Navigation – Plan du site
DOSSIER

Savoirs militants

Essai de définition historique et sociologique1
Jérôme Lamy
p. 15-39

Résumé

Les savoirs militants rassemblent une large gamme de connaissances élaborées, mobilisées et diffusées pour contrarier et combattre des processus de domination. Trois grands ensembles de façon d’articuler le savoir et le politique aux fins d’une émancipation universelle ont été repérés par les historiens et les sociologues. Les savoirs populaires correspondent à des modalités discrètes de contestation des frontières instaurées par la science académique. Les savoirs amateurs, profanes ou citoyens, renvoient à des processus de politisation très généraux : ce sont les qualités nécessaires au bon fonctionnement démocratique qui sont requises. Les savoirs en lutte correspondent davantage à une mobilisation immédiate et pratique de connaissances pouvant directement servir un combat politique. Si la politisation des savoirs entre, a priori, en contradiction avec l’autonomie du champ scientifique, c’est en fait la poursuite de l’idéal émancipateur des Lumières que les savoirs militants peuvent poursuivre, en y adjoignant un degré supplémentaire de réflexivité qui fasse droit à des formes moins normatives de connaissance.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Je remercie Volny Fages pour ses commentaires sur les premières versions de ce texte.

« Enfin, il faudrait analyser les luttes à propos des enquêtes, pour ou contre la constitution du sur-savoir :

- lutte par exemple entre les artisans et les manufacturiers (secret),

- lutte des ouvriers pour assurer eux-mêmes leurs propres enquêtes, pour parler en leur propre nom, contre les enquêtes administratives,

- lutte au XIXe siècle pour un “savoir populaire” opposé au savoir “inquisitorial” lié au plus de pouvoir de la bourgeoisie. »

Michel Foucault, Théories et institutions pénales, Paris, EHESS, Gallimard, Seuil, 2015, p. 212

  • 2 . Nicolas Adell, Anthropologie des savoirs, Paris, Armand Colin, 2011, p. 7.
  • 3 . Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, (...)
  • 4 . Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan, de 1294 à 1324, Paris, Gallimard, 1975, p.  (...)
  • 5 . Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIsiècle, Paris, Aubier, 197 (...)
  • 6 . Colette Méchin, Benoist Schaal, Sagesses vosgiennes. Les savoirs naturalistes populaires de la va (...)
  • 7 . Je suis ici la définition donnée par Yves Gingras, Histoire des sciences, Paris, PUF, 2018, p. 3.

1La mobilisation des savoirs est un élément essentiel de toutes les luttes politiques et sociales, quelle que soit la forme qu’elles peuvent prendre dans l’histoire. Le régime de science moderne se fonde, depuis le XVIIe siècle, sur des règles spécifiques de probation, de rationalité, de véridiction et de contrôle croisés des productions savantes. Toutefois, toutes les connaissances ne relèvent pas de ce processus-là, et même les travaux scientifiques peuvent être intégrés dans des débats publics ou des rapports de force politiques. Pour explorer, du point de vue historique et sociologique, la notion de « savoirs militants », je propose d’adopter une définition large et extensive de ce que sont les savoirs. L’anthropologie nous fournit, sur ce point, d’indispensables précisions. Nicolas Adell, en abordant l’anthropologie des savoirs, s’est efforcé de les définir dans leurs rapports à l’humanité : « l’homme est un animal savant (au sens de l’étroite étymologie, c’est-à-dire “qui sait”), c’est-à-dire un être qui au-delà de simplement respirer dans le monde y vit avec des projets, y forme des intentions, y entretient des rapports ordonnés (la famille, la cité, etc.)2 ». C’est ici l’ensemble des rationalités déployées pour entretenir des rapports sociaux, s’inscrire dans l’environnement naturel et maîtriser des médiations techniques ou abstraites qui compose les savoirs. Qu’il s’agisse de l’articulation entre rythme sélène et corps féminin, décrite par Yvonne Verdier3, de la taxonomie animale relevée par Emmanuel Le Roy Ladurie à Montaillou au XIVe siècle4, de l’univers imaginé par le meunier frioulan Menocchio, retrouvé par Carlo Ginzburg5, ou bien de l’importance des nécessités de subsistances dans la formation des savoirs vosgiens explorés par Colette Méchin et Benoist Schaal6, ce sont des formes très variées d’appréhension du monde qui retiendront notre attention. Dans ce vaste ensemble, la science, comme secteur particulier des activités humaines, définie par des propriétés socio-épistémiques précises (le recours au calcul, à la mesure, à l’observation7, aux expériences, le respect de l’objectivité, de procédures cadrées de véridiction…), occupe bien sûr une place particulière. Parce qu’elle organise sur un mode systématique une certaine efficacité dans la description et la compréhension du monde, la science moderne polarise les productions savantes ; mais elle ne les englobe pas toutes.

  • 8 . Laurent Marchand, « L’émancipation humaine : une histoire équivoque », Cahiers d’histoire. Revue (...)

2Le terme « militants », quant à lui, renvoie à des références très contemporaines de la pratique politique : syndicats et partis supposent une certaine forme d’engagement fondé sur des compétences spécifiques, des savoirs argumentaires, des connaissances précises sur l’ordre social et les points de contestation à soulever. Mais, là encore, j’adopterai une acception lato sensu du terme « militant », quitte à verser dans l’anachronisme. C’est ici l’histoire politique de l’émancipation qui servira de point d’appui. Laurent Marchand, dans sa tentative de conceptualisation de la catégorie d’émancipation, a bien montré qu’il s’agissait d’un « processus réel », toujours historiquement situé : « Ainsi les aspirations à la liberté, à la dignité, les conditions de vie appréciées ou revendiquées, mais aussi les conceptions de l’épanouissement de l’homme8 » sont susceptibles de redéfinitions permanentes selon les époques. Cependant, comme aspiration à une forme universelle de félicité, débarrassée des processus de domination, elle signale un positionnement politique progressiste. Nous ignorerons donc volontairement les savoirs mobilisés aux fins d’un renforcement des positions dominantes et/ou d’une politique réactionnaire.

  • 9 . Pierre Bourdieu, « Les modes de domination », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, (...)
  • 10 . Thomas Gieryn, « Boundary-Work and the Demarcation of Science from Non-Science : Strains and Inte (...)

3Dans ce travail de définition, je détaillerai – à partir d’une analyse des nombreuses études de cas publiées et sans souci d’une quelconque exhaustivité – la façon dont les historien.ne.s et les sociologues se sont saisis de ces objets particuliers que sont les savoirs pris dans des processus de renversement politique des situations de domination9. La contestation de certains mécanismes sociaux par des individus ou des groupes, fondée sur des données, des raisonnements et des arguments, délimite l’objet de notre définition. Si j’ai mobilisé l’histoire et la sociologie, c’est que ces deux disciplines ont travaillé les formes les plus diverses de production, de circulation et de diffusion des savoirs impliqués dans des jeux de tensions. L’enjeu est la solidification de discours et de pratiques légitimant des connaissances ignorées, méprisées, refoulées par les instances scientifiques académiques ou les institutions politiques justifiant un certain type de méthodes, d’observations, de choix épistémiques, d’usages instrumentaux, de résultats publiés… L’agonistique est au cœur de ces processus politiques d’affrontements de positions socio-épistémiques. De ce point de vue, le boundary work10 proposé par Thomas Gieryn permet de donner corps à cet effort de démarcation, de mise à distance, de séparation entre des productions savantes s’inscrivant dans les règles d’un champ scientifique constitué et des savoirs construits, par des acteurs généralement dominés, pour affirmer leurs propres positions, contester des catégorisations dans lesquelles ils pourraient être pris, critiquer des connaissances au service des modes de gouvernement. En effet, il ne s’agit pas de comprendre l’histoire et la formation des savoirs militants comme un pur affrontement entre deux grands ensembles de savoirs (académique et contestataire) : ce sont toutes les formes d’articulation des processus de domination entre eux qui sont mises à l’épreuve dans la formulation d’une connaissance protestataire. Les liens entre pratiques scientifiques et productions commerciales, les justifications politiques d’un statu quo social ou encore l’appui sur des savoirs régulatoires pour appuyer des forces dominantes, sont tous susceptibles de soulever contre eux des connaissances spécifiques.

4Si les savoirs académiques légitimes constituent tout à la fois un miroir, une inspiration et un foyer de contestations, sociales et épistémiques, ils ne doivent pas être installés comme le seul référent des savoirs militants. Répéter cette bipartition reviendrait à minimiser l’originalité et la spécificité des formes contestataires de la production des connaissances. En outre, il existe des situations particulières dans laquelle des savoirs critiques sont mobilisés en l’absence de savoirs académiques préalables. Nous insisterons donc, dans cet article, sur toutes les expériences de savoirs élaborés en situation de refus des dominations. Les historien.nes et les sociologues ont, en partant de points de vue très divers, dégagé des configurations multiples de connaissances critiques.

5Trois grands axes historiographiques se dégagent, qui permettent d’identifier des efforts de conceptualisation relativement congruents. Les savoirs populaires (produits hors de toutes les formes instituées de la science) constituent une catégorie problématique au sens où ils renvoient à des modalités de partages socio-épistémiques dont les logiques sont historiquement complexes. Les savoirs amateurs (s’inspirant des exigences épistémiques du champ scientifique), profanes (qui supposent l’acquisition de compétences spécifiques) et citoyens (impliquant les individus dans leur vie quotidienne) composent un territoire morcelé de représentations et de pratiques. Nous verrons que si elles engagent une réflexion sur l’épaisseur des pratiques politiques, l’ensemble des catégories interrogées dans cet article ouvrent la voie à une analyse plus spécifique des savoirs directement engagés dans des luttes. Entre ces trois pôles (populaire/citoyen et profane/en lutte), c’est moins un rapport dialectique qui s’affirme qu’une progression spiralaire de la périphérie au centre.

Les savoirs populaires : une catégorie piégée ?

