Navigation – Plan du site
DOSSIER

La difficile acquisition de la « science de son malheur »

David Hamelin
p. 59-79

Résumé

La construction et le développement du syndicalisme français à la Belle Époque s’accompagnent de l’exigence partagée de construire des savoirs militants. Ils doivent faciliter la compréhension des mécanismes de domination auxquels sont confrontés les travailleurs et permettre de légitimer le rôle du syndicalisme incarné par la toute jeune CGT. Cette exigence, qui s’illustre de différentes façons (statistiques du marché du travail, enseignement, enquêtes ouvrières…) n’en est pas moins limitée par la modestie des moyens dont le syndicalisme dispose, par le manque d’intérêt des syndiqués eux-mêmes, mais aussi par la concurrence avec la force publique, qui déploie parallèlement ses propres outils d’observation et d’encadrement du monde social.

Haut de page

Texte intégral

1Les questionnements qui président à l’élaboration de cet article, à savoir comment et pourquoi le premier syndicalisme en France s’emploie entre le début des années 1890 et 1914 à construire et diffuser des savoirs, des connaissances ou des expertises, résultent de l’incroyable diversification depuis le début des années 2000 des travaux ayant trait au syndicalisme, ou plus largement au monde du travail. Ceux-ci ont ouvert et mis en lumière l’extraordinaire capacité des structures portant la voix du milieu populaire à agir de façon multiple sur différents terrains, qu’il s’agisse de la santé au travail, du droit, de l’éducation, de l’enquête sociale...

2Dans le cheminement qui est le mien, il est important de rappeler le rôle de deux historiens qui très tôt m’ont incité à porter le regard sur des pratiques syndicales considérées comme moins « héroïques » que les grèves, les mouvements sociaux ou les conquêtes sociales, mais qui participent tout autant à l’enracinement et à la légitimation du fait syndical en France ou en Europe.

  • 1 Michelle Perrot, « Note sur le positivisme ouvrier », Dossier « Les Positivismes », Romantisme, 197 (...)
  • 2 Journée d’études Mouvements ouvriers et positivisme organisée le 16 mars 2018 à la Chapelle de l’Hu (...)

3Michelle Perrot, en premier lieu, attirait l’attention des historiens à la fin des années 1970 sur le rôle méconnu et pourtant capital des positivistes ouvriers dans la construction du syndicalisme naissant à la fin du 19ème siècle, tout particulièrement Auguste Keufer, secrétaire de la Fédération du livre, qui, en fondant « une véritable science du travail, guide de la réforme sociale, (…) espéraient être les lumières de la démocratie culturelle1 ». Au-delà des mots et des intentions, Michelle Perrot montre que ces syndicalistes positivistes agissent en faveur de cette science du travail, par l’entremise des congrès ouvriers et syndicaux et de leurs publications, pour imprimer leur marque sur le mouvement ouvrier. Ces liens entre positivisme et monde du travail, isolés et trop longtemps négligés, font fort opportunément l’objet d’un intérêt renouvelé, comme en témoigne l’organisation d’une journée d’étude stimulante en mars 20182

  • 3 Michel Dreyfus, Sandrine Kott, Michel Pigenet et Noel Whiteside, « Les bases multiples du syndicali (...)

4En second lieu, il importe de rappeler le rôle de Michel Dreyfus qui, réintroduisant dans ses recherches le concept de « syndicalisme à bases multiples3 », permet de penser autrement, pour ne pas dire de façon plus complète, le syndicalisme de la période qui nous mobilise ici. Le syndicalisme se porte dans cette acception sur au moins deux jambes : l’une poussant vers le rapport de force, le conflit, la grève ou d’autres formes de luttes sociales, l’autre agissant pour répondre aux besoins sociaux immédiats, via la mise en place de services, d’œuvres sociales, la gestion d’organismes mutualistes ou d’assurances sociales, la cogestion dans la seconde moitié du 20ème siècle, ou encore la négociation collective. Cette dimension gestionnaire, bien que balbutiante et spécifique dans le cas français, si on le compare à ses voisins européens, oblige très rapidement les syndicalistes à construire une expertise minimale, ne serait-ce que pour répondre utilement aux besoins des populations couvertes, mais aussi respecter le cadre réglementaire ou encore développer ou maintenir un niveau de connaissances en face des experts gouvernementaux ou patronaux.

  • 4 Pour ne citer que quelques références : Paul Ariès, « Inspection du travail et Inspection ouvrière (...)

5À ces recherches pionnières s’ajoutent différents travaux menés ces dernières années, qui, sans se consacrer uniquement au syndicalisme ou à la CGT, participent d’un renouveau historiographique rendant compte du développement de savoirs spécifiques au champ syndical, utiles tant pour les organismes syndicaux que pour les pouvoirs publics4.

6Dans cette France du tournant des 19ème et 20ème siècles, les milieux ouvriers ou représentatifs du monde du travail cherchent en premier lieu à s’organiser en direction des partis socialistes ou des syndicats de salariés, répartis jusqu’en 1895 entre de la Fédération nationale des syndicats et la Fédération des Bourses du travail. Ces milieux recherchent d’autre part à inscrire leur projet dans la durée, à asseoir leur influence dans la population ouvrière et contribuer à l’œuvre révolutionnaire.

7Cet article se propose de porter le regard sur trois dimensions structurantes du premier syndicalisme, qui participent à sa légitimation dans l’espace social et à l’affirmation de son projet révolutionnaire. Seront étudiés tout d’abord le rapport et le recours à la statistique, discipline prisée par les syndicalistes et à partir de laquelle un office dédié est constitué. Dans un deuxième temps, l’enseignement, la pédagogie et plus généralement le développement d’une science de l’éducation syndicale seront mis en lumière. Enfin sera abordé le rôle essentiel accordé aux enquêtes sociales et ouvrières remises alors au goût du jour et qui doivent participer à éclairer les travailleurs sur leurs conditions d’existence et leur pouvoir d’agir.

  • 5 Pierre Bance, Les fondateurs de la CGT à l’épreuve du droit (1876-1902), Claix, La pensée sauvage, (...)
  • 6 L’histoire de la santé au travail a connu un réel et salutaire renouveau depuis le début des années (...)
  • 7 Claude Geslin, Le syndicalisme ouvrier en Bretagne jusqu’à la Première Guerre mondiale, 2 volumes, (...)

8Ces dimensions mises en exergue ne sauraient rendre compte de l’ensemble du spectre des réseaux syndicaux et des savoirs développés par et pour les syndicalistes révolutionnaires de la Belle Époque. Pensons ici à l’expertise juridique développée par les nombreuses Bourses du travail, qui mettent à profit les savoirs dont disposent les conseillers prud’homaux, les avocats sensibles à la cause ouvrière et certains professeurs de droit5, ou aux tentatives certes balbutiantes, mais pour le moins innovantes en matière d’hygiène et de santé au travail6. Celles-ci se traduisent par la mise en œuvre d’enquêtes ouvrières spécifiques, de conférences éducatives, par la création dans certaines localités de cliniques syndicales ou de dispensaires médico-chirurgicaux dont l’objectif premier est de prodiguer des soins aux accidentés du travail, tout en assurant aux travailleurs l’accès à des professionnels de santé indépendants des compagnies d’assurance patronales7.

  • 8 Ian Lubek, Erika Apfelbaum, « Les “études de psychologie sociale” d’Augustin Hamon », Hermès, La Re (...)

9Enfin, les réseaux militants et personnalités qui gravitent autour de la CGT ont participé pour certains à l’élaboration directe de nouvelles disciplines, comme Augustin Hamon, qui a contribué aux côtés de figures connues, comme Gustave Le Bon ou Gabriel Tarde, à l’invention de la psychologie sociale8. Cette approche féconde, qui illustre sous une autre forme ces entreprises liées à la connaissance, ne pourra être développée dans le cadre de cet article.

La statistique au service du travail

  • 9 Peter Schöttler, Naissance des Bourses du travail. Un appareil idéologique d’État à la fin du XIXe  (...)
  • 10 Benjamin Jung, « Le rêve d’un placement ouvrier au service de la lutte des classes : les Bourses du (...)
  • 11 Ve congrès tenu à Tours du 9 au 12 septembre 1896. Compte rendu analytique, Fédération des Bourses (...)
  • 12 Ibid., p. 105.

