Navigation – Plan du site
DOSSIER

Non, l’idéal de la Commune n’est pas mort

Entretiens avec Éloi Valat et Raphaël Meyssan
Jean-François Wagniart
p. 89-104

Texte intégral

  • 1 Louises, les femmes de la Commune, Bleu autour, à paraître en octobre 2018.

1Quand Éloi Valat et Raphaël Meyssan s’attaquent à la Commune, ils le font à travers des styles picturaux et des choix graphiques bien différents. Et pourtant, dans les deux cas, on retrouve des similitudes : d’abord le même « goût de l’histoire », des sources de l’époque et des travaux des historiens, puis la même réaction face aux manipulations de l’histoire et aux pièges de l’oubli. Évidemment, les parcours ne sont pas les mêmes. Éloi le rappelle bien : son double engagement de départ, maoïste et libertaire, le plonge dès les années 1970 dans cette histoire des perdants, trop souvent dénaturée et récupérée et toujours à (re)faire, comme le montrent sa trilogie et sa suite à venir1.

  • 2 Voir Michelle Riot-Sarcey, notamment Le Réel de l’utopie. Essai sur le politique au XIXe siècle, Pa (...)

2« C’est une histoire que nous avons écrite », affirme Raphaël. Elle se partage au quotidien, comme le fait Éloi dans Le Journal de la Commune et La Semaine sanglante ou en utilisant des gravures de la presse de l’époque (Les Damnés de la Commune) ou encore par la chanson populaire et engagée qui traverse les siècles. La Commune devient alors le point de rencontre de tous les mouvements révolutionnaires, de tous ceux qui veulent changer le « vieux monde » libéral et autoritaire, comme elle le fut à l’époque, et c’est pour cette principale raison que personne, et surtout aucun parti, n’en aura jamais la propriété. Elle continue ainsi à déranger et à interroger le comment « être fraternel ensemble » par son principe d’unité du peuple, chère à Vallès. Elle nous parle encore aujourd’hui d’utopie ou plus précisément, avec ses soixante-douze jours d’existence, d’un « réel de l’utopie2 », difficile à enfermer dans une continuité historique et pour cela souvent rejeté en dehors de l’histoire républicaine comme synonyme de chaos et de pouvoir « anarchique » de la « canaille », face à un pouvoir bourgeois déclaré immuable.

  • 3 En référence aux nombreuses chansons révolutionnaires qu’elle a suscitées, d’Eugène Pottier : « Ell (...)

3Et c’est sans doute pour cela, que définitivement « la Commune n’est pas morte » et que par ces images, elle demeure source d’inspiration, libre et toujours en lutte3.

Entretien avec Éloi Valat4

  • 4 Le Journal de la Commune, préface de Jean-Marie Borzeix, 2008, L’Enterrement de Jules Vallès, préfa (...)

« Je regarde le ciel bleu du côté de Paris. Il est d’un bleu cru, avec des nuées rouges. On dirait une grande blouse inondée de sang. » Jules Vallès, L’Insurgé.

4Que représente la Commune de Paris dans ton histoire personnelle ? Comment t’es-tu intéressé à ce sujet ?

5Mon intérêt pour la Commune s’est enrichi – épaissi –, à la façon d’une stratigraphie archéologique, au fil du temps et au gré de circonstances mémorielles, des rencontres que je ferai avec les « communeuses et communeux » par l’intermédiaire de leurs témoignages, de la photographie, du cinéma. Je ferai remonter la couche la plus ancienne au centième anniversaire de la Commune, son surgissement éditorial (trois ans après Mai 68 et sa « Commune » étudiante) se greffant à mon engagement d’alors.

6En 1971, j’étais un « militant » double casquette, le jour militant du PCMLF (Parti communiste marxiste-léniniste de France), la nuit très proche d’amis libertaires, le jour alphabétiseur – mérite rendu à cette organisation alors, à Montpellier – mais déjà indisposé par le verbiage et l’agit-prop creux de ce groupe. Cette organisation commémora le centenaire comme cela se devait selon l’analyse marxiste-léniniste de la première révolution ouvrière, vaincue par son défaut d’organisation de type bolchévique et l’absence d’une direction homogène avant-gardiste, comme guide de la pensée et de l’action révolutionnaires. Une Commune également scoriacée par le proudhonisme et ses éléments « petits bourgeois ». L’éloignement définitif se fit lorsqu’un camarade (à un rang élevé, semble-t-il, de l’organisation) m’expliqua qu’en cas d’établissement de la dictature du prolétariat, il n’hésiterait pas à m’arrêter, voire pire, si la cause le nécessitait.

