Navigation – Plan du site
UN CERTAIN REGARD

120 battements par minute

Film de Robin Campillo, 2017, 143 min.
Thierry Pastorello
p. 183-188

Texte intégral

Act Up-Paris dans les années 1990, ou quand les gays mouraient du sida

  • 1 Voir Isabelle Régnier, « Il m’a fallu du temps pour parler du sida », Le Monde, 22 août 2017, <http://www.lemonde.fr/cinema/article/2017/08/22/robin-campillo-il-m-a-fallu-du-temps-pour-parler-du-sida_5174990_3476.html>.

1Le film de Robin Campillo, 120 battements par minute, traite de l’action de l’association Act Up-Paris dans sa lutte pour la généralisation de traitements efficaces contre l’épidémie de sida (syndrome d’immunodéficience acquise) qui au cours des années 1980 et 1990, et avant l’apparition des trithérapies, fit beaucoup de victimes dans la communauté homosexuelle et, au départ, dans une relative indifférence. Le réalisateur fut militant d’Act Up au cours des années 1990. Il s’agit d’un sujet crucial dans sa vie : « C’était en 1992, après dix ans d’épidémie. J’arrive assez furieux d’avoir pris conscience qu’on avait désigné très fort les gays par ce terme stigmatisant de “groupe à risque”. La société nous définissait comme des victimes potentielles de l’épidémie, sans nous donner aucune visibilité1 ». S’est-il nourri pour son film de son expérience passée ? Peut-être y fait-il entrevoir des éléments autobiographiques ? Dans son précédent long métrage, Eastern Boys, un homme se fait piéger après avoir invité chez lui un jeune homme rencontré à la gare du Nord à Paris. Ce dernier vient avec d’autres hommes à son domicile. Pour comprendre le film de Robin Campillo, faut-il revenir au préalable sur ce que fut pour la communauté homosexuelle l’apparition de cette terrible maladie ? Aussi est-il nécessaire de confronter cette réalité au long-métrage de Robin Campillo et aux personnages du film.

Le contexte historique : la création d’Act Up, les années sida et le « cancer gay »

  • 2 Jacques Leibowitch, Pour en finir avec le sida, Paris, Plon, 2011, p. 12-13.
  • 3 Christophe De Broqua, Agir pour ne pas mourir, Paris, Presses de Science-po, 2005, p. 323-324.
  • 4 Mirko D. Grmek, Histoire du sida. Début et origine d’une pandémie actuelle, Paris, Payot, 1989, 392 (...)
  • 5 Voir Dennis Altman, « Sida : la politisation d’une épidémie [1984] », Genre, sexualité & société [E (...)
  • 6 Voir Philippe Mangeot, « Sida », Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobie, Paris, Pre (...)
  • 7 Le journaliste de l’Humanité Michel Boué (1947-1993), emporté lui-même par la maladie, note dans un (...)
  • 8 Voir Philippe Mangeot, « Sida », op. cit.
  • 9 Christophe De Broqua, op. cit., p. 43.
  • 10 Didier Eribon, Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes, Paris, Larousse, 2003, p. 23.

2Au début des années 1980, aux États-Unis, apparaît une nouvelle pandémie dans la communauté homosexuelle2. Les principaux symptômes se caractérisent par des affections pulmonaires, accompagnées d’une diminution de l’immunité naturelle. C’est précisément le 5 juin 1981 que le docteur Willy Rozenbaum prend connaissance de cinq cas graves dans les hôpitaux de Californie : fièvre, perte de poids, affections respiratoires, pratiques homosexuelles. L’hebdomadaire Gai Pied en date de septembre 1981 fait mention du « cancer gay » par un article informatif d’Antoine Perruchot : « amours à risques3 ». En 1983, le VIH est identifié4. Au départ, l’épidémie se développe dans l’indifférence générale. Cette indifférence est d’autant plus réelle qu’aux États-Unis, et notamment chez certains sénateurs proches du président Ronald Reagan (1911-2004), le lien avec la communauté homosexuelle est rapidement établi. L’écrivaine américaine Margot Joan Fromer (née en 1939) suggère une prédisposition similaire au sida et à l’homosexualité5. Le sida est perçu comme le fait de populations à risque, et particulièrement des homosexuels. Comme le souligne Philippe Mangeot : « L’extrême droite française désigne les homosexuels comme des fauteurs de trouble. On dénonce la banalisation d’une homosexualité mortifère. On préconise des mesures discriminatoires. On déconstruit le soi-disant mythe du sida hétérosexuel. En 1991, deux sénateurs tentent de faire adopter deux amendements : le premier considère l’homosexualité comme un facteur aggravant en cas de crime et délit, le second rétablit le délit d’homosexualité par âge de consentement6 ». Au départ de l’épidémie, les associations homosexuelles semblent vouloir nier la gravité7 de cette pandémie8. C’est dans ce contexte de montée de l’homophobie qu’apparaissent les premières associations de séropositifs9. Aides est créée en 1984. À la fin des années 1980 apparaissent plusieurs associations10.

