Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Tangui Perron (dir.), L’écran rouge. Syndicalisme et cinéma de Gabin à Belmondo

Paris, Éditions de l’Atelier, 2018, 239 p.
Danielle Tartakowsky
Référence(s) :

Tangui Perron (dir.), L’écran rouge. Syndicalisme et cinéma de Gabin à Belmondo, préface de Costa-Gavras, Paris, Éditions de l’Atelier, 2018, 239 p.

Texte intégral

  • 1 Cf. également, Tangui Perron, « “Le contrepoison est entre vos mains, camarades”. C.G.T. et cinéma (...)

1En 1995, les centenaires croisés du cinéma et de la CGT avaient été une première occasion de souligner les liens quasi constitutifs, quoique complexes, noués entre le cinéma, le monde ouvrier et le syndicalisme en voie d’affirmation, de La Sortie de l’usine Lumière à Lyon à la coopérative de Monthermé. Tangui Perron, sans aucun doute un des meilleurs dénicheurs et connaisseurs du cinéma produit et diffusé par le mouvement ouvrier dans sa large acception, ainsi que des interactions nouées en longue durée entre syndicalisme et cinéma, avait conçu à cette occasion une passionnante journée d’étude dans le cadre du Forum des images, demeurée mémorable pour ceux qui eurent la chance d’y participer1. L’histoire croisée qu’il propose aujourd’hui se situe dans le droit fil de cette démarche, qu’il inscrit cette fois dans la longue durée d’une séquence qui s’ouvre avec la crise des années trente et s’achève en 1958, au terme d’une période charnière qui cependant n’est pas « la fin de l’histoire ». En atteste, au demeurant, la contribution que Samuel Zarka consacre aux mutations de « l’édifice classique du cinéma et aux luttes d’aujourd’hui », qui franchit ces limites pour atteindre le terme de notre décennie. Pour mener à bien cet ouvrage, qui souligne la centralité par trop méconnue de la CGT dans la construction d’une politique publique du cinéma et dont il est hautement significatif qu’il bénéficie d’une préface de Costa Gavras et d’une postface de Philippe Martinez, Tangui Perron, qui en rédige une part notable, s’est associé dix-sept autres chercheurs, conviés à retraverser leurs travaux, souvent récents, au prisme de ce fil directeur.

2La diversité des entrées et des démarches qui en résulte occasionne assurément certaines répétitions et des successions chronologiques parfois discutables. L’analyse de la crise des années trente et de ses effets dans le champ cinématographique (Charles Boriaud) gagnerait à précéder la réaffirmation du rôle moteur du Front populaire pour celui-là même (Tangui Perron), et l’analyse de la CGT de la Libération à 1948 (Michel Pigenet), à clore la troisième partie de l’ouvrage au lieu de l’introduire. Mais les contreparties de la démarche adoptée sont suffisamment productives pour que ce soit là défauts mineurs. Cette démarche permet en effet de combiner et de croiser de manière heuristique des approches et des échelles variées : 22 portraits d’hommes et de femmes célèbres ou oubliés, si ce n’est parfois marginalisés quand ils ont été des éléments moteurs et souvent décisifs de cette histoire, témoignent de l’attention et de l’empathie que Tangui Perron sait porter à « ceux qui font » le cinéma. Ils s’interpénètrent avec des moments charnières (1938, 1947, 1958…), des études de films emblématiques (Toni, La Marseillaise, La Bataille du rail, Le Ciel est à nous), d’institutions (l’IDHEC, le Festival de Cannes, la Cinémathèque), de luttes et d’organisations syndicales… en construisant, à la faveur de ce qui pourrait relever du kaléidoscope, UNE histoire, qui naît précisément de ces recouvrements, maîtrisés par une solide direction d’ouvrage.

3Le lecteur va de découverte en découverte, quand bien même il aurait commencé sa lecture en s’estimant bien éclairé sur ce dont il allait être question.

4Les interactions entre syndicalisme et cinéma dans les années 1930 doivent aux travaux fondateurs de Pascal Ory, auteur de deux contributions, comme à ceux de Tangui Perron, d’être les mieux connues. Les contributions de Tangui Perron, Charles Boriaud et Morgan Lefeuvre complexifient toutefois l’histoire du syndicalisme, en « obligeant à nuancer l’histoire d’un milieu professionnel uni dans la lutte sous la seule bannière CGT ». On y découvre ainsi la Fédération nationale des syndicats d’artisans français du film animée par des réactions xénophobes face à la crise et mobilisée en mai 1934 au cri de « peuple français, sauve le cinéma de ton pays », le Syndicat général des travailleurs de l’industrie du film qui doit à la nature de son travail comme à ses orientations politiques d’être d’abord affilié à la fédération de la chimie CGTU avant de rejoindre la fédération du spectacle CGT réunifiée, marquée par la puissance du courant Syndicats, le quotidien des grèves et le poids des syndicats « jaunes ».

