Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Frédéric Lordon, Les affects de la politique

Paris, Le Seuil, 2016, 194 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Frédéric Lordon, Les affects de la politique, Paris, Le Seuil, 2016, 194 p.

Texte intégral

  • 1 Frédéric Lordon, L’intérêt souverain. Essai d’anthropologie économique spinoziste, Paris, La Découv (...)
  • 2 Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, 2010.
  • 3 Frédéric Lordon, La société des affects. Pour un structuralisme des passions, Paris, Le Seuil, 2013
  • 4 Frédéric Lordon, Imperium. Structures et affects des corps politique, Paris, La Fabrique, Le Seuil, (...)

1Frédéric Lordon poursuit son travail de reconstitution d’une philosophie politique d’inspiration spinoziste. Après avoir posé les bases d’une « anthropologie économique spinoziste1 », envisagé l’articulation entre les apports de Marx et de Spinoza2, dégagé les conditions d’un « structuralisme des passions » pour les sciences sociales3 et construit une théorie de l’État4, il propose, dans Les affects de la politique, de reconsidérer la fausse antinomie entre idée et affect.

2La thèse générale de l’ouvrage est introduite sous la forme d’un énoncé contre-intuitif : «  les affects sont la matière même du social, et plus particulièrement, ils sont l’étoffe de la politique » (p. 15). Frédéric Lordon commence par préciser le sens spinoziste des affects, qui n’ont rien à voir avec l’acception contemporaine d’un régime émotionnel toujours à maîtriser. Pour Spinoza, l’affect désigne « l’effet qui suit l’exercice d’une puissance » (p. 16). La puissance renvoie à la production d’effets. Et l’expression humaine de cette puissance est le conatus, c'est-à-dire l’« élan d’activité » (p. 17) qui n’est a priori ni orienté, ni déterminé. Les puissances extérieures affectent le conatus, organisent ainsi la perception d’un désir et déterminent son orientation.

3Les idées peuvent-elles être comprises dans l’ordre des passions et des affects ? En dépliant les conséquences de la philosophie spinoziste jusqu’à leur terme, Frédéric Lordon soutient que l’affect est une transformation simultanée « de la puissance d’agir du corps et de la puissance d’agir de penser » (p. 19). Les images produites en notre for intérieur nous affectent et nous poussent à agir. Elles ne sont pas les idées elles-mêmes, mais des « inscriptions corporelles » (p. 21) ; ce faisant, l’activité mentale n’est jamais séparée des expressions somatiques. L’idée politique qui peut nous mettre en mouvement ne nous affecte que parce qu’elle est chargée d’affects. Cependant, toutes les idées ne nous affectent pas de la même manière, c’est notre complexion personnelle, notre ingenium dans le vocabulaire spinoziste, qui va organiser notre pratique affectuelle. L’ingenium intervient dans notre façon d’envisager l’ordre politique, c’est à partir de lui que nous émettons des jugements. Entre « plis communs » et « idiosyncrasie » (p. 25), notre complexion travaille le positionnement biographique. L’affection politique que nous pouvons ressentir – qui nous met en mouvement – n’est donc que le résultat d’une structuration corporelle. Et même la raison est, dans la philosophie de Spinoza, le produit « d’affects spécifiques » (p. 32).

