Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

David Porter, Eyes to the South. French Anarchists & Algeria

Oakland, AK Press, 2011, 584 p.
Selim Nadi
Référence(s) :

David Porter, Eyes to the South. French Anarchists & Algeria, Oakland, AK Press, 2011, 584 p.

Texte intégral

  • 1 George Ciccariello-Maher, « Décoloniser l’anarchisme », Période, <http://revueperiode.net/audio-rencontre-debat-decoloniser-lanarchisme-avec-george-ciccariello-maher/>.

1Le 4 décembre 2014, lors d’une conférence intitulée « Décoloniser l’anarchisme » organisée par la revue Période, George Ciccariello-Maher déclarait que « l’anarchisme a un problème, depuis longtemps, avec la question raciale et avec la question de la religion, (…) problèmes qui sont liés à un problème plus général de l’anarchisme (…) : le problème colonial de l’anarchisme1 ». Il est vrai que les points aveugles de l’anarchisme concernant le colonialisme découlent, en partie, d’une méconnaissance (qui n’est pas propre à l’anarchisme, il suffit de lire les critiques qu’adressait Amar Ouzegane aux communistes, algériens comme français) du rôle social que joue la religion dans certaines pays (ex)colonisés ; cependant, les difficultés sur lesquelles ont buté les anarchistes découlaient également de la conception qu’ils se faisaient du caractère des luttes de libération nationale. Comme l’écrit parfaitement David Porter dans son ouvrage, « l’histoire de l’anarchisme est traversée par des débats sur le degré (…) de soutien à apporter aux luttes de libération nationale, perçue comme étape essentielle à une révolution sociale » (p. 19).

  • 2 Sylvain Pattieu, Les camarades des frères. Trotskistes et libertaires dans la guerre d’Algérie, Par (...)

2C’est en effet une histoire complexe (et assez complète), emplie de contradictions, des rapports des anarchistes français aux luttes de décolonisation et aux pays anciennement colonisés (ici, à travers l’exemple de l’Algérie) qu’offre David Porter. Il examine ainsi, tout au long de son livre, les débats politiques et théoriques entre diverses tendances anarchistes concernant la « question algérienne », des débuts de la révolution algérienne (1954) au régime de Bouteflika. Or, l’intérêt d’un tel ouvrage dépasse le simple cadre des études sur l’anarchisme, mais s’inscrit dans le rôle majeur qu’ont joué les luttes de décolonisation dans la restructuration du champ théorique de l’extrême gauche française. En effet, dans son livre Les camarades des frères, Sylvain Pattieu écrit que « l’extrême gauche [malgré son caractère minoritaire] constitue un véritable laboratoire d’idées, de théories, de formations et de pratiques. Mais elle a aussi son action propre et ses résultats sont parfois disproportionnés par rapport à son importance numérique2 ». David Porter s’intéresse ainsi aux groupes anarchistes, tout comme à ses théoriciens ou à ses journaux, afin de dresser le tableau le plus complet possible des réflexions de l’anarchisme français sur la question coloniale.

  • 3 Idem, p. 86.

3Comme le montre Porter dans la première partie de son ouvrage, au début de la révolution algérienne, les anarchistes étaient unanimes sur l’opposition au colonialisme français. Cependant, c’est principalement sur le soutien à apporter au colonialisme que se marquait la différence des divers courants anarchistes. Porter s’intéresse à de nombreux acteurs historiques, qu’il s’agisse d’organisations – Fédération communiste libertaire (FCL), Groupe d’action anarchiste révolutionnaire, Fédération anarchiste (FA), etc. –, de courants de l’anarchisme (anarcho-pacifisme, anarcho-individualisme), à des intellectuels (aussi divers que Daniel Guérin et Albert Camus) ou encore de journaux (Noir et Rouge, Témoins). On pourrait schématiser la ligne de fracture au sein du courant anarchiste français à travers les désaccords entre la FCL et la FA. En effet, selon la FCL, les luttes de libérations nationales jouaient un rôle objectivement positif dans la lutte pour une société plus égalitaire, tandis ce que la FA (bien qu’il y ait eu des positions divergentes) ne soutenait pas l’indépendance et – comme le note Sylvain Pattieu – fut « relativement épargnée par la répression, au moins jusqu’en 19573 ». Ainsi, plus qu’une simple étude érudite, le travail de Porter amène à analyser plus largement la manière dont l’attitude politique à adopter face au colonialisme a mis en relief des divergences stratégiques de fond entre les divers courants anarchistes.

  • 4 Barry Sheppard, The Party. Volume 1 : The Sixties. A Political Memoir, Chippendale, Resistance book (...)