10Il n’est pas inutile de rappeler, comme ont pu le démontrer Peter Schöttler9 ou Benjamin Jung10, que c’est autour de la bataille contre le placement privé que le mouvement des Bourses du travail, initié à Paris et dont le modèle s’est ensuite généralisé dans le reste de la France ou à l’étranger, a pu se consolider et se diffuser. Ce combat, à défaut d’institutions publiques dédiées ou efficaces, consiste pour les organisations syndicales qui se fédèrent autour des Bourses du travail à maîtriser autant que possible le marché du travail par et pour les ouvriers. Outre les questions sociétales ou revendicatives, il n’est pas exagéré de considérer que pour les premiers syndicalistes, du moins jusqu’au tout début des années 1900, c’est un des deux sujets prioritaires, avec la mise en place des cours d’enseignement professionnel. Un outil est privilégié : la statistique. Elle est présentée comme une science, une pratique qui donne accès à une connaissance suffisante, sinon complète de l’objet de savoir. Pour les représentants de la Bourse du travail de Nîmes, qui s’expriment à l’occasion du congrès de la Fédération des Bourses en 1896, la statistique est « cette science nouvelle appelée à prendre une place de plus en plus prépondérante dans la vie des sociétés11 ». Son rôle est capital, car par la tenue de celles-ci sur des sujets aussi divers que le coût de l’entretien de chaque individu ou le nombre de travailleurs, les Bourses « connaîtraient ainsi la somme des produits en excédent dans cette région et des produits employés et consommés dont elle s’approvisionne, soit dans d’autres régions, dans d’autres pays, dans d’autres continents12 ». Réagissant et complétant ce rapport, Fernand Pelloutier, alors secrétaire de la Fédération des Bourses, conclut ainsi son intervention :

  • 13 Ibid., p. 115.

« Voilà l’état nouveau à quoi doivent se préparer les Bourses du travail, en étudiant les régions qu’elles embrassent, en apprenant, avec les besoins, les ressources industrielles, les zones de culture, la densité de la population, en devenant des écoles de propagande, d’administration et d’étude, en se rendant, pour tout dire en un mot, capables de supprimer et de remplacer l’organisation sociale présente. »13

  • 14 Voir dans le présent dossier l’article de Jean-Charles Buttier portant sur la figure de James Guill (...)

11Les rapports entre la statistique et le monde ouvrier sont anciens et, sans qu’il soit possible d’en faire ici l’histoire, il est assez évident que l’attrait des militants de la cause ouvrière pour cette pratique scientifique existe déjà parmi les initiateurs de la Première Internationale14.

  • 15 Dans le premier article des statuts de la FBT votés à l’unanimité, alinéa 4, il est rappelé que le (...)
  • 16 VIIe congrès national corporatif des chambres syndicales, groupes corporatifs, fédérations des méti (...)

12Cette mission essentielle du syndicalisme s’inscrit directement dans les statuts de la Fédération des Bourses du travail à sa fondation en 189215, puis un peu plus tard en 1895, au sein de ceux de la CGT. Dans le paragraphe III de ces statuts, il est notifié que le Conseil national administrant la CGT a, parmi ses nombreuses attributions, celle de produire la « statistique du travail16 ». Lors du second congrès de fondation de la CGT, qui se déroule à Montpellier en 1902 et qui marque l’intégration de la Fédération des Bourses du travail, qui devient à cette occasion « Section des Bourses de la CGT », cette dimension est davantage précisée. À l’article 10 des statuts rénovés, il est indiqué que la section des Bourses :

  • 17 XIIIcongrès national corporatif, tenu à Montpellier les 22, 23, 24, 25, 26 et 27 septembre 1902 d (...)

« dresse périodiquement, avec les renseignements fournis par les Bourses du travail ou toute autre organisation syndicale, des statistiques de la production en France, de la consommation, du chômage, des statistiques comparées des salaires et du coût des vivres par région, ainsi que du placement gratuit qu’elle généralise aux travailleurs des deux sexes et de tout corps d’état. » 17

13En l’espace de dix ans, le rôle des statistiques s’amplifie : devant à l’origine seulement porter leur attention sur le marché du travail, elles doivent progressivement englober un spectre plus large de phénomènes sociaux en lien avec les velléités transformatrices de la CGT, imprégnées des valeurs et objectifs syndicalistes révolutionnaires.

14Or, les syndicalistes, et Fernand Pelloutier le premier, sont conscients de la rudesse et de la lourdeur de la tâche. Contrôler le marché du travail, mais aussi offrir un service utile et de qualité, nécessite de disposer d’outils permettant d’agréger des données, de les traiter et de les diffuser. Les Bourses témoignent des difficultés à établir régulièrement cette statistique du travail et, dans les faits, peu de données sont réellement collectées. En 1897, l’Union des syndicats de la Seine rappelle dans un rapport critique qu’elle n’a :

  • 18 Xe congrès national des Bourses du travail de France et des colonies tenu à Alger les 15, 16, 17 et (...)

« pas la prétention d’exiger de la statistique établie, nous savons trop bien que ce travail est très long, très difficulteux ; mais s’en est-on occupé, car la statistique a une grande importance, c’est le meilleur moyen de connaître nos forces et c’est elle également qui, par ses chiffres, peut venir appuyer et rendre irréfutables nos arguments pour combattre la bourgeoisie capitaliste. » 18

  • 19 Le viaticum est défini ainsi par Pelloutier : « Qu’est-ce que le viatique ? C’est une allocation pe (...)
  • 20 Ibid., p. 300.
  • 21 La mise en place de cet office fut l’occasion pour les détracteurs de Pelloutier au sein de la CGT (...)

15Au-delà des mots et des intentions, il convient de matérialiser ce travail statistique en faveur de la gestion de la main-d’œuvre. Lors des congrès de la Fédération des Bourses en 1897 et 1898, il est possible de mettre sur pied un Office national ouvrier de statistique et de placement, qui est doté de statuts à part entière en 1900. Il s’agit en quelque sorte de centraliser le dispositif dans une logique d’efficacité. Antérieurement, les Bourses étaient seules à établir de telles statistiques et le service du viaticum19, aussi appelé « secours de voyage », qui dépendait étroitement de la qualité des données et de la rapidité de leur transmission, en était affecté. En effet chaque Bourse ne dispose pas des mêmes moyens, ni des mêmes modalités d’attribution de l’aide (généralement une partie en numéraire et une autre en nature, dans le but d’éviter les dérives). L’Office, par le recueil et le traitement des données, rendrait possible la mise en œuvre d’un viaticum collectif réservé aux seuls syndiqués, avec des règles communes s’imposant à toutes les Bourses, qui permettent de s’inscrire dans une dynamique plus proche du mutuellisme proudhonien promu par les syndicalistes que de la pure philanthropie. Contrôlé par le Comité fédéral des Bourses, cet office, qui bénéficie d’une aide ministérielle de 5 000 francs à son démarrage, est « exclusivement chargé de dresser chaque semaine la statistique des emplois vacants dans le ressort des Bourses du travail20 ». Les statuts prévoient que le travail soit effectué par un employé, éventuellement secondé d’un auxiliaire, devant élaborer ces statistiques à partir des données transmises par les Bourses, puis se charger de l’impression et de l’expédition d’un exemplaire auprès de chaque Bourse21.

  • 22 IXe congrès national des Bourses du travail de France et des colonies, tenu à Nice les 17, 18, 19, (...)

16Le fonctionnement effectif et quotidien de l’Office reste mal documenté. À l’occasion des congrès de la Fédération, puis de la Section des Bourses, ses réalisations sont présentées et discutées. En 1901, le congrès fait état de 2 035 placements sur l’année 1900 (avec une ventilation par métier, localité, âge, situation au regard de l’illettrisme…) et d’un travail avec les autorités locales (préfectures, mairies et employeurs) pour identifier les futurs chantiers et ainsi mieux diriger les chômeurs vers les besoins du moment22.

  • 23 Xe congrès national des Bourses du travail de France et des colonies, op. cit., p. 25-26.

17Mais l’essentiel des échanges sur le sujet concerne le manque de moyens pour accomplir ce travail fastidieux. Albert Lévy, délégué de l’Office, rappelle en 1902 que la faiblesse structurelle de l’institution ouvrière reste l’argent23. Cette faiblesse, chronique malgré le soutien financier du ministère du Commerce, était déjà discutée lors du congrès précédent à Nice en 1901, au sein duquel différentes pistes sont explorées, comme le fait de demander des cofinancements aux municipalités... L’autre difficulté réside dans la remontée aléatoire ou inégale des informations. Les congressistes s’opposent régulièrement sur le supposé trop faible investissement lié à ce dispositif des secrétaires locaux des Bourses, accaparés par une multitude de tâches.

