Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Le rôle du comité d’entreprise de la Régie nationale des usines Renault dans le développement des clubs de canoë : sociabilités et territoires

Antoine Marsac
p. 117-135

Résumé

À la Libération, la Régie nationale des usines Renault (RNUR) a encouragé la création d’associations sportives. Regroupant des salariés portés par le développement du comité d’entreprise (CE), les représentants syndicaux se sont appliqués à promouvoir le sport comme creuset de sociabilité des travailleurs. Dans ce contexte, il s’agit de montrer en quoi, à travers l’histoire des clubs, les rapports entre loisir et territoire marquent les relations ambivalentes entre ces associations et la direction de la RNUR. En effet, les dirigeants de la firme insufflent une forme de « paternalisme sportif1 ». Le soutien à la compétition révèle les conflits entre la direction et le syndicat majoritaire, la CGT, porteuse d’idéaux en tension avec la logique de performance. Mais en dépit de conflits et de crises, employés et ouvriers ont cohabité à la faveur de l’action du CE.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Gilles Pronovost, Sociologie du temps, Bruxelles, De Boeck, 1996, p. 37.
  • 3 Jacques Frémontier, La forteresse ouvrière : Renault, Paris, Fayard, 1971, p. 159.
  • 4 Patrick Fridenson, op. cit., p. 56.
  • 5 Fabien Sabatier, Histoire des organisations sportives communistes de France au XXe siècle, Grenoble (...)
  • 6 Sur cette question, voir Marion Fontaine, « Sport, sociabilités et politisation », Cahiers Jaurès, (...)
  • 7 Pour une étude sur les liens entre sport, lieu de travail et villes, voir Julien Sorez, Le football (...)
  • 8 Xavier Vigna, Histoire des ouvriers en France au XXe siècle, Paris, Perrin, coll. « Pour l’Histoire (...)
  • 9 Pour définir ce que nous entendons par sociabilité, nous nous référons aux travaux de Maurice Agulh (...)
  • 10 Pierre Arnaud (dir.), Les origines du sport ouvrier en Europe, Paris, L’Harmattan, 1994, 320 p.
  • 11 Noémie Beltramo et Karen Bretin-Maffiuletti, « Itinéraire d’un club communautaire polonais : le Clu (...)
  • 12 Par leur ancienneté, respectivement en 1898 d’abord en rive droite de la Seine puis sur l’île Segui (...)

1Le développement des clubs sportifs de l’industrie apparaît généralement comme une marque des années de l’après Seconde Guerre mondiale, avec la multiplication à la reconstruction d’organisations qui émergent de formes inédites (regroupement de clubs). Si, jusqu’à la fin des années 1950, il existait une indistinction entre le temps de travail et le temps de loisir, cette période se caractérisait par une « intégration des loisirs ouvriers à l’organisation du travail2 ». Ainsi, les groupes industriels encadraient les loisirs de leurs salariés par différents moyens (activités charitables, formation, clubs sportifs, patronages…), participant ainsi à la reconstruction de la force de travail. Cette démarche était répandue lors de la structuration de la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) en 1934, qui assure encore la promotion du sport travailliste. Malgré cette institutionnalisation et son retentissement dans le domaine de l’histoire du sport ouvrier, les études consacrées à un sport olympique, le canoë, dans l’univers industriel, sont peu nombreuses. Si les travaux de Jacques Frémontier3 et de Patrick Fridenson4 font figure de pionniers, des études plus récentes dans la perspective d’une analyse des rapports entre mouvement sportif et mondes politiques et syndicaux5 nous renseignent sur les liens entre sociabilité et territoires. Ces études portant sur les sections sportives des industries automobiles montrent que le sport ouvrier constitue un instrument de contrôle social et politique6. De ce fait, il s’agit de mener une histoire locale à partir du lien entre lieux de travail et activités7 pour comprendre comment s’est constituée l’organisation collective des loisirs dans l’espace urbain. À partir de l’histoire des ouvriers8, nous questionnons ici l’évolution des sociabilités liées aux sports nautiques, au sens développé par Maurice Agulhon9, dans le contexte de deux usines du groupe Renault : Billancourt et Le Mans. Parmi les travaux consacrés au sport ouvrier10, les clubs sportifs dans des milieux de la grande industrie ont surtout été étudiés à partir du cas des ouvriers issus des minorités11. Dans le prolongement d’une histoire locale, il s’agit d’interroger la concomitance de l’essor des sports nautiques dans ces deux usines emblématiques de la RNUR12. Pour saisir les enjeux du développement de ces sports au sein de l’associativité ouvrière, il faut replacer l’entreprise Renault dans l’histoire industrielle de la France.

  • 13 Cette association s’adresse principalement aux ouvriers de Boulogne-Billancourt, mais aussi à ceux (...)

2En s’attachant à étudier la création de deux clubs de canoë de la RNUR, nous voudrions montrer que cet engouement pour les activités nautiques tient moins du militantisme politique que de l’évolution dans les modes de vie des groupes sociaux. Les trois décennies étudiées (1960-1994) nous permettent de prendre la mesure de ces phénomènes à la faveur de l’évolution conjointe de la spécialisation du travail dans l’industrie automobile française et de l’impact social du temps libéré. En comparant deux sections canoë créées en 1960 et soutenues par la RNUR (émanation de « Loisirs et culture », grande association socioculturelle et sportive13 créée dès 1948 et regroupant trente sections), nous voulons montrer que les quatre dernières décennies du XXe siècle ont engendré une conversion des clubs de canoë de l’industrie automobile française à travers la diffusion d’un sport nautique dans un univers corporatiste. Comment les membres des groupes travaillant dans les usines de la RNUR s’organisent-ils pour développer ces clubs au sein de leur usine ?

3Il s’agit de comprendre comment les ouvriers s’organisent dans leur territoire de vie pour créer des associations sportives s’inscrivant dans la dynamique des comités d’établissement (Billancourt et Le Mans) au sein du comité central d’entreprise (ou CE). L’avènement d’un sport nautique au sein d’un univers corporatiste doit être analysé avec précaution, tant il recèle de pièges, parmi lesquels le flou notionnel et l’ethnocentrisme de classe, car tout enquêteur a tendance à percevoir rétrospectivement cet univers à travers ses propres catégories de pensée. Les présupposés méthodologiques tiennent compte de ces problèmes liés à la construction de l’objet. L’univers industriel contient une hiérarchie social omniprésente, des ouvriers spécialisés aux cadres de l’usine. Aussi, pour comprendre l’émergence des associations nautiques de l’industrie automobile, il faut partir de l’idée selon laquelle des dynamiques distinctes ont favorisé la naissance, puis l’essor des clubs sportifs dans l’entreprise.

  • 14 Automatisation, robotisation, mais également taylorisme et toyotisme. Voir notamment à ce sujet Rég (...)
  • 15 Renaud Sainsaulieu, Les Relations de travail à l’usine, Paris, Éd. d’Organisation, 1972, 295 p.

