Artières singularise des périodes bien précises de l’histoire de l’écriture : pour la médecine, c’est la deuxième moitié du XIXe siècle jusqu’au premier conflit mondial qui constitue le nœud matriciel de sa quête graphique ; pour la police, la période se prolonge jusqu’au cœur de la Seconde Guerre mondiale. Entre ces chronologies partiellement recoupées, une intensité du regard place l’acte d’écriture au centre d’une politique des conduites. Le regard se définit moins comme une contemplation passive que comme une pratique de cadrage des actes, des gestes, des traces et des signes. Le regard s’impose comme une grille à partir de laquelle toutes les formes d’écrit vont être classées, indexées, réunies, codifiées.

3J’évoquerai donc, dans une première partie, l’histoire médicale de ce regard porté sur l’écrit, puis, dans une seconde partie, j’aborderai la perspective policière sur la graphie, telle que la reconstitue Philippe Artières.

Esculape et la graphie : signes, traces et machines

  • 1 Philippe Artières, Clinique de l’écriture. Une histoire du regard médical, Paris, La Découverte, 20 (...)

4Philippe Artières note qu’à partir du milieu du XIXe siècle, l’écriture n’est plus un « élément esthétique », qu’elle « retrouve son opacité1 ». L’enjeu n’est pas de singulariser une discipline qui se serait en particulier attachée à l’écriture (même si la graphologie prétend à ce statut, comme le montre bien l’auteur), mais de reconstituer une certaine configuration épistémique centrée sur l’acte d’écrire et associée à une pratique politique de normalisation.

  • 2 Ibidem, p. 51.

5Bien sûr, les « anormaux » constituent la première cible de cette connaissance graphique. Les écrits des fous, des exaltés, des hallucinés frappent par leur singularité irréfragable. Les lettres de suicidés, tout d’abord, concentrent l’attention de certains médecins comme Brierre de Boismont. Mais les spicilèges d’écrits désespérés sont aussi un moyen de repérer les codes moraux et les impensés du corps médical : la force du religieux écrase parfois les quelques phrases jetées avant l’acte final. Les écrits d’aliénés sont le champ principal d’investigation de Legrand du Saule, responsable des Annales médico-psychologiques dans la deuxième moitié du XIXe siècle. La matérialité même du geste d’écriture le renseigne sur la folie à l’œuvre, les tremblements, les changements de graphie, tout est sujet à interprétation. De même, selon les types de troubles mentaux, les signes à déceler ne sont pas les mêmes : maniaques, mélancoliques, déments répondent différemment dans l’accomplissement de l’écrit. Le prisonnier offre, à l’instar du suicidé et du fou, des cas observables pour les médecins. Le crime est-il pénétrable par l’écriture ? La trace laissée par la plume peut-elle renseigner sur les intentions et les pulsions des irréguliers ? Comme le note Philippe Artières, ce qui intéresse le corps clinique, c’est moins la spécificité d’un écrit, d’une relation épistolaire, que le savoir qu’il est possible d’extraire d’une graphie de prisonnier. Le célèbre Cesare Lombroso se laisse happer par la prose singulière des criminels : il reconstitue, à partir d’écrits éclatés, « un portrait noir du détenu2 ».

6Les bribes de phrases des suicidés, les mots des aliénés, les textes des enfermés, tout cela constitue un matériau neuf, au sens où il est désormais pris dans les rets d’un regard médical attentif aux signes d’anormalité dont ils sont porteurs.

7L’écriture est un symptôme dans lequel les troubles somatiques peuvent se lire. Le docteur Marcé, dans les années 1860, explore cette voie de la lecture pathologique par la graphie. Le docteur Erlenmeyer, de Stuttgart, développe plus avant encore ce déchiffrement de la maladie : il recherche dans l’écriture les signes avant-coureurs des affections. La science criminologique prolonge cette recherche de l’irrégulier dans les signes tracés : il s’agit de repérer les criminels potentiels dans les failles de leur écriture. Escrocs, violeurs, faussaires, meurtriers… les spéculations se multiplient pour trouver dans les pleins et les déliés de leurs textes les marques d’immoralité. En miroir de la prose criminelle, la fulgurance du génie doit pouvoir aussi se lire dans l’écriture. Le savoir médical sur l’écrit se polarise sur cette exceptionnalité pour affermir son efficace : la preuve avérée d’une écriture manifestant la supériorité littéraire d’un Victor Hugo serait le point d’arrimage d’une science encore balbutiante.

