Navigation – Plan du site
LES CAHIERS RECOMMANDENT...

Les Cahiers recommandent…

Frank Noulin et Jean-François Wagniart
p. 211-224

Texte intégral

FILMS

1Cinéma et fanatisme : fureur biblique et vieux démons dans la Russie de Poutine

2Le Disciple (Ulchenik), film russe de Kirill Serebrennikov, 2016, 118 min, disponible en DVD fin 2017.

3Au cœur de la Russie ordinaire, un prophète vient nous hurler sa foi, ardente et intransigeante comme peut l’être celle d’un jeune homme en pleine crise mystique. Il s’agit de Veniamin, lycéen farouche qui ne s’exprime plus que par citations de la Bible, choisies avec soin pour dénoncer les turpitudes du monde qui l’entoure, à commencer par celles de sa mère, pécheresse divorcée, désarmée face à une telle soif d’absolu.

4Puis notre croisé s’attaque à ce qui semble obséder les fondamentalistes et puritains de tout poil tout autour de la planète : le corps des femmes. Car Veniamin exècre ces filles qui aguichent, excitent le désir et finissent par s’offrir. Il vitupère contre l’impudique bikini et refuse de participer aux cours de natation durant lesquels – abomination – les deux sexes s’ébattent librement, presque nus. Sans doute tenons-nous là une des clés du fondamentalisme : la sourde inquiétude, l’effroi que suscitent la différence sexuelle et les forces que celle-ci déchaîne, dangereuses pour l’ordre social. De ce fait, le groupe des mâles entend contrôler les corps féminins, qui ne peuvent alors se concevoir que normés, corsetés, voilés, domestiqués, parqués dans le mariage.

5Fort logiquement, le fulminant Veniamin entre en conflit avec sa professeure de biologie, Irina, quand celle-ci prétend enseigner le darwinisme et aborde l’éducation sexuelle. Un véritable combat s’engage alors. L’ingénue Irina croit possible de contrecarrer par des arguments rationnels les fulgurances dogmatiques de Veniamin, voire de convertir celui-ci à la vérité scientifique, ou à tout le moins de préserver le reste de la classe de la résurgence de l’obscurantisme. Cette louable entreprise lui vaut une vraie descente aux enfers, durant laquelle tout son entourage l’abandonne, y compris son propre compagnon, remarquable de veulerie. Kirill Serebrennikov décrit avec férocité les renoncements successifs des supposées « autorités » face à la foi inébranlable de Veniamin, dont les certitudes progressent sans faiblir à travers la foule des pleutres, déjà résignés à la dictature, voire secrètement convaincus que le bonheur se trouve dans le dogme et l’obéissance. Ainsi la proviseure finit-elle par conseiller à Irina d’enseigner aussi le créationnisme, au nom de la liberté d’opinion, et laisse entendre que son ardeur à combattre les convictions, certes un tantinet vigoureuses mais après tout véritablement orthodoxes, de Veniamin, pourrait s’expliquer par sa judéité…

6Voilà, nous dit Kirill Serebrennikov, la Russie n’en a pas fini avec ses vieux démons : intolérance, notamment antisémite et homophobe, vacuité des prétendues élites, appétence pour un pouvoir autoritaire, de Staline à Poutine. Ce propos courageux explique probablement les actuels démêlés judiciaires de Kirill Serebrennikov, accusé de détournement de subventions : vieille technique pour faire taire un opposant sans aborder la question de fond, à savoir la fin de la liberté d’expression dans un État redevenu vindicatif et paranoïaque.

7Puissent la justice russe, et tous les Veniamin qui prolifèrent, se rappeler ces saines paroles prononcées il y a 2000 ans par un agitateur juif dans les plaines poussiéreuses de Palestine : « Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés » (Évangile selon Matthieu, 7, 1).

8La matrice de ce film fort et prenant est la pièce Martyr du dramaturge allemand contemporain Marius Von Mayerburg, créée à Berlin en 2012 avant d’être mise en scène par Kirill Serebrennikov à Moscou en 2014, puis adaptée au cinéma, transposée dans le contexte russe.

9  

10Le Jeune Karl Marx, film franco-germano-belge de Raoul Peck, 2016, 118 min.

