Navigation – Plan du site
LES CAHIERS RECOMMANDENT...

Les Cahiers recommandent...

p. 219-232

Texte intégral

CINÉMA

Un cinéma d’espérance et de résistance : hommage aux frères Taviani

1Les Taviani ne feront plus de films ensemble, puisque Vittorio nous a quittés en avril 2018. Ainsi s’achève une collaboration créatrice longue de plus de soixante ans, depuis San Miniato, Iuglio 44 (1954), leur premier court-métrage, jusqu’à Una questione privata (Une affaire privée, 2017).

2Il est difficile de restituer ici toute l’ampleur d’une œuvre riche et puissante, mue constamment par un idéal de fraternité et de justice. Le cinéma des Taviani, engagé sans être inféodé à un parti ou à une idéologie, s’attache à dépeindre et défendre l’individu aux prises avec la violence sociale et les tourmentes de l’histoire. Jamais ils ne renoncent à l’espoir d’un monde meilleur, même s’ils constatent dès le début des années 1970 l’échec des utopies révolutionnaires, quand celles-ci sont portées par des activistes dogmatiques prétendant transformer la société sans tenir compte des réalités ni du facteur humain. On leur doit sur cette question deux films majeurs, paraboles implacables, saisissantes de beauté formelle et de rigueur, où le détour par le passé, l’Italie du 19e siècle, leur permet de penser les luttes du présent et leurs apories. Ainsi le héros de San Michele aveva un gallo (Saint Michel avait un coq, 1971), socialiste tolstoïen au messianisme naïf, se heurte-t-il avec ses quelques disciples à la passivité, voire l’effroi des paysans qu’il voudrait soulever, si bien que la stratégie de la « propagande par le fait » le mène à dix ans de prison à l’isolement. La rencontre avec une nouvelle génération de militants, ouvriéristes péremptoires qui dénigrent son combat, lui fait prendre conscience de l’inanité de son sacrifice. De fait, les révolutionnaires sont décrits constituant des groupuscules sans prise sur la société et en désaccord entre eux. De même, Allonsanfan (1974) questionne-t-il les trajectoires divergentes des contestataires après 1968, en transposant l’intrigue en 1816. Après avoir participé aux luttes de l’époque révolutionnaire, le personnage principal, un aristocrate, entend bien se replier sur son bonheur personnel, quitte à abandonner, voire trahir ses compagnons d’utopie, lesquels restent englués dans leurs schémas de pensée et coupés de ce peuple au nom duquel ils combattent : métaphore exemplaire de l’évolution fatale qui vit les uns réintégrer la « normalité » et faire carrière, une fois l’ivresse de 1968 dissipée, tandis que les autres s’obstinaient dans une voie solitaire, sinon suicidaire. Pour les Taviani, la marche vers l’émancipation est tout d’abord un combat personnel, comme le souligne leur chef-d’œuvre, Padre Padrone (1977), qui retrace la lutte réussie d’un berger sarde pour échapper, par le savoir, à son destin d’ignorance et de soumission. Cet hymne à la dignité humaine leur vaut la Palme d’or à Cannes.

3La suite de leur œuvre peut paraître plus inégale, parfois moins inspirée et flirtant avec un certain académisme, mais elle reste toujours soucieuse de restituer l’épaisseur des êtres dans leurs travaux, leurs joies et leurs peines, d’élucider le poids de l’histoire sur les individus, aux prises avec le mal et l’inhumanité. Par exemple, Fiorile (1993) nous décrit sur trois générations les vicissitudes d’une famille toscane écartelée entre soif de l’or et aspirations spirituelles, goût du pouvoir et appétit de justice : ainsi va l’espèce humaine, déchirée entre ses pulsions et ses rêves. Plus récemment, Cesare deve morire (César doit mourir, 2012) nous montre des criminels endurcis jouer Jules César de Shakespeare : incarner cette histoire de violence et passions, haine et trahisons, leur permet de revenir sur leur propre destin, tragique, et de recouvrer une part de leur humanité perdue.

