Navigation – Plan du site
DOSSIER

L’héritage impossible du « Mai 68 » japonais : comment le manga dessine-t-il les mouvements sociaux de la fin des années 1960 au Japon ?

Julien Bouvard
p. 17-39

Résumé

Les mouvements sociaux de la fin des années 1960 au Japon font partie des tournants majeurs de l’histoire contemporaine du pays. Pourtant, leur héritage est aujourd’hui contesté et leurs représentations littéraires, visuelles ou graphiques évoquent généralement ces événements sous l’angle du combat tragique, perdu d’avance, radical et violent. À travers deux mangas qui s’intéressent au sujet en le reliant au terrorisme rouge, nous essayons, dans cet article, de définir les particularités du regard de ce médium sur ce moment d’histoire. Publiés au milieu des années 2000, alors que l’historiographie de Mai 68 évolue considérablement, Red et Unlucky Youngmen, les deux mangas dont nous traitons, mettent en avant des récits individuels, évacuant ainsi les aspects idéologiques, pourtant fondamentaux à l’époque.

Haut de page

Texte intégral

1

Tatsumi Yoshihiro, Gekiga Hyôryû (Dans les marges), deuxième partie, Tôkyô, Seirinkôgeisha, 2008, p. 402.

Introduction : que reste-t-il du Mai 68 japonais ?

  • 1  « Traité de coopération mutuelle et de sécurité entre les États-Unis et le Japon » selon son nom o (...)

2Dans les dernières pages de son autobiographie dessinée, Tatsumi Yoshihiro évoque brièvement les mouvements sociaux auxquels il a participé quarante ans plus tôt. À cette époque, il traverse une période compliquée : ses mangas ne se vendent pas assez bien pour qu’il puisse en vivre alors qu’au même moment, une nouvelle génération d’auteurs prend inexorablement la place des anciens, dont il fait déjà partie. En quelques cases, il se représente, comme participant ému, devant la Diète, d’une manifestation contre la signature du traité de sécurité nippo-américain (Anpo)1. Touché par la grâce et l’énergie collective de l’événement, Tatsumi y trouve une force qui va l’aider à continuer sa carrière et à tenir ce rythme de travail implacable que nécessite le métier de mangaka. C’est en tout cas de cette manière que l’autobiographie de Tatsumi se termine, laissant espérer des jours meilleurs à l’auteur, voire des lendemains qui chantent.

3Pourtant, rien ne se passera comme Tatsumi l’escomptait à la fin de son manga : il ne deviendra pas un « grand » mangaka reconnu et, de la même manière, les manifestations anti-Anpo vont peu à peu s’étioler et devenir anecdotiques au début des années 1970. Tatsumi a fait le choix de ne pas dessiner ce double échec (personnel et collectif) dans un troisième tome qui aurait pu être l’occasion de comprendre ce qui s’est passé dans sa carrière entre les années 1970 et les années 2000, où il revient sur le devant de la scène avant de mourir en 2015. Son choix d’arrêter le récit à l’apogée du mouvement social japonais en 1970 traduit sans doute sa volonté d’éviter une phase personnelle et professionnelle compliquée, mais aussi son aspiration à cristalliser un événement sous sa forme la plus intelligible et convaincante pour le lecteur.

  • 2 Ôtsuka Eiji, Kanojôtachi” no rengô sekigun – Sabukaruchâ to sengo minshu shugi (« L’Armée rouge uni (...)
  • 3 Patricia G. Steinhoff fait également ce constat à partir de films et de romans sur le sujet : Patri (...)

4À la fin des années 2000, Tatsumi évoque donc avec bienveillance ces événements qui font partie du plus profond de lui, qui l’ont sans doute inspiré et avec lesquels il partageait manifestement l’attirance pour l’opposition à l’État, la subversion, voire la violence romantique contre les injustices de la société. Alors qu’on commémore à ce moment-là les quarante ans de Mai 68 au Japon, la vision de Tatsumi est cependant minoritaire. Dans les années 2000, pour différentes raisons, on assiste à un renouvellement de la perception des événements, par lequel les problématiques géopolitiques (guerre du Vietnam, relation aux États-Unis) passent au second plan, au profit de récits individuels qui les placent dans des cadres inattendus : leurs aspects esthétiques, l’apparition de la culture du « mignon »2, les violences psychologiques, etc. De surcroît, beaucoup d’intellectuels s’intéressent à la fin du mouvement plutôt qu’à son début, et par conséquent, un nombre conséquent d’ouvrages sur l’Armée rouge japonaise qui paraissent dans les années 2000 mettent en lumière la fin d’une ère à travers l’échec des mouvements sociaux des années 1960 au Japon. On peut observer aussi, à partir du milieu des années 2000 dans la bande dessinée ou le cinéma japonais, la même tendance à traiter ces mouvements comme une expérience tragique de l’échec, disqualifiant ainsi leur combat et rendant impossible l’héritage de cette lutte3.

5Les deux mangas dont nous traitons dans cet article, Red et Unlucky Youngmen, sont les deux seuls titres récents à s’intéresser aux révoltes sociales de la fin des années 1960 et au phénomène de radicalisation du mouvement au début des années 1970. S’ils n’ont pas été des best-sellers se retrouvant dans les classements hebdomadaires des mangas les plus vendus, la renommée de leurs auteurs respectifs, ainsi que les revues dans lesquelles ils ont été publiés, démontrent néanmoins la notoriété certaine de ces mangas auprès du public.

  • 4 Comme cela a été fait dans Martin Klimke, Joachim Scharloth (dir.), 1968 in Europe, A History of pr (...)
  • 5 Il semblerait que les relations entre histoire et manga soient source d’intérêt pour un nombre croi (...)

6À travers cet article centré sur ces bandes dessinées, notre ambition est d’apporter une modeste contribution à l’histoire mondiale de la réappropriation historique de Mai 684 en traitant du cas japonais au début du 21e siècle, qui offre des perspectives souvent originales sur l’histoire par le biais du manga5. Après avoir rappelé quelques éléments historiques importants sur le Mai 68 japonais, nous effectuerons un détour vers les représentations de ces événements dans le manga pré-2000, puis nous introduirons nos deux objets : Red et Unlucky Youngmen, en mettant en contexte leur publication, puis en insistant sur l’évolution du discours intellectuel concernant la période au Japon, afin d’éclairer nos interprétations finales sur les particularités de l’appropriation de ce moment d’histoire par le manga.

Le Mai 68 japonais

  • 6 Le critique littéraire Suga Hideo a d’ailleurs intitulé un de ses ouvrages de cette manière. Cf. Su (...)
  • 7 Kosaka Shûhei, Shisô toshite no Zenkyôtô sedai (« La pensée de la génération Zenkyôtô »), Tôkyô, Ch (...)

