Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'histoire

Chez l’habitant, ou… de l’URSS à la Russie (1990-2015)

Dominique Thoirain
p. 139-149

Résumé

Un étranger ne pouvait louer un appartement chez un particulier à Moscou ou dans les autres villes du pays jusqu’au milieu des années 1980. C’est devenu possible lorsque la libéralisation économique amorcée par les réformes de Mikhaïl Gorbatchev, plus connues sous le nom de perestroïka (1986-1991), a permis de développer ce type de pratique. Logeant chez l’habitant, j’ai pu comprendre les mutations du quotidien des Moscovites dans la période de bouleversement politique et économique qui a suivi.

Haut de page

Texte intégral

Chez Galina Vassilievna (avril 1990)… l’irruption de l’économie de marché

  • 1 Voir Dominique Thoirain, Avec mon ami Sergueï au crépuscule de l’URSS, Lormont, éditions Le Bord de (...)
  • 2 L’équivalent du conseil municipal.

1La perestroïka souffle ses cinq bougies lorsque je reviens à Moscou pour une dizaine de jours, dans cette ville qui m’est familière. La recherche universitaire que j’ai entreprise légitime ce séjour, mais je viens aussi à la rencontre de mon vieil ami Sergueï1. Dès mon arrivée, il m’investit du titre improbable de « porte-parole » de sa candidature aux élections à la Douma de Moscou2, premières élections à candidatures multiples, en tablant sur mon identité de Française pour asseoir sa notoriété. Je le suis dans le périple de sa campagne et renonce à ma rencontre programmée avec Iouri Chtchekotchikhin, ce journaliste réputé pour ses analyses des expériences pédagogiques novatrices et qui n’enquête pas encore sur les mafias, ce qui, plus tard, lui coûtera la vie.

2Je m’étais toujours sentie en sécurité, jusqu’alors, dans ce pays où les Occidentaux n’étaient pas légion. Nantie d’un passeport étranger et vêtue de manière moins uniforme que la foule de la rue, je jouissais d’une protection particulière, parfois même d’une surveillance qui décourageait toute velléité de s’en prendre à ma personne, l’agression d’une étrangère n’étant pas, ici, un délit mineur. Il n’en va plus de même depuis que des entreprises occidentales, attirées par l’ouverture du marché russe, ont installé leurs cadres dans la métropole. Rien ne les distingue des autres passants, gagnés par la mode vestimentaire venue de l’Ouest.

  • 3 Grand-mère.

3L’univers dans lequel j’atterris m’est étranger, tant la vie quotidienne des Moscovites a changé au cours des dix-huit mois écoulés depuis mon dernier séjour. Un souffle de liberté anime la ville où s’effacent les signes extérieurs d’un régime autoritaire. Il y a moins de policiers et de militaires dans les rues, les premiers alors plus occupés par les règlements de comptes sanglants entre mafias rivales. Un grand désordre s’est emparé de l’espace public. On y vend de tout, du bulletin d’information qui ignore le visa de censure jusqu’au pot de confiture des babouchkas3 désargentées. Les dollars circulent librement, sans valeur de conversion officielle, et font l’objet d’une spéculation que contrôlent les maîtres de l’économie grise. Il est devenu difficile de s’approvisionner dans les magasins d’État, les produits alimentaires étant, eux aussi, sources de trafic. On court d’un magasin vide à un autre magasin vide.

4C’est une association culturelle parisienne, créée par une enseignante française ayant ses réseaux dans la ville, qui me loge chez Galina Vassilievna, professeure de physique dans une école secondaire. Son appartement, situé dans le quartier résidentiel de Sokolniki, au nord-est de la capitale, se compose de trois pièces, équipées d’un mobilier terne, le même que celui de bon nombre de logements soviétiques. Ma logeuse est une femme d’une quarantaine d’années, blonde platinée et dont la silhouette est restée svelte. Elle est happée par son travail, qui ne se limite pas à enseigner. Elle doit assurer des tâches d’encadrement et d’administration qui la retiennent à l’école jusque tard dans la soirée. Nous n’échangerons que des banalités visant à régler des problèmes pratiques liés à notre cohabitation. Elle m’a installée dans la chambre de son fils, qui ne semble pas dormir chez sa mère, et nous ne partagerons aucun repas avec lui.

