Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'histoire

De l’enthousiasme révolutionnaire à la construction de passerelles : la révolution russe et le mouvement ouvrier norvégien

Åsmund Egge
Traduction de Philippe Blanc
p. 141-151

Résumé

Le grand mouvement social de 1917 en Norvège va de pair avec un vif intérêt pour les événements de Russie. Le puissant Parti travailliste, étant passé sous la direction de la gauche radicale, décide, en dépit des réticences rencontrées dans ses rangs vis-à-vis des « thèses de Moscou », d’adhérer à la IIIe Internationale dès 1919, provoquant ainsi le départ d’une petite fraction sociale-démocrate. Mais en 1923, seule la minorité qui fonde le Parti communiste y demeure. La tendance majoritaire animée par Martin Tranmæl refuse néanmoins d’adhérer à l’IOS rivale et, bien que critique, adopte une attitude plutôt conciliante avec Moscou. Après 1945, l’idée d’une réconciliation entre communistes et travaillistes fait son chemin, mais se heurte aux réalités de la guerre froide. Néanmoins, le principal parti ouvrier norvégien ne tombe jamais dans un antisoviétisme systématique, bien que le pays appartienne à l’OTAN. Quant aux partis situés plus à gauche, ils adoptent peu à peu, dès les années 1960, une ligne plus critique à l’égard du « socialisme réel ».

Haut de page

Texte intégral

1En mars 1918, quelques mois seulement après la révolution d’Octobre, le congrès du Parti travailliste norvégien élut une nouvelle direction, composée exclusivement de représentants de l’aile radicale du parti. Cet article ne porte pas sur les raisons qui ont mené à cela, mais l’inspiration de la révolution russe, et surtout de la prise de pouvoir par les bolcheviques en novembre 1917, ont certainement joué un rôle. Une vague d’enthousiasme pour la révolution parcourut le mouvement ouvrier et, de part et d’autre au sein du mouvement, des ouvriers essayèrent d’imiter l’expérience russe et de se préparer à la révolution en Norvège. Durant l’année 1917, il y eut de nombreuses grèves, et l’on vit apparaître des soviets (råd) sur le modèle des soviets russes qui, pendant quelque temps, jouèrent un certain rôle dans le mouvement. Lorsqu’en 1919 fut fondé le Komintern, il parut évident à la nouvelle direction du parti de rejoindre l’organisation. Le parti fut représenté au premier congrès du Komintern en mars 1919, et en juin de la même année son congrès donna son approbation à l’adhésion.

2Il y avait toutefois différentes opinions dans le parti à propos de la révolution d’Octobre, notamment liées à la politique du gouvernement soviétique dans les années qui suivirent. On peut en gros distinguer trois tendances principales qui, toutes les trois, se manifestèrent au sein du mouvement ouvrier norvégien jusqu’au démembrement de l’Union soviétique. Il y avait tout d’abord une tendance qui représentait un soutien sans réserve au communisme et au système soviétique. Venait ensuite une tendance clairement anticommuniste, rejetant la voie révolutionnaire menant au socialisme et montrant une attitude extrêmement critique, voire hostile, envers l’Union soviétique. On trouvait enfin une troisième tendance qui, comme les anticommunistes, rejetait le bolchevisme russe, qui devint le stalinisme, ainsi que le communisme soviétique poststalinien, mais qui avait malgré tout une vision positive de nombreux aspects de l’Union soviétique. Les représentants de cette tendance voulaient conserver une coopération et des contacts étroits avec l’Union soviétique et souhaitaient jeter des ponts entre celle-ci et les pays capitalistes occidentaux. On pourrait appeler cette tendance la ligne « du rapprochement ». Il n’y avait pas toujours de lignes claires séparant ces tendances, et il pouvait se manifester, à l’intérieur de chacune d’entre elles, des opinions quelque peu divergentes. Le relatif rapport de force existant entre elles a varié avec le temps. Mais à n’en pas douter, au sein du mouvement ouvrier norvégien, la ligne du rapprochement fut généralement la tendance la plus vigoureuse durant toute la période soviétique. On pourrait également avancer que ce courant fut plus fort au sein du mouvement ouvrier norvégien que ne le furent des tendances similaires ou équivalentes dans d’autres pays européens.

