Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Marcel Yanelli, J’ai mal à l’Algérie de mes vingt ans. Carnet d’un appelé, 1960-1961

Paris, L’Harmattan, 2016, 260 p.
Eloïse Dreure
Référence(s) :

Marcel Yanelli, J’ai mal à l’Algérie de mes vingt ans. Carnet d’un appelé, 1960-1961, Paris, L’Harmattan, 2016, 260 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, les mots sont là pour guérir un traumatisme, celui de cette guerre d’Algérie au cœur de laquelle Marcel Yanelli est envoyé alors qu’il a tout juste 20 ans, et qui est restée dans un coin de sa tête tout le reste de sa vie. Car au-delà du traumatisme de ce qu’il a vécu sur place, il souffre, comme beaucoup des appelés en Algérie, du « silence et de la honte » autour de cette guerre. En publiant ses notes, l’auteur veut effectuer ce travail de mémoire que la France n’a jamais fait. Il veut transmettre, lever le voile sur l’usage de la torture et sur tout ce qu’il a vu en Algérie.

2Marcel Yanelli le précise, s’il n’est jamais indulgent avec ses compagnons, ce ne sont pas eux qu’il veut dénoncer mais bien les vrais responsables que sont alors les hommes politiques et les « gros colons ». Il ne prétend pas non plus apporter de révélations sur cette guerre ou sur l’action des communistes à cette époque. Ce qu’il nous offre, c’est un précieux témoignage dans lequel il nous livre tout de ses pensées, de ses doutes, de ses révoltes face à ce qu’il voit et ce qu’on lui fait faire.

3Marcel Yanelli est né en 1938 de parents émigrés italiens et communistes. Lui-même adhère au Parti communiste français en 1953, l’année de la mort de Staline.

4Son frère Jean a effectué plusieurs mois de prison pour avoir refusé d’aller se battre en Algérie. Marcel est décidé à suivre son modèle jusqu’à ce que son parti décide que la place des communistes est en Algérie, afin d’y militer pour la paix. Après treize mois de service en métropole, Marcel est envoyé dans la colonie en février 1960. Il a alors 22 ans et, durant les 15 mois pendant lesquels il est appelé du contingent, il écrit au vu et au su de tout le monde, quotidiennement, pour relater les faits qui le marquent.

5Ses carnets, ainsi que les 200 photos qui les accompagnent, ne seront, pendant longtemps, consultés que par la famille la plus proche de Marcel Yanelli.

6En 1999, quelques pages apparaissent dans un ouvrage édité par l’Amicale des vétérans du PCF : La lutte des communistes de Côte-d’Or contre les guerres coloniales, Indochine, Algérie, Viet-Nam.

7En 2005, Marcel se décide à saisir à l’ordinateur ses notes, tellement fines et serrées qu’il faut une loupe pour les déchiffrer. Des extraits sont alors lus par les comédiennes de la compagnie Zigzag lors de lectures-spectacles. En 2015, à 77 ans, Marcel Yanelli franchit un dernier pas et en 2016, ses carnets d’appelé sont publiés intégralement chez L’Harmattan, augmentés d’une préface d’Alain Ruscio et de Georges Vayrou.

8On pourrait craindre que la lecture de notes quotidiennes soit monotone. Il n’en est rien. Marcel Yanelli écrit particulièrement bien, et c’est d’autant plus remarquable quand on connaît les conditions matérielles dans lesquelles il se livre alors à cet exercice. Ces écrits pris sur le vif nous entraînent. Le caractère journalier de ces notes, loin d’être rébarbatif, nous aide à ressentir le temps qui passe et le poids de ces mois passés en Algérie.

9Marcel Yanelli se dit être un « passionné de la vie ». La vie, en effet, est présente tout au long de cet ouvrage. À côté du descriptif de la vie militaire, il évoque ses pensées pour sa famille, les lettres qu’il reçoit, celles qu’il envoie. Il parle des colis de pain d’épices de sa mère, pense à la vie qui continue chez lui, à Dijon. Il y imagine les fêtes de Pâques ou les défilés du 1er mai. Il parle de ses camarades des Jeunesses communistes et de sa petite-amie, Simone, militante elle aussi. Il se raccroche à son souvenir, qui rend plus cruelle encore la longueur de ces mois loin de chez lui. Il parle de ses doutes sur leurs sentiments respectifs et tout cela nous rappelle combien, alors, Marcel est jeune. Il ne cache rien de ses moments d’abattement, de son chagrin d’être en Algérie, de son attente que les jours passent. Le récit de son départ, en février 1960, est particulièrement poignant. Il évoque les pleurs de sa mère, ceux de sa sœur et les siens qu’il tente de contenir. À travers ses notes, c’est toute sa peine et son angoisse que l’on ressent, tout comme la longueur du voyage de Dijon à Biskra.