5M’attardant souvent dans l’appartement le matin afin de rédiger quelques notes ou préparer mes futurs entretiens, j’entends chaque jour ce jeune d’à peine vingt ans s’installer dans la pièce voisine pour engager de longues conversations téléphoniques que je ne peux ignorer, tant il parle fort. Son ton autoritaire accroche mon attention. Je cherche à deviner le sens de ses paroles. Il est question de transporter quelque chose. Puis je comprends qu’il parle de machines, des photocopieuses. Je réalise enfin qu’il s’agit d’un trafic dont il assure la logistique.

6Les occupations de ce jeune m’intriguent, tant je suis habituée à observer le monde soviétique avec une empathie mêlée de condescendance. Je ne comprends pas qu’il puisse se lancer dans ce commerce clandestin au lieu de suivre une formation qui le mènerait vers une profession reconnue. Lorsque sa mère m’expliquera qu’il gagne en une journée ce qu’elle perçoit, elle, en un mois, je réalise que la liberté d’entreprendre instaurée par Gorbatchevva vider les bancs des universités.

  • 4 Mouvement des jeunesses communistes.

7L’URSS m’est longtemps apparue comme un îlot d’innocence, préservé du consumérisme si pesant là d’où je viens. Ce que je vois chez ma logeuse écorne le mythe d’une jeunesse soviétique partant enthousiaste sur les chantiers des barrages sibériens, ou celui qui glorifie la communauté scientifique qui a su créer l’engin propulsant le premier homme dans l’espace. Une page semble se tourner avec la perestroïka qui, en autorisant les membres du Komsomol4 – soit la majorité des jeunes – à créer des coopératives, les oriente vers des activités plus lucratives que la formation universitaire. Certains sauront utiliser cette réforme pour devenir des « oligarques », ces milliardaires enrichis en spoliant les ressources du pays. Mais pour les autres, cette liberté d’entreprendre n’aboutira qu’à des petits boulots de revente, contrôlés par des trafiquants sachant tirer profit de l’effondrement des entreprises d’État.

8Mais cette économie grise était-elle si nouvelle ?

9Je devais à Sergueï de m’avoir éveillée à sa réalité au début des années 1980 quand, invitée à passer un week-end parmi les siens, je l’ai vu, le dimanche matin, partir travailler sur un chantier, ce qui n’entrait pas dans ses fonctions de géologue. Il ne m’avait pas caché qu’il allait effectuer une chabachka – un travail au noir. Déconcertée par ces paroles qui me révélaient l’existence d’une économie souterraine, je suis venue m’immerger deux ans dans la « patrie du socialisme », afin de tenter de démêler le vrai du faux de ce que je croyais en connaître.

10J’ai enseigné deux ans à l’université de Kharkov, deuxième métropole de l’Ukraine soviétique, dans les premières années de la décennie 1980 et j’y ai vu fonctionner un commerce spontané, de particulier à particulier. J’ai parfois surpris des scènes révélant des pratiques de recel et j’ai moi-même eu recours aux circuits informels pour m’approvisionner, contribuant ainsi, sans vouloir me l’avouer, au développement de cette économie souterraine, organisée par des réseaux qui avaient leurs entrées dans les entrepôts d’État. Dans les courriers que j’envoyais en France, je rapportais allègrement ces faits, sans mesurer l’emprise de ces activités sur l’économie du pays alors qu’elles contribuaient à condamner, à terme, le socialisme soviétique.

  • 5 Poupées gigognes, dites « poupées russes ».

11Cette immersion m’avait déjà fait douter du rôle de l’Union soviétique dans la recherche d’une alternative à l’économie libérale. Et voilà que six ans plus tard, j’assiste à la transformation du pays des soviets en un vaste « Far East ». Ceux qui veulent gagner leur vie en exerçant des activités lucratives vivent dans une jungle, une société de non-droit, gangrénée par la violence. De jeunes revendeurs de matriochkas5, vêtus de superbes parkas importées, rencontrés sur l’Arbat, cette artère piétonne de Moscou, me diront avoir lâché les cours, n’en attendant aucune qualification valorisante pour exercer une carrière commerciale. Mais ils avouent être fatigués de travailler dans le froid de la rue et se plaignent de devenir la proie de « gros bras » qui leur soutirent régulièrement de l’argent, en échange de leur protection.