Une adhésion contestée à l’Internationale communiste (1919-1923)

3Dans les années qui suivirent la révolution d’Octobre, le Parti travailliste norvégien constitua une anomalie parmi les mouvements ouvriers d’Europe occidentale. Avec le Parti socialiste italien et la SFIO française, il fut à la fois le seul parti majoritaire dans le mouvement ouvrier occidental à rejoindre le Komintern et à accepter les fameuses – ou infamantes pour certains – « vingt et une conditions requises » pour être membre de l’organisation, adoptées lors du deuxième congrès de l’organisation à l’été 1920. Tous les autres partis membres d’Europe occidentale étaient des partis minoritaires qui s’étaient séparés de leur matrice social-démocrate, ou bien des partis communistes qui avaient été créés à la suite du deuxième congrès du Komintern. Les vingt-et-une conditions consistaient entre autres à exiger une subordination des partis membres à la direction centralisée de la IIIe Internationale. Les réactions aux « thèses de Moscou » (c’est ainsi qu’on appelait ces conditions en Norvège) au sein du Parti travailliste furent de trois ordres, à peu près dans la ligne des trois tendances politiques mentionnées ci-dessus. Un segment important du parti, mené par Olav Scheflo, offrit un soutien inconditionnel à ces thèses. L’aile droite du parti s’inscrivit de manière tout aussi inconditionnelle en opposition totale à celles-ci. Martin Tranmæl, l’homme politique le plus influent du parti avec son président, Kyrre Grepp, exprima des doutes quant aux thèses et proposa que le parti se retire du Komintern en tant que membre à part entière, tout en restant une « organisation sympathisante avec vote consultatif ». Cette proposition fut rédigée à l’automne 1920 et peut être considérée comme la première expression de la ligne du rapprochement. Celle-ci fut toutefois jugée inacceptable, à la fois par le chef du Komintern, Grigori Zinoviev, et par la tendance Scheflo du parti, qui pouvait jouer sur l’enthousiasme révolutionnaire et le prestige de la IIIe Internationale. Par conséquent, Tranmæl dut céder et les « thèses de Moscou » furent adoptées lors du congrès du parti en mars 1921, assorties de certaines conditions, il est vrai. Dans les faits, la Norvège se dotait de ce qui ressemblait à un parti communiste. Toutefois, le congrès n’accepta pas la proposition de la direction de changer le nom du parti. Pour compenser, on ajouta à l’ancien nom : « Membre de l’Internationale communiste ».

4Les « thèses de Moscou » ne furent néanmoins pas acceptées par l’aile droite du parti, qui fit scission à ce moment-là pour fonder un nouveau parti, le Parti travailliste social-démocrate de Norvège. Ce parti était clairement minoritaire au sein du mouvement ouvrier, que ce soit par le nombre de ses membres ou dans les urnes. À l’intérieur de l’ancien Parti travailliste, une lutte se fit jour assez vite entre deux factions, l’une tenue par Tranmæl et l’autre par Scheflo. Elle mettait en jeu plusieurs divergences et il n’était pas toujours évident de dire laquelle des deux factions était « à gauche », laquelle était « à droite ». Mais au final, les relations avec l’Internationale communiste devinrent la question la plus importante. La direction du Komintern essaya de faire passer tant bien que mal la complète mise en œuvre des « thèses de Moscou », avec le soutien de la faction Scheflo, tandis que la faction Tranmæl traînait les pieds.

Une ligne « centriste » originale vis-à-vis de Moscou durant l’entre-deux-guerres

5En novembre 1923, le Parti travailliste norvégien se divisa à nouveau. La majorité quitta la IIIInternationale et la minorité fonda un nouveau parti, qui devint un membre loyal du Komintern sous le nom de Parti communiste de Norvège. Il y avait à présent trois partis ouvriers en Norvège : un communiste, un social-démocrate et un troisième qui n’était ni l’un ni l’autre, à savoir le Parti travailliste norvégien. Ce dernier était clairement le plus important des trois. Mais même après le schisme, il continua à se voir comme un parti révolutionnaire, ami de l’Union soviétique. Ainsi, le parti ne rejoignit pas l’Internationale ouvrière socialiste (IOS), l’équivalent social-démocrate du Komintern, et resta en dehors de cette organisation jusqu’à la fin de l’entre-deux-guerres. L’organisation de jeunesse du parti fut nommée « Organisation de la jeunesse communiste de gauche », pour souligner que ses membres étaient plus révolutionnaires que ceux qui suivaient le nouveau Parti communiste. Après tout, il est plus pertinent de décrire le Parti travailliste comme étant « centriste », dans la mesure où il se situait au « centre », entre les communistes et les sociaux-démocrates. Cela resta valable quelque temps, même après que le petit Parti social-démocrate eut fusionné avec le Parti travailliste en 1927. Ce qui distinguait le Parti travailliste des partis sociaux-démocrates européens résidait dans le fait même que le parti continua pendant longtemps à entretenir une vision positive de l’Union soviétique.