5Les années noires ont également fait l’objet de nombreux travaux. Elles permettent ici de décliner la complexité d’un milieu tendu entre Résistance et compromission avec l’occupant et de comprendre le retournement du rapport des forces qui s’opère au sein de la Fédération du spectacle (Tangui Perron). Elles sont l’occasion d’approfondissements ou de surprises. La préhistoire du Festival de Cannes, imaginé par Jean Zay pour contrebalancer ce contre-modèle qu’est la Mostra de Venise, initiée par l’Italie mussolinienne, aurait dû se dérouler en septembre 1939. Ce projet, qui doit à la guerre de demeurer inabouti, présente une dimension culturelle atlantique qui conjugue démocratie politique et libéralisme économique, en constituant paradoxalement le prototype de ce que seront les accords Blum-Byrnes (Olivier Loubes). L’IDHEC constitue un exemple, comme il en est dans d’autres secteurs, de ces institutions nées sous Vichy sans être de Vichy (Marie-Charlotte Téchené).

6Les années de la Libération voient s’affirmer une hégémonie syndicale qui se manifeste dans la mobilisation victorieuse contre les accords Blum-Byrnes, dans la bataille menée, là encore avec succès, pour organiser le Festival de Cannes, témoignant de ce qu’on peut tenir, puis la participation spécifique des travailleurs du cinéma à la bataille de la production, dans une chronologie cependant spécifique en ce qu’elle intervient au-delà de l’élimination des ministres communistes (Tangui Perron). La Coopérative générale du cinéma témoigne de la volonté de renouer avec les expériences amorcées sous le Front populaire, en se heurtant toutefois à la résistance du marché (Pauline Gallinari). Le mouvement des ciné-clubs témoigne de l’essor d’une cinéphilie populaire, qui doit cependant compter avec les inégalités socioculturelles (Léo Souillès-Débats). Une biographie de Jean Gabin, soulignant son rôle héroïque durant la guerre et ses engagements durables, oblige à singulièrement nuancer les représentations qui se sont imposées au détriment des faits (Tangui Perron).

7La dernière partie de l’ouvrage permet de revenir sur l’émergence et l’affirmation d’une politique publique du cinéma et sur ce qui fut et demeure le rôle majeur d’une CGT devenue quasi hégémonique dans le domaine du spectacle.

8Ces quatre séquences sont traversées par des lignes de force qui confèrent au propos sa continuité. Le choix des entrées témoigne du souci de restituer leur importance aux oubliés de l’histoire. De nombreuses biographies sont consacrées au rôle de premier plan de certaines femmes, dans la diversité de leurs métiers (Margueritte Houllé, Claude Ibéria, Danielle Darrieux, Loleh Bellon, Simone Signoret, Michèle Firk), au rôle de certaines d’entre elles dans la naissance de la Cinémathèque, à leur poids dans le public des ciné-clubs, devenus un facteur d’émancipation, ou au message féministe avant l’heure de certains films dont Le Ciel est à nous, qualifié de « seul film antivichyste sous Vichy ». L’étude que Charles Boriaud consacre à la xénophobie des syndicats d’artisans du film français, non sans une dramatique actualité, celle de Toni ou cette étonnante biographie du combattant noir Georges Duckson (Sylvie Lindeperg) soulignent la place des immigrés, exilés ou des peuples coloniaux, mais aussi bien son déni.

9Michel Margairaz et moi-même avons montré, dans d’autres cadres, que l’État social à la française est le produit d’une double révolution intriquée des cultures de mobilisation et de régulation. L’attention permanente que cet ouvrage porte à la mobilisation, déployée sous divers modes, et aux politiques publiques dans leurs interactions permanentes, constitue une parfaite déclinaison de ce caractère spécifique à l’État social français dans un secteur d’ordinaire moins exemplarisé que d’autres. Le processus engagé en 1936 contribue puissamment à l’émergence d’un « édifice classique » du cinéma français, qui assure sa puissance jusqu’à la mise en crise qui s’amorce avec les années 1960. Cette intrication vaut à la Fédération du spectacle de s’affirmer comme un modèle social-démocrate à l’égal de celle du livre, avance Pascal Ory. Elle est également constitutive de l’émergence d’une génération, perceptible au prisme de la vingtaine de biographies. Retenons, au nombre de ses traits distinctifs, l’implication de certains des plus grands noms du cinéma d’alors dans les responsabilités syndicales et/ou dans la lutte pour la paix, perçues par eux comme indissociables, tout à la fois condition et conséquence des interactions entre mobilisation et régulation, lorsque les engagements qui prévalent aujourd’hui, quand ils existent, relèvent avant tout de l’humanitaire.

10Cet ouvrage, dont il convient encore de souligner la qualité de la maquette et des reproductions de photographies, pour la plupart inédites et constitutives à part entière des démonstrations, nous propose une histoire du cinéma qui, loin d’être exclusivement culturelle, intègre à leur juste mesure les approches économique, sociale et politique, ainsi que l’histoire du travail, en contribuant à leurs enrichissements respectifs. Il atteste, s’il en était besoin, de la valeur heuristique des décloisonnements et collaborations, et constitue une contribution d’importance à l’histoire du cinéma comme à celle du syndicalisme.

Haut de page

Notes

1 Cf. également, Tangui Perron, « “Le contrepoison est entre vos mains, camarades”. C.G.T. et cinéma au début du siècle » dans Le Mouvement Social, 1995/3, n° 172.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danielle Tartakowsky, « Tangui Perron (dir.), L’écran rouge. Syndicalisme et cinéma de Gabin à Belmondo », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 139 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 09 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/7673

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page