12Et tandis qu’à l’Est de l’Europe une population avide de consommer après des décennies de pénurie plébiscite l’économie libérale, celle-ci, confortée par sa victoire sans combat sur le modèle soviétique, a les coudées franches pour imposer sa loi au monde du travail, à l’Ouest du continent.

Chez les Tchernytchesov (novembre-décembre 1991)… le déclin de l’université

13Un an et demi plus tard, je séjourne à nouveau en URSS afin de finaliser mon étude doctorale. Une amie traductrice m’a déniché un appartement que me loue pour deux mois un couple de Moscovites, partis s’installer à Paris.

14Je loge au centre de la ville, à quelques stations de métro de la place Rouge, dans un appartement confortable, garni du mobilier ancien de cette vieille famille de l’intelligentsia moscovite. Plongée dans mon travail d’enquête et préoccupée par la course aux produits alimentaires dans cette nouvelle période de pénurie, je ne perçois l’évolution de la vie du pays qu’à travers les programmes de télévision, entrecoupés de spots publicitaires tapageurs. Celui qui invite à investir dans une banque d’affaires prouve que le pays a bien changé de paradigmes et il m’agace autant que le reportage tourné lors de l’inauguration de la Bourse de Moscou, où l’on voit le patriarche de l’Église orthodoxe bénir les lieux.

15Mais rien ne filtre de ce qui se passe en coulisses, où se trame le basculement du pouvoir. Boris Eltsine, élu depuis peu président de la République de Russie, négocie un accord secret avec l’Ukraine et la Biélorussie afin de transformer l’Union soviétique en une coquille vide, ôtant ainsi tout pouvoir à son dirigeant, Mikhaïl Gorbatchev. L’Union soviétique vit ses dernières heures.

16Mes voisins de palier, un couple d’universitaires âgés d’une cinquantaine d’années, m’invitent à dîner, curieux de connaître leur voisine étrangère. J’ai la surprise d’être reçue autour d’une table opulente en ces temps de disette. À côté du saucisson et du fromage, trônent des confitures et des légumes, produits du potager de leur datcha.

17Ils sont historiens. Elle enseigne dans un institut universitaire, lui écrit des articles pour une revue académique d’histoire. Tous deux évoquent l’évolution récente de leur statut professionnel. La dame a été rétrogradée dans ses fonctions de professeur. Elle n’exerce plus que dans les cours du soir, pour les étudiants salariés. Quant à son mari, il a vu son dernier article censuré par le directeur de sa revue. Est-ce la conséquence de l’avènement d’une nouvelle génération d’historiens, porteurs de repères idéologiques différents?

  • 6 Membres de l’appareil politique et administratif gouvernant l’URSS et y occupant un poste de respon (...)

18Ils m’expliquent qu’ils ont acquis leur train de vie et accompli leur carrière grâce à leurs relations dans le milieu des apparatchiks6. Ils méprisent les jeunes qui se lancent dans des entreprises commerciales, cet univers qu’ils assimilent à celui de la spéculation et de « l’argent sale ». Ils craignent que cette économie émergente menace l’ordre ancien, le leur, ainsi que les valeurs sur lesquelles reposait jusqu’ici leur mode de vie.

19Si je les avais présentés à Natacha, l’épouse de Sergueï et dont il est séparé, ils auraient sans doute sympathisé. Géologue que sa thèse a promue au rang de docteure de l’Académie des sciences, Natacha a tiré de son statut une assurance en elle-même et le respect appuyé de ses proches. Mais les mutations en cours l’ont fait tomber de son piédestal, elle n’est plus la femme sûre d’elle que j’avais connue. Elle ne reçoit plus régulièrement son salaire, comme nombre d’autres fonctionnaires, et partage maintenant sa journée entre son laboratoire scientifique et un restaurant du centre de Moscou, où elle lave chaque soir le plancher, afin de nourrir son fils.