  • 24 XVe congrès national corporatif (IXe de la confédération) et conférence des Bourses du travail, ten (...)

18Progressivement, l’utopie d’un service efficient de statistique et de placement disparaît et le sujet perd en importance dans les échanges et la presse syndicale. La situation de l’Office est discutée une dernière fois brièvement lors du congrès de la CGT en 1906. Pâtissant de baisses de subventions du ministère du Commerce, mais aussi de dettes qui n’ont pu être réglées que tardivement et de dissensions entre Bourses sur la provenance des fonds, l’Office, et au travers de cet outil l’ambition de saisir la réalité des mouvements de main-d’œuvre, est de fait enterré24.

Une « éducation syndicaliste, scientifique et professionnelle25 » ?

  • 25 Albert Thierry, « Principe d’une Éducation syndicaliste », La Vie Ouvrière, n° 63, 5 mai 1912, p. 1 (...)
  • 26 David Hamelin, « Les Bourses du travail : entre éducation politique et formation professionnelle », (...)
  • 27 Gilles Candar, Guy Dreux et Christian Laval, Socialismes et éducation au XIXe siècle, Bordeaux, Le (...)

19Le premier syndicalisme accorde une place déterminante à la question de l’éducation et de la connaissance26, inscrivant ses pas dans une longue tradition dans le mouvement ouvrier et socialiste d’émancipation par l’éducation27.

  • 28 Un autre paradoxe peut être souligné : plusieurs de ces contributeurs, bien que philo-syndicalistes (...)

20Cette thématique s’exprime avec force et récurrence au sein de différents supports, qu’il s’agisse de la presse syndicale, des congrès syndicaux, voire d’ouvrages. Si elle mobilise des militants en vue, souvent anarchistes comme Fernand Pelloutier, Émile Janvion, Georges Airelle, Léon Clément, Albert Thierry, Léon Jouhaux, Charles-Ange Laisant, ou pleinement syndicalistes révolutionnaires comme Louis Niel ou Francis Delaisi, il est notable que ces sujets sont également saisis par de nombreux responsables syndicaux représentants de fédérations ou de Bourses, ne limitant pas ce sujet à un petit groupe d’experts28. Le corolaire de la multiplication des acteurs est l’absence d’une doctrine figée, univoque. Les débats peuvent être vifs, contradictoires, parfois désincarnés, alors que le pur intellectualisme est théoriquement rejeté par la famille syndicaliste révolutionnaire. Elle se traduit également par de nombreuses expérimentations tout au long de la Belle Époque. Mentionnons ici les cours d’enseignement professionnel général, profitant à des dizaines de milliers d’apprentis, l’organisation de conférences éducatives, en concurrence ou en pleine collaboration avec les universités populaires, en vogue au début des années 1900, ainsi que la prise en charge des enfants hors temps scolaire, se concrétisant notamment par la mise en place de sections de pupilles au tournant des années 1910. Les expérimentations hors du giron syndicaliste révolutionnaire et pouvant alimenter les réflexions ne sont pas ignorées et certaines sont même promues, à l’image de l’école privée La Ruche initiée par Sébastien Faure.

21L’œuvre des premiers syndicalistes vise à structurer une critique à l’encontre des deux systèmes éducatifs dominants de l’époque : l’enseignement religieux d’une part et l’éducation publique d’autre part. À cela s’ajoute le rejet de l’enseignement professionnel dominé par les officines privées et patronales, que combattent vigoureusement les Bourses du travail au travers des nombreux cours professionnels alternatifs mis en place par leurs soins.

  • 29 En 1904, Jean Latapie, alors secrétaire de la Fédération des métaux, désignant les ennemis à ses ye (...)

22La critique à l’égard de l’école « publique » ou « laïque » suivant les termes doit se comprendre dans une contestation plus profonde de l’État, du patronat et de l’Église29. Cette critique est virulente et les prises de parole sont légion. Un certain Boeglsach constate dans les colonnes de l’hebdomadaire de la CGT :

  • 30 Boeglsach, « Éducation ouvrière », La Voix du Peuple, n° 98, 28 septembre au 5 octobre 1902.

« À six ans, la société bourgeoise enlève aux parents les enfants pour les soumettre à une instruction confectionnée pour façonner les cerveaux de ces petits êtres innocents et naïfs aux besoins du régime, remplit les esprits de préjugés et de croyances et les bourrent tellement de futilité et de niaiserie qui n’ont aucun rapport avec les besoins de l’ouvrier et de la vie réelle que l’enfant conçoit un tel dégoût de l’instruction qu’il ne demande qu’à être délivré du joug du maître d’école... L’enfant, une fois affranchi du bagne de l’école de la société bourgeoise, respire... »30

23Six années plus tard, la Bourse du travail de Lorient s’exprime à la tribune du congrès confédéral de Marseille sur la capacité des jeunes générations à gérer la société postrévolutionnaire et insiste sur les deux maux qui l’affectent :

  • 31 XVIe congrès national corporatif. Xe congrès de la CGT, Marseille, 5-12 octobre 1908. Compte rendu (...)

« Or, pour cela il faudrait qu’ils aient reçu une éducation spéciale, comme nous la voudrions désormais pour nos enfants, nous qui savons quels germes tenaces ont jeté, dans nos cerveaux, l’enseignement néfaste de l’école cléricale ou de l’école laïque. La classe ouvrière fut et continue à être instruite contre elle-même. L’éducation syndicale est tout à faire. »31

24Ce qui est objecté à l’éducation prise en charge par la Troisième République naissante, c’est sa responsabilité concernant les conditions de vie des ouvriers, par la reproduction, sinon la consolidation des inégalités sociales. La critique se concentre aussi sur les accents militaristes, l’inculcation de valeurs d’obéissance, le manque d’ambitions éducatives ou pédagogiques. Comment faire confiance, selon ces syndicalistes, à cette école de la République apparaissant néfaste et trahissant elle-même ses idéaux d’émancipation ? Cette contestation assez radicale de l’école républicaine s’accompagne de réserves à l’égard des instituteurs, qui se retrouvent être les vecteurs de cet enseignement honni.

  • 32 Ibid., p. 319.

25Dans le cas de l’Éducation nationale, la critique se porte également sur les objectifs et le contenu des manuels scolaires. Critiquant l’inadaptation du système scolaire aux enfants, la Bourse d’Angers dénonce cet « esprit de soumission […] inculqué par les manuels avec les commentaires de leurs auteurs32… ». La dimension mercantile et la qualité de l’édition scolaire sont par ailleurs pointées par Maurice Dubois dans les colonnes de La Vie Ouvrière :

  • 33 Maurice Dubois, « Problème d’enseignement. Les Manuels Scolaires », La Vie Ouvrière, n° 105, 5 févr (...)

« Que l’on ne s’étonne pas si le souci de la valeur pédagogique est le plus souvent absent de ces petits livres : il ne s’agit pas de la qualité, il s’agit de la vente. (…) Aux instituteurs patriotes et revanchards, on offrait avant 1895 des ouvrages préparant à la revanche. Vint l’affaire Dreyfus. Avec les instituteurs, les manuels furent républicains, pacifistes, solidaristes. En ce moment, ils sont bigarrés comme l’opinion des maîtres. Il y a le manuel patriote, le manuel sans dieu, le manuel retouché pour éviter les foudres épiscopales, le manuel teinté de socialisme. Mais ces variations ne se constatent que dans les manuels d’histoire et de lecture. Quand aucun souci politique n’intervient, le livre reste immuable. La maison Hachette a conservé pendant trente ans le même syllabaire. »33

  • 34 Albert Thierry, « L’Éducation générale supérieure », La Vie Ouvrière, n° 95, 5 septembre 1913, p. 2 (...)

26Toutes les strates de l’enseignement public sont attaquées, y compris le monde académique, à destination duquel le pédagogue Albert Thierry porte ses coups les plus durs. Pour lui, « c’est la pompe à parvenir et l’ascenseur des parvenus. Au prix que les bourgeois y mettent, c’est un devoir pour les prolétaires que d’éviter la haute culture. J’appelle cette vertu un refus de parvenir34 ». Il dessine ensuite les contours d’une « éducation générale supérieure » qui pourrait prendre place dans les locaux des unions départementales des syndicats. Pour lui, « l’université syndicale est expressément unifiée par le métier, organisée par le prolétariat, dévouée aux jeunes gens, aux jeunes filles qui, restant dans le peuple, veulent cependant s’affranchir de l’ignorance et des préjugés du peuple… ». Il va sans dire qu’elle doit se substituer aux universités de l’époque.