  • 11 . Dominique Kalifa, « Culture savante/culture populaire », dans Christian Delacroix, François Dosse (...)
  • 12 . Pierre Bourdieu, « Vous avez dit populaire ? », Actes de la recherche en sciences sociales, vol.  (...)
  • 13 . Michel De Certeau, Dominique Julia, Jacques Revel, « La beauté du mort », dans Michel De Certeau, (...)
  • 14 . Roger Chartier, Lecture et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987, p. 247-27 (...)
  • 15 . Volny Fages, Savantes nébuleuses. L’origine du monde entre marginalité et autorité scientifique ( (...)
  • 16 . Yves Gingras, « What did mathematics do to physics », History of Science, vol. XXXIX, 2001, p. 38 (...)

6La notion de culture a animé les débats historiographiques, de la fin des années 1960 jusqu’aux années 198011. La distinction entre culture populaire et culture savante a été – justement – récusée12 : le savant s’autorisant d’une distribution taxonomique des catégories de pensée et de pratique reconduit des hiérarchies sociales et politiques13. Désormais, c’est sous le signe de la continuité, de l’articulation et de la circulation que les différentes formes d’expression culturelle sont saisies par les historien.ne.s14. Toutefois, cette polarisation populaire/savant est très largement reconduite dans le domaine de l’histoire des sciences. C’est que se jouent, autour des pratiques scientifiques, de forts enjeux d’autonomie et de démarcation : des marges tolérées aux productions rejetées15, la cité savante est construite sur le principe d’une distance avec des modes de connaissance du monde qui ne respectent pas les principes épistémiques admis en son sein16. Les tensions qui naissent à propos de connaissances produites hors des lieux traditionnels de science rendent compte de clivages qui ne sont cependant pas uniquement scientifiques. Ce sont aussi des formes de domination sociale et politique qui légitiment des pratiques et des discours pour les classes populaires.

  • 17 . Volny Fages, op. cit., p. 108. Pour une tentative de déconstruction de la notion de popular scien (...)

7L’historiographie n’est pas exempte d’une certaine ambiguïté à l’endroit de la notion de science populaire. Volny Fages, dans son travail sur les cosmogonies élaborées au XIXe siècle, distingue « les textes cherchant à produire une science pour le peuple de ceux participant à la constitution d’une science par le peuple, émanant d’auteurs n’appartenant pas à l’élite scientifique17 ». Cette séparation est utile analytiquement, même si elle reste parfois difficile à établir dans les faits, tant les processus de circulation et d’amalgame dominent en ce domaine.

  • 18 . Howard M. Wach, « Culture and the Middle Classes : Popular Knowledge in Industrial Manchester », (...)
  • 19 . Florike Egmeond, Peter Mason, « Skeletons on Show : Learned Entertainment and Popular Knowledge » (...)
  • 20 . Roger Cotter, Stephen Pumfrey, « Separate Spheres and Public Places : Reflections on the History (...)

8Dans l’analyse qu’il mène de la diffusion des savoirs à Manchester au début de l’ère industrielle, Howard M. Wach montre comment la classe moyenne s’efforce de promouvoir, parallèlement à la modernisation urbaine, des connaissances à destination des classes laborieuses18. Des édifices dédiés, comme The Royal Manchester Institution, Mechanics’ Institution et le Manchester Athenaeum, sont des foyers de savoirs qui, évitant les sujets politiques et religieux, valorisent une certaine police civique et sociale. Élaborée par des représentants de l’élite, la science populaire est d’abord un instrument de reproduction des rapports de force politiques. Florike Egmond et Peter Mason soutiennent même, dans cette perspective, qu’une lutte s’engage parfois pour empêcher les scientifiques « d’incorporer la “culture populaire” à leurs propres discours et cadres d’analyse19 ». Roger Cooter et Stephen Pumfrey, cherchant à saisir les écarts entre popularisation scientifique et savoirs populaires, reconnaissent que la relation des productions académiques avec la culture dominante « est fréquemment problématique20 ».

  • 21 . Ann B. Stheir, « Botanical Dialogues : Maria Jacson and Women’s Popular Science Writing in Englan (...)
  • 22 . Ibidem, p. 312.
  • 23 . Ibidem, p. 314.

9Les exemples ne manquent pas qui documentent toutes les formes de résistance, d’accommodement ou d’affrontement à des pratiques de connaissances politiquement légitimées. Étudié par Ann B. Stheir, le cas de Maria Jacson, botaniste de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle, permet de mesurer les effets d’une représentation patriarcale des pratiques savantes. Auteure de plusieurs ouvrages sur les plantes et leur classification, Maria Jacson s’est inscrite dans un moment particulier des sciences naturelles : « Pendant une période de cinquante ans, des années 1790 aux années 1840, un certain nombre de femmes ont capitalisé sur l’intérêt public pour la botanique et ont élaboré un type d’écrit savant à travers leurs expositions populaires et leurs livres introductifs21 ». Cependant, les deux premiers ouvrages de Maria Jacson s’en tiennent aux codes d’une « idéologie maternelle » qui cantonnent les botanistes femmes aux rôles « d’enseignantes pour les enfants et les jeunes femmes22 ». Avec Botanical Lectures, paru en 1804, et Sketches of the Physiology of Vegetable Life, édité en 1811, Maria Jacson rédige deux livres de sciences populaires débarrassés des contraintes maternalistes : elle a recours à la troisième personne ainsi qu’au « ton impersonnel du manuel standardisé23 ».

  • 24 . Ann Secord, « Science in the Pub : Artisans botanists in early nineteenth-century Lancashire », H (...)
  • 25 . Ibidem, p. 273
  • 26 . Ibidem, p. 292.
  • 27 . Ibidem, p. 291.
  • 28 . Ibidem, p. 297.

10L’émancipation par les savoirs populaires, les savoirs par le peuple donc, constitue un mode discret, mais robuste, de contestation politique des dominations les plus diverses. Le célèbre article d’Anne Secord sur les artisans botanistes du Lancashire au début du XIXe siècle met au jour la tentative d’autonomie savante d’un groupe de travailleurs anglais réunis tous les dimanches au pub24. Anne Secord reconnaît que « la récréation rationnelle avait été inventée moins pour que la classe moyenne l’impose à la classe laborieuse, mais davantage pour que la classe moyenne l’expérimente elle-même25 ». Les artisans échangent leurs connaissances sur les plantes recueillies et complètent ainsi leurs compétences : leur travail est fondé sur une gestion collective des savoirs. Les gentlemen botanistes méprisaient ce type de savoirs trop peu standardisé ; cependant, les artisans « affirmaient leur indépendance par leur refus de montrer de la déférence envers les gentlemen au sein du pub26 ». Sur leur territoire (i.e. le pub), les travailleurs-botanistes peuvent renverser, ou à tout le moins contenir, la domination sociale des plus aisés qui doivent, en ce lieu, se plier aux « règles des artisans27 ». Malgré tout, ce sont bien ceux qui détiennent « l’autorité » socio-épistémique qui « ont construit les frontières autour des connaissances » de telle manière que « la participation des artisans à l’histoire naturelle a également façonné la réponse des élites28 ».

  • 29 . Arlette Boulogne, Des livres pour éduquer les citoyens. Jean Macé et les bibliothèques populaires (...)
  • 30 . Jean-Charles Geslot, Agnès Sandra, « Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : lect (...)
  • 31 . Ibidem, p. 36.
  • 32 . Ibidem, p. 38.
  • 33 . Geneviève Poujol, « Éducation populaire : une histoire française », Hermès, n° 42, 2005, p. 126-1 (...)
  • 34 . Christophe Premat, « L’engagement des intellectuels au sein des Universités Populaires », Tracés. (...)

11Cette ambivalence du savoir populaire quant à ses propriétés réellement émancipatrices est également perceptible dans l’histoire des premières bibliothèques populaires après 1850. Espace privilégié de l’éducation ouvert au plus grand nombre, ces bibliothèques rassemblent « dans les villes (…) des ouvriers et des artisans (…) dans les campagnes, ce public populaire est composé de fermiers, de cultivateurs et d’artisans29 ». Si Jean Macé apparaît comme figure tutélaire de ces nouveaux lieux d’apprentissage et de culture, les tensions politiques révèlent les craintes des classes dirigeantes à l’endroit de toutes les pratiques émancipatrices. Les « débuts de la bibliothèque populaire de Versailles », étudiés par Jean-Charles Geslot et Agnès Sandras, s’inscrivent en 1864 « dans un processus de libéralisation plein de contradictions30 » pour le pouvoir impérial. Les tiraillements entre les partisans de l’initiative et les plus réticents des membres de l’administration du pouvoir font resurgir les craintes d’une forme de sédition intellectuelle du peuple : « le préfet juge d’abord qu’il y a trop d’ouvriers dans la liste des sociétaires versaillais et voit d’un mauvais œil leur participation à des associations31 ». Les lectures sont surveillées, les livres disponibles sont scrupuleusement triés : les ouvrages d’« économie politique » sont peu appréciés et les romans suscitent de la « méfiance32 ». L’éducation populaire à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle est, peu ou prou, prise dans les mêmes équivoques33. Les universités populaires, très puissantes à la fin du XIXe siècle, sont un espace fortement investi par les intellectuels et ont parfois été transformées en tribunes personnelles34.

  • 35 . Bernadette Bensaude-Vincent, La science contre l’opinion. Histoire d’un divorce, Paris, Les Empêc (...)
  • 36 . Ibidem, p. 106.
  • 37 . Ibidem, p. 227.
  • 38 . Clifford D. Conner, Histoire populaire des sciences, Paris, L’Échappée, 2011, p. 13.
  • 39 . Ibidem, p. 14.