20Le devenir des universitaires s’est obscurci depuis que le personnel politique prône l’émancipation de l’individu par l’affairisme plutôt que par l’instruction. Dans la jeune génération, beaucoup de ceux qui persévèrent à s’engager dans des études supérieures se préparent à partir vendre en Occident les compétences qu’ils ont acquises sur les bancs des universités soviétiques.

Chez Svetlana Joukova (mai 2004)… le patriotisme malmené

  • 7 Capitale impériale au temps des tsars, Saint-Pétersbourg a porté le nom de Leningrad pendant l’époq (...)

21Au printemps de cette année-là, je viens passer quelques jours à Saint-Pétersbourg, qui n’est plus Leningrad7, pour rencontrer Sacha Ch., l’ami de Sergueï, décédé depuis cinq ans.

22Cette fois, c’est une agence de voyages qui me loge, en compagnie d’un couple de Français, dans un lointain faubourg de la ville. Dans le taxi qui nous y conduit, la femme ne cesse de manifester sa crainte d’être menée dans un coupe-gorge, affolée par ce qu’elle a entendu dire en France de la violence dans la Russie postsoviétique.

23Notre hôtesse, une autre enseignante qui arrondit son maigre salaire en accueillant des touristes étrangers, semble aguerrie à cette activité d’hébergement dont elle cherche à tirer le maximum de roubles. Je suis installée dans une pièce qui ressemble plus à un entrepôt de bureautique qu’à une chambre à coucher. Le petit déjeuner qui nous est servi, composé d’un thé insipide et d’un médiocre pain de mie, m’apparaît indigne d’une table russe. Si notre logeuse passe son temps à l’école où elle enseigne le français, son époux, retraité, demeure à la maison et nous fait comprendre par ses regards et son effacement qu’il subit notre présence à contrecœur.

24Le jour de notre départ, la glace finira par se rompre entre lui et moi. Mes compagnons de voyage rentrent en France par un vol plus matinal que le mien et je reste seule avec lui à la table du petit déjeuner. Il s’y amorce un dialogue en tête-à-tête. Je parle sa langue et connais l’histoire de son pays, cela suffit pour qu’il ne me considère plus comme une étrangère. Un paquet du meilleur thé russe, puis un pain borodinski, ce pain noir parfumé des jours de fête, émergent du dessous de la table. Ils vont accompagner la longue confidence que me livre cet homme, habité d’une colère froide.

25Né avant la Grande Guerre Patriotique, nom que l’on donne ici à la Seconde Guerre mondiale, rescapé du blocus de Leningrad, qui dura neuf cents jours et vit neuf cents mille Soviétiques mourir de faim, il évoque longuement ce calvaire. Ce qu’il dit de la rudesse de cette époque, où l’on vit réapparaître le cannibalisme, me rappelle le discours que j’ai souvent entendu dans les files d’attente quand on y supportait stoïquement la fatigue en se remémorant à voix haute les sacrifices que l’on avait subis en ces temps-là.

26La rancœur de mon hôte se porte sur les préparatifs des commémorations qui vont célébrer la victoire de l’URSS sur les troupes allemandes en présence, cette année, du président Poutine qui viendra remettre des décorations militaires à plusieurs vétérans de l’Armée rouge. Mon hôte évoque son père, l’un des soldats qui ont repoussé l’envahisseur allemand et marché jusqu’à Berlin pour la gloire de l’Union soviétique, mais qui n’a jamais été décoré. Il me dit sa rancœur, sachant que certains de ceux qui vont recevoir la prestigieuse médaille de vétéran de la guerre n’ont peut-être jamais touché à une arme.

  • 8 Il s’agit de l’aide financière du Plan Marshall et de l’installation des forces américaines de l’Ot (...)

27J’écoute ses paroles avec le respect affectueux que m’inspire ce peuple dont le courage a souvent nourri les conversations de mes parents. Actifs dans la Résistance, ils épinglaient l’avancée de l’Armée rouge vers l’ouest sur une carte de l’Europe tapissant le mur de leur cuisine. Leur attachement à l’Union soviétique s’est cimenté lorsque la guerre froide a effacé l’entente entre les Alliés et que le géant d’outre-Atlantique a entrepris une partie de bras de fer avec l’URSS. Ils ont vécu le déferlement des soldats et des capitaux américains8 sur le sol français comme une mise sous tutelle du pays. On ne buvait pas de Coca-Cola chez nous.

