Navigation – Plan du site
UN CERTAIN REGARD

Comme des lions

Film de Françoise Davisse, 2016, 115 min.
Nicolas Nivet
p. 205-208

Texte intégral

1Lorsque débute le film de Françoise Davisse Comme des lions, sur la lutte des ouvriers de PSA Aulnay contre la fermeture de leur usine, on se prépare à assister à la narration d’un plan de licenciement. On pense revoir la mise en images du décalage de points de vue inconciliables : d’un côté celui des logiques énoncées de compétitivité industrielle et de mise en concurrence des sites et des mains-d’œuvre ; de l’autre celui de l’incompréhension de salariés vaincus et nostalgiques, empêtrés dans leurs dénominations archaïques d’usine et d’ouvrier. On sait que le « spectacle » est en place, habituel, évident, imparable, perfectionné comme les gigantesques machines que la caméra embarquée du générique dans la chaîne de montage permet de contempler. Nous nous mettons donc à notre place de spectateur « croyant qu’il ne croit plus » (Jean-Louis Comolli, Voir et pouvoir, 2004), tout juste surpris du choix d’un thème qui échappe au « divertissement enchanté victorieux » : des ouvriers en lutte dans une usine. On a suivi la chronologie dans les médias dominants : les actions ; la violence de la lutte acharnée et minoritaire ; la fermeture du site sous le regard d’un État impuissant.

2C’est de ce visible adapté aux besoins du « spectacle » que le film nous éloigne progressivement par l’intermédiaire de la parole donnée à l’ « homme ordinaire », en en prenant le temps. Sa réussite est dans cette capacité à « fendre le monde » pour mettre en doute le visible.

3Françoise Davisse n’a pu rencontrer ni les représentants de l’État ni ceux de la direction. Cette lacune est une des forces du film : on échappe ainsi à la multiplication des éléments de langage, lesquels sont remplacés par des cartons qui restituent annonces et chronologie. Le spectacle de la couverture des médias dominants est également présent à travers des extraits de divers journaux télévisés, dans lesquels s’expriment brillamment les « hommes extraordinaires » que la réalisatrice confronte à ses images pour en démonter toutes les constructions.

4La première déconstruction est celle du fonctionnement de la couverture médiatique précisément, reprenant le plus souvent servilement les points de vue et les stratégies de la direction de PSA pour mettre fin à la grève. Le traitement médiatique habituel de « l’inacceptable violence », de la « prise en otage des non-grévistes terrorisés », apparaît particulièrement dans toute son obscénité dans la « discussion » qui en rappelle une autre, entre Jean-Pierre Mercier et Jean-Pierre Elkabbach au micro d’Europe 1, puis dans l’interview complaisante dans C dans l’air de Tanja Susset, secrétaire du SIA, syndicat maison qui joue pleinement son rôle. Là est la violence.

5La seconde déconstruction, celle des impostures et des lâchetés politiques, permet de mesurer toute la mascarade des « responsables » à toutes les échelles territoriales : celle du maire (« socialiste ») d’Aulnay, qui admet les mensonges mais attend le suivant pour agir, celle de Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement (« socialiste ») qui relaie sans pudeur les mensonges de la direction de PSA, celle d’Arnaud Montebourg, évidemment, ministre du Redressement productif et expert en spectacle. Le meilleur exemple de déconstruction dans ce domaine est sans doute la séquence qui met en scène le candidat Hollande, venant rencontrer la manifestation des ouvriers avant d’entrer en studio pour participer au débat du deuxième tour de l’élection présidentielle. La berline arrive, superbement filmée depuis des grues par les caméras de TF1 ; mais les images de Françoise Davisse prennent le relais et on peut prendre le temps d’observer le futur chef de l’État se contentant d’opiner et de donner rendez-vous (auquel il ne viendra jamais, comme on le sait) face au discours construit et argumenté d’un ouvrier gréviste. Là est la violence.

