Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Foulques de Cambrai, La fondation de l’abbaye de Vaucelles

Paris, Les Belles Lettres, 2016, LIX+191 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Foulques de Cambrai, La fondation de l’abbaye de Vaucelles, Texte latin édité, traduit et commenté par Benoît-Michel Tock, Paris, Les Belles Lettres, 2016, LIX+191 p.

Texte intégral

1Fondée en 1132, l’abbaye de Vaucelles n’a pas connu de postérité particulière. Pourtant, le document que met au jour Benoît-Michel Tock est exceptionnel en ce qu’il nous donne accès à la vie concrète de cette institution ecclésiale (p. ix). Le document qui sert de support à la traduction, intitulé Fundatio abbatiae de Valcellis, est un manuscrit du XVIIIe siècle, copie d’une œuvre présentée comme celle de Gaspard de Soif, moine à Vaucelles au XVe siècle. Mais la composition originale du texte date de la fin des années 1100. L’auteur est, d’après les recoupements précis qu’effectue Benoît-Michel Tock, Foulques de Cambrai, « moine intellectuel, ancien responsable du scriptorium » (p. xvii). Le projet qui sous-tend l’écriture de ce récit de fondation est d’abord de rappeler la vie de l’abbé Raoul, qui avait réglé la vie de l’abbaye selon des principes relativement stricts. Le contraste est assez net entre cette période de ferme obédience et le relâchement (relatif) après Raoul. Toutefois, l’attractivité de Vaucelles autour de 1200 suggère malgré tout que le délitement relaté par Foulques de Cambrai n’était probablement pas si marqué. Les sources mobilisées par Foulques de Cambrai pour rédiger son ouvrage sont sa mémoire, les « chartes de l’abbaye » (p. xxii), probablement un nécrologe et quelques sources orales. De façon étonnante, la Fundatio, ce témoignage si précieux sur la vie d’une abbaye au XIIe siècle, a été « presque complètement ignorée par les historiens du XXe siècle » (p. xxvii). En revanche, elle a été mobilisée à plusieurs reprises auparavant, notamment par Arnold de Raisse, qui s’en sert pour retracer l’histoire de l’abbé Raoul. Plus tard, au XVIIe siècle, Claude Robert et Jean Le Carpentier ont également recours au document (p. xxxi).

2Foulques de Cambrai commence donc par rapporter, assez brièvement, le moment fondateur de l’abbaye en 1132. Il relate notamment la rencontre avec Hugues de Cambrai et son épouse Heldiarde, ainsi qu’avec « le seigneur Nicolas, évêque de Cambrai » (p. 5). Le parcours de l’abbé Raoul est détaillé avec soin : « le premier abbé de Vaucelles était anglais, né dans la ville de Marston (…) » (p. 7). Revenant des Pouilles et passant à Clairvaux, il trouva la vocation. Très impliqué dans la construction du lieu de culte, Raoul fait également bâtir « deux granges, (…) l’une dans le diocèse de Cambrai, (…) l’autre dans le diocèse de Noyon » (p. 11). Véritable entrepreneur ecclésiastique, l’abbé Raoul « fut à l’origine de deux abbayes de l’autre côté de la mer anglaise », celle de Rushock et celle de Treffgarn (p. 13).

3Foulques établit ensuite la liste précise des moines présents à Vaucelles durant tout l’abbatiat de Raoul. Il distingue les moines venus de Clairvaux de ceux qui sont profès de Vaucelles. Cette énumération de noms permet de connaître l’activité de copiste de certains moines. Par exemple, « Nicolas de Reims (…) écrivit de nombreuses choses dans ce monastère, dont le De symbolo d’Augustin (…), l’Exaemeron d’Ambroise (…), le commentaire d’Isidore sur l’Ancien Testament, le commentaire de Bède sur Tobie, le Temple de Salomon de Bède (…), le commentaire de Bède sur les Actes des Apôtres, le commentaire de Bède sur les épîtres canoniques, la lettre de Symmaque, la glose sur les proverbes de Salomon et sur l’Ecclésiastique, le Collectaneum » (p. 33). De même, Baudoin, prêtre brabançon, a relevé « les Synonymes d’Isidore, le traité d’Augustin sur l’épître de Jean (…) les traités d’Hugues Sur la vanité et Sur l’arche de Noé, la Règle de saint Benoît (…) » (p. 35). Foulques de Cambrai compte au total 107 moines sur la période considérée ; il nomme également tous les convers.

