Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Dominique Godineau, Les femmes dans la France moderne, XVIe-XVIIIe siècle

Paris, Armand Colin, Collection U, 2015, p. 303, 29 €.
Katie Jarvis
Traduction de Jérôme Lamy
Référence(s) :

Dominique Godineau, Les femmes dans la France moderne, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, Collection U, 2015, p. 303, 29 €.

Texte intégral

1Dans Les Femmes dans la France moderne, XVIe-XVIIIe siècle, Dominique Godineau recompose les tendances les plus critiques des expériences sociales féminines, des inégalités et des normes de genre, de la Réforme jusqu’à la Révolution française. Ce livre est une version révisée et actualisée de la monographie de 2003 intitulée Les femmes dans la société française, XVIe-XVIIIe siècle1.

2L’édition de 2015 se distingue par le passage d’un terrain centré sur l’« histoire des femmes » à une approche fixée sur « l’histoire des femmes et du genre ». Dominique Godineau soutient que la société française est « à la fois mixte et inégalitaire » et que le genre est un pivot de « l’inégalité légale » des femmes (p. 4). Le matériau supplémentaire mobilisé reflète la recherche internationale actuelle sur ce sujet. La bibliographie thématique comprend plus de 50 ouvrages publiés depuis 2003.

3Dominique Godineau considère l’inégalité, l’égalité et un « système de domination » genré comme le leitmotiv de sa synthèse (p. 5). De plus, trois axes majeurs traversent ses chapitres. Ces vecteurs analytiques incluent : 1) la détermination de la façon dont les différents acteurs ont débattu et défini les paramètres normatifs pour chaque sexe ; 2) l’illustration de la manière dont les femmes et les hommes ont agi pour façonner la société à travers la vie quotidienne et 3) l’exploration des évolutions du genre au sein de la société française. Dominique Godineau prévient les lecteurs qu’il est impossible de séparer les images culturelles de « femme » des expériences sociales des femmes. Le sexe lui-même ne divise pas la société en catégories homogènes d’hommes et de femmes. D’autres facteurs tels que le rang social, l’activité, la religion, la position politique, les coutumes locales et les dynamiques rurales ou urbaines ont fragmenté les individualités à l’intérieur de chaque sexe et affecté les relations de pouvoir entre les hommes et les femmes. La capacité de l’auteur à mettre en évidence de façon convaincante la diversité de la vie des femmes à travers une période si large est une force de ce livre. Dominique Godineau soutient qu’il existe une différence primordiale entre les hommes et les femmes au début de la France moderne : les femmes ne peuvent échapper à l’infériorité attribuée à leur sexe. Et tandis que les arguments religieux, philosophiques et corporels en faveur de cette infériorité fluctuent du XVIe au XVIIIe siècle, cette infériorité est au centre de toute l’expérience sociale des femmes.

4Dans la première section, « Images de “la Femme” et vie quotidienne des femmes », Dominique Godineau montre comment la culture française a pris la capacité reproductive des femmes comme base des idéaux de genre, tandis que l’État a codifié ces rôles familiaux dans la loi. Des courants dans la médecine, l’anatomie et la philosophie dépeignaient les femmes comme inférieures aux hommes en raison de leurs organes sexuels inversés, de leur faiblesse spirituelle à résister au diable et de leur prétendue déficience intellectuelle. Pourtant, la vie des femmes a souvent divergé des archétypes de genre, en raison de leurs occupations indépendantes et de leur présence publique. Les femmes entraient illégalement dans des professions et exerçaient ingénieusement des professions sous le nom de leur mari. Elles ont pénétré l’espace public en tant que détaillantes, représentantes pour des produits de subsistance et membres de confréries.

5La deuxième section, « Des domaines interdits ? XVIe-XVIIe », commence avec le récent changement historiographique qui dépeint l’élite féminine comme un nœud du pouvoir politique. Les reines influençaient la politique à travers les réseaux de patronage et pouvaient être régentes. Des femmes nobles de haut rang ont comploté pendant les guerres de religion. Elles ont dirigé des domaines familiaux tandis que les maris absents se battaient pendant la Fronde. Cependant, alors que Louis XIV étouffait la guerre civile, créait des conseillers professionnels et consolidait l’autorité absolutiste, les femmes nobles perdaient leur influence politique. Le chapitre consacré à la religion met en lumière l’insistance protestante sur le fait que tous les croyants, y compris les femmes, puissent lire la Bible, ce qui a remis en question le monopole théologique des docteurs mâles de l’Église.