  • 35 Frédéric Mole, « L’autre école des premiers instituteurs syndicalistes », Le Télémaque, vol. 28, n° (...)

27Au-delà de ces critiques multiformes, dont la récurrence et la force s’estompent avec l’entrée des instituteurs au sein de la CGT à partir de 190835, les solutions envisagées par le syndicalisme révolutionnaire sont nombreuses. Elles sont liées cependant par un principe partagé par différents protagonistes de l’époque : l’éducation et l’enseignement à tous les niveaux doivent être scientifiques, rationnels, mais aussi porteurs d’une morale.

28Évoquant la chorale de l’Union des syndicats de la Seine, François Marie, secrétaire de l’Union des syndicats de la Seine, vante les mérites de son programme d’étude qui se traduit par :

  • 36 François Marie, « Les pupilles de l’Union des Syndicats de la Seine », La Bataille Syndicaliste, n° (...)

« Un enseignement moral simple, avec des idées simples, avivant le goût de la recherche de la perfection, et cela appuyé, agrémenté d’expériences et de démonstrations élémentaires pour répondre et surtout pour détruire les effets de l’enseignement officiel. Cet effort demande à être complété par des distraction enfantines où l’art tient sa place. (…) Cette éducation rationnelle des petits, n’est-ce pas là la grande préoccupation des grands ? Attendre les Temps Nouveaux avant de se livrer à cette besogne de patience et de longue haleine serait véritablement un crime. Les gosses d’aujourd’hui seront les jeunes gens de demain. Ils seront plus francs, plus courageux et de là mieux armés pour faire face aux pièges que leur tend la vie actuelle. »36

29Cette rationalité recherchée est aussi un outil de différenciation au regard d’autres initiatives, comme le souligne alors Léon Clément :

  • 37 Léon Clément, « Pour les jeunesses », La Bataille Syndicaliste, n° 271, 22 janvier 1912, p. 2.

« Il faudra éviter à tout prix le fatras des causeries de toutes sortes qui a été l’erreur des Universités populaires et qui consiste à passer par exemple de l’étude de la philosophie de Spencer à celle de la fabrication des allumettes ; nous avons voulu donner dans cette œuvre commune l’essentiel des connaissances humaines et agir suivant une méthode rationnelle d’éveil de la curiosité et du développement de la pensée individuelle. » 37

30Si le caractère scientifique de l’enseignement syndical n’est jamais pleinement défini, il se caractérise cependant par un rejet répété d’une « science bourgeoise », éloignée en définitive des intérêts des ouvriers par son abstraction, sa volonté de n’être que difficilement accessible, et la préférence d’une « science prolétarienne » établie sur des préceptes tout aussi démontrables, mais utile au quotidien, et qui peut en outre être enseignée dans l’atelier.

  • 38 XIe congrès national corporatif. Ve congrès de la CGT, Paris, 10-14 septembre 1900, Paris, Imprimer (...)

31L’éducation syndicale doit très tôt dans l’esprit des syndicalistes se matérialiser par des œuvres concrètes. En ce domaine, la pratique devance les discours et les études, qui n’interviennent qu’une dizaine d’années plus tard. En effet, dès la fin des années 1880, les Bourses du travail initient des cours, des conférences. Mais il faut attendre le tournant de 1900 pour qu’en dehors de certaines prises de positions individuelles de militants, la thématique de l’éducation devienne un véritable sujet de congrès. Une fois la Fédération des Bourses et la CGT structurées au niveau national, les syndicalistes précisent à compter du VIIIe congrès des Bourses que celles-ci « devront immédiatement faire le nécessaire pour créer des cours populaires où, sous forme de lectures, seront commentés les écrits de tous les penseurs qui honorent l’humanité. Le congrès les invite, en outre, à faire tous leurs efforts pour compléter l’enseignement technique par l’enseignement primaire38 ». Cette exigence est maintes fois répétée et détaillée lors des congrès qui suivent.

  • 39 Le congrès mixte des syndicats d’instituteurs et des Bourses du travail (La Voix du Peuple n° 389 d (...)

32Parallèlement se dessinent des éléments programmatiques ou pédagogiques permettant de réussir cette transformation éducative. Des séries d’articles dans La Voix du Peuple viennent alimenter la réflexion, notamment ceux de Louis Niel en 1902 sur l’importance de l’éducation économique et sociale, mais aussi de l’éducation physique, et surtout ceux d’Albert Thierry, qui déploie ses réflexions sur l’apprentissage industriel, agricole, l’enseignement primaire, la pédagogie. L’originalité de ces contributions de formes diverses est de ne pas prendre appui sur des publications scientifiques, les sciences de l’éducation naissantes étant très largement ignorées, même si le recours à différentes disciplines scientifiques (zoologie, botanique, chimie, psychologie, littérature, sociologie, histoire) dans l’enseignement futur apparaît comme un impératif. La philosophie et les considérations éducatives sont construites par l’analyse en congrès des pratiques éducatives des Bourses et des réponses à différentes enquêtes39.

33Le rapport présenté en 1910 portant sur la création des « écoles syndicales » des militants Togny de la Bourse de Niort et Réaud de celle de Marseille, qui plaide pour un « enseignement réaliste », est reproduit in extenso dans la somme rédigée par le juriste et philo-syndicaliste Maxime Leroy, La Coutume ouvrière. Ce dernier considère que ce rapport illustre à lui seul les positions de la CGT en la matière. Ces écoles se donneraient ainsi comme perspective de :

  • 40 XVIIe congrès national corporatif (XIe de la CGT) et IVe conférence des Bourses du travail ou union (...)

« 1. Modifier les méthodes d’enseignement de façon à développer surtout les facultés d’observation et de raisonnement ; 2. Faire agir l’enfant pour qu’il s’habitue à l’action nécessaire au travailleur conscient ; 3. Donner des applications pratiques de toutes les matières enseignées (problèmes sur les réalités quotidiennes, lettres usuelles) ; 4. Faire converger vers l’utilité sociale toutes les notions : la science pour les applications domestiques et l’hygiène, l’histoire pour l’éducation du citoyen, etc. ; 5. Donner à l’éducation physique une place importante et particulièrement à l’éducation des sens : dessin, travaux manuels, couture, etc. Des tentatives, mêmes officielles, ont été faites dans ce dernier ordre d’idées, mais faites isolément elles ont perdu leur véritable caractère d’utilité sociale. Il faut les généraliser et en faire non des “hors-d’œuvre” de l’enseignement, mais des “plats de résistance”. »40

L’enquête ouvrière ou le « terrain de l’économie sociale »

34Au tournant des années 1900, les syndicalistes dressent un constat amer de l’évolution du mouvement syndical. Si le développement et le déploiement du fait syndical dans le monde professionnel et les localités au travers des Bourses du travail sont sans conteste un succès au regard des difficultés et des résistances inhérentes à différents acteurs (municipalités, patronat ou pouvoirs publics), la perspective révolutionnaire et gestionnaire ne peut continuer à souffrir de lacunes multiples des ouvriers et militants dans leur compréhension des inégalités et des dominations. C’est ce constat que pose par exemple Achille Daudé-Bancel, pharmacien, anarchiste et philo-syndicaliste, invité à s’exprimer dans les colonnes de la presse syndicale à la fin du 19ème siècle :

  • 41 Achille Daudé-Bancel, « Questions de tactique », L’ouvrier des deux mondes, n° 5, juin 1897, p. 68

« …en France, le mouvement syndical n’a pas encore porté tous les fruits désirables. Évidemment, une respectable minorité de salariés a su se grouper pour défendre ses intérêts vitaux, économiques, mais cette minorité n’en est pas moins restée minorité, malgré les avantages incontestables de l’association corporative. L’obstacle provient du caractère très particulariste des prolétaires français, de leur affection immodérée pour la politique et de leur dédain aussi absolu qu’incompréhensible de leurs intérêts économiques, les seuls importants pour les salariés. »41

  • 42 L’enquête ouvrière comme objet d’étude bénéficie aujourd’hui d’une attention renouvelée. Ces recher (...)