7Ouf, je recouvrais, en devenant un élément incertain, un peu de liberté et cela m’ouvrait à la quête antithétique d’une Commune anti-autoritaire, libertaire.

8Il en restait l’héroïcité du soulèvement armé du peuple, propre à la construction d’une épopée, c’est le substrat du récit épique dont je rendrai compte dans mes images. Cela se nuancera par les lectures postérieures et se distanciera par les engouements graphiques pour les œuvres de Dix, Grosz (contemporanéité avec l’œuvre de Brecht) et tant d’autres. Cependant, à l’instant du dessin, la plume « ne ment pas », et les résonances avec ces deux-là ne cesseront d’affleurer dans mes images.

9La seconde couche est d’occupation vallésienne. La lecture et relecture de L’Insurgé, alors que je piétonnisais des hauteurs de Belleville au faubourg du Temple, ont percuté l’impérieux désir d’emmêler mon trait à cette histoire. Il faut se souvenir que Villemessant, directeur du Figaro, qualifiait la plume de Vallès-Vingtras (L’Insurgé) de « sacré coup de pinceau ». Vallès est l’expression de la défiance indispensable envers toute forme d’autorité, d’où qu’elle vienne. Durant la Commune, il fait partie de la minorité qui votera contre un Comité de salut public, il se révèle être un pourfendeur de chapelles, il ira au bout de son engagement en faisant le coup de feu sur la barricade de Belleville.

10De la fédération communaliste à la république universelle, comment faire ?

  • 5 « Le 18 mars te l’a sauvé belle, gamin ! […] Fils des désespérés, tu seras un homme libre ! ». Noto (...)

11Son récit de l’insurrection du 18 mars 1871 est frappé d’enthousiasme5, le ton est celui de la blague qui pulvérise le jargon politique, la tragédie s’écrit en rouge sang, il écrit « avec un pinceau », ses portraits de « communeux », notamment, ne peuvent qu’impressionner le dessinateur, toujours en gésine d’un désir d’écriture (là s’ouvre une autre réflexion…).

12Le chemin vers la révolution est fait d’errements, il n’est pas inscrit dans le marbre de la science, bornons-le des valeurs humanistes essentielles et advienne que pourra ! J’ajoute que l’homme a ma sympathie pour son humour, son goût de la bonne chère, à partager avec Courbet – Ah, tomber les bretelles quand on passe à table ! – contre tous les pisse-froid, homme libre, si tant est que cela se peut, pouvant aimer le monarchiste catholique Barbey d’Aurevilly, et briser – injustement – le bon Léon Cladel, homme de beaucoup de foi.

13Il incarne aussi l’autre XIXe, celui des révoltés, opposé à celui des écrivains cyniques antibourgeois du salon littéraire (voir le Journal des Goncourt, Versailles versus la Commune). Comment mieux représenter cela, la Commune, cette révolution fulgurante, aux éclats rouges, dont l’apothéose est une sanglante tragédie ?

  • 6 « Bien timbrés », selon la désagréable remarque de Lissagaray dans son Histoire de la Commune (rééd (...)

14Les couches suivantes voient l’établissement de types révolutionnaires aux caractères bien trempés : Louise Michel, Arthur Arnould, Lefrançais… Ce sont des personnages doués d’une qualité morale s’éprouvant notamment dans leur engagement jusqu’à l’ultime. Pour d’autres, je pourrais écrire « bien fondus », comme de beaux caractères d’imprimerie, en opposition à l’étiquette de doux dingues dans laquelle la postérité a tenté de les noyer (Allix, Babick)6. À ceux-là ira toute ma sympathie, d’autant qu’ils n’entraient pas dans le cadre du portrait de famille officiel. Dans ce terreau, il ne restait plus qu’à tremper quelques plumes…

15Quels choix artistiques as-tu effectués pour traiter ce sujet ? Quelles références artistiques, littéraires ou historiques t’ont influencé ?

