Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-8

Texte intégral

1Les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont heureux de renouer avec des réflexions sur les « savoirs militants », réflexions à la fois cruciales pour tous et toutes les militant-es de l’émancipation et in fine assez peu explicitées dans les écrits militants de la fin du XXe siècle. Des retours et du neuf autour de ces « savoirs militants » mis au cœur du nouveau numéro des Cahiers d’histoire.

  • 1 Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, Assemblée constituante, 26 mai 1789, article premi (...)
  • 2 Voir, par exemple, la définition de l’Encyclopédie (1ère édition 1751), article rédigé par Jaucourt (...)
  • 3 Références aux tags laissés sur les murs de l’Hôtel Fumé, site de l’UFR Sciences humaines et Arts d (...)

2Le savoir, du fait de sa fonction de légitimation des dominations, des inégalités sociales dans l’horizon des sociétés modernes proclamant solennellement que « les hommes naissent libres et égaux en droit », est aujourd’hui une poutre maîtresse de l’édifice social. Il est l’enjeu de luttes omniprésentes, souvent sourdes. Mais la violence de ces luttes s’impose épisodiquement dans les espaces publics de nos sociétés de la mise en concurrence généralisée. Le néolibéralisme, dans la suite des pensées libérales des XVIIe et XVIIIe siècles, fait de la valorisation de l’inégalité des « talents » le grand outil de légitimation de l’inégalité sociale, des « distinctions sociales », dit la Déclaration des droits de 1789. « L’excellence » est devenue ces dernières décennies le dernier avatar de l’inégale contribution des citoyen-nes à « l’utilité commune » et de la hiérarchisation du social1. Évidemment, il y aurait beaucoup à dire sur la diversité des formes des articulations entre ces effets de hiérarchie, supposés liés à des « talents », « compétences » propres à chaque individu, et les savoirs2. Certainement beaucoup des dirigeants de notre monde disposent-ils d’une grande diversité de « compétences » qui n’ont pas grand-chose à voir avec des « savoirs », encore moins avec le savoir. Certains ne se privent pas d’ailleurs de se prévaloir de cet écart, censé exprimer la toute-puissance de la liberté individuelle dans les réussites sociales. Il n’en reste pas moins que, pour le plus grand nombre, l’acquisition de « savoirs » et la validation sociale de ces savoirs ad hoc est une condition sine qua non de la revendication de « compétences » ouvrant droit à rémunération et existence sociale. Ce n’est pas par des hasards malheureux que chaque tentative de réforme tendant à exclure des structures d’enseignement une partie de la jeunesse débouche sur des mobilisations sociales acharnées. Les luttes du printemps dernier en France contre la loi ORE, acronyme de la locution flatteuse de « loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiants », viennent d’exprimer cette tension. En dépit d’une communication bien huilée sur l’efficacité de la dite « orientation », désormais échappatoire des pouvoirs face aux demandes de savoirs, un grand nombre des intéressé-es se sont rebellé-es, ouvrant comme souvent le champ des contestations très au-delà de la loi. En lisant les textes de ce dossier conçu par David Hamelin, Jérôme Lamy et Laurent Willemez, on mesurera mieux combien les abrupts slogans tagués sur les murs des universités ces derniers mois s’inscrivent dans les ambitions anciennes, potentiellement contradictoires, affirmant le désir d’un savoir non inclus dans les rapports marchands, refusant sa mise en normes autoritaire. L’inventaire des slogans d’avril-mai 2018 n’a pas encore été fait, mais des affirmations telles que « fac bloquée pour une fac ouverte », ou bien la reprise insistante du fameux « la sociologie est un sport de combat » rappellent combien tout idéal d’émancipation s’accompagne du rejet des formes anciennes d’imposition des savoirs et produit des rapports spécifiques aux savoirs. Les textes du dossier montrent que, de façon plus globale, tout groupe militant tend à produire lui-même le savoir dont il estime avoir besoin pour avancer dans sa compréhension des réalités sociales et pour mobiliser autour des luttes qu’il juge nécessaire. Cependant, le dossier montre aussi que l’importance de la question de l’acculturation et du recours aux savoirs a une acuité différente selon les temps. À travers les articles réunis ici de Jean-Charles Buttier, Marie-Cécile Bouju, Olivier Chaïbi et David Hamelin, l’emphase est mise sur le grand moment de construction des organisations ouvrières, du temps de la Première Internationale à la Seconde Guerre mondiale. Ces articles, eux-mêmes fruits d’une sédimentation importante d’analyses en histoire des sciences comme en histoire de l’enseignement depuis quelques décennies, traduisent la conscience vive de la nécessité de comprendre mieux pour transformer (est-ce une des dimensions portées par les appels au secours lancés à Marx sur les murs de nos universités ce printemps 2018 ?) et l’importance accordée aux savoirs comme outils de lutte3. Ils traduisent aussi l’importance nouvelle accordée par les historien-nes aux courants anti-autoritaires du socialisme, aux formes diverses d’acculturation, aux formes d’organisation qui valorisent l’initiative populaire, l’initiative des acteurs associés. Ainsi le mouvement coopérateur, dont les coopératives scolaires présentées par Olivier Chaïbi, prend une place nouvelle dans le paysage des mobilisations émancipatrices. L’horizon des ZAD, de la réappropriation immédiate de l’espace compris comme le premier des biens communs, omniprésent dans les mobilisations étudiantes de cette année 2018, travaille aussi l’étude des luttes passées. Dans sa contribution, Jérôme Lamy propose un point de vue réflexif, qui témoigne de la richesse des recherches accomplies aussi bien par des sociologues, des anthropologues que des historien-nes, ainsi que de la nécessaire vigilance sur la réflexivité critique dans un champ d’étude où les interactions avec les impératifs de l’engagement et les enjeux politiques sont particulièrement actives. La classification qu’il propose entre « savoirs profanes », « savoirs citoyens » et « savoirs militants » précise bien la spécificité du projet de ce dossier des Cahiers d’histoire en même temps que l’extrême labilité des notions mises en cause, autour des dimensions potentiellement émancipatrices ou dites « populaires » (« par le peuple » et/ou « pour le peuple ») des savoirs. Ce parcours dans l’histoire du XIXe et du XXe siècle permet de mettre en perspective des figures émergeant depuis quelques décennies à l’échelle du globe comme « l’expert associatif », les porteurs de l’expertise expérientielle,  « l’intellectuel spécifique » de Michel Foucault ou « l’intellectuel collectif » proposé par Pierre Bourdieu.

