Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-8

Texte intégral

1Poids, puissance… les images sont omniprésentes dans nos mondes de médiatisation et de marchandisation. Les images servent à tous et à tout. À vendre, à faire croire, à faire rêver, à informer, mobiliser les consciences peut-être aussi. Servent à tous ? Dans la grande inégalité de puissance de nos sociétés. Mais on sait que, baptisés « street art » ou pas, les graffitis, peintures, collages, inscrivent de façon de plus en plus téméraire la diversité des idées, des désirs dans l’espace public. Ainsi les citoyen-nes se parlent par les murs illicitement réappropriés. Ces images anonymes disent le plus souvent une forme de contestation, plus ou moins ironique, plus ou moins tragique du social, et sont des échos distanciés de mobilisations. Les murs portent aussi la trace des luttes, mouvements, partis, syndicats au présent, sous la forme de cet affichage dit « sauvage » qui, dans l’espace public, est selon les temps et les sociétés plus ou moins toléré. Mais tous les auteurs du dossier que présentent ici les Cahiers d’histoire s’interrogent sur le poids, c’est-à-dire le pouvoir de ces images inscrites dans les marges ou distribuées par des réseaux alternatifs, parce qu’elles disent des réalités qui fâchent. Quelle présence possible à travers les images des vies des dominé-es ? Quel est l’impact de ces images que des cinéastes collectent, créent pour dire le sort des migrants, se demande Isabelle Felici à propos du cinéma italien ? Sous-entendu sans doute, quel impact par rapport à l’imposante production cinématographique commerciale, aux images et propos distillés par les grands médias qui masquent l’intensité des souffrances et l’acuité des responsabilités ?

2La question de la puissance des images n’est pas neuve. Personne n’a oublié les Mythologies de Roland Barthes, l’empire intellectuel ouvert par la sémiologie à la lecture de l’ensemble du réel comme un ensemble de signes, parmi lesquels les images. Les champs disciplinaires fragmentés ont certes maintenu un temps les historiens en marge de ce renouvellement, mais depuis maintenant plusieurs décennies, les images ont pris une place cruciale dans les analyses historiennes. Finalement, quand on les cherche, on s’aperçoit que sur des supports divers, avec des ambitions diverses, les images accompagnent la vie des hommes dans tous les âges de leur vie, dans tous les groupes sociaux, dans tous les temps. Pensons au renouvellement apporté par les travaux de Jean-Claude Schmidt en histoire médiévale, par les sommes considérables de Michel Vovelle sur la Révolution française, par les multiples productions sur la caricature, la propagande par l’image, fixe ou animée, de l’époque contemporaine.

  • 1 Histoire et Images médiévales, <www.him-mag.com/frequence> ; Sociétés & représentations, <https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations.htm>.
  • 2 Images du travail, Travail des images, <imagesdutravail.edel.univ-poitiers.fr>.
  • 3 Annie Duprat et Pascal Dupuy (coord.), « La caricature entre subversion et réaction », Cahiers d’hi (...)
  • 4 Pascal Dupuy (coord.), « Histoire, Histoire de l’art. Pratiques et méthodes », Cahiers d’histoire. (...)
  • 5 Hélène Latger et Jean-François Wagniart (coord.), « Histoire et images, pour un enseignement critiq (...)
  • 6 Guillaume Doizy (coord.), « Chargez ! La caricature contre l’homme d’État », Cahiers d’histoire. Re (...)
  • 7 7 janvier 2015 : assassinat des dessinateurs Cabu, Charb, Honoré, Tignous, Wolinski, alors en réuni (...)