4La première est liée au contexte économique des Trente Glorieuses. Au sein de la RNUR, cette période de 1945 à 1975 est marquée par des transformations économiques en profondeur, dont les principales caractéristiques sont notamment l’innovation technologique, le développement des transports et la mécanisation. Les gains de productivité engendrés par l’amélioration des techniques14 pèsent sur l’organisation du travail et indirectement sur les tâches effectuées. Une main-d’œuvre immigrée est alors exploitée comme ouvriers spécialisés. Ces évolutions entraînent des regroupements autour de sociabilités dites « d’atelier », liées à l’organisation collective du travail15, renforçant les liens sociaux en marge des groupes à l’usine.

  • 16 Patrick Fridenson, op. cit., p. 52.

5La seconde dynamique relève de l’organisation de ces loisirs des salariés au sein du CE. La loi de 1946 créant les CE apparaît comme un compromis entre capital et travail. L’orientation militante est en faveur des loisirs des familles du personnel. La pratique sportive au moindre coût devient peu à peu un droit dans ce contexte d’industrialisation et d’urbanisation sans précédent. Ainsi, les ouvriers investissent les abords de l’usine de l’île Seguin, première du groupe par son importance et son aura, car construite de 1929 à 193416.

  • 17 La Fédération française de canoë-kayak (FFCK) et la FSGT.
  • 18 Bâtiments nommés par des lettres et numéros au Mans, fonderie et ateliers fabriquant des tracteurs, (...)

6La troisième dynamique est sociale. Elle tient à l’organisation singulière des clubs, à la fois corporatiste et inscrite dans la structuration ordinaire des fédérations sportives17. Cette double affiliation des clubs n’est pas sans conséquence sur la sociabilité, car des élus du personnel, syndicalistes à la Confédération générale du travail (CGT), contrôlent les sections canoë. Partant des prémices de ces deux associations, nous voudrions insister sur les clivages direction/comités d’établissement, selon les dimensions des trois dynamiques révélées précédemment, car elles impactent ces clubs. Il s’agit de montrer ici en quoi les rapports entre sections sportives et territoires peuvent s’imbriquer et entrer en tension. Comment un sport nautique de loisir et de compétition peut-il être investi par les ouvriers des usines automobiles ? Nous étudions la sociabilité des membres de ces deux clubs parmi deux établissements appartenant au groupe Renault : l’usine de Billancourt et celle du Mans18, car elles constituent des exemples de pratique d’un sport de plein air contrôlé par le patronat. L’étude des loisirs ouvriers constitue un domaine complémentaire aux travaux historiographiques sur ces questions, en mettant en parallèle les revendications politiques et sociales des membres du CE.

Sources et méthode

  • 19 Sur la période 1949-1996, répertoire numérique détaillé établi par Élise Dutarte, ingénieur des ser (...)

7Une multitude de sources, souvent inexploitées, ont été réunies. Tout d’abord, des recherches conduites dans différentes sources locales ont permis d’identifier la composition sociale de ces associations. L’inventaire des pièces archivées par la CGT est apparu comme un registre sur lequel s’appuyer pour retracer l’histoire des clubs de canoë de l’industrie automobile. Pour cela, nous mobilisons trois autres types de sources : des documents officiels (bulletins officiels et archives nationales du monde du travail19), des extraits de presse et des sources locales (archives départementales de la Sarthe, documents de ces sections comme les annuaires). Par un jeu d’écho avec nos questionnements, il s’agit de tirer parti de ce corpus pour appréhender les clubs dans leur milieu singulier et enrichir la réflexion sur la territorialisation des sociabilités ouvrières. Ensuite, les documents déposés aux archives comprennent des procès-verbaux d’assemblées générales, des négociations relevant de conventions collectives, des documents de travail, des dossiers de correspondances avec des entreprises de l’automobile et des documents à destination des adhérents de la CGT.

  • 20 Archives nationales du monde du travail, FR ANMT 1997_012. 1997_012_002.

8Mais l’inventaire des pièces archivées au niveau national20 fait apparaître des fichiers croisant également d’autres sources que nous avons pu consulter. Il s’agit d’un corpus d’articles de la presse écrite (revues La Rivière, Cénomane et La Vie mancelle et sarthoise, revues d’histoire locale). Ces tribunes ont relayé les témoignages d’anciens membres de ces clubs. Toutefois, elles se sont révélées insuffisantes. Il faut donc les compléter par des entretiens semi-directifs menés avec les acteurs impliqués dans l’histoire de ces associations (délégués CGT élus au CE, ouvriers). Ces derniers ont été sélectionnés en fonction de leurs liens avec les questions de la genèse et de l’essor des clubs. Ceux-ci ont été restitués en fonction du rôle joué par les acteurs dans le CE et l’organisation de ces associations.

Contexte historique

  • 21 Patrick Fridenson, « Le périple de la nationalisation de Renault », Renault Histoire, 2014, n° 31, (...)
  • 22 Archives nationales du monde du travail, FR ANMT 1997_012. 1997_012_002.

9Le 16 janvier 1945, la Société anonyme des Usines Renault est dissoute et nationalisée par ordonnance du gouvernement provisoire de la République française présidé par le général De Gaulle21. La RNUR est créée pour compenser les actions de collaboration de Louis Renault (arrêté le 23 septembre 1944 pour « commerce avec l’ennemi »). La RNUR sera dirigée à partir de 1945 par Pierre Lefaucheux22, jusqu’à sa mort accidentelle en 1955. Sous sa direction, l’usine de Billancourt se modernise et les salariés gagnent leurs droits de haute lutte face à un patronat davantage préoccupé par les questions de rentabilité financière et de visibilité de la marque. La présidence de Lefaucheux va généraliser le travail en équipe caractéristique de la division taylorienne du travail. Les sociabilités d’atelier se renforcent. Ce contexte socio-économique lié à la nationalisation a engendré une prise en compte des loisirs des salariés dans le cadre de la restructuration des temps sociaux des fractions de travailleurs. La démarche a conduit à la création de trente sections du club « Loisirs et Culture » au sein de la RNUR, regroupant plus de cinquante disciplines sportives. Si le football y tient une part importante, une offre diversifiée en termes de loisirs s’est développée depuis que le CE existe (de la culture aux sports nautiques).

10Pour en rendre compte, il s’agit d’adopter un plan chronothématique allant de la genèse des sections canoë à la privatisation du groupe en 1995.

Émergence et développement des clubs sportifs de Renault

  • 23 Sur la définition de l’associativité ouvrière et le rôle des CE, voir notamment à ce sujet : Michel (...)

11Pour décrire la dynamique associative, il faut non seulement retracer la forme concrète que prennent ces clubs, mais aussi traiter des questions sociales nouvelles qu’elles posent, à commencer par celle de l’autonomie des ouvriers dans l’organisation des pratiques23. Cette démarche relève de l’histoire institutionnelle que nous menons sur la section de Billancourt et sur celle du Mans.