3Nous espérons proposer ainsi des réflexions dont les mouvements d’aujourd’hui ont besoin pour mieux mesurer et maîtriser les enjeux sociaux autour de la question socialement cruciale des savoirs.

4Effet de convergence de notre temps ? Plus modestement de nos échanges éditoriaux ? La question de ce qu’est le « peuple », des formes d’organisation collective des catégories populaires, de leurs modalités d’expression, de diffusion, pointe un peu partout dans les contributions de ce numéro. La sociabilité des clubs de canoë des usines Renault, présentés ici par Antoine Marsac, traduit les rivalités entre dirigeants d’entreprise et forces syndicales dans l’encadrement des milieux populaires par le sport : les travailleurs, fortement syndicalisés, semblent davantage s’adapter à des formes proposées dans lesquelles ils se retrouvent, que promouvoir eux-mêmes les formes collectives du sport dans l’entreprise.

  • 4 Village du livre, fête de l’Humanité, samedi 15 septembre 2018, 10 h 45, « Luttes émancipatrices et (...)

5De cet horizon politique du second XXe siècle au sein duquel se déploie ce monde des associations sportives d’entreprise, « Métiers » évoque une autre dimension : celle de la vie quotidienne du peuple russe au temps de la disparition des cadres organisationnels de l’URSS. Le témoignage de Dominique Thoirain, enseignante entreprenant une thèse d’histoire sur l’enseignement en URSS et séjournant régulièrement dans ce pays, montre comment, entre les années 1990 et 2008, les cadres sociaux de l’URSS se défont et laissent place à des formes nouvelles, réponses précaires, improvisées des citoyens et citoyennes à des formes nouvelles, elles-mêmes en partie informelles, du pouvoir politique. « Débats » parle aussi du peuple, d’un peuple autre, dans une société autre que celle des sociétés industrialisées, modelées, dans la France capitaliste de l’après Seconde Guerre mondiale comme dans l’URSS du XXe siècle par des ambitions universalistes. Dinah Ribard, développant la problématique globale de ce que la littérature fait à une société, présente différentes formes d’expression littéraire produite à l’époque moderne par des « ouvriers », des travailleurs manuels, a priori éloignés de l’écriture par les cadres sociaux dominants. « Un certain regard », qui évoque pour ce numéro le film de Françoise Davisse, Comme des lions, place aussi du côté des savoirs et savoir-faire du peuple, notamment de la capacité à s’organiser en collectif conscient et volontaire dans un rapport de force avec une direction d’entreprise. Acuité renouvelée de la pensée du « peuple » qui traverse tous les champs du savoir et de la création, dont la rubrique « Les Cahiers recommandent » rend compte elle aussi. Ainsi espérons-nous bien cheminer avec notre temps de grande violence dans lequel la contradiction des intérêts fait voler en éclat les ambitions affichées d’égalité et de liberté proclamées solennellement depuis plus de deux siècles. Ces « savoirs militants » nous rappellent bien à propos que les processus de domination produisent des résistances et des outils de lutte. Ce sera le propos du débat des Cahiers d’histoire dans le cadre du grand forum de la pensée critique de la rentrée, la prochaine fête de l’Humanité4.

Haut de page

Notes

1 Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, Assemblée constituante, 26 mai 1789, article premier.

2 Voir, par exemple, la définition de l’Encyclopédie (1ère édition 1751), article rédigé par Jaucourt , « Talent ». Voir les analyses récentes de Pierre-Michel Menger, La différence, la concurrence et la disproportion, Paris, Fayard, 2014.

3 Références aux tags laissés sur les murs de l’Hôtel Fumé, site de l’UFR Sciences humaines et Arts de l’université de Poitiers, mai 2018, notamment en grand format dans la cour d’entrée, « BIG UP MARX ». Voir aussi les photographies publiées par le collectionneur et photographe Alain Gesgon, prises par lui-même sur les sites universitaires de Censier (Paris 3) et de Tolbiac (Paris 1).

4 Village du livre, fête de l’Humanité, samedi 15 septembre 2018, 10 h 45, « Luttes émancipatrices et savoirs militants », initiative de Pierre Chaillan, coordonnée par Anne Jollet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 138 | 2018, 5-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 138 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6721

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page