12Le travail de délimitation et de découpe des savoirs populaires est soutenu par des forces ambivalentes : s’il peut servir des pratiques de résistance aux assujettissements socio-épistémiques dominants, il est aussi l’occasion d’une catégorisation et d’une fixation normative de ce que doivent être les connaissances ouvertes au plus grand nombre. D’autant que la distinction entre science pour le peuple et science par le peuple vient se surimposer à ces tentatives de définition. Pour résoudre ces tensions historiographiques, les historien.ne.s ont ouvert deux voies distinctes pour l’analyse. Bernardette Bensaude-Vincent s’est efforcée d’historiciser la « rivalité entre la science officielle, académique et d’autres cultures de la science, en d’autres espaces tels que les foires, les officines ou les salons35 ». Elle distingue plusieurs grandes périodes depuis le début XIXe siècle : l’émergence d’une « science populaire » répondant au credo positiviste d’Auguste Comte et inscrite dans un continuum épistémique menant à la science académique36 ; puis, au début au XXe siècle, le passage à une coupure structurelle entre deux formes de science ; enfin, plus récemment, une révolte de l’opinion qui « ne se laisse plus traiter comme un malade docile37 ». L’historien américain Clifford D. Conner, dans son maître-ouvrage Histoire populaire des sciences, s’est donné pour objectif « de montrer comment les gens ordinaires ont contribué de façon fondamentale à l’édification du savoir scientifique38 ». Il situe donc clairement son travail du côté de la science par le peuple. L’enjeu est de rappeler « que la production et la propagation du savoir scientifique ont été pour la plus grande part le fait de la masse anonyme des petite gens, ceux du commun, et ce bien plus qu’on le reconnait généralement39 ». Connaissances héritées de l’agriculture précolombienne, cartographie des « peuples autochtones » ainsi que métallurgie et chimie des artisans, c’est une contre-histoire des sciences que Conner élabore.

13L’histoire séquencée de Bernadette Bensaude-Vincent et l’histoire volontariste de Clifford D. Conner permettent d’éprouver les vertus et les limites de la catégorie des « savoirs populaires ». En soulignant les rapports de force qui se déploient dans un segment des activités humaines comme les sciences, particulièrement structurées par les processus de démarcation, les savoirs populaires permettent de porter une attention soutenue aux processus de catégorisation et de désignation des pratiques. La spécification entre science produite pour le plus grand nombre et science produite par tout un chacun offre la possibilité de sophistiquer les analyses en distinguant des pratiques et des approches socialement et politiquement situées.

Les savoirs amateurs, profanes et citoyens : des catégories apolitiques ?

  • 40 . Hervé Guillemain, Nathalie Richard, « Introduction. Towards a Contemporary Historiography of Amat (...)
  • 41 . Ibidem, p. 214 (ma traduction).
  • 42 . Ibidem, p. 223.

14Les savoirs populaires ont été principalement explorés par les historien.ne.s. Le XIXe siècle a constitué la période de prédilection pour les études de cas. Les savoirs amateurs, profanes et citoyens sont davantage l’apanage des sociologues, qui interrogent les mutations contemporaines des façons de connaître. Cependant, très récemment, Hervé Guillemain et Nathalie Richard ont proposé un bilan historiographique de la notion d’amateur en science, qui pointe, pour la période courant du XVIIIe au XIXsiècle, trois grands axes pour l’analyse : l’importance des négociations et des conflits dans la définition de ce que sont les sciences et les savoirs40, la place des « catégories intermédiaires41 » pour saisir la diversité des pratiques, le rôle des circulations savantes (notamment par les supports médiatiques)42. Les trois termes, « amateurs », « profanes » et « citoyens » ne renvoient pas aux mêmes pratiques ni aux mêmes usages. Ils ont cependant en commun de lisser a priori les enjeux socio-épistémiques dans lesquels ils sont pris. Un des intérêts de la sociologie des sciences et de la sociologie politique a été, précisément, d’explorer le contenu politique de ces pratiques savantes développées en dehors des espaces académiques classiques.

15Les différents cadrages entre savoirs amateurs, profanes et citoyens ne font pas l’objet de définitions consensuelles. Toutefois, de grandes lignes de partage permettent de distinguer le type de productions savantes auxquelles renvoie chacun des syntagmes.

  • 43 . Florian Charvolin, « Comment penser les sciences naturalistes “à amateurs” à partir des passions (...)
  • 44 . Ibidem, p. 147.
  • 45 . Ibidem, p. 148.
  • 46 . Lorna Heaton, Florence Millerand, Élodie Crespel, Serge Proulx, « La réactualisation de la contri (...)
  • 47 . André Micoud, Lucie Dupré, « Savoirs publics sur la nature et politiques de l’environnement : rôl (...)
  • 48 . Francis Chateauraynaud, Didier Torny, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’al (...)
  • 49 . Ibidem, p. 36.

16Florian Charvolin caractérise les sciences amateurs par la « tierce position » qu’elles occupent « entre l’ignorant et le professionnel43 ». Les « sciences naturalistes », tout particulièrement, mobilisent « un grand volant d’amateurs, répartis et disséminés sur le territoire, pour atteindre une masse critique que les sciences physiques, par exemple, atteignent avec la concentration d’instruments dans un espace confiné44 ». Enrôlé pour « défricher des zones inconnues ou non couvertes par les scientifiques » et « cadré » par les règles de la communauté savante, l’amateur s’impose en « point de contact45 » entre le monde des ignorants et celui des savants. Investis dans la collecte des données46, les naturalistes bénévoles sont également impliqués dans des processus politiques : « sentinelles de la biodiversité, équipées d’un savoir de base et surtout capables de reconnaître des indicateurs de déséquilibre biologique. Ils peuvent avoir un rôle de citoyen en tant que surveillants des ressources naturelles et donneurs d’alerte auprès des services compétents47 ». La capacité d’intervention publique est fondée sur une démarche volontaire et appuyée sur une expérience de terrain. De façon générale, la figure du lanceur d’alerte, identifiée par Francis Chateauraynaud et Didier Torny, repose précisément sur la capacité de certains acteurs à combiner « veille », « attention », « surveillance » et « activation d’une mémoire48 ». L’expérience acquise, couplée à une vigilance et à une sensibilité à « l’intérêt général49 », forme une structure d’alerte toujours susceptible d’ouvrir l’espace politique de l’intervention.

17L’amateur et le lanceur d’alerte, entendus ici comme des catégories très larges, ont en commun une implication accidentelle dans l’action publique ; leurs savoirs, les connaissances qu’ils accumulent, ne les prédisposent pas a priori à s’investir dans une action politique. Leur proximité avec des problématiques scientifiques, sanitaires et environnementales peut forcer cette irruption sur la scène publique.

18Les connaissances liées au corps et aux milieux déterminent une articulation forte au politique : nosographie, écologie, risques technologiques, pollutions, sont des secteurs où se déploient des formes spécifiques de savoirs. L’implication (personnelle ou collective) dans des contextes de remise en cause des conditions de vie (qu’il s’agisse du champ de la médecine ou des dangers affectant la nature) engage deux types spécifiques de savoirs : les savoirs profanes et les savoirs citoyens. Le savoir amateur peut se convertir en un savoir citoyen lorsque ceux qui les portent passent d’une cumulation de données à la définition d’un format politique destiné à faire évoluer une situation donnée.

  • 50 . Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz, Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des tr (...)
  • 51 . Yves Lochard, Maud Simonet, « Les experts associatifs entre savoirs profanes, militants et profes (...)
  • 52 . Eliot Freidson, « Client Control and Medical Practice », American Journal of Sociology, vol. 65, (...)
  • 53 . Ibidem, p. 379.
  • 54 . Ce point est noté par Yves Lochard et Maud Simonet, « Les experts associatifs entre savoirs profa (...)
  • 55 . Howard Becker, « The lay referral system », Knowledge, Work & Society / Savoir, travail et sociét (...)
  • 56 . Yves Lochard et Maud Simonet, « Les experts associatifs entre savoirs profanes, militants et prof (...)
  • 57 . Idem.
  • 58 . Ibidem, p. 277.
  • 59 . Ibidem, p. 279. C’est dans ce cadre que l’on peut comprendre les « forums hybrides » identifiés p (...)
  • 60 . Ibidem, p. 283.

19Les savoirs profanes, surtout identifiés par les sociologues de la santé et de l’environnement, renvoient à une connaissance par corps des problèmes50. Reconstituant la généalogie conceptuelle de l’expertise profane, Yves Lochard et Maud Simonet rappelaient en 2009 que c’est à partir des travaux d’Eliot Freidson que la notion a pris consistance51. Le sociologue américain a montré que les interactions médicales pouvaient se mesurer à la rencontre entre un « système de référence profane52 » et un « système de référence professionnelle53 ». Plus récemment, Howard Becker a prolongé les réflexions de Freidson54 en montrant, dans les cas des usagers des drogues, que le savoir médical se focalise sur les effets négatifs et rate un ensemble de connaissances dont seuls disposent les utilisateurs55. C’est bien l’expérience du profane qui organise le savoir dont il est porteur : ce « savoir incorporé56 » échappe aux professionnels. Même si les profanes « promeuvent une conception alternative de la science », refusant « la démarche abstraite, transcendant le singulier », les associations dans lesquelles ils s’inscrivent et qui collectivisent les démarches d’apprentissage par corps ne remettent globalement « pas en cause la légitimité de la science57 ». Yves Lochard et Maud Simonet interrogent précisément la position de « l’expert associatif », qui ne peut tout à fait être assimilé à un profane : il a en effet dû compléter ses expériences par des « processus de formation » et des « formes latentes de socialisation58 ». Il entre alors « dans un rapport de complémentarité avec le savoir académique et ses institutions, et de collaboration avec les instances politiques59 ». Le profane n’est-il donc voué qu’à devenir l’allié des puissances publiques ? Yves Lochard et Maud Simonet plaident pour une analyse qui incorpore la diversité des parcours (de) profanes60.

20La distinction entre les différents types de connaissances recevables ou non dans les arènes scientifiques polarise beaucoup l’attention des sociologues de la santé et de l’environnement.

  • 61 . Annick Tijou-Traoré, « L’expérience dans la production de savoirs profanes sur le diabète chez le (...)
  • 62 . Ibidem, p. 66.
  • 63 . Ibidem, p. 67.
  • 64 . Idem.
  • 65 . Donna Haraway a proposé la notion de « savoirs situés » pour évoquer « une doctrine d’objectivité (...)
  • 66 . Gilles Deleuze, Félix Guattari, Capitalisme et schizophrénie, Mille plateaux, Paris, Éditions de (...)
  • 67 . Maël Dieudonné, « L’instrumentation profane. Sur l’usage d’instruments de mesure des champs élect (...)