  • 3 Ibidem, p. 85.
  • 4 Ibidem, p. 110.

8Philippe Artières poursuit son repérage des formes convergentes d’appropriation médicale de l’anormalité par l’écriture. Il remarque qu’au-delà des signes graphiques et des inscriptions, c’est le corps tout entier qui retient l’attention des cliniciens. Le tremblement de la plume inquiète : que cachent cette irrésolution et ce vacillement ? L’« hystérique trembleur3 » que répertorie Gilles de la Tourette laisse moins saisir sa pathologie par son écriture que par sa démarche. La technique de l’écriture en miroir questionne la latéralité des gestes, la distribution des habilités entre gauchers et droitiers. Le cadre médical se resserre donc peu à peu autour de tous les gestes de l’écriture et non plus seulement ceux qui relèvent d’une anormalité décrétée. On loge dans le cerveau l’origine d’une gestuelle graphique ; on décèle dans l’agraphie les possibilités d’une théorie générale de l’écriture. Les écritures hallucinées n’échappent pas au quadrillage médical : le docteur Régis suit un patient délirant qui inscrit des textes à propos desquels il se sent « étranger4 ».

9Cette profusion d’analyses médicales indique aussi un brouillage des connaissances sur l’écriture. Philippe Artières note très justement que l’affaire Dreyfus, avec la succession d’experts en écriture à laquelle elle a donné lieu, témoigne de cette confusion. La « fragmentation de l’objet » écrit consume toutes les possibilités de créer un cadre d’intelligibilité un tant soit peu unifié.

  • 5 Ibidem, p. 133.

10La graphie devient peu à peu un objet d’expérience ; elle est mise à l’épreuve. Car derrière les signes auscultés, on en oublie les corps et les êtres pour tenter de percer les secrets d’un geste désincarné par la technique. Les savants cherchent à comprendre comment varie la vitesse d’écriture, ils s’intéressent aux conséquences de la fatigue musculaire sur l’acte d’écrire. Placés sous hypnose, les scripteurs sont sondés dans les dédales de leur psyché. Le lien que Philippe Artières met au jour entre « hypnose graphique » et « somnambulisme hystérique » permet de saisir la « figure de l’absence5 » qui travaille la communauté scientifique. Alfred Binet, directeur à la Sorbonne du laboratoire de psychologie physiologique, imagine des expériences qui testent les capacités des scripteurs à surmonter les formes d’excitation les plus diverses.

  • 6 Ibidem, p. 143-144.

11La voie instrumentale (et instrumentée) de la graphie soumise à l’expérience s’ouvre sur de nombreuses innovations. Pour repérer les tremblements, les sauts, les hésitations, les outils enregistreurs sont des médiateurs indispensables. Bien sûr, ce passage par la technologie est une inflexion notable dans la constitution des savoirs de l’écriture : « l’objet du regard change profondément de statut », désormais, il peut « être non seulement agrandi ou réduit, mais il peut circuler au sein de la communauté scientifique et être le sujet de commentaires croisés d’auteurs différents6 ». Le docteur Fernet, par exemple, invente un appareil relevant les oscillations de la main. Binet, présent sur tous les fronts de l’étude de la graphie, imagine une plume électrique qui égrène, en petits points, le tracé fin de l’écriture. Binet parvient à mettre en évidence le changement constant de vitesse dans l’exécution des gestes. Finalement, cette instrumentation de l’écriture est un moyen de distinguer le « normal » du « pathologique », de délimiter un territoire de la maladie qui soit mesurable et quantifiable. La photographie modifie également le regard sur l’écriture. Parce qu’ils permettent la « reproduction illimitée » comme le photomontage ou la chronophotographie, les clichés sont des outils de décomposition des gestes graphiques. Ils exhument les tentatives de falsification, ils grossissent les écritures maquillées, ils laissent apparaître les fraudes. L’aide des chimistes est aussi requise pour retrouver les « écritures effacées » ou « ajoutées ». Les grattages, les ablutions, toutes ces tentatives d’altérer l’écriture fixée sont déjouées par les révélateurs chimiques ; de même les encres additionnées sont détectées plus aisément.

