Navigation – Plan du site
DOSSIER

Introduction : Ce que l’engagement fait aux savoirs, ce que les savoirs font à l’engagement

David Hamelin, Jérôme Lamy et Laurent Willemez
p. 11-14

Texte intégral

  • 1 . Michael Burawoy, « For Public Sociology », American Sociological Review, vol. 70, n° 1, 2005, p.  (...)
  • 2 . Michel Foucault, Naissance de la biopolitique, Paris, EHESS, Gallimard, Seuil, 2004 ; Michel Fouc (...)

1Les articulations entre les formes d’engagement politique et l’accumulation d’un certain nombre de connaissances opérationnelles pour la lutte font aujourd’hui l’objet de nombreuses enquêtes et propositions dans le domaine des sciences sociales1. Michel Foucault avait signalé toutes les potentialités d’une analyse fine du rapport savoir/pouvoir ; il avait trouvé, avec la biopolitique, cette manière très particulière d’ajuster les cadrages politiques de gouvernement aux populations, un exemple paradigmatique du nouage singulier entre des manières de connaitre et des façons d’agir2. Ce que nous avons souhaité mettre en exergue dans ce dossier des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique concerne un aspect tout à fait particulier des rapports entre savoir et pouvoir : il s’agit d’identifier la production, l’usage et la mise en circulation de connaissances par des groupes dominés (politiquement, socialement, économiquement) aux fins de leur propre émancipation. Cette orientation ne va pas d’elle-même.

  • 3 . Pierre Bourdieu, « Pour un savoir engagé », Le Monde diplomatique, n° 575, février 2002, p. 3.

2D’abord, la mobilisation d’un savoir pour défendre un positionnement politique ou revendiquer de meilleures conditions d’existence met en tension le principe d’une relative autonomie des pratiques scientifiques. Pierre Bourdieu avait magistralement dénoué cet apparent paradoxe. Il soutenait, dans un texte paru peu de temps après sa mort et intitulé « Pour un savoir engagé », que la connaissance des mécanismes de domination obligeait ceux qui étudiaient ou comprenaient ces mécanismes à les exposer et à les combattre : « S’il est vrai que la planète est menacée de calamités graves, ceux qui croient savoir à l’avance ces calamités n’ont-ils pas un devoir de sortir de la réserve que s’imposent traditionnellement les savants3 ? ». L’urgence d’une vérité sur le monde social commande la mobilisation des instruments scientifiques.

  • 4 . Christophe Charle, Le siècle de la presse (1830-1939), Paris, Seuil, 2004.
  • 5 . Laurent Le Gall, « L’élection au village dans la France du XIXe siècle. Réflexions à partir du ca (...)
  • 6 . Serge Berstein, Michel Winock (dir.), Histoire de la France politique, vol. 3 : L’invention de la (...)
  • 7 . Charles Tilly, La France conteste, de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986.
  • 8 . Jean-William Dereymez, « Naissance du syndicalisme », dans Jean-Jacques Becker, Gilles Candar (di (...)
  • 9 . Simone Goyard-Fabre, « Les idées politiques de Diderot au temps de l’Encyclopédie », Revue Intern (...)

3Ensuite, le chronotope d’un savoir impliqué dans des rapports de force n’est pas aisé à dégager. Les mobilisations de connaissances par des dominés sont multiples et concernent toutes les périodes, cela va sans dire. Mais la politisation de ces savoirs, c’est-à-dire leur inclusion dans des processus d’action publique visant à renverser des situations de domination, est assez récente dans l’histoire. On peut dire que le XIXe siècle, avec la montée en puissance, simultanée, des surfaces médiatiques à large diffusion4, de la structuration du champ politique, avec en particulier la genèse de la forme « parti5 », des arènes publiques gagnées par la démocratisation6, ainsi qu’avec la transformation du répertoire de l’action collective7 et la construction des organisations syndicales8, a constitué le point de départ d’une certaine coagulation de savoirs à visées militantes. Ceci n’exclut pas, bien sûr, des précédents remarquables : il ne serait pas impossible de qualifier, d’une certaine manière, l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert d’entreprise politique9, au sens d’une critique des absolutismes et des tyrannies.

  • 10 . Francis Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Par (...)

4Enfin, c’est l’efficacité simultanément politique et épistémique de ces savoirs militants qui reste à mettre au jour. Comment les agents mesurent-ils, concrètement, l’intérêt d’un savoir engagé pour une lutte ? Sur quels critères fonder la réussite de la mobilisation de connaissances à l’appui de l’établissement d’un rapport de force politique ? Et de quelles connaissances s’agit-il ? C’est ici la mise en débat qui permet de joindre les attentes militantes et épistémiques. L’ouverture d’une controverse, le jeu de l’argumentation10 qu’elle suppose, la mise en tension des certitudes, informent la démarche politique et répondent aux critères d’une évaluation rationnelle des savoirs. C’est en particulier dans la façon de clôturer les échanges que les écarts sont sensibles. La résolution politique d’un débat ne suppose pas qu’on place le vrai comme instance en dernier recours ; en revanche ce critère est fondamental dans le processus savant. Il faut donc faire jouer les différents registres d’action et d’intervention, en veillant à ne pas tout rabattre dans d’improbables hybridations qui dissoudraient pratiques et discours dans un même ensemble.

