Navigation – Plan du site
DOSSIER

Introduction

Frank Noulin et Jean-François Wagniart
p. 11-16

Texte intégral

« L’enfer des vivants n’est pas chose à venir ; s’il y en a un, c’est celui qui est déjà là, l’enfer que nous habitons tous les jours, que nous formons d’être ensemble. Il y a deux façons de ne pas en souffrir. La première réussit aisément à la plupart : accepter l’enfer, en devenir une part au point de ne plus le voir. La seconde est risquée et elle demande une attention, un apprentissage, continuels : chercher et savoir reconnaître qui et quoi, au milieu de l’enfer, n’est pas l’enfer, et le faire durer, et lui faire de la place. »

Italo Calvino, Les Villes invisibles

  • 1 « Partir en communauté », Cahiers d’histoire, revue d’histoire critique, n° 133, 2016.

1La puissance des images, le stimulant thème des Rendez-vous de l’histoire de Blois en 2018, a immédiatement suscité notre intérêt, tant il s’inscrit dans la démarche critique que nous avons entreprise ensemble au sein des Cahiers d’histoire depuis plusieurs années. Dans un de nos précédents dossiers, Partir en communauté, nous nous sommes efforcés de penser les réussites et les échecs de différents groupes, mouvements, « utopies », qui avaient pour objectif d’œuvrer à une réelle émancipation humaine en refusant les méthodes et systèmes autoritaires1. D’autre part, en cette première partie du 21e siècle, les images jouent un rôle majeur dans le combat politique. C’est pourquoi, dans la rubrique Les Cahiers recommandent, nous portons à l’attention du lecteur des œuvres (films, bandes dessinées et romans graphiques, arts plastiques) qui se signalent par leur souci de la cause humaine et méritent d’être vues et diffusées.

  • 2 On peut parler d’un cinéma politique « grand public » avec, par exemple, en France les films d’Yves (...)

2Dans cette optique, nous avons décidé de questionner et mettre en valeur des « images en lutte » contemporaines (des années 1990 à nos jours), à travers lesquelles des créateurs, mus par leurs convictions humanistes et progressistes, expriment un engagement et un message émancipateurs, sans être inféodés à un pouvoir ou à une organisation. En effet, la quasi-disparition, liée à la crise du militantisme depuis les années 1970, des images d’agitprop (au sens soviétique) ainsi que des films politiques, nombreux durant les années 1970-19802, mais souvent plus réactifs et sentimentaux que véritablement analytiques, ne signifie pas la fin des images engagées, bien au contraire. Celles-ci prennent des formes innovantes, suivent des cheminements inédits, pour mieux s’opposer aux nouveaux dogmes et propagandes au service des puissances. Nous avons porté notre attention sur celles qui reviennent sur le passé pour mieux réfléchir sur le présent et nourrir les luttes actuelles, en particulier en revisitant les phénomènes contestataires et révolutionnaires des 19e et 20e siècles.

  • 3 Voir Marc Ferro (dir.), Révoltes, révolutions, cinéma, Éditions du Centre Pompidou, collection Ciné (...)
  • 4 On citera évidemment Jacques Tardi et spécialement Le Cri du peuple, 4 tomes, Casterman, 2001-2004. (...)

3De par l’ampleur du sujet, nous avons limité notre champ d’investigation au cinéma et aux arts graphiques, ainsi qu’à l’émergence de nouvelles tendances depuis la fin du 20e siècle. Le cinéma évidemment, parce qu’il a été et est toujours une machine à créer des images « résistantes » et engagées, qui donnent la parole aux groupes vaincus, rejetés ou opprimés3. D’autre part, si certains dessinateurs ont été depuis longtemps attentifs aux problèmes sociaux, la multiplication depuis les années 1990 des bandes dessinées et romans graphiques pour adultes permet aux artistes engagés de toucher un public plus large. Le souci de faire le lien entre les luttes du présent et celles du passé se marque par le grand nombre d’albums à sujet historique portant notamment sur les mouvements révolutionnaires du 19e et du premier 20e siècles4.

