Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Agnès Sinaï, Walter Benjamin face à la tempête du progrès

Neuvy-en-Champagne, Le passager clandestin, coll. « Les précurseurs de la décroissance », 2016, 101 p., 8 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Agnès Sinaï, Walter Benjamin face à la tempête du progrès, Neuvy-en-Champagne, Le passager clandestin, coll. « Les précurseurs de la décroissance », 2016, 101 p., 8 €.

Texte intégral

1Walter Benjamin s’est certes inspiré du marxisme, mais il n’en a jamais été prisonnier. Agnès Sinaï souligne très justement que « sa vision faite de perles et de fragments » (p. 9) s’accordait assez mal avec le systématisme d’une théorie sociale et politique. En cherchant dans les artefacts de la ville les sédimentations de la modernité capitaliste, Benjamin procède à rebours d’une conceptualisation par les structures économiques (même s’il en saisit tout l’intérêt) : il tente de comprendre la marchandisation par ses fins, les objets. Le pari, difficile, de rapprocher Benjamin de la « constellation décroissante » (ce qui pourrait s’apparenter à un anachronisme) consiste donc pour Agnès Sinaï à porter une attention sensible aux « ferments d’utopie et de résistance » qui gisent dans la prose éparpillée de l’auteur de Paris, capitale du XIXe siècle. « Témoin du basculement du monde » (p. 15), Walter Benjamin se situe au centre d’influences nombreuses qui ne surdéterminent jamais son rapport à l’analyse : « romantisme révolutionnaire, (…), matérialisme historique (…), théologie juive » (p. 17), l’ampleur des références est large. Mais elles sont mobilisées aux fins d’une analyse précise de la « généalogie du capitalisme et de la féérie de la marchandise » (p. 18). Il s’agit de « détacher les objets de leur fonctionnalité » (p. 20-21) pour les arracher au rapport capitaliste et les rendre à leur nudité matérielle (celle qui intéresse le collectionneur). Le temps est, chez Benjamin, doté d’une puissance « non linéaire » (p. 36). Les points de basculement, les accélérations et les ralentissements densifient le chronotope des existences. C’est dans cette temporalité épaisse que le rapport de Benjamin à la technique émerge dans toute son ambiguïté : il la voit comme capable de permettre « l’émancipation des masses » (il pense ici au cinéma) (p. 41) et il s’en détache dans ses flâneries berlinoises et son exil parisien. Agnès Sinaï rappelle que les déambulations urbaines de Benjamin sont un moyen pour lui de « faire découvrir les infrastructures » des villes (p. 47). La « vision métabolique » des cités lui permet de discerner les effets d’une industrialisation totale de l’espace urbain. En s’imposant comme une « matrice culturelle » (p. 52), le capitalisme produit un « rêve collectif éveillé » autour des marchandises et de leur fétichisation. Les images publicitaires circulant en masse, elles parviennent à neutraliser les sensibilités individuelles : « l’imaginaire lui-même est pris dans la matrice productive » (p. 58). Cependant, nul fatalisme chez Benjamin ; il est en effet toujours possible de changer d’imaginaire (p. 62) et de s’affranchir de l’accélération capitaliste. La figure du collectionneur (qui s’oppose à l’effondrement continu des choses promu par le capitalisme) s’offre en catalyseur d’une reconquête positive du rapport aux objets. L’artefactuel rendu à son « authenticité » autant qu’à son « unicité » (p. 71) prend place dans un autre système de références. Il existe donc une « technique harmonienne » (p. 72) qui affronte la technique marchande purement destructrice.

2L’ouvrage se clôt sur une série de textes de Benjamin suggérant une saisie théorique fragmentaire, mais néanmoins efficace, de la modernité capitaliste, de ses limites et de ses dépassements possibles. Dans un extrait de Sens unique (initialement paru en 1928), Walter Benjamin exalte le rapport de l’homme à la nature et dénonce les tentatives d’asservissement de l’environnement.

  • 1 Michaël Loewy, Écosocialisme. L’alternative radicale à la catastrophe écologique capitaliste, Paris (...)

3S’il apparaît tout à fait convaincant d’inscrire Benjamin dans une constellation de critiques du productivisme capitaliste, il est surprenant de ne trouver aucune mention, dans cet ouvrage, des propositions de Michael Loewy concernant les prémices écosocialistes de l’auteur de L’œuvre d’art à l’heure de sa reproductibilité technique1. Car c’est pourtant dans cette double attention aux possibilités d’une émancipation sociale et d’une inscription consciente dans l’ordre de la nature que se situent la singularité et la richesse de la philosophie de Benjamin.

Haut de page

Notes

1 Michaël Loewy, Écosocialisme. L’alternative radicale à la catastrophe écologique capitaliste, Paris, Mille et une nuits, 2011, p. 27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Agnès Sinaï, Walter Benjamin face à la tempête du progrès », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 138 | 2018, mis en ligne le 16 août 2018, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6639

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page