5Ce dossier s’efforce donc de fournir quelques pistes pour travailler à l’exploration des recoupements et des frontières entre savoirs et activités politiques.

6Jérôme Lamy propose une analyse historiographique de la notion de savoir militant. Savoirs populaires, citoyens ou amateurs ont défini les coordonnées d’un type d’engagement relativement protéiforme. L’effort de clarification des enjeux politiques permet d’opérer des distinctions : ainsi les savoirs militants apparaissent comme un moyen de qualifier des engagements critiques, conscients de la politisation à l’œuvre dans le recours à des savoirs spécialisés.

7Les formes de politisation que recouvrent les savoirs militants sont très variées. Olivier Chaïbi montre ainsi que l’Office central de la coopération à l’école (OCCE), institué dans l’entre-deux-guerres, visait à faire des écoliers des acteurs à part entière de la coopération, conçue comme un principe politique appuyé sur la défense de l’économie sociale.

8Les savoirs mobilisés ou élaborés par les premiers syndicalistes entre les années 1880 et 1910 (la statistique, la pédagogie, le droit, la santé, l’enquête sociale) qu’étudie David Hamelin sont au cœur d’un triple enjeu politique : asseoir la légitimité syndicale, développer un champ d’expertise indépendant des pouvoirs publics, du patronat, mais aussi des sphères intellectuelles, disposer des connaissances suffisantes pour assurer la transformation sociale que les syndicalistes appellent de leurs vœux.

9L’activité politique suppose l’ancrage dans des lieux, points d’appui indispensables pour se compter, échanger et amasser des ressources. La Bibliothèque des arts graphiques, dont Marie-Cécile Boujou étudie l’histoire de la fin des années 1920 au début des années 1980, met en exergue une tension vive entre une approche populaire du lieu et sa destinée politique.

10La production de savoirs militants ne se limite pas aux seuls cercles de l’engagement politique. Jean-Charles Buttier, en s’intéressant au cas de James Guillaume au XIXe siècle, souligne l’importance des transferts – ici dans le domaine de la statistique – entre des domaines d’exercice et de pratique très différents : de l’Association internationale des travailleurs (AIT) aux instances scolaires de la IIIe République, les savoirs peuvent migrer du champ politique au champ académique.

11Ce dossier se propose donc d’ouvrir une réflexion sur l’historicité des savoirs militants ; il envisage, à partir d’études de cas spécifiques et de réflexions plus théoriques, la façon dont les connaissances ont été mobilisées pour produire des argumentaires politiques, soutenir des actions de contestation et organiser des luttes. L’enjeu est de laisser vive la tension entre toutes les contradictions qui peuvent surgir dans ces processus et de restituer sa féconde potentialité.

Haut de page

Notes

1 . Michael Burawoy, « For Public Sociology », American Sociological Review, vol. 70, n° 1, 2005, p. 4-28.

2 . Michel Foucault, Naissance de la biopolitique, Paris, EHESS, Gallimard, Seuil, 2004 ; Michel Foucault, Il faut défendre la société, Paris, EHESS, Gallimard, Seuil, 1997.

3 . Pierre Bourdieu, « Pour un savoir engagé », Le Monde diplomatique, n° 575, février 2002, p. 3.

4 . Christophe Charle, Le siècle de la presse (1830-1939), Paris, Seuil, 2004.

5 . Laurent Le Gall, « L’élection au village dans la France du XIXe siècle. Réflexions à partir du cas finistérien », Revue d’histoire du XIXe siècle, n° 43, 2011, p. 17-39 ; Éric Phélippeau, L’invention de l’homme politique moderne. Mackau, l’Orne et la République, Paris, Belin, 2002.

6 . Serge Berstein, Michel Winock (dir.), Histoire de la France politique, vol. 3 : L’invention de la démocratie (1789-1914), Paris, Seuil, 2002.

7 . Charles Tilly, La France conteste, de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986.

8 . Jean-William Dereymez, « Naissance du syndicalisme », dans Jean-Jacques Becker, Gilles Candar (dir.), Histoire des gauches en France, vol. 1 : L’héritage du XIXsiècle, Paris, La Découverte, 2005, p. 463-487.

9 . Simone Goyard-Fabre, « Les idées politiques de Diderot au temps de l’Encyclopédie », Revue Internationale de Philosophie, vol. 38, n° 148-149, 1984, p. 91-119.

10 . Francis Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Éditions Pétra, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Hamelin, Jérôme Lamy et Laurent Willemez, « Introduction : Ce que l’engagement fait aux savoirs, ce que les savoirs font à l’engagement », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 138 | 2018, 11-14.

Référence électronique

David Hamelin, Jérôme Lamy et Laurent Willemez, « Introduction : Ce que l’engagement fait aux savoirs, ce que les savoirs font à l’engagement », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 138 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 12 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6727

Haut de page

Auteurs

David Hamelin

Université de Poitiers

Articles du même auteur

Jérôme Lamy

CNRS–CERTOP–UT2J

Articles du même auteur

Laurent Willemez

UVSQ, PRINTEMPS–CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page