28Moi-même, je ne porte pas les autorités américaines dans mon cœur. À dix-huit ans, je manifestais contre leur intervention au Vietnam et, quelques années plus tard, je haïssais le locataire de la Maison-Blanche à la mort du président chilien Allende, emporté par la violence d’un putsch que la CIA avait téléguidé. Si mon attachement à la « patrie du socialisme » a été ébranlé par la suite, d’abord lors de l’entrée des Soviétiques en Tchécoslovaquie, puis dix ans plus tard, en territoire afghan, je n’ai jamais pu maudire ce pays.

29Le temps est passé, la guerre froide est une histoire ancienne dont l’Union soviétique a fait les frais. En implosant, elle a rompu les liens qui liaient la Russie à ses républiques sœurs, tandis que les pays européens alliés, les « démocraties populaires », se sont émancipés de sa tutelle. Cette perte de prestige, que les Russes vivent comme une humiliation, a crispé le patriotisme de beaucoup d’entre eux et la froideur de notre logeur à notre égard n’est sans doute pas étrangère à cette montée de chauvinisme.

Chez Oxana Petrovna (novembre 2013)… le retour du religieux

30L’écriture de ma romance russe et mon goût pour la couleur du ciel, l’hiver, sur la ville enneigée, me ramènent à Moscou au début de l’hiver 2013.

31Elena, une de mes étudiantes de Kharkov devenue moscovite, est installée dans le quartier de Strogino, au nord de la ville. Elle m’a suggéré de louer l’appartement de sa voisine qui doit partir rendre visite à son fils, installé à Hambourg.

32Comme mes logeuses précédentes, Oxana Petrovna a accompli une carrière d’enseignante. Elle est aujourd’hui retraitée et vit seule dans un logement de trois pièces où elle a élevé ses trois enfants. Son mari a depuis longtemps quitté le foyer, ayant émigré en Israël où il a fondé une nouvelle famille. Deux pièces de son appartement sont impraticables, encombrés du sol au plafond par une multitude de meubles, de livres et de bibelots. Quant à la troisième, il faudra en extraire une bicyclette pour que je puisse circuler autour du lit. J’y vivrai trois semaines dans une odeur de vieux papiers, entourée d’un mobilier et d’objets de l’époque soviétique, propres à raviver ma nostalgie d’un temps où les appartements privés étaient les seuls endroits chaleureux où pouvait s’exprimer une parole libre.

33De ce dixième étage, mon regard plonge sur les quartiers lointains de l’est de la ville, embués par la fumée des cheminées d’immeubles aux toits couverts de neige. Des étangs, sur lesquels se reflète le bleu du ciel, ajoutent une note colorée au panorama de ce quartier résidentiel, récemment sorti de terre.

34J’apprendrai à connaître Oxana Petrovna, au cours des conversations que nous aurons, avant et après son séjour en Allemagne, en buvant du thé, installées dans sa cuisine encombrée de bocaux, de casseroles, de filtres à eau ainsi que d’une multitude de paquets de farine, de graines et de légumineuses. Elle s’alimente exclusivement de produits issus de l’agriculture biologique, qu’elle va se procurer dans un lointain quartier de la ville. La récurrence de multiples pathologies l’a rendue attentive à l’alimentation et à l’eau qu’elle consomme.

35Sa santé s’est détériorée dès sa jeunesse, lorsque son premier poste d’enseignante l’a parachutée dans l’Altaï, au Kazakhstan, où elle a été exposée aux radiations nucléaires. On l’avait affectée dans un pensionnat où vivaient une centaine d’enfants, dont certains étaient orphelins ou séparés de parents déportés. Il était situé près de la station de Semipalatinsk, le polygone d’essais nucléaires où le physicien Andreï Sakharov, devenu par la suite un dissident célèbre, a exercé ses compétences.

  • 9 Sous le régime soviétique, les « samedis rouges » étaient des jours où chaque entreprise ou adminis (...)