  • 24 Des sections aviron, aujourd’hui dénommées Association sportive Renault Trucks de Vénissieux et Cae (...)
  • 25 Jean-Jules Jusserand, Les sports et les jeux d’exercice de l’ancienne France, Paris, Plon, 1901, 47 (...)
  • 26 Sur le lien entre fleuve et canotage, voir Antoine Marsac, « Villes et pratiques canotières au XXe  (...)
  • 27 AD Sarthe, ARDOS 27-30, 2000, revue Cénomane, p. 64. ; La Vie mancelle et sarthoise, n° 380, mai-ju (...)

12Dès la fin du XIXe siècle, les grandes firmes automobiles, comme Peugeot, utilisent le sport comme vecteur de leur politique sociale (œuvres sociales, mutuelle, prêt). Cette démarche s’apparente à une redistribution contrôlée des richesses produites. La création du CE au sein du groupe industriel est un acte fondateur qui a marqué l’histoire sociale de la France par ses luttes. Les activités nautiques y sont présentes, comme en témoigne la création de clubs d’aviron24. Cependant, le canotage est une activité répandue durant toute la Belle Époque sur les bords de Seine et de Marne, de la sortie des quais de Paris jusqu’aux berges du Bois de Boulogne25. Cette activité s’organise dans le cadre de sociétés nautiques (canoë clubs), au recrutement social bourgeois. Cette exploitation du fleuve par le loisir permet de dissocier les fonctions que leur assignent les travailleurs. Le canotage jouxte les établissements de bain présents dans la Seine à la fin du XIXe siècle puis, à la Belle Époque, des excursionnistes affluent vers la location de canots de l’île Seguin26. Au Mans, des bains en eau froide sont fréquentés par des ouvriers dès le début du XXe siècle27. Puis la volonté de s’extraire momentanément de la ville est portée par les responsables syndicaux. Mais nous verrons que ce projet se heurte vite à des difficultés.

  • 28 Jean-François Davoust et Igor Martinache, Du sport ouvrier au sport oublié ? Histoire mêlée de la C (...)
  • 29 Patrick Fridenson, Les ouvriers..., op. cit., p. 53.
  • 30 Ibidem, p. 55.
  • 31 Permis par les champs d’application de l’ordonnance du 22 février 1945 modifiée par la loi du 16 ma (...)
  • 32 Jacqueline Costa-Lascoux, Émile Temime, Les hommes de Renault-Billancourt, mémoire ouvrière de l’îl (...)
  • 33 Archives nationales du monde du travail, FR ANMT 1997_012.
  • 34 Jean-François Davoust et Igor Martinache, op. cit., p. 67.

13Si l’origine d’un premier club Renault remonte à 1917, avec le Club olympique des Usines Renault28, les activités sportives ne se développent résolument qu’à la fin de l’entre-deux-guerres29, car la création de l’usine de l’île Seguin en 1929 a amené des milliers de salariés à travailler dans des conditions harassantes. Grèves, crises, occupation d’ateliers et conflits avec le patronat ont rythmé la vie de la RNUR. Mais le temps du hors-travail s’affirme à mesure que le loisir s’immisce dans les modes de vie, d’abord pour les cadres puis pour les ouvriers. En 1943, le club des agents de maîtrise, techniciens et employés inaugure la première section kayak30. Mais c’est la création des CE par la loi de 194631 qui va résolument permettre d’offrir de nouvelles perspectives aux salariés en matière de loisir. L’instance représentative paritaire créée dans le contexte de la Libération est une instance représentative du personnel. Les CE marquent la vie économique et sociale des territoires dans lesquels les usines sont implantées. Auparavant, les délégués du personnel ont été créés par le Front populaire. Conformément à la loi, les CE sont administrés par les délégués du personnel nommés suite aux premières élections professionnelles, et le droit au loisir et à la pratique sportive font partie intégrante de la vie des usines. Si Renault se positionne comme une firme qui œuvre pour les familles de ses salariés, les membres de son CE, délégués du personnel élus de la CGT en majorité, vont asseoir leur domination sur le COB (Club olympique de Billancourt). La production par les dirigeants d’un projet centré sur les ambitions d’éducation populaire relève à la fois de la prise de conscience politique à travers les loisirs et de sa réception par le public visé, les ouvriers. Mais les travailleurs pauvres, pour la plupart ouvriers spécialisés, souvent immigrés, sont assignés à résidence dans la périphérie des faubourgs et exposés au vieillissement prématuré32. Ils n’adhèrent à aucune section de club sportif, mais en revanche envoient leurs enfants dans les colonies de vacances organisées par le CE. Des ouvriers s’adonnent, quant à eux, à la navigation en canoë entre le pont de Sèvres et l’île Seguin. Dans ce cadre, « Loisirs et culture » est une association créée en 1948, agréée par le ministère de l’Éducation nationale33 suite aux premières élections au CE : « Le COB passe alors sous la tutelle du CE. Et c’est un cégétiste, Fourquet, qui y est alors en charge des sports, loisirs et culture, que ses camarades du CE et lui pensent alors en étroite association. En à peine un an, l’essor du club est considérable, tant du point de vue des effectifs que des activités proposées. […] Un tiers des participants de cette dernière section sont ouvriers34 ».

14Dans les décennies d’après-guerre, le COB obtient des résultats remarquables en compétition dans les sports majeurs. En 1960, Michel Jazy est médaillé aux Jeux olympiques de Rome en 1500 mètres. Au sein de la RNUR, le canoë se pratique d’abord lors des congés et durant le temps des vacances. À ce titre, Jacques Frémontier rappelle l’évolution du temps libre : « Dès 1955, les travailleurs de la RNUR obtiennent trois semaines de congés payés. En 1962, ils conquièrent la quatrième semaine. Pendant tout le mois d’août, Billancourt ferme ses portes ». Mais ce temps libéré n’est pas forcément synonyme de départ en voyage pour tous. De nombreux ouvriers qui s’épuisent toute l’année au travail doivent se contenter des bords de Seine pour seul lieu de travail, de promenade et d’exercice. Au cours des années 1960, les créations de sections à vocation sportive se succèdent. Les logiques sociales qui sous-tendent ces initiatives reposent sur des velléités d’encadrement de la classe ouvrière jusque dans la sphère des loisirs. Pour les cadres de Renault, cela constitue un moyen de contrôler les équipes de travail pour éloigner les ouvriers des maux qui menacent le temps d’après-travail (la fréquentation des bistrots et, indirectement, l’alcoolisme) et le syndicalisme. La direction de Renault centralise ses décisions au sein d’un comité interétablissement dont les émanations se répartissent dans chacune des usines (Billancourt, Le Mans, mais aussi Cléon).

15En 1962, Joffre Dumazedier, sociologue du loisir, décrit cette mutation sociale en ces termes :

  • 35 Sur ce point, voir les travaux des ethnologues : Noëlle Gérome, Les productions symboliques ouvrièr (...)
  • 36 Joffre Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Éd. du Seuil, 1962, p. 86.