7Par souci de cohérence avec le thème général et pour des raisons d’intelligibilité, nous utilisons l’expression « Mai 68 » pour désigner les révoltes sociales et politiques à l’œuvre à la fin des années 1960 au Japon, mais leur qualification est en réalité plus complexe. De la même manière que l’expression « Mai 68 » concentre un faisceau de mouvements sociaux sous une même bannière sémantique étroite et sans doute réductrice, les expressions en langue japonaise pour synthétiser la multitude des mouvements présents sur l’archipel, et plus généralement l’agitation sociale et politique de la fin des années 1960, sont multiples et continuent de faire débat. A posteriori, « l’année 19686 » (1968 nen) a été utilisée, pour sa simplicité, mais aussi et surtout afin de replacer ces événements dans une histoire mondiale, traversée de mouvements dont les analogies paraissent aujourd’hui évidentes (révolte étudiante, lutte contre la guerre du Vietnam, contre l’impérialisme américain, pour l’émancipation des peuples, leur autogestion, etc.). Cependant, si en France l’année (1968), voire le mois (mai) représentent l’apogée du mouvement, la situation japonaise des luttes sociales et étudiantes s’étend sur une période plus longue (généralement 1968-1972) et plus tardive, en raison de l’échéance du traité de sécurité nippo-américain prévu pour être reconduit en 1970. Pour désigner ce qui se passe à l’époque, on préfère généralement parler de ses acteurs, notamment ces jeunes manifestants engagés dans des groupuscules (bunto) issus de la « nouvelle gauche », qui forment les Zenkyôtô (littéralement « comité de lutte inter-universités »). Ainsi, plus que « 1968 », « l’époque Zenkyôtô » (Zenkyôtô jidai) ou « la génération Zenkyôtô7  » (Zenkyôtô sedai) permettent de désigner cet ensemble de mouvements dans la langue japonaise.

  • 8 Jean-Marie Bouissou, Le Japon depuis 1945, Paris, Armand Colin, p. 98-99.

8Revenons brièvement sur la nature des protestations et leur contexte. Malgré la croissance économique à deux chiffres de la période, le Japon des années 1960 est troublé par de nombreux conflits8. Les mouvements étudiants portent des revendications composites, qui vont de l’opposition au renouvellement du traité de sécurité nippo-américain jusqu’à l’invitation à créer des foyers révolutionnaires dans le pays. Cependant, s’il ne fallait en retenir qu’une, capable de les rassembler, à n’en pas douter, la lutte contre « l’impérialisme américain » serait la plus évidente. Rappelons qu’après leur victoire militaire sur le Japon en 1945, les États-Unis contrôlent en grande partie la défense japonaise. Par l’intermédiaire des traités de sécurité nippo-américains, renouvelables tous les dix ans, le Japon est protégé par le fameux « parapluie nucléaire ». En échange de cette protection, le Japon doit aider économiquement les États-Unis dans leur effort pour contenir le développement du communisme en Asie, en les aidant d’un point de vue logistique et économique dans l’effort de guerre contre le Vietnam. Un mouvement d’opposition, à l’instar de ce qui se passe dans certains pays occidentaux, s’organise contre l’agression américaine au Vietnam. À la tête de ces mouvements se trouvent les fameux Zenkyôtô, très hétérogènes idéologiquement, ce qui aboutit parfois à des affrontements entre factions rivales lors des manifestations, pendant lesquelles celles-ci arborent casques et drapeaux à leurs couleurs, tout en tenant dans leurs mains des tiges de bambous pour en découdre avec la police ou les rivaux.

  • 9 Miyazawa Akio, Nippon Sengo Sabukarchâ-shi (« Histoire de la subculture japonaise d’après-guerre ») (...)

9Entre 1968 et 1972, les actions des mouvements étudiants, sur différents fronts, vont rythmer l’actualité japonaise par leur inventivité et leur intensité. En dehors des traditionnelles manifestations devant la Diète japonaise, sont organisées des actions de blocage dans des gares, notamment dans celle de Shinjuku, qui devient alors un centre de l’agitation politique (et contre-culturelle9) du pays. Marquant leur opposition à la collaboration nippo-américaine dans l’effort de guerre contre le Vietnam, d’autres manifestants, en 1968, se rendent sur le port de Sasebo, dans le sud du pays, afin d’empêcher le porte-avion nucléaire Enterprise de débarquer au Japon. On peut également signaler les mouvements d’opposition à la construction de l’aéroport de Narita, qui attirent également de nombreux jeunes activistes de la nouvelle gauche japonaise à la même période.

  • 10 Michaël Prazan, Les Fanatiques, histoire de l’Armée rouge japonaise, Seuil, Paris, 2002, p. 16.

10D’autres raisons, plus proches des préoccupations directes des étudiants, ont favorisé l’émergence de ces mouvements, comme l’augmentation des frais d’inscription de certaines universités (l’université Meiji en 1965, l’université Chûô en 1969) et les affaires de corruption qui touchent ce milieu. On peut estimer que la rapide démocratisation de l’enseignement supérieur japonais, marquée par l’augmentation massive du nombre d’étudiants sur l’archipel, est aussi l’une des causes de ces mouvements, qui profitent d’un terreau fertile à la rébellion10.

  • 11 William Andrews, Dissenting Japan : A History of Japanese Radicalism and Counterculture from 1945 t (...)

11En 1969, alors que les mouvements deviennent de plus en plus radicaux, la police japonaise prend des mesures drastiques contre les manifestants en procédant à l’arrestation de près de 6 000 activistes11.

12Peu à peu, à cause de la répression, mais aussi de la reconduction du traité de sécurité nippo-américain en 1970, ce mouvement s’étiole et se tourne vers d’autres luttes. C’est dans ce contexte que naît la faction Armée rouge (Sekigun-ha) qui prend le parti de continuer le combat de façon violente, en utilisant tous les moyens possibles pour déstabiliser le pouvoir. Ses membres, qui sont tous issus des Zenkyôtô, décident de se lancer dans une guérilla sur l’archipel japonais, en commençant par se doter d’armes à feu, en finançant leurs actions par des braquages et en n’hésitant pas à tuer s’il le faut. L’Armée rouge est responsable de nombreuses actions violentes qui ont marqué la période, comme le détournement de l’avion Yodo (Yodo gô jiken) en 1970 et l’affaire du chalet Asama (Asama sansô jiken) en 1972. Une branche internationale de l’organisation sévissait également au Moyen-Orient et a organisé le massacre de l’aéroport de Lod, qui a fait 26 morts en 1972.

Comment représente-t-on les Zenkyôtô dans les mangas avant les années 2000 ?

  • 12 Tamiya Takamaro, « wareware ha ashita no Joe de aru » (« Nous sommes Ashita no Joe »), Bungei Junjû(...)
  • 13 Le 23 mars 1970, une cérémonie funéraire en l’honneur de Rikiishi Tôru, l’un des personnages de ce (...)
  • 14 Tamiya Takamaro (1943-1995) était le plus vieux (27 ans) de la frange « Yodo » de l’Armée rouge jap (...)

13De manière étonnante, les actions terroristes de l’Armée rouge se retrouvent associées au manga de l’époque. Non qu’un récit dessiné fasse la part belle à ce groupuscule, mais plutôt l’inverse : lors du détournement de l’avion Yodo vers la Corée du Nord en mars 1970, l’organisation terroriste publie un communiqué où ses membres signent à la fin : « Nous sommes Ashita no Joe12 ». Ashita no Joe est un célèbre manga de boxe, qui était devenu un phénomène social en 197013. Pour quelle raison une organisation terroriste utilise-t-elle ce manga comme référence dans un communiqué de revendication ? Si l’auteur de ce communiqué, Tamiya Takamaro14, est apparemment un lecteur assidu de ce manga, on peut deviner que les membres de l’Armée rouge japonaise utilisent les références culturelles de la génération rebelle de la fin des années 1960, pour laquelle combat politique et lecture de manga vont de pair. Ces jeunes activistes radicaux, qui ont entre 20 et 25 ans, sont aussi le produit de leur époque et de sa culture, ainsi que l’expriment Meredith Box et Gavan McCormack :

  • 15 Meredith Box et Gavan McCormack, « The Red Army (1969-2001) and Aum Supreme Truth (1987-2000) », Ja (...)

