Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Rolande Trempé, une historienne dans l’histoire

Michel Pigenet
p. 151-156

Texte intégral

  • 1 Formée de Marianne Debouzy, Patrick Fridenson, Ingrid Hayes et Michel Pigenet, sa composition reflé (...)

1Rolande Trempé nous a quittés le 12 avril 2016, à quelques semaines de son centième anniversaire. Peu de temps auparavant, elle avait accepté de recevoir dans son appartement du 15e arrondissement la petite équipe d’historiens réunis pour l’hommage que Le Mouvement social souhaitait lui rendre1. Nous avions pris place tant bien que mal dans le salon, au milieu des piles de livres qui encombraient la pièce. D’échanges de nouvelles en commentaires sur l’actualité, l’entretien, direct et chaleureux, comme toujours, avait commencé sans crier gare pour se prolonger au-delà du raisonnable eu égard à l’état de santé de Rolande, récemment hospitalisée.

2« Je n’ai jamais voulu de disciple », disait-elle. Esprit indépendant, elle était le contraire d’un « maître » à l’ancienne et plus encore d’un « mandarin », vocable totalement incongru à son propos. L’historienne jouissait, certes, d’une personnalité rien moins qu’autoritaire, mais forte, au sens de solide, honnête, ouverte, généreuse et courageuse. Curieuse de tout, à l’écoute de ses étudiants, elle attirait vers elle les moins conventionnels par leur sujet ou leur itinéraire, aimait convaincre et entraîner, discutait ferme au besoin, mais encourageait chacun à trouver son chemin, son terrain et son approche, à avancer à son rythme. Attentive et rigoureuse, elle n’exigeait rien, mais pointait les lacunes et les failles.

3Étudiant à Toulouse, mon premier contact avec l’enseignante remonte à 1970-1971, année de préparation à l’agrégation de géographie. Elle venait d’être élue professeure et dispensait un cours formidable sur le mouvement ouvrier du premier XIXe siècle. Jusque-là, je ne la connaissais que de réputation, à travers ce qu’en disaient, admiratifs et circonspects, les étudiants d’histoire du cercle UEC. Ma compagne entreprit bientôt un mémoire qui, sous sa direction, portait sur la création du Parti communiste dans la Haute-Garonne. De visite en visite, la route et la grande maison de Montpalach devinrent familières. Sitôt fini le tête-à-tête entre la professeure et l’étudiante, nous nous retrouvions à quatre, avec Andrée, pour de longues discussions à bâtons rompus sur le présent, avec force détours par le passé, que nos hôtes excellaient à convoquer au moyen d’anecdotes vécues et relatées sans ostentation.

  • 2 Rolande Trempé, Les mineurs de Carmaux. 1848-1914, Paris, Les Éditions ouvrières, 1971.
  • 3 Michelle Perrot, Les ouvriers en grève, France, 1871-1890, Paris-La Haye, Mouton, 1974 ; Yves Lequi (...)
  • 4 Rolande Trempé, Les mineurs de Carmaux…, op. cit., p. 11.
  • 5 Rolande Trempé, « Le réformisme des mineurs français à la fin du XIXe siècle », Le Mouvement social (...)
  • 6 Rolande Trempé, « Mémoire d’un militant mineur : Jean-Baptiste Calvignac, maire de Carmaux », Le Mo (...)
  • 7  Olivier Kourchid, Rolande Trempé (dir.), Cent ans de conventions collectives, Arras, 1891-1991, Vi (...)
  • 8 Rolande Trempé, Les trois batailles du charbon (1936-1947), Paris, La Découverte, 1989.
  • 9 Pierre Pierrard, Michel Launay, Rolande Trempé, La JOC. Regards d’historiens, Paris, Éditions ouvri (...)
  • 10 Rolande Trempé, « Souvenirs et histoire… », art. cit., p. 156.