35Pour répondre à cette problématique, les syndicalistes révolutionnaires s’inscrivent dans les pratiques de production de la connaissance répandues au 19ème siècle, dont l’enquête ouvrière est un exemple parfait42. Cette forme de sociologie empirique a tout autant une vocation éducative que politique, et doit participer pleinement à l’œuvre émancipatrice du syndicalisme. Pour Fernand Pelloutier cette exigence en matière de savoir est le gage de la réussite de l’entreprise syndicaliste, qui doit se détacher du caractère émeutier des précédentes révoltes ouvrières :

  • 43 Fernand Pelloutier, « L’action populaire », L’Ouvrier des deux mondes, n° 15, 1er mai 1898, p. 230.

« On a donc cherché quelque méthode nouvelle, appropriée au caractère économique qu’a revêtu depuis quinze ans la lutte sociale ; et partant de ce principe que la révolution prochaine devra à la fois démontrer la souveraineté du Travail et l’inutilité d’un gouvernement, on s’est convaincu qu’elle devait être due à un mouvement qui fût exclusivement l’œuvre du Travail, qui eût auparavant nécessité le groupement et l’instruction économique des travailleurs, dont l’universalité paralysât, en le divisant pour ainsi dire à l’infini, l’effort contre-révolutionnaire du pouvoir central et qui, victorieux, eût pour conséquence d’obliger les groupes ouvriers à organiser eux-mêmes le fonctionnement économique de la société. » 43

36Deux voies principales sont empruntées pour mener à bien cette construction de savoirs. Les enquêtes collectives menées directement par les Bourses et les syndicats à la demande de la Fédération des Bourses ou de la CGT d’une part, la presse syndicale d’autre part.

  • 44 Ve congrès tenu à Tours du 9 au 12 septembre 1896..., op. cit., p. 28.
  • 45 Jean Luciani, Robert Salais, « Matériaux pour la naissance d’une institution : l’Office du travail (...)

37Ces enquêtes collectives, pourtant décidées par les congressistes, restent difficiles à mener. L’hétérogénéité et la multitude des tâches des secrétaires des Bourses locales, peut-être même le manque de compétence ou le manque d’intérêt des syndicalistes eux-mêmes pour ce type de pratiques, ruinent les efforts en ce sens. Dès 1894, le congrès de la Fédération des Bourses initie une enquête sur les bureaux de placement, via l’envoi d’un questionnaire au sein de chaque Bourse, enquête qui ne peut en définitive être menée à bien. Peu de temps après sont lancées deux autres enquêtes, qui connaîtront le même destin, la première sur le travail dans les prisons et l’autre sur l’inapplication de la loi du 2 novembre 1892 sur le travail des enfants, des filles et des femmes dans les établissements industriels44. En 1897, le congrès de la CGT décide, via la constitution d’un Office du travail ouvrier aux contours mal définis (qui se transformera trois ans plus tard en Office national ouvrier de statistique et de placement, traité plus haut), de la mise en œuvre de deux enquêtes : l’une à caractère permanent visant à déterminer la cause, la durée et les conséquences matérielles et morales des grèves, la seconde produite chaque année portant sur les conditions générales du travail et de la vie ouvrière. Toutes deux ne verront cependant pas le jour, faute de retours en nombre suffisant des Bourses. Cette démarche, si elle est proche de celle de l’Office du travail45, création ministérielle de 1891, souhaite s’en démarquer. À l’image des différents dispositifs pratiques ou intellectuels structurant la contre-société que les syndicalistes tentent de mettre en place, « leur » office doit être un organisme à leur main, qui donne les renseignements dont ils ont besoin pour leurs objectifs :

  • 46 Non signé, « Bulletin social », L’ouvrier des deux mondes, n° 12, 1er janvier 1898, p. 192.

« On sait que l’office gouvernemental se borne, concernant les grèves, à en indiquer la cause et la durée. La Confédération attache, elle, une importance toute particulière à connaître quelles modifications chaque grève a introduites, soit dans le taux des salaires, soit dans la durée du travail. Elle y trouvera indubitablement la preuve que, devant la puissance capitaliste, il importe de “généraliser” de plus en plus les conflits et d’opposer à l’influence de l’argent la résistance de masses d’hommes considérables. »46

  • 47 Jacques Julliard, « L’Ouvrier des deux mondes », dossier « Les revues dans la vie intellectuelle, 1 (...)
  • 48 Faute d’un nombre suffisant de lecteurs et par conséquent de moyens financiers, L’Ouvrier des deux (...)

38C’est essentiellement au travers des périodiques syndicaux que ces savoirs issus de l’observation sociale prennent leur ampleur. C’est par la volonté de Fernand Pelloutier encore une fois, assisté par son frère Maurice, que paraît à compter de février 1897 L’Ouvrier des deux mondes. Revue mensuelle d’économie sociale. Ce mensuel atypique, exigeant et qui respecte ses engagements en matière de contenu47, paraît cependant moins de 3 ans48. L’Ouvrier des deux mondes ne se veut pas une revue idéologique, mais une revue « scientifique » faite par et pour les ouvriers. Pas moins de dix thématiques sont promises lors de son lancement (« 1. Étude sur la législation ouvrière de tous les pays (…) 3. La vie ouvrière (hygiène, alimentation, durée du travail, salaires, chômage, morbidité, mortalité) (…) 5. Historique du mouvement ouvrier pendant le XIXe siècle (…) 8. Le mouvement coopératif international »).

  • 49 Jacques Julliard, dans sa biographie de référence consacrée à Pelloutier, livre un portrait réducte (...)

39Les articles sont longs, problématisés, référencés et d’une lecture aisée. Plusieurs séries d’articles paraissent sur la législation ouvrière, notamment ceux de Fernand Pelloutier49 et sa série intitulée La vie ouvrière en France, déclinée dans dix numéros du périodique. La question des rapports entre coopération et syndicalisme, très débattue et polarisée par les syndicalistes, sur laquelle la revue se positionne favorablement, est finement étudiée. Les sujets internationaux ne manquent pas et une attention particulière est consacrée au trade-unionisme et au syndicalisme anglais ou étatsunien. La question historique n’est pas en reste et donne surtout des éléments de compréhension sur la structuration progressive du syndicalisme. Enfin, une place est accordée aux longues monographies syndicales et aux études économiques localisées.

  • 50 La question des savoirs éclectiques, comme ils sont dénommés, se traduisent également par un accès (...)

40Il importe de noter que les promoteurs de L’Ouvrier des deux mondes, tout en respectant leur strict programme éditorial, invitent leur lectorat à porter son regard ailleurs, via des recensions d’ouvrages de sciences sociales50, mais aussi en proposant des abonnements combinés à L’Humanité nouvelle, dont la direction scientifique appartient à Augustin Hamon, proche de Pelloutier, l’étude du mouvement ouvrier n’étant pas suffisante pour se saisir de la diversité des connaissances à acquérir. Pour L’Ouvrier des deux mondes :

  • 51 Non signé, L’Ouvrier des deux mondes, n° 19, 1er septembre 1898, p. 304.

« L’Humanité nouvelle, par la notoriété de ses collaborateurs, qui influent tous à des degrés divers sur la marche de l’esprit humain, par la valeur et la variété de ses études sociologiques, philosophiques et littéraires, par l’intérêt de ses Contes et Nouvelles, par ses critiques des livres et des revues publiés dans le monde entier, mérite d’être lue et relue par quiconque, aspirant à la transformation économique, intellectuelle et morale des sociétés actuelles, désire se mettre en état de préparer l’ordre social futur. » 51

41Outre les proximités chronologiques (la revue sort son premier numéro en mai 1897), ou humaines (plusieurs contributeurs s’expriment dans les deux publications), on note également un continuum idéologique, les deux revues étant partisanes d’un socialisme non étatique.

  • 52 Marco Gervasoni, « L’invention du syndicalisme révolutionnaire en France (1903-1907) », Mil neuf ce (...)
  • 53 Didier Bigorgne, Les allemanistes (1882-1905) : itinéraires, place et rôle dans le mouvement social (...)
  • 54 Colette Chambelland, « La Vie ouvrière (1909-1914) », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuell (...)

