Navigation – Plan du site
LIVRES LUS
Livres pour la jeunesse

Anne Manigaud, Jean-Jacques Marie et L’association La Courtine 1917, 1917, Le Limousin et la Яévolution яusse : яegards inveяsés

Les Ardents, 2017, 192 p.
Alain Chiron

Texte intégral

1Anne Manigaud, Jean-Jacques Marie et L’association La Courtine 1917, 1917, Le Limousin et la Яévolution яusse: яegards inveяsés, Les Ardents, 2017, 192 p.

2En 2008, l’éditeur limougeaud Les Ardents avait proposé l’ouvrage Limousin 14-18 : Un abécédaire de la Grande Guerre en Corrèze, Creuse et Haute-Vienne, où cinq pages étaient consacrées à la mutinerie des soldats russes à La Courtine. Dans le livre 1917 Le Limousin et la Яévolution яusse : яegards inveяsés, construit en deux parties, la première moitié de l’ouvrage s’ouvre, sous la plume de Jean-Jacques Marie, par un texte généraliste sur la situation en Russie de l’année 1917 au début des années 1920. Ce livre, écrit à plusieurs voix, revient dans le détail sur l’histoire des 45 000 hommes venus de l’empire des tsars pour combattre sur le front français et même marginalement dans les Balkans. Ces contingents sont arrivés (dans de très mauvaises conditions de transport) à partir d’avril 1916 en Europe par deux trajets : le premier traverse la Sibérie, puis passe par le port de Dairen en Mandchourie, Saïgon, Combo, Djibouti, Canal de Suez et arrive à Marseille, alors que le second va d’Arkhangelsk à Brest ou La Rochelle par la mer. La sélection des hommes s’est faite selon trois critères : une taille nettement supérieure à la moyenne (pour impressionner les Français), une pratique officielle de l’orthodoxie et une alphabétisation (ce dernier critère se retournera évidemment contre la hiérarchie). Après les mutineries qui suivent l’échec de l’offensive Nivelle et alors que la Russie a connu sa première révolution, les troupes russes sont retirées du front et envoyées dans divers cantonnements, dont ceux de La Courtine et de La Teste-de-Buch, près d’Arcachon. Les soldats demandent leur retour en Russie, ce que leur refuse le gouvernement Kerensky. Après la répression au camp de La Courtine en septembre 1917 et la révolution d’Octobre, Clemenceau sollicite les Américains pour rapatrier le contingent russe mais Washington refuse, car cela impliquerait une traversée d’est en ouest des États-Unis par le train.

3Une brigade russe est arrivée le 28 juin 1917 à La Courtine et le livre présente la suite des évènements qui conduisent l’artillerie, puis l’infanterie française à intervenir contre les mutins (dans leurs rangs, se trouve le futur maréchal de l’armée soviétique Rodion Yakovlevich Malinovski) à la mi-septembre 1917. On découvre de plus les mésaventures des hommes de l’ensemble du contingent russe jusqu’à leur rapatriement en 1920 et 1921. Quelques-uns restent en France, comme Stéphane Gravilenko qui réside à Belfort dans l’entre-deux-guerres (cliché p. 189). Cette partie de l’ouvrage est très illustrée ; on y voit tant l’arrivée dans les ports que la présence au front ou le séjour à l’arrière (avec en particulier des scènes où les Russes aident aux travaux des champs).

4Une autre moitié de l’ouvrage est consacrée à l’autre trajet, de France vers la Russie, puis l’URSS. Anne Manigaud reprend des éléments de son mémoire (dirigé par Antoine Prost et Claude Pennetier) : Marcel Body, Limoges-Moscou-Limoges, itinéraire bouleversé par la Révolution russe. Marcel Body était typographe à Limoges à la Belle Époque, socialiste, pacifiste, il apprit le russe grâce à l’aide d’un expatrié qui vivait alors dans cette ville. Il désirait lire les romans de Tolstoï dans le texte. Les Français parlant cette langue étant rares, il est sélectionné pour partir dans l’empire des tsars au sein de la mission militaire française envoyée là-bas. Cela va lui valoir de participer très activement à la révolution bolchévique (et à ses prolongements)  aux côtés en particulier du capitaine Sadoul. Il sera ensuite diplomate de la nouvelle URSS en Norvège aux côtés d’Alexandra Kollontaï, la première femme à être devenue ambassadrice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Chiron, « Anne Manigaud, Jean-Jacques Marie et L’association La Courtine 1917, 1917, Le Limousin et la Яévolution яusse : яegards inveяsés », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 139 | 2018, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/7574

Haut de page

Auteur

Alain Chiron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page