4De plus, nous voulions questionner la manière dont les créateurs construisent leur représentation des individus et des groupes en combat qu’ils s’efforcent de faire revivre et aussi de quelle façon ils s’approprient les luttes spécifiques de notre époque où le néolibéralisme triomphe, avec toutes ses conséquences négatives dans les domaines écologique, migratoire, politique. Comment parviennent-ils, à travers leur création, à retrouver l’humain, dans sa singularité et son collectif, menant ses combats au quotidien ?

5Enfin, notre démarche historienne, mais aussi citoyenne, nous a incités à choisir des moments et des sujets qui ont encore, de notre point de vue, une portée réelle, une actualité brûlante, pour les luttes d’aujourd’hui.

6Dans ce travail, deux axes se sont imposés à nous, tant ils nous paraissent indissociables : d’une part, demander à des spécialistes de dresser un bilan à partir de quelques thèmes ou supports d’image ; d’autre part, donner la parole aux créateurs, à ceux qui fabriquent l’image ou la nourrissent par leurs idées et leurs scénarios, font revivre des luttes du passé qu’ils considèrent comme indispensables pour comprendre et mener celles d’aujourd’hui.

  • 5 On rappellera la réflexion sur l’échec des mouvements insurrectionnels en Italie au 19e siècle qu’o (...)
  • 6 « Images en lutte » au palais des Beaux-Arts de Paris, du 21 février au 20 mai 2018 et « Icônes de (...)

7Dans un premier temps, l’article de Julien Bouvard sur le Japon nous permet de décentrer notre regard, en soulignant que les questionnements abordés ne concernent pas que l’Occident. Son retour sur l’histoire violente des mouvements révolutionnaires japonais des années 1960-70, à travers ce qu’il en reste dans les mangas (et certains films), nous amène à poser d’emblée la question de l’oubli et de l’amnésie qui frappent souvent les luttes du passé. Comme en Italie ou même en Allemagne5, le passage à la lutte armée et son échec semblent hanter les images et les mémoires au point d’occulter les tentatives de rompre avec le système capitaliste. Cela fait penser à beaucoup que ce « moment 68 » ne pouvait déboucher que sur le terrorisme sectaire ou plus généralement encore – et y compris en France – qu’il n’y a pas d’autre voie que d’accepter la doxa capitaliste, imposant une norme consumériste et individualiste où les seules évolutions reconnues seraient sociétales. En témoignent les assez ternes commémorations de Mai 68 que nous avons connues, malgré une exposition évocatrice aux Beaux-Arts de Paris ou celle de la Bibliothèque nationale de France6, laquelle documentait avec précision la manière dont le prisme médiatique a fabriqué une mémoire collective en sélectionnant quelques images « iconiques » au détriment de toutes les autres, notamment les productions des contestataires eux-mêmes.

  • 7 Les crimes racistes en Italie ont été multipliés par 11 en quatre ans. Voir le site du Monde : <https://www.lemonde.fr/afrique/video/2018/06/13/en-italie-les-crimes-racistes-ont-ete-multiplies-par-onze-en-quatre-ans_5314157_3212.html>.
  • 8 Une amnésie civique et historique entretenue par les médias où « L’idée même d’expérience est niée. (...)

8Si le spectre du fascisme hante depuis longtemps le cinéma, le slogan « Migrants, ne nous laissez pas seuls avec les fascistes ! », repris comme titre de l’article d’Isabelle Felici, renvoie à l’impuissance terrifiante, voire la faillite, que connaît la gauche internationaliste en Italie comme en Europe. La crise migratoire confirme la défaite des progressistes, après de longues années de renoncement, et plus généralement des démocrates, condamnés à être sur la défensive face à un racisme quotidien et même meurtrier7. Si un certain nombre de cinéastes témoignent de l’existence d’un courant critique face à ces dérives « populistes », il n’est pas sûr que cela touche une population repliée sur elle-même et laissée sans mémoire, rendue amnésique, aurait écrit John Berger8. Et pourtant, comme le fait remarquer Isabelle Felici, pendant une grande partie des 19e et 20e siècles, les émigrés italiens ont subi les pires discriminations, aussi bien en France qu’aux États-Unis. La dénonciation humaniste minoritaire, si courageuse soit-elle, ne suffit pourtant pas : il manque une véritable dynamique d’intégration fraternelle, sans laquelle le pire est encore à venir.