11Après l’avoir vu, il est difficile de ne pas ressentir de la sympathie et une forme de tendresse pour ce film. D’abord pour son réalisateur, Raoul Peck, dont il faut rappeler l’honnêteté intellectuelle quand il traite du personnage mythique de la révolution africaine, Patrice Lumumba, d’abord dans un formidable documentaire (Lumumba, la mort d’un prophète, 1990), puis dans un film historique de bonne qualité, même si un peu conventionnel (Lumumba, 2000). Il faudrait également citer le très beau I Am Not Your Negro (2016), qui permet de saisir l’intérêt de ce cinéaste fraternel et engagé pour les opprimés dans l’histoire.

12On comprendra ainsi, ce qui le rend également éminemment original, que le parcours de Peck se situe entre le documentaire et la fiction. Dans Le Jeune Karl Marx, il semble en effet hésiter, même si la méthode est pour lui similaire : « Je veille toujours à mettre de la narration dans un documentaire, et de la réalité dans la fiction ».

13Du côté réussite encore, Peck s’est bien imprégné de sa documentation sur ce premier XIXe siècle, peut-être parfois un peu trop séduisant, mais où se croisent réellement intellectuels, révolutionnaires et agitateurs, lesquels échangent en différentes langues et sont victimes de la même répression.

14Malgré ces atouts et la sympathie qu’il inspire, et peut-être à cause de cette volonté délibérée de la susciter, l’apport du film rencontre des limites. Le personnage de Marx est certes bien incarné et charnel comme il le désirait, son caractère autoritaire et maltraitant systématiquement ses rivaux bien tracé, mais il est difficile de comprendre clairement sa pensée politique, comme celle de ses futurs adversaires Proudhon et Bakounine. Si certaines scènes, trop courtes, par exemple dans les filatures de Manchester du père de Friedrich Engels, nous ramènent à un certain réalisme, le film apparaît plus comme un livre d’images sentimentales que comme une œuvre cinématographique.

15Le film de Raoul Peck reste néanmoins un essai courageux, qui permet à un large public de plus en plus éloigné de toute pensée politique de s’initier aux débats idéologiques du XIXe siècle, dont la connaissance reste essentielle pour comprendre le monde d’aujourd’hui.

16  

17Une bombe iranienne : misère sexuelle, drogue et fatalisme dans l’Iran des ayatollahs

18Téhéran Tabou, un film austro-allemand d’Ali Soozandeh, 2017, 96 min.

19Ali Soozandeh, qui vit en exil en Allemagne depuis 1995, a choisi, dans Téhéran Tabou, l’animation pour lui permettre de contourner l’impossibilité de faire son film. Les acteurs sont tout d’abord filmés en studio sur fond vert, puis leurs traits et silhouettes sont retracés par le procédé de la rotoscopie. Cette technique, à mi-chemin entre l’animation et la prise de vue, utilisée ici avec brio, donne un film beau et émouvant, où règne un univers totalitaire, inquiétant, terrifiant. Ce procédé permet non seulement un effet de réel en contournant la censure de la République islamique, mais aussi d’assumer le choix par défaut de l’animation. « Si je pouvais tourner des films en Iran, déclare-t-il, je ne passerais pas par l’animation » (entretien avec le réalisateur : <https://www.avoir-alire.com/​teheran-tabou-entretien-avec-le-realisateur-ali-soozandeh>).

20Le film vaut sans doute pour ce parti pris de s’attaquer rageusement, comme aucun réalisateur iranien n’a pu le faire, aux tabous de la société iranienne, de la corruption généralisée aux perversions du clergé chiite omnipotent, impliquant des stratégies individuelles de survie qui frisent la cruauté au point de rendre irrespirable l’atmosphère de Téhéran, très bien reconstituée.

21Mais la technique ne sauve pas tout. La beauté plastique de certaines scènes, certains dialogues réussis, ne font pas oublier la sécheresse pessimiste de cette fresque noire de l’Iran contemporain et la superficialité des personnages voués à la recherche du sexe ou de la drogue, cherchant désespérément dans l’évasion artificielle une porte de sortie éphémère, douloureuse et destructrice. À vouloir trop peindre la misère sexuelle imposée par les innombrables interdits religieux et l’omniprésence de forces répressives, gardiennes d’une révolution mortifère, qui pèsent sur les Iraniens et surtout sur les Iraniennes, le réalisateur finit par rendre les hommes tous inhumains et les femmes de simples objets de désir sexuel.