42L’enquête sociale est délaissée au début des années 1900. Cela coïncide à la fois avec la disparition de Fernand Pelloutier lui-même, et avec l’émergence du syndicalisme révolutionnaire comme philosophie politique52, délaissant le terrain de l’enquête au profit de la lutte sociale. Ce n’est qu’à partir de la crise que rencontre cette même philosophie, à compter de 1908, que la nécessité de relancer un cadre spécifique permettant de renouer avec cette exigence sociologique et scientifique se fait jour. C’est autour de Pierre Monatte que se structure le noyau des militants et écrivains qui vont conduire à la création de La Vie Ouvrière. Cette nouvelle publication s’inscrit en filiation directe avec l’aventure de L’Ouvrier des deux mondes. Ce besoin est d’autant plus grand que « les pépinières anarchistes et allemanistes53 sont taries54 ». Monatte rappelle :

  • 55 Pierre Monatte, « La réunion des abonnés », La Vie ouvrière, n° 21, 5 août 1910, p. 159.

« Notre projet n’était pas extrêmement ambitieux. Rédiger et faire vivre une revue, au bout d’un certain temps, par ses seuls abonnements, n’était pas hors des choses absolument possibles ; depuis L’Ouvrier des Deux-mondes, depuis les efforts pénibles de notre aîné Fernand Pelloutier, il y a eu du chemin de fait. Si la maladie ne l’avait pas terrassé, certainement il aurait surmonté les difficultés du moment et La Vie Ouvrière n’aurait pas eu besoin de naître. Elle existerait depuis dix ans et mieux faite par Pelloutier que nous ne le pourrons jamais. Depuis plusieurs années, le mouvement en sentirait les effets. »55

  • 56 Pierre Monatte est l’auteur d’une « lettre familière aux 5 000 abonnées possibles » présente sur la (...)
  • 57 La grande grève des cheminots d’octobre 1910, première grève généralisée de ce secteur d’activité, (...)
  • 58 David Hamelin, « Passeur de révolution et d’éducation : James Guillaume et la CGT », Actes du collo (...)
  • 59 François Marie, « Le subventionnisme et L’Organisation ouvrière », La Vie Ouvrière, n° 50, 20 octob (...)
  • 60 Le fonds Monatte est conservé à l’IFHS sous la cote 14 AS 223 et 226.

43L’ambition paraît semblable56 et les similitudes sont frappantes, ne serait-ce que dans la structuration choisie. Les enquêtes et travaux d’observation sociale occupent les deux tiers de la revue. Les sujets économiques dominent, tels que les études à caractère sectoriel ou territorial, ainsi que sur les conditions de vie de différentes catégories de la population (enfants, paysans, ouvriers, fonctionnaires…). On retrouve également de nombreuses analyses critiques de conflits sociaux57 ou portant sur l’évolution du syndicalisme en France et à l’étranger. Progressivement apparaissent les questions historiques, par le prisme de la biographie surtout58. Les questions stratégiques qui agitent le microcosme syndical, à l’image du statut et du rôle des subventions publiques par exemple59, sont étudiées à l’aune des pratiques et difficultés locales, et non comme la présentation des seules opinions de l’auteur sur le sujet traité. En tout point, l’argumentation prime et un important travail est opéré, en termes de relecture et de traduction experte dans le cas des textes de correspondants syndicalistes étrangers, comme le souligne la correspondance de Pierre Monatte60.

44Le projet de La Vie Ouvrière diffère cependant sur plusieurs points. Il est porté plus collectivement que la revue de Pelloutier, son noyau dur étant composé d’une dizaine de collaborateurs. Elle accueille un nombre nettement plus grand et plus divers de contributeurs, notamment étrangers. C’est enfin un bimensuel de plus de soixante pages et qui offre de quatre à sept articles de fond documentés par numéro, ce qui oblige à un travail acharné et collectif pour respecter les délais de parution, solliciter des plumes et recevoir leur contribution, d’autant que les promoteurs de La Vie Ouvrière souhaitent produire, tant sur le fond que sur la forme, une revue de qualité, sinon une référence. La situation financière de la revue, bien que plus confortable que celle de L’Ouvrier des deux mondes et ne mettant pas en péril la survie de la publication, fait néanmoins l’objet d’une vigilance accrue.

  • 61 Dans les faits, une répartition fine existe : à La Vie Ouvrière les études de fond et d’observation (...)

45Par ailleurs, à la différence de la revue de Pelloutier, les recherches sur l’évolution du socialisme et le rapport aux pouvoirs publics, ainsi que quelques articles à caractère idéologique, peuvent y trouver place, mais s’appuient généralement sur un travail d’expertise social minimum61.

46Les articles étant le fait de militants syndicaux ou proches de ces milieux, ils demeurent naturellement engagés, sinon clivants. Cela étant, il n’est pas possible de caractériser une ligne éditoriale dogmatique et unique, le courant syndicaliste révolutionnaire étant lui-même traversé de multiples tensions. Le débat reste de mise et la rubrique À travers les livres qui y figure de façon aléatoire permet de présenter au lectorat un large choix d’ouvrages issus de différents courants socialistes ou doctrinaux (manuel de sciences politiques ou sciences économiques, romans…).

47Le rapport du premier syndicalisme de la Belle Époque aux savoirs, à la connaissance, s’apparente à une exigence, une ambition qui irrigue les prises de parole, les articles, l’imaginaire des militants. Malgré les efforts, l’essentiel de ces initiatives ne purent trouver leur aboutissement. Comment en effet réaliser de tels programmes avec des moyens humains et financiers réduits ? La révolution ne viendra pas, et la perte d’influence du syndicalisme révolutionnaire, puis la guerre, empêchent pour un temps l’utopie d’une émancipation complète grâce à la maitrise des savoirs essentiels par le monde ouvrier. Pourtant, c’est indéniablement la somme des savoirs développés qui permet à la CGT de devenir par la suite et de rester durablement un interlocuteur incontournable pour les pouvoirs publics. Initiées dès les années 1900, la participation et la sollicitation des syndicats par le législateur, surtout dans des domaines de plus en plus vastes du champ social (Conseil supérieur du travail, formation professionnelle, commission départementale de la main-d’œuvre, accords collectifs...) recyclent tout en l’intégrant cette expertise sociale inédite. Le syndicalisme, par-delà ses capacités mobilisatrices et revendicatives, et aux côtés d’autres entreprises de connaissance comme l’université, est parvenu à démontrer sa capacité à décrire et dire le social. C’est somme toute une situation qui perdure, sous des formes encore plus poussées aujourd’hui, via notamment le paritarisme.

Haut de page

Notes

1 Michelle Perrot, « Note sur le positivisme ouvrier », Dossier « Les Positivismes », Romantisme, 1978, n° 21-22, p. 201-204.

2 Journée d’études Mouvements ouvriers et positivisme organisée le 16 mars 2018 à la Chapelle de l’Humanité, Paris-IIIe, et initiée par la Maison Auguste Comte. Y participaient Michelle Perrot, Carole Christen, Isabelle Lespinet-Moret, Michelle Riot-Sarcey…

3 Michel Dreyfus, Sandrine Kott, Michel Pigenet et Noel Whiteside, « Les bases multiples du syndicalisme au XIXe siècle en Allemagne, France et Grande-Bretagne », dans Jean-Louis Robert, Friedhelm Boll, Antoine Prost (dir.), L’invention des syndicalismes. Le syndicalisme en Europe occidentale à la fin du XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 269-284 ; Michel Dreyfus, Liberté, égalité, mutualité. Mutualisme et syndicalisme (1852-1967), Paris, Éditions de l’Atelier, 2001, p. 292-303.

4 Pour ne citer que quelques références : Paul Ariès, « Inspection du travail et Inspection ouvrière dans le discours de la CGT, de la genèse de l’institution à l’entre-deux-guerres », Droit et société, n° 33, 1996, p. 389-404 ; Michèle Lombardo, Formation et pédagogie syndicales CGT et CFDT, 1968-1985, en relation au droit social, à l’évolution de la société, aux mutations du monde du travail, thèse de doctorat en histoire, sous la direction d’Antoine Prost, Université Panthéon-Sorbonne (Paris), 2005, 2 vol., 445 f. ; Morgan Poggioli, « L’institut d’étude et de prévention des maladies professionnelles de la CGT (1937-1939) », Sociologie Santé, n° 24, juin 2006, p. 242-253.

5 Pierre Bance, Les fondateurs de la CGT à l’épreuve du droit (1876-1902), Claix, La pensée sauvage, 1978, 251 p. ; Laurent Willemez, « Quand les syndicats se saisissent du droit. Invention et redéfinition d’un rôle », Sociétés contemporaines, vol. 52, n° 4, 2003, p. 17-38.

6 L’histoire de la santé au travail a connu un réel et salutaire renouveau depuis le début des années 2000. Cependant, une approche réductrice laisse entendre que le mouvement syndical se serait largement désintéressé de ces questions au tournant des années 1900, ce que nombre de publications et de discussions de congrès en la matière tendent à infirmer.

