Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jacques Bidet, Marx et la Loi travail. Le corps biopolitique du Capital

Paris, Éditions sociales, 2016, coll. « Les Parallèles », série « Le travail », n° 3, 86 p., 8 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Jacques Bidet, Marx et la Loi travail. Le corps biopolitique du Capital, Paris, Éditions sociales, 2016, coll. « Les Parallèles », série « Le travail », n° 3, 86 p., 8 €.

Texte intégral

  • 1 Jacques Bidet, Foucault avec Marx, Paris, La Fabrique, 2014.

1Dans ce bref ouvrage, Jacques Bidet analyse en détail la façon dont la lutte ouvrière pour obtenir la journée de 10 heures de travail en Angleterre dans les années 1840-1850 a nourri les réflexions de Marx dans Le Capital. En visant la vie concrète des ouvriers, écartelée entre « l’affrontement politique » et « l’efficience économique » (p. 11), l’auteur entend reconstituer la « biopolitique du travail » que Marx aurait théoriquement fondée. Il peut paraître surprenant de prêter à l’auteur du Capital une philosophie des corps et de leurs ajustements politiques qui se rapproche des propositions de Michel Foucault. Mais Jacques Bidet a déjà montré, précédemment, que la complémentarité entre l’analyse économique du Capital et l’étude philosophique des gouvernementalités du somatique était politiquement et heuristiquement fructueuse1. Pour donner corps à cette anatomie des pouvoirs s’exerçant prioritairement sur le vivant, les propositions de Marx sur « la vie au travail » fournissent un point d’appui essentiel (p. 11). Le « corps-au-travail » (p. 16) permet de penser la notion de plus-value selon les deux acceptions du travail : à la fois sa forme concrète (les techniques mobilisées) et sa forme abstraite (la mobilisation d’une force) (p. 17). Pour arriver à discerner comment opère la gestion biopolitique du capital, Jacques Bidet propose de distinguer « trois niveaux d’abstraction » de la notion de valeur : le « travail en général », « la production marchande » et « la production capitaliste » (p. 17). Marx n’a pas traité dans cet ordre-là ces différentes notions et il ne les a pas lestées d’un poids théorique équivalent. Il s’ensuit qu’il est nécessaire de reconstituer cette triade comme un noyau théorique permettant de penser la captation des forces somatiques par le capital. Le premier niveau (celui du travail en général) correspond donc à une « anthropologie historique » (p. 24) de l’organisme, mobilisée par l’activité dans le cadre d’une société donnée : il n’y a rien là qui soit propre au capitalisme. Au deuxième niveau, le corps est pris dans les rapports marchands, ceux-là même qui s’organisent à l’intérieur de la triade « intensité, qualification, habileté » (p. 27). Cette histoire de la marchandise (et des prises qu’elle opère sur le somatique) englobe le capitalisme mais ne lui est pas réductible. Le troisième niveau, en revanche, décrit les spécificités d’un « corps-au-travail » configuré par les exigences du capitalisme. Jacques Bidet insiste – à juste titre – sur l’innovation conceptuelle qu’opère Marx à ce point précis de son raisonnement : « dans cette progression théorique de la détermination économique, se réalise au plan socio-politique, le “passage” de la dépense à la “consommation” de la force de travail » (p. 34). Le capitalisme consomme – littéralement – les corps qu’il soumet ; ainsi « le temps de travail (…) se détermine dans la lutte des classes », puisqu’il condense et exige précisément cet épuisement du somatique (p. 37). Jacques Bidet soutient que la dimension politique de cette emprise corporelle est à chercher dans le contrat qui s’établit « entre le capitaliste et le salarié » (p. 39). À l’ère de l’industrie machinique, le corps devient un élément – parmi d’autres – d’une chaîne de production au sein de laquelle il est sommé de livrer une certaine quantité d’énergie. C’est ici que le premier niveau de la valeur (le travail en général) vient perturber une dialectique qui serait monolithique : le corps du salarié est aussi une puissance d’agir capable d’engager une lutte sociale. Parce que la journée de travail n’est pas un donné biologique, elle impose le cadre définitoire d’un rapport de force construit par la tension entre les corps consommés par l’exigence de production et les corps-salariés capables de revendiquer pour eux-mêmes de meilleures conditions. La journée de travail, à laquelle les ouvriers souhaitent donner une amplitude qui leur laisse la possibilité de vivre, est toujours prise entre des contraintes biologiques et sociales. La « société » que fait intervenir Marx dans son analyse « n’est jamais théoriquement définie » (p. 61), mais semble être constituée d’experts (médecins, journalistes, inspecteurs du travail) contrebalançant le « pôle capitaliste » (p. 62). C’est dans ce surgissement de nouveaux acteurs que se joue aussi la discussion des prétendus fondements anthropologiques des prises effectuées par le capitalisme sur les corps des femmes et des enfants.

2En conclusion, Jacques Bidet rappelle que Foucault réservait l’usage de la notion de biopolitique à cette intervention nouvelle de l’État, à partir du XVIIIe siècle, « dans le tissu biologique de la société » (p. 71). Mais en croisant cette proposition à l’analyse marxienne du capital, il est possible de discerner la façon dont le « corps-au-travail » est saisi par le processus marchand et la manière dont il peut, au nom même d’un somatisme consommé par le capitalisme, entrer en lutte. Fondamentalement, donc, les débats et les combats autour de la définition de la journée de travail constituent la première étape d’un communisme qui s’élabore à partir d’une attention soutenue aux corps et à leur mise en mouvement.

3Cet ouvrage, qui n’est certes pas une interpellation conjoncturelle à propos de la loi Travail promulguée en France en 2016, résonne malgré tout avec les tentatives néolibérales contemporaines de priver les corps de leur capacité à s’affranchir des conditions capitalistiques d’une gestion de la journée de travail. Les analyses de Jacques Bidet documentent les possibilités d’un rapport de force qui doit nécessairement être construit à partir d’une réflexion sur le somatisme et ses mobilisations.

Haut de page

Notes

1 Jacques Bidet, Foucault avec Marx, Paris, La Fabrique, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Jacques Bidet, Marx et la Loi travail. Le corps biopolitique du Capital », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 138 | 2018, mis en ligne le 16 août 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6585

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page