Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Peter Bagge, Femme rebelle. L’histoire de Margaret Sanger

Nada, 2017, 18 €.
Sébastien Jahan
Référence(s) :

Peter Bagge, Femme rebelle. L’histoire de Margaret Sanger, traduit de l’anglais par Paulin Nardel, Nada, 2017, 18 €.

Texte intégral

1Le roman graphique que Peter Bagge consacre à Margaret Higgins Sanger (1879-1966), figure majeure de l’histoire du féminisme aux États-Unis, détonne dans le parcours de cet auteur de comics underground qui s’est fait connaître par des séries dont les protagonistes sont des Américains moyens, individualistes et désorientés, plutôt peu enclins à l’engagement en faveur des grandes causes collectives.

2Cette rencontre inattendue se traduit par une esthétique déroutante, où l’élasticité des corps et des visages s’accorde a priori assez mal avec le documentaire historique. On s’irritera aussi, peut-être, de ces mots en caractères gras dans les bulles qui, s’ils sont bien conformes aux codes de la BD étatsunienne, imposent inutilement une résonance accentuée aux dialogues ; ou encore de cette discontinuité de la trajectoire biographique, fragmentée à raison d’un épisode par planche (ou toutes les deux planches) qui, à première vue, pourrait faire ressembler la vie de Margaret Sanger à une succession de gags...

3Si l’on dépasse ces éventuelles réserves formelles pour consentir à entrer dans le récit que propose Bagge, force est d’admettre que ce dernier a su offrir une image assez fidèle des combats d’une femme d’exception, controversée, aussi complexe que déterminée. Le livre retrace les grandes étapes de sa vie extraordinairement intense, de sa jeunesse dans une famille modeste d’origine irlandaise à ses dernières années de militante – octogénaire – du Planning familial. Élevée dans une famille nombreuse (sa mère a subi dix-huit grossesses avant de mourir tuberculeuse, à l’âge de 49 ans), Margaret Higgins a très tôt compris qu’elle ne se coulerait pas dans le moule de la morale familiale traditionnelle. Elle interrompt ses études pour élever ses trois enfants, nés de son mariage avec l’architecte socialiste William Sanger ; mais, lorsque sa plus jeune fille Peggy a quatre ans, elle reprend sa profession d’infirmière et effectue des visites dans les quartiers pauvres de New York, où elle découvre la détresse des femmes du peuple qui n’ont pas accès aux techniques contraceptives. Fréquentant les milieux intellectuels progressistes de Greenwich Village, elle se fait connaître par des articles audacieux sur l’éducation sexuelle des filles ou par son soutien aux familles des ouvriers grévistes.

4Le véritable tournant de son action est pris en 1914 lorsque, séparée de son mari, elle crée avec des amis anarchistes le mensuel The Woman Rebel (qui donne son titre au livre de Bagge), un périodique dans lequel elle proclame le droit de chaque femme à être la maîtresse absolue de son corps. La radicalité de ses articles la met rapidement aux prises avec la justice et avec la censure de l’inspecteur des postes Comstock, la contraignant à s’exiler en Angleterre où elle rencontre Lorenzo Portet et le sexologue « urophile » Havelock Ellis, qui deviendront ses amants. De retour en Amérique, Margaret Sanger ouvre la première clinique de contrôle des naissances aux États-Unis, à Brooklyn, en octobre 1916, ce qui lui vaut d’être arrêtée, jugée et condamnée à un mois de prison pour « trouble à l’ordre public ». Après la guerre, elle s’éloigne progressivement du militantisme politique pour se concentrer sur la question du contrôle des naissances. En 1921, elle fonde l’ABCL (American Birth Control League) qui deviendra une vingtaine d’années plus tard la Fédération américaine du planning familial. Dès lors, sa notoriété s’étend, grâce à ses publications, ses conférences et ses voyages à travers le monde. Dans les années 1930, son œuvre est de plus en plus reconnue dans la société : elle gagne ses premiers procès contre le gouvernement américain, tandis que le corps médical finit par admettre, dans certains cas, l’utilité des conseils contraceptifs. Il faut pourtant attendre trois décennies pour que la pilule soit mise sur le marché (1961), puis légalisée dans tous les États de l’Union, en 1965, un an avant la mort de Margaret Sanger.

5Le livre de Bagge ne se contente toutefois pas de relater les moments forts de cet activisme opiniâtre et victorieux. Il aborde aussi de front les aspects plus dérangeants du parcours de Sanger, ceux qui suscitèrent des critiques virulentes jusque dans les milieux de gauche : Bagge souligne ainsi la constance de Sanger dans son opposition à l’avortement. Il lui rend toutefois justice dans le mauvais procès pour racisme et eugénisme qu’on lui a intenté, à la faveur d’une conférence donnée devant des femmes du Ku Klux Klan ou de l’invitation par l’ABCL de l’anthropologue français Georges Vacher de Lapouge, théoricien d’un socialisme sélectionniste et aryaniste. Pourtant, nous dit l’auteur dans son intéressante postface (p. 87-89), ni l’abondante production écrite de Margaret Sanger, ni ses propos tenus en privé ne sauraient fournir de quoi étayer le moindre soupçon de racisme, bien au contraire : Margaret Sanger a toujours été opposée à la ségrégation ; elle s’est très tôt et sans ambiguïté élevée contre la montée du nazisme en Allemagne.

6Si Bagge ne cache pas son admiration pour cette pionnière du féminisme, « prête à mourir pour sa cause » tout en étant résolument hostile à l’usage de la violence, il n’en fait pas non plus une « sainte laïque » : elle pouvait être aussi, assure-t-il, « bornée, impulsive, égocentrique, égoïste » et probablement assez nocive pour ses proches ! Le livre de Bagge, très solidement documenté, témoigne d’ailleurs d’une grande familiarité avec un personnage saisi également dans son quotidien le plus trivial. En fin de volume, chacune des planches est complétée de notes biographiques concernant les personnes croisées par Margaret Sanger ou d’anecdotes parfois amusantes, ayant trait, par exemple, à la vie sentimentale tumultueuse de cette adepte de « l’amour libre ». La bande dessinée réussit in fine à convaincre de la pertinence d’un parti-pris où la mise en scène humoristique d’une personnalité parfois excessive s’allie harmonieusement à la rigueur de la reconstitution historique et à l’actualité toujours vive du message politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Jahan, « Peter Bagge, Femme rebelle. L’histoire de Margaret Sanger », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 137 | 2018, mis en ligne le 27 mars 2018, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6482

Haut de page

Auteur

Sébastien Jahan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page