7 Claude Geslin, Le syndicalisme ouvrier en Bretagne jusqu’à la Première Guerre mondiale, 2 volumes, Rennes , Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 528 ; David Rappe, La Bourse du travail de Lyon. Une structure ouvrière entre services sociaux et révolution sociale, Lyon, ACL, 2004, 223 p.

8 Ian Lubek, Erika Apfelbaum, « Les “études de psychologie sociale” d’Augustin Hamon », Hermès, La Revue, 1989/2 (n° 5-6), p. 67-82 ; François Prigent, « Les mondes d’Augustin Hamon. Itinéraire d’un intellectuel socialiste breton oublié : engagements, trajectoires, identités », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, tome 113, n° 2, 2006, p. 117-134.

9 Peter Schöttler, Naissance des Bourses du travail. Un appareil idéologique d’État à la fin du XIXe siècle, Paris, PUF, 1985, 267 p.

10 Benjamin Jung, « Le rêve d’un placement ouvrier au service de la lutte des classes : les Bourses du travail, entre posture revendicative et œuvre de substitution (1886-1904) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 116-117, 2011, p. 57-68.

11 Ve congrès tenu à Tours du 9 au 12 septembre 1896. Compte rendu analytique, Fédération des Bourses du travail, Tours, Impr. Debenay-Lafond, Tours, 1896, p. 105.

12 Ibid., p. 105.

13 Ibid., p. 115.

14 Voir dans le présent dossier l’article de Jean-Charles Buttier portant sur la figure de James Guillaume.

15 Dans le premier article des statuts de la FBT votés à l’unanimité, alinéa 4, il est rappelé que le but de ladite fédération est « de réunir tous les éléments statistiques et de les communiquer aux Bourses adhérentes, et en même temps généraliser le placement gratuit des travailleurs des deux sexes de tous corps d’état », dans Congrès de Saint-Etienne, février 1892/rapport du citoyen Branque, délégué des menuisiers en bâtiment, administrateur de la Bourse du travail ; Bourse du travail de Toulouse, 1893, p. 18.

16 VIIe congrès national corporatif des chambres syndicales, groupes corporatifs, fédérations des métiers, unions et Bourses du travail, tenu à Limoges du 23 au 28 septembre 1895, p. 88.

17 XIIIcongrès national corporatif, tenu à Montpellier les 22, 23, 24, 25, 26 et 27 septembre 1902 dans la salle des concerts du grand théâtre, sous les auspices de la Bourse du travail de Montpellier : compte rendu officiel des travaux du congrès, publié par les soins de la Commission d’organisation, Montpellier, Imprimerie Delord-Boehm et Martial, 1902, p. 289.

18 Xe congrès national des Bourses du travail de France et des colonies tenu à Alger les 15, 16, 17 et 18 septembre 1902, Alger, Typographie et lithographie Adolphe Jourdain, 1902, p. 53.

19 Le viaticum est défini ainsi par Pelloutier : « Qu’est-ce que le viatique ? C’est une allocation permettant à l’ouvrier qui recherche du travail à la fois de séjourner dans une ville le temps nécessaire pour visiter les ateliers de sa profession et (s’il n’y a trouvé aucun emploi) de gagner une ville voisine ». Fernand Pelloutier, Histoire des Bourses du travail, Paris, Alfred Costes, 1921, p. 149.

20 Ibid., p. 300.

21 La mise en place de cet office fut l’occasion pour les détracteurs de Pelloutier au sein de la CGT de l’attaquer sur la confusion des rôles. En effet, lors de ces débats, Pelloutier avait trouvé, faute de pouvoir disposer de suffisamment de fonds pour assurer sa fonction de secrétaire de la Fédération des Bourses, une place d’enquêteur à l’office du travail, porté par le ministère du Commerce. Il devra s’en justifier lors du congrès de 1900 en apportant des éléments convaincants sur le fait qu’il ne confondait pas les rôles, conservait un regard critique sur l’office public et plus généralement continuait à combattre les projets gouvernementaux, et que l’office initié par la CGT participerait naturellement du projet émancipateur de la confédération.

22 IXe congrès national des Bourses du travail de France et des colonies, tenu à Nice les 17, 18, 19, 20 et 21 septembre 1901, Nice, Imprimerie et stéréotypie niçoise, 1901, annexes p. 21-25.

23 Xe congrès national des Bourses du travail de France et des colonies, op. cit., p. 25-26.

24 XVe congrès national corporatif (IXe de la confédération) et conférence des Bourses du travail, tenu à Amiens du 8 au 16 octobre 1906. Compte rendu des travaux, Amiens, Imprimerie du progrès de la Somme, 1907, p. 52.

25 Albert Thierry, « Principe d’une Éducation syndicaliste », La Vie Ouvrière, n° 63, 5 mai 1912, p. 180-191.

26 David Hamelin, « Les Bourses du travail : entre éducation politique et formation professionnelle », Le Mouvement Social, vol. 235, n° 2, 2011, p. 23-37 ; Germinal Pica, La fonction éducative des Bourses du travail dans le mouvement ouvrier (1895-1914), mémoire de maîtrise sous la direction d’Antoine Prost et Jean-Louis Robert, Université de Paris 1, 1981, 278 p.

27 Gilles Candar, Guy Dreux et Christian Laval, Socialismes et éducation au XIXe siècle, Bordeaux, Le bord de l’eau, 2018, 310 p.

28 Un autre paradoxe peut être souligné : plusieurs de ces contributeurs, bien que philo-syndicalistes ne sont pas eux-mêmes adhérents de la CGT, ce qui peut en partie expliquer la déconnexion entre discours et pratiques menées par les Bourses essentiellement sur le terrain.

29 En 1904, Jean Latapie, alors secrétaire de la Fédération des métaux, désignant les ennemis à ses yeux du mouvement syndical : « Il en résulte que l’action syndicale ne sera réellement féconde qu’autant que nous contribuerons à décroître la puissance gouvernementale ou pour mieux dire la puissance de l’État... », dans XIVe congrès national corporatif. VIIIe congrès de la CGT, Bourges, 12-17 septembre 1904. Compte rendu publié par les soins du comité d’organisation, Bourges, Imprimerie du centre, 1904, p. 117-120. Dix ans plus tard, Georges Dumoulin, membre de la direction confédérale, s’exprime durement en ces termes et se fait l’écho d’une tendance encore majoritaire au sein de la CGT, s’agissant de l’État : « Je ne veux pas renforcer celui-ci, ni le réformer, ni le conquérir, je veux le détruire. Je ne veux pas le détruire que parce qu’il est l’État bourgeois capitaliste, l’État gendarme et militariste, mais parce qu’il est l’État incarnant la contrainte centraliste s’opposant au libre développement des groupes de producteurs autonomes fédérés librement pour produire et consommer. Dans le présent comme dans l’avenir, je reste syndicaliste révolutionnaire contre l’État... », dans Georges Dumoulin, « Pourquoi nous sommes contre l’État », La Voix du Peuple, n° 649, 3 au 10 mars 1913.

30 Boeglsach, « Éducation ouvrière », La Voix du Peuple, n° 98, 28 septembre au 5 octobre 1902.

31 XVIe congrès national corporatif. Xe congrès de la CGT, Marseille, 5-12 octobre 1908. Compte rendu sténographique publié par les soins du comité d’organisation, Imprimerie nouvelle, 1909, p. 311

32 Ibid., p. 319.

33 Maurice Dubois, « Problème d’enseignement. Les Manuels Scolaires », La Vie Ouvrière, n° 105, 5 février 1914, p. 168-178.

34 Albert Thierry, « L’Éducation générale supérieure », La Vie Ouvrière, n° 95, 5 septembre 1913, p. 274-292.

35 Frédéric Mole, « L’autre école des premiers instituteurs syndicalistes », Le Télémaque, vol. 28, n° 2, 2005, p. 67-82.

36 François Marie, « Les pupilles de l’Union des Syndicats de la Seine », La Bataille Syndicaliste, n° 288, 8 février 1912, p. 3.

37 Léon Clément, « Pour les jeunesses », La Bataille Syndicaliste, n° 271, 22 janvier 1912, p. 2.

38 XIe congrès national corporatif. Ve congrès de la CGT, Paris, 10-14 septembre 1900, Paris, Imprimerie nouvelle, 1900, p. 112.