4Cependant, ce qui fait réellement l’originalité de l’étude de Porter est son analyse de la période post-indépendance et des désillusions de toute une partie des anarchistes français face à l’évolution de l’Algérie nouvellement indépendante. Daniel Guérin critiqua d’ailleurs fermement la posture paternaliste de la gauche française face à un pays qui ne suivait pas la voie souhaitée. Dans L’Algérie qui se cherche, Guérin apporta donc son soutien critique au régime de Ben Bella. Mais c’est avec la prise de pouvoir de Boumédiène (1965) que s’effondrèrent les illusions des anarchistes français, et de la gauche radicale française plus largement. Le trotskiste étatsunien Barry Sheppard écrit dans ses mémoires que « [n]ous notions que le FLN ne s’était jamais embarqué dans la voie de l’évolution de force d’une guérilla politico-militaire en parti révolutionnaire socialiste, comme le mouvement cubain du 26 juillet4 ». Porter écrit quant à lui que le coup d’État militaire de Boumédiène du 19 juin 1965 fut un vrai choc pour la plupart des observateurs étrangers, y compris pour ceux de la gauche française.

5Porter insiste également sur le fait que les évolutions sociales et politiques de la Kabylie furent pour beaucoup dans l’intérêt que continuèrent à avoir les anarchistes français pour l’Algérie. Certains virent notamment dans l’organisation traditionnelle kabyle un système proche des coopératives ou de l’auto-organisation des ouvriers et paysans qu’ils appelaient de leurs vœux. C’est notamment lors de la révolte berbère de 1980, ou plus récemment du « Printemps noir » de Kabylie en 2001/2002, que l’Algérie a intéressé de près certains groupes anarchistes français. Cependant, il est assez clair que le système kabyle n’avait que très peu à voir avec les revendications anarchistes. C’est notamment à l’attachement aux traditions kabyles que se heurtèrent certains courants anarchistes français.

  • 5 Claude Liauzu, Aux origines des tiers-mondismes. Colonisés et anticolonialistes en France 1919 – 19 (...)

6Nous ne reviendrons pas ici en détail sur l’ensemble du livre de Porter, cependant il est intéressant de noter que celui-ci s’appuie surtout sur des ouvrages, des périodiques et des correspondances entre anarchistes français – la plupart des archives sur le sujet n’étant que très peu accessibles – ce qui entraîne peut-être l’auteur à dresser un portrait plus homogène qu’il ne l’était en réalité de la question (notamment des contradictions internes aux diverses tendances anarchistes). Le travail de David Porter n’en reste pas moins une somme sur le sujet. On peut regretter que ce livre – qui vient se ranger aux côtés du travail de Sylvain Pattieu sur les trotskistes et les anarchistes pendant la guerre d’Algérie – ne soit pas encore traduit en français. De plus, si David Porter débute son étude en 1954, avec le début de la révolution algérienne, il semble essentiel de produire des travaux se focalisant sur la période précédant 1954 – et notamment sur la période de l’entre-deux guerres – afin de pointer l’évolution des anarchistes français sur la question coloniale plus largement (et pas uniquement sur l’Algérie). Claude Liauzu note par exemple que, dans les années 1930, la question coloniale n’occupait qu’une « place restreinte dans Le Libertaire. Aucun des 86 titres de la librairie de l’Union anarchiste communiste ne lui est consacré, aucun de ceux du catalogue de la librairie des Éditions sociales non plus5». S’intéresser aux points aveugles de la gauche radicale française concernant le colonialisme devrait également nous amener à provincialiser l’anarchisme français, afin de permettre une réelle analyse de la situation concrète du colonialisme et des luttes anticoloniales. C’est également pour cette raison qu’il faut inciter les militant.e.s et les historien.ne.s s’intéressant à la question coloniale à se pencher sur le livre de David Porter, Eyes to the South.

Haut de page

Notes

1 George Ciccariello-Maher, « Décoloniser l’anarchisme », Période, <http://revueperiode.net/audio-rencontre-debat-decoloniser-lanarchisme-avec-george-ciccariello-maher/>.

2 Sylvain Pattieu, Les camarades des frères. Trotskistes et libertaires dans la guerre d’Algérie, Paris, Syllepse, 2002, p. 15.

3 Idem, p. 86.

4 Barry Sheppard, The Party. Volume 1 : The Sixties. A Political Memoir, Chippendale, Resistance book, 2005, p. 139-140.

5 Claude Liauzu, Aux origines des tiers-mondismes. Colonisés et anticolonialistes en France 1919 – 1939, L’Harmattan, Paris, 1982, p. 59.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Selim Nadi, « David Porter, Eyes to the South. French Anarchists & Algeria », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 138 | 2018, mis en ligne le 16 août 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6616

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page