4Enfin, Una questione privata pourrait bien constituer leur testament spirituel, dans lequel ils effectuent un retour nécessaire sur les combats de la Résistance. Dans les montagnes du Piémont envahies par les brumes de l’automne 1944, des groupes de résistants, spectres hâves et dépenaillés, affrontent les troupes fascistes. Parmi eux, « Milton » décide de libérer à tout prix un camarade de lutte capturé par les chemises noires. Cette louable entreprise est en fait motivée par une « affaire personnelle », une banale rivalité amoureuse, et fait dévier Milton du combat collectif. On peut y voir une manière subtile de nous rappeler que nos motivations ne sont jamais « pures » et que chaque individu a le droit de jouer sa partition, même au milieu du bruit et de la fureur. D’un autre côté, cela pourrait être, là aussi, une métaphore de notre époque quand, égocentriques, absorbés par nos enjeux personnels, nous laissons quelques malheureux groupes de résistants se sacrifier contre les nouvelles formes d’oppression. L’individu, oui, mais non l’individualisme, qui détourne des luttes à mener, pourtant vitales, semblent nous dire les Taviani.

5À près de 90 ans, même privé de son alter ego, Paolo Taviani entend continuer à se battre contre le fascisme qu’il voit renaître. Merci à lui, merci à Vittorio, pour leur œuvre de résistance et d’espérance, et, comme eux, ne nous résignons jamais à ce que la brume tombe à nouveau sur l’Europe.

6Les films des frères Taviani sont disponibles en DVD.

7À lire en particulier :

8Gavino Ledda, Padre Padrone. L’éducation d’un berger sarde, Paris, Gallimard, coll. Folio (1ère édition italienne 1975, française 1977). Une bouleversante autobiographie.

9Beppe Fenoglio, Une affaire personnelle et autres récits, Paris, Gallimard, coll. Du monde entier, 1978 (éd. italienne 1963). Un des plus beaux récits d’un auteur méconnu en France, profondément marqué par la période de la guerre civile et de la Résistance, sur laquelle porte l’essentiel de son œuvre.

Réinventer l’utopie au cinéma

10Prochain arrêt : Utopia, film grec d’Apostolos Karakasis, 2015, 91 min

11L’Usine de rien, film portugais de Pedro Pinho, 2017, 177 min, disponible en DVD.

12« C’est beau à vivre, c’est une lutte qui est tellement vraie. »

  • 1 Parole de salariés d’Épéda lors du combat contre la fermeture de l’usine de Mer dans le Loir-et-Che (...)

13Rêve d’usine, film de Luc Decaster (2001)1

14  

15« Ce que je gagne vient de ce que je produis. Il n’y a pas de patron qui profite de notre travail. D’abord on se débarrasse des patrons, ensuite on se débarrassera de l’État. »

16Un ouvrier de Vio.Me. dans Utopia.

Photos d’Usine de rien

17Peu de temps avant la sortie d’En guerre (Stéphane Brizé, 2018) ont été distribués en France – sans grande publicité – deux films, l’un grec et l’autre portugais, qui non seulement reprennent un thème cher au cinéma social, la fermeture d’entreprises et la destruction massive d’emplois, mais s’intéressent aussi au sort des ouvriers victimes des délocalisations et de l’oubli des politiques. Tout en rendant compte de la montée de la dépression qui touche des salariés usés par la lutte, ils montrent leur enthousiasme à créer une alternative autogestionnaire. Ces deux films ne se contentent pas de décrire le conflit, de retrouver la gestuelle et les débats de la grève, ils imaginent également comment les ouvriers se réapproprient leur lieu de travail.

18Utopia suit la fermeture (en 2011) de l’usine grecque de matériaux de construction Vio.Me., située à Thessalonique, où soixante-dix employés, abandonnés par leur direction, décident alors d’occuper l’usine et de la faire fonctionner eux-mêmes. Mais avec l’occupation, et malgré le soutien d’intellectuels (comme Naomi Klein) et des grands frères autogérés d’Argentine, les divisions surgissent. Ceux qui restent décident de créer la coopérative des travailleurs de Vio.Me. et de changer la production en fabriquant des savons et des détergents naturels, respectueux de l’environnement. Ils comptent sur la chaîne de solidarité qui s’étend à toute l’Europe, où leurs produits sont diffusés par des collectifs, des syndicats et des coopératives.