6La Contre-Réforme a stimulé de nouveaux ordres religieux féminins et galvanisé la charité et les activités d’enseignement des femmes. Malgré ces ouvertures, les stéréotypes concernant les faiblesses physiques et spirituelles des femmes ont contribué aux accusations disproportionnées de sorcellerie portées contre elles. Le dernier chapitre de la section analyse les débats sur l’éducation des filles et la participation des femmes dans les cercles intellectuels, de la Renaissance aux Lumières. Le rang et la place sociale définissaient l’accès des garçons et des filles aux systèmes éducatifs privés, religieux et laïques. Au XVIIe siècle, les sujets d’étude étaient divisés selon le sexe dans les institutions. Les filles étaient préparées au mariage et à la maternité. Seules les femmes d’élite pouvaient entreprendre une activité d’écriture privée et éventuellement publique, mais dans une moindre mesure. Néanmoins, pour la première fois, les défenseurs des capacités intellectuelles égales des femmes ont affirmé de façon cruciale « une égalité de nature entre les sexes devant conduire à une éducation identique et au partage des fonctions » (p. 177).

7La dernière section, intitulée « Construire un nouveau monde », précise les paramètres culturels et juridiques des conflits concernant le genre, des Lumières jusqu’à la Révolution française. Les penseurs des Lumières ont commencé à considérer la femme et l’homme comme deux sexes distincts, plutôt que de considérer la femme comme un homme imparfait. Selon cette nouvelle logique, la nature a donné aux sexes des différences physiques qui ont créé des différences morales et des rôles genrés complémentaires. Les débats philosophiques sur la participation des femmes à la République des Lettres ont laissé place après 1789 aux questions sur les devoirs politiques et les obligations maternelles des femmes. Les femmes révolutionnaires écrivaient des pétitions, menaient des manifestations, assistaient aux tribunes des assemblées comme des membres du « peuple souverain » et, jusqu’en octobre 1793, elle pouvaient fonder leurs propres clubs politiques2. Dans les régions de révolte, des femmes soutenaient les armées contre-révolutionnaires et les femmes de nobles émigrés géraient leurs propriétés. Pendant la Révolution, les femmes ont momentanément gagné des droits civiques tels que le divorce, mais elles n’ont pas gagné l’égalité politique complète.

8Malgré la complexité de son sujet, Dominique Godineau tire quelques conclusions générales. Elle soutient qu’au fil des siècles le statut d’époux et de père a dominé le statut d’épouse et de mère. Ainsi, pour les femmes françaises du début de l’époque moderne, « il a fallu jouer sur les multiples limites posées à leur sexe, les repousser, les contourner, les détourner pour faire entendre et tenir un rôle » (p. 274). Dominique Godineau soutient également que les différences de genre du début de l’ère moderne ont contribué au durcissement des séparations entre sphères au XIXe siècle. La Révolution elle-même a introduit un nouveau type d’inégalité politique entre les hommes et les femmes. Pourtant, le passage au citoyen porteur de droits couplé à l’activisme politique des femmes a révélé des contradictions insolubles. Comme le remarque Dominique Godineau, « alors que le principe d’égalité a été affirmé, on les verra agir en citoyennes malgré leur exclusion de la citoyenneté » (p. 7).

9Dans un livre si ambitieux, il n’est pas surprenant que Dominique Godineau laisse quelques questions sans réponse. Sa discussion introductive concernant les travaux récents sur les femmes et le genre aurait bénéficié de références spécifiques. Un éclairage concernant la notion de « féministe », terme descriptif que l’auteur utilise dès la Renaissance3, apporterait plus de clarté au lecteur. La définition est particulièrement importante, compte tenu de l’étude de 1996 de Joan Scott. Cette dernière affirmait également que le républicanisme français avait créé des contradictions flagrantes entre les droits universels et les exclusions de genre. Mais Joan Scott diverge de Dominique Godineau en soutenant que cette hypocrisie a créé le premier espace pour le féminisme4.

10Les Femmes dans la France moderne, XVIe-XVIIIe siècle suscite l’admiration du lecteur. L’expertise de Dominique Godineau en tant qu’historienne sociale transparaît dans son riche récit du travail des femmes et de l’activisme révolutionnaire. Nous devons porter au crédit de l’auteur le fait que le livre évite une marche simpliste vers l’égalité. Il dresse une image complexe des vacillements vers l’avant, latéralement et vers l’arrière. L’ouvrage ouvre la voie à une enquête sur l’histoire des hommes et de la masculinité française, parallèlement à cette habile synthèse. Les Femmes dans la France moderne constituera un bijou pour les étudiants et les spécialistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Katie Jarvis, « Dominique Godineau, Les femmes dans la France moderne, XVIe-XVIIIe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 137 | 2018, mis en ligne le 27 mars 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6474

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page