Navigation – Plan du site
DOSSIER

Morts par la France, Thiaroye 1944

Une BD à trois voix (Armelle Mabon, Pat Perna, Nicolas Otéro) au service de la reconnaissance d’un massacre colonial
Jean-François Wagniart et Armelle Mabon
p. 105-119

Texte intégral

  • 1 Armelle Mabon est membre du collectif « Secret défense : enjeu démocratique » qui recense toutes le (...)
  • 2 Pat Perna et Nicolas Otéro, Morts par la France, Thiaroye 1944, Les Arènes BD, 2018.
  • 3 Une histoire pourtant célébrée et commémorée en Afrique comme un grand crime colonial dès la fin de (...)

1Là encore, le combat n’est pas fini ! Comme il y aura toujours des versaillais pour vouloir faire triompher l’ordre et le marché, il y aura toujours des défenseurs de l’esprit colonialiste qui voudraient voir encore aujourd’hui les bienfaits « protecteurs » et « civilisateurs » de l’Empire. Armelle Mabon (l’historienne) 1, Pat Perna (le scénariste) et Nicolas Otéro (le dessinateur) nous donnent dans Morts par la France2 une belle leçon d’histoire sur le massacre de soldats coloniaux perpétré par l’armée française au Sénégal, que l’État n’a jamais vraiment reconnu. À Thiaroye, on retrouve le mépris et les préjugés de l’homme blanc qui ne respecte rien de l’Africain, au point de vouloir l’éliminer si celui-ci réclame son dû et un peu de cette victoire à laquelle il a participé. Armelle, historienne atypique et dérangeante dans son propre milieu, accusée de judiciariser sa noble matière, nous raconte sa quête pour rétablir et faire admettre la vérité historique, ses échecs et sa volonté d’aller jusqu’au bout de son travail acharné malgré tous les obstacles. Les archives jouent un grand rôle, leur caviardage et la restriction de leur accès provoquent beaucoup des problèmes judiciaires qu’Armelle explique dans son texte introductif. Dans l’entretien qui suit, elle nous fait partager sa passion, sa volonté d’utiliser tous les moyens, tous les arts et les médias pour faire passer un message simple : le devoir de vérité. Le devoir de rendre à ces hommes et à leurs familles cette histoire confisquée par les autorités françaises3. Pour elle, la bande dessinée est encore un moyen et une rencontre : le scénariste et le dessinateur nous expliquent avec enthousiasme leur adhésion au projet et font d’Armelle la véritable héroïne de ce roman graphique, avec tous ses attraits et son courage, bien loin des clichés qui entourent l’image classique de l’historien(ne). Un scandale supplémentaire pour certains historiens poussiéreux et soumis à l’histoire officielle, pour nous une belle expérience d’engagement collectif au service d’un combat du passé qui continue à hanter les mémoires africaines d’aujourd’hui.

Une lutte pour la vérité

  • 4 Membre du collectif « Secret défense : enjeu démocratique » qui recense toutes les affaires où le s (...)

2Armelle Mabon, Université Bretagne Sud-Temos CNRS FRE 20154

3Durant 70 ans, les événements survenus à Thiaroye ont été présentés comme une rébellion armée d’ex-prisonniers de guerre indisciplinés avec une riposte sanglante nécessaire, les « mutins » ayant tiré les premiers. Leurs revendications, dans les rapports, sont considérées comme illégitimes, provenant d’hommes ennemis de la France, car soumis à la propagande allemande et pilleurs des biens français. Les contacts néfastes avec la « femme blanche » ou incompris avec les FFI durant les quatre années rajoutent un sentiment de dangerosité.