21La « production de savoirs profanes » révèle des processus de capitalisation de connaissances sur soi de la part des malades. Le cas des patients diabétiques maliens, analysé par Annick Tijou-Traoré, met en exergue « la place importante et ambivalente accordée à l’expérience61 » : les acquis des autres malades « transmis oralement ou observés » ainsi que « ceux constitués à partir de leur propre expérience du diabète62 » délimitent un premier répertoire de savoirs. Ce sont surtout les « informations accessibles63 » qui polarisent l’attention des patients. Mais les « paroles des médecins » ne sont pas ignorées : certains des malades incorporent à leurs propres expériences les connaissances transmises par les praticiens, si bien que « les recommandations médicales gagnent, aux yeux des autres, un statut plus crédible que si elles étaient transmises directement par le médecin car elles sont éprouvées, expérimentées, preuves de leur fiabilité64 ». L’enjeu réside ici dans l’affirmation d’un savoir par corps, d’une connaissance intime de la maladie et de ses enjeux65. C’est au niveau « micropolitique », au sens que lui donnaient Gilles Deleuze et Félix Guattari, c’est-à-dire une approche du pouvoir par la « perception » et « l’affection66 », que se jouent les appuis épistémiques du savoir profane. Les savoirs produits par les patients sont moins considérés comme des savoirs concurrents de ceux des médecins que comme des savoirs plus larges et plus englobants. L’usage de l’instrumentation technique et de la mesure par les personnes électro-hypersensibles, étudié par Maël Dieudonné, met en évidence un autre effet de la coexistence des savoirs profanes et des savoirs académiques : le faible gain socio-épistémique à retirer d’une utilisation des techniques scientifiques. En effet, les instruments « ne peuvent mettre en équivalence [les] sensibilités individuelles » des personnes touchées. Il n’y a donc pas de « progrès collectif » dans la connaissance des effets de l’électro-hypersensibilité67.

  • 68 . Steven Epstein, Impure Science. AIDS, Activism and the Politics of Knowledge, Berkeley, Universit (...)
  • 69 Ibidem, p. 351.
  • 70 Ibidem, p. 352.
  • 71 . Laurent Vidal, « La transmission. Le sida et ses savoirs », L’Homme, t. 39, n° 150, 1999, p. 60.
  • 72 . Ibidem, p. 79.

22Il est des niveaux politiques d’investissement des savoirs profanes plus généraux que cette micropolitique des patients. Les études nombreuses concernant la façon dont les associations de patients ont tenté de coaliser leurs connaissances ont montré toute la difficulté d’une prise en compte des savoirs profanes dans la formulation d’une politique de santé alternative. Dans Impure Science. AIDS, Activism, and the Politics of Knowledge, paru en 1996, Simon Epstein pointait les trois limites d’une expression profane des savoirs : la nécessaire spécialisation68, la tension entre la « participation à la construction d’une connaissance scientifique et l’exigence de la construction d’un mouvement69 » ainsi que des hiérarchies entre savoirs qui « sont rarement “accidentelles” dans leurs origines70 ». Le risque est donc grand d’une reconduite des inégalités sociales, raciales, de genre… Laurent Vidal a observé, dans le parcours des malades du sida, « l’existence d’un savoir syncrétique, élaboré à partir d’un ensemble de pratiques et de connaissances, médicales et profanes71 ». En se focalisant sur les modes de transmission du VIH « par voie sexuelle et sanguine, et de la mère à l’enfant », l’anthropologue repère une coagulation de savoirs spécifiques : le « savoir médico-scientifique », le « savoir extra-médical et extérieur à la maladie », le « savoir proche de la maladie que l’on repère tant chez les personnes atteintes, les membres de leur entourage, que chez les personnels de santé72 ». C’est la circulation entre ces différents pôles de connaissances qui permet de relativiser la prégnance du savoir scientifique.

  • 73 . Madeleine Akrich, Vololona Rabeharisoa, « L’expertise profane dans les associations de patients, (...)
  • 74 . Ibidem, p. 72.
  • 75 . Ibidem p. 74.
  • 76 . Idem.

23Cette tension socio-épistémique est au cœur d’une redéfinition politique de la place des savoirs profanes. L’analyse menée par Madeleine Akrich et Vololona Rabeharisoa sur la façon dont les associations de patients parvenaient à articuler « expertise expérientielle73 » et « expertise médico-scientifique74 » permet de situer « le travail politique75 » qu’elles mènent. Les sociologues parlent de « démocratie sanitaire » fondée sur la double compétence des associations : elles agissent pour les patients en augmentant « leur capacité d’action » et en direction du « monde de la santé76 » en intervenant dans l’action publique de santé.

  • 77 . Phil Brown, « Popular Epidemiology and Toxic Waste Contamination : Lay and Professional Ways of K (...)
  • 78 . Phil Brown, « Retour sur l’épidémiologie populaire », dans Madeleine Akrich, Yannick Barthe, Cath (...)
  • 79 . Ibidem, p. 57.
  • 80 . Pascal Marichalar, Qui a tué les ouvriers de Givors ? Une enquête de sciences sociales, Paris, La (...)

24Ce travail de coalition et de coagulation des forces profanes définit un niveau plus général de mise en forme politique des attentes sanitaires ou environnementales par ceux qui subissent les effets d’une maladie ou d’une pollution. Phil Brown a précisé le travail d’enquête, d’observation, de recueil de données, de mobilisation collective aux sources de ce qu’il nomme « l’épidémiologie populaire77 ». Ce qui caractérise cette forme particulière de savoir profane, c’est qu’elle « s’appuie sur des mouvements sociaux, exploite des modalités d’action alternatives, politiques et judiciaires, remet en question les hypothèses qui sont au fondement de l’épidémiologie classique, de l’évaluation des risques et de la réglementation en matière de santé publique78 ». Ce n’est pas tant le savoir académique de l’épidémiologie classique qui est ici visé que les insuffisances de l’action politique pour empêcher la propagation d’une maladie ou d’une pollution79. L’exemple des ouvriers verriers de Givors, exploré par Pascal Marichalar, témoigne de la forte ambiguïté entre savoirs profanes et savoirs académiques. En effet, si les appuis médicaux se dérobent pour soutenir l’action des anciens employés victimes des produits toxiques utilisés dans l’entreprise, un petit groupe de chercheurs/euses dans les différents domaines de la santé publique (pneumologue, sociologue, ingénieur-conseil…) les aide à constituer l’enquête épidémiologique80.

  • 81 . Pour une synthèse sur cette question très importante, voir : Mathias Girel, « Agnotologie, mode d (...)

25Les savoirs profanes ne sont donc pas des savoirs écartés par manque de scientificité. Ils apparaissent davantage comme un répertoire de connaissances mobilisées dans des causes spécifiques et viennent contrer des processus politiques d’ignorance81 ou de minoration.

  • 82 . Yves Sintomer, « Du savoir d’usage au métier de citoyen », Raisons politiques, n° 31, 2008, p. 11 (...)
  • 83 . Ibidem, p. 117.
  • 84 . Ibidem, p. 119.
  • 85 . Ibidem, p. 120.
  • 86 . Ibidem, p. 121.
  • 87 . Ibidem, p. 122.
  • 88 . Ibidem, p. 123.
  • 89 . Ibidem, p. 124.
  • 90 . Ibidem, p. 126.
  • 91 . Ibidem, p. 132.

26La sociologie politique distingue les savoirs profanes des savoirs citoyens. C’est ici l’attitude de chaque individu, face aux choix politiques entendus lato sensu, qui permet de caractériser le type de connaissances produites. Yves Sintomer, dans un article de 2008 pour la revue Raisons politiques, a proposé une première caractérisation des savoirs citoyens. Il conceptualise le « savoir citoyen » comme renvoyant à une « raison ordinaire, accessible à chacun ». Il requiert la reconnaissance d’un savoir d’usage82 qui suppose une attention soutenue aux « paradigmes de la proximité » (i.e. connaissance de son lieu de vie, liens avec les « décideurs83 »). Les qualités du « bon sens », comme « faculté ordinaire de jugement », sont requises par exemple pour les jurys de cours d’assises ou encore lors des « conférences de consensus »84. Yves Sintomer place ce « bon sens » au fondement même de l’exercice démocratique, puisqu’il sert à qualifier la participation aux « affaires communes85 ». Cependant, « le bon sens est inégalement reconnu dans les réunions publiques » et certains citoyens mieux dotés en « capital culturel86 » ou disposant des codes d’expression adéquats parviennent à faire davantage valoir leur point de vue. Le « savoir professionnel diffus87 », quant à lui, désigne l’utilisation des connaissances acquises au travail hors de l’entreprise. L’« expertise par délégation88 » correspond au transfert d’une activité particulière par la puissance publique à des associations. Enfin, la « contre-expertise » intervient en situation de « controverse technique ou scientifique89 ». En obligeant à rouvrir les répertoires de consultation et d’action publique, la contre-expertise « est une dimension fondamentale du “savoir populaire”90 ». Enfin, les « mouvements sociaux ou les dispositifs participatifs91 » sont parties prenantes d’un vaste travail de pédagogie démocratique.

  • 92 . Héloïse Nez, « Nature et légitimités des savoirs citoyens dans l’urbanisme participatif. Une enqu (...)
  • 93 . Ibidem, p. 391.
  • 94 . Idem.
  • 95 . Ibidem, p. 394.