19Travail collectif, L’Usine de rien est le fruit de la rencontre de scénaristes avec des ouvriers en poste, en lutte ou en situation de licenciement. L’usine qui sert de décor au film est chargée d’histoire : occupée par ses ouvriers lors de la révolution des Œillets (1974), puis autogérée jusque dans les années 1990. La trame initiale est simple : des travailleurs empêchent la délocalisation de leur usine. L’idée est de faire participer les ouvriers non seulement à la conception, mais aussi au casting où ils côtoient des comédiens amateurs. Le film joue à la fois sur le documentaire et la fiction. Les corps se libèrent peu à peu et les gestes répétitifs du travail se transforment en une chorégraphie cadencée jusqu’à ce que les ouvriers se trouvent entraînés dans une joyeuse comédie musicale. Les scènes souvent improvisées montrent la spontanéité des protagonistes : ils sortent ainsi de leur condition d’exécutants et deviennent acteurs de leur propre histoire.

20Ces deux films ont le mérite – sans doute plus qu’En Guerre, remarquable film de combat contre la fermeture d’une usine – de nous interroger sur les pratiques mises en œuvre pour poursuivre l’activité de production et ainsi refuser le scénario de la fin du travail. Dans cette lutte, les salariés doivent faire face à de nombreuses résistances internes et externes.

  • 2 Charbons ardents (1998) de Jean-Michel Carré.
  • 3 Voir 1336 jours, documentaire de Claude Hirsch (2015) consacré à la victoire des salariés de Fralib
  • 4 The Take (La Prise) de Naomi Klein et Avi Lewis, 2004, disponible sur internet.

21Chez les ouvriers, les divisions sont fortes. Pour beaucoup, il vaut mieux prendre les (maigres) indemnités que se lancer dans une aventure sans lendemain et sans aucune compensation pécuniaire. Ont-ils d’ailleurs les compétences pour cela ? La question est largement débattue et, malgré tout, les expériences se multiplient depuis de longues années au pays de Galles2, en France3 ou en Argentine4.

22Les acteurs traditionnels, comme les syndicats, semblent vite dépassés face à l’auto-organisation des ouvriers ; les mobilisations collectives, mises à mal par la crise et la montée de l’individualisme, peinent à donner encore un sens global à cette résistance.

  • 5 Guillaume Gourgues et Claude Neuschwander, Pourquoi ont-ils tué Lip ? De la victoire ouvrière au to (...)

23Les salariés doivent de plus affronter ceux qui continuent inlassablement à condamner ces expériences au nom de la rentabilité, et aussi ceux qui font de la conquête de l’État le seul moyen de transformation sociale. La discussion entre des intellectuels dans Usine de rien montre l’appréhension d’une certaine gauche traditionnelle face à ces coopératives vues comme un prolongement du système capitaliste. Face aux réalités du pouvoir et de la mondialisation, la gauche, même rénovée, patine : Alexis Tsipras promet beaucoup et fait peu pour les salariés de Vio.Me., provoquant encore une fois désillusion et colère. Même si l’usine tourne toujours, la lutte pour la survie est permanente. L’occupation reste illégale, comme le prélèvement de l’eau et de l’électricité, malgré les pressions sur le gouvernement. Il semble que, comme pour Lip5, quel que soit le gouvernement en place, cette expérience dérange et nombreux sont ceux qui en prédisent l’échec.

24Ainsi reviennent, à travers ces beaux films sociaux sur les ruines des industries ravagées d’Europe, les questions de l’utopie égalitaire et de l’émancipation des travailleurs. Un retour nécessaire, malgré les obstacles et les échecs, sur des solutions possibles qui font des perdants désignés et résignés de la mondialisation, les acteurs d’une véritable aventure collective.

Retrouver l’engagement cinématographique de Chris Marker

25À propos de l’exposition Chris Marker, les 7 vies d’un cinéaste, à la Cinémathèque de Paris, et des nombreuses rééditions de ses films, comme le coffret « Planète Chris Marker » regroupant 10 DVD (14 films) accompagnés d’un livret de 120 p.

26Passionnante et riche pour les amateurs du maître, l’exposition de la Cinémathèque sur Chris Marker a pourtant le défaut de son titre : tout vouloir traiter en dressant un portrait complet de ce voyageur et réalisateur, écrivain, intellectuel engagé, photographe, éditeur, essayiste, inventeur audacieux, critique, poète et producteur français…

27Profitant également de la large diffusion en DVD de son œuvre cinématographique, il nous paraît intéressant de revenir sur quelques films de l’auteur pour mesurer l’influence qu’ils ont encore dans le cinéma et sur notre appréhension de l’histoire des années 1960-1990.

