Navigation – Plan du site
DOSSIER

Perpétuer l’esprit de la Résistance

Entretien avec Gilles Perret
Jean-François Wagniart
p. 81-87

Texte intégral

1Gilles Perret est un réalisateur atypique et inclassable. Venu au cinéma par engagement, plus que par sa formation ou par cinéphilie, il a toujours refusé de se laisser enfermer dans une idéologie ou au service d’un parti ou mouvement. On comprend mieux pourquoi la polémique autour de son dernier film, L’Insoumis, l’a profondément touché, car Perret refuse l’étiquette de cinéaste militant qui renvoie selon lui à des productions hermétiques, s’adressant à un petit nombre, un entre-soi certes rassurant, mais politiquement inutile.

2Portant des valeurs de solidarité et de justice sociale largement partagées par des gens venant d’horizons nationaux ou politiques très différents, ou même peu engagés dans des partis traditionnels, son cinéma est avant tout humaniste et universaliste. À l’image de son combat pour l’esprit de résistance porté par le programme du CNR, auquel il est explicitement fait référence dans au moins trois de ses films (Walter, retour en résistance, 2009 ; Les Jours heureux, 2013 ; La Sociale, 2016), c’est un cinéma qui rassemble au moment où tant d’hommes politiques de tous bords ne cessent d’entretenir le clivage, le rejet et même parfois la haine.

3Un cinéma qui assume ses contradictions, profondément anti-individualiste et attaché au devenir des petites gens, mais qui choisit pourtant de faire véhiculer son message par des personnages incarnant des combats, car c’est selon lui par « l’affect » qu’ils suscitent que son propos touche le spectateur.

4Ainsi dans La Sociale, après avoir fait un rappel historique, efficace et passionnant sur la naissance de la Sécurité sociale et son premier héros, Ambroise Croizat (avec le témoignage émouvant de sa fille Liliane Croizat), il suit le combat d’un des derniers poilus de la « sécu », Jolfred Frégonara, cet autre « personnage » qu’il a eu la chance de filmer avant son décès. Ce militant CGT, pétillant de vie, qui a œuvré pour la mise en place de ce système de solidarité, gagne les cœurs grâce à son « supplément d’âme », quand il visite les étudiants de l’École nationale de la Sécurité sociale à Saint-Étienne. À ses côtés, d’autres témoins font le lien entre hier et aujourd’hui, comme Anne Gervais, hépatologue à l’hôpital Bichat, qui pourfend implacablement les vrais responsables du « trou » de notre protection sociale.

5Cette histoire en lutte que nous racontent les films de Perret s’éloigne de ce qu’il appelle avec justesse « la belle histoire », celle qu’on raconte notamment dans les manuels, qui oublie aussi bien les gens que les combats du passé, pour mieux nous faire accepter la fatalité de ce « nouveau » monde dédié au culte des puissants. Ses films parlent des luttes pour l’émancipation, de ce qu’on en fait aujourd’hui, de leur utilité pour le monde de demain et comment on diffuse cette envie de changer le monde – et pas seulement de conserver l’ancien à coups de commémoration – le plus largement. Perret n’oublie pas que le cinéma, en tous les cas celui qu’il prétend faire, est là pour nous rappeler notre devoir impérieux de résistance et d’humanité – une résistance perpétuelle et sans fin, aurait dit son ami John Berger – et cela n’est pas peu.

6Comment expliquez-vous ce souci ou cette volonté d’engagement que l’on retrouve dans la plupart de vos films ?