6Durant l’entre-deux-guerres, la construction effective de passerelles trouva surtout son expression dans le mouvement syndical. En 1922 déjà, la Confédération syndicale norvégienne (LO) avait pris l’initiative d’organiser une rencontre conjointe entre l’Internationale syndicale rouge, plus connue sous le nom de Profintern, de Moscou, et l’Internationaler Gewerkschaftsbund d’Amsterdam, mais la proposition avait été rejetée par cette dernière. Tout comme le Parti travailliste, la LO se tint longtemps en dehors des organisations internationales. En 1927 il fut décidé d’essayer d’établir ce qu’on appelait des « traités de réciprocité » avec les organisations syndicales de plusieurs autres pays, y compris l’organisation syndicale soviétique. Ceci fut suivi par une conférence norvégo-finno-soviétique à Copenhague en février 1928. Cette conférence a été considérée comme le « point culminant des tentatives norvégiennes pour essayer de jeter un pont entre les mouvements syndicaux d’Europe occidentale et orientale, ainsi qu’entre les internationales syndicales ».

7Certes, tout au long des années 1930, le Parti travailliste s’engagea dans une direction de plus en plus social-démocrate. Cela n’empêchait pas qu’il y eût beaucoup de sympathie parmi ses membres vis-à-vis de l’Union soviétique. L’aile gauche était partagée par un soutien à Staline ou à Trotski. Il était encore très courant que la gauche du parti fît preuve d’une dévotion extrême pour la révolution d’Octobre et d’une certaine admiration pour l’Union soviétique. Mais même le centre du Parti travailliste, Tranmæl en tête, conservait de bonnes dispositions envers l’Union soviétique, même si les procès de Moscou amenèrent un certain fléchissement. Une analyse de l’Arbeiderbladet (organe principal du Parti travailliste, avec Tranmæl comme directeur) montre que les opinions à leur égard évoluèrent par vagues, d’un rejet des accusations et une condamnation des procès, jusqu’à une acceptation des sentences, et vice-versa. En juin 1937, au pire moment de la période de terreur en Union soviétique, Tranmæl exprima la crainte de voir la contre-révolution triompher si Staline était renversé. Ce n’est pas avant le tournant de 1937-1938 que les procès de Moscou furent définitivement condamnés. Mais même après cela, l’Arbeiderbladet trouva des aspects positifs dans la politique de l’Union soviétique. Entre autres, on louait celle-ci pour son engagement dans la guerre d’Espagne. Et ce n’est qu’en 1938 que le Parti travailliste finit par devenir membre de l’IOS, tout en soulignant qu’il continuerait à avoir une attitude positive vis-à-vis de l’Union soviétique, même s’il condamnait les méthodes et les tactiques du Komintern.

L’esquisse avortée d’un rapprochement entre communistes et travaillistes après la guerre