4Au moment d’engager une thèse d’histoire ouvrière, suite à ma nomination dans le Cher, département dont l’ancienne tradition « rouge » intriguait, ce fut mon tour de solliciter l’aide de Rolande Trempé, dont la direction, à mes yeux, relevait de l’évidence. Entre temps, j’avais lu sa thèse sur les mineurs de Carmaux, fruit de quinze années de recherches, pionnière au plein sens du terme2. Avec elle, les ouvriers faisaient leur entrée dans l’histoire universitaire. Les thèses de Michelle Perrot et d’Yves Lequin confirmeraient un tournant scientifique qui, à la faveur des renouvellements sociopolitiques et intellectuels de l’après-guerre, avait mûri dans la mouvance d’Ernest Labrousse3. Aucune de ces recherches ne perdait de vue le mouvement ouvrier, toutes bousculaient néanmoins l’approche par les organisations, les congrès et les élections, pour défricher les terres vierges d’une socio-anthropologie historique des mondes ouvriers interrogés dans la diversité de leurs composantes professionnelles et régionales, saisis à l’aune du concept-projet de « classe ». Par-delà la monographie, Rolande Trempé visait l’« histoire globale d’un groupe socioprofessionnel4 ». Désireuse de comprendre les modalités de la mutation de paysans-mineurs en mineurs-paysans, puis mineurs, l’historienne explora les archives de la Société des mines, s’intéressant au premier chef à la prolétarisation de ses salariés, synonyme de régularité dans l’extraction du charbon. Affaire de discipline et de politique sociale du côté de l’entreprise, la transformation fut aussi l’œuvre des ouvriers eux-mêmes, soucieux de préserver leur autonomie vis-à-vis de leur employeur, au fond comme dans la cité. Sur les deux fronts, la chose n’allait pas de soi. L’historienne s’attacha à tirer des archives les informations sur l’évolution des modes de vie, du logement, de l’habillement, des repas, des loisirs et de la sociabilité. Elle s’efforça de suivre les mineurs au travail, non plus seulement pour déterminer les niveaux de salaires, la durée du travail ou le pouvoir d’achat, mais afin de cerner les méthodes de rémunération, les hiérarchies effectives, les savoir-faire mobilisés, les dangers encourus, en bref, les faits et gestes de l’ordinaire des fronts de taille. Rolande Trempé posait ainsi les jalons d’une nouvelle histoire du travail, résolue à combiner l’étude des activités concrètes, des rapports sociaux et des valeurs liées à leur exercice. Sur la lancée, elle reconsidérait l’histoire du mouvement ouvrier, ce dont témoignent nombre de publications consacrées au réformisme des mineurs5, à l’évaluation du rôle des permanents dans les organisations ouvrières6, au syndicalisme et aux conventions collectives dans les mines7, à la « bataille du charbon8 ». Rien de ce qui touchait de près ou de loin aux mondes ouvriers ne lui était étranger. À ce titre, elle participa à une étude collective sur la JOC9. L’intérêt pour ce mouvement ne découlait pas seulement de son influence, mais aussi des relations tissées avec nombre de ses militants, dont elle anima des sessions de formation à l’histoire du mouvement ouvrier10.

  • 11 Un capitoul nommé Jaurès : juillet 1890-janvier 1893 (1977) ; Carmaux 48 (1979) ; Les paysans de la (...)
  • 12 Parmi de nombreux exemples, retenons son ouvrage Solidaires : les Bourses du travail, Paris, Scanéd (...)
  • 13 Rolande Trempé, « Souvenirs et histoire… », art. cit., p. 156.

5L’universitaire n’était pas du genre à s’enfermer dans une tour d’ivoire. Militante de l’éducation populaire, elle mit très tôt les ressources pédagogiques de l’outil audiovisuel au service de ses causes historiographiques. Outre la constitution de bases de données, elle fut la scénariste, la directrice ou la conseillère historique d’une dizaine de films documentaires11. Elle ne fut pas moins active auprès des syndicats, à commencer par la CGT et ses instituts d’histoire, dont celui des mines, à la création duquel elle aida Achille Blondeau. Sans édulcoration ou censure, elle veilla à restituer, par la plume12 et la parole, les conclusions de ses enquêtes. Rolande Trempé admettait avoir « le contact facile avec les travailleurs », qualité qu’elle attribuait à ses « origines prolétariennes13 ». Atout supplémentaire, elle jouissait de réels talents oratoires. Ce don, éprouvé en cours, s’était révélé précieux dès les réunions et les meetings qu’elle assurait, à la Libération, comme dirigeante de l’UFF des Ardennes ou comme candidate communiste aux élections de juin 1946. Il facilita l’ouverture de bien des portes, sous l’Occupation ou pour accéder, plus tard, à des fonds privés. Il éclaire les relations parfois étroites que l’historienne entretint avec des personnes issues des milieux sociaux les plus variés.

  • 14 Idem, p. 138.
  • 15 Elle n’abandonna pas toute curiosité pour l’élu et le dirigeant socialiste, sur lequel elle publia (...)