« Pour les membres de l’Armée rouge, l’action politique était basée sur un idéal de justice sociale et de moralité et entraînée par un goût pour l’aventure, plus que par une analyse sérieuse des changements historiques. En ce sens, même s’ils rejetaient l’époque dans laquelle ils vivaient, ils n’en étaient pas moins les enfants. »15

  • 16 Isogai Yoshirô, « Daigakusei ga manga wo yomu toki » (« Quand les étudiants d’université lisent des (...)
  • 17 Yonezawa Yoshihiro, Kodomo no Shôwashi - shônen manga no sekai II – Shôwa 35nen-shôwa 64nen (« L’hi (...)

14Il faut dire aussi qu’au tournant des années 1970, le paradigme étudiant = lecteur de manga16 tourne au pléonasme. Les expressions d’époque en disent parfois plus que de longues explications. Ainsi, « dans la main droite le journal Asahi et dans la main gauche Shônen magajin »17 démontre à quel point l’univers culturel des jeunes de l’époque est autant construit d’articles d’actualité que de fictions dessinées.

  • 18 William Andrews, op. cit.

15Le manga semble donc avoir des affinités avec cette génération de jeunes gens qui, outre leur passion pour les récits de fiction en images, sont largement engagés dans des luttes sociales, puisqu’on estime que 20 % des étudiants d’université faisaient partie des Zenkyôtô18. Dans un sens, un certain nombre de mangas les confirment dans leur combat, même si très peu traitent de manière frontale la question des événements sociaux et politiques de la fin des années 1960. Shirato Sanpei, auteur charismatique de la période, souvent considéré comme un auteur marxiste, préfère d’ailleurs les récits d’histoire féodale aux aventures des manifestants du monde dans lequel il vit. Cela n’empêche pas les lecteurs assidus du maître d’en produire des lectures politisées, interprétant ses récits à la lumière de la théorie marxiste de l’histoire. L’un de ces lecteurs, Takemoto Nobuhiro, publie en novembre 1965, dans le magazine de prépublication des mangas de Shirato Sanpei, une petite lettre qui fait part de sa ferveur :

  • 19 Cité dans Katô Hidetoshi, « Comics, Rebellion and Ecology », in Media, Culture and Education in Jap (...)

« J’étudie, au sein de la faculté d’économie, la pensée révolutionnaire de Karl Marx. Mon espoir est de revitaliser le marxisme, qui est aujourd’hui l’apanage d’intellectuels formalistes. Dans ce contexte, j’ai l’impression que les mangas de Shirato Sanpei sont en relation avec mes problématiques et je lis ainsi ses travaux avec beaucoup d’intérêt. »19

16Takemoto Nobuhiro est le pseudonyme de Takita Osamu, activiste marxiste dans l’un des établissements les plus mobilisés pendant les années 1960, l’université de Kyôto.

17Si les liens entre les activistes et la lecture de mangas sont largement relatés, on ne trouve paradoxalement que peu de mangas qui traitent de manière directe les mouvements étudiants japonais. Les bandes dessinées citées par les étudiants enragés de l’époque évoquent des ambiances, des contextes, des visions de l’histoire qui peuvent être analysés à travers l’actualité politique et sociale japonaise comme correspondant à l’esprit de 1968, mais sans doute seraient-elles lues de manières très différentes de nos jours. À ce titre, Ashita no Joe est devenu un manga associé à l’époque et à l’agitation sociale du pays peut-être autant par son contenu que par son irruption dans le champ de l’actualité, avec la revendication cryptique de l’Armée rouge japonaise. Manga de boxe très populaire à la fin des années 1960, Ashita no Joe ne parle pourtant pas d’étudiants révoltés, ni de manifestants radicaux. Pourtant, il partage avec ceux-ci une vision du monde. Dans cette histoire, Joe n’a aucun autre but dans la vie que mourir sur le ring, et c’est ce qui se produit à la fin du manga, quand Joe s’écroule à la fin d’un match de boxe, sourire aux lèvres, fier et satisfait de son combat malgré la défaite. Parue en 1973, cette fin fait écho à l’échec des mouvements étudiants et aux deux affaires importantes de l’Armée rouge japonaise, le détournement d’avion en 1970 et la bataille du chalet Asama en 1972, qui marquent un arrêt dans ces mouvements et entérinent la fin des rêves d’une génération.

La dernière page du manga. Chiba Tetsuya, Takamori Asao, Ashita no Joe, tome 12, Tôkyô, Kôdansha Manga Bunko, 2000, p. 378.

  • 20 Yamagami Tatsuhiko, Les vents de la colère, Paris, Delcourt, 2 tomes, 2006.

18D’autres mangas, tels que Hikaru Kaze20 (Les Vents de la colère) de Yamagami Tatsuhiko, contemporains des événements, évoquent le contexte d’affrontement entre la jeunesse enragée japonaise et les forces de l’ordre, voire l’État japonais. Dans ce manga, la référence au réel et à l’actualité est néanmoins filtrée par le procédé scénaristique de l’uchronie, qui place les personnages dans un Japon fictif, autoritaire, comme si le gouvernement militaire du Japon impérial de la Seconde Guerre mondiale était resté en place sur l’archipel.

  • 21 Julien Bouvard, « Les fantômes des mouvements Zenkyôtô dans la culture otaku », in Japon Pluriel, n (...)
  • 22 Ibid.
  • 23 Shûkan Shinchô, Tôkyô, Shinchôsha, 4 janvier 1979.
  • 24 Industrie formée d’une constellation de petits éditeurs indépendants, qui rappelle d’ailleurs la st (...)

19Si peu de mangas relatent avec précision les mouvements sociaux et politiques du Japon des années 1960, il existe néanmoins une certaine contiguïté entre ces deux mondes, au point que dans les années 1970, beaucoup d’anciens activistes politiques se retrouvent dans le milieu de l’édition de mangas21, pour des questions de goût personnel, mais également parce que les petites maisons d’édition ne vérifient pas le casier judiciaire de leurs employés, contrairement aux grandes entreprises japonaises. Plus particulièrement, le manga pornographique, en plein essor au milieu des années 1970, devient la terre d’accueil de nombreux anciens activistes des mouvements Zenkyôtô, qui y trouvent un espace de liberté propice à l’irrévérence et à la subversion22. En 1979, l’hebdomadaire Shûkan Shinchô23 dénonce d’ailleurs leur rôle dans cette industrie24 en les désignant comme des « gauchistes attardés » (shinsayoku kuzure).

20De la même manière, le Comic Market, événement le plus important pour les amateurs de mangas, qui a lieu deux fois par an au Japon et rassemble des centaines de milliers de passionnés de mangas, a été créé en 1975 sur des principes hérités des mouvements Zenkyôtô (contre le capitalisme, favorisant l’autogestion des clubs de fans, etc.). Il existe donc dans le monde du manga un fort héritage de la pensée de 1968, mais sans que cela donne lieu à la publication de récits qui évoquent directement les événements.

Un regain d’intérêt pour le sujet dans les années 2000 : Red et Unlucky Youngmen

  • 25 Pour être tout à fait exhaustif, il existe un manga, publié entre 1991 et 1993, Boku no mura no han (...)
  • 26 Ôtsuka Eiji, Fujiwara Kamui, Unlucky Youngmen, Paris, Ki-oon, 2 tomes, 2015-2016.