7Je suis à titre personnel très intéressé par la politique et le monde qui nous entoure. J’ai baigné dedans par mes origines familiales et sociales. Je viens d’un milieu ouvrier du monde rural, loin du monde du cinéma et de la culture. Après, j’ai eu la chance de passer un diplôme d’ingénieur. J’ai toujours essayé de prendre du recul par rapport à l’histoire qu’on me racontait à l’école, grâce à mon parcours, à ce que mes amis et mon milieu familial avaient vécu. Cela explique que j’aie toujours gardé un œil critique par rapport à la belle histoire qu’on essayait de nous enseigner sur le monde. Nous sommes tous le fruit de notre environnement social et on retrouve cela dans mes films. Il n’y a pas de hasard. Je n’étais pas programmé pour faire du cinéma, mais, avec les années, j’ai eu de plus en plus envie de décrypter la réalité qui m’entoure dans le sens de l’histoire sociale et dans le sens de l’intérêt général : montrer que c’est le « tous ensemble » qui a fait progresser les sociétés et jamais l’individualisme, contrairement à tout ce que l’on nous enseignait quand j’étais à l’école d’ingénieur et en général dans la société d’aujourd’hui. Réagir à l’idée que c’est de la réussite de quelques-uns que découlerait la réussite du plus grand nombre. On sait très bien que cela n’est pas comme cela que ça marche.

  • 1 Ce rassemblement est une réponse au discours que Nicolas Sarkozy avait prononcé le 4 mai 2007, entr (...)

8Même si j’ai participé à toutes les manifestations sociales, je n’ai pas adhéré à un parti politique. Je n’ai pas pris de carte, j’ai fait en sorte de ne pas être étiqueté, parce que je crois que les thèmes qui sont portés par mes films vont au-delà d’un engagement précis. Je ne tenais pas à m’enfermer, pas pour des questions commerciales, mais pour trouver un écho plus large que le public militant. C’est ce que l’on a réussi avec l’engagement à la fois politique et associatif dans le rassemblement « Paroles de résistances », chaque année sur le plateau des Glières1, sans banderole, sans drapeau et sans clivage politique : un rassemblement pour tous les citoyens sur des valeurs universelles du CNR (Conseil national de la Résistance). Il y a des moments où l’étiquette peut effrayer les gens et empêcher de découvrir des valeurs qu’ils partagent au fond d’eux-mêmes.

  • 2 Voir la critique de Jacques Mandelbaum dans Le Monde du 21 févier 2018 : « L’Insoumis, portrait d’u (...)
  • 3 Des pressions et des refus de programmation, voire des déprogrammations, notamment à Marseille où J (...)

9Ce n’est pas toujours évident. Mon dernier film, L’Insoumis (2018), est un contre-exemple par rapport à Walter, retour en résistance (2009). Je n’ai absolument pas réussi à me sortir du fossé dans lequel on a essayé de me ranger en affirmant que c’était un film de propagande, alors que, de mon point de vue, il est moins politique que les films précédents. À partir du moment où l’on parlait de Jean-Luc Mélenchon, c’était de la propagande et on s’est retrouvé dans un bourbier entretenu par le monde de la culture, les journalistes et pas mal de gens qui nous ont enfermés dans une démarche qui n’était pas le propos du film2. Vous n’avez vu que la partie médiatisée3. En réalité c’était beaucoup plus rock and roll que ce que l’on a pu dire.

10Votre regard a-t-il changé depuis vos premiers films ?

11Il y a une évolution dans le sens où plus les années avancent, plus j’essaie de marteler que ce n’est pas dans la joie et la bonne humeur que la société a progressé, mais dans les rapports de force. Il faut continuer à marteler ces idées-là en s’appuyant toujours sur l’histoire. Évidemment, le camp des « forces de l’argent », le camp libéral, a tout intérêt à véhiculer le discours contraire, celui du consensus. Il faut faire croire à la belle histoire. Moi, mon boulot, c’est de déconstruire cette belle histoire. La réalité pousse plus dans le besoin de radicalité que dans l’autre sens.

12Quelles sont les influences qui vous ont poussé vers ce type de cinéma ?

  • 4 John Berger (1926-2017), à la fois artiste engagé, essayiste, romancier, poète, peintre, critique d (...)