6De ce point de vue, Rolande venait de loin. Reconnue pupille de la nation après la disparition de son père à la guerre, elle fut élevée par ses grands-parents, manouvriers briards : « une enfance très pauvre du point de vue matériel, mais très heureuse, parce que très aimée14 ». Malgré l’isolement, ses dispositions pour apprendre lui valurent d’être boursière et de poursuivre sa scolarité en école primaire supérieure (EPS), voie réservée aux excellents élèves de familles populaires. Interne, munie du brevet supérieur, elle entra à l’école normale en vue d’obtenir le certificat d’aptitude au professorat en EPS et en écoles normales, section histoire et géographie. Pur produit d’une méritocratie républicaine soucieuse de promotion par l’école, mais cantonnant ses bénéficiaires aux « écoles du peuple », la jeune enseignante fut nommée, après moult péripéties, à Charleville-Mézières en 1942. Sur place, elle s’engagea dans la Résistance tout en enseignant et en suivant des cours à l’Institut de géographie de Paris. Son départ des Ardennes, en 1947, fut précipité par les calomnies répandues sur son compte par les dirigeants locaux du PCF, inquiets de sa popularité qu’aggravait une indocilité manifeste. Lauréate du concours de recrutement des professeurs à l’École normale nationale d’apprentissage (ENNA), elle rejoignit son poste à Toulouse. À l’ENNA, elle formait les personnels des centres d’apprentissage à la pédagogie de l’histoire et de la géographie. À défaut de licence et d’agrégation, les jeux d’équivalences l’autorisèrent à préparer, sous la direction de Jacques Godechot, spécialiste de la Révolution française, un diplôme d’études supérieures, puis à s’inscrire en thèse. De Jaurès15, thème initialement envisagé, l’étude glissa vers ses électeurs : les mineurs de Carmaux. Assistante d’histoire en 1964, la soutenance, retardée pour cause d’« événements » en 1968, eut lieu en 1969. On l’a compris, le chemin professionnel et scientifique emprunté par l’historienne ne relevait pas de la voie royale tracée à l’avance. Ses élèves lui savent gré de ne l’avoir jamais oublié, à une époque où, il est vrai, les algorithmes de « Parcoursup » ne sévissaient pas encore.

7Nommée professeure en 1970, elle érigea Toulouse en haut lieu d’enseignement de l’histoire ouvrière et du mouvement ouvrier, que par dizaines les mémoires et les thèses de ses étudiants, quelquefois venus de loin, s’appliquaient à décliner aux quatre coins de la région. Associée dès 1961 au comité de rédaction du Mouvement social, elle appuya une ligne éditoriale respectueuse de sa diversité idéologique comme de la variété des démarches et des terrains de l’histoire sociale. En dépit d’une méfiance durable à l’égard du parisianisme, elle soutint du mieux qu’elle le pouvait le Groupement de recherche coopérative (GRECO 55) « Travail et travailleurs aux XIXe et XXe siècles », où les historiens côtoyaient les sociologues.

  • 16 Dont Toulouse devint un pôle de référence à la suite de la fondation, avec Marie-France Brive et Ag (...)
  • 17 Rolande Trempé, Marie-France Brive, « Où sont passées les Résistantes dans la mémoire nationale ? » (...)
  • 18 Rolande Trempé, « Souvenirs et histoire… », art. cit., p. 153.
  • 19 Marie-Danielle Demélas (dir.), Militantisme et histoire, Toulouse, Presses universitaires du Mirail (...)

8Parallèlement à ses travaux sur les mineurs et les mines, dont la renommée était internationale, elle impulsa l’histoire de groupes dominés, en l’occurrence les femmes16 et les étrangers. Elle en traita à travers l’étude des camps d’internement et de la Résistance17. Qu’il s’agisse des militantes antifascistes, des résistantes ou des républicains espagnols, tous acteurs majeurs maintenus aux marges du récit national construit après la Libération, Rolande n’en doutait pas : le devoir de mémoire passait par l’histoire. Praticienne précoce de l’histoire orale, elle n’avait pas son pareil pour gagner la confiance de ses interlocuteurs, à l’occasion d’entretiens où la patience le disputait au respect des témoins. La méthode s’imposait à plus forte raison au contact des témoins de temps douloureux. « L’historien courant ou banal, il ne se rend pas compte : quand il interviewe des femmes sur les camps, il les oblige à revivre des heures qu’elles voudraient oublier à tout prix. La bonne méthode, tu sais… Il faut avoir infiniment de doigté18 ». Pour le reste, que résume le titre des mélanges – Militantisme et histoire19  qui lui furent enfin offerts en 2000, elle soulignait avec une pointe d’humour la nécessité de distinguer « ce qui revient à l’acteur et ce qui revient à l’historien, enfin (…) ce que l’un fait à l’autre quand ils sont la même personne ».