« Le groupe de travail (entreprise ou comité d’entreprise) assume de plus en plus l’organisation du loisir. Désormais, la fonction sociale de l’entreprise s’est élargie en fonction socioculturelle35. Selon la loi française de 1945, l’organisation de ces activités récréatives et culturelles sur le lieu de travail devrait être indépendante de la direction de l’entreprise et de celle des syndicats. En fait, très peu de comités d’entreprise ont ce caractère d’indépendance de la direction de l’entreprise et de celle des syndicats. Certains sont à dominante syndicale, les autres, plus nombreux, contrôlés par les patrons d’industrie. Mais quelle que soit l’orientation de ces comités, l’organisation des loisirs est une préoccupation nouvelle des entreprises modernes36 ».

16Le CE de la RNUR joue un rôle pionnier en faveur du canoë par l’action des syndicalistes CGT qui, en étant élus, vont impulser une dynamique en faveur de sa diffusion.

  • 37 Jacques Frémontier, op. cit., p. 160.

17Pour contrer l’association Loisirs et culture et son club sportif, le COB, le Billancourt athlétic club (BAC) est fondé fin 1959 sous la tutelle de la Régie des usines Renault : « En décembre 1959, la direction a fondé un club maison pour barrer la route au club olympique de Boulogne. Elle a fondé le club avec une majorité de cadres et certains ouvriers qui pensaient par ce biais avoir une promotion dans l’usine. Aujourd’hui, le BAC végète. […] La régie veut qu’on monte des équipes de valeur. Nous, on veut faire faire du sport au plus grand nombre d’ouvriers possible37 ».

Essor des sections de canoë : 1960-1971

  • 38 AD Sarthe, 1714 W 117, Déclaration type des sections locales de l’association Loisirs et culture RN (...)

18Créée en 196038 par le CE dans lequel la CGT est majoritaire suite aux élections qui lui assurent la prépondérance, la section canoë du Mans se révèle au sein des championnats organisés par la Fédération française de canoë-kayak et par la Fédération sportive et gymnique du travail. Dès lors, les statuts de ces sections sont certes liés à une œuvre sociale, mais aussi à la compétition sportive. Cette double affiliation peut même amener l’entreprise à de nombreuses opportunités de communication, notamment en termes de mise en avant des performances et des résultats sportifs de niveau international (onze titres de champion de France, un titre européen et une participation aux Jeux olympiques de 1972 sont enregistrés). C’est donc autour de ces liens unissant la société et le club de canoë que l’entreprise saisit l’opportunité de communiquer pour souligner son ancrage local. C’est aussi sur ces règles tacites de solidarité propres aux sociabilités d’atelier que se structurent les groupes de pratiquants canoéistes qui se retrouvent chaque week-end pour descendre des cours d’eau dans tout le bassin parisien.

  • 39 La Vie mancelle et sarthoise, n° 416, avril 2011, p. 25.

19Les sports nautiques se définissent comme des activités pratiquées par chaque section sur les cours d’eau des territoires étudiés : la Seine (à Boulogne-Billancourt) et la Sarthe (au Mans39). Du fait de ce contexte, des moyens financiers alloués par l’entreprise à la pratique sportive des ouvriers et employés demeurent soumis aux décisions des élus au comité d’entreprise, la direction de Renault contrôlant les adhérents par l’intermédiaire des subventions versées en fonction du nombre d’adhérents. Celle-ci doit faire face aux revendications des représentants du personnel répartis dans les syndicats majoritaires (initialement la CGT, puis une coalition CGE-CFDT). Dès lors, cette mainmise de la RNUR sur les loisirs du personnel se renforce à travers la diversification des sections et en parallèle grâce à la visibilité du sport automobile, qui enregistre des victoires en championnat (dans les courses automobiles de formule Renault ou au banc d’essai des voitures de course).

20Les acteurs bénévoles de ces expériences se regroupent et échangent, une doctrine se dégage et les premiers statuts des clubs sont déposés en préfecture. Portés par leur propension inhérente à leur métier et leur vision du monde, les salariés membres du CE tendent à sélectionner les membres de ces sections canoë par affinités idéologiques selon la proximité avec le syndicat majoritaire, la CGT.

  • 40 Ibidem, p. 178.
  • 41 Ces dimensions sont mentionnées dans les conventions collectives, documents de travail, des dossier (...)

21Les deux sections canoë de Billancourt et du Mans apparaissent de manière concomitante en 1960. Il y a une singularité de par leur vocation omnisport, car le Club olympique de Billancourt rassemble le sport ouvrier et des cadres de l’entreprise. La compétition sportive serait devenue un instrument de promotion sociale des salariés, lié aux enjeux de positionnement dans l’organigramme de l’entreprise. Le jugement des 120 ouvriers interrogés par Jacques Frémontier demeure sévère : « les installations sont insuffisantes40 ». L’auteur mentionne le renoncement à la compétition des ouvriers des équipes les plus touchées par le travail harassant et l’organisation taylorienne. Pour lutter contre le surmenage, le sport est préconisé par les cadres de la RNUR41 au sein des ateliers.

  • 42 Archives du COB.
  • 43 Entretien avec Raymond Hubert, 13 novembre 2017.

22Le Billancourt athlétique club, en dépit d’une localisation parfois peu fonctionnelle, car sans accès direct à l’eau, a subsisté. En effet, les pagayeurs ont rencontré des difficultés pour la mise à l’eau des embarcations au pont de Sèvres42 et la direction en est informée par les délégués syndicaux s’adonnant au canoë43.

  • 44 Nom donné à la rue dans laquelle se trouvent les stades et autres installations sportives de la RNU (...)
  • 45 Rappelons que les usines Renault de Billancourt et du Mans regroupent respectivement 38 000 et 10 2 (...)
  • 46 Un employé à l’usine RNUR de Flins fonde la section canoë de l’Association sportive mantaise. La Ri (...)
  • 47 Daniel Bonnigal, Mémoire sur la renaissance de la Fédération française de canoë et du comité région (...)
  • 48 Ibidem, p. 7.

23Les deux clubs étudiés ne constituent donc pas des entités autonomes, car ses membres demeurent contrôlés par leur employeur, la RNUR. Ainsi, les locaux sont alloués par la direction de l’usine au CE de Renault (comme ceux des équipements sportifs dits du Spoutnik près de l’usine Renault au sud du Mans44). Au Mans, les membres des sections de la RNUR doivent se procurer seuls leur matériel de compétition et d’autres sont aussi inscrits dans différentes associations comme les sections de province du Canoë-kayak club de France ou le Touring club de France (TCF). Dans ces clubs, ouvriers qualifiés et employés de bureau se côtoient. Les uns dominent les autres car le canoë peut être considéré comme un sport mineur, bien qu’il constitue dans les années 1960 un passe-temps distinctif pour les familles d’ouvriers45. En effet, ce sport associé aux vacances devient un phénomène de masse dans une France qui s’urbanise et s’industrialise. Si les citadins adhèrent en particulier depuis le milieu du XIXe siècle, le canoë se pratique avant tout le week-end et durant les vacances. Au mitan des années , au sein des CE, les ouvriers sont initiés à des activités socialement peu considérées, comme le jeu de boules ou les fléchettes. L’organisation du canoë est un élément du projet élaboré par le mouvement syndical, hérité de 1936 et de la Libération, s’inscrivant dans un encadrement social. Les ouvriers naviguent sur les torrents sous l’effet du besoin de s’évader de la ville. Un réseau constitué par le Touring club de France s’occupe à partir de 1932 d’aménager les parcours et les clubs de canoë de l’industrie en bénéficient46. Cependant, ce sport a peu touché les ouvriers, jusqu’à ce qu’il se « démocratise » dans les années 1960 par le biais de la construction composite liée aux chantiers navals. En effet, des dizaines de canoës ont été fabriqués dans des locaux alloués par les entreprises pour lancer des sections de canoë. La grande industrie, comme celle de l’automobile, a su tirer profit du rôle des CE. Un partenariat est même signé entre fédérations en 196547 : « Le 1er juin 1965, un protocole d’accord a été signé entre la FFCK et la FSGT. C’est un accord de fédération à fédération, qui n’engage pas les clubs. Il s’agit pour les licenciés de chaque fédération de pouvoir participer à une organisation de l’autre fédération avec sa propre licence. Les résultats de cette expérience n’ont pas été à la hauteur espérée, notamment par le manque relatif de cadres bénévoles à la FFCK par rapport à l’extension de l’activité des disciplines sur le plan national48 ».