22Pire sans doute, il ne laisse à ces victimes que peu de choix : partir ou mourir à petit feu ou encore accomplir, comme l’une de ses trois héroïnes, un geste tragique de renoncement définitif : les ailes du désir et de la liberté, définitivement interdits aux femmes, ne suffiront pas pour échapper à la mort. Une fin sombre qui a le mérite de nous marquer longtemps.

23  

24Le Coupable, un film français de Raymond Bernard (1936), 105 min, disponible en DVD chez René Chateau Vidéo.

25Raymond Bernard (1891-1977) reste dans les mémoires surtout pour deux adaptations littéraires pleines d’humanité : Les Croix de bois, pamphlet antimilitariste d’après Roland Dorgelès (1931), et une belle version des Misérables, servie par Harry Baur et Charles Vanel au sommet de leur art. Le Coupable, moins connu, mérite d’être redécouvert, de par la vigueur de son propos et l’humanisme vibrant qui l’irrigue. Là aussi, le sujet est tiré d’un roman éponyme commis en 1896 par François Coppée, poète parnassien chantre des humbles, devenu académicien antidreyfusard. L’intrigue mélodramatique – séduction et abandon, mort et solitude, rédemption et pardon – a de quoi faire frémir notre époque, laquelle dénigre le « mélo », alors qu’elle a ses propres larmoyances ridicules.

26De fait, la trame n’est qu’un prétexte, qui permet à Raymond Bernard de mener une critique mordante d’une société bourgeoise férue de morale et de respectabilité – de façade –, car les cœurs et les âmes sont pourris par l’égoïsme et la cupidité. Ainsi les parents imposent-ils à leurs enfants des mariages sans amour au nom d’intérêts supérieurs. Lors d’une scène étonnante, située dans un cimetière comme pour mieux souligner le caractère mortifère d’un certain ethos bourgeois, deux chefs de famille marchandent âprement une union. Les classes dirigeantes font bon marché de la vie humaine, pourvu que l’ordre – leur ordre – soit perpétué. L’ordre des familles tout d’abord : l’intrigue se noue quand un père, insensible jusqu’à la bêtise, recourt à un mensonge ignoble pour éviter une « mésalliance » à un fils veule et résigné. L’ordre social bien sûr : Raymond Bernard décrit avec une ironie amère une justice de classe féroce avec les faibles, qui manie la guillotine avec allégresse et jette en maison de correction ceux qu’il faut « réhabiliter » par la trique et l’humiliation. Il n’oublie pas la guerre de 14, où nos bourgeois associent sans vergogne sens du devoir et sens des affaires, pendant que toute une jeunesse va au carnage.

27Pourtant, Raymond Bernard conserve quelque foi dans l’humanité. La fin est magnifique, quand le fils prend conscience de sa faute et rompt avec son milieu, pour retrouver dignité et raison de vivre : après de poignantes retrouvailles, un pardon pathétique ouvre la voie à un avenir réconcilié.

LIVRE ET REVUES

28La révolution d’Octobre 1917 : les anarchistes face au pouvoir bolchevique, de l’enthousiasme à la condamnation.

29Dossier « 1917-2017 : Regards sur la révolution russe », Le Monde Libertaire, n° 1790 (été 2017).

30Emma Goldman, L’agonie de la Révolution. Mes deux années en Russie (1920-1922), les nuits rouges, 2017.

31Quand on parle des rapports entre anarchistes et communistes, on oublie trop souvent, au profit d’une approche dogmatique théorisant une opposition irréconciliable, qu’une très grande partie des anarchistes et des syndicalistes révolutionnaires ont salué avec enthousiasme la révolution d’Octobre. Il a fallu à des militants libertaires parfois de nombreuses années pour que certains reconnaissent leur erreur. D’autres, connus parfois sous le nom d’« anarcho-bocheviks », décident de rallier le parti bolchevik avant de tomber pour la plupart sous les coups de la répression stalinienne durant les purges qui touchent tous les opposants de gauche.