4Suite au discours du président Hollande en octobre 2012 à Dakar, avec sa promesse de restituer au Sénégal les archives sur Thiaroye que possède la France, j’ai repris la recherche et la fouille des archives en France et à l’étranger. En 2014, j’ai mis au jour un mensonge d’État : le massacre prémédité, le 1er décembre 1944 au camp de Thiaroye près de Dakar, d’ex-prisonniers de guerre originaires de l’AOF, maquillé en rébellion armée. Une machination a été mise en œuvre pour construire un récit mensonger, camoufler le nombre de victimes – ce n’est ni 35, ni 70, mais vraisemblablement entre 300 et 400 –, condamner des innocents et couvrir la spoliation des soldes de captivité restées dans les caisses de l’État. Dès le début des années 2000, avec la difficulté pour retrouver les circulaires et télégrammes permettant de connaître les droits de ces rapatriés, j’ai eu un doute sur la véracité du récit sans toutefois pouvoir imaginer que les archives que je consultais étaient falsifiées. Au-delà des multiples incohérences, quelques documents s’avèrent fondamentaux pour affirmer qu’il s’agit bien d’un mensonge d’État. La spoliation des soldes de captivité, à l’origine des revendications légitimes des ex-prisonniers de guerre, a été couverte par le gouvernement provisoire qui a édité, via le ministère de la Guerre, une circulaire trois jours après le massacre pour faire croire qu’ils avaient perçu l’intégralité de leurs soldes de captivité avant l’embarquement.

5En comparant le journal de bord du navire britannique le Circassia, qui les a acheminés jusqu’à Dakar, avec la fiche visite de renseignement marine AOF trouvée au service historique de la Défense, j’ai compris qu’il avait été procédé à une diminution du nombre de rapatriés pour camoufler le nombre de victimes jetées dans des fosses communes et non enterrées dans les tombes anonymes du cimetière de Thiaroye. La fiche visite est datée du 20 novembre 1944, alors que le Circassia est arrivé le lendemain. J’émets l’hypothèse que le salarié du port de Dakar, un civil, contraint de modifier le nombre de rapatriés, a fait exprès de se tromper de date pour qu’un jour, quelqu’un puisse s’en apercevoir. Il aura fallu attendre 70 ans.

6Tous les documents, y compris l’acte d’accusation pour le procès des 34 inculpés des faits de rébellion armée, et l’ordre du général Dagnan avec le chiffre de 1 300 rapatriés, alors qu’ils étaient plus de 1 600, sont donc mensongers. J’ai été trompée, jusqu’en 2013, par un document retrouvé aux archives nationales du Sénégal, qui fait état du refus de 400 tirailleurs de monter à bord du navire à l’escale de Casablanca. C’est avec la lecture, au dépôt des archives de la justice militaire, d’un rapport d’un cadre de conduite et d’un procès-verbal d’information d’un sous-officier « indigène », tous deux présents sur le Circassia, que j’ai compris que ce document mentionnant les 400 de Casablanca était un faux. Le refus d’embarquer n’est aucunement mentionné.

7La consultation des dossiers personnels des officiers a également été riche d’enseignements, notamment celui du commandant des automitrailleuses, le lieutenant de vaisseau Max Salmon, appelé spécialement, car considéré comme bon tireur. Il ne témoignera pas au procès, alors qu’il était bien présent à Dakar. Le dossier du lieutenant-colonel Le Berre, commandant du détachement d’intervention, contient une sanction pour les faits survenus à Thiaroye, mais fut caviardé suite à l’amnistie du 16 août 1947. Le ministère de la Défense a refusé de donner le libellé du fait matériel qu’une amnistie ne peut pourtant pas effacer, en prétextant qu’il faut considérer ce document caviardé comme détruit. Avec les progrès techniques, il est possible de lire les lettres sous le caviardage sans altérer le document original. Il faut espérer que le Conseil d’État tranchera en faveur de la recherche de la vérité, tout en imaginant que cette sanction peut faire partie de la machination.

  • 5 Deux condamnés ont été graciés par la loi d’amnistie du 16 avril 1946.