21Il faut donc attendre les années 2000 pour voir apparaître des mangas qui s’intéressent à ce sujet25. Commençons par présenter Unlucky Youngmen26, publié pour la première fois dans la revue Shôsetsu Yasei Jidai entre 2004 et 2006, puis édité sous forme reliée en deux tomes en 2007. Dessiné par Fujiwara Kamui et scénarisé par Ôtsuka Eiji, Unlucky Youngmen raconte l’histoire de N., un ancien criminel qui monte à Tôkyô en 1968, et qui, au fil de ses rencontres au bar de jazz le Village Vanguard, rencontre T., apprenti cinéaste obsédé par l’idée de tourner un grand film intitulé, justement, Unlucky Youngmen. Pour ce faire, ils décident de s’associer afin de braquer un fourgon qui transporte 300 millions de yens.

  • 27 Ôtsuka Eiji, Monogatari shôhiron (« De la consommation des récits »), Tôkyô, Shinyôsha, 1989.

22Ôtsuka Eiji, qui a scénarisé et mis en page cette histoire, est un intellectuel japonais, auteur de nombreux ouvrages sur l’ethnologie, la littérature ou l’histoire du Japon, mais aussi l’un des plus grands spécialistes du manga. Il a été l’un des premiers à théoriser la diffusion transmédiatique des œuvres27 et s’intéresse depuis quelque temps aux techniques de mise en page des mangas. Outre son activité de critique/essayiste, il est également scénariste de mangas depuis les années 1980. Unlucky Youngmen est le produit de sa réflexion sur la nature cinématographique du manga puisqu’Ôtsuka s’est appuyé sur un grand nombre de photographies de comédiens « jouant » le récit sur des décors choisis. Il s’agit d’un polar dans lequel des personnages hauts en couleur se retrouvent propulsés dans le feu de l’action d’une époque animée. Les personnages principaux, N. et T., mais aussi d’autres comme K., les deux Yôko, Kaoru et les autres sont des sortes de pièces d’un grand puzzle voulant représenter la réalité de l’époque dans son ensemble.

23Si certains personnages ne sont nommés que par la première lettre de leur prénom en alphabet latin, c’est qu’ils sont en fait inspirés par des personnes ayant réellement existé. N. a par exemple de nombreuses similitudes avec Nagayama Norio, un tueur en série qui a assassiné quatre personnes en 1968 sans autre motif que de leur dérober quelques milliers de yens. Quant à T., l’apprenti cinéaste, il est basé sur Kitano Takeshi, célèbre comique et réalisateur de films. Kawashima Tsuyoshi, activiste ayant tenté de dynamiter une base américaine au Japon, se retrouve sous les traits de K., personnage plein de certitudes qui choisit la violence armée. Le personnage de Yôko est largement inspiré de Nagata Hiroko, membre de l’Armée rouge, qui avait été l’instigatrice des tortures infligées à ses camarades qui précédèrent la prise du chalet Asama.

24Ce parti pris étonnant de camoufler les noms complets sous des initiales est probablement une mesure prise par les auteurs pour se protéger contre des attaques en diffamation de certaines personnalités encore en vie qui pourraient être choquées de se retrouver dans une histoire qui donne la part belle à l’imagination de son auteur. Derrière ce procédé se cache aussi la volonté de brouiller les pistes et d’amener le lecteur à retrouver l’identité véritable des personnages, construisant ainsi une sorte de jeu de piste, qui fait écho à la structure du récit du manga, un polar fait d’énigmes à résoudre.

25À propos d’énigmes, le contexte social et politique présenté dans ce manga en est rempli. Ainsi, cette histoire de braquage d’un fourgon blindé est tirée d’un vrai fait divers. C’est d’ailleurs le braquage au montant le plus élevé jamais perpétré au Japon et l’identité du (ou des) coupable(s) reste encore inconnue. En ce qui concerne les représentations des mouvements Zenkyôtô, de nombreuses images témoignent, avec beaucoup de précision, des lieux et des actions entreprises par les jeunes manifestants d’alors. Le récit oscille ainsi constamment entre des éléments factuels représentés de manière très réaliste (soin dans le dessin, respect des vêtements d’époque, etc.) et des modifications du réel par l’intégration, voire le mélange de personnages qui ne sont pas censés se rencontrer.

26En faisant le choix de mettre ensemble des activistes politiques (Yôko, K.), un criminel (N.) et un cinéaste (T.), Ôtsuka Eiji propose une vision originale des mouvements révolutionnaires en présentant des individualités troubles, en échec, décalées avec leur société, qui sont traversées par un certain goût pour le nihilisme et la violence. Leur unique salut réside, semble-t-il, dans l’expression esthétique de leurs nombreux échecs, par le biais du cinéma, seul moyen de sublimer leurs vies cassées.

27Loin d’une vision idéalisée de la lutte collective, Unlucky Youngmen met en avant des motivations individuelles de personnages en inéquation avec leur milieu, décalant ainsi le point de vue, depuis des questions idéologiques qui se retrouvent désamorcées par des problèmes intimes : les actions politiques de Yôko (Nagata Hiroko) étant, par exemple, la conséquence de son rapport aux hommes, de sa sexualité. La vision de l’histoire des mouvements Zenkyôtô dans ce manga apparaît donc comme un récit animé par des individualités fortes, marquées par le désespoir.

  • 28 Yamamoto Naoki, Red (Reddo), 13 tomes, Tôkyô, Kôdansha, 2006-2018.

28Le deuxième manga qui nous intéresse ici s’intitule Red28 (Reddo). Dessiné par Yamamoto Naoki, il est publié depuis 2006 dans la revue Evening (Ibuningu) de l’éditeur Kôdansha. Contrairement au manga précédent qui prenait des libertés avec l’histoire de la fin des années 1960, mélangeant parfois des personnages qui ne peuvent se croiser, Red est le fruit d’un travail de reconstitution de ce qui s’est passé chez les groupuscules violents de la nouvelle gauche jusqu’à la fameuse affaire du chalet Asama.

  • 29 Ôtsuka est né en 1958, Fujiwara en 1959.
  • 30 La polémique sur les mangas nocifs (yûgai komikku ronsô) a éclaté à la suite d’un article alarmiste (...)
  • 31 Yamamoto Naoki, Blue, Tôkyô, Shôgakukan, 1991.

29Son auteur, Yamamoto Naoki, né en 1960, n’appartient pas, à l’instar des auteurs de Unlucky Youngmen29, à la génération Zenkyôtô. Auteur de mangas depuis les années 1980, son nom a été largement médiatisé lors d’une vague de censure30 au début des années 1990 qui a abouti au retrait du marché de certains mangas accusés de diffuser des images obscènes. Son manga Blue31, qui raconte les premiers émois amoureux de lycéens, a été ciblé par une commission de censure du département de Tôkyô comme immoral et interdit à la vente pendant plusieurs années. Yamamoto, dont la spécialité est d’ordinaire le récit érotique, s’attaque donc à une histoire où l’amour n’ a que peu de place.

  • 32 Yamamoto Naoki, Red (Reddo), tome 1, Tôkyô, Kôdansha, 2007, p. 208-209.