32Le parcours de Victor Serge est à ce propos exemplaire. D’abord anarchiste individualiste, il se passionne pour la révolution russe et adhère au parti bolchevik en 1919, tout en conservant ses idées libertaires, au point que certains auteurs se risquent à employer le terme polémique de « léninisme libertaire ». L’auteur des Mémoires d’un révolutionnaire s’oppose à ses anciens amis anarchistes, critique Berckman et Goldman, mais avoue aussi ses crises de doute, d’angoisse, notamment lorsque la répression s’abat sur ceux qu’il considère encore comme ses camarades. Il est finalement emprisonné et expulsé pour trotskisme en 1936. La guerre d’Espagne et son soutien à un rapprochement entre le POUM et les anarchistes entraînent sa rupture avec le « vieux » (Trotski) et un mouvement qu’il trouve trop sectaire.

  • 1 Il se déclare partisan, à son arrivée en Russie, d’une alliance totale des anarchistes avec les bol (...)

33Le périple d’Emma Goldman est tout autre. Montrant une véritable empathie pour la révolution, elle prend vite conscience des crimes commis par les bolcheviks, même si elle tente de les nier au nom de l’intérêt même de la révolution menacée et assiégée. Cette Agonie de la Révolution commence avec son expulsion d’Amérique et finit tragiquement par son départ de la Russie soviétique, rendu nécessaire par les circonstances. Ce témoignage poignant et honnête, véritable enquête menée pendant deux ans (1920-1921), rend compte, comme celui de son compagnon Alexandre Berkman1, de la dégradation terrible des conditions de vie dans la patrie du socialisme. Faisant comme la majorité des anarchistes russes, au moins jusqu’en 1920, le choix de servir la révolution malgré les bolcheviks, elle cherche par tous les moyens à se rendre utile. À côté de militants communistes authentiques et critiques (et par la suite souvent éliminés comme ceux de « l’opposition ouvrière ») auxquels elle rend un vibrant hommage, elle découvre le pouvoir de la corruption et des petits chefs, la haine de l’intelligentsia, la soumission brutale d’une population affamée, des syndicats assujettis au parti, l’incompétence encartée... En 1921, dans une écriture de plus en plus déchirante et parfois désespérée, l’étoile filante de la révolution disparaît pour elle, laissant place à l’image froide d’un régime sec et cruel : « La révolution qui renie ses valeurs éthiques pose les prémices de l’injustice, de la tromperie et de l’oppression dans la société à venir », écrit-elle dans l’arrière-propos. Avant d’abandonner leur rêve, Emma Goldman et Alexandre Berkman en sont réduits à essayer de sauver, souvent vainement, leurs camarades locaux.

34Le numéro du Monde libertaire de l’été 2017 rappelle fort à propos, en déclinant les articles de spécialistes sur la perception de la révolution russe en Europe et en Amérique latine, cette adhésion de départ de libertaires qui vont parfois jusqu’à considérer Lénine et les bolcheviks comme des anarchistes (position défendue par certains anarcho-syndicalistes allemands jusqu’en 1920). D’autres pensent sincèrement, comme beaucoup d’anarchistes sud-américains emportés par l’espoir et la dynamique révolutionnaire suscités par la révolution chez les ouvriers, que le pouvoir excessif du parti s’inscrivait dans une phase politique transitionnelle menant naturellement à une société libertaire. Il fallut parfois du temps, et surtout le témoignage des anarchistes russes exilés, pour accepter les accusations portées contre les bolcheviks, jusqu’alors systématiquement rejetées, car diffusées par la presse contre-révolutionnaire. Certains se mirent à rêver, un peu naïvement, à une troisième révolution qui renverserait la dictature des bolcheviks et aboutirait à une véritable démocratie populaire. La répression de 1921 les ramena à la réalité.