16Mon histoire de la Commune est intuitive et mon trait le deviendrait aussi, qui par une expression spontanée chercherait à s’affranchir des canons de l’illustration (prédominance d’une tendance au réalisme, influence de la bande dessinée traditionnelle : découpage de la narration en cadres, onomatopées [Bang et Boum, coup de fusil et coup de canon…], etc.) et pour cela il me faut  puiser aux sources de mes appétences graphiques, celles qui eurent le mérite de bousculer certaines évidences picturales, notamment Grosz, dont je copierai parfois le dessin pour répondre à la lancinante question d’une approche distanciée de la représentation, quasiment en vain puisque mon dessin surreprésente la part émotive de mon parti pris « communeux ».

17La charpente de ces livres est un Meccano monté, démonté et remonté, à partir d’un fil scénaristique qui va orienter le choix des textes, et de celui-ci découleront les dessins. Le livre se construit page à page au fur et à mesure de la réalisation des dessins : une image achevée, je maquette la page (textes et dessins), en fait par doubles pages, j’essaie d’introduire des séquences cinématographiques et j’ignore précisément quelle sera la dernière page.

18La structure des livres de ma Commune emprunte à l’essai. Une préface d’une personnalité autorisée pour l’histoire, puis le corps du livre et des annexes ou repères biographiques en fin. La dernière page de L’Enterrement de Jules Vallès est la copie d’une brève relevée dans le numéro du Cri du peuple qui relate les funérailles de l’écrivain, une affaire sportive de course à pied qui a pour moi valeur de clin d’œil à l’humour de Vallès.

19Dans les annexes à La Semaine sanglante, je donne une copie d’un registre des morts dans le 12e arrondissement de Paris en l’imitant à l’identique, tel que je l’ai vu aux archives de la police. Cela me permet de jouer avec les sources et de me mettre à distance de la fidélisation du récit.

20Ma Commune voudrait, également, emprunter à l’art cinématographique du temps du muet, fortement expressionniste. J’y trouve là une transposition enthousiasmante du récit épique (La Nouvelle Babylone de Kozintsev et Trauberg, 1929).

  • 7 Georg Trakl, poète expressionniste austro-hongrois, mort d’une overdose de cocaïne (suicide ?) en 1 (...)
  • 8 En 1985, j’ai édité un coffret de textes et dessins intitulé Café nocturne (édité par Harpo), comme (...)

21Mes influences graphiques sont très expressionnistes, peinture, dessin, cinéma. Mais avant cela, l’expressionnisme a été pour moi une question de mots et de poésie, je pense autant à Yvan Goll qu’à Georg Trakl7 ou Gottfried Benn8 (là s’ouvre une autre réflexion), l’expression d’une révolte intérieure contre l’inaboutissement d’un absolu souverain et la décomposition intérieure qui s’ensuit, jusqu’à la mort tragique… et de là, d’une grande enjambée, je dessine le destin de la Commune.

22Il y a une issue à cette névrose, c’est l’art abdiquant pour survivre, je pense au magistral Alexandre Nevski d’Eisenstein (1938), grand fournisseur d’images indépassables. Je rattache ce film à mes sources d’inspiration par la distribution des rôles, la physionomie des personnages, en caricatures exemplaires des bons et des méchants, les traits sont appuyés au bon endroit, l’acteur Lev Fenin en archevêque lâche est un modèle de représentation du méchant, que l’on peut superposer en calque aux dessins de Grosz.

23Les nombreuses photographies sont évidemment sources d’inspiration et catalysent le trait dans le dessin emblématique de la Commune : le héros fédéré, dans son uniforme plus ou moins débraillé sur mes images, très chargé en épaulettes et galons, le peuple en révolution, rangé dans ses bataillons, fleur au fusil ou crosse en l’air, ne va pas sans subtilités dialectiques…

24Je vais donc rassembler mes images et des textes choisis en un livre fini : c’est-à-dire contraintes de fabrication, d’édition, obligation d’en finir par force centripète, insatisfaction de l’inachèvement de l’œuvre.

25Un scénario est censé charpenter chacun des livres :

26- en éphéméride pour Le Journal de la Commune ;

27- prologue, au cœur, épilogue, annexes pour L’Enterrement de Jules Vallès ;

28- au jour le jour, en suivant le rapport de Mac-Mahon pour La Semaine sanglante, annexes ;

  • 9 Annexes comme pastiche du livre d’histoire : je ne suis pas historien, mais j’en ai le goût.