8Il n’y a donc pas eu de rébellion armée, ni de mutinerie, ni de répression sanglante, mais bien un crime de masse prémédité (les tirs meurtriers proviennent des armes automatiques et non des fusils des tirailleurs du service d’ordre), comme le montre ce même rapport du cadre de conduite Lemasson, qui a subi par la suite les pires vexations de ses supérieurs hiérarchiques jusqu’à son exclusion de l’armée française. Des officiers et des gendarmes n’ont pas accepté de devenir complices de ce mensonge aboutissant à la condamnation d’innocents. Contrairement à ce qui est écrit régulièrement, y compris sur des panneaux d’expositions pilotées ou parrainées fin 2014 par le ministère de la Défense avec la version falsifiée, les condamnés n’ont pas été graciés par le président Vincent Auriol, mais amnistiés par la loi du 16 août 19475. Un article spécifique pour Thiaroye a été porté par le député Sylvandre, puis défendu par le député et avocat des condamnés, Lamine Guèye4.

9Sans un procès en révision, ils demeureront coupables. C’est aussi pour cette raison que je m’autorise à faire le parallèle avec l’affaire Dreyfus, car il n’y a pas eu de militaires amnistiés et réhabilités via un procès en révision depuis le capitaine Dreyfus.

10Pour faire aboutir ce procès en révision, il faut bien plus que des recherches d’historiens, pourtant susceptibles d’apporter des éléments nouveaux, il faut des preuves tangibles comme ces archives « secrètes » restées auprès des forces françaises au Sénégal jusqu’à leur dissolution, selon les confidences de personnalités sénégalaises. Ont-elles été détruites sauvagement ? Parmi les documents ainsi écartés de toute consultation, la cartographie des fosses communes, la liste des rapatriés et des victimes, le calcul des soldes, les fiches individuelles du pécule, etc. Comme il n’y a pas eu de fouilles des tombes et encore moins de test ADN, c’est bien un document comme la cartographie qui a permis au président Hollande de proclamer solennellement, le 30 novembre 2014, que les dépouilles des victimes de Thiaroye ne sont pas dans les tombes. S’il a reconnu que ces hommes n’avaient pas perçu leur dû, il a indiqué que l’endroit de leur sépulture demeurait mystérieux et que ces hommes s’étaient rassemblés d’eux-mêmes pour crier leur indignation. Non, les États français et sénégalais connaissent l’endroit des fosses communes et ces hommes ont été rassemblés sur ordre devant les automitrailleuses pour être exécutés. Ils avaient osé réclamer leurs soldes de captivité, que l’administration ne voulait pas leur verser. Quand le président Hollande a évoqué la remise de l’intégralité des archives sous forme numérisée au Sénégal, il ne s’agissait en réalité que des archives – peu nombreuses – du service historique de la Défense. Après la publication de mon article dans Libération du 5 décembre 2014, les archives des ANOM (archives nationales d’Outre-Mer) ont été numérisées et transmises au Sénégal, mais pas les pièces du procès, alors que le ministre de la Défense avait signé, le 24 septembre 2014, un arrêté bien étrange de dérogation générale pour toutes les archives de l’affaire Thiaroye. Mais celles qui pourraient nous approcher de la vérité manquent...

11Pour une raison que je ne peux ni comprendre ni admettre, le mensonge d’État a été réitéré en 2014 via le discours présidentiel. L’exposition construite par le ministère de la Défense, qui circule dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne, relaie outrageusement le récit falsifié et fait état d’un rapport inexistant ou du moins non consultable. Ces panneaux devraient disparaître d’après le service historique de la Défense, mais ils y sont toujours...

12En tant qu’historienne, je ne me suis pas détournée de ce mensonge d’État et j’ai assumé ma responsabilité sociale avec cette exigence de vérité.

13Ce combat pour la vérité a dérangé ceux qui souhaitaient maintenir la version de la rébellion armée et de la répression sanglante, au sein du ministère de la Défense, mais aussi de l’Élysée. Des historiens, bien informés de la réalité des faits, ont mis de côté l’éthique de notre métier en prônant une fraude scientifique au service d’un mensonge d’État (omission volontaire d’archives, falsification de sources).

  • 6 Pour cette polémique, voir la lettre de Julien Fargettas et la réponse d’Armelle Mabon : <http://ww (...)