  • 11 Frédéric Martel, Le rose et le noir : les homosexuels en France depuis 1968, Paris, Seuil, 1996, p. (...)
  • 12 Christophe De Broqua, op. cit., p. 49.
  • 13 Pascale Macary-Garipuy, « Le mouvement queer : des sexualités mutantes ? », Psychanalyse, 2006/3 (n (...)

3Act Up-Paris apparaît en juin 1989 dans la lignée d’ Act Up-New York, créée par l’écrivain Larry Kramer en 1987. Didier Lestrade est le premier président d’Act Up-Paris11. La nouveauté des membres d’Act-Up est de se positionner comme homosexuels et séropositifs12, en opposition avec ceux qui s’engageaient uniquement du point de vue de la maladie. Il y a une volonté de s’engager au côté des minorités atteintes prioritairement par la pandémie : homosexuels, toxicomanes, prostituées, prisonniers, étrangers. Il se situe dans la mouvance queer, c'est-à-dire avec une volonté de repenser les identités sexuelles en dehors du cadre normatif13.

120 battements par minute : le film, les personnages

  • 14 Didier Lestrade , Act Up : une histoire, Paris, Denoël, 2017, p. 79.
  • 15 Interview de Christophe Martet, <https://actu.orange.fr/france/videos/un-ancien-president-d-act-up-paris-raconte-l-enfer-du-sida-dans-les-annees-90-VID0000002qnOY.html Le 11/09/2017>.
  • 16 Didier Lestrade, op. cit., p. 132.
  • 17 Didier Lestrade, op. cit., p. 121.

4Ce cadre précisé, comment peut-on analyser 120 battements par minute ? Le film de Robin Campillo relate parfaitement les années 1990, au cours desquelles le sida tuait depuis plus de dix années, majoritairement des homosexuels. Robin Campillo fut militant de l’association Act Up avant de devenir cinéaste. Il a donc vécu cette période de l’intérieur, et cela se perçoit très bien. Le cadre principal du film est un amphi : au début, quatre garçons viennent pour adhérer à l’association. Le haut de l’auditoire est occupé par Sean, qui est en révolte permanente. Didier Lestrade souligne que le haut de l’auditoire est réservé aux trouble-fêtes et à l’intelligentsia d’Act Up, alors que le bas de l’auditoire est réservé aux membres les plus sages14. Cette scénographie est bien respectée dans le film de Robin Campillo. D’une manière globale, et tout le long du film, il y a un parallèle entre la vie trépidante, la parole, l’action militante et les corps qui dansent et meurent. Il s’agit d’un film politique au sens premier et noble du terme : il montre de jeunes femmes et hommes qui s’engagent de toutes leur forces dans la vie de la cité, pour alerter l’opinion et sauver ceux qui meurent du VIH. Le film reprend fidèlement les actions d’Act Up-Paris au cours de ces années. Les militants couchés avec des croix, et parfois le soir, comme pour incarner et concrétiser la menace de la mort prochaine pour beaucoup de porteurs du VIH. Car, comme le souligne Christophe Martet, président d’Act Up-Paris de 1994 à 1996, au cours de ces années, le sida, c’étaient trois morts par jour ; être séropositif, c’était la mort au bout du chemin15. La parole militante trépidante et les actions, comme le médecin enchaîné lors d’un colloque, ou l’action contre Melton Pharm, expriment aussi la colère légitime de ces militants. Comme le souligne Didier Lestrade, Act Up-Paris a conceptualisé la colère. Il faut avoir été traîné au sol par des CRS pour prouver que l’on est allé aussi loin contre le sida16 Tout cela, le film de Robin Campillo le montre parfaitement. La scène de l’intervention en milieu scolaire oppose le conformisme de l’institution, incarné par l’enseignant, et ceux qui agissent avec un sentiment d’urgence par rapport à la progression de la pandémie. Il y a absence de rapport. De même, la parole de cette lycéenne qui affirme ne pas pouvoir attraper le sida car « je ne suis pas pédé » rappelle concrètement la croyance d’une certaine opinion qui identifiait ce mal comme un « cancer gay », avec tout ce que cela pouvait cacher de conservateur, voire d’homophobe derrière ce type de propos. La réponse de Sean et Nathan est un baiser devant la personne. Le kiss-in, consistant à s’embrasser devant tout le monde, était alors particulièrement apprécié17.