8Le pacte de non-agression avec l’Allemagne en août 1939 et la « guerre d’Hiver » avec la Finlande, qui débuta plus tard à l’automne, débouchèrent sur un revirement spectaculaire quant à la vision qu’avait le Parti travailliste de l’Union soviétique. Toutefois, cette vision négative ne dura pas longtemps. Après l’entrée de l’Union soviétique dans la guerre à partir de juin 1941 et l’effort extraordinaire consenti par le pays dans sa lutte contre l’Allemagne, les Russes devinrent extrêmement populaires auprès du peuple norvégien. Leur popularité fut encore augmentée par la libération du Finnmark (le comté le plus septentrional de Norvège) par l’armée soviétique et – ce n’est pas là le moins important – le retrait des troupes du territoire norvégien dès la fin de la guerre. Le Parti communiste enregistra un soutien croissant, à la fois grâce à l’effort de guerre soviétique et à la résistance active des communistes norvégiens contre l’occupant allemand. Mais il y avait un capital de sympathie considérable pour l’Union soviétique au sein du Parti travailliste également, ce qui posa les bases d’une nouvelle période de rapprochement. Dans le domaine de la politique étrangère norvégienne, la ligne du rapprochement se développa à partir du point de vue selon lequel de bonnes relations entre les grandes puissances représentaient la meilleure garantie de la paix. Concernant la politique intérieure, le rapprochement s’exprima à travers des tentatives d’unification entre le Parti travailliste et le Parti communiste, et à travers le fait qu’un certain nombre de responsables importants du Parti travailliste devinrent membres actifs de l’organisation d’amitié Sambandet/Norge-Sovjetunionen dès sa fondation en 1945. Le Premier ministre lui-même, Einar Gerhardsen, en fit partie tandis que le président du LO, Konrad Nordahl, devenait même membre du bureau de cette organisation. L’organe principal du parti, l’Arbeiderbladet, adopta une attitude plutôt bienveillante envers l’Union soviétique durant les premières années qui suivirent la guerre. Le journal rendait hommage à l’Union soviétique, non seulement pour l’effort de guerre du pays, mais aussi pour le système soviétique et même pour Staline.

9Mais le début de la guerre froide rendit plus difficile la politique de rapprochement, et après la prise de pouvoir par les communistes en Tchécoslovaquie en février 1948, on ne trouve plus aucune attitude positive vis-à-vis de l’Union soviétique dans l’Arbeiderbladet. Mais même si la Norvège devint membre de l’OTAN l’année suivante, cela ne se fit pas sans d’importantes réserves. Entre autres choses, il ne devait pas y avoir de bases destinées à accueillir des troupes étrangères sur le sol norvégien en temps de paix et de nombreuses restrictions existaient limitant l’activité militaire dans la partie orientale du Finnmark, près de la frontière russe. L’une des raisons à cela était la forte opposition à l’intérieur du Parti travailliste à l’adhésion à l’OTAN. Jusqu’aux deux tiers des membres travaillistes du Storting (le parlement) étaient au départ contre l’adhésion et une grande majorité des journaux du parti exprimait également la même opposition.

Un désir de relations normalisées avec l’Union soviétique chez certains travaillistes : la ligne d’Einar Gerhardsen

10Après la mort de Staline, et surtout pendant le « dégel » qui suivit le vingtième congrès du PCUS en 1956, la politique de rapprochement redevint d’actualité. Cette tendance se trouvait le mieux représentée par l’aile gauche du Parti travailliste et, après 1961, au sein du Parti populaire socialiste à travers sa demande de « troisième voie ». Plus tard (à partir de 1975), le Parti de la gauche socialiste, qui lui succéda, suivit la ligne du rapprochement. Mais cette politique trouva même des partisans dans certains cercles du centre du Parti travailliste. La « révolte de Pâques » de 1958, une manifestation contre l’installation d’armes nucléaires en Allemagne de l’Ouest, fut soutenue par la majorité des membres du Parti travailliste du Storting et acquit aussi pendant quelques semaines le soutien des syndicats ouvriers représentant plus de 200 000 membres. Cela constituait un signe clair de protestation contre la politique étrangère officielle, qui ne s’exprimait presque jamais ouvertement dans le parti. Cela montrait que le soutien du Parti travailliste à la politique étrangère du gouvernement n’était pas aussi entier que l’on pouvait en avoir l’impression par ailleurs. Le Premier ministre de cette époque, Einar Gerhardsen, avait une vision plutôt positive de l’Union soviétique. Celui-ci n’était certes pas un admirateur du système soviétique, mais il croyait aux efforts de Nikita Khrouchtchev pour désarmer et apaiser les relations avec l’Occident. Il désirait un rapprochement entre l’Est et l’Ouest, qui aurait pu conduire à « un développement du monde capitaliste dans une direction plus socialiste et du monde communiste dans une direction plus démocratique ». Gerhardsen fut le premier chef de gouvernement d’un pays de l’OTAN à être invité à visiter l’Union soviétique. Cette visite se déroula en octobre 1955 et déboucha sur une coopération norvégo-soviétique qui, dans certains domaines, « fut probablement plus étendue que ce que l’Union soviétique faisait avec aucun autre pays du bloc occidental ». Il n’est pas impossible que Gerhardsen ait même apporté son soutien à la coopération entre le Parti travailliste et le Parti communiste d’Union soviétique. Mais en la matière, il dut faire face à une certaine opposition dans son propre parti. La politique de Gerhardsen envers l’Union soviétique a été caractérisée comme un « dialogue critique » tranchant avec l’« opposition sans concession » du secrétaire du Parti travailliste, Håkon Lie.