4La partie consacrée à la régularité des horaires renseigne sur la rigueur des conduites attendues dans l’abbaye sous l’égide de Raoul. L’abbé n’a en effet, en dix-sept ans, « presque jamais manqué les heures canoniales en sortant du monastère au moment de la lecture, que ce soit dans les jours de fêtes ou les jours ordinaires, ni ne s’est absenté après la collation pour parler » (p. 54-55). Cette ponctualité et cette scansion suivie des offices est la marque de l’abbatiat de Raoul. Ses voyages sont d’ailleurs brefs (il ne reste pas plus de deux nuits dans les granges appartenant à l’abbaye [p. 57]). La claustration supposait, pour les moines, de ne pas prendre contact avec des membres de sa famille (p. 63). Foulques de Cambrai rapporte l’étonnement des plus anciens clercs qui voient désormais cette possibilité accordée avec facilité aux plus jeunes. La rigueur, sous l’abbatiat de Raoul, est de mise pendant la messe : « personne (…) ne se livrait au désœuvrement ou au bavardage sous le prétexte d’un intérêt frivole ou d’une obligation » (p. 65). La crainte d’une mauvaise manipulation de l’eucharistie occupe une grande place dans l’écrit de Foulques de Cambrai. La « vengeance de Dieu » sur le monastère est à redouter en cas de négligence (p. 67-69). Et l’auteur de la Fundatio de rapporter l’exemple édifiant d’un problème survenu dans une église anglaise avec le « sang du Seigneur » se concluant par l’incendie du lieu sacré.

5De façon générale, l’abbé Raoul insistait sur la nécessité de préserver le matériel religieux et d’en prendre soin. Lui-même se montrait très prudent dans la dépense des ressources de l’abbaye : il faisait montre d’une grande parcimonie en période d’abondance, mais n’hésitait pas à nourrir les pauvres avec les réserves disponibles lors des épisodes de disette. Les relations avec les laïcs sont limitées : Raoul ne souhaite pas être pris dans un système de dépendance trop contraignant ; en conséquence, « il ne fréquentait pas les maisons ou les cours des puissants » (p. 99). La règle qui s’applique au sein de l’abbaye de Vaucelles doit être respectée même par ceux qui y séjournent sans en être membres.

6Foulques de Cambrai donne des indications précises sur le cadran solaire qui sert à rythmer la vie monastique : « Il y avait (…) au milieu du cloître une horloge placée en plein air, c’est-à-dire une poutre de bois dressée verticalement ; en son sommet il y avait une sphère de bois au-dessous de laquelle il y avait 12 incisions, selon le nombre des 12 heures du jour. Il n’y avait pas que les heures. Étaient aussi très intelligemment représentés sur une sphère les points avant ou après les heures, tels qu’on les trouve dans la règle de saint Benoît » (p. 107). Le cadran conjugue donc horaires astronomiques et horaires religieux.

7Raoul se montre, d’après Foulques de Cambrai, un défenseur acharné des biens de l’abbaye, qu’il ne cède jamais, même lorsqu’un seigneur le lui demande (p. 117).

8Le texte s’achève sur la dédicace de l’abbaye en 1149 et sur la brève description des successeurs de Raoul.

9Les fragments de vie monastique qui sont rassemblés dans cette œuvre unique permettent de saisir tout à la fois la rigueur de la règle, mais aussi ses possibles assouplissements. La direction morale d’un espace ecclésial s’organise autour d’un rythme de prières immuable, d’une frugalité revendiquée, mais aussi d’une séparation d’avec le monde des laïcs. Toutefois, la force des règles n’est jamais tout à fait la même selon les abbés. C’est tout l’intérêt de cette Fundatio que de rappeler les fluctuations, relatives, de la rigueur monastique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Foulques de Cambrai, La fondation de l’abbaye de Vaucelles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 138 | 2018, mis en ligne le 16 août 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6567

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page