Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Sébastien Jahan, Les étrangers en Poitou au XVIIIe siècle. Traverser ou rester

La Crèche, Geste éditions, coll. « Archives de vies », 2016, 334 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Sébastien Jahan, Les étrangers en Poitou au XVIIIe siècle. Traverser ou rester, La Crèche, Geste éditions, coll. « Archives de vies », 2016, 334 p.

Texte intégral

1Étudier la condition des migrants et des étrangers constitue un double défi archivistique et analytique. Il s’agit en effet de repérer des traces fugaces et incertaines de passages parfois rapides ; il faut également restituer l’épaisseur d’une société pour saisir comment s’organisent les circulations, les solidarités, les surveillances et les contrôles. Dans ce très bel ouvrage consacré aux étrangers dans le Poitou du siècle des Lumières, Sébastien Jahan parvient à dépasser cette double difficulté en menant une recherche érudite des migrations, de leurs origines et de leurs conséquences locales. Oscillant entre les portraits de groupes et les trajectoires individuelles, l’analyse se déploie dans un nuancier d’interprétations fait de points de repères solides et d’hypothèses amenées avec une grande prudence.

2Dans la première partie de l’ouvrage, Sébastien Jahan envisage un décompte des étrangers ayant traversé le Poitou (et pour certains s’y étant installés) au 18e siècle. La démarche n’a rien d’aisé, puisqu’il s’agit de repérer les sources permettant de rendre compte des pratiques gyrovagues. En effet, « les étrangers ne font pas l’objet d’un traitement administratif particulier » (p. 22). Trois sources sont cependant mobilisables : les archives des juridictions, les registres hospitaliers et, enfin, les registres paroissiaux. Un « essai de quantification » (p. 27) permet de donner un aperçu de la présence d’étrangers dans le Poitou, région certes éloignée des frontières, mais point de passage vers l’océan et seuil des déplacements de pèlerins. Les « aubains et naturalisés », qui ont donc fait une démarche active pour s’installer et transmettre leurs biens à leur descendance, semblent peu nombreux : Sébastien Jahan relève 14 affaires traitées par le bureau des finances de la généralité de Poitiers (p. 29-30) et seulement 13 lettres de naturalités enregistrées par l’administration (p. 30-34). Les structures hospitalières permettent de repérer d’autres circulations d’étrangers : ce sont là les plus pauvres des voyageurs qui sont accueillis. Mais on retrouve également des soldats faits prisonniers, notamment au début du 18e siècle. Les mariages contractés en Poitou indiquent qu’il y a « un total de 36 familles formées par des immigré(e)s » (p. 40-41) sur la période considérée. Globalement, les femmes sont peu nombreuses dans le corpus ainsi constitué. On ne peut qu’être frappé par le parcours probablement très singulier (et qu’on ne peut qu’imaginer) de cette « femme espagnole » décédée en 1717 après s’être confessée et avoir communié, mais sans que le prêtre reconnaisse son nom (p. 44). La géographie des déplacements qui s’esquisse en Poitou montre assez nettement une prépondérance septentrionale : Allemands et Irlandais sont très présents, mais l’installation d’une colonie germanique sur les terres du marquis de Pérusse, ainsi que la défaite de Jacques II, entraînant un exode massif de ses partisans, expliquent cette surreprésentation.