29- flashback, portraits, chronologie pour Les Femmes de la Commune, annexes9.

30Pour toi, quelle est l’actualité de cette période ? En quoi est-elle pertinente pour penser le présent et le futur ?

31Aujourd’hui, je garde une fidélité de cœur à la Commune, je ne trie pas, ni avers ni revers, ni pétroleuses ni saints apôtres, pas de légende noire, mais un vadémécum contre le carcan aliénant de tous les mensonges, des atmosphères nauséeuses, avec la refroidissante certitude qu’être minoritaire, c’est être dans le camp des vaincus.

32Maintenant, quand je manifeste, je me place dans le « cortège de tête », il y a là, selon, quelques milliers de personnes de tous âges, aucune n’est dupe de la fonction de ce cortège à l’intérieur duquel s’infiltrent et s’exfiltrent les groupes « black blocks », cela n’est pas sans évoquer l’organisation de la subversion par la manifestation telle que la pratiquaient les blanquistes, notamment racontée par Vallès (L’Insurgé) : « Ceux qui ont un pistolet devant, les taffeurs (poltrons) au milieu, ceux qui ont une aiguille, un eustache derrière » (de mémoire), dans ces affrontements, nous voilà aussi au plus près du mythe de la Commune, de ses barricades et de savoir de quel côté se tenir.

33Que reste-il donc de l’actualité de la Commune ? D’un héritage passé à la moulinette de ce qui fut un long temps l’histoire officielle de la Commune et de son enseignement scientifique sur la nécessité d’un parti de la classe ouvrière organisé en machine à conquête du pouvoir ? Rien. De l’utilisation récente comme slogan rassembleur de « Place au peuple, place à la Commune », une grimace sur un masque de grotesque ? Il reste l’idée de toujours privilégier l’option libertaire contre les tentations autoritaires, fussent-elles dictées par les circonstances. Il reste, hélas, que l’idéal, telle une vague, viendra mourir sur les plages des débats stériles et mal embouchés.

34Que la révolution est dissoluble par ses contradictions, et heureusement, vaille que vaille, l’histoire nous laisse des amis, à chacun de les reconnaître.

Le cuirassier versaillais : tous les dessins sont réalisés à la plume, sans esquisse préparatoire. Ils vont conserver un aspect brut, bien que nettoyés pour ensuite être coloriés numériquement, ils peuvent prendre place dans une composition plus grande, comme celui-ci dans une double page sur l’avancée des versaillais devant les fortifications de Paris. Le dessin semble gourmé par la nécessité du récit, l’image presque enfantine.

Les cuirassiers dans Sébastien Roch. L’expression est plus libérée, bien qu’enchâssée dans l’œuvre d’Octave Mirbeau, le dessin est moins tenu. Les dessins sont imprimés en noir. Le dessin est du premier jet, la plume est écrasée, j’utilise un calame pour les crinières. La main est impatiente et nerveuse pour traduire la détestation de la chose militaire. Je préfère ce dessin au précédent.

Morts de la Commune

Entretien avec Raphaël Meyssan10

  • 10 Raphaël Meyssan, Les Damnés de la Commune, tome 1 : À la recherche de Lavalette, éditions Delcourt, (...)

35

36Que représente la Commune de Paris dans ton histoire personnelle ? Comment t’es-tu intéressé à ce sujet ?

37Je n’ai pas entendu parler de la Commune à l’école. Je l’ai découverte plus tard, vers 20-22 ans. J’étais étudiant à Paris et elle est devenue concrète pour moi. Me promener dans la ville est devenu marcher dans l’histoire. Avec la Commune, ma ville a pris une autre dimension : celle du temps, d’un temps qui ne commence pas avec moi. À travers elle, j’ai commencé à prendre conscience que mon histoire va bien au-delà de moi.

38Il y a aussi une singularité de la Commune qui m’a touché. L’histoire qui nous est habituellement transmise – à l’école, dans les documentaires télé, les commémorations – est une histoire sur laquelle nous n’avons pas de prise. C’est soit l’histoire de ceux qui nous dirigent – rois, généraux ou présidents –, soit une histoire qui nous écrase – guerres mondiales, goulag ou génocide des juifs... Dans un cas comme dans l’autre, nous ne sommes pas acteurs. La Commune de Paris est radicalement différente. C’est une histoire que nous avons écrite.

