Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Patrick Boucheron, Ce que peut l’histoire

Paris, Fayard, Collège de France, 2016, 72 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Patrick Boucheron, Ce que peut l’histoire, Paris, Fayard, Collège de France, 2016, 72 p.

Texte intégral

1Dans sa leçon inaugurale au Collège de France, Patrick Boucheron a présenté le cadre général de son enseignement, autour des pouvoirs en Europe du XIIIe au XVIe siècle. L’historien enracine sa réflexion dans le présent. La leçon se tient le 17 décembre 2015, un mois après les attentats du Bataclan. En arpentant la place de la République, emplie de mots pour dire l’horreur, Patrick Boucheron détache quelques phrases empruntées à Victor Hugo dans Les Misérables, celles qui nous somment d’« étonner la catastrophe ». Il s’agit donc dans cette leçon inaugurale de réfléchir sur la persistance, l’obstination, l’insistance. Comment conjurer les prophétismes réactionnaires tout en restant fidèle à l’histoire et à ce qu’elle peut (p. 23) ? Cette question, Patrick Boucheron se la pose d’abord de façon réflexive, en repérant, dans les leçons inaugurales qui scandent l’histoire du Collège de France, celles qui interrogent la légitimité même du discours tenu en chaire. Il dégage ainsi une généalogie qui renseigne sur son programme de recherche et d’enseignement : Michel Foucault, Pierre Bourdieu et Roger Chartier forment une constellation cohérente pour cerner la place de l’histoire. À l’auteur de Surveiller et punir, Patrick Boucheron emprunte l’inquiétude têtue de penser le surgissement du danger et ce que la peur qui l’entoure peut laisser passer, subrepticement. Du sociologue du champ et de l’habitus, il retient l’exigence d’un « régime de vérité » toujours en vigueur pour les sciences humaines et sociales. Enfin, Patrick Boucheron rappelle que Roger Chartier a, sans relâche, questionné la prolifération des écrits comme symptôme d’une parole qui ne cessait de se donner pour mieux se dérober. C’est une certaine idée du travail intellectuel qui émerge alors, celle qui, sans nier les tensions qui peuvent l’animer, instaure simultanément la possibilité de la déstabilisation, la règle de la véridiction et l’inquiétude du discours. Mais il y a plus encore. Car Patrick Boucheron ne se contente pas de rapprocher ses recherches de ses proches prédécesseurs. Il plonge plus loin encore dans le temps. La leçon inaugurale de Latomus en 1534 invente une séparation, celle qui repousse le Moyen Âge dans l’obscur et instaure la clarté de la Renaissance. Ce tremblement du temps, cette faille imposée dans la chronologie témoignent d’un recommencement au Collège de France, d’une fondation toujours à venir, car projetant au cœur de l’institution le désir d’une altérité encore inchoative, celle de la modernité. Et ce geste détachant la Renaissance du Moyen Âge, il n’a cessé d’être répété depuis Latomus, jusqu’à Michelet qui en a fait une « création poétique » (p. 33).

2Pour sa chaire, Patrick Boucheron a donc choisi de défaire ce geste de dislocation et de construire autrement les césures du temps. Il remarque que le XIIIe siècle fut le siècle de la séparation, celui au cours duquel l’Église a voulu « s’imposer comme institution totale » (p. 39). Gouvernant les âmes et les corps, elle a jeté les fondements du théologico-politique qui travaille encore notre modernité. Mais le XIIIe siècle voit surgir un contournement des règles de l’ecclesia pour arracher aux clercs les instruments du gouvernement. Les reconfigurations des formes de pouvoir s’accompagnent d’une redistribution des capacités du dire vrai. La grande question foucaldienne du savoir/pouvoir trouve à s’enraciner dans une lutte contre la théocratie grégorienne. Patrick Boucheron rappelle que le pouvoir n’est rien s’il n’acquiert pas la capacité de se dire lui-même : les discours et les monuments convergent vers une édification toujours recommencée de la puissance politique.

3Le XVIe siècle, point d’arrêt de la chronologie qui définit la chaire de Patrick Boucheron, est celui des « tristes hommes » qui ont intéressé Lucien Febvre (p. 51). La modernité réflexive n’est qu’un épuisement des fondements, une inquiétude toujours réaffirmée quant à la légitimité des discours, des savoirs et des pouvoirs. Ces « tristes hommes » sont ceux qui, comme Montaigne, ne laissent plus la certitude gagner leur cœur.

4Et pour défaire encore l’évidence d’une période et d’un territoire, Patrick Boucheron insiste sur son souhait et son exigence de rendre l’espace européen sur lequel il va se concentrer étranger à lui-même. Il rappelle ainsi les géographies arabes qui ont fait de l’Europe leurs confins. Ce décentrement du monde est également indispensable pour conserver une attention aiguë à l’endroit des « futurs non advenus » (p. 60). Conjurer la téléologie, c’est aussi payer sa dette à la modernité, en reconnaissant le frayage labile de ce qui advient dans l’entrelacs des possibles.

5En conclusion, Patrick Boucheron réaffirme une exigence éthique autant que civique pour l’historien chargé d’accueillir le présent au milieu des archives. Il lui faut être « calme, divers et exagérément libre » (p. 73).

6Cette très belle leçon inaugurale témoigne d’une position tout à la fois fragile et indispensable des chercheurs en sciences sociales : contre toutes les idéologies de la réaction et de la séparation, il s’agit de penser, dans un même mouvement, le travail de la vérité et la nécessité de loger en son cœur l’intranquillité des discours. C’est là une tâche immense et exaltante. L’histoire et les sciences sociales ne sont pas les seules en jeu ; notre rapport au monde dépend aussi (et surtout) de cette possibilité du doute.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Patrick Boucheron, Ce que peut l’histoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 137 | 2018, mis en ligne le 27 mars 2018, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6472

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page