30Le sous-titre de Red, « 1969-1972 », ainsi que les chapitres qui sont organisés de manière chronologique, par mois et années, témoignent aussi de la volonté de son auteur de retranscrire de manière fidèle, ou en tout cas très crédible, la montée croissante de la violence révolutionnaire chez les jeunes activistes japonais de la fin des années 1960. Nous suivons donc le parcours d’une multitude de personnages (78 selon la page Wikipedia consacrée au manga), qui ont tous le point commun d’avoir un rapport avec l’activisme politique de l’époque, voire avec le terrorisme rouge. Comme dans Unlucky Youngmen, leurs noms sont modifiés, mais il est possible, en connaissant un tant soit peu cette histoire, de retrouver l’identité des personnages de ce récit. De la même manière, le nom exact des universités ou des lieux sont masqués par des carrés noirs. Même le nom de l’Armée rouge (sekigun en japonais) devient « l’armée de couleur rouge » (akairogun). Le procédé est encore une fois étonnant, d’autant que sur plus d’une dizaine de tomes (donc des milliers de pages), l’auteur prend un malin plaisir à s’assurer de l’historicité de son récit et de tous les détails, allant même jusqu’à réinterpréter au dessin des photographies d’archives. Pour accentuer encore ce paradoxe entre fiction et réalité, la fin des tomes reliés laisse généralement place à une chronologie des événements (incluant les vrais noms et les vrais lieux32) ou à des interviews d’activistes de l’époque, mais qui apparaissent sous leur noms fictifs…

31Contrairement à Unlucky Youngmen qui ne se focalisait que sur quelques personnages projetés dans le feu de l’histoire, Red a une tout autre ambition : décrire méthodiquement les faits et les mots (en s’inspirant des récits autobiographiques des acteurs de la période) des activistes politiques d’extrême gauche de l’époque en reconstituant précisément et chronologiquement trois années de lutte à partir de points de vue multiples, tentant ainsi de rendre justice au nombre important de personnages (historiques) et à la pluralité de leurs points de vue. Yamamoto évoque notamment avec le soin du détail les préparatifs d’action violente, les communications entre membres, leur discrétion, etc.

32Le regard que Red pose sur les mouvements Zenkyôtô insiste sur l’idée d’une fatalité, d’une tragédie à venir dont les acteurs ne sont pas conscients. Concrètement, Yamamoto a décidé d’ajouter sur ses personnages des numéros, qui correspondent à l’ordre de leur mort… Ajoutons qu’à la fin de chaque chapitre, les derniers personnages dessinés ont également droit à un petit texte qui explique au lecteur combien il leur reste de jours avant leur arrestation, ou leur décès.

Fin du troisième chapitre accompagné par une case expliquant le nombre de jours avant l’arrestation et la condamnation à la peine capitale du personnage. Yamamoto Naoki, Red (Reddo), tome 1, Tôkyô, Kôdansha, 2012, p. 86.

33Le manga est donc organisé comme un compte à rebours jusqu’au climax de l’affaire du chalet Asama où les membres de l’Armée rouge sont arrêtés, moment critique qui acte la fin des mouvements étudiants. Dans une interview publiée au moment où il commence ce manga, Yamamoto explique ce qui le motive dans ce projet :

  • 33 Nom des derniers guerriers fidèles au shogunat à la fin de l’ère Edo.
  • 34 Interview de Yamamoto Naoki par Kimura Jin (mise en ligne en août 2008) <http://shinjukuloft.com/ga (...)

« Je me demande comment des gens qui voulaient au départ améliorer la vie des gens, se battre pour eux, en arrivent tout à coup à devenir fous et à s’entretuer. (…) Je crois aussi que dans l’histoire du monde, ce genre de phénomène a déjà eu lieu à de nombreuses reprises, comme avec le Shinsen gumi33, l’armée japonaise à la fin de la guerre, Pol Pot ou la révolution culturelle chinoise.  » 34

34De nombreux passages de Red témoignent de l’attention que son auteur porte à la paranoïa des membres de l’Armée rouge qui, poursuivis par la police et la plupart du temps cachés, n’ont qu’une peur : celle d’être dénoncés par un traître. Ainsi, pour mettre à l’épreuve les membres qui paraissent les plus faibles, des séances d’autocritique (sôkatsu) sont organisées pour les ramener dans le droit chemin.

35Red et Unlucky Youngmen partagent de nombreux points communs : le souci du détail combiné avec une volonté de maquiller les identités, un point de vue critique sur les Zenkyôtô, envisagés à travers leur fin terrible plutôt que dans les causes du mouvement, et enfin la violence (avec la police, mais aussi et surtout entre les membres) qui transpire de ces deux œuvres.

36À propos du premier point, comme nous l’avons déjà mentionné, il s’agit sans doute autant d’une volonté de produire un « jeu de piste », qui s’intègre bien à la nature de polars des deux mangas, que d’éviter les potentielles critiques, voire attaques en diffamation des acteurs de ces récits. D’ailleurs, comme dans n’importe quel manga de fiction, on trouve à la fin des ouvrages ce fameux avertissement qui dit : « Cette histoire est une fiction sans rapport avec des personnages ou organisations qui ont réellement existé. ».

37Concernant maintenant l’option prise de parler des Zenkyôtô à partir de leur fin et de se focaliser sur les aspects violents de ces mouvements, il faut certainement revenir sur le contexte particulier, dans les années 2000, d’un retour du sujet dans l’espace public, accompagné d’interprétations nouvelles des faits.

La réinterprétation des mouvements Zenkyôtô dans les années 2000

  • 35 Leader de la branche internationale de l’Armée rouge japonaise.
  • 36 Shigenobu Fusako, Ringo no ki no shita de anata o umô to kimeta (« J’ai décidé de te mettre au mond (...)
  • 37 Trois films sur le sujet sont sortis pendant la décennie : Takahashi Banmei, Hikari no ame (2001) ; (...)
  • 38 Interview de Yamamoto Naoki par Kimura Jin (mise en ligne en août 2008) <http://shinjukuloft.com/ga (...)

38Pour la majorité des Japonais, les membres de l’Armée rouge étaient surtout des visages imprimés sur les avis de recherche qu’on trouve dans tous les commissariats de police de l’archipel. Cependant, au début des années 2000, après plusieurs dizaines d’années, au moment où cette histoire commence à être oubliée, elle réapparaît dans les médias à la suite de plusieurs événements. Tout d’abord, en 2000, le retour de Shigenobu Fusako35 au Japon, après plus de 30 ans de clandestinité, fait la une de la presse. Après son arrestation la même année, elle publie depuis la prison un premier livre adressé à sa fille36, puis annonce officiellement la dissolution de l’Armée rouge japonaise, actant ainsi la fin des activités terroristes de groupe. En 2001, les attentats contre le World Trade Center focalisent les discours politiques du monde entier sur la question du terrorisme (islamiste) et au Japon, l’histoire de l’Armée rouge, dont une partie internationaliste s’était liguée avec le Front populaire de libération de la Palestine, fait alors brusquement écho à l’actualité et redevient alors un sujet d’intérêt et l’objet de nombreuses publications. On peut ainsi comprendre pourquoi l’histoire des mouvements sociaux et politiques de la fin des années 1960 est ainsi principalement perçue comme le début d’un récit qui se termine avec la terreur autodestructrice de l’Armée rouge en 1972. Sans doute l’actualité des années 2000, marquée par l’omniprésence du terrorisme, a orienté l’intérêt des Japonais sur les aspects violents de l’extrême gauche de l’époque. Dans ce contexte, ce ne sont pas seulement des écrits (mémoires, analyses, essais), mais aussi des longs métrages de fiction s’intéressant à ce sujet, qui sont diffusés dans les salles de cinéma japonaises37. Ils se concentrent tous sur la fuite et le retranchement des membres de l’Armée rouge jusqu’au chalet Asama en 1972. La publication des mangas Unlucky Youngmen et Red est donc à replacer dans ce contexte favorable à la réinterprétation des faits de violence politique à travers la fiction. Les auteurs de ces deux mangas participent donc à ce mouvement de redécouverte d’une histoire du terrorisme japonais, de la même manière qu’ils en sont influencés. Yamamoto Naoki évoque d’ailleurs dans une interview ses sources quand on lui demande pourquoi il dépeint le personnage de Nagata Hiroko comme beaucoup plus douce que dans d’autres œuvres38. Son interprétation de cette histoire est donc à considérer comme une déclinaison parmi d’autres d’un même récit réadapté maintes fois et dont les auteurs font des choix en fonction de leurs sources et de leur vision des événements.