39 Le congrès mixte des syndicats d’instituteurs et des Bourses du travail (La Voix du Peuple n° 389 du 15 au 22 mars 1908) questionne les Bourses présentes en ces termes : « 1° Vous aurez un enfant qui sera ouvrier comme vous, quelles qualités intellectuelles et morales croyez-vous qu’il doive acquérir pour être un bon ouvrier, un bon camarade et aussi un homme ? (…) 3° Dans les travaux de classe que vous avez vu faire à vos enfants actuellement, qu’avez-vous remarqué d’utile et aussi d’inutile à vos idées ? (…) 5° Pensez-vous qu’il soit nécessaire que l’école primaire soit continuée par un enseignement s’adressant aux adultes de 13 à 18 ou 20 ans ayant un caractère professionnel ? Comment concevez-vous l’organisation de cet enseignement ? ».

40 XVIIe congrès national corporatif (XIe de la CGT) et IVe conférence des Bourses du travail ou unions de syndicats, tenus à Toulouse du 3 au 10 octobre 1910 : compte-rendu des travaux, Toulouse, Imprimerie ouvrière, 1911, p. 404.

41 Achille Daudé-Bancel, « Questions de tactique », L’ouvrier des deux mondes, n° 5, juin 1897, p. 68

42 L’enquête ouvrière comme objet d’étude bénéficie aujourd’hui d’une attention renouvelée. Ces recherches s’inscrivent dans la filiation de travaux menés depuis les années 1970. Citons Michelle Perrot, Enquêtes sur la condition ouvrière en France au XIXe siècle. Étude, bibliographie, index, Paris, Microéditions Hachette, 1972, p. 9-42 ; Dominique Kalifa, « Enquête et “culture de l’enquête“ au XIXe siècle », Romantisme, vol. 149, n° 3, 2010, p. 3-23 ; « Enquêter sur le monde ouvrier : autour de Léon de Seilhac », dossier sous la direction de Xavier Vigna, Cahiers Jaurès, n° 233-224, janvier-juin 2017, 190 p.

43 Fernand Pelloutier, « L’action populaire », L’Ouvrier des deux mondes, n° 15, 1er mai 1898, p. 230.

44 Ve congrès tenu à Tours du 9 au 12 septembre 1896..., op. cit., p. 28.

45 Jean Luciani, Robert Salais, « Matériaux pour la naissance d’une institution : l’Office du travail (1890-1900) », Genèses. Sciences sociales et histoire, décembre 1990, n° 2, p. 83-108 ; Isabelle Lespinet-Moret, L’Office du Travail (1891-1914). La République et la réforme sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, 374 p.

46 Non signé, « Bulletin social », L’ouvrier des deux mondes, n° 12, 1er janvier 1898, p. 192.

47 Jacques Julliard, « L’Ouvrier des deux mondes », dossier « Les revues dans la vie intellectuelle, 1885-1914 », Cahiers Georges Sorel, n° 5, 1987, p. 39-47.

48 Faute d’un nombre suffisant de lecteurs et par conséquent de moyens financiers, L’Ouvrier des deux mondes doit cesser sa parution fin 1898. Le Monde ouvrier, portant le sous-titre « ex-Ouvrier des deux mondes », toujours dirigé par Pelloutier, est lancé avec l’aide financière du courant leplaysien et tente de prolonger l’aventure dès janvier 1899, mais doit cesser sa parution pour les mêmes raisons après seulement six numéros.

49 Jacques Julliard, dans sa biographie de référence consacrée à Pelloutier, livre un portrait réducteur, sinon hagiographique, sur cette thématique en ces termes : « Fernand Pelloutier est le seul syndicaliste français de son époque qui ait compris que pour améliorer, voire transformer la condition ouvrière, il fallait d’abord la connaître de la manière la plus incontestable et la plus scientifique possible », dans Jacques Julliard, Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme d’action directe, Paris, Seuil, 1985, p. 171. D’après Jacques Julliard, seuls les syndicalistes comme Merrheim, Keufer ou Roche pourraient lui être comparés. Selon nous, le sujet est plus complexe et ne peut se limiter à ces seuls personnages. Cette exigence analytique, mais aussi prospective, est mesurable dans certains bulletins de Bourses locales, certains rapports de congrès, brochures, livres et autres articles. Les moyens et le temps imparti pour mener à bien un tel travail sont souvent les premiers freins pour un plein accomplissement de cet objectif.

50 La question des savoirs éclectiques, comme ils sont dénommés, se traduisent également par un accès à un large panel d’auteurs et de catégories d’ouvrages au sein des bibliothèques des Bourses du travail. Pelloutier, admiratif de l’œuvre des Bourses, s’enthousiasme ainsi : « Regardez quels auteurs habitent les bibliothèques ouvrières ! Lamarck, Haeckel et Darwin y voisinent avec leurs continuateurs, Büchner, Manouvrier, Letourneau, Lanessan ; Marx et Proudhon y disputent sur les contradictions économiques ; Pierre Leroux y dénonce la ploutocratie et Saint-Simon y prêche la religion de l’avenir ; d’autres y rappellent les dates fameuses de l’histoire révolutionnaire : l’Internationale, la Commune, les congrès ; les ouvrages d’art mécanique, de cosmographie, y coudoient les rêves communistes de Campanella, de Morellv, de Cabet ; Émile Zola, Anatole France, Mirbeau, Geffroy, Descaves, Leyret, Darieu y racontent la vie sociale moderne ; Kropotkine et Lafargue, Colins et Grave y parlent de la société prochaine... », dans Fernand Pelloutier, « Le musée du travail », L’Ouvrier des deux mondes, n° 14, 1er avril 1898, p. 210.

51 Non signé, L’Ouvrier des deux mondes, n° 19, 1er septembre 1898, p. 304.

52 Marco Gervasoni, « L’invention du syndicalisme révolutionnaire en France (1903-1907) », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 24, 2006, p. 57-72.

53 Didier Bigorgne, Les allemanistes (1882-1905) : itinéraires, place et rôle dans le mouvement socialiste français, thèse d’histoire contemporaine sous la dir. de Jacques Girault, Université Paris-13, 2001, 3 vol., 793 f.

54 Colette Chambelland, « La Vie ouvrière (1909-1914) », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 1987, n° 5, p. 89-93.

55 Pierre Monatte, « La réunion des abonnés », La Vie ouvrière, n° 21, 5 août 1910, p. 159.

56 Pierre Monatte est l’auteur d’une « lettre familière aux 5 000 abonnées possibles » présente sur la couverture du premier numéro de La Vie Ouvrière. Vantant les possibilités d’un « échange extrêmement profitable de connaissances précises sur chaque région, sur chaque industrie », il précise : « À côté des monographies de grèves et des études de questions syndicales ou économiques, nous ferons une large place aux questions morales, aux questions d’éducation, d’hygiène, etc. », La Vie ouvrière, n° 1, 5 octobre 1909, p. 3.

57 La grande grève des cheminots d’octobre 1910, première grève généralisée de ce secteur d’activité, fait l’objet d’un numéro spécial au sein duquel de nombreux cadres syndicaux analysent dans le détail, réseau par réseau, les effets et conséquences de cette grève inédite : « La Grève des chemins de fer », La Vie Ouvrière, n° 27, 5 novembre 1910, p. 545-672.

58 David Hamelin, « Passeur de révolution et d’éducation : James Guillaume et la CGT », Actes du colloque James Guillaume. L’émancipation par l’instruction, organisé à l’université de Genève les 24 et 26 novembre 2016, actes à paraître aux éditions Libertalia.

59 François Marie, « Le subventionnisme et L’Organisation ouvrière », La Vie Ouvrière, n° 50, 20 octobre 1911, p. 507-526 et n° 51-52, 5 et 20 novembre 1911, p. 635-654.

60 Le fonds Monatte est conservé à l’IFHS sous la cote 14 AS 223 et 226.

61 Dans les faits, une répartition fine existe : à La Vie Ouvrière les études de fond et d’observation, au quotidien La Bataille syndicaliste, lancé en avril 1911, auquel contribue une grande part des rédacteurs de La Vie Ouvrière, le traitement de l’actualité et les prises de positions politiques portées par le courant syndicaliste révolutionnaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Hamelin, « La difficile acquisition de la « science de son malheur » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 138 | 2018, 59-79.

Référence électronique

David Hamelin, « La difficile acquisition de la « science de son malheur » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 138 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/6971

Haut de page

Auteur

David Hamelin

Université de Poitiers (CRIHAM)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page