36Oxana a toujours eu un franc-parler pour stigmatiser l’arbitraire du système administratif de son pays. Son histoire familiale l’avait éclairée sur les turpitudes de Staline, son grand-oncle ayant connu la déportation dans le même camp qu’Alexandre Soljenitsyne, cet autre dissident mondialement connu. Sa franchise lui a valu de voir rejetée sa candidature pour un poste en Mongolie, lorsqu’elle a voulu quitter le pensionnat de l’Altaï. Je retrouve en elle ce que j’admirais chez mon ami Sergueï, cette farouche détermination à rester soi-même et à ne pas se soumettre aux injonctions d’une bureaucratie qui cherchait à façonner des citoyens conformistes. Sergueï n’avait pas non plus fait carrière après ses démêlées avec ses supérieurs hiérarchiques et son refus d’effectuer des travaux collectifs à titre gratuit, lors des « samedis rouges9 ».

37Oxana Petrovna a éprouvé plusieurs fois le harcèlement que pratiquait le système soviétique avec ceux qui refusaient d’entrer dans le rang. Elle évoque les brimades subies par le chœur de chants liturgiques bulgares dans lequel elle chantait et qui ne répondait ni aux normes institutionnelles – c’était une association informelle – ni aux normes culturelles qui bannissaient l’expression des sentiments religieux.

38Est-ce la pratique des chants bulgares qui l’a rapprochée du culte orthodoxe, au temps de la perestroïka, quand des églises sont sorties de terre dans chaque quartier de la capitale ? Oxana Petrovna me dit la ferveur qu’elle porte au pope Alexandre Men, dont elle a suivi les sermons exposant une vision émancipatrice du christianisme, devant une assemblée de néophytes éclairés. Si l’épiscopat a recouvré son autorité séculière et son lustre, il n’a pas apprécié les prêches de ce pope singulier. Son corps a été retrouvé, la tête tranchée, sur le chemin menant à son église, au début des années quatre-vingt-dix.

39Oxana Petrovna encense les années Eltsine, celles de la dernière décennie du vingtième siècle, qui ont vu les libertés publiques s’épanouir. Elle semble avoir oublié qu’elles ont laissé au bord de la route les vieillards et les démunis, puis appauvri les gens comme elle, ces fonctionnaires qui, pendant des mois, n’ont pas touché leurs salaires.

  • 10 Membre du KGB, la police secrète de sécurité de l’État, qui pratiquait la surveillance des citoyens (...)
  • 11 En référence à l’article 31 de la Constitution de la fédération de Russie, qui garantit le droit de (...)

40Elle peste aujourd’hui en voyant un ancien guébiste10 contrôler tous les pouvoirs, ce qui ne s’était plus vu depuis le règne de Staline. Et tout en m’exprimant la rancœur que lui inspire le despotisme de Vladimir Poutine, elle prépare des pirojki, ces petits pâtés à la viande qu’elle ira distribuer à ceux qui se rassemblent dans le froid, place Pouchkine, pour protester contre le retour de l’autoritarisme, comme chaque mois qui se termine un 3111.

Chez Galina Ivanovna (juillet 2015)… et si la Sibérie n’était plus russe ?

41Lorsqu’on s’éloigne des métropoles européennes, que l’on franchit l’Oural et que l’on parcourt la Sibérie, la domination du Kremlin semble s’atténuer. Bien qu’elle ait servi de lieu de relégation pour les opposants aux tsars, puis de territoire d’implantation des camps de travail forcé, le goulag stalinien, l’immensité sibérienne a attiré de tout temps les Russes qui avaient soif de liberté et qui cheminaient vers ces grands espaces inhabités, qu’ils soient moines, artistes ou géologues.

42Aujourd’hui, les voyagistes locaux recrutent leur clientèle européenne par Internet et proposent des arrêts dans les villes longeant le Transsibérien en hébergeant le touriste chez l’habitant. Au cours d’un périple de ce type accompli en groupe, j’ai vu comment, loin de Moscou, la cohésion de la Russie devenait vulnérable.

43Le naufrage du régime soviétique a renvoyé vers la partie européenne de la Russie une partie de ceux qui étaient venus s’y installer, libres ou contraints. Quant au nouveau pouvoir, il a privilégié la prospérité de son patrimoine avant de se soucier de celui de la Russie périphérique. Le temps des « enthousiastes », ces jeunes embauchés pour partir sur les chantiers des fronts pionniers et exploiter l’énergie enfermée dans les roches et les fleuves sibériens, est révolu. Ceux qui sont restés là cherchent à s’émanciper de la tutelle moscovite et se lancent dans la création d’entreprises sans attendre la manne des investissements de l’État.