10Marcel Yanelli ne masque rien de ses émotions, de son innocence. Le texte n’a pas été tronqué comme l’auteur aurait pu être tenté de le faire tant d’années après.

11Il ne cache rien non plus de la cruauté des opérations militaires. Il évoque sa répugnance à fouiller les habitations des Algériens, son refus de manger ou de boire ce qui a pu être volé par ses compagnons, son intransigeance face au viol. On suit sa révolte face aux interrogatoires, face à l’utilisation de la torture ou à la violence gratuite des soldats sur les Algériens.

12S’il condamne les actes de ses compagnons, il souffre surtout de leur abaissement moral. Lui, au contraire, malgré toute la difficulté du quotidien, fait tout pour rester fidèle à ses principes moraux. Malgré tout, il s’inquiète à l’idée de céder à la facilité, de les oublier pour mieux les renier. Il se méfie de « l’habitude » qui conduit à l’indifférence.

13Tout au long de ses notes, malgré le temps qui passe et la violence des opérations, Marcel Yanelli continue de dénoncer le colonialisme et la politique française qui fait tant souffrir le peuple algérien.

14Marcel est là pour appliquer les consignes du Parti. Il n’est pas en Algérie pour faire la guerre, mais pour convaincre ses compagnons que la France n’a rien à y faire et leur montrer les véritables enjeux de la pacification. Il continue ainsi d’essayer de convaincre une armée encadrée par les ultras, conditionnée, manipulée et qui, majoritairement, veut garder l’Algérie française. Malgré tout, il considère toujours ne pas en faire assez, ne pas être un militant modèle. Pourtant, il parvient à s’exprimer et à échanger, même s’il est repéré comme communiste dès son arrivée et, par conséquent, affecté dans un « commando de chasse » et « porteur de radio », les postes les plus exposés lors des opérations.

15Son temps libre, il s’oblige à le passer à s’instruire, à étudier. Lui qui n’est allé à l’école que jusqu’à 15 ans, il lit pour compenser son manque d’instruction. Il travaille sur les écrits de Dimitrov, il lit Les Fleurs du mal de Baudelaire, Pour qui sonne le glas d’Hemingway ou du Federico Garcia Lorca.

16Ses écrits ont cela de passionnant qu’on le suit à travers les moments de désespoir et de révolte, jusqu’aux moments les plus légers, dans tout ce que cette vie a de paradoxal. Un matin, il raconte une de ces longues marches dans le paysage algérien, avant de parler de la musique d’Yves Montand, du cinéma, des jeux de cartes, des parties de football ou des baignades dans la mer. S’enchaîne un moment où il dit s’amuser follement avant d’être révolté par le sort fait à un homme battu par ses compagnons. Il évoque les parcours du combattant, les exercices de tir, puis avoue avoir été révolté par un livre policier « pourri d’antisoviétisme ». Un matin il décrit une alerte, le soir il voit Certains l’aiment chaud. Sur tout ce qu’il lit ou tout ce qu’il voit, il note ses réflexions et parvient à décrire l’ambiance oppressante du camp, même pendant les moments de loisir. Et puis l’espoir qui revient, parfois, lorsqu’il reçoit une lettre ou lorsqu’il entend, un jour, le Chant des partisans russes et le Chant du départ.

17On ne peut que recommander la lecture de ces écrits bouleversants, passionnants, d’un jeune communiste parti en 1960 en Algérie pour y militer pour la paix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eloïse Dreure, « Marcel Yanelli, J’ai mal à l’Algérie de mes vingt ans. Carnet d’un appelé, 1960-1961 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 139 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/7661

Haut de page

Auteur

Eloïse Dreure

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page