  • 7 Ibidem, p. 159.
  • 8 Ibidem, p. 166.

12L’entrée par la technologie n’est pas la seule manière de caractériser la scientifisation du regard sur l’écriture. Philippe Artières décrit l’entreprise générale de « rationalisation de la lecture du signe graphique7 » qui émerge au début du XXe siècle. L’infatigable Binet tente de discerner le genre dans l’écriture : la graphie se distribuerait selon des « catégories sexuelles ». Les tenants de la graphologie tentent d’imposer leurs corps de savoirs en véritable discipline scientifique. Ils sont aidés en cela par Gabriel Tarde. Soutenant qu’il existe une « expressivité de l’écriture8 », le sociologue veut constituer une raison graphique combinant le conscient et l’inconscient. C’est globalement une profession qui essaie de s’établir à l’aube de XXe siècle : Crépieux-Jamin, Pellat, Arréat s’instituent en experts de la graphie. Le premier en particulier veut rétablir la légitimité d’une science qui n’en est pas une, mise à mal par l’affaire Dreyfus. Mais les tests de validation scientifique ne sont guère concluants. Le flou des graphologues, l’incertitude de leurs comptes rendus et la multiplication des expériences pour mesurer leur capacité à administrer une preuve signalent un seuil de scientificité encore largement discuté.

13Le passage par la justice permet d’estimer cette relative instabilité (et inconsistance) des savoirs graphologiques. L’expertise en écriture est ainsi reconfigurée au début du XXe siècle. Les méthodes de Frazer et de Bertillon visent à rationaliser encore davantage l’examen des graphies. Crépieux-Jamin essaie lui aussi d’imposer la graphologie dans l’ordre des pratiques expertes : en montrant la spécificité (et la compétence) professionnelle de celui qui sait repérer les écrits falsifiés, c’est toute une discipline qu’il envisage d’introduire dans les prétoires. Le congrès d’anthropologie criminelle en 1901 valide les projets de réforme qui visent à séculariser la graphologie dans le champ judiciaire.

14Le regard médical sur l’écriture se porte peu à peu vers les apprentis scripteurs. L’école est le lieu d’apprentissage des gestes graphiques et de leur répétition. Les pédagogues observent le corps des élèves en train d’écrire : une ergonomie nouvelle est imaginée, des postures idéales sont recommandées. L’écriture elle-même est appréciée : penchée ou droite, les chercheurs se divisent sur la morphologie graphique à enseigner. L’objectif est d’articuler l’apprentissage de l’écriture et celui de la lecture.

  • 9 Ibidem, p. 215.

15Philippe Artières termine son ouvrage en examinant les tentatives de conjuguer style d’écriture et esprit collectif. La dégénérescence constatée de la graphie serait le signe d’une usure collective : la graphomanie sociale envahirait les pratiques de communication. L’effort scientifique et technique porte donc, à partir de la fin du XIXe siècle sur une « limitation de l’hégémonie graphique9 ». Avec le développement parallèle de la sténographie et de la machine à écrire, l’acte d’écriture tend à s’instrumentaliser intégralement. Il se normalise et s’uniformise. Le regard médical se fait performatif et transforme la façon de constituer les écrits. L’intérêt scientifique décroît également rapidement. L’écriture n’est plus au centre du regard médical : c’est la dimension créatrice qui au XXe siècle va mobiliser les interrogations.