  • 9 Voir notamment Nicolas Hatzfeld, Gwenaële Rot et Alain Michel, « Le travail en représentation dans (...)

9La situation n’est pas la même en France, où il reste encore un fort courant critique du capitalisme, mais celui-ci peine à se faire entendre, y compris dans le cinéma quand il s’agit de traiter du sort des salariés soumis à la crise. Michel Cadé nous montre la cassure des années 1990-2000, qui voit le passage d’un cinéma militant de combat et de proposition proche des ouvriers9 à un cinéma de résistance, de plus en plus contraint à la défensive par les réalités économiques et sociales. Selon Michel Cadé, les thèmes traités par les cinéastes sont plus que révélateurs de la casse sociale vécue quotidiennement par les salariés : privatisation des services publics, licenciements et fermetures d’entreprises, dévalorisation et déqualification du travail, angoisse et dépression des chômeurs. Les plans sociaux se multiplient, sans forcément entraîner la recherche d’une solution collective.

  • 10 Christian Rouaud, Les Lip, l’imagination au pouvoir, 2007 et Tous au Larzac, 2010.
  • 11 Hervé Le Roux, Reprise, 1996.

10Les épopées ont pourtant la vie longue et plusieurs documentaires, bien accueillis par le public, rappellent les grands moments d’une époque de combat avec les ouvriers de Lip ou les paysans du Larzac10 . Mais la Reprise dans le temps est difficile, comme nous interpelle le très beau film d’Hervé Le Roux11.

11Ce travail de réappropriation du passé, où le mouvement collectif garde encore un sens, se retrouve encore chez le réalisateur Gilles Perret. Celui-ci explique clairement comment il utilise le programme du Conseil national de la Résistance pour en faire une arme redoutable contre ce libéralisme triomphant qui ne se contente pas de confisquer le travail des salariés et de les disqualifier, mais s’attaque aussi aux valeurs issues de la République et de la Résistance.

12Le retour au passé est donc plus que nécessaire, même si certains pourraient penser qu’il n’y a plus d’enjeux en la matière. L’exemple de la Commune leur donne tort, quand on entend un président de la République se réclamer, au nom de l’ordre et de la stabilité, de l’héritage versaillais. Cette vulgate réactionnaire increvable permet de mieux comprendre la disparition de ce sujet dans les programmes scolaires à quelques années de l’anniversaire des 150 ans de cette insurrection. Cela n’empêche pas, tout au contraire, le souffle libertaire de la Commune d’animer les œuvres d’Éloi Valat et Raphaël Meyssan. L’esprit de sanctuarisation et de commémoration n’intéresse pas ces deux graphistes, qui redécouvrent la Commune avec un œil toujours neuf et subversif. Par leur travail, ils vont plus loin que dessiner, ils partagent avec les communard(e)s une fraternité immédiate.

13Enfin, comment ne pas évoquer également dans ce dossier la lutte pour la justice que mène Armelle Mabon afin de faire connaître au grand public le massacre de Thiaroye et d’arracher la réhabilitation de ses victimes ? Tous les moyens et toutes les images sont bons pour populariser un combat, affirme-t-elle. N’est-ce pas là le travail d’une intellectuelle ? Comme Gilles Perret et Éloi Valat, Armelle Mabon se refuse à ce que le nécessaire travail de mémoire reste confiné dans un petit cercle de convaincus : nous sommes tous concernés ! Le résultat est saisissant. Comme le précisent le dessinateur et le scénariste de cette magnifique BD, au-delà d’un massacre colonial, il s’agit de dénoncer un crime d’État couvert depuis plus 60 ans aussi bien par les autorités que par un certain nombre d’intellectuels soumis, et donc de faire apparaître au grand jour ce « racisme historiographique » qui plane toujours sur nos sociétés. Cette affaire rappelle à quel point l’histoire critique est indispensable au fonctionnement de la démocratie.

