Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Michel Pinault, Émile Borel. Une carrière intellectuelle sous la IIIe République

Paris, L’Harmattan, 2017, 638 p.
Pierre Crépel
Référence(s) :

Michel Pinault, Émile Borel. Une carrière intellectuelle sous la IIIe République, Paris, L’Harmattan, 2017, 638 p.

Texte intégral

1C’était à Saint-Affrique (Aveyron) le 15 juillet 1999. Pierre Guiraldenq avait (remarquablement) organisé un grand colloque sur Émile Borel (1871-1956), natif comme lui de cette petite ville du Rouergue. Pour ceux qui arrivaient la veille au soir, avait été prévu un repas en plein air. Par hasard, je me trouvai en face d’un homme de 70-75 ans, à qui j’ai demandé son lien avec Borel et avec le colloque qui s’annonçait. « J’étais son chauffeur », me répondit-il. On discute, je lui demande ce qu’il pensait du grand homme. Réponse : « Haïssable ». Ce fut un choc. Borel, c’était pour moi un grand mathématicien (l’un des plus grands vers 1900), puis un militant du calcul des probabilités et de sa « valeur pratique », puis un homme politique de gauche (radical), dreyfusard. Certes un mandarin, comme il y en avait bien d’autres à l’époque, mais je voyais son activité d’homme de pouvoir comme secondaire par rapport aux ensembles boréliens, aux leçons sur les séries trigonométriques, à la loi forte des grands nombres, au théorème du mini-max, etc., toutes découvertes qui ont changé la face des mathématiques, à l’instar de celles de Lebesgue, de Hilbert et de Poincaré bien sûr, d’une dizaine d’autres savants, à la Belle Époque.

2Cette anecdote m’est tout de suite venue à l’esprit à la lecture de ce gros ouvrage de Michel Pinault. L’auteur dispose maintenant de documents qu’on ne connaissait pas il y a vingt ans, notamment le fonds conservé par Françoise Besson, qui comprend la correspondance privée d’Émile Borel et de sa femme Marguerite Appell, connue sous son nom de plume de Camille Marbo. La minutie avec laquelle l’auteur a inventorié les sources disponibles, tant manuscrites qu’imprimées, tant locales que nationales, vaut à elle seule le déplacement (p. 581-616). Ce livre en cinq parties, encadrées par les introductions, conclusions, index, etc., est fort bien structuré, avec une table des matières parfaitement efficace. Ce n’est pas le premier ouvrage sur Borel, mais c’est le plus complet et il renvoie clairement à ce qui a été publié antérieurement.

3Le but de l’auteur n’est toutefois pas de nous fournir un livre complet sur Borel, il s’agit de nous faire comprendre sa « carrière » (intellectuelle, mondaine, politique). On ne trouvera donc que peu de chose (et rien de technique) sur l’analyse et les probabilités ; pour cela, le lecteur devra se reporter à d’autres articles, d’ailleurs remarquables, de Bernard Bru, Pierre Dugac, Hélène Gispert, Jean-Pierre Kahane et quelques autres (cités en bibliographie).

4L’ouvrage se compose de cinq parties, pour l’essentiel chronologiques : 1) les débuts jusqu’à la Grande Guerre ; 2) les nouveaux engagements, notamment politiques (1918-1924) ; 3) l’action politique « pour et par la science » ; 4) la quête de pouvoir (1924-1940) ; 5) la fin de carrière.

5L’auteur insiste beaucoup sur l’ambition de Borel, la construction des réseaux (familiaux, normaliens, etc.), voire sur son arrogance et son donjuanisme. Quels sont les ressorts de ses engagements ?

6Voici comment Michel Pinault caractérise politiquement Borel dans les années vingt : « l’attachement aux grands principes républicains autant que l’adhésion à une forme d’engagement modéré, dans tous les sens du terme, comme le donnèrent à constater les modalités tâtonnantes de son engagement dreyfusard et de son adhésion tardive au parti radical » (p. 264) ; il « était à mille lieues de la foi très vive, presque messianique, dans l’imminence de la révolution dans laquelle a baigné Jean Jaurès » (p. 265) ; il n’abordait jamais les questions du monde ouvrier, le sujet des grèves, les problèmes du syndicalisme, les alliances politiques à gauche » (p. 269). C’était « un homme dont la vision de la question politique était très fortement dominée par la conservation de l’existant, [...] la France des paysans et des bourgeoisies provinciales » (p. 269).

7Borel reste dans cet état d’esprit la décennie suivante : il n’approuve pas le Front populaire, c’est probablement la vraie raison (et non son âge) pour laquelle il ne se représente pas aux élections de 1936 ; il ne s’implique guère contre les fascismes, même si son attitude sous l’Occupation est honorable et très mal vue de Vichy. Il marque une sensibilité pour la Société des nations, pour les débuts de la construction européenne.

8On retiendra surtout son action résolue pour la promotion de la recherche, de l’enseignement, de la culture dans le sillage de Jean Perrin, son rôle comme militant de la diffusion du calcul des probabilités et de sa valeur pratique.

9Alors, grand savant ayant une certaine idée de la science et de la politique, ou bien bourgeois centriste et mandarin carriériste sachant naviguer dans les réseaux et les intrigues ? On balance, un peu comme face aux trajectoires biographiques proposées dans Les Passions intellectuelles par Élisabeth Badinter pour plusieurs savants qui avaient vécu deux siècles plus tôt. Après avoir lu cet ouvrage de Michel Pinault, complété par les travaux historiques déjà cités, plus centrés sur les sciences elles-mêmes, le lecteur se fera son idée sur qui était Émile Borel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Crépel, « Michel Pinault, Émile Borel. Une carrière intellectuelle sous la IIIe République », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 137 | 2018, mis en ligne le 27 mars 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6480

Haut de page

Auteur

Pierre Crépel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page