24Au Mans, les membres du CE font alliance avec des adhérents d’autres clubs :

  • 49 En référence au Club olympique de Pontlieue, situé dans le quartier du Mans, dans lequel est implan (...)
  • 50 Revue La Rivière, n° 414, 1961.

« À la fin de l’année 1965, Jean-Claude Richet, de “Loisirs et culture” (nom de la section dont dépendent les canoéistes de Renault) décide de former le Canoë-kayak club du Mans. Il faut dix personnes majeures pour prétendre constituer une association loi 1901, disait-on. Six éclaireurs, trois “Renault”, le compte y était presque et les gens du Touring club de France de Fresnay-sur-Sarthe nous avaient fait savoir qu’ils se joindraient à nous si un club se formait officiellement. À la fin septembre, le mot est passé : rendez-vous au café du haut de la rue Nationale, on nous prête la salle du premier étage ! Des règlements intérieurs “Renault et COP”49 sont examinés, nos propres statuts sont établis. Nous forçons la main à une accompagnatrice pour être la dixième majeure et le comité directeur est constitué, avec pour président Richet. Au Journal officiel du 2 octobre 1965, 1e CKCM devient légal sous le numéro 2671. Dès le début 1965, un chroniqueur du mensuel La Rivière posait la question : Le Mans va-t-il devenir un nouveau centre du canoë-kayak ? Prémonitoire ? Certainement. »50

25Cet extrait démontre l’enjeu du regroupement entre clubs et l’abandon pour une part, au Mans, de la dimension corporatiste liée aux usines Renault au profit d’une association sportive ancrée localement et s’ouvrant à d’autres adhérents de la ville.

26À Billancourt, c’est la même logique qui prévaut. Davoust et Martinache rappellent que :

« Au début des années 1970, le COB compte autour de 3 000 licencié.e.s, réparti.e.s dans 35 sections différentes. Ce succès semble déplaire à la direction de Renault, puisqu’au milieu de la décennie, celle-ci décide de lancer le Billancourt athlétic club (BAC) pour concurrencer le COB. Celui-ci doit lui céder la moitié des installations, et le BAC récupère un certain nombre de cadres de l’entreprise ».

  • 51 Jeanne Dufour, L’influence de l’usine Renault du Mans sur la vie rurale du département de la Sarthe (...)

27Dès lors, un clivage se fait jour au sein des sports nautiques de la RNUR, car les sociabilités d’ateliers s’effritent. Le phénomène d’identification des ouvriers à leur entreprise décline. En questionnant le sport des ouvriers par ses marges, il s’agit de porter une réflexion sur un mode de vie (camping, itinérance) en tension avec la condition ouvrière ordinaire. La dialectique entre travail et loisir engendre un rapport particulier aux exercices et à la compétition, qu’il convient de décrire. De la domination à l’ancrage territorial, l’ouvrier et l’employé sont contrôlés et leur adaptabilité, c’est-à-dire leur mobilité, leur souplesse, sont mesurées pour un meilleur asservissement individuel au profit d’une grande entreprise dont le siège s’emploie à recruter des milliers de salariés. Le joug de la direction s’exerce avec la complicité tacite des cadres, en dépit d’un constat relatif à la dureté des conditions de vie (fatigue et perte de temps) pointée depuis des décennies par les équipes d’ouvriers51. La domination des contremaîtres sur les ateliers se rejoue aux clubs de canoë. Soumis à la précarité, celle-ci est plus prégnante dans le cas des intérimaires, qui sont exclus de toute participation à ces clubs car n’étant ni salariés ni ayants droit du CE.

  • 52 À ce sujet, voir notamment Patrick Fridenson, Les ouvriers..., op. cit.
  • 53 Michel Winock, Chronique des années soixante, Paris, Éd. du Seuil, 1982, p. 148.
  • 54 Jean-Claude Monnet, Un sociologue chez Renault, de Pierre Bourdieu à Carlos Ghosn (1984-2005), Pari (...)

28Des ouvriers de Renault vont préférer les activités qui leur permettent de se tenir à l’écart, comme l’excursionnisme, que les membres du club de Billancourt affectionnent particulièrement52. Si la composition au sein de ces entités demeure hétérogène en apparence, elle rassemble dans ces clubs ceux qui sont mus par « l’éloignement temporaire de la machine53 ». La sociabilité d’atelier se double d’affinités idéologiques, car le taux de syndiqués au sein de l’usine du Mans avoisine en 1970 les 60 %54, dépassant même 80 % dans certains ateliers.

Compétition sportive vs « libre » exercice syndical 

  • 55 « Rallye des Alpes mancelles », La Rivière, n° 419, 1963, p. 12.
  • 56 Bulletin fédéral, FFCK, n° 14, 1965, p. 8.

29Selon l’adage d’un groupe plus fort qu’une somme d’individus, les membres de la direction de la RNUR vont encourager la compétition à Billancourt. Ce développement du nombre de sportifs agrandit le cercle des acteurs des CE. Cela permet également l’adhésion au projet d’ouvriers que promeuvent en retour les actions des membres du CE. Cependant, l’accès aux décisions au sein des clubs est très inégalement distribué, car la RNUR contrôle toute décision prise par le CE. En 1963, un rallye touristique55 est organisé par le CE du Mans. « Depuis 1965, le critérium annuel dit des “Alpes mancelles” est organisé sur la Sarthe par le comité d’entreprise de la Régie Renault du Mans. Cette manifestation sportive d’envergure nationale, qui avait vu 16 bateaux classés montés par 238 coureurs56 » devient une réalisation majeure de l’action du CE. La question de la compétition est traitée non sans ambiguïté. Depuis mars 1964, des canoéistes se rencontrent régulièrement sur les cours d’eau régionaux : Sarthe, Colmont, Rouvre, Orne. Tous sont épris de compétition, mais dépendent de différents groupes. L’entraînement et la participation à des championnats occupent une partie de la section canoë du CE Renault. Ces derniers pourraient disposer de matériel et d’effectifs importants de personnels, mais la compétition n’y est que tolérée et les embarcations personnelles ne sont pas acceptées dans les locaux du CE au Mans.