28Avec le groupe Medvedkine (1967-1974), entreprise collective rassemblant des dizaines d’intellectuels, Marker part tout d’abord du constat que les réalisateurs ne peuvent pas parler à la place des ouvriers et plaquer ainsi leur idéologie sur le monde de l’usine. Il leur faut donner les moyens techniques aux salariés pour qu’ils expriment leur condition, recouvrent la parole et la capacité de créer un futur possible. C’est ainsi que naît le groupe Medvedkine de Sochaux. Cette expérience ne dure qu’un temps, mais elle inspire encore nombre de documentaires et de films sociaux.

29Marker met aussi en évidence, durant ces années charnières, les échecs d’une gauche qui n’a pas su se dégager du modèle étatiste et s’est accrochée longtemps à l’expérience soviétique dénaturée par le stalinisme. Dans Le Fond de l’air est rouge (1977), il ne se contente pas de dénoncer l’impérialisme américain au Vietnam ou ailleurs, il s’attaque aussi au modèle socialiste qui empoisonne les mouvements révolutionnaires et écrase les peuples de l’Est.

  • 6 Animateur à l’époque du collectif SLON (Service de lancement des œuvres nouvelles), qui veut expéri (...)
  • 7 Son principal film, Le Bonheur (1935), dénoncé comme « boukhariniste », raconte de façon burlesque (...)

30Intellectuel critique, il n’a pas fini de solder ses comptes avec les vieilles idéologies. Marqué par L’Aveu (1970), il se penche sur le sort des intellectuels et des artistes après la révolution russe. Il redécouvre ainsi Alexandre Medvedkine6, inventeur du « documentaire pamphlet7 », et réalise après sa mort Le Tombeau d’Alexandre (1993). Portrait hommage, ce film est aussi une méditation sur l’histoire de l’ex-URSS. Le parcours d’Alexandre, emblématique de l’engagement politique de Marker, est aussi typique de celui des réalisateurs soviétiques : communiste sincère, techniquement novateur, il traverse le pays et filme de son train les Soviétiques dans leur vie quotidienne. Medvedkine tourne, monte et projette les films à des ouvriers et paysans n’en ayant jamais vu. Son regard, d’abord propagandiste, devient vite critique sur les terribles erreurs du plan quinquennal et le pouvoir de la bureaucratie.

31Medvedkine, comme beaucoup de réalisateurs et d’intellectuels soviétiques (Vertov, Eisenstein), devra se plier aux exigences du régime, mais échappera aux purges.

32Marker, homme aux multiples vies, n’oublie jamais les leçons de l’histoire, si cruelles soient-elles, mais, loin de nous laisser dans l’abandon, ses films, si nous savons les voir, nous apprendront encore longtemps à rejeter les idéologies globalisantes et à réinventer ensemble d’autres alternatives authentiquement révolutionnaires.

ART ET LITTÉRATURE

33Lydie Salvayre, Tout homme est une nuit, Éditions du Seuil, 2017.

34

35Après le succès mérité de Pas pleurer, on attendait le nouveau roman de Lydie Salvayre avec impatience ; avec sympathie aussi, sachant que l’auteure a récemment subi une maladie douloureuse.

36Le héros de Tout homme est une nuit est justement atteint d’un cancer, en phase terminale, pense-t-il : au début du roman, il décide de s’arracher aux liens qui l’enserrent et le protègent (compagne, médecins), pour s’installer, seul, dans un village provençal où personne ne le connaît. Il attend la mort, ou bien une autre vie : que va-t-il se passer ? Sa fréquentation du Café des sports, tenu par le tonitruant Marcelin, va lui apprendre à connaître les villageois, et cette connaissance le glacera d’effroi....

37C’est au début un silence pesant qui s’installe quand « l’étranger » entre dans le café ; ce sont les interrogations malveillantes qui fusent dès qu’il a le dos tourné, venant des habitués ; puis arrivent les soupçons haineux : le nouveau venu veut-il du mal à cette jeune femme rencontrée dans le bus qui mène à la ville ? Quand un vol est commis dans une maison du village, il est tout de suite montré du doigt.