14Le constat global sur les luttes pourrait paraître de prime abord plus que mitigé, sinon amer, mais la conviction et l’enthousiasme des créateurs engagés nous permettent de fortement le nuancer.

15Des BD et des films de lutte sortent encore, mais sans doute les modèles sont-ils de plus en plus remis en cause : il ne s’agit plus de conduire des combats « classiques », offensifs ou révolutionnaires, mais de résister à la globalisation et au renfermement du monde moderne, à sa capacité formidable de détruire l’homme et la nature. De plus, l’écho que rencontrent ces images est également à relativiser, malgré certains succès. Beaucoup restent difficiles d’accès, même si les succès en 2016 de La Sociale (Gilles Perret) et surtout de Merci patron (François Ruffin) résultent de la volonté de certains auteurs de ne pas se laisser enfermer dans le cadre étroit et exclusif du cinéma militant s’adressant aux convaincus d’avance. Quand bien même ils accèderaient à une carrière commerciale, comme les films de Stéphane Brizé ou de Robert Guédiguian, le constat d’échec des luttes l’emporte, ne laissant plus apparaître que la tendre nostalgie pour le combat passé (La Villa, 2018). Mais ce ne sont peut-être que des apparences trompeuses, comme s’il n’y avait pas d’autres luttes à mener. Reste déjà la recherche de solidarité à tous les niveaux, dans le cadre amical, local, du travail ou familial. Comme le rappelle Michel Cadé, la question que se posent ces réalisateurs engagés face à la violence du libéralisme, c’est comment rester debout et dignes. Ainsi, les protagonistes de La Villa, comme ceux des Neiges du Kilimandjaro (2011), dont les idéaux ont été piétinés, s’investissent-ils dans d’autres luttes en cultivant la fraternité : aider des enfants en situation de danger ou des migrants poursuivis.

16Alors faut-il en déduire que le combat pour changer la société est abandonné ? Non.

  • 12 Voir la rubrique Les Cahiers recommandent de ce numéro, à propos des films Prochain arrêt : Utopia (...)

17Certes, les vieux modèles socialistes, « clés en main », empreints de collectivisme et de dirigisme, en prennent un coup à force de trahisons et de défaites, mais ils avaient déjà montré leurs limites dès les années 1930. Pour reprendre Gramsci, inspiré par Romain Rolland, il faut allier « le pessimisme de l’intelligence » à « l’optimisme de la volonté » et continuer à chercher, comme le font des milliers de salariés, d’autres modes de combat, associant les préoccupations de développement durable à la recherche d’un avenir maîtrisé par les acteurs du travail dans le cadre de coopératives et de pratiques autogestionnaires12. En un mot, retrouver la dignité et le plaisir d’échanger et de décider de notre avenir commun ! Comme le montre l’intérêt porté à la Commune ou au programme du CNR, les messages universalistes demeurent vivants.

18Voilà la belle leçon de toutes ces « images en lutte » qui se refusent au renoncement et au repli sur soi : la résistance à l’oppression, l’espoir d’une transformation sociale profonde et d’un monde meilleur sont voués à l’échec si nous ne retrouvons pas le sens du collectif et la solidarité dans la lutte.

Haut de page

Notes

1 « Partir en communauté », Cahiers d’histoire, revue d’histoire critique, n° 133, 2016.

2 On peut parler d’un cinéma politique « grand public » avec, par exemple, en France les films d’Yves Boisset ou de Costa-Gavras, aux États-Unis ceux de Sidney Lumet ou de Sidney Pollack. Voir notamment « Le cinéma de Costa-Gavras » et « Cinéma et Engagement : Jorge Semprún scénariste », CinémAction, n° 35,1985, et n° 140, 2011.