44Notre logeuse Galina, âgée d’une cinquantaine d’années, héberge et nourrit ses hôtes dans son petit appartement d’Irkoutsk, au rez-de-chaussée d’une maison ancienne noyée dans un ensemble de barres d’immeubles de l’époque soviétique. Elle a abandonné sa carrière d’ingénieur et ne voudrait à aucun prix redevenir salariée, malgré la fatigue de son corps que j’observe pendant qu’elle confectionne les blinis de notre déjeuner. Comme beaucoup de ses compatriotes, elle se tourne vers l’Asie, devenue plus proche depuis l’ouverture des frontières, et elle va bientôt prendre des vacances en Thaïlande avec le pécule qu’elle a accumulé grâce à sa petite entreprise. Quant à notre guide, Anna, elle nous dit faire agrandir sa maison par des travailleurs nord-coréens, dûment encadrés en brigades.

45Le chamanisme a repris ses droits dans ces régions où il était persécuté par le régime soviétique. Il attire sur le rivage du lac Baïkal des groupes de touristes chinois ou coréens, logeant dans des pensions fondées par des Russes argentés, pas toujours soucieux de la préservation de l’écologie de ce site lacustre. Quant à Vladivostok, on y trouve des hôtels entièrement peuplés de touristes chinois et tenus, pour certains d’entre eux, par leurs concitoyens.

46Les vastes espaces laissés à l’abandon par les Sibériens attirent les voisins chinois, autant pour en exploiter le bois que pour les cultiver, afin de délester les terres chinoises voisines de leur trop-plein de population. L’expansion chinoise à l’intérieur des terres russes a conduit l’université d’Irkoutsk à créer une chaire de chinois, là où l’on enseignait jusqu’ici la langue française. L’été de mon passage dans la ville, des olympiades y étaient organisées pour des jeunes sportifs des deux pays, comme pour déplacer sur le terrain du sport la rivalité initiée par le grand voisin conquérant.

47Les efforts entrepris par Moscou pour faire de Vladivostok la deuxième capitale de la Russie et son interface économique avec l’Asie, stimulés par la « globalisation » des échanges commerciaux, suffiront-ils pour relever le défi que Chinois, Coréens, Japonais lancent à la puissance russe en Extrême-Orient ?

48Paris, novembre 2015-juillet 2016.

Haut de page

Notes

1 Voir Dominique Thoirain, Avec mon ami Sergueï au crépuscule de l’URSS, Lormont, éditions Le Bord de l’eau, 2016, 156 p.

2 L’équivalent du conseil municipal.

3 Grand-mère.

4 Mouvement des jeunesses communistes.

5 Poupées gigognes, dites « poupées russes ».

6 Membres de l’appareil politique et administratif gouvernant l’URSS et y occupant un poste de responsabilité.

7 Capitale impériale au temps des tsars, Saint-Pétersbourg a porté le nom de Leningrad pendant l’époque soviétique.

8 Il s’agit de l’aide financière du Plan Marshall et de l’installation des forces américaines de l’Otan.

9 Sous le régime soviétique, les « samedis rouges » étaient des jours où chaque entreprise ou administration organisait la réalisation d’une tâche « socialement utile ».

10 Membre du KGB, la police secrète de sécurité de l’État, qui pratiquait la surveillance des citoyens à l’intérieur du pays et l’espionnage à l’étranger.

11 En référence à l’article 31 de la Constitution de la fédération de Russie, qui garantit le droit de manifester.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Thoirain, « Chez l’habitant, ou… de l’URSS à la Russie (1990-2015) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 138 | 2018, 139-149.

Référence électronique

Dominique Thoirain, « Chez l’habitant, ou… de l’URSS à la Russie (1990-2015) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 138 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/7257

Haut de page

Auteur

Dominique Thoirain

Docteure en sciences de l’éducation, ancienne lectrice à l’université de Kharkov (Ukraine)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page