38Lydie Salvayre met en place un dispositif narratif alterné : d’une part le monologue intérieur du héros du roman, en italique, et de l’autre un récit qui relate les faits et gestes des habitants du village, en son absence. Ainsi le lecteur est invité à constater l’incommunicabilité croissante entre les deux univers : d’un côté, un homme seul, lettré, venant « d’ailleurs », portant un secret qu’il ne veut pas divulguer ; de l’autre, des villageois confits dans leurs habitudes et leurs rancœurs, prêts à bannir tout élément étranger.

39Un seul personnage pourrait faire le lien entre ces deux mondes que tout oppose. C’est le jeune fils du patron du café, Augustin, lui-même en butte aux médisances, car trop doux, trop tendre, pas assez viril pour son père. Il devient immédiatement l’ami et le confident du nouveau venu.

40L’auteure installe ce drame local dans un épisode plus vaste qui le comprend : les semaines qui précèdent et suivent l’élection de Donald Trump lors de l’élection présidentielle des États-Unis. Ainsi nous montre-t-elle ces villageois provençaux s’identifiant pleinement aux Américains qui ont élu le nouveau président : même sentiment de déclassement, même attachement à un modèle social patriarcal et autoritaire, même repli sur soi... Ce roman est donc une mise en garde sur ce que peut devenir une communauté gagnée par la haine de l’autre.

41Un ouvrage pessimiste et sombre, dans une Provence hivernale et désolée. Une lueur d’espoir, néanmoins : la fin du roman laisse entrevoir une réconciliation entre Marcelin, l’atrabilaire bistrotier, et son fils décevant ; la venue d’un étranger dans le village aura quand même permis à chacun de progresser vers un accueil de l’autre.

42Camille Laurens, La Petite danseuse de quatorze ans, Stock, 2017.

43Elle est mondialement connue : la statuette d’Edgar Degas d’un petit rat de l’Opéra en tutu, qui pose en « quatrième position ». Il y en a plusieurs versions, aux États-Unis et en France, en cire ou en bronze, avec tutu et ruban en vrai tissu dans les cheveux. Lors de sa première exposition en 1881, elle portait même une perruque en vrais cheveux... Ce jour-là, elle fit scandale : Huysmans parlera même de « malaise ».

44Le livre de Camille Laurens est passionnant à plus d’un titre : c’est un ouvrage d’histoire de l’art qui raconte la genèse de la sculpture et son élaboration, sa première exposition et la réception des amateurs d’art contemporains ; c’est aussi un portrait peu flatteur de Degas en grand bourgeois misanthrope et conservateur, vieux garçon voyeur et obsessionnel ; c’est surtout une formidable enquête sur Marie-Geneviève Van Goethem, le modèle vivant de l’artiste, souvent ignoré par les historiens d’art. Et pour cause... Qui voudrait se souvenir de ces petites filles pauvres, embauchées par l’Opéra comme « petits rats » à l’âge de six ans pour un salaire de misère, subissant un dressage éreintant, en proie au voyeurisme des vieux bourgeois abonnés qui ont le droit d’assister aux répétitions ? D’ailleurs, leurs mères y voient souvent une aubaine : elles vendent leurs filles au plus offrant, et la danseuse devient la maîtresse du barbon ; peu d’entre elles échappent finalement à la prostitution. Les recherches de Camille Laurens révèlent une réalité sordide : une famille Van Goethem fuyant la pauvreté de sa Belgique natale pour Paris. Affligée de trois filles, la mère pousse les deux cadettes vers la voie de l’Opéra. On retrouve l’aînée dans les archives judiciaires pour vol. On perd peu à peu leurs traces.

45Camille Laurens rétablit une vérité pas toujours bonne à dire. Le réalisme macabre de la statue, la laideur du « petit rat » qui a tant choqué les amateurs d’art de l’époque, c’est aussi le regard que portait la bourgeoisie lettrée de la Troisième République naissante sur le peuple, et surtout sur les femmes du peuple : un être mal né ne peut être que vicié, il est destiné au crime... Ainsi, Degas modèle une petite danseuse au corps peu gracieux pour les canons de l’époque et au visage grimaçant, une « face de singe », diront les critiques contemporains.