4La politique, dans cette perspective, consiste donc en un art d’affecter. Et la puissance explicative de Spinoza réside dans la destitution des fausses antinomies entre idéel et matériel : ce sont bien les complexions des uns et des autres qui entrent en contact, s’affrontent et s’affectent dans la pratique politique. L’état de pauvreté ne mène pas nécessairement à la révolte, parce que ce sont les jeux d’affection passionnelle qui opèrent : les images véhiculées par les médias, en tronquant les causes des manifestations sociales, réduisent la possibilité pour les conatus d’être affectés dans le sens d’une généralisation insurrectionnelle. Prenant l’exemple du changement climatique ou celui des révoltes récentes (à Air France notamment), Frédéric Lordon insiste très justement sur l’importance des images (médiatiques) dans la mobilisation (ou non) des complexions. La focalisation sur tel ou tel épisode de manifestation contre une injustice ignore toutes les conditions concrètes de travail épouvantables qui ont mené à cet état de rupture. Mais le travail d’affection (qui devrait pousser à une empathie certaine envers les personnes maltraitées par la puissance du capital) est contrarié par des élans de défiance à l’égard de l’image violente. Cependant, le retournement de cette troncature est possible : la restauration des « images manquantes » (p. 71) permet d’envisager un travail au long cours pour remobiliser les complexions. Les « images gênantes » (p. 79), parce qu’elles dévoilent la réalité crue et sordide des circuits capitalistiques de l’exploitation, sont un bon moyen de reconsidérer le problème politique que posent la marchandisation et le consumérisme. Toutes les formes institutionnalisées de gouvernement tendent à saisir les affects des personnes gouvernées au moyen d’un chiffrage statistique inscrit dans un système abstrait de valeurs (la très fameuse « règle » des 3 % de déficit public par exemple). En tentant d’aligner les complexions des citoyens sur leurs affections proprement abstraites, les gouvernants pratiquent un art de l’affectation bien spécifique : ils veulent que leur propre vision du monde (libérale) soit partagée par le plus grand nombre. Et ce, en dépit du fait que cette projection abstraite d’une économie orthodoxe meurtrit les vies de ceux qui la supportent et dont on voudrait qu’ils la célèbrent.

5Qu’opposer à cette structure passionnelle ? Le déterminisme spinozien, explique Frédéric Lordon, est particulièrement utile pour penser les renversements des orientations affectuelles aux points archimédiens du système. Car l’État, en tant qu’il est la puissance, la multitude, n’est que le produit d’une auto-affection collective toujours susceptible d’être défaite (p. 113-114) et ne régnant que par l’ignorance de ceux qui l’auto-affectent en permanence. La puissance de l’État ne peut pas tout exiger des corps de la multitude et il arrive que certains « seuils de l’offense » (p. 120) soient franchis qui autorisent une orientation affectuelle séditieuse. D’autant que les luttes produisent une « émulation des affects » (p. 140) intensifiant leur mobilisation. La structure passionnelle des individus est transformée dans la sédition même : la création de nouvelles images inaugure une concaténation inédite d’affects et informe un pli inédit de chaque complexion. Recherchant les points d’inflexion potentiels pour une orientation séditieuse des affects, Frédéric Lordon fait très justement remarquer que l’hubris capitaliste échappe précisément au travail de « normalisation institutionnelle » (p. 156) qu’elle impose au plus grand nombre. C’est donc du côté de l’abaissement des seuils de tolérance qu’il faut rechercher les ressorts d’une révolte à venir. L’un des dangers qui menace la saisie des jeux passionnels séditieux est le sociocentrisme des intellectuels, toujours prompts à projeter leurs désirs sur des événements et des situations. Cela ne signifie pas qu’il faille rejeter « l’imagination intellectuelle » (p. 172), bien au contraire, puisqu’elle peut participer à la définition d’un « nouveau pli de l’ingenium » (p. 175).

6En conclusion de cet ouvrage aussi vif qu’enlevé, Frédéric Lordon revient sur le déterminisme spinoziste parfois accusé d’excuser tous les comportements. Or, il est bien évident que ce n’est pas parce qu’un comportement est déterminé (par des affects) qu’il n’est pas condamnable (l’atteinte criminelle aux personnes peut ainsi être simultanément déterminé [par un jeu d’affects sociaux et culturels] et condamnable [par un corps social qui – à raison – n’accepte pas la violence]).

7L’ouvrage de Frédéric Lordon fournit un matériau théorique dense pour les sciences sociales attentives à comprendre les événements révolutionnaires, dont la rareté peut s’expliquer par l’incroyable coalescence affectuelle qu’ils supposent. Les historiens ont un grand intérêt à se saisir de cette anthropologie politique spinoziste : l’analyse des passions et des jeux d’affection constitue le meilleur moyen de lutter contre les apories (et les inconséquences tant politiques qu’épistémologiques) de l’individualisme méthodologique.

Haut de page

Notes

1 Frédéric Lordon, L’intérêt souverain. Essai d’anthropologie économique spinoziste, Paris, La Découverte, 2006.

2 Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, 2010.

3 Frédéric Lordon, La société des affects. Pour un structuralisme des passions, Paris, Le Seuil, 2013.

4 Frédéric Lordon, Imperium. Structures et affects des corps politique, Paris, La Fabrique, Le Seuil, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Frédéric Lordon, Les affects de la politique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 138 | 2018, mis en ligne le 16 août 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6607

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page