Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Ariel Suhamy, Godescalc, le moine du destin (IXe siècle) : De Charlemagne à Spinoza, le procès de la prédestination

Paris, Alma éditeur, 2016, 347 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Ariel Suhamy, Godescalc, le moine du destin (IXe siècle) : De Charlemagne à Spinoza, le procès de la prédestination, Paris, Alma éditeur, 2016, 347 p.

Texte intégral

1Ariel Suhamy reconstitue la trajectoire personnelle et intellectuelle du moine Godescalc, tout en saisissant l’épaisseur politique et théologique de son siècle. Car c’est bien à la jointure d’un habitus très spécifique (Godescalc est membre d’une famille saxonne noble, mais a été livré comme oblat à l’Église) et d’un champ religieux et monarchique travaillé par la succession de Charlemagne que l’enquête se situe. Dans le dispositif d’écriture mis en place, Ariel Suhamy se concentre sur les trois grandes séquences de la vie de Godescalc (« L’oblat », « Le gyrovague », « L’exclu »), pour reconstituer à chaque fois la singularité de sa parole et les conditions concrètes de sa réception. Ce jeu entre les structures sociales, diplomatiques ou religieuses et les prises de position du moine éclaire tout à la fois les lignes de fracture théologiques ouvertes par l’augustinisme et les enjeux politiques d’une dislocation progressive de l’Empire carolingien. Et l’on comprend que s’il n’existe pas un réseau de causalités directes entre ces deux grands ensembles de questions, leur articulation est tout de même suffisamment puissante pour qu’une proposition sur la prédestination, énoncée par un moine de Fulda, menace un équilibre social manifestement précaire.

2Ariel Suhamy commence par restituer la condition d’oblat au 9e siècle : inscrite dans le registre de la promesse, qui traverse toute la politique carolingienne (p. 28), l’oblation renvoie à la coupure qui s’instaure entre l’enfant offert à l’Église et ses parents. Fils du comte de Berno, Godescalc appartient au monde saxon, celui-là même que Charlemagne s’est mis en tête de christianiser par le fer et le sang. Il n’est donc pas impossible que l’offrande d’un fils fut un « acte suprême de soumission et d’intégration à l’ordre nouveau » (p. 36). L’oblation n’a cependant pas duré dans le régime ecclésial, puisque le terme va finir par désigner des adultes entrés volontairement dans le monde religieux. Mais au 9e siècle, la règle de Saint-Benoît prévoit bien cette donation d’enfants afin qu’ils consacrent leur vie à Dieu. La promotion de l’oblation doit autant à une conjoncture particulière (l’adoption des conventions bénédictines dans l’Empire carolingien est la résultante de « deux faits [...] que sont l’alliance avec le pape et l’exigence d’unité monastique » [p. 43]) qu’à une résonnance fondamentale avec ce qu’Ariel Suhamy nomme « le Château de la morale » (p. 43) de l’univers carolingien. La société du 9e siècle est tout entière fondée sur la promesse (p. 44), qu’elle renvoie à l’alliance politique ou à la fidélité à Dieu. Précisément, « la fidélité a son économie » (p. 52) fondée sur la précarité, c’est-à-dire fondamentalement la double propriété des « biens de l’Église » qui peuvent « doter une abbaye » puis « récompenser un vassal » (p. 53). La fidélité était donc la valeur morale suprême qui organisait l’horizon d’attente spirituel. L’enfant oblat représentait l’obéissance totale, d’autant qu’il n’a « jamais frayé avec le monde » (p. 55).

3Le jeune Godescalc, confié à l’abbaye de Fulda, voit s’y dérouler un « événement remarquable : une mutinerie de moines » (p. 72) en raison de la dureté de l’abbé Ratgar, qui menait les travaux d’édification. L’oblat est plongé dans une culture théologique qu’il parvient, semble-t-il, à parfaitement maîtriser au point d’être capable de « débiter toute une journée sans discontinuer les textes saints » (p. 81).