16Le livre de Philippe Artières met donc au jour une chronologie fine et dense de ce moment scientifique de l’écriture. Connectée aux intérêts sociaux, économiques et culturels de son temps, une pratique savante tente d’émerger. Mais elle n’y parvient pas complètement. La graphologie ne franchit pas les seuils d’administration de la preuve qui permettraient d’en faire une discipline constituée. Les erreurs lors des procès, les résultats incertains des tests ne compensent pas les efforts de professionnalisation des experts. C’est un point ici important à souligner, la constitution d’une discipline scientifique relève de critères objectifs rattachés à la recherche d’autonomisation des pratiques. Les experts graphologues soumis à la demande judiciaire sont incapables de fournir des méthodes fiables et certaines, même s’ils offrent quelques indices sérieux sur les écritures falsifiées.

Surveiller les écrits

  • 10 Philippe Artières, La police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945), Pa (...)
  • 11 Ibidem, p. 17.

17Dans son deuxième ouvrage consacré à La police de l’écriture, Philippe Artières s’attache à reconstituer « l’invention de la délinquance graphique » de 1852 à 1945. Il s’agit de comprendre comment l’ordre répressif façonne une irrégularité de l’écrit : la biopolitique du XIXe siècle, décrite par Michel Foucault, suppose « un nouvel ordre des discours (…) et la naissance d’une organisation nouvelle des scripteurs dans l’espace social10 ». C’est toujours la « naissance d’un regard » que questionne Philippe Artières, celui démultiplié d’une surveillance des écrits dans la ville. Nous suivons donc le travail de police dans ses gestes, ses relevés, ses minuscules tentatives de faire de l’écrit une catégorie homogène et cohérente de la délinquance. Faire entrer la graphie dans les illégalismes, c’est d’abord énoncer des seuils, pointer des régularités, designer des interdits. En prenant pour appui le travail policier (et scientifique) qui vise à quadriller le territoire urbain et à y relever les traces à bannir, Philippe Artières envisage moins la machinerie biopolitique dans son ensemble que ses prises par capillarité sur le provignement infini du réel. La chronologie s’étend du coup d’État de Napoléon III jusqu’aux lois antisémites de Vichy. « Entre ces deux dates, 1852 et 1942, note l’historien, émerge et prend vie un policier lecteur, et avec lui un délinquant scripteur11 ».

  • 12 Ibidem, p. 21.
  • 13 Ibidem, p. 31.

18Après la révolution de 1848, « trois événements surviennent qui ouvrent un nouveau moment au sein de l’histoire de l’écrit dans l’espace public à Paris12 » : la publication des Murailles révolutionnaires d’Alfred Delvau (en 1852), la multiplication des palissades dans le Paris d’Haussmann en pleine transformation et la construction de la chambre des notaires. Ces trois événements se situent, a priori, sur des plans différents ; ils marquent cependant l’espace urbain selon la logique continue d’un pouvoir de l’écrit et d’un pouvoir sur l’écrit. Le livre de Delvau retranscrit toutes les affiches placardées dans Paris après 1848. L’affiche et l’expression publique qu’elle porte irriguent les rues parisiennes de graphies dissonantes. Parallèlement, Haussmann réorganise la ville, ouvre des voies, tranche dans les anciens quartiers. Souhaitant conjurer le spectre des barricades qui avaient ébranlé le pouvoir bourgeois, le préfet met Paris en chantier. Ce faisant, il donne des supports nouveaux aux voies contestataires. Paris est envahi par les palissades qui bornent les travaux en cours : bientôt des affiches recouvrent ces installations provisoires et c’est tout le tissu urbain qui se gorge d’écrits. La colonne Morris prendra le relais de cette prolifération scriptuaire. La construction de la chambre des notaires, place du Châtelet, marque également la montée en puissance de l’écrit dans l’ordre des pouvoirs. Garants de « l’écriture vraie », les notaires reprennent pied « au cœur de la cité13 ».

  • 14 Ibidem, p. 35-36.