35À partir de 1922, pour la plupart des libertaires non ralliés au bolchevisme, pas de doute, la révolution a été confisquée, volée et trahie par le parti qui prétendait l’incarner, comme le dénonce Angel Pestana, mandaté par la CNT à la tribune du IIcongrès de la IIIe Internationale (1920) : « Vous ne possédez pas seuls la révolution en Russie ». En 1922, au congrès de Saragosse, la CNT, suite aux rapports de ses délégués, révoqua son adhésion provisoire à l’Internationale communiste. Mais les bolcheviks sont non seulement exclusifs dans leur amour de la révolution, mais aussi destructeurs de tout courant politique qui pourrait leur contester la direction du mouvement révolutionnaire : dès 1920, les anarchistes russes furent contraints à l’exil (notamment à Berlin qui devint un moment le centre de l’émigration anarchiste russe), emprisonnés, parfois fusillés, assassinés comme Fanny Baron et Lev Tcherny dans les caves de la Tcheka en septembre 1921. Quand la mère de Tcherny, secrétaire de la « Maison des anarchistes », siège éphémère des libertaires à Moscou après la révolution d’Octobre, vient chercher son corps, il lui est répondu que « les cadavres des bandits ne sont pas rendus aux parents ». En effet, la propagande soviétique, pour lutter notamment contre l’emprise de la makhnovtchina (l’armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne), n’hésite pas à décrire les anarchistes au mieux comme des utopistes parasitaires, au pire comme des bandits jouisseurs associés à tous les fantômes de la contre-révolution. Une logorrhée absurde reproduite dans les années 1930 contre les chefs bolcheviks de la révolution jugés lors des terrifiants procès de Moscou.

  • 2 Pour compléter, voir Emma Godman, L’Épopée d’une anarchiste : New York 1886-Moscou 1920, Complexe, (...)
  • 3 Voir l’interview dans le monde libertaire d’Hélène Chatelain, qui a réalisé le documentaire Makhno, (...)

36Dans ce numéro du Monde libertaire, comme dans les souvenirs d’Emma2, nous voyons se fissurer la sympathie initiale pour la révolution, fissures qui deviennent des abîmes, après la prise de conscience dans les milieux libertaires, et même au-delà, de la répression des anarchistes ukrainiens de Makhno3 (1920-1921) et surtout après l’écrasement des marins de Kronstadt (1921). Puis le sang coula encore en Espagne, où dissidents marxistes du POUM et militants libertaires de la FAI ou encore anarcho-syndicalistes de la CNT tombèrent sous les mêmes balles staliniennes. Il s’agissait d’effacer définitivement les traces de l’anarchisme, en tant que force critique, révolutionnaire et oppositionnelle au bolchevisme. Dans l’URSS naissante, soi-disant héritière de la révolution, ce processus fut définitivement achevé par les purges staliniennes.

37Voir également une autre vision de la révolution, contemporaine et par les Russes, dans le numéro hors série de septembre-novembre 2017 de Courrier international, produit en partenariat avec RFI, consacré à la « Russie, les héritiers de la Révolution ». Ce fascicule rappelle la mémoire vacillante des héritiers d’Octobre soumis à la crise sociale, à la détérioration de leur niveau de vie et à la « démocrature poutinienne » quand il s’agit de se souvenir ou d’enseigner cette révolution, de voir ce qu’il en reste de progressiste ou encore de condamner les crimes commis par les bolcheviks.

EXPOSITION

38Inextricabilia, enchevêtrements magiques.

39Une exposition tenue à la Maison rouge (Paris), du 23 juin au 17 septembre 2017.

40Qu’est-ce qu’un être humain, sinon un enchevêtrement complexe de liens divers ? Les uns, trop difficiles à défaire, nous ligotent ; les autres, trop facilement rompus, nous déchirent. Oui, nombreux sont les liens qui nous lient les uns aux autres, noués, dénoués et renoués sans cesse, constituant ensemble cette étrange trame qu’on appelle l’humanité.

41Tel est le propos de cette belle et riche exposition : explorer, donner à voir et à penser notre quête du lien – avec soi-même, avec autrui, avec l’occulte et le sacré –, à travers de nombreux objets choisis dans divers domaines de la créativité humaine, témoignant de nos efforts désespérés pour comprendre, dominer ou tout simplement accepter notre destin. Des œuvres bouleversantes issues de l’art « brut » ou « asilaire », des créations contemporaines, des productions de l’art sacré occidental, des fétiches et des amulettes de religions « animistes », des captations de rituels… se côtoient et dialoguent.