3La deuxième partie de l’ouvrage est l’occasion de reconstituer les parcours chaotiques de ceux qui ne font que passer dans le Poitou. Les militaires, tout d’abord : les régiments sont composés d’un nombre conséquent de soldats étrangers ; Poitiers a accueilli des prisonniers portugais suite à la guerre de succession d’Espagne. Ce sont ensuite les itinérances professionnelles qui marquent les circulations plus ou moins lointaines. Sébastien Jahan dresse le portrait de voyageurs et de marchands qui suivent des voies de communication entre Paris et l’Espagne, ou bien encore en direction de La Rochelle ou de Rochefort. Les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle passent sur les terres poitevines tout au long du siècle des Lumières. Ce sont les naissances ou les décès qui permettent de surprendre ces pieux déplacements. La quête religieuse ne se limite toutefois pas à ces marches ritualisées vers un lieu sacralisé. Des religieux ou des laïcs entreprennent de parcourir la France pour récolter des fonds afin de libérer les « chrétiens captifs des Régences ottomanes du Maghreb » (p. 81). Le cas du génois Laurent Lavagnine, mort en 1742 à Savigny-sous-Faye, illustre ces déplacements de solidarité catholique. Le commerce suisse de l’étain témoigne de ces réseaux marchands qui strient jusqu’aux campagnes les plus reculées. Enfin, les itinérances artistiques se repèrent dans le Poitou du 18e siècle : deux peintres italiens, Thomas Casati, arrêté à Poitiers pour avoir contraint une jeune femme à le suivre, et « Piettro Belloti (ou Belloto), dit Casaletto » (p. 96), signalent l’existence d’un réseau modeste de marchandises artistiques sans renom, loin du grand marché des chefs-d’œuvre. L’univers des échanges est un composé de professions bigarrées : les « dentistes ou opérateurs » occupent ainsi une place à part dans les structures commerciales. Cette « figure typique de la médecine empirique itinérante » (p. 100) est aussi le principal pourvoyeur de l’orviétan, sorte d’antidote universel abondamment vendu dans tous les lieux de passage. En Poitou, Grégoire Toscano, qui déplace son théâtre de foire, est repéré notamment par l’entremise d’un acte de mariage avec Marie Ravard à Thouars en 1746. Plus difficile encore à saisir dans les sources, la circulation des vagabonds étrangers peut être entrevue dans les sépultures des hôpitaux : ces rares mentions indiquent toutefois combien ces errances dans la pauvreté caractérisaient des vies de misère et de déracinement. Les archives criminelles détaillent davantage les déplacements interlopes d’individus pris dans les rets de la justice pour leurs activités délictueuses. Sébastien Jahan rapporte ainsi la soudaine irruption dans l’ordre judiciaire de « Jean Ange et Constantin Cazaski, un duo d’étranges voyageurs, soupçonnés d’avoir dérobé de l’argent et un mouchoir de soie à un bourrelier » (p. 116). Originaires de la « Grande Tartarie », les deux hommes ont circulé avec leurs familles dans la « Moscovie, la Pologne, la Prusse et l’Autriche pour arriver à Rome » (p. 117). Sébastien Jahan remarque, très justement, que cette errance est probablement le prolongement d’une « pérégrination européenne » d’un « peuple nomade d’Asie centrale ».

4Les étrangers sur les terres du Poitou ne se contentent pas de passer. Certains – et c’est l’objet de la troisième partie de l’ouvrage – s’y installent. Ce n’est pas toujours leur volonté. Les cas des esclaves coloniaux ramenés avec leurs maîtres dans leur domesticité sont exemplaires de cet arrachement forcé aux terres natales. Les paysans allemands engagés dans l’entreprise de « colonisation des brandes poitevines » (p. 140) par le marquis de Pérusse dans le Châtelleraudais ont, eux, bénéficié d’incitations financières. De façon générale, la sédentarisation commerciale est l’un des grands vecteurs d’enracinement des étrangers dans le Poitou. Deux Suisses originaires de la région des Grisons exercent des métiers de bouche (traiteurs, pâtissiers) en s’installant à Châtellerault et à Saint-Maixent ; ils ont profité de « l’engouement » nouveau pour le chocolat (p. 156). La subsistance d’un artisanat de l’imprimerie à Poitiers permet d’éclairer le parcours de François Krieger, originaire de Prague, qui exerce comme « garçon imprimeur » (p. 163), probablement dans un atelier où se croisent des ouvriers d’origines géographiques très diverses.

5Dans la quatrième partie de l’ouvrage, Sébastien Jahan pose la question de la réception des étrangers par les Poitevins. L’hypothèse générale, formulée par Robert Muchembled, d’une animosité très répandue est battue en brèche par des exemples précis et des indices archivistiques tout à fait convaincants. Même si l’étranger est un objet de curiosité, il n’est pas (le plus souvent) abandonné à lui-même dans ces terres inconnues : des médiateurs (comme les interprètes) et des solidarités familiales ou nationales déjà implantées participent à un lent processus d’intégration dans l’épaisseur du tissu social. Bien sûr, il est plus aisé de s’intégrer pour les membres du deuxième ordre, venus par exemple d’Irlande comme les Keating, les rapports de classes permettant ici un alignement des statuts. Sébastien Jahan remarque, malgré tout, en reprenant les archives judiciaires notamment, que la condition d’étranger n’est pas nécessairement un facteur d’exclusion : l’administration surveille avec attention toutes les circulations, qu’elle soupçonne par principe d’être suspectes. Mais il ne semble pas, au regard des affaires retrouvées, que la justice, comme les sujets français, se soient acharnés sur ceux qui venaient d’ailleurs.

6Ce livre érudit et précis constitue un repère important pour l’histoire des circulations. Par sa méticulosité dans la lecture des sources et la maîtrise d’un corpus fragmentaire, Sébastien Jahan parvient à recomposer des itinéraires complexes, toujours pris dans des rapports sociaux qu’ils enrichissent et parfois transcendent. Dans cette texture des altérités, ce sont des relations qui se nouent et se défont, des rapports commerciaux qui se construisent, des implantations de plus ou moins longue durée qui s’organisent. Au final, Sébastien Jahan dépeint avec brio l’élaboration lente d’une société qui n’a pas la défiance pour premier réflexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Sébastien Jahan, Les étrangers en Poitou au XVIIIe siècle. Traverser ou rester », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 139 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/7655

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page