13Je pense que c’est plus mon entourage proche. Mon voisin le plus proche, c’était John Berger4. J’ai passé avec lui beaucoup de temps, son fils est mon meilleur copain. J’ai vu défiler chez lui pas mal d’intellectuels, lui en étant un, engagé pour la cause des plus faibles. Ce genre de rencontre influence une vie. Il avait un rapport à la culture très simple et pas dominant. Il ne se plaçait pas au-dessus des autres, comme beaucoup d’intellectuels, en estimant que seuls eux ont un droit d’analyse. Je me suis toujours maintenu aussi éloigné que possible de ce milieu-là, qui ne met pas souvent les mains dans le cambouis.

14En termes d’influence, ce sont des auteurs comme Mordillat ou Ken Loach qui m’ont le plus marqué. Ce sont plus des influences dans la simplicité, le rapport sincère au monde ouvrier, aux gens de peu.

15Quelle est votre relation à l’histoire et particulièrement au programme du CNR ? Représente-t-il toujours pour vous un outil de résistance et comment vos films servent-ils à transmettre ses idéaux ?

16C’est un fil conducteur dans mes films, c’est un fil conducteur sur l’histoire sociale en général. Nous bénéficions tous encore aujourd’hui du programme du CNR. Il est issu de 1936 et, avant cela même, de la Révolution. C’est un condensé de notre histoire, un repère pour essayer de limiter les attaques de la finance contre notre système social.

17Je suis un peu monomaniaque sur le CNR, à la fois parce que j’ai beaucoup travaillé sur le sujet et parce que je ne suis pas historien. Je préfère ne pas trop me disperser. Pour moi, la découverte du programme du CNR a été une révélation grâce à Walter, grâce aux anciens résistants. C’est tellement fort et tellement injuste que l’on ne connaisse pas cette histoire-là, mais on sait pourquoi elle n’a pas été racontée.

18Pensez-vous que vos films ont un impact sur les combats d’aujourd’hui et comment ?

19Si c’était faire des films pour faire des films et que cela ne servait pas la société, franchement je ferais autre chose. Je veux bien être classifié cinéaste, mais je m’en fous. J’essaie de faire du cinéma et de le faire le mieux possible, mais je ne me verrais pas faire des films qui ne peuvent pas servir à réfléchir sur la politique et la société d’aujourd’hui. Cela ne veut pas dire donner des leçons. Je ne suis pas né en rêvant de faire du cinéma, c’est un moyen d’intervenir. Il ne faut pas surestimer l’impact, mais il faut essayer.

20On se connaît bien avec François Ruffin, depuis une quinzaine d’années. Même si cela n’en a pas l’air, on a un peu le même caractère. On a quelque chose en commun, d’essayer de faire des choses pour faire bouger la société. On essaie.

  • 5 La rédaction de l’ouvrage a été proposée à Stéphane Hessel par la maison d’édition engagée Indigène (...)

21Si on peut être fier, c’est clair que le film Walter, retour en résistance a eu un certain impact. Il génère le rassemblement « paroles de résistance ». J’appelle Hessel un matin pour le faire venir alors que personne ne connaissait son discours qui apparaît dans le film. L’éditrice de la maison Indigène découvre ce film et elle a envie de faire un petit bouquin (Indignez-vous !5). Il y a trois millions de gens qui le lisent. Avec ce travail et le rassemblement des Glières, le programme du CNR est plus connu et cela permet une influence au niveau politique. Un coup de téléphone, le choix d’intégrer ce discours dans un film, cela peut avoir des conséquences dans la prise de conscience collective. Il faut toujours essayer.