42On pourrait critiquer le côté « cabinet de curiosités » d’une telle accumulation en apparence arbitraire d’objets aux origines et fonctions a priori trop dissemblables pour permettre pareille confrontation, même s’ils sont tous nés de la même volonté de « faire lien » et recourent pour ce faire, peu ou prou, aux techniques de filage, tissage, couture. Le rapprochement peut paraître abrupt entre des œuvres « asilaires », pathétiques de par le mal-être et la douleur profonde qu’elles expriment, et des objets religieux, tels des talismans ou des reliquaires, censés offrir réconfort et protection. Est-ce à dire que certaines formes de religiosité seraient « pathologiques », ou bien que la démarche artistique de certains aliénés mettrait ceux-ci en contact avec le « sacré » ? À cette redoutable question épistémologique, qui pourrait discréditer le propos de l’exposition, il n’est pas répondu et le visiteur reste seul avec ses doutes, étonné d’abord, puis très vite sidéré, submergé par une émotion puissante, qui noue la gorge et les tripes.

43Car, de fait, ces objets, ces œuvres, malgré leurs provenances variées, émanent tous des mêmes frustrations et inquiétudes face à une existence aux péripéties incompréhensibles, des mêmes chagrins insupportables, du même effroi devant l’issue fatale. L’expérience humaine est une, quelles que soient les formes changeantes qu’elle revêt selon les lieux et les époques, et nous cherchons tous un sens à une vie qui nous échappe, essayons de conserver un lien avec nos morts, tentons de recoudre ce qui finit toujours par se découdre.

44Voilà pourquoi nous fabriquons ces objets « religieux » censés nous mettre en relation avec cette « autre scène » où nos défunts perdurent, où des forces surnaturelles s’agitent et nous agissent. Ils véhiculent nos plus folles espérances de chance, bonheur, voire vie éternelle. Bienheureux le croyant qui peut se blottir dans un manteau savamment tissé de rituels et de croyances.

45Voilà pourquoi Michel Nadjar confectionne ses poupées Chairdâme : difformes et saisissantes, elles incarnent le deuil absolu – pour lui, pour nous tous – que fut la Shoah, Parque immonde qui a rompu le fil de millions de vies. De même, Judith Scott – privée dès l’enfance de sa famille et notamment de sa sœur jumelle sous prétexte de trisomie, placée pendant 35 ans dans une institution – s’efforce-t-elle de ressusciter le lien perdu par des sculptures tressées, filées, d’une étonnante beauté.

46On l’aura compris, avec ces quelques exemples, les démarches « artistique », « magique », « religieuse », « asilaire » s’efforcent, chacune à sa façon, de renouer les fils d’existences trop souvent subies et dépourvues de signification.

47Évoquons pour finir les « œuvres mémorielles » par lesquelles Marc Moret, paysan suisse, rend hommage à ses parents disparus, en particulier sa mère, et continue à dialoguer avec eux. Il n’est guère possible de les décrire. Elles agglutinent des matériaux divers (objets appartenant au défunt, boyaux, ossements…) et expriment une souffrance indicible née d’une perte sans mesure. Œuvres étranges, révulsantes et poignantes à la fois, d’une viscérale humanité, qui rejoignent dans le même constat amer ce qu’écrivit le poète latin Martial à propos des Parques, divinités filant sans aménité le destin des hommes : « Personne n’a jamais eu le bonheur d’attendrir par ses prières les trois fileuses : elles sont attentives au jour qu’elles ont fixé » (Épigrammes, IV, 54, 5-6).

48Procurez-vous le catalogue : Inextricabilia. Enchevêtrements magiques, Lucienne Peiry, Flammarion/La maison rouge, 200 p., 200 ill., 2017, 39 €.

Haut de page

Notes

1 Il se déclare partisan, à son arrivée en Russie, d’une alliance totale des anarchistes avec les bolcheviks. Mais il est très vite confronté à la bureaucratie et aux violences injustifiées de la Tcheka. Voir, comme complément au livre d’Emma Goldman, Alexander Berkman, Le mythe bolchevik : Journal 1920-1922, Éditions Klincksieck, 2017.

2 Pour compléter, voir Emma Godman, L’Épopée d’une anarchiste : New York 1886-Moscou 1920, Complexe, 2001.

3 Voir l’interview dans le monde libertaire d’Hélène Chatelain, qui a réalisé le documentaire Makhno, paysan d’Ukraine, 1995, 58 min, <http://www.dailymotion.com/video/x3kfrs4>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent… », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 137 | 2018, 211-224.

Référence électronique

Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent… », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 137 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6471

Haut de page

Auteurs

Frank Noulin

Articles du même auteur

Jean-François Wagniart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page