39Quels sont les choix artistiques que tu as effectués pour traiter ce sujet ? Quelles références artistiques, littéraires ou historiques t’ont-elles influencé ?

40J’ai fait deux choix radicaux qui ont tous deux le même objectif : la fidélité historique.

41D’une part, j’ai choisi de faire une bande dessinée en utilisant exclusivement des dessins de l’époque de la Commune : des gravures, parues dans les livres et les journaux. Je ne les ai ni modifiés ni complétés par des dessins contemporains. D’autre part, j’ai choisi de raconter l’histoire de personnes réelles, en respectant fidèlement ce qu’elles ont vécu, sans jamais inventer ni romancer. Ainsi, je raconte l’histoire avec leurs mots et leurs images.

42Ces choix auraient pu aboutir à un documentaire. J’ai voulu, au contraire, une écriture romanesque : romanesque sans romancer. À mon modeste niveau, j’ai voulu inscrire ce livre dans la veine des Misérables de Victor Hugo. J’évoque dans mon récit ce grand roman social et historique, publié peu avant la Commune. Les Misérables, comme beaucoup de romans, étaient illustrés de très nombreuses gravures. À l’époque, beaucoup de romans étaient également des romans-feuilletons. On est très loin de l’image actuelle du roman classique. À mes yeux, la continuité de ces romans, ce sont les séries télé. C’est aussi le roman graphique. Avec Les Damnés de la Commune, j’ai essayé de faire le lien entre le roman de la fin du XIXe siècle et les formes romanesques du début du XXIe siècle.

43Pour toi, quelle est l’actualité de cette période ? En quoi est-elle pertinente pour penser le présent et le futur ?

44La Commune est une période volontairement délaissée par les manuels scolaires. Dans l’oubli de la Commune, une histoire tronquée de la République a été construite. Pour le président Macron, « Versailles, c’est là où la République s’était retranchée quand elle était menacée ». C’est totalement faux ! Ce sont les communards qui défendaient la République face à une Assemblée nationale majoritairement monarchiste, qui avait choisi de siéger non pas à Paris, la républicaine, mais à Versailles, la ville des rois. Paris défendait la République face aux monarchistes de Versailles. Finalement, ce sont les républicains de l’ordre, minoritaires à Versailles, qui se sont imposés avec la répression de la Commune de Paris. La Commune était la promesse d’une république sociale. Versailles a mis en place une république de l’ordre social.

45Il est important de comprendre cette période, car elle représente le moment du choix. C’est le dernier soubresaut de la monarchie et le choix entre deux républiques possibles : une république sociale ou une république de l’ordre social. Le régime dans lequel nous vivons depuis a été mis en place sur la Commune. Pas sur les idéaux de la Commune : sur son écrasement. Sur le massacre de vingt mille citoyens et la répression de dizaines de milliers d’autres.

46Nos gouvernants entretiennent la confusion. Ils écrivent une histoire qui n’est pas la nôtre. Pour sortir de cette confusion, nous avons besoin de remonter aux sources de ce régime, de prendre conscience du choix qui était possible, du choix qui a été fait, et du sang qui l’a scellé. Ce n’est pas le sang de ceux qui nous gouvernent. C’est le sang des gouvernés.

47Le président Hollande avait choisi de rendre hommage à Jules Ferry. C’est cet homme qui avait fait tirer sur la foule le 22 janvier 1871 depuis les fenêtres de l’Hôtel de Ville et qui en avait été délogé par les révolutionnaires le 18 mars 1871. C’est ce même homme qui était rentré à Paris dans les bagages de l’armée lors du massacre de la Semaine sanglante. Le président Macron va plus loin encore, en se revendiquant de cette république versaillaise11. L’un et l’autre ne représentent pas la droite dure. Ils incarnent seulement « notre » République : la république de l’ordre social. La république versaillaise en marche.

Haut de page

Notes

1 Louises, les femmes de la Commune, Bleu autour, à paraître en octobre 2018.

2 Voir Michelle Riot-Sarcey, notamment Le Réel de l’utopie. Essai sur le politique au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1998 et Le Procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXe siècle en France, Paris, La Découverte, 2016, chap. 13 : « La Commune de Paris et la résurgence de l’esprit de liberté », p. 246-269.

3 En référence aux nombreuses chansons révolutionnaires qu’elle a suscitées, d’Eugène Pottier : « Elle n’est pas morte » (1886) à Serge Utgé-Royo : « La Commune est en lutte » (1999).