27C’est donc à un très haut niveau d’abstraction politique qu’Yves Sintomer situe sa définition du savoir citoyen : il s’impose comme la condition politique d’une participation de chacun à la vie publique. Héloïse Nez, à partir d’un travail empirique sur les politiques participatives d’urbanisme, a reconfiguré la trame conceptuelle d’Yves Sintomer. La définition qu’elle donne du savoir citoyen est « relativement large », puisqu’elle « inclut l’ensemble des connaissances, des expériences et des techniques (…) que peut mobiliser un acteur qui ne dispose ni d’un statut d’élu, ni d’un statut de professionnel lorsqu’il intervient dans les dispositifs participatifs92 ». L’enquête de terrain permet d’affiner et de spécifier les critères proposés par Yves Sintomer : « On considère que trois ensembles de savoirs citoyens peuvent être mobilisés dans la mise en débat du projet urbain : des savoirs d’usage, des savoirs professionnels et des savoirs militants93 ». Les premiers correspondent à la « pratique du territoire », les deuxièmes nécessitent « une expertise technique » et les troisièmes « réfèrent à l’inscription dans les réseaux d’acteur et à la maîtrise de savoirs et de savoir-faire politiques94 ». Ces différentes formes de savoirs peuvent être individuelles ou collectives – ce qui sophistique encore la modélisation d’Héloïse Nez. Les savoirs militants – qui nous intéressent tout particulièrement dans cet article – sont plus étroits que les savoirs relatifs à la vie démocratique circonscrits par Yves Sintomer. Ils correspondent à un apprentissage des « rouages de la machine politique et administrative » ainsi qu’à la capacité d’animation des collectifs95.

28Les savoirs amateurs, profanes et citoyens permettent de décrire des formes très variées d’implication politique : de la connaissance d’usage mobilisée ponctuellement à la mise en format démocratique, en passant par l’expérience des malades, le spectre des implications dans les pratiques de pouvoir est large. Cependant, si ces études mettent l’accent sur la grande diversité des pratiques de connaissance et des investissements politiques possibles, elles laissent parfois dans l’ombre la potentialité subversive des savoirs conquis par les patients (même si, comme on l’a vu chez Simon Epstein, la subversion clinique est centrale). Ce sont davantage les savoirs en lutte, c’est-à-dire ceux mobilisés ouvertement à des fins politiques, qui permettent de mieux situer les potentialités d’une mobilisation des connaissances à des fins d’émancipation.

Les savoirs en lutte : une catégorie trop large ?

29Les savoirs inscrits dans les luttes, mobilisés au sein des partis politiques, construits dans le travail syndical, engagés par les intellectuels, constituent un ensemble très hétérogène de connaissances. Leur point commun est de postuler l’émancipation comme horizon de leur déploiement. La politisation est à la fois le point de départ de la formation de ces savoirs et le principe de leur utilisation. Toutefois, cette définition très large de connaissances inscrites dans des projets militants divers ne suffit pas à rendre compte des formats politiques de lutte ou de rapport de force qui requièrent des savoirs spécifiques. Les enquêtes historiques et sociologiques ne manquent cependant pas, qui restituent le grain de ces formations offensives de connaissances émancipatrices.

  • 96 . Jacques Rancière, La nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier, Paris, Fayard, 1981.
  • 97 . Gabriel Gauny, Le philosophe plébéien, Textes rassemblés et présentés par Jacques Rancière, Paris (...)
  • 98 . Volny Fages, « Ordonner le monde, changer la société. Les systèmes cosmologiques des socialistes (...)
  • 99 . Betsey Price, « “Javelot, miroir, arène, bouclier”. Les quatre dimensions de la technologie dans (...)

30Jacques Rancière a parcouru les « archives du rêve ouvrier » pour en restituer l’épaisse densité intellectuelle. Prenant sur leurs courtes périodes de sommeil, les prolétaires de la première moitié du XIXe siècle ont cultivé une philosophie ardente et un goût du savoir orienté par une ferme volonté de transformer le monde96. Le menuisier Gabriel Gauny rédige ainsi des textes argumentés sur « les prisons du travail » et la « philosophie pratique » de Diogène97. Ces réflexions alimentent les points d’appui d’une lutte contre les forces de domination. Elles engagent également des visions alternatives du futur. C’est ainsi que les cosmologies des premiers socialistes visent à repenser l’ordre social98. De même, les tentatives communautaires du XIXe siècle font du savoir et de l’enseignement un instrument politique de première importance. Dans la presse ouvrière, les technologies sont ainsi analysées à l’aune des avantages qu’elles peuvent apporter aux prolétaires et des dangers que leur mise sur le marché peut entraîner99. Ces connaissances pour des choix politiques alternatifs ne sont pas strictement liées à l’exercice démocratique ou à l’action publique ; elles mêlent et articulent des savoirs académiques et des références philosophiques.

31Ces savoirs, inclus dans la trame des luttes, s’organisent peu à peu à l’intérieur des partis politiques progressistes qui émergent de façon structurée au début du XXe siècle. Ils mêlent des appuis idéologiques, des connaissances historiques et des savoirs savants.

  • 100 . Yasmine Siblot, « Ouvriérisme et posture scolaire au PCF. La constitution des écoles élémentaires (...)
  • 101 . Bernard Pudal, « Les dirigeants communistes. Du “fils du peuple” à “l’instituteur des masses” », (...)
  • 102 . Ibidem, p. 54.
  • 103 . Ibidem, p. 63.
  • 104 . Idem.
  • 105 . Nathalie Ethuin, « De l’idéologie de l’engagement communiste. Fragments d’une enquête sur les éco (...)

32Le Parti communiste français (PCF) a développé une politique pédagogique particulièrement active auprès de ses militants et de ses cadres. Les « écoles élémentaires » du PCF, constituées dans les années 1920 et 1930, avaient pour objectif, comme l’a montré Yasmine Siblot, de transmettre « un dogme idéologique », des « savoir-faire » et des « compétences politiques ». Mais l’enjeu est également de permettre « une sélection de militants conformes à une norme sociale ouvriériste, celle qui s’impose lors de la bolchévisation100 ». Bertrand Pudal a enquêté sur la « politique de sélection, de promotion et de formation des cadres ouvriers101 » au sein du parti, dans la deuxième moitié des années 1930. Il repère des individus avec un « capital scolaire post-élémentaire non négligeable102 » et, surtout, il met au jour le façonnement d’un « apprentissage du métier de révolutionnaire professionnel103 ». Bertrand Pudal évoque ainsi les « divers mécanismes de gestion du personnel politique communiste » comprenant notamment la lecture d’ouvrages, la saisie des comportements attendus, l’intégration des codes doctrinaux. L’engagement politique et la constitution d’un socle de connaissances pratiques pour la lutte sont au fondement de l’appartenance au parti : « C’est dans l’organisation même de la formation militante que réside l’essentiel du dispositif de fidélisation du personnel politique communiste, celui-ci exploitant le rapport au savoir que les militants ont hérité de l’enseignement primaire104 ». Nathalie Ethuin a prolongé l’analyse de Bertrand Pudal en s’intéressant aux écoles du PCF pour la période 1970-1990. Elle met en évidence la prégnance d’une pédagogie militante donnant accès à une meilleure « compréhension de la société ». Les anciens élèves interrogés « présentent volontiers l’école comme un révélateur de sens et comme le point d’impulsion de leur volonté de savoir, de leur passion de l’étude théorique, qui décuplerait les forces militantes105 ».

  • 106 . Marie-Cécile Bouju, « Les maisons d’édition du PCF, 1920-1956 », Nouvelles Fondations, n° 7-8, 20 (...)
  • 107 . Dominique Lecourt, Lyssenko, Histoire réelle d’une « science prolétarienne », Paris, François Mas (...)

33Le savoir politique est ici inscrit dans des structures partisanes, articulé à des programmes idéologiques et consubstantiel d’un certain mode d’intervention publique (l’engagement électoral, la diffusion des idées). La mobilisation éditoriale du PCF a participé de ce vaste programme de diffusion des connaissances liées à l’engagement et à la vie partisane106. Les limites d’un savoir partisan sont bien connues. Lorsqu’il ne s’agit plus seulement de produire des connaissances pour lutter contre des formes d’oppression diverses, mais que l’enjeu est de définir une science conforme aux intérêts idéologiques, l’autonomie des pratiques scientifiques est alors remise en cause. Ce fut le cas lors des tentatives de Trophim Lyssenko, en URSS à la fin des années 1940, d’interdire les recherches sur la génétique au nom de son « caractère bourgeois107 ».

  • 108 . Sylvie Ollitrault, Militer pour la planète. Sociologie des écologistes, Rennes, Presses universit (...)
  • 109 . Ibidem, p. 96.
  • 110 . Ibidem, p. 107.
  • 111 . Ibidem, p. 108.

34L’engagement partisan communiste suppose des savoirs politiques très nombreux. D’autres partis mobilisent des compétences moins idéologiques que techniques. C’est le cas notamment des écologistes, étudiés par Sylvie Ollitrault. Dès les années 1980, constatant l’insuffisance des anciennes mobilisations sur les sites dangereux, les militants font du « recours à l’expertise » une « stratégie privilégiée108 ». Ils élaborent des propositions alternatives, s’impliquent dans le « processus décisionnel109 ». L’affrontement avec des corps d’ingénieurs d’État rompus à la délibération technique oblige à « développer tout un arsenal d’arguments », ainsi qu’à « présenter des “preuves scientifiques” des limites du projet initial110 ». Sylvie Ollitrault constate qu’« une diffusion générale de l’expertise en tant que registre d’action revendiqué des environnementalistes a atteint l’ensemble du mouvement écologiste111 ». Les savoirs militants initialement requis pour contester les grands projets techniques (comme l’occupation de sites) ont laissé place à une inclusion dans le jeu des argumentations installé par les grands corps de l’État. C’est donc un autre répertoire de savoirs qui se trouvent ainsi ouvert ; il n’est pas moins constitutif de l’identité militante que d’autres formes de connaissances plus politiques. C’est le caractère collectif et partisan (i.e. orienté au préalable par un engagement politique) de ce type de savoir militant qui le distingue de l’expertise profane.

  • 112 . Les temporalités de l’engagement ou de la lutte sont très diverses et la mobilisation des savoirs (...)

35La lutte contre les formes de dominations politiques, économiques et sociales, la mobilisation des principes d’émancipation et la promotion de futurs alternatifs sont des horizons d’attentes très larges. La temporalité syndicale ouvre la voie à la production d’autres savoirs, immédiatement valides dans l’action112. Les tensions épistémiques que génère l’irruption de connaissances aux fins de la lutte syndicale sont parfois très fortes.