  • 57 Jean-François Davoust et Igor Martinache, op. cit., p. 26.

30Parce qu’elle est jugée « individualiste et non “conforme” à l’idée collective héritée de Mai 68 », la compétition est un sujet de discorde qui ravive les conflits propres aux liens de subordination qui prévalent dans l’usine. Davoust et Martinache rappellent à ce titre, que « Comme souvent à cette époque, le club est entièrement sous la férule de la direction, qui entend en faire un instrument parmi d’autres de contrôle paternaliste sur ses salarié.e.s, mais aussi de prestige et de publicité pour la société, dans un secteur automobile alors en plein essor57 ». De ce fait, la compétition apparaît comme le point de divergence entre les élus du CE, portés par les idéaux de la CGT, et la direction de la RNUR, qui entend promouvoir la visibilité du groupe dans les grands championnats.

31Il s’agit maintenant de replacer l’importance des compétiteurs dans le registre d’action des deux clubs : Billancourt et Le Mans. Pour les délégués syndicaux du CE, l’entrée dans la compétition s’inscrit dans le droit fil des préconisations patronales. En effet, les sélections en équipe de France d’athlètes issus des sections canoë de la RNUR seront communiquées dans les documents internes. La direction de la RNUR n’a cessé de soutenir la pratique sportive à destination de ses salariés, dans un double objectif hygiénique et de contrôle des carrières. Mais les affinités, grâce à la sociabilité propre aux activités sportives, ont joué un rôle régulateur des tensions dans les ateliers et sur les chaînes de production. Plus encore, la compétition organisée dans le cadre des sports nautiques serait devenue un vecteur de promotion de la direction auprès des salariés. Leur composition sociale témoigne d’une forme d’émancipation ouvrière, mais contrôlée par une majorité d’ouvriers qualifiés. Il n’y a pas d’ouvriers spécialisés.

Répartition CSP des adhérents aux clubs

BAC RNUR Billancourt

COP RNUR Le Mans

Ouvriers qualifiés

46

34

Autres (ingénieurs, contremaîtres…)

28

32

TOTAL

74

66

32Tableau : effectif des sections et répartition sociale en 1971 (association Renault Histoire)

33Cette inégale répartition des salariés rend compte de la mainmise de la direction de la RNUR sur le CE. À Billancourt, à partir de 1972, un subventionnement des compétiteurs de la part du CE est entrepris à la demande de la direction de l’usine. Il vise à représenter la RNUR dans les compétitions nationales et internationales. Dans ce jeu à trois, les syndicalistes exercent leur droit de veto sur le rapport de force existant avec la direction qui exploite l’image des sportifs. Des revendications de moyens alloués aux sportifs aboutiront à des accords pour le financement des déplacements en compétition.

34En 1980, Feuillette et Lutz recensent vingt-huit associations ou sections de clubs omnisports consacrées à la pratique du canoë et liées à l’industrie, dont les statuts ont été déposés dans les préfectures françaises depuis deux décennies. Mais, à la différence des autres branches, les clubs sportifs de l’automobile promeuvent la compétition en versant les subventions aux CE sans que ces allocations soient perçues directement par les clubs. Le rôle du comité central d’entreprise dans les orientations décisives est donc un intermédiaire incontournable en dépit d’un litige à propos de la reconnaissance du syndicat par la direction de la RNUR. À Billancourt comme au Mans, le CE scelle les relations existantes entre les syndicalistes de l’usine et la localité. Mais le sport y est une activité qui s’accomplit hors des luttes ouvrières, pour s’inscrire davantage dans l’évolution des besoins des ouvriers. Pour cette raison, la compétition est considérée comme un recul de l’idéal collectif, elle n’est pas encouragée par le CE de Renault. Derrière ce « diktat de l’idéologie sociale » se trame l’essentiel, le délitement de la sociabilité d’atelier au profit d’une inscription résidentielle dans les territoires de vie des salariés. Des mesures sont prises par la direction de la RNUR, destinées à « reprendre la main » sur les orientations syndicales. Les projets collectifs sont mis en avant en ce sens.

35Mais, à partir de la fin des années 1960, la compétition prend beaucoup d’importance au sein des sections de Billancourt et du Mans, reléguant la sociabilité ouvrière dans l’espace de travail.

  • 58 Archives du club, CE Renault, Association Renault Histoire.

36En 1971, un terrain est alloué au BAC58 pour organiser les entraînements. L’enquête menée par Jacques Frémontier à Boulogne-Billancourt chez les ouvriers de la RNUR pointe le rôle du CE dans cette inscription territoriale. L’organisation du club est fortement influencée par le comité d’entreprise, qui contrôle les compétiteurs. Mais le collectif ouvrier participant aux compétitions est dépendant de la division du travail en équipe à l’œuvre dans l’entreprise :

  • 59 Jacques Frémontier, op. cit., p. 159.

« Je fais du canoë-kayak. C’est un sport qui demande des week-ends. Comme je fais équipe, cela pose des problèmes. Je travaille le dimanche pour récupérer un autre jour qui me permet d’avoir un week-end entier. Dans l’île, il y a beaucoup de gens qui font équipe qui ne peuvent pas y participer. Le comité d’entreprise fait des efforts pour organiser les loisirs en fonction des équipes. »59

37La sociabilité d’atelier, malgré les tentatives de la direction de dissoudre les groupes de pratiquants, s’inscrit dans une perspective progressiste. Le sport présenté, en apparence, comme apolitique par ses promoteurs, peut révéler des lignes de partage entre groupes sociaux dans la même usine. Ne peut-on y voir une nostalgie de la France rurale ou a minima la construction d’un ailleurs compensatoire face à la dureté des conditions du travail usinier ?

38En 1971, la crise de la production industrielle de Renault entraîne une réduction des effectifs qui engendre la baisse de la dotation budgétaire au CE. Dans ce contexte surgit la fermeture de clubs, comme la section canoë de la RNUR Le Mans. Ses anciens membres adhèrent alors à des clubs sportifs de la ville. Les dirigeants de l’entreprise, en négociation avec les membres du comité central d’établissement, recentrent leur activité sur des disciplines sportives dans lesquelles les adhérents sont plus nombreux (football, basket…) et des activités qui rencontrent un vrai succès populaire (bal…). À Billancourt comme au Mans, le canoë est une activité qui entre dans le besoin de retour à la nature. Elle concerne d’abord des ouvriers désireux de naviguer sur la Seine ou la Sarthe. La présence d’ouvriers qualifiés ayant des aspirations d’employés ou d’ingénieurs apparaît inédite. Les CE distillent une culture sportive qui influence l’organisation des clubs dans les territoires. Le nom du quartier est adossé au club et à la place du nom de l’entreprise qui renvoyait au tissu socio-économique. Ce fait participe de l’ancrage territorial des associations : à Boulogne-Billancourt et Pontlieue, quartier du Mans.