19Philippe Artières retrace ensuite la constitution des cadres permis et autorisés de l’écriture urbaine. Pour qu’une ligne soit tracée entre ce qui est permis et ce qui ne l’est pas, il est nécessaire que les pouvoirs en place désignent les possibles. La Commune constitue, à n’en pas douter, le point de départ d’une explosion graphique dans l’ordre urbain. Paris s’est trouvé envahi d’affiches envoyées en de nombreux exemplaires dans tous les quartiers. La force des révolutionnaires a, pour un moment, trouvé à s’exprimer dans ces lettres noires : « Une nouvelle réalité se donne à voir, un horizon s’ouvre ; derrière ces signes d’encre, c’est une vie nouvelle qui s’annonce : la Commune de Paris décrète que la conscription est abolie, que les loyers dus depuis le moratoire du 13 août 1870 sont annulés, que la vente des objets déposés au mont-de-piété est suspendue, que les fournitures des élèves des écoles communales sont gratuites14… ». La reprise en main réactionnaire n’en sera que plus forte : l’écrit est un levier pour les révolutionnaires et la police entend bien le leur confisquer. La loi du 21 juillet 1881 concernant la liberté de la presse fournit un cadrage politique puissant pour l’affichage urbain : si les colporteurs et les distributeurs d’écrits divers doivent être repérables (par leur inscription préalable en mairie notamment), le colportage « accidentel » est libre. C’est donc une législation souple et tolérante de l’affichage qui s’affirme dans le Paris de la fin du XIXe siècle. L’affichage électoral est soigneusement détaillé par la police de l’écriture : il est un bon moyen de suivre l’état de l’opinion, de prévenir les débordements, de voir poindre les éventuelles insurrections.

  • 15 Ibidem, p. 47.

20Les braises de la Commune couvent encore dans la capitale, bien après 1871. Et l’événement, tranchant dans l’histoire de la ville, fait l’objet d’édification et de commémoration qui viennent rappeler et remémorer « le souvenir de l’écriture insurgée15 ». Les monuments sont très présents : soldats, Marianne, l’inscription graphique semble d’abord en retrait. Mais Philippe Artières soutient, avec pertinence, que les écrits reprennent leurs droits dans la dénomination des rues (qui est rationalisée) et dans l’apposition des plaques commémoratives.

  • 16 Ibidem, p. 68.
  • 17 Ibidem, p. 88.

21Après avoir cerné la prolifération nouvelle des écrits et la multiplication de leurs supports, Philippe Artières détaille le regard policier qui s’élabore concomitamment. Le gardien de la paix est un « nouveau lecteur » chargé, par des instructions précises, de traquer les écritures urbaines délictueuses. Cette attention aux graphismes irréguliers est inédite au XIXe siècle, elle fait suite à la « montée en masse de la culture écrite16 ». Impossible de saisir les écrits, leur surgissement et leur renouvellement, sans se constituer un lexique de description : l’articulation du textuel et du matériel est d’abord hésitante, la prise sur l’écrit reste, dans un premier temps, incertaine. Mais de nouvelles procédures d’enregistrement et d’archivage (dans les commissariats d’arrondissement, qui sont les points de surveillance génériques de ces écrits illégaux) permettent de mieux cartographier l’espace urbain strié par la graphie. Les lettres anonymes, qui se multiplient notamment après les attentats anarchistes des années 1890, fournissent un premier matériau pour la police. Détaillées dans les moindres détails (couleurs, lettrages, papiers…), ces lettres sont l’occasion d’édifier un  « panoptisme graphique17 ».

22La puissance subversive des écrits urbains réside principalement dans la mobilité des affichages, dans leur capacité de déplacement continuel qu’ils opèrent à travers la ville. La police doit donc suivre cette prolifération au plus près : c’est précisément dans ces mouvements que se construit et s’acquiert la compétence policière relative aux écrits délinquants. Le « scripteur délinquant » devient une figure majeure de l’illégalité combattue.

  • 18 Ibidem, p. 99.