22Je vais continuer à travailler dans la même voie, sur les questions sociales. J’ai le projet d’un film de fiction qui se passe dans le monde ouvrier, sur les rapports, la confrontation de ce monde avec la finance, en lien avec mon premier film Ma mondialisation (2006). J’aimerais bien faire un troisième volet sur le programme du CNR, sur la question de l’énergie, sur qui maîtrise quoi dans l’énergie, en lien avec toute l’histoire d’EDF. C’est bien, mais il faut trouver les bons personnages pour raconter cela et, pour l’instant, je ne suis qu’au début de ma réflexion. L’enjeu de mes films, comme La Sociale (2016) ou L’Insoumis (2018), c’est de trouver des personnages qui sont capables de mettre de l’affect. C’est mon but de toucher des gens qui ne seraient pas naturellement concernés par les questions sociales et politiques et de les ramener à la politique par les affects, par une véritable approche cinématographique. Il faut faire des films, mais faire des films pas chiants, pas trop militants et qui ne prétendent pas prendre les gens par la main pour leur dire ce qu’il faut penser.

Haut de page

Notes

1 Ce rassemblement est une réponse au discours que Nicolas Sarkozy avait prononcé le 4 mai 2007, entre les deux tours de l’élection présidentielle, sur le plateau des Glières. À cette occasion il déclare que s’il est élu, il se rendra tous les ans sur le plateau des Glières pour rendre hommage à la Résistance. Cette venue et l’idée de voir récupérer par cette commémoration la Résistance, et au-delà, le programme du CNR, ont provoqué l’indignation de l’ancien déporté Walter Bassan et de ses amis, indignation partagée par un certain nombre d’autres résistants qui organisèrent une contre-commémoration annuelle aux Glières. Les amis de Walter Bassan se sont constitués en 2008 en une association, Citoyens résistants d’hier et d’aujourd’hui (CRHA), dont Stéphane Hessel était l’un des parrains, avec Raymond Aubrac et John Berger. Voir notamment le site <http://www.citoyens-resistants.fr/>.

2 Voir la critique de Jacques Mandelbaum dans Le Monde du 21 févier 2018 : « L’Insoumis, portrait d’un Mélenchon sans défauts » ou celle de Nicolas Schaller dans L’Obs, qui taxe le film de Perret de « documentaire hagiographique ».

3 Des pressions et des refus de programmation, voire des déprogrammations, notamment à Marseille où Jean Mizrahi, propriétaire du cinéma d’art et essai Les Variétés, justifie cette décision en dénonçant le film comme un panégyrique au service de Mélenchon. Plus sévère encore pour Perret, il considère qu’« il s’agit d’un exercice purement idéologique, sans aucune volonté artistique, ou du moins sans résultat artistique. Le cinéma politique a toute sa place aux Variétés, pour autant qu’il s’agisse de cinéma ». Voir Nicolas Massol « Polémique gauche avant la sortie du docu L’Insoumis », Libération, 20 février 2018.

4 John Berger (1926-2017), à la fois artiste engagé, essayiste, romancier, poète, peintre, critique d’art et scénariste, notamment sur plusieurs films d’Alain Tanner dont La Salamandre. Son amie Susan Sontag résume bien le personnage : « Aucun écrivain n’a su allier une telle attention au monde sensuel et une telle écoute aux impératifs de la conscience ». Lié intimement à Perret et ami de Walter Bassam, il a logiquement participé au film sur ce dernier. Pour Berger, « peut-être la résistance est une chose perpétuelle, sans fin », et il rajoute dans Walter que la lutte pour plus de justice « n’est pas utopique » et que c’est bien cette assimilation convenue et fausse du libéralisme à la liberté qui apparaît comme une utopie diabolique ».

5 La rédaction de l’ouvrage a été proposée à Stéphane Hessel par la maison d’édition engagée Indigène suite à son discours de 2009, prononcé sur le plateau des Glières, qui dénonçait la trahison des principes du Conseil national de la Résistance. Sorti en octobre 2010, cet opuscule de 32 pages a rencontré un succès inespéré et a été traduit en 34 langues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Wagniart, « Perpétuer l’esprit de la Résistance », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 139 | 2018, 81-87.

Référence électronique

Jean-François Wagniart, « Perpétuer l’esprit de la Résistance », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 139 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/8190

Haut de page

Auteur

Jean-François Wagniart

Cahiers d’histoire-Revue d’histoire critique (Introduction et entretiens)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page