5Le film de Robin Campillo rassemble aussi des acteurs tout à la fois remarquables, séduisants et terriblement sympathiques par leur spontanéité toute adolescente. Le personnage de Sean Dalmazzo (Nahuel Pérez-Biscayart) est éblouissant et attachant par sa sensibilité et son volontarisme. C’est le personnage emblématique de ce film, de cette lutte pour la vie, d’autant plus qu’au fil du film, il est gagné par la maladie. Il sait que la mort aura finalement le dessus. Son ami Nathan (Arnaud Valois) est authentique par son dévouement au garçon qu’il aime : la scène de la masturbation à l’hôpital, un plaisir qu’il veut lui donner, est comme un acte de vie, un défi à la mort qui rôde. Il s’agit d’un amour profond, mais aussi d’un dévouement gratuit pour un homme qui va quitter cette vie. Sophie (Adèle Haenel) est une militante consciente des enjeux face à la souffrance du sida. Par sa spontanéité, elle révèle une humanité profonde. Sa confrontation avec les représentants des laboratoires pharmaceutiques est parlante : l’argument est de son côté, la parole des représentants des laboratoires paraît vide de sens. Enfin, parmi un panel d’actrices et d’acteurs remarquables, la mère de Sean (Saadia Ben Taieb), très émouvante dans le rôle de la mère qui perd son fils, est admirable par sa simplicité, son dévouement et la manière dont elle parle de son fils avec une grande pudeur.

  • 18 Didier Lestrade, op. cit., p. 160-161 et Association nationale de la recherche sur le sida, <http://www.anrs.fr/fr/anrs/partenariats/france>.
  • 19 « Le sida, première cause de mortalité en Afrique chez les 10-19 ans », Le Monde, 18 juillet 2016, (...)
  • 20 « En Afrique subsaharienne, beaucoup meurent encore du sida, même sous traitement antirétroviral », (...)

6Ce film constitue une chronique vivante et chaleureuse de l’action d’Act Up-Paris au cours des années 1990 et de sa lutte pour l’accès à des soins efficaces pour tous les malades du sida. Il nous dévoile une palette de personnages dévoués à cette cause et luttant contre l’indifférence, le conformisme, voire l’intolérance. La lutte de ces femmes et de ces hommes a permis d’indéniables avancées, comme l’association des représentants associatifs aux actions coordonnées qui animent des domaines de recherche chargés des essais thérapeutiques (notamment AC5, essais thérapeutiques dans l’infection à VIH18). Leur volontarisme et leur colère furent salutaires pour réveiller les consciences, et avancer au plan des protocoles de soins. Le film de Robin Campillo est une leçon de vie et d’enthousiasme sur la possibilité que des femmes et des hommes soient capables de dépasser leur égoïsme et de se consacrer à une cause qui les concerne, mais dépasse leur vie. Aujourd’hui encore, le sida fait des ravages dans les pays du tiers-monde. Il constitue la première cause de mortalité chez les 10 à 19 ans en Afrique subsaharienne, ce qui est effrayant19. Un article présent sur le site internet de l’association Médecins sans frontières dénonce le fait qu’en Afrique subsaharienne, 30 à 40 % des malades du VIH meurent très rapidement20. Autant dire que le film de Robin Campillo vient à point nommé pour réveiller les consciences occidentales engourdies.