23Dans la dernière partie de son ouvrage sur la police de l’écriture, Philippe Artières examine la formalisation, dans la première moitié du XXe siècle, d’un « savoir policier sur l’écrit18 ». L’historien documente l’incorporation de la connaissance sur et de l’écrit dans un nouveau régime de connaissances policières. C’est la figure d’Edmond Locard qui sert d’entrée pour comprendre comment la délinquance graphique s’insère dans le corpus de la criminologie florissante. Enquêteur de « l’infime », ce policier-médecin légiste-juriste, traque les menus indices des écrits. Appelé à la barre, il offre à la justice une expertise d’un genre nouveau, transversale et scrupuleuse. Philippe Artières décrit, en des pages admirables, le travail quotidien de Locard, sur le terrain et dans son laboratoire : du registre d’expertise (véritable dédale d’un raisonnement en construction) à la trousse d’opération en passant par le matériel optique, c’est toute une procédure scientifique qui s’élabore minutieusement en lisière de la pratique policière classique. Locard s’est fait une spécialité des lettres anonymes, déchiffrant dans les écrits non signés les scripteurs potentiels. La routinisation de cette expertise conduit aussi à certains échecs retentissants. Peu à peu, la fonction policière de surveillance des écrits devient une poursuite des populations irrégulières (les faux papiers focalisant l’attention), l’écrit est arrimé, depuis la deuxième moitié du XXe siècle, à une biopolitique inquisitrice.

24  

25L’œuvre de Philippe Artières sur la surveillance des écritures, dont nous disposons déjà des deux premiers volets, marquera durablement l’historiographie. La reprise du motif foucaldien de la surveillance est ici précisément redistribuée dans une série de chronologies fines. La période 1850-1950 marque l’émergence d’un pouvoir scriptuaire inédit. Moins visible que le pouvoir disciplinaire et plus restreint que le biopouvoir, le pouvoir sur l’écrit se fonde sur un savoir en perpétuel changement. On pourrait suggérer que c’est précisément parce que le savoir sur l’écrit ne s’est jamais imposé dans le champ scientifique (que l’on songe ici aux imprécisions de la graphologie ou aux échecs patents d’un Locard), que le pouvoir scripturaire n’a pu s’imposer dans le temps long. Il est une parenthèse dans le passage du disciplinaire à la biopolitique, un entre-deux évanoui. En suivant les formes de ces surveillances appuyées sur des savoirs imparfaits (ceux qui n’auraient pas franchis les seuils épistémologiques chers à Foucault), Philippe Artières donne à voir le jeu subtil d’un savoir/pouvoir qui ne peut être efficace qu’à condition d’assurer le socle cognitif d’une action répressive. Tant que les savoirs policiers sur l’écrit ne sont pas remis en question, il est possible pour les policiers de contester la délinquance graphique ; dès que des fissures apparaissent dans ces corpus de connaissances, c’est l’édifice même du pouvoir qui craint pour sa perpétuation.

26En affinant ainsi la thèse foucaldienne, Philippe Artières ouvre un immense champ d’expériences historiennes. En réintégrant les menus écrits dans l’ordre de l’intellection, il envisage une analyse plus serrée de la constitution des savoirs à l’époque contemporaine.

Haut de page

Notes

1 Philippe Artières, Clinique de l’écriture. Une histoire du regard médical, Paris, La Découverte, 2013, p. 15.

2 Ibidem, p. 51.

3 Ibidem, p. 85.

4 Ibidem, p. 110.

5 Ibidem, p. 133.

6 Ibidem, p. 143-144.

7 Ibidem, p. 159.

8 Ibidem, p. 166.

9 Ibidem, p. 215.

10 Philippe Artières, La police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945), Paris, La Découverte, 2013, p. 15.

11 Ibidem, p. 17.

12 Ibidem, p. 21.

13 Ibidem, p. 31.

14 Ibidem, p. 35-36.

15 Ibidem, p. 47.

16 Ibidem, p. 68.

17 Ibidem, p. 88.

18 Ibidem, p. 99.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Lamy, « Les savoirs sur/de l’écriture », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 137 | 2018, 143-152.

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Les savoirs sur/de l’écriture », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 137 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6445

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

CNRS-CERTOP-UT2J

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page