  • 39 Ôtsuka Eiji, Kanojôtachi” no rengô sekigun – Sabukaruchâ to sengo minshu shugi (« L’Armée rouge uni (...)
  • 40 Prazan Michaël, op  cit.

39Les aspects psychologiques des acteurs de cette histoire sont, que ce soit dans les deux mangas que nous traitons, dans les trois films sur le sujet, ou même dans l’historiographie récente de la période, devenus la pierre angulaire des explications du lynchage opéré entre les membres de l’Armée rouge dans leur périple jusqu’au chalet Asama. Plus que les autres, Nagata Hiroko semble être le centre d’attention des récits sur la question : si, dans Red, elle est en effet décrite comme un personnage fragile, dans Unlucky Youngmen, sous les traits de deux personnages avec des caractères opposés, elle apparaît sous une personnalité équivoque : d’un côté, une manipulatrice qui fait régner la terreur, et de l’autre, une fille plutôt sensible et fleur bleue. Ôtsuka Eiji, auteur de Unlucky Youngmen, a publié en 2001, un essai sur la culture féminine d’après-guerre au Japon intitulé L’Armée rouge unifiée des filles – Subculture et démocratie d’après-guerre39, qui a, dans une grande mesure, renouvelé les approches historiques sur la question. Il part des textes publiés par Nagata elle-même en recoupant les informations avec d’autres sources pour affirmer que le lynchage qu’elle a perpétré contre d’autres membres a été réalisé pour des raisons surprenantes : elle n’aurait par exemple pas apprécié le goût pour la coquetterie d’un autre membre féminin de l’Armée rouge, Toyama Mieko. Aux yeux de Nagata, Toyama passait trop de temps à se retoucher les cheveux et à se maquiller, un comportement bourgeois et antirévolutionnaire qu’il fallait réprimer40.

  • 41 Ôtsuka Eiji, op. cit., p. 172.
  • 42 Ôsawa Masachi, Sengo no shisô kûkan (« L’espace de la pensée d’après-guerre »), Tôkyô, Chikuma Shin (...)
  • 43 Le célèbre critique Azuma Hiroki reprend d’ailleurs ce découpage et l’applique aux évolutions de la (...)

40À partir de ces anecdotes, Ôtsuka déploie une théorie selon laquelle cette tension entre deux femmes lors d’une séance d’autocritique révolutionnaire annoncerait irrémédiablement l’avènement d’une nouvelle ère centrée sur le soin de soi, la consommation, la culture du kawaii (mignon), qui se développeront rapidement au Japon dans les années 1970. Nagata, obnubilée par les questions idéologiques est, selon Ôtsuka, jalouse de Toyama, de sa beauté, de son succès auprès des hommes, et, ne supportant pas cette situation, se serait vengée contre elle en la tuant, en utilisant les prétextes énoncés plus haut. Nagata, serait pour lui le symbole d’une époque révolue où les idéaux, voire les idéologies, sont plus forts que la société de consommation, où les valeurs collectives priment sur l’individu, tout le contraire du Japon des années 1970, désenchanté politiquement (on parle de « shirake sedai », la « génération apathique ») et embrassant innocemment la consommation de masse, les modes, les marques et les nombreux produits culturels de fiction disponibles alors. Ôtsuka utilise même le terme de « tenkô » (conversion politique), qu’on utilise plus généralement pour parler des communistes japonais des années 1930 ayant retourné leur veste en faveur de l’extrême droite, pour désigner le changement brutal de logiciel idéologique du Japon post-197241. D’autres intellectuels situent également une rupture historique en 1972, au moment de l’affaire du chalet Asama, comme le philosophe Ôsawa Masachi42, qui en fait un axe différenciant deux périodes distinctes : une ère de l’idéal (risô no jidai) avant 1972 et une époque de fiction (kyokô no jidai) ultérieure à cette date. Le comportement de Nagata face à l’élégance de Toyama serait, en quelque sorte, la parabole d’un changement de paradigme historique, le signe des temps qui changent, le moment de bascule qui fait passer le Japon dans une ère postmoderne43.

41Cette manière de segmenter l’histoire contemporaine du Japon, partagée par nombre de chercheurs et d’intellectuels, contribue sans doute au phénomène de mise à distance des mouvements politiques et sociaux de la fin des années 1960 au Japon. En envisageant l’après-guerre jusqu’à 1972 comme une période d’idéaux politiques ou de combat idéologique, puis la suivante comme celle du désenchantement, on oublie peut-être un peu vite la continuité des idées des mouvements Zenkyôtô qui ont survécu dans des domaines importants comme la lutte contre la construction de l’aéroport de Narita, les combats antinucléaires ou les mouvements pour la préservation de l’article 9 de la Constitution, qui ne se sont pas arrêtés brusquement en 1972. Les deux mangas que nous avons présentés portent également un regard empreint de distance, considérant comme vains les efforts pour changer le monde des jeunes gens représentés, dont l’aboutissement se terminera inéluctablement dans le sang. La génération à laquelle appartiennent leurs auteurs, Ôtsuka et Yamamoto, n’est sans doute pas étrangère à ce point de vue critique. Nés une dizaine d’années après les activistes qu’ils décrivent, ils ont vécu leur adolescence dans un monde qui n’avait, selon eux, plus rien à voir avec celui de 1968. Leur intérêt tardif pour le sujet manifeste une sorte de curiosité pour une époque et une manière de penser qui leur apparaissent comme révolues et appartenant au passé. Pourtant, cette fracture générationnelle n’est pas suffisante pour expliquer la proximité de leurs points de vue : Wakamatsu Kôji, cinéaste et compagnon de route de l’Armée rouge, a réalisé un film sur le sujet en 2008 et, même si certains passages traduisent une empathie romantique pour les acteurs de cette histoire, il reprend les points de vue centrés sur la psychologie des personnages pour expliquer l’éclosion de la violence au sein des groupuscules d’extrême gauche, allant même jusqu’à consacrer une scène entière au face-à-face Nagata-Toyama.

Toyama interrogée sur ses motivations par Nagata. Wakamatsu Kôji, United Red Army, 2009.

42La question que posent également ces mangas est celle de la représentation des idées politiques et des idéologies dans le médium de la bande dessinée. Dans Red, Yamamoto Naoki tente de comprendre les enjeux politiques, voire philosophiques, du point de vue des activistes. De nombreuses cases de son manga sont consacrées à des discussions politiques entre jeunes engagés qui débattent allégrement sur le rôle de la bourgeoisie dans la révolution, l’utilisation de la violence ou les manières de mener une guérilla. On ne peut donc pas dire qu’il évacue les problématiques du mouvement Zenkyôtô. Cependant, au fur et à mesure du récit, les membres de l’Armée rouge adoptent une posture de plus en plus rigide concernant leur propre comportement, dont ils cherchent l’adéquation parfaite avec leur pensée révolutionnaire, multipliant les séances d’autocritique qui deviennent bientôt des prétextes à la violence paranoïaque des leaders du groupe. Pour signifier cette évolution, Yamamoto dessine les incohérences de ceux-ci et le caractère de plus en plus abscons de leurs discours, comme dans cette case du volume 7 dans laquelle le personnage de Kita (basé sur Mori Tsuneo) prend la parole sur plusieurs dizaines de lignes de texte qui revient sur l’état de la lutte révolutionnaire depuis deux ans.