Haut de page

Notes

1 Voir Isabelle Régnier, « Il m’a fallu du temps pour parler du sida », Le Monde, 22 août 2017, <http://www.lemonde.fr/cinema/article/2017/08/22/robin-campillo-il-m-a-fallu-du-temps-pour-parler-du-sida_5174990_3476.html>.

2 Jacques Leibowitch, Pour en finir avec le sida, Paris, Plon, 2011, p. 12-13.

3 Christophe De Broqua, Agir pour ne pas mourir, Paris, Presses de Science-po, 2005, p. 323-324.

4 Mirko D. Grmek, Histoire du sida. Début et origine d’une pandémie actuelle, Paris, Payot, 1989, 392 p.

5 Voir Dennis Altman, « Sida : la politisation d’une épidémie [1984] », Genre, sexualité & société [En ligne], n° 9, printemps 2013, mis en ligne le 1er juin 2013, consulté le 6 septembre 2017. URL : <http://gss.revues.org/2802 ; DOI : 10.4000/gss.2802>.p

6 Voir Philippe Mangeot, « Sida », Louis Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobie, Paris, Presses universitaires de France, 2003, p. 373-378.

7 Le journaliste de l’Humanité Michel Boué (1947-1993), emporté lui-même par la maladie, note dans un article combien les journalistes du Gai Pied participèrent à une campagne visant à voir dans le sida une invention des ligues puritaines outre-Atlantique contre les gays. Voir Michel Boué, « Le drapeau rose en berne », l’Humanité, 30 octobre 1992, ou Thierry Pastorello, « Michel Boué et les fées couturières », Cahiers d’histoire-revue d’histoire critique, n° 129, 2015, <http://chrhc.revues.org/4833>.

8 Voir Philippe Mangeot, « Sida », op. cit.

9 Christophe De Broqua, op. cit., p. 43.

10 Didier Eribon, Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes, Paris, Larousse, 2003, p. 23.

11 Frédéric Martel, Le rose et le noir : les homosexuels en France depuis 1968, Paris, Seuil, 1996, p. 499.

12 Christophe De Broqua, op. cit., p. 49.

13 Pascale Macary-Garipuy, « Le mouvement queer : des sexualités mutantes ? », Psychanalyse, 2006/3 (n° 7), p. 43-52.

14 Didier Lestrade , Act Up : une histoire, Paris, Denoël, 2017, p. 79.

15 Interview de Christophe Martet, <https://actu.orange.fr/france/videos/un-ancien-president-d-act-up-paris-raconte-l-enfer-du-sida-dans-les-annees-90-VID0000002qnOY.html Le 11/09/2017>.

16 Didier Lestrade, op. cit., p. 132.

17 Didier Lestrade, op. cit., p. 121.

18 Didier Lestrade, op. cit., p. 160-161 et Association nationale de la recherche sur le sida, <http://www.anrs.fr/fr/anrs/partenariats/france>.

19 « Le sida, première cause de mortalité en Afrique chez les 10-19 ans », Le Monde, 18 juillet 2016, <http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/07/18/le-sida-premiere-cause-de-mortalite-en-afrique-chez-les-jeunes-age-de-10-a-19-ans_4971169_3212.html>.

20 « En Afrique subsaharienne, beaucoup meurent encore du sida, même sous traitement antirétroviral », Médecins sans frontières, 25 juillet 2017, <http://www.msf.fr/presse/communiques/en-afrique-subsaharienne-beaucoup-meurent-encore-sida-meme-sous-traitement-antiretroviral>.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/6470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Pastorello, « 120 battements par minute », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 137 | 2018, 183-188.

Référence électronique

Thierry Pastorello, « 120 battements par minute », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 137 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6470

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page