46L’ouvrage de Camille Laurens donne à voir, à travers une œuvre d’art mondialement connue, une réalité sociale souvent ignorée, peut-être occultée. C’est un travail d’érudition et en même temps un récit profondément personnel, où l’auteure s’engage pleinement.

47Milena Agus, Terres promises, Liana Levi, 2017.

48

49Les nouvelles publications de l’auteure de Mal de pierres (2007), son roman le plus connu, sont toujours attendues avec impatience par ses lectrices et ses lecteurs, tant la verve, l’humour et la fantaisie de la romancière sarde sont plaisants à lire.

50Terres promises est un roman plus sombre que les précédents : récit des aléas d’une famille sur plusieurs générations, entre la Sardaigne et le(s) continent(s), qui sont autant de « terres promises » pour un meilleur avenir qui ne vient jamais, l’ouvrage montre comment les névroses d’une famille se perpétuent.

51C’est Ester, jeune mariée sarde, qui s’étiole, en exil dans les brumes de Milan où son mari cherche vainement un travail satisfaisant. C’est son petit-fils Gregorio, jeune homme lunaire, peu adapté à la vie sociale, mais pianiste virtuose, qui part à New York tenter sa chance.

52Mais ceux qui restent en Sardaigne sont-ils mieux lotis ? La mère d’Ester, matriarche peu amène, semble tyranniser son monde. Quant à son mari, de retour au pays, il ne trouve toujours pas de travail.

53Felicita, la bien nommée, fille d’Ester et mère de Gregorio, regarde sa famille avec bonté et optimisme : elle seule trouve le monde beau, et rien ne pourra la faire changer d’avis. Car y a-t-il rien de plus réjouissant que vivre à la Marina, quartier populaire de Cagliari, quand on peut voir passer les bateaux de sa terrasse où on étend le linge, quand on peut prendre le bus pour aller sur la plage du Poetto et y retrouver peut-être celui qui sera l’homme de sa vie ?

54Les rêves des hommes se brisent souvent, nous dit ce doux roman mélancolique, mais il faut pourtant toujours espérer de nouvelles terres promises.

Haut de page

Notes

1 Parole de salariés d’Épéda lors du combat contre la fermeture de l’usine de Mer dans le Loir-et-Cher (1999-2000).

2 Charbons ardents (1998) de Jean-Michel Carré.

3 Voir 1336 jours, documentaire de Claude Hirsch (2015) consacré à la victoire des salariés de Fralib.

4 The Take (La Prise) de Naomi Klein et Avi Lewis, 2004, disponible sur internet.

5 Guillaume Gourgues et Claude Neuschwander, Pourquoi ont-ils tué Lip ? De la victoire ouvrière au tournant néolibéral, Raisons d’agir éditions, 2018.

6 Animateur à l’époque du collectif SLON (Service de lancement des œuvres nouvelles), qui veut expérimenter de nouveaux moyens de production et de distribution et libérer le cinéma de la manipulation du pouvoir politique, Marker réalise alors Le Train en marche (1971), qui raconte l’histoire du kinopoezd (« ciné-train ») avec lequel, entre le 25 janvier 1932 et le 15 janvier 1933, Medvedkine se fit agitateur politique et cinématographique itinérant. SLON produit également entre 1969 et 1973 une série de documentaires intitulée On vous parle de..., présentant la contestation politique au Brésil, au Chili ou en Tchécoslovaquie. SLON poursuit l’expérience cinématographique du groupe Medvedkine en fournissant des moyens techniques et financiers permettant aux ouvriers de tourner leurs propres films. En 1974, ISKRA lui succède.

7 Son principal film, Le Bonheur (1935), dénoncé comme « boukhariniste », raconte de façon burlesque l’histoire d’un paysan couvert de dettes qui veut se suicider et retrouve foi en l’avenir dans un kolkhoze. Sa réception par les autorités montre encore la « tragédie d’un communiste pur au pays de ceux qui font semblant d’être communistes », comme le dit Victor Dyomin, critique de cinéma soviétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Les Cahiers recommandent... », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 139 | 2018, 219-232.

Référence électronique

« Les Cahiers recommandent... », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 139 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/7718

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page