1986-1996 : la fin des clubs de canoë subventionnés par Renault

  • 60 Archives nationales du monde du travail, FR ANMT 1997_012. p. 7.
  • 61 Ibidem, p. 9.
  • 62 Entretien avec Raymond Hubert, le 13 novembre 2017.

39Dans l’usine de Billancourt, les premiers licenciements collectifs liés au processus de fermeture interviennent en 1986. Ils s’accompagnent de coupes budgétaires ayant des effets néfastes sur le budget des clubs sportifs de la firme60. La grande crise financière de 1985 a engendré un recentrement des objectifs de l’entreprise. Cela a des conséquences sur la redistribution des subventions de l’entreprise aux sections. En 1986, la crise de production entraîne d’autres réductions budgétaires. Cela amène les dirigeants de la RNUR à supprimer les subventions allouées, entraînant ainsi la disparition de ses sections, à l’exception des sections aviron et canoë-kayak. Cette situation amène les dirigeants à se rapprocher des municipalités voisines. De 1985 à 1995, les moyens alloués au club demeurent précaires. La fermeture de l’usine Renault de Boulogne-Billancourt est annoncée en 1989. En mars 1992, le démantèlement de l’île Seguin va engendrer l’abandon progressif de la vocation corporatiste du BAC61. Dès lors, la compétition est promue par le CE. Ce renvoi à la performance montre que les sections demeurent hiérarchisées : « Cela accentue la division entre ouvriers et cadres62 ». La vocation ouvrière se tarit avec l’extinction progressive de la participation des CE de l’industrie automobile au sein de ces associations. En 1996, avec la privatisation de Renault et la perspective de la vente par l’entreprise des différents terrains de son patrimoine, le club devient un club municipal. Depuis 2007, il est installé sur l’île Monsieur à Sèvres (longtemps exploitée par Renault). Bien qu’en partie subventionné par la firme, le Conseil départemental des Hauts-de-Seine et les municipalités de Sèvres et Issy-les-Moulineaux en sont les principaux partenaires.

Conclusion

  • 63 Patrick Fridenson, Les ouvriers…, op. cit., p. 62.

40L’étude de la sociabilité de deux clubs conduit à identifier trois types de dynamiques qui se déclinent en des problèmes intrinsèquement liés aux relations entre clubs et comités d’entreprise. L’organisation de séjours et de compétitions à destination de populations initialement peu enclines à pratiquer le canoë traduit la force de conviction des acteurs qui composent l’univers professionnel des usines de l’industrie automobile. En fait, cet ensemble de registres s’est diversifié au cours du processus d’intégration territoriale des associations. Dans cette perspective historique se sont opérées des redéfinitions progressives des dynamiques des deux associations étudiées. On pourrait croire que le sport, et de surcroît une activité nautique pratiquée conjointement par des ouvriers, des cadres et des employés, produiraient un nivellement des hiérarchies sociales. Or, il n’en est rien. Derrière la futilité du loisir se trame une recomposition des rapports de force entre les représentants syndicaux (par l’intermédiaire du CE) et le patronat. Cependant, on ne peut réduire le développement des sports nautiques uniquement à l’action syndicale. D’autres réseaux de sociabilité interagissent. En effet, les dirigeants de la Régie nationale des usines Renault vont insuffler une forme de « paternalisme sportif63 ». La direction de la RNUR, à travers le sport, s’inscrit dans une logique d’autorenforcement. L’hypothèse de la mainmise de la direction sur les compétiteurs des deux clubs est validée. Dans la seconde moitié du XXe siècle, ces clubs s’inscrivent dans une histoire commune avec les mutations des conditions de vie, même s’ils peuvent être influencés par des évolutions des modes propres aux ouvriers au sein de l’usine.

41Il s’agissait de questionner l’apport des sports nautiques à la sociabilité d’atelier. La vie de plein air (camping…) peut être pensée comme une volonté de cimenter le collectif et de se renforcer en partie par le syndicalisme. Or, la section devient un instrument de contrôle social et de régulation des conduites, car elle participe d’une double domination : celle des cadres (représentant la direction) sur les ouvriers, celle des responsables du CE et des délégués syndicaux sur les adhérents. La mainmise de la direction de Renault sur les sociabilités ouvrières engendre des contraintes dans le temps de loisir. Mais loin de décrire une condition fataliste, il faut réaffirmer le truchement des socialisations ayant cours dans les ateliers, qui auront permis aux ouvriers de pratiquer des sports nautiques (avec la voile aux Glénans), certes distinctifs mais néanmoins en rupture momentanée avec la condition ouvrière. Cette étude invite ainsi à déconstruire la croyance selon laquelle le sport ouvrier dans l’industrie automobile serait autonome vis-à-vis des organisations sportives. Le passage d’associations corporatistes dans l’associativité ordinaire ne peut s’affranchir de la domination sociale des firmes, qui prévaut dans les sections créées par les comités d’entreprise, empruntant la « voie officielle » des compétitions.

Haut de page

Notes

1 Patrick Fridenson, « Les ouvriers de l’automobile et le sport », Actes de la Recherche en sciences sociales, n° 79, 1989, p. 50-62.

2 Gilles Pronovost, Sociologie du temps, Bruxelles, De Boeck, 1996, p. 37.

3 Jacques Frémontier, La forteresse ouvrière : Renault, Paris, Fayard, 1971, p. 159.

4 Patrick Fridenson, op. cit., p. 56.

5 Fabien Sabatier, Histoire des organisations sportives communistes de France au XXe siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2014, 190 p.

6 Sur cette question, voir Marion Fontaine, « Sport, sociabilités et politisation », Cahiers Jaurès, janvier-juin 2016, p. 63-76.

7 Pour une étude sur les liens entre sport, lieu de travail et villes, voir Julien Sorez, Le football dans Paris et ses banlieues de la fin du XIXe siècle à 1940 : un sport devenu spectacle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

8 Xavier Vigna, Histoire des ouvriers en France au XXe siècle, Paris, Perrin, coll. « Pour l’Histoire », 2012, 404 p.

9 Pour définir ce que nous entendons par sociabilité, nous nous référons aux travaux de Maurice Agulhon sur les cercles et les regroupements au sein d’entités plus ou moins officielles : Maurice Agulhon, La République. De Jules Ferry à François Mitterrand (1880-1995), Paris, Hachette, 1990, 539 p.

10 Pierre Arnaud (dir.), Les origines du sport ouvrier en Europe, Paris, L’Harmattan, 1994, 320 p.

11 Noémie Beltramo et Karen Bretin-Maffiuletti, « Itinéraire d’un club communautaire polonais : le Club sportif Orion à Montceau-les-Mines (années trente-années soixante) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 120, 2013, p. 77-88.

12 Par leur ancienneté, respectivement en 1898 d’abord en rive droite de la Seine puis sur l’île Seguin pour Boulogne-Billancourt et en 1920 pour Le Mans. Elles sont parmi les trois plus grandes usines du groupe Renault avec Flins.

13 Cette association s’adresse principalement aux ouvriers de Boulogne-Billancourt, mais aussi à ceux de Saint-Ouen, du Mans et aux employés du siège.