11La forte croissance économique de l’Union soviétique dans les années 1930 et pendant la reconstruction d’après-guerre conduisit également de nombreux non-communistes à considérer le système soviétique comme étant économiquement supérieur au système capitaliste. L’optimisme de Khrouchtchev quant à l’avenir se reflétait dans un fort pessimisme sur l’avenir de la Norvège dans certains milieux du Parti travailliste. En 1960, le plus proche conseiller du Premier ministre Gerhardsen écrivait dans un mémorandum : « Il se peut qu’il y ait des raisons de craindre que le Finnmark, par exemple, soit vu d’ici dix ou quinze ans comme une région arriérée, comparé aux parties adjacentes de l’Union soviétique ». Ce conseiller n’était pas le seul à penser en ces termes. Bien sûr, avec l’embellie économique que connut le monde occidental dans les années 1960 et le début des années 1970, et les problèmes économiques croissants de l’Union soviétique durant toutes les années 1970, ces inquiétudes disparurent. En outre, les dirigeants du Parti travailliste qui succédèrent à Gerhardsen n’avaient pas la même confiance ni dans la force du système soviétique ni dans l’amour de la paix des dirigeants soviétiques. Malgré les efforts de Gerhardsen pour aller vers un rapprochement, la presse du Parti travailliste n’apportait guère de soutien non plus à une telle ligne. La couverture de la politique de défense norvégienne fut pendant de nombreuses années caractérisée par un manque évident de distance critique. L’opposition de départ à l’adhésion à l’OTAN se transforma en une lutte contre l’opposition au sein du parti. En 1960, c’est une presse du parti presque unanime qui défendit l’exclusion de l’opposition à la politique étrangère liée au petit périodique Orientering, dirigé par des éléments de la gauche du Parti travailliste, qui ne paraissait qu’une semaine sur deux. À l’époque, celui-ci constituait le seul organe de presse représentant « la troisième voie ». La presse communiste, quant à elle, défendait comme toujours l’Union soviétique dans tous les domaines.

12Néanmoins, à la LO comme dans certains segments du Parti travailliste, la ligne du rapprochement était encore dominante. En 1969, la LO mit sur pied un nouveau plan d’action, dans lequel, entre autres choses, il était stipulé que « les contacts avec les pays d’Europe orientale doivent être repris et étendus ». L’année suivante fut créé un département international au sein de la LO. Immédiatement furent organisés une série de délégations vers ces pays, y compris vers l’Union soviétique. En 1972, les organisations syndicales norvégiennes et soviétiques conclurent un accord sur l’échange de délégations et, la même année, la LO put envoyer quatre représentants aux célébrations du 1er mai à Moscou. Cette coopération continua jusqu’à la fin de la période soviétique, tout en traversant une courte période de difficultés durant la « deuxième guerre froide », au début des années 1980. Au sein du Parti travailliste également, notamment dans l’organisation de jeunesse du parti (AUF), la ligne du rapprochement resta très vigoureuse. Entre 1967 et 1973, on assista dans l’organisation de jeunesse à des mouvements réguliers de rébellion contre la politique étrangère du parti de tutelle. Un moment très important fut l’opposition à l’engagement américain au Vietnam, exigeant que la Norvège quitte l’OTAN. Mais il y eut aussi des voix qui demandèrent fortement une autre politique, plus conciliante, vis-à-vis de l’Union soviétique et des pays d’Europe de l’Est. À l’intérieur du parti lui-même existait de la même manière le désir de rapprochement entre l’Est et l’Ouest. Lorsqu’en 1979 furent connus les projets de déploiement de nouveaux missiles nucléaires en Europe, on assista à un extraordinaire tollé dans les rangs de l’organisation. Cette réaction fut encore renforcée par le conflit sur le stockage des équipements militaires américains et sur la création d’une zone dénucléarisée dans les pays du Nord. Cette forte opposition à la politique de défense exprimait avant tout la crainte des conséquences d’une course continuelle aux armements. Mais elle témoigne aussi indirectement d’une vision de l’Union soviétique comme étant un État avec lequel il était possible de négocier et de trouver des arrangements. Il y avait une forte demande pour des négociations et un rapprochement, au lieu d’un réarmement sans fin et d’une confrontation. La demande était si forte que la direction du parti dut faire beaucoup d’efforts pour essayer d’y répondre.