  • 113 . Judith Rainhorn, « Le mouvement ouvrier contre la peinture au plomb. Stratégie syndicale, expérie (...)

36Dans la très belle enquête qu’elle a consacrée au « mouvement ouvrier contre la peinture au plomb » au début du XXe siècle, Judith Rainhorn met en parallèle, d’une part l’ « apogée du syndicalisme révolutionnaire et de la grève comme moyen d’action », d’autre part, la relative apathie syndicale « sur les questions sanitaires113 ». La céruse, qui est « identifiée comme responsable de l’intoxication des peintres », n’est pas constituée en problématique politique par les syndicats, notamment la CGT. L’ouvrier Abel Craissac emprunte certes les voies classiques de la contestation (comme la grève), mais il se démarque des modes d’intervention classiques et élargit ses « réseaux d’interconnaissance » en direction de la presse et des milieux médicaux. Cette position le met en porte-à-faux avec « la doctrine révolutionnaire ». Peu à peu, des liens vont se nouer entre certains membres du corps médical (comme le docteur Désiré Verhaeghe, auteur au début du XXe siècle d’une Enquête sur la situation sanitaire des ouvriers peintres en bâtiment de Lille) et le monde ouvrier.

  • 114 . Julian Mischi, « Savoirs militants et rapports aux intellectuels dans un syndicat de cheminots », (...)
  • 115 . Ibidem, p. 139.

37Plus classiquement, le syndicalisme s’est affirmé comme un mode de transmission de savoirs politiques. Dans son enquête auprès d’une section de la CGT des cheminots, Julian Mischi a repéré l’acquisition par les délégués de compétences d’organisation et de synthèse qui reposent sur l’écrit, « ressource clef pour la promotion syndicale114 ». Toutefois, « l’acquisition de savoirs syndicaux ne s’accompagne pas de la promotion culturelle souvent identifiée dans les cas de mobilité sociale par le militantisme115 ». Les frictions avec d’autres membres du syndicat venant de secteurs plus intellectuels sont nombreuses ; elles révèlent des tensions entre la valorisation des savoirs propres au syndicalisme et une extension des registres de connaissances.

  • 116 . Christophe Bonneuil, Frédéric Thomas, Gènes, pouvoirs et profits. Recherche publique et régimes d (...)
  • 117 . Christophe Bonneuil, « Culture épistémique et engagement public des chercheurs dans la controvers (...)
  • 118 . Georges Menahem, La Science et le Militaire, Paris, Seuil, 1976.
  • 119 . Robert Bell, Les péchés capitaux de la haute technologie. Superphénix, Eurotunnel, Ariane 5…, Par (...)
  • 120 . Pour un aperçu général, voir : Renaud Debailly, La critique de la science depuis 1968. Critiques (...)
  • 121 . Renaud Debailly, Mathieu Quet, « Passer les Science and Technology Studies en revue-s. Une cartog (...)
  • 122 . Alain Aubert, Jean-Marc Lévy-Leblond, (Auto)critique de la science, Paris, Seuil, 2013.

38Si le syndicalisme n’est pas le lieu princeps d’une mobilisation par les savoirs, il peut, à l’occasion, devenir un instrument puissant de contestation grâce aux connaissances opposées à certaines décisions politiques ou économiques. Ainsi la Confédération paysanne a fait évoluer ses argumentaires contre les Organismes génétiquement modifiés à la fin des années 1990, en passant d’une critique des risques à une évaluation des enjeux « socio-économiques116 ». Cette contestation des pratiques savantes académiques et/ou utilitaires peut mobiliser les scientifiques eux-mêmes. Christophe Bonneuil a bien montré que, dans le domaine de la génétique, les biologistes s’étaient montrés particulièrement engagés depuis le années 1970 pour souligner les risques d’un usage controuvé des découvertes savantes117. La dénonciation d’une science militarisée118, au service du capitalisme et engagée dans des projets techniques prométhéens119 s’est généralisée après le second conflit mondial et les frappes atomiques sur le Japon. Les scientifiques, informés des conséquences de certaines recherches, ont parfois dénoncé les dangers potentiels de leurs découvertes. Dans le mouvement contestataire des années 1960 et 1970, cette dénonciation n’est pas le propre des savants ; cependant leur participation à ce mouvement s’est traduit par des prises de position tranchantes120 : la revue américaine Science for the People121, le travail d’autocritique de la science mené par le physicien français Jean-Marc Lévy-Leblond122 ont renouvelé une implication civique et politique des scientifiques qui avait déjà une longue histoire.

  • 123 . Christophe Charle, Naissance des « intellectuels », 1880-1900, Paris, Éditions de Minuit, 1990.
  • 124 . Jean-Paul Sartre, Plaidoyer pour les intellectuels, Paris, Gallimard, 1972, p. 38.
  • 125 . Michel Foucault, « La fonction politique de l’intellectuel », dans Dits et écrits, 1954-1988, t.  (...)
  • 126 . Pierre Bourdieu, « La philosophie, la science, l’engagement », dans Didier Eribon (dir.), L’infré (...)
  • 127 . Sur ce point, je me permets de renvoyer à : Jérôme Lamy, Arnaud Saint-Martin, « In or out ? La ri (...)
  • 128 . Gisèle Sapiro, « Modèles d’intervention politique des intellectuels. Le cas français », Actes de (...)

39En effet, depuis l’affaire Dreyfus et l’émergence de la figure de l’intellectuel dont Christophe Charle a rendu compte123, l’intervention publique des scientifiques s’est singularisée par une dénonciation de certaines formes de domination ou d’oppression au nom de la science et d’une argumentation tirée du travail de recherche. L’engagement des philosophes et des sociologues rend bien compte de cette nouvelle articulation théorisée entre production académique et intervention sociale et/ou politique. De ce point de vue, la figure de Sartre constitue la matrice d’une modalité d’action dans l’espace public qui repose sur une certaine réflexivité du philosophe quant aux effets de ses prises de position. Dans son Plaidoyer pour les intellectuels, l’auteur de la Critique de la raison dialectique identifiait chaque « technicien du savoir » à un « intellectuel en puissance puisqu’il est défini par une contradiction qui n’est autre que le combat permanent en lui de sa technique universaliste et de l’idéologie dominante124 ». Michel Foucault et Pierre Bourdieu vont proposer deux alternatives à cette généralisation potentielle de l’intellectuel engagé. Le premier envisageait d’agir en « intellectuel “spécifique”125 » capable de mobiliser ses connaissances les plus pointues pour nourrir les luttes ; le second s’est efforcé de configurer un « “intellectuel collectif”, interdisciplinaire et international, associé au mouvement social le plus critique des compromissions politiques126 ». L’un et l’autre ont apprécié un rapport contrasté à l’engagement : leurs ouvrages et leurs enquêtes ont en effet autant compté pour les luttes émancipatrices que leurs prises de parole127. Gisèle Sapiro note avec raison que la figure de « l’intellectuel critique universaliste (…) n’est plus prédominante en France, elle n’a pas disparu pour autant de la scène internationale et continue à être représentée dans les cultures dotées d’une forte tradition lettrée, ainsi que l’illustrent les exemples de Günter Grass en Allemagne, Noam Chomsky aux USA, Orhan Pamuk en Turquie ou David Grossman en Israël128 ».

  • 129 . William C. Sturtevant, « Studies in Ethnoscience », American Anthropologist, vol. 66, n° 3, 1964, (...)
  • 130 . Éric Fassin, « L’empire du genre. L’histoire politique ambiguë d’un outil conceptuel », L’Homme, (...)
  • 131 . Emmanuelle Sibeud, « Post-colonial et colonial studies : enjeux et débats », Revue d’histoire mod (...)

40Les savoirs en lutte renvoient certes à des formes d’intervention, de captation et de constitution de connaissances qui sont très variées ; les ressources épistémiques mises en jeu n’ont pas toutes la même épaisseur ni la même portée. Ce qui relie entre elles ces différentes formes d’articulation de l’épistémique et du politique, c’est un certain rapport à l’action. L’enjeu, ici, n’est pas seulement de produire des savoirs socialement démarqués (comme pour les savoirs populaires) ou politiquement ajustés (comme pour les savoirs profanes ou citoyens) ; il s’agit de transformer un état du monde dans une perspective émancipatrice. La force de ces savoirs en lutte réside précisément dans leur visée immédiatement contestataire. Le développement des ethnosciences129, des gender studies130 et des postcolonial studies131 s’inscrit dans ce vaste mouvement de reconquête politique des savoirs des dominés.

41Les savoirs militants puisent donc aux sources de ces trois grands ensembles de caractérisation que sont les savoirs populaires, profanes et en lutte. Ils organisent un rapport particulier entre une situation de domination, un horizon émancipateur et des répertoires de connaissances disponibles ou à élaborer. Dans tous les cas, une tension structurelle parcourt les dispositifs de mobilisation des savoirs aux fins d’une transformation de l’ordre social : les connaissances instituées, conquises par l’autonomie scientifique, installée dans un rapport de dé-contextualisation volontaire, s’opposent par principe à des formes des réajustements politiques pour défendre des causes. Mais cette antinomie n’est pas une aporie, loin s’en faut. D’abord tous les savoirs ne sont pas régis par des normes de production académique, et leur efficacité (politique notamment) n’en est pas altérée. Ensuite, l’institutionnalisation de la science a pour conséquence, dans certaines circonstances, des formes de dominations techniques et scientifiques qui peuvent/doivent être contestées. La rationalité des arguments opposés aux grands projets techniques, par exemple, est fondée sur des critères de stricte rigueur scientifique. Enfin, si la conjonction de certains savoirs et de l’action émancipatrice est pertinente, c’est au nom du principe critique de la science visant à soumettre en permanence les acquis de la connaissance à l’épreuve de la réévaluation.