4 Le Journal de la Commune, préface de Jean-Marie Borzeix, 2008, L’Enterrement de Jules Vallès, préface de Silvia Disegni, 2011, et La Semaine sanglante, préface de Marie-Hélène Roques, 2013. On lui doit également les dessins illustrant le roman d’Octave Mirbeau, Sébastien Roch, 2017. Tous ces livres ont été publiés par l’éditeur Bleu autour.

5 « Le 18 mars te l’a sauvé belle, gamin ! […] Fils des désespérés, tu seras un homme libre ! ». Notons que dans L’Insurgé, il procède par collages de textes écrits antérieurement, ici un éditorial du Cri du peuple, écrit à chaud, qui a pour effet de renforcer l’originalité du style vallésien (également journaliste, dans ma trilogie « communeuse », j’aurai recours à ce procédé en alternant le copier-coller de textes chauds et de relations postérieures à la Commune).

6 « Bien timbrés », selon la désagréable remarque de Lissagaray dans son Histoire de la Commune (rééd. La Découverte, 2004, première publication en 1876). Jules Allix est un républicain socialiste fouriériste, ami de Victor Hugo, plusieurs fois interné en asile. Maire du 8e arrondissement sous la Commune, il est connu pour avoir créé un comité des femmes fréquenté par Élisabeth Dmitrieff et Juliette Drouet. Révolutionnaire convaincu, dénoncé pour son excentricité ou son caractère illuminé, gênant, il resta fidèle toute sa vie à ses engagements révolutionnaires et féministes. Jules Babick, polonais, était membre de la minorité du comité central de la Commune. Mystique, il entretint une correspondance avec Allix. Voir Bernard Noël, Dictionnaire de la Commune, Mémoire du livre, 2000, et <http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article421> (ndlr).

7 Georg Trakl, poète expressionniste austro-hongrois, mort d’une overdose de cocaïne (suicide ?) en 1914 à l’âge de 27 ans.

8 En 1985, j’ai édité un coffret de textes et dessins intitulé Café nocturne (édité par Harpo), comme le poème de Gottfried Benn. Les textes originaux étaient de François Bon, Didier Daeninckx, Hervé Prudon, Marie-Dominique Arrighi, Colas Valat, Jean-François Vilar, Claude Duneton, Pierre Marcelle. Ma contribution s’intitulait Kasino, elle était inspirée de l’assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht.

9 Annexes comme pastiche du livre d’histoire : je ne suis pas historien, mais j’en ai le goût.

10 Raphaël Meyssan, Les Damnés de la Commune, tome 1 : À la recherche de Lavalette, éditions Delcourt, novembre 2017. Site de l’auteur : <www.meyssan.com>.

11 <http://www.commune1871.org/?Macron-heritier-des-Versaillais>.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/8265/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/8265/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/8265/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Le cuirassier versaillais : tous les dessins sont réalisés à la plume, sans esquisse préparatoire. Ils vont conserver un aspect brut, bien que nettoyés pour ensuite être coloriés numériquement, ils peuvent prendre place dans une composition plus grande, comme celui-ci dans une double page sur l’avancée des versaillais devant les fortifications de Paris. Le dessin semble gourmé par la nécessité du récit, l’image presque enfantine.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/8265/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/8265/img-5.png
Fichier image/png, 232k
Légende Les cuirassiers dans Sébastien Roch. L’expression est plus libérée, bien qu’enchâssée dans l’œuvre d’Octave Mirbeau, le dessin est moins tenu. Les dessins sont imprimés en noir. Le dessin est du premier jet, la plume est écrasée, j’utilise un calame pour les crinières. La main est impatiente et nerveuse pour traduire la détestation de la chose militaire. Je préfère ce dessin au précédent.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/8265/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/8265/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende Morts de la Commune
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/8265/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/8265/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 5,1M
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/8265/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 14M
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/8265/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 13M
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/8265/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Wagniart, « Non, l’idéal de la Commune n’est pas mort », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 139 | 2018, 89-104.

Référence électronique

Jean-François Wagniart, « Non, l’idéal de la Commune n’est pas mort », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 139 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/8265

Haut de page

Auteur

Jean-François Wagniart

Cahiers d’histoire-Revue d’histoire critique (Introduction et entretiens)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page