Yamamoto Naoki, Red (Reddo), tome 7, Tôkyô, Kôdansha, 2013, p. 107.

43On peut donc observer que ce renouveau des approches historiques sur la fin des mouvements Zenkyôtô est autant le fait d’intellectuels que d’artistes et que les discours qui en découlent mettent en avant les aspects psychologiques et le caractère désespéré des actions violentes des « derniers » révolutionnaires de la période.

Conclusion

  • 44 Auteur de mangas né en 1947, il dessine notamment une série centrée sur la success story d’un emplo (...)
  • 45 Coll., Sôkatsu seyo ! saraba kakumeiteki sedai 40nenmae, kyanpasu de nani ga atta ka (« Fais ton au (...)

44Le manga, comme le cinéma ou les différents essais historiques qui paraissent dans les années 2000, participe ainsi, peu ou prou, à ce nouveau regard porté sur les mouvements Zenkyôtô qui a tendance à les envisager comme le début d’un cycle de violences trouvant leur aboutissement dans l’épisode autodestructeur du chalet Asama. Cette position de défiance face aux mouvements tend à confirmer le discrédit général qui les touche et à délégitimer leur ambition révolutionnaire. En se focalisant sur des histoires individuelles, sur les problèmes psychologiques des acteurs de l’histoire, on relativise aussi sans doute leurs préoccupations idéologiques qui semblent secondaires, rejoignant ainsi des positions conservatrices, comme celle de Hirokane Kenshi44, mangaka classé à droite, qui estime que les mouvements Zenkyôtô ont été une mode comme une autre, largement relayée par les médias, mais en aucun cas l’expression sérieuse d’un besoin de révolution45.

45Les deux mangas que nous avons présentés s’inscrivent donc dans ce regard critique sur le passé, mais, à la différence d’autres médias, le font en utilisant des procédés qui leur sont propres. Comme nous l’avons vu, le jeu entre fiction et réalité est ici sublimé par les liens entretenus entre images photographiques et dessins. La séquentialité du médium et son rapport particulier au temps transforment également le récit historique en courts chapitres, qui forment des unités narratives propices à l’expression du suspens. Les mangas sont prépubliés sous cette forme particulière de 20 ou 30 pages, censée susciter l’excitation et l’attente du lecteur. À la fin de chaque chapitre de Red, on trouve un compte à rebours mortuaire des personnages ; dans Unlucky Youngmen, ce sont des poèmes d’Ishikawa Takuboku, connu comme le « poète de la tristesse », soulignant encore le désespoir des personnages et annonçant leur destin tragique.

  • 46 Patricia G. Steinhoff, op. cit.

46Peut-on affirmer, comme Patricia G. Steinhoff46, que les représentations médiatiques des mouvements sociaux de la période ont contribué à les disqualifier et à discréditer tout mouvement contestataire ? Comme nous avons pu le voir, le regain d’intérêt pour la question s’est accompagné d’une mise à distance des événements, qu’on retrouve également dans Red et Unlucky Youngmen. Le fait de lier intrinsèquement mouvement étudiant et terrorisme rouge dans ces fictions discrédite en grande partie les motivations premières des manifestants de la fin des années 1960. Cependant, est-il possible de raconter cette histoire en faisant l’impasse sur la violence ? Ces deux mangas imaginent, à leur manière, les conditions qui ont amené les acteurs de cette histoire à utiliser les armes, contrairement aux images d’actualité qui se concentraient uniquement sur les actions violentes. Ils essayent ainsi de mettre le lecteur dans la peau d’un membre lambda, engagé dans un mouvement qui le dépasse.

  • 47 Kamiya Kôsetsu, « Naze karera wa kakumei o shinjirareta no ka ? » (« Pourquoi ont-ils cru à la révo (...)

47L’utilisation de la violence par les mouvements Zenkyôtô, puis par l’Armée rouge est sans doute le point qui entrave la possibilité de leur héritage dans le Japon contemporain. Dans un texte publié à la fin du troisième tome de Red, Kamiya Kôsetsu, qui se dit lui-même de gauche, refuse qu’on le mette dans la même case que les Zenkyôtô, l’Armée rouge ou la nouvelle gauche47, voulant éviter à tout prix l’amalgame avec la violence politique, comme si plus personne ne pouvait se réclamer de cette expérience révolutionnaire. S’il est effectivement rare qu’on en revendique clairement l’héritage, on peut néanmoins estimer que leurs valeurs (autogestion, lutte contre le capitalisme, refus de l’individualisme) survivent dans de nombreux domaines, à commencer par le monde du manga, qui a rassemblé de nombreux « soixante-huitards », mais aussi dans certaines universités (Kyôto, Hôsei, etc.) où de petits groupes d’activistes ont gardé des formes d’organisation et des discours analogues à ceux des Zenkyôto. La « pensée Mai 68 » n’est donc jamais vraiment assumée comme telle au Japon, mais elle perdure, sans dire son nom, en dissimulant son héritage, un peu comme ces mangas qui camouflent l’identité de leurs personnages.

Haut de page

Notes

1  « Traité de coopération mutuelle et de sécurité entre les États-Unis et le Japon » selon son nom officiel.

2 Ôtsuka Eiji, Kanojôtachi” no rengô sekigun – Sabukaruchâ to sengo minshu shugi (« L’Armée rouge unifiée des filles – la subculture et la démocratie d’après-guerre »), Tôkyô, Kadokawa shoten, 2001.

3 Patricia G. Steinhoff fait également ce constat à partir de films et de romans sur le sujet : Patricia G. Steinhoff, « Memories of New Left protest », Contemporary Japan, Vol. 25, Issue 2, 2013, p. 127-165.

4 Comme cela a été fait dans Martin Klimke, Joachim Scharloth (dir.), 1968 in Europe, A History of protest and activism, 1956-1977, Palgrave/Macmillan, 2008.

5 Il semblerait que les relations entre histoire et manga soient source d’intérêt pour un nombre croissant de chercheurs. Voir Roman Rosenbaum, Manga and the Representation of Japanese History, Londres, Routledge, 2012.

6 Le critique littéraire Suga Hideo a d’ailleurs intitulé un de ses ouvrages de cette manière. Cf. Suga Hideo, 1968 nen (« L’année 1968 »), Tôkyô, Chikuma Shinsho, 2006.

7 Kosaka Shûhei, Shisô toshite no Zenkyôtô sedai (« La pensée de la génération Zenkyôtô »), Tôkyô, Chikuma Shinsho, 2006.

8 Jean-Marie Bouissou, Le Japon depuis 1945, Paris, Armand Colin, p. 98-99.

9 Miyazawa Akio, Nippon Sengo Sabukarchâ-shi (« Histoire de la subculture japonaise d’après-guerre »), Tôkyô, NHK Shuppan, 2014.

10 Michaël Prazan, Les Fanatiques, histoire de l’Armée rouge japonaise, Seuil, Paris, 2002, p. 16.

11 William Andrews, Dissenting Japan : A History of Japanese Radicalism and Counterculture from 1945 to Fukushima, Londres, Hurst, 2015.

12 Tamiya Takamaro, « wareware ha ashita no Joe de aru » (« Nous sommes Ashita no Joe »), Bungei Junjû, juin 1970, p. 276-285.

13 Le 23 mars 1970, une cérémonie funéraire en l’honneur de Rikiishi Tôru, l’un des personnages de ce manga, avait eu lieu au siège de la maison d’édition Kôdansha et avait réuni près de 700 personnes dont certains intellectuels en vogue comme le poète cinéaste Terayama Shûji.