3 Voir Marc Ferro (dir.), Révoltes, révolutions, cinéma, Éditions du Centre Pompidou, collection Cinéma/pluriel, 1989.

4 On citera évidemment Jacques Tardi et spécialement Le Cri du peuple, 4 tomes, Casterman, 2001-2004. Sur la Commune également, les trois tomes des « Communardes » : Communardes ! - Les Éléphants rouges, Communardes ! - L’Aristocrate fantôme, de Wilfrid Lupano et Lucy Mazel, et Communardes ! - Nous ne dirons rien de leurs femelles, de Xavier Fourquemin et Wilfrid Lupano, Vent d’ouest, 2015-2016. Sur Blanqui : Loïc Locatelli-Kournwsky et Maximilien Le Roy, Ni Dieu ni maître, Auguste Blanqui, l’enfermé, Casterman, 2014. Sur la guerre d’Espagne et ses suites : Eddy Vacarro, Maximilien Le Roy et Anne-Claire Thibaut-Jouvray, España la vida, Casterman, 2013, et Paco Roca, La Nueve - Les Républicains espagnols qui ont libéré Paris, Delcourt, 2014.

5 On rappellera la réflexion sur l’échec des mouvements insurrectionnels en Italie au 19e siècle qu’ont menée les frères Taviani durant les années 1970 (lire l’hommage qui est rendu à ces deux grands cinéastes dans la rubrique Les Cahiers recommandent de ce numéro). Les cinémas italien et allemand ont largement été marqués par les années dites « de plomb ». Voir notamment pour l’Italie : Buongiorno notte (Marco Bellocchio, 2003) et Le Rêve italien (Michele Placido, 2010). Pour l’Allemagne : Les Années de plomb (Margarethe Von Trotta, 1981) et Les Trois vies de Rita Vogt (Volker Schlöndorff, 2000). Voir également Gino Nocera, « Mémoire et histoire des années de plomb en Italie à travers le cinéma : l’émotion contre la raison ? » Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 107, 2009 ; Gino Nocera et Jean-François Wagniart, « Enseigner l’histoire des “Années de plomb” italiennes par le cinéma de fiction » ; Christiane Kohser-Spohn, « Enseigner le terrorisme allemand des années 1970, une approche par le film de fiction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 115, 2011.

6 « Images en lutte » au palais des Beaux-Arts de Paris, du 21 février au 20 mai 2018 et « Icônes de Mai 68. Les images ont une histoire » à la BNF, du 17 avril 2018 au 26 août 2018.

7 Les crimes racistes en Italie ont été multipliés par 11 en quatre ans. Voir le site du Monde : <https://www.lemonde.fr/afrique/video/2018/06/13/en-italie-les-crimes-racistes-ont-ete-multiplies-par-onze-en-quatre-ans_5314157_3212.html>.

8 Une amnésie civique et historique entretenue par les médias où « L’idée même d’expérience est niée. Les lignes d’horizon du passé et du futur sont floues. Nous sommes conditionnés à vivre dans un présent sans durée et incertain, réduits à l’état de citoyens amnésiques », John Berger, Palabres, L’Olivier, 2018, p. 143.

9 Voir notamment Nicolas Hatzfeld, Gwenaële Rot et Alain Michel, « Le travail en représentation dans les films militants : caméras et micros dans les usines automobiles, 1968-1974 », Histoire & Sociétés, n° 9, 2004, p. 118-131.

10 Christian Rouaud, Les Lip, l’imagination au pouvoir, 2007 et Tous au Larzac, 2010.

11 Hervé Le Roux, Reprise, 1996.

12 Voir la rubrique Les Cahiers recommandent de ce numéro, à propos des films Prochain arrêt : Utopia (2015) et L’Usine de rien (2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Introduction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 139 | 2018, 11-16.

Référence électronique

Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Introduction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 139 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/7730

Haut de page

Auteurs

Frank Noulin

Articles du même auteur

Jean-François Wagniart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page