42Les savoirs militants ne sont pas un oxymore. Ils renvoient, encore et toujours, au projet des Lumières d’une émancipation par la connaissance, mais des Lumières informées des dégâts d’une réflexivité insuffisante sur les formes de domination. En somme, ils ajouteraient à l’idéal d’un progressisme universel la prudence (Caute) spinoziste.

Haut de page

Notes

1 . Je remercie Volny Fages pour ses commentaires sur les premières versions de ce texte.

2 . Nicolas Adell, Anthropologie des savoirs, Paris, Armand Colin, 2011, p. 7.

3 . Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard, 1979, p. 61-73.

4 . Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan, de 1294 à 1324, Paris, Gallimard, 1975, p. 451-464.

5 . Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIsiècle, Paris, Aubier, 1976.

6 . Colette Méchin, Benoist Schaal, Sagesses vosgiennes. Les savoirs naturalistes populaires de la vallée de la Plaine, Paris, L’Harmattan, 2010.

7 . Je suis ici la définition donnée par Yves Gingras, Histoire des sciences, Paris, PUF, 2018, p. 3.

8 . Laurent Marchand, « L’émancipation humaine : une histoire équivoque », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 80-81, 2000, p. 42.

9 . Pierre Bourdieu, « Les modes de domination », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, n° 2-3, 1976, p. 122-132.

10 . Thomas Gieryn, « Boundary-Work and the Demarcation of Science from Non-Science : Strains and Interests in Professional Ideologies of Scientists », American Sociological Review, vol. 48, n° 6, 1983, p. 781-795.

11 . Dominique Kalifa, « Culture savante/culture populaire », dans Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, Nicolas Offenstadt (dir.), Historiographies, t. II : Concepts et débats, 2010, p. 994-999.

12 . Pierre Bourdieu, « Vous avez dit populaire ? », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 46, 1983, p. 98-105.

13 . Michel De Certeau, Dominique Julia, Jacques Revel, « La beauté du mort », dans Michel De Certeau, La culture au pluriel, Paris, Seuil, 1993, p. 70.

14 . Roger Chartier, Lecture et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987, p. 247-270.

15 . Volny Fages, Savantes nébuleuses. L’origine du monde entre marginalité et autorité scientifique (1860-1920), Paris, Éditions de l’EHESS, 2018.

16 . Yves Gingras, « What did mathematics do to physics », History of Science, vol. XXXIX, 2001, p. 383-416.

17 . Volny Fages, op. cit., p. 108. Pour une tentative de déconstruction de la notion de popular science, voir Ralph O’Connor, « Reflections on Popular Science in Britain : Genres, Categories, and Historians », Isis, vol. 100, n° 2, p. 341.

18 . Howard M. Wach, « Culture and the Middle Classes : Popular Knowledge in Industrial Manchester », Journal of British Studies, vol. 77, n° 4, 1988, p. 375-404.

19 . Florike Egmeond, Peter Mason, « Skeletons on Show : Learned Entertainment and Popular Knowledge », History Workshop Journal, n° 41, 1996, p. 112 (J’ai traduit l’ensemble des extraits de textes initialement en anglais).

20 . Roger Cotter, Stephen Pumfrey, « Separate Spheres and Public Places : Reflections on the History of Science Popularization and Science in Popular Culture », History of Science, vol. XXXII, 1994, p. 252 (ma traduction).

21 . Ann B. Stheir, « Botanical Dialogues : Maria Jacson and Women’s Popular Science Writing in England », Eighteenth-Century Studies, vol. 23, n° 3, 1990, p. 304.

22 . Ibidem, p. 312.

23 . Ibidem, p. 314.

24 . Ann Secord, « Science in the Pub : Artisans botanists in early nineteenth-century Lancashire », History of Science, vol. XXXII, 1994, p. 269-315.

25 . Ibidem, p. 273

26 . Ibidem, p. 292.

27 . Ibidem, p. 291.

28 . Ibidem, p. 297.

29 . Arlette Boulogne, Des livres pour éduquer les citoyens. Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881), Paris, L’Harmattan, 2016, p. 13.

30 . Jean-Charles Geslot, Agnès Sandra, « Les débuts de la bibliothèque populaire de Versailles : lecture et politique au temps de la libéralisation de l’Empire », Romantisme, n° 177, 2017, p. 31.

31 . Ibidem, p. 36.

32 . Ibidem, p. 38.

33 . Geneviève Poujol, « Éducation populaire : une histoire française », Hermès, n° 42, 2005, p. 126-130. Voir notamment : Josiane Boulad-Ayoud (dir.), Former un nouveau peuple ? Pouvoir, éducation, révolution, Paris, L’Harmattan, 1996 ; Carole Christen, Caroline Fayolle (dir.), « Les écoles du peuple à l’ère des révolutions du XIXe siècle (1815-1880) », dossier de la Revue d’histoire du XIXe siècle, n° 55, 2017/2 ; Carole Christen, Laurent Besse (dir.), Histoire de l’éducation populaire (1815-1945). Perspectives françaises et internationales, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2017 ; Carole Christen (dir.), « L’éducation industrielle et les savoirs enseignés aux ouvriers adultes (1800-1870) », dossier de la revue Les Études sociales, n° 159, 2014. Parallèlement, l’histoire de l’enseignement technique et de l’apprentissage a également fait l’objet d’une série d’enquêtes innovantes, voir en particulier : Stéphane Lembré, Histoire de l’enseignement technique, Paris, La Découverte, 2016 ; Stéphane Lembré, « La “crise” de l’apprentissage : de l’échec à la loi (fin XIXe siècle-années vingt) », dans Natacha Coquery, Matthieu de Oliveira (dir.), L’échec a-t-il des vertus économiques ?, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2015, p. 309-318 ; Stéphane Lembré, « L’histoire de l’enseignement technique et professionnel. Le poids de l’offre locale », dans Marguerite Figeac-Monthus, Jean-François Condette (dir.), Sur les traces du passé de l’éducation… Patrimoines et territoires de la recherche en éducation dans l’espace français, Bordeaux, Maison des Sciences de l’homme d’Aquitaine, 2014, p. 173-182 ; Stéphane Lembré, L’école des producteurs. Aux origines de l’enseignement technique (1800-1940), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

34 . Christophe Premat, « L’engagement des intellectuels au sein des Universités Populaires », Tracés. Revue de Sciences Humaines, n° 11, 2006, p. 77.

35 . Bernadette Bensaude-Vincent, La science contre l’opinion. Histoire d’un divorce, Paris, Les Empêcheurs de tourner en rond, 2003, p. 67.

36 . Ibidem, p. 106.

37 . Ibidem, p. 227.

38 . Clifford D. Conner, Histoire populaire des sciences, Paris, L’Échappée, 2011, p. 13.

39 . Ibidem, p. 14.

40 . Hervé Guillemain, Nathalie Richard, « Introduction. Towards a Contemporary Historiography of Amateurs in Science (18th–20th century », Gesnerus. Vol. 73, n° 2, 2016, p. 210.

41 . Ibidem, p. 214 (ma traduction).

42 . Ibidem, p. 223.

43 . Florian Charvolin, « Comment penser les sciences naturalistes “à amateurs” à partir des passions cognitives », Natures Sciences Sociétés, vol. 17, 2009, p. 147.

44 . Ibidem, p. 147.

45 . Ibidem, p. 148.

46 . Lorna Heaton, Florence Millerand, Élodie Crespel, Serge Proulx, « La réactualisation de la contribution des amateurs à la botanique. Le collectif en ligne Tela Botanica », Terrains & Travaux, n° 18, 2011, p. 155-173.

47 . André Micoud, Lucie Dupré, « Savoirs publics sur la nature et politiques de l’environnement : rôle et place des naturalistes amateurs et des professionnels », dans Florian Charvolin, André Micoud, Lynn K. Nyhart (dir.), Des sciences citoyennes ? La question de l’amateur dans les sciences naturalistes, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2007, p. 229.

48 . Francis Chateauraynaud, Didier Torny, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’EHESS, 2013 [1999], p. 34.

49 . Ibidem, p. 36.

50 . Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz, Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations, Paris, Éditions Pétra, 2017, p. 373-439.

51 . Yves Lochard, Maud Simonet, « Les experts associatifs entre savoirs profanes, militants et professionnels », dans Didier Demazière, Charles Gadéo (dir.), Sociologie des groupes professionnels. Acquis et nouveaux défis, Paris, La Découverte, 2009, p. 275.

52 . Eliot Freidson, « Client Control and Medical Practice », American Journal of Sociology, vol. 65, n° 4, 1960, p. 377.

53 . Ibidem, p. 379.

54 . Ce point est noté par Yves Lochard et Maud Simonet, « Les experts associatifs entre savoirs profanes, militants et professionnels », art. cit., p. 275.

55 . Howard Becker, « The lay referral system », Knowledge, Work & Society / Savoir, travail et société, vol. 4, n° 2, 2006, p. 63-76.

56 . Yves Lochard et Maud Simonet, « Les experts associatifs entre savoirs profanes, militants et professionnels », art. cit., p. 275.

57 . Idem.

58 . Ibidem, p. 277.

59 . Ibidem, p. 279. C’est dans ce cadre que l’on peut comprendre les « forums hybrides » identifiés par Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthes. Dans ces espaces qui délaissent les partages épistémiques traditionnels, « les profanes osent intervenir dans les questions techniques ; les citoyens se regroupent pour élaborer de nouvelles identités et les exprimer, délaissant leurs porte-parole usuels (…). Le forum hybride est donc un dispositif d’élucidation » (Michel Callon, Pierre Lascoumes, Yannick Barthes, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil, 2001, p. 59).

60 . Ibidem, p. 283.

61 . Annick Tijou-Traoré, « L’expérience dans la production de savoirs profanes sur le diabète chez les patients diabétiques à Bamako (Mali) », Sciences sociales et santé, vol. 28, 2010, p. 65.

62 . Ibidem, p. 66.

63 . Ibidem, p. 67.

64 . Idem.