14 Tamiya Takamaro (1943-1995) était le plus vieux (27 ans) de la frange « Yodo » de l’Armée rouge japonaise. Après cette fameuse prise d’otages, il décida de rester en Corée du Nord avec ses camarades et ils reçurent un accueil particulier du régime qui tenta alors de les utiliser comme vitrine politique.

15 Meredith Box et Gavan McCormack, « The Red Army (1969-2001) and Aum Supreme Truth (1987-2000) », Japan Focus, https://apjjf.org/-Gavan-McCormack/1570/article.html, juin 2004.

16 Isogai Yoshirô, « Daigakusei ga manga wo yomu toki » (« Quand les étudiants d’université lisent des mangas »), Jidô Shinri, vol. 24, n° 7, juillet 1970, p. 115-120.

17 Yonezawa Yoshihiro, Kodomo no Shôwashi - shônen manga no sekai II – Shôwa 35nen-shôwa 64nen (« L’histoire des enfants de l’ère Shôwa, le monde des mangas II de 1960 à 1989 »), Tôkyô, Heibonsha, 1991, p. 116.

18 William Andrews, op. cit.

19 Cité dans Katô Hidetoshi, « Comics, Rebellion and Ecology », in Media, Culture and Education in Japan, Bulletin of the Nime (special issue), mars 1992. http://katodb.la.coocan.jp/doc/text/2608.html, consulté le 12 juin 2018.

20 Yamagami Tatsuhiko, Les vents de la colère, Paris, Delcourt, 2 tomes, 2006.

21 Julien Bouvard, « Les fantômes des mouvements Zenkyôtô dans la culture otaku », in Japon Pluriel, n° 11, Arles, Éditions Picquier, 2016.

22 Ibid.

23 Shûkan Shinchô, Tôkyô, Shinchôsha, 4 janvier 1979.

24 Industrie formée d’une constellation de petits éditeurs indépendants, qui rappelle d’ailleurs la structure des groupuscules d’extrême gauche de la fin des années 1960.

25 Pour être tout à fait exhaustif, il existe un manga, publié entre 1991 et 1993, Boku no mura no hanashi (« L’histoire de mon village »), qui raconte le mouvement d’opposition à la construction de l’aéroport de Narita à la fin des années 1960. En revanche, les manifestations contre la guerre du Vietnam, contre le traité de sécurité, l’occupation de l’université de Tôkyô, etc. ne sont pas évoquées. Cf. Oze Akira, Boku no mura no hanashi (« L’histoire de mon village »), Tôkyô, Kôdansha, 7 tomes, 1991-1993.

26 Ôtsuka Eiji, Fujiwara Kamui, Unlucky Youngmen, Paris, Ki-oon, 2 tomes, 2015-2016.

27 Ôtsuka Eiji, Monogatari shôhiron (« De la consommation des récits »), Tôkyô, Shinyôsha, 1989.

28 Yamamoto Naoki, Red (Reddo), 13 tomes, Tôkyô, Kôdansha, 2006-2018.

29 Ôtsuka est né en 1958, Fujiwara en 1959.

30 La polémique sur les mangas nocifs (yûgai komikku ronsô) a éclaté à la suite d’un article alarmiste sur le contenu des mangas destinés à la jeunesse, publié dans le journal Asahi du 4 septembre 1990.

31 Yamamoto Naoki, Blue, Tôkyô, Shôgakukan, 1991.

32 Yamamoto Naoki, Red (Reddo), tome 1, Tôkyô, Kôdansha, 2007, p. 208-209.

33 Nom des derniers guerriers fidèles au shogunat à la fin de l’ère Edo.

34 Interview de Yamamoto Naoki par Kimura Jin (mise en ligne en août 2008) <http://shinjukuloft.com/galaxy/archive/e/2008/post_72.php>, consulté le 2 juillet 2018.

35 Leader de la branche internationale de l’Armée rouge japonaise.

36 Shigenobu Fusako, Ringo no ki no shita de anata o umô to kimeta (« J’ai décidé de te mettre au monde sous un pommier »), Tôkyô, Gentôsha, 2001.

37 Trois films sur le sujet sont sortis pendant la décennie : Takahashi Banmei, Hikari no ame (2001) ; Harada masato, Face à son destin (2002) ; Wakamatsu Kôji, United Red Army (2009).

38 Interview de Yamamoto Naoki par Kimura Jin (mise en ligne en août 2008) <http://shinjukuloft.com/galaxy/archive/e/2008/post_72.php>, consulté le 2 juillet 2018.

39 Ôtsuka Eiji, Kanojôtachi” no rengô sekigun – Sabukaruchâ to sengo minshu shugi (« L’Armée rouge unifiée des filles – la subculture et la démocratie d’après-guerre »), Tôkyô, Kadokawa shoten, 2001.

40 Prazan Michaël, op  cit.

41 Ôtsuka Eiji, op. cit., p. 172.

42 Ôsawa Masachi, Sengo no shisô kûkan (« L’espace de la pensée d’après-guerre »), Tôkyô, Chikuma Shinsho, 1998.

43 Le célèbre critique Azuma Hiroki reprend d’ailleurs ce découpage et l’applique aux évolutions de la culture populaire japonaise dont il définit le caractère postmoderne en tant que refus des « grands récits » (idéologies). Cf. Azuma Hiroki, Génération otaku, traduit du japonais par Corinne Quentin, Paris, Hachette Littératures, 2008.

44 Auteur de mangas né en 1947, il dessine notamment une série centrée sur la success story d’un employé de bureau : Kachô Shima Kôsaku depuis 1983.

45 Coll., Sôkatsu seyo ! saraba kakumeiteki sedai 40nenmae, kyanpasu de nani ga atta ka (« Fais ton autocritique ! adieu génération révolutionnaire. Que s’est-il passé il y a 40 ans dans les campus ? »), Tôkyô, Sankei shinbun shuppan, 2009, p. 170.

46 Patricia G. Steinhoff, op. cit.

47 Kamiya Kôsetsu, « Naze karera wa kakumei o shinjirareta no ka ? » (« Pourquoi ont-ils cru à la révolution ? ») dans Yamamoto Naoki, Red (Reddo), tome 3, Tôkyô, Kôdansha, 2009, p. 190.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Tatsumi Yoshihiro, Gekiga Hyôryû (Dans les marges), deuxième partie, Tôkyô, Seirinkôgeisha, 2008, p. 402.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/7927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende La dernière page du manga. Chiba Tetsuya, Takamori Asao, Ashita no Joe, tome 12, Tôkyô, Kôdansha Manga Bunko, 2000, p. 378.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/7927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fin du troisième chapitre accompagné par une case expliquant le nombre de jours avant l’arrestation et la condamnation à la peine capitale du personnage. Yamamoto Naoki, Red (Reddo), tome 1, Tôkyô, Kôdansha, 2012, p. 86.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/7927/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Toyama interrogée sur ses motivations par Nagata. Wakamatsu Kôji, United Red Army, 2009.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/7927/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Yamamoto Naoki, Red (Reddo), tome 7, Tôkyô, Kôdansha, 2013, p. 107.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/7927/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bouvard, « L’héritage impossible du « Mai 68 » japonais : comment le manga dessine-t-il les mouvements sociaux de la fin des années 1960 au Japon ?  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 139 | 2018, 17-39.

Référence électronique

Julien Bouvard, « L’héritage impossible du « Mai 68 » japonais : comment le manga dessine-t-il les mouvements sociaux de la fin des années 1960 au Japon ?  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 139 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/7927

Haut de page

Auteur

Julien Bouvard

Université Lyon 3 - Jean Moulin, département d'Études japonaises

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page