3Les revues attestent elles aussi de ce renouvellement, d’un magazine grand public comme Histoire et images médiévales à des revues aux visées plus englobantes comme Sociétés & représentations, revue créée en 1995 pour favoriser l’interdisciplinarité autour des images en sciences sociales1. L’histoire culturelle triomphante a favorisé la multiplication des travaux sur les images de tout type. Dans le champ renaissant de l’histoire du travail, les images ont désormais une place cruciale qu’expriment aussi bien le succès du festival poitevin « Filmer le travail » que la jeune revue en ligne impulsée par l’équipe du festival, Images du travail, Travail des images (ITTI)2. Dans un autre champ d’étude lui aussi profondément renouvelé, en même temps que les images devenaient un support de l’enseignement, les études sur l’histoire de l’enseignement, sur l’histoire des manuels scolaires, ont fait une plus grande place à l’image. Illustration de cette persévérante actualité des études de l’image, l’e-publication de l’université de Limoges, DIRE, présente ce mois de septembre un dossier sur « Les illustrations dans les manuels scolaires ». Quant à nous, Cahiers d’histoire, notre appropriation de la question n’est pas neuve non plus. Depuis la mise en œuvre de la nouvelle série des Cahiers d’histoire, l’étude des images est récurrente, associée à des perspectives diverses : étude de la propagande, des luttes sociales, de la formation. Dès 1999, un dossier des Cahiers d’histoire était consacré à la caricature3. En 2001, un dossier coordonné par Pascal Dupuy a abordé la question vive pour tout historien désormais conscient de l’importance des images de ce qui joint et disjoint deux disciplines se partageant désormais pour partie les mêmes objets, l’histoire et l’histoire de l’art4. En 2011, Jean-François Wagniart, co-directeur du présent dossier avec Frank Noulin, avait coordonné avec sa collègue professeure d’histoire-géographie, Hélène Latger, un dossier « Histoire et images. Pour un enseignement critique5 ». En 2016, Guillaume Doizy a proposé dans les Cahiers d’histoire un dossier sur les caricatures des hommes d’État6. Les caricatures ont été une grande redécouverte des historien-nes du politique des dernières décennies. Les études ont accompagné des sociétés qui elles-mêmes se sont ressaisies de cette façon de dire. Avec l’incroyable surprise des limites nouvelles au droit de dire par la caricature et l’anéantissement des artistes parmi les plus créatifs7. Guillaume Doizy revient dans ce numéro sur cet usage provocateur de la caricature : ici, dans les tranchées de la Première Guerre, les portraits grimaçants de Guillaume II sculptés dans les betteraves ou les têtes de cochon en bois ont bien pour fonction de choquer et de produire une violence morale à même de démoraliser l’ennemi. Le dossier chemine au plus près de notre présent, voulant montrer comment les images rejouent d’une génération, d’un contexte social à l’autre. Les initiateurs veulent montrer comment dans notre présent en mal de succès dans les luttes de l’égalité, présent où le respect des droits humains recule face aux secousses des violences identitaires, les références aux luttes passées sont les vecteurs d’idées que les artistes veulent dire au présent. Ainsi nous rappellent-ils, à travers cette « puissance des images », celle des représentations qui nourrissent des imaginaires eux-mêmes vecteurs d’action. Les entretiens avec des cinéastes, des auteurs de bandes dessinées, des historiens ou historiennes, expriment une conscience vive de leur responsabilité sociale qui les conduit à agir. Mais, en même temps, comment ne pas entendre la vive conscience des limites de leur puissance, de la puissance de leurs images, de leurs savoirs ? Armelle Mabon, se saisissant de la bande dessinée pour faire connaître le massacre occulté de Thiaroye, Gilles Perret, ingénieur devenu cinéaste pour mettre en image et rendre présentes les luttes des résistants antifascistes de la Seconde Guerre mondiale et l’idéal de justice sociale qui inspire le programme du Conseil national de la Résistance, apparaissent comme les acteurs de combats bien rudes. Pot de terre contre pot de fer, ce dossier des Cahiers d’histoire rappelle fort à propos cette concomitance de la force des images des dominés qui, inexorablement, cheminent dans les entrelacs des sociétés, mais aussi de leur faiblesse, celle de la visibilité de leur histoire, toujours menacée d’effacement en dépit des images conservées, créées au prix de luttes incessantes, apparaissant comme des lambeaux arrachés à l’oubli.

  • 8 « 1848 et l’espoir d’une république universelle, démocratique et sociale », commissaires Raimund Rü (...)
  • 9 Alain Gabet et Sébastien Jahan, « Les faits sont têtus : vingt ans de déni sur le rôle de la France (...)

4On pourra lire aussi, à l’aune de cet infini labeur de ressaisissement, les beaux textes, précis, savants, que nous ont confiés l’historien de l’art Raimund Rütten, à propos des gravures des révolutions de 1848, et les historiens Sébastien Jahan et Alain Gabet sur le génocide des Tutsi au Rwanda. Événements bien disjoints dans le temps et dans les formes, mais l’un et l’autre de ces objets du passé, traqués par les oblitérations, les mensonges du fait de leur portée politique déstabilisatrice pour bien des puissances. Aussi nous ne saurions trop appeler les lecteurs et lectrices des Cahiers d’histoire à profiter de la rare exposition de l’année 2018 à faire connaître en France les révolutions de 1848 et leurs enjeux, que les courageux responsables du Musée de l’histoire vivante de Montreuil ont su monter et faire vivre à travers de multiples visites, rencontres et conférences8, ainsi qu’à suivre le cheminement studieux et vigilant de nos deux auteurs sur les massacres au Rwanda à travers leurs divers écrits, passés et certainement à venir tant cette histoire, comme celles de toutes les dominations impériales, fait partie de ces passés qui durent longtemps9.

5Autour des images, de ces luttes pour faire vivre les images des luttes et leur histoire, la rédaction des Cahiers d’histoire sera aux « Rendez-vous de l’histoire » de Blois. Elle prépare aussi de prochains rendez-vous éditoriaux autour de l’engagement international au féminin, de l’histoire du parti communiste algérien, de la construction idéologique de la race, et de tout autre objet de notre société dont l’histoire peut aider à distendre les maillages et à y introduire de cette compréhension critique qui, espérons-nous, allège le poids du passé et en permet une pensée libre au présent.

Haut de page

Notes

1 Histoire et Images médiévales, <www.him-mag.com/frequence> ; Sociétés & représentations, <https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations.htm>.

2 Images du travail, Travail des images, <imagesdutravail.edel.univ-poitiers.fr>.

3 Annie Duprat et Pascal Dupuy (coord.), « La caricature entre subversion et réaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 75, 1999.

4 Pascal Dupuy (coord.), « Histoire, Histoire de l’art. Pratiques et méthodes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 82, 2001.

5 Hélène Latger et Jean-François Wagniart (coord.), « Histoire et images, pour un enseignement critique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 115, 2011.

6 Guillaume Doizy (coord.), « Chargez ! La caricature contre l’homme d’État », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 131, 2016.

7 7 janvier 2015 : assassinat des dessinateurs Cabu, Charb, Honoré, Tignous, Wolinski, alors en réunion de rédaction de Charlie hebdo.

8 « 1848 et l’espoir d’une république universelle, démocratique et sociale », commissaires Raimund Rütten, Véronique Fau-Vicenti, Musée de l’histoire vivante, 30 bd Théophile Sueur, 93100 Montreuil, 24 mars au 30 décembre 2018, <www.museehistoirevivante.fr>.

9 Alain Gabet et Sébastien Jahan, « Les faits sont têtus : vingt ans de déni sur le rôle de la France au Rwanda, 1994-2014 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 1e partie n° 128, 2e partie n° 129, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 139 | 2018, 5-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 139 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/7530

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page