65 . Donna Haraway a proposé la notion de « savoirs situés » pour évoquer « une doctrine d’objectivité incorporée qui accueille les projets féministes paradoxaux et critiques sur la science ». (Donna Haraway, Le manifeste Cyborg et autres essais. Sciences, fictions, féminismes, Paris, Exils Éditeur, 2007, p. 115). Ce type de savoir s’oppose « à un savoir non localisable et donc irresponsable » (Ibidem, p. 119). Cette approche pose cependant la question d’une visée universelle des connaissances émancipatrices à partir de savoirs situés et dispersés.

66 . Gilles Deleuze, Félix Guattari, Capitalisme et schizophrénie, Mille plateaux, Paris, Éditions de Minuit, 1980, p. 260.

67 . Maël Dieudonné, « L’instrumentation profane. Sur l’usage d’instruments de mesure des champs électromagnétiques par les personnes hypersensibles », Revue d’Anthropologie des Connaissances, vol. 10, n° 3, 2016, p. 424. Voir également : Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz, « Le partage de l’hypersensible : le surgissement des électrohypersensibles dans l’espace public », Sciences sociales et santé, vol. 28, 2010, p. 5-33.

68 . Steven Epstein, Impure Science. AIDS, Activism and the Politics of Knowledge, Berkeley, University of California Press, 1996, p. 350.

69 Ibidem, p. 351.

70 Ibidem, p. 352.

71 . Laurent Vidal, « La transmission. Le sida et ses savoirs », L’Homme, t. 39, n° 150, 1999, p. 60.

72 . Ibidem, p. 79.

73 . Madeleine Akrich, Vololona Rabeharisoa, « L’expertise profane dans les associations de patients, un outil de démocratie sanitaire », Santé Publique, vol. 24, 2012, p. 70.

74 . Ibidem, p. 72.

75 . Ibidem p. 74.

76 . Idem.

77 . Phil Brown, « Popular Epidemiology and Toxic Waste Contamination : Lay and Professional Ways of Knowing », Journal of Health and Social Behavior, vol. 33, 1992, p. 267-281.

78 . Phil Brown, « Retour sur l’épidémiologie populaire », dans Madeleine Akrich, Yannick Barthe, Catherine Rémy (dir.), Sur la piste environnementale. Menaces sanitaires et mobilisations profanes, Paris, Presses des Mines, 2010, p. 56-57.

79 . Ibidem, p. 57.

80 . Pascal Marichalar, Qui a tué les ouvriers de Givors ? Une enquête de sciences sociales, Paris, La Découverte, 2017, p. 123-127. Cette tension était également présente dans le travail de Madeleine Akrich et Vololona Rabeharisoa mentionné plus haut.

81 . Pour une synthèse sur cette question très importante, voir : Mathias Girel, « Agnotologie, mode d’emploi », Critique, n° 799, 2012, p. 964-977.

82 . Yves Sintomer, « Du savoir d’usage au métier de citoyen », Raisons politiques, n° 31, 2008, p. 116.

83 . Ibidem, p. 117.

84 . Ibidem, p. 119.

85 . Ibidem, p. 120.

86 . Ibidem, p. 121.

87 . Ibidem, p. 122.

88 . Ibidem, p. 123.

89 . Ibidem, p. 124.

90 . Ibidem, p. 126.

91 . Ibidem, p. 132.

92 . Héloïse Nez, « Nature et légitimités des savoirs citoyens dans l’urbanisme participatif. Une enquête ethnographique à Paris », Sociologie, vol. 2, n° 4, 2011, p. 389. (Voir également : Héloïse Nez, « Les savoirs citoyens dans l’urbanisme participatif : regards croisés sur les expériences de Paris et Cordoue », Droit et gestion des collectivités territoires, t. 32, 2012, p. 801-811.

93 . Ibidem, p. 391.

94 . Idem.

95 . Ibidem, p. 394.

96 . Jacques Rancière, La nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier, Paris, Fayard, 1981.

97 . Gabriel Gauny, Le philosophe plébéien, Textes rassemblés et présentés par Jacques Rancière, Paris, La Fabrique, 2017.

98 . Volny Fages, « Ordonner le monde, changer la société. Les systèmes cosmologiques des socialistes du premier XIXe siècle », Romantisme, n° 159, 2013, p. 123-134.

99 . Betsey Price, « “Javelot, miroir, arène, bouclier”. Les quatre dimensions de la technologie dans L’Écho de la Fabrique », dans Ludovic Frobert (dir.), L’Écho de la fabrique. Naissance de la presse ouvrière à Lyon, Lyon, ENS Éditions, Institut d’histoire du Livre, 2010, p. 277-309.

100 . Yasmine Siblot, « Ouvriérisme et posture scolaire au PCF. La constitution des écoles élémentaires (1925-1936), Politix, Revue des sciences sociales du politique, vol. 15, n° 58, 2002, p. 188.

101 . Bernard Pudal, « Les dirigeants communistes. Du “fils du peuple” à “l’instituteur des masses” », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 71-72, 1988, p. 46.

102 . Ibidem, p. 54.

103 . Ibidem, p. 63.

104 . Idem.

105 . Nathalie Ethuin, « De l’idéologie de l’engagement communiste. Fragments d’une enquête sur les écoles du PCF (1970-1990) », Politix, Revue des sciences sociales du politique, vol. 16, n° 63, 2003, p. 153.

106 . Marie-Cécile Bouju, « Les maisons d’édition du PCF, 1920-1956 », Nouvelles Fondations, n° 7-8, 2007, p. 260-265.

107 . Dominique Lecourt, Lyssenko, Histoire réelle d’une « science prolétarienne », Paris, François Maspero, 1976.

108 . Sylvie Ollitrault, Militer pour la planète. Sociologie des écologistes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 93.

109 . Ibidem, p. 96.

110 . Ibidem, p. 107.

111 . Ibidem, p. 108.

112 . Les temporalités de l’engagement ou de la lutte sont très diverses et la mobilisation des savoirs s’étend parfois dans le temps. C’est le cas par exemple de la « reconversion » des savoirs militants des juristes argentins ayant subi la période de dictature et dont l’influence dans l’appareil d’État ne s’est fait ressentir qu’après le retour à la démocratie. Voir : Candice Martinez, « Reconversion d’un savoir militant en expertise étatique : l’exemple de la réforme autour de la sécurité en Argentine », Revue internationale des études du développement, n° 230, 2017, p. 151-169.

113 . Judith Rainhorn, « Le mouvement ouvrier contre la peinture au plomb. Stratégie syndicale, expérience locale et transgression du discours dominant au début du XXe siècle », Politix, Revue des sciences sociales du politique, n° 91, 2010, p. 10.

114 . Julian Mischi, « Savoirs militants et rapports aux intellectuels dans un syndicat de cheminots », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 196-197, 2013, p. 138.

115 . Ibidem, p. 139.

116 . Christophe Bonneuil, Frédéric Thomas, Gènes, pouvoirs et profits. Recherche publique et régimes de production des savoirs de Mendel aux OGM, Versailles, Éditions Quae, Lausanne, FPH, 2009, p. 391.

117 . Christophe Bonneuil, « Culture épistémique et engagement public des chercheurs dans la controverse OGM », Nature Sciences Sociétés, vol. 14, 2006, p. 257-268.

118 . Georges Menahem, La Science et le Militaire, Paris, Seuil, 1976.

119 . Robert Bell, Les péchés capitaux de la haute technologie. Superphénix, Eurotunnel, Ariane 5…, Paris, Seuil, 1998.

120 . Pour un aperçu général, voir : Renaud Debailly, La critique de la science depuis 1968. Critiques des sciences et études des sciences en France après Mai 1968, Paris, Hermann, 2015 ; Mathieu Quet, Politiques du savoir. Sciences, technologies et participation dans les années 1968, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, 2013.

121 . Renaud Debailly, Mathieu Quet, « Passer les Science and Technology Studies en revue-s. Une cartographie du champ par ses périodiques », Zilsel, n° 1, 2017, p. 44-47.

122 . Alain Aubert, Jean-Marc Lévy-Leblond, (Auto)critique de la science, Paris, Seuil, 2013.

123 . Christophe Charle, Naissance des « intellectuels », 1880-1900, Paris, Éditions de Minuit, 1990.

124 . Jean-Paul Sartre, Plaidoyer pour les intellectuels, Paris, Gallimard, 1972, p. 38.

125 . Michel Foucault, « La fonction politique de l’intellectuel », dans Dits et écrits, 1954-1988, t. III : 1976-1979, Paris, Gallimard, 1994, p. 109.

126 . Pierre Bourdieu, « La philosophie, la science, l’engagement », dans Didier Eribon (dir.), L’infréquentable Michel Foucault. Renouveaux de la pensée critique, Paris, EPEL, 2001, p. 194.

127 . Sur ce point, je me permets de renvoyer à : Jérôme Lamy, Arnaud Saint-Martin, « In or out ? La ritournelle sartrienne de “l’engagement” chez Foucault, Bourdieu et quelques autres », dans Jean-François Bert, Jérôme Lamy (dir.), Michel Foucault. Un héritage critique, Paris, CNRS éditions, 2014, p. 307-329.

128 . Gisèle Sapiro, « Modèles d’intervention politique des intellectuels. Le cas français », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 176-177, 2009, p. 31 ; voir également : Frédéric Matonti, Gisèle Sapiro, « L’engagement des intellectuels : nouvelles perspectives », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 176-177, 2009, p. 4-7.

129 . William C. Sturtevant, « Studies in Ethnoscience », American Anthropologist, vol. 66, n° 3, 1964, p. 99-131 ; Marcel Fournier, « Réflexions théoriques et méthodologiques à propos de l’ethnoscience », Revue française de sociologie, vol. XII, n° 4, p. 459-482.

130 . Éric Fassin, « L’empire du genre. L’histoire politique ambiguë d’un outil conceptuel », L’Homme, n° 187-188, 2008, p. 375-392.

131 . Emmanuelle Sibeud, « Post-colonial et colonial studies : enjeux et débats », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 51-4 bis, 2004, p. 87-95.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Lamy, « Savoirs militants », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 138 | 2018, 15-39.

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Savoirs militants », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 138 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6773

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

CNRS–CERTOP–UT2J

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page