6Lorsque les propagandes médiatiques et politiques échouent, il reste évidemment la répression, pour le maintien d’un ordre que personne ne comprend plus vraiment, du cadre au CRS. Celle en effet des cadres d’abord et des huissiers aux ordres de la direction, venus traquer la faute pendant que des ouvriers d’autres sites viennent remplacer les grévistes ; celle des licenciements qui s’ensuivent. Répression également par les forces de l’ordre, dont il est du reste significatif de constater que l’action et la violence sont proportionnelles au lieu de pouvoir visé, les CRS étant beaucoup plus nombreux pour protéger le siège du MEDEF que partout ailleurs.

7Et ce spectateur « croyant qu’il ne croyait plus » est en capacité d’appréhender une réalité transformée.

8Réalité de ces ouvriers immigrés venant d’une cinquantaine de pays du monde ou de France, petits-fils d’immigrés, militants ou pas, qui ont en commun une identité forte, qu’on pourrait nommer conscience de classe, insidieusement masquée et détournée par les habituels débats identitaires efficaces et spectaculaires. Cette imposture est filmée dans une très belle scène où deux ouvriers interpellent une huissière qui a considéré que les grévistes se comportent « comme dans leur cité », se sécurisant en les renvoyant ainsi dans une représentation identitaire qui lui est plus familière. Parmi les personnages du film, on rencontre des militants aguerris habitués à être des acteurs (Jean-Pierre Mercier, porte-parole de la CGT et ami de la réalisatrice, connaît les codes du spectacle et sait se mettre en scène), mais également de plus en plus de visages de femmes et d’hommes qui, en devenant acteurs de leur vie, deviennent de formidables acteurs de cinéma.

9Réalité de cette solidarité d’où émerge une intelligence collective capable de créer du possible : avec colère, enthousiasme, crainte et tension, mais toujours dans le respect de la parole de l’autre, de cette parole de « l’homme ordinaire » insupportable à la télévision. Le film retrace ainsi l’aventure de la construction d’une grève, depuis la révélation par la CGT du plan stratégique secret de la direction en juillet 2011, et les premières actions (distributions de tracts et discussions à l’entrée de l’usine, puis sur les marchés, manifestations à Aulnay). Il relate les débats liés à l’organisation d’un comité de grève et à ses liens avec l’assemblée générale, au rapport des leaders syndicaux charismatiques et rompus aux négociations avec les autres grévistes, aux réactions face aux négociations qui n’aboutissent à rien et à l’attitude du SIA, aux tentatives de convergences des luttes, à l’opportunité des discussions avec les non-grévistes ou de l’extension des AG à tous. On assiste à l’organisation du quotidien d’une grève longue à travers les cartes de grévistes, les collectes (dans les gares, aux péages, dans les manifestations), ainsi qu’aux actions d’occupation lors desquelles la forme de l’image produite par la caméra d’un caméraman de télévision en course rejoint celle de la documentariste, comme une intrusion du réel dans le visible : occupation joyeuse de la luxueuse salle de réunion de l’IUMM dans laquelle se réunit l’AG des grévistes, investissement du ministère du Travail, du MEDEF, du conseil national du PS.

10On mesure dans ce film tout l’écart qui peut exister entre le reportage télévisé et le film documentaire qui prend le temps ; le temps de la rencontre et de la réalisation (2 ans), le temps de plans longs signifiants.

11À quelques minutes de la fin du film, qui s’achève sur une chaîne de montage vide à l’exception de quelques ouvriers assistant au démontage de leur usine, on retrouve Arnaud Montebourg, intercepté par les anciens grévistes alors qu’il s’apprête à venir se livrer à une quelconque mise en spectacle. Aux personnes qui l’attendent pendant qu’il échange tout sourire quelques mots avec les manifestants, il explique : « J’ai un petit truc à voir ». Il se pourrait que ce « petit truc » soit le réel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Nivet, « Comme des lions », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 138 | 2018, 205-208.

Référence électronique

Nicolas Nivet, « Comme des lions », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 138 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6741

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page