Une évolution critique à la gauche du Parti travailliste dès les années 1960

13Le Parti communiste de Norvège représentait, comme cela a déjà été dit, un soutien inconditionnel au système soviétique. Mais durant une certaine période, des années 1960 au début des années 1970, on vit en fait apparaître le souhait, exprimé par de nombreux membres du parti, y compris par son président, Reider Larsen, de se détacher de Moscou pour aller vers l’unification avec les socialistes de gauche, à l’intérieur et à l’extérieur du Parti populaire socialiste. Cependant, les tendances à l’unification prirent vite fin lorsque le parti reçut des instructions de Moscou visant à interrompre ce processus. Larsen et quelques autres rejoignirent le nouveau Parti de la gauche socialiste, tandis que la majorité manifestait jusqu’au bout sa loyauté envers la direction soviétique.

14À l’intérieur du Parti populaire socialiste, et plus tard dans le Parti de la gauche socialiste qui lui succéda, beaucoup – malgré le désir de trouver une « troisième voie » – regardaient vers l’Union soviétique avec bienveillance et considéraient même certains pans des sociétés communistes comme des modèles. Mais pour d’autres, surtout dans la jeune génération, c’était avant tout le danger de guerre et la menace des armes nucléaires qui mobilisaient leur engagement, en plus de la lutte contre l’impérialisme et le colonialisme. Nombre d’entre eux pensaient que l’Union soviétique avait évolué dans une direction bureaucratique, avec le développement d’une nouvelle société de classes. Ceux qui allèrent le plus loin dans cette voie se trouvaient dans une partie de l’organisation de jeunesse du Parti populaire socialiste, qui critiquait l’Union soviétique pour son révisionnisme et se tournait plutôt vers la Chine, considérée comme le véritable exemple révolutionnaire. Après la rupture avec le parti de tutelle et la création d’un nouveau parti, le Parti communiste des travailleurs (marxiste-léniniste), la critique de l’Union soviétique se trouva même renforcée, jusqu’à décrire le pays comme un État « impérialiste social ». Ainsi, les marxistes-léninistes s’avérèrent-ils même plus hostiles à l’Union soviétique que les éléments les plus durs de l’aile droite du Parti travailliste.

Conclusion

15La ligne du rapprochement à l’intérieur du mouvement ouvrier norvégien l’emporta pendant la période de l’entre-deux-guerres et les premières années qui suivirent la Seconde Guerre mondiale. L’aile gauche du Parti travailliste eut alors une attitude très amicale envers l’Union soviétique. Pendant l’entre-deux-guerres, le « centrisme », avec sa vision relativement positive de l’Union soviétique, fut probablement plus fort au sein du Parti travailliste que dans aucun autre parti social-démocrate d’Europe. Dans les premières années qui suivirent la Seconde Guerre mondiale, il y eut un fort enthousiasme envers l’Union soviétique dans la quasi-totalité du mouvement ouvrier et même en dehors. D’ailleurs, comme cela a été dit, on peut même affirmer qu’une ligne de rapprochement s’est manifestée plus tard, jusqu’au plus haut niveau : elle n’était pas seulement représentée dans les partis socialistes de gauche, comme le Parti populaire socialiste et son successeur, le Parti de la gauche socialiste, mais également dans l’aile gauche du Parti travailliste et, à certaines périodes, au centre même du parti. Mais alors que la ligne du rapprochement de l’entre-deux-guerres et de l’immédiat après-guerre était largement basée sur une certaine sympathie pour le système soviétique, pendant la guerre froide, celle-ci fut fondée de plus en plus sur la peur de la guerre. La perception de l’Union soviétique en tant qu’exemple du socialisme était en recul.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Åsmund Egge, « De l’enthousiasme révolutionnaire à la construction de passerelles : la révolution russe et le mouvement ouvrier norvégien », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 139 | 2018, 141-151.

Référence électronique

Åsmund Egge, « De l’enthousiasme révolutionnaire à la construction de passerelles : la révolution russe et le mouvement ouvrier norvégien », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 139 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/7802

Haut de page

Auteur

Åsmund Egge

Université d’Oslo

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page