9Une belle leçon d’histoire.

Haut de page

Notes

1 Formée de Marianne Debouzy, Patrick Fridenson, Ingrid Hayes et Michel Pigenet, sa composition reflétait l’influence de Rolande Trempé sur différentes générations d’historiens. L’entretien enrichi d’extraits d’autres témoignages a été publié en hommage. Cf. Rolande Trempé, « Souvenirs et histoire, la traversée d’un siècle (1916-2016) », Le Mouvement social, n° 255, avril-juin 2016, p. 137-159.

2 Rolande Trempé, Les mineurs de Carmaux. 1848-1914, Paris, Les Éditions ouvrières, 1971.

3 Michelle Perrot, Les ouvriers en grève, France, 1871-1890, Paris-La Haye, Mouton, 1974 ; Yves Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Lyon, PUL, 1977.

4 Rolande Trempé, Les mineurs de Carmaux…, op. cit., p. 11.

5 Rolande Trempé, « Le réformisme des mineurs français à la fin du XIXe siècle », Le Mouvement social, n° 65, 1968, p. 93-107.

6 Rolande Trempé, « Mémoire d’un militant mineur : Jean-Baptiste Calvignac, maire de Carmaux », Le Mouvement social, n° 43, 1963, p. 53-91 ; « Sur le permanent dans le mouvement ouvrier », Le Mouvement social, n° 99, 1977, p. 35-46.

7  Olivier Kourchid, Rolande Trempé (dir.), Cent ans de conventions collectives, Arras, 1891-1991, Villeneuve d’Ascq, Revue du Nord, hors-série Histoire, n° 8, 1994.

8 Rolande Trempé, Les trois batailles du charbon (1936-1947), Paris, La Découverte, 1989.

9 Pierre Pierrard, Michel Launay, Rolande Trempé, La JOC. Regards d’historiens, Paris, Éditions ouvrières, 1984.

10 Rolande Trempé, « Souvenirs et histoire… », art. cit., p. 156.

11 Un capitoul nommé Jaurès : juillet 1890-janvier 1893 (1977) ; Carmaux 48 (1979) ; Les paysans de la vallée d’Aspe ; Les réfugiés espagnols de la région de Toulouse ; Les patrons et les ouvriers du textile en pays d’Olmes ; Mémoire de résistance : FTP-MOI (1992) ; Camps de femmes (1994) ; Paroles données (1996) ; Résistantes, de l’ombre à la lumière (2005).

12 Parmi de nombreux exemples, retenons son ouvrage Solidaires : les Bourses du travail, Paris, Scanéditions, 1993, et sa contribution à l’une des quatre parties, « 1871-1914 », au premier tome de l’ouvrage collectif de vulgarisation dirigé par Claude Willard, La France ouvrière. Tome 1, Des origines à 1920, Paris, Éditions sociales, 1993.

13 Rolande Trempé, « Souvenirs et histoire… », art. cit., p. 156.

14 Idem, p. 138.

15 Elle n’abandonna pas toute curiosité pour l’élu et le dirigeant socialiste, sur lequel elle publia plusieurs articles. Membre de la Société d’études jaurésiennes, elle en assura la vice-présidence, puis la présidence d’honneur.

16 Dont Toulouse devint un pôle de référence à la suite de la fondation, avec Marie-France Brive et Agnès Fine, du GRIEF et de la tenue, en 1982, du colloque Femmes, féminisme et recherche. Au CNRS, Rolande Trempé coopéra à la direction de l’ATP « Femmes ».

17 Rolande Trempé, Marie-France Brive, « Où sont passées les Résistantes dans la mémoire nationale ? », Parité-Infos, septembre 1993.

18 Rolande Trempé, « Souvenirs et histoire… », art. cit., p. 153.

19 Marie-Danielle Demélas (dir.), Militantisme et histoire, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Pigenet, « Rolande Trempé, une historienne dans l’histoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 138 | 2018, 151-156.

Référence électronique

Michel Pigenet, « Rolande Trempé, une historienne dans l’histoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 138 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/7312

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page