14 Automatisation, robotisation, mais également taylorisme et toyotisme. Voir notamment à ce sujet Régis Boulat, « La productivité et sa mesure en France dans les années cinquante », Histoire et mesure, vol. 21, n° 1, 2006, p. 79-110.

15 Renaud Sainsaulieu, Les Relations de travail à l’usine, Paris, Éd. d’Organisation, 1972, 295 p.

16 Patrick Fridenson, op. cit., p. 52.

17 La Fédération française de canoë-kayak (FFCK) et la FSGT.

18 Bâtiments nommés par des lettres et numéros au Mans, fonderie et ateliers fabriquant des tracteurs, mais aussi des trains avant et arrière destinés à l’assemblage vers les usines de Paris et de la Vallée de la Seine (Flins, Cléon).

19 Sur la période 1949-1996, répertoire numérique détaillé établi par Élise Dutarte, ingénieur des services culturels et du patrimoine, sous la direction de Déborah Pladÿs, secrétaire de documentation, et Raphaël Baumard, conservateur du patrimoine, Roubaix, 2017, ANMT 1997_012.

20 Archives nationales du monde du travail, FR ANMT 1997_012. 1997_012_002.

21 Patrick Fridenson, « Le périple de la nationalisation de Renault », Renault Histoire, 2014, n° 31, p. 63.

22 Archives nationales du monde du travail, FR ANMT 1997_012. 1997_012_002.

23 Sur la définition de l’associativité ouvrière et le rôle des CE, voir notamment à ce sujet : Michel Verret, La culture ouvrière, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1996, p. 194.

24 Des sections aviron, aujourd’hui dénommées Association sportive Renault Trucks de Vénissieux et Caen demeurent les cercles nautiques les plus anciens au sein du groupe (Archives de l’association histoire Renault).

25 Jean-Jules Jusserand, Les sports et les jeux d’exercice de l’ancienne France, Paris, Plon, 1901, 474 p. 

26 Sur le lien entre fleuve et canotage, voir Antoine Marsac, « Villes et pratiques canotières au XXe siècle : du partage du fleuve au loisir », Colloque « Fleuve et territoires », 7e Rencontres de Mâcon, 13-14 septembre 2012, p. 6.

27 AD Sarthe, ARDOS 27-30, 2000, revue Cénomane, p. 64. ; La Vie mancelle et sarthoise, n° 380, mai-juin 2005, p. 25.

28 Jean-François Davoust et Igor Martinache, Du sport ouvrier au sport oublié ? Histoire mêlée de la CGT et du sport, Paris, Éd. Le Geai bleu, 2013, p. 45.

29 Patrick Fridenson, Les ouvriers..., op. cit., p. 53.

30 Ibidem, p. 55.

31 Permis par les champs d’application de l’ordonnance du 22 février 1945 modifiée par la loi du 16 mai 1946. Voir à ce sujet : Bernard Miège, Les comités d’entreprises, les loisirs et l’action culturelle, Paris, Éd. Cujas, 1974, 542 p.

32 Jacqueline Costa-Lascoux, Émile Temime, Les hommes de Renault-Billancourt, mémoire ouvrière de l’île Seguin, 1930-1992, Paris, Éd. Autrement, coll. « Français d’ailleurs, peuple d’ici », n° 142, 2004.

33 Archives nationales du monde du travail, FR ANMT 1997_012.

34 Jean-François Davoust et Igor Martinache, op. cit., p. 67.

35 Sur ce point, voir les travaux des ethnologues : Noëlle Gérome, Les productions symboliques ouvrières. Contributions à une anthropologie sociale de la connaissance, Ethnologie française, n° 14(2), avril-juin 1984, p. 123-124.

36 Joffre Dumazedier, Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Éd. du Seuil, 1962, p. 86.

37 Jacques Frémontier, op. cit., p. 160.

38 AD Sarthe, 1714 W 117, Déclaration type des sections locales de l’association Loisirs et culture RNUR.

39 La Vie mancelle et sarthoise, n° 416, avril 2011, p. 25.

40 Ibidem, p. 178.

41 Ces dimensions sont mentionnées dans les conventions collectives, documents de travail, des dossiers de correspondances avec des entreprises de l’automobile réunies dans notre corpus. (Archives de la CGT).

42 Archives du COB.

43 Entretien avec Raymond Hubert, 13 novembre 2017.

44 Nom donné à la rue dans laquelle se trouvent les stades et autres installations sportives de la RNUR au Mans.

45 Rappelons que les usines Renault de Billancourt et du Mans regroupent respectivement 38 000 et 10 281 salariés en 1970. Source : Jacques Frémontier, op. cit., p145.

46 Un employé à l’usine RNUR de Flins fonde la section canoë de l’Association sportive mantaise. La Rivière, n° 445, juin 1971, p. 13.

47 Daniel Bonnigal, Mémoire sur la renaissance de la Fédération française de canoë et du comité régional Rhône-Alpes et leur évolution de 1947 à 1972, Joinville-le-Pont, Fédération française de canoë-kayak, 18 p, p. 7.

48 Ibidem, p. 7.

49 En référence au Club olympique de Pontlieue, situé dans le quartier du Mans, dans lequel est implantée l’usine Renault dès 1918, comprenant de vastes cités ouvrières proches de l’usine et un terrain plat sur le bord de la Sarthe.

50 Revue La Rivière, n° 414, 1961.

51 Jeanne Dufour, L’influence de l’usine Renault du Mans sur la vie rurale du département de la Sarthe, Norois, 1961, n° 32, p. 452.

52 À ce sujet, voir notamment Patrick Fridenson, Les ouvriers..., op. cit.

53 Michel Winock, Chronique des années soixante, Paris, Éd. du Seuil, 1982, p. 148.

54 Jean-Claude Monnet, Un sociologue chez Renault, de Pierre Bourdieu à Carlos Ghosn (1984-2005), Paris, Armand Colin, 2013, 243 p.

55 « Rallye des Alpes mancelles », La Rivière, n° 419, 1963, p. 12.

56 Bulletin fédéral, FFCK, n° 14, 1965, p. 8.

57 Jean-François Davoust et Igor Martinache, op. cit., p. 26.

58 Archives du club, CE Renault, Association Renault Histoire.

59 Jacques Frémontier, op. cit., p. 159.

60 Archives nationales du monde du travail, FR ANMT 1997_012. p. 7.

61 Ibidem, p. 9.

62 Entretien avec Raymond Hubert, le 13 novembre 2017.

63 Patrick Fridenson, Les ouvriers…, op. cit., p. 62.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Marsac, « Le rôle du comité d’entreprise de la Régie nationale des usines Renault dans le développement des clubs de canoë : sociabilités et territoires  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 138 | 2018, 117-135.

Référence électronique

Antoine Marsac, « Le rôle du comité d’entreprise de la Régie nationale des usines Renault dans le développement des clubs de canoë : sociabilités et territoires  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 138 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/7163

Haut de page

Auteur

Antoine Marsac

Université de Bourgogne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page