4Ce monde de promesses, de fidélité, de rigueur et de discipline se délite peu à peu : Godescalc soutient en 829 qu’il a été « tonsuré et contraint à la vie monastique contre sa volonté » (p. 100). Il demande à être affranchi. Dans un premier temps, les évêques acceptent de le relever « de ses vœux », si un accord est trouvé à propos de sa « liberté confisquée » (p. 101). Mais l’abbé Raban Maur de Fulda rejette cette proposition et « défend l’oblation » (p. 103). Parallèlement, la situation politique entre les trois fils de Louis le Pieux (Lothaire, Pépin et Louis le Germanique) est remise en question par la naissance de Charles le Chauve, fruit d’un second mariage avec Judith de Bavière. Les affrontements au sein de la fratrie et contre le père sont nombreux. Jusqu’à ce qu’en 833 « l’empereur Louis le Pieux [soit] déposé au profit de son fils Lothaire » (p. 123). La fidélité promue comme valeur carolingienne par excellence semble disparaître du registre politique. Peu à peu, c’est une vision très partielle de la fidélité qui s’impose : celle due à « l’Empire chrétien l’emporte sur celle qui est due à la personne de l’empereur » (p. 125). De son côté, Godescalc quitte Fulda pour « un autre monastère, celui d’Orbais, près de Château-Thierry » (p. 115) et mène une mission au monastère de Corbie. Il se rend également en Italie et rencontre Éberhard, le « beau-frère de Charles le Chauve » (p. 147), et Raban de Maur s’inquiète de l’influence (croissante semble-t-il) du moine dissident. Car Godescalc ne s’est pas contenté de briser la promesse de l’oblation, il entend discuter avec vigueur la question de la prédestination. Saint Augustin, en définissant le « libre arbitre », instaure l’idée que « le mal n’[est] pas une puissance étrangère mais qu’il [vient] bien de nous » (p. 157). Au final, c’est bien la grâce divine qui permet de repousser le mal. Le pélagisme s’est opposé à cette doctrine augustinienne en arguant de la toute-puissance de Dieu en chacun des hommes. Godescalc relit les propositions de saint Augustin pour défendre la prédestination. Il assure « qu’il est vain de faire des efforts pour parvenir à la vie éternelle, si l’on n’y a pas été prédestiné » (p. 173). L’affaire se solde par un procès, que le moine perd et à l’issue duquel il doit brûler ses livres (p. 199). Enfermé en prison, Godescalc ne se taira pas totalement pour autant, rédigeant de nombreux écrits. La question de la prédestination agite alors les théologiens et travaille également les structures politiques de l’Empire. Dans l’enquête menée pour mesurer l’erreur dans laquelle s’est enferré l’ancien oblat, les réponses sont, pour le moins, complexes : les autorités contactées (notamment Prudence de Troyes) « confirment l’orthodoxie de la double prédestination » (p. 217). Hincmar de Reims, qui mène les recherches, ne cesse de commettre des impairs théologiques, notamment à propos de l’augustinisme. L’entrée en scène du philosophe Jean Scot Érigène, auquel Hincmar demande son avis, complique encore les choses. En effet, il propose de « distinguer la volonté, qui est constitutive de la nature humaine, et le libre arbitre, qui est un don fait par Dieu à cette nature » (p. 264). Les partisans de saint Augustin répliquent à l’Érigène qu’il est impossible de nier « l’existence de l’enfer » comme il le fait (p. 276). Le concile de Tusey (après bien d’autres), en novembre 860, n’est qu’un « Verdun théologique » (p. 304) au cours duquel les thèses de Godescalc ont servi opportunément à rassembler contre elles des factions opposées.

5En conclusion, Ariel Suhamy trace un lien tout à fait net entre les propositions du moine en rupture et Spinoza ; le philosophe d’Amsterdam poussa jusqu’à son terme la logique argumentative d’une réflexion sur le libre arbitre et l’action des hommes, en les soumettant à la raison.

6Cet ouvrage érudit et foisonnant est servi par une argumentation finement dépliée. L’analyse théologique et l’histoire politique sont très étroitement articulées pour comprendre comment, en posant la question de la prédestination, un oblat en révolte contre son statut, a pointé les fractures d’un dogme que saint Augustin avait commencé à fissurer. On regrettera malheureusement l’absence de notes permettant de restituer les références citées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Ariel Suhamy, Godescalc, le moine du destin (IXe siècle) : De Charlemagne à Spinoza, le procès de la prédestination », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 139 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/7645

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page