14Accusée dans une « lettre ouverte au président de la République » par un docteur en histoire6 de ce que lui-même en réalité avait commis, en l’occurrence une omission volontaire d’archives témoignant d’un travail partial, j’ai déposé plainte pour diffamation publique. Ce n’est pas parce que j’ai saisi la justice, y compris la justice administrative, qu’il y a judiciarisation de l’histoire. À la difficulté de faire reconnaître les faits historiques par le politique, s’est ajoutée l’impossibilité de faire valoir mes droits, mais aussi ceux des familles par la justice :

15- plainte contre Julien Fargettas, Jeune Afrique et le site Études coloniales et mise en examen pour diffamation publique : relaxés ;

16- requête d’Yves Abibou pour le procès en révision de son père, malgré les éléments nouveaux : rejetée ;

17- recours au tribunal administratif (Senghor et Abibou/Mabon) pour obtenir le libellé caviardé : rejetés après un avis favorable et deux avis défavorables de la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) pour la même demande. Le ministère des Armées estime qu’il faut considérer ce document comme détruit ;

18- recours au tribunal administratif pour consulter les archives « secrètes » : rejeté, malgré les conclusions du rapporteur public demandant l’annulation du refus du ministère de la Défense pour qui ces archives n’existent pas. Une nouvelle saisine de la CADA a été déposée avec la preuve de l’existence d’autres archives ;

19- protection fonctionnelle refusée par mon université, recours au TA qui n’a pas rouvert l’instruction après la connaissance de la mise en examen : rejeté ;

20- appel de ce jugement avec des conclusions d’un rapporteur public hésitant, mais qui propose in fine le rejet : rejet confirmé et je suis condamnée à verser à mon université une somme de 1 000 euros au titre de l’article L 761-1 du Code de la justice administrative.

21Le Conseil d’État a accepté les requêtes sur le caviardage, les estimant fondées. Il y aura donc un jugement qui fera jurisprudence. Il faut désormais patienter mais, pour le moment, aucune action en justice n’a pu aboutir et l’obstruction à la manifestation de la vérité sur un crime commis se poursuit sans entrave, mais pas sans obstination de la part de ceux qui veulent la vérité tout simplement. D’autres recours ont été déposés auprès du tribunal administratif pour l’obtention de la mention « mort pour la France » et pour le versement des sommes spoliées. Après quatre années de silence, l’Office national des anciens combattants vient d’adresser un courrier à ce sujet à un fils de rescapé, mentionnant qu’il transmettait la demande au ministère des Armées, pourtant destinataire de la demande au premier chef. Les travaux d’une historienne rejoignent et accompagnent les démarches des familles. Comment contraindre l’État à rendre consultables toutes les archives et à donner les informations dont il dispose pour permettre l’exhumation des corps, attribuer la mention « mort pour la France », faire aboutir un procès en révision et rembourser aux familles toutes les sommes qui ont été spoliées ? Il se peut aussi que les archives restées auprès des forces françaises au Sénégal aient été détruites « sauvagement », acte grave et illégal. Il faut que le ministère des Armées diligente une enquête administrative. À défaut, une enquête parlementaire serait salutaire, mais aussi un dépôt de plainte (article L 214-3 du Code du patrimoine). Pour l’armée française aussi, il est plus que temps de dire. Les mensonges d’hier à aujourd’hui sont une atteinte à son honneur.

Entretien avec Armelle Mabon

22D’où vient l’idée de cette BD ? Comment s’inscrit-elle dans la lutte pour la reconnaissance du massacre de Thiaroye ?

  • 7 Armelle Mabon, Prisonniers de guerre « indigènes ». Visages oubliés de la France occupée, La Découv (...)

23Avant même que je termine mon livre sur les prisonniers de guerre « indigènes »7, je me suis projetée dans la nécessité de la fiction en contactant un scénariste de bande dessinée, Kris. L’aventure ne s’est pas bien terminée, mais je ne peux pas trop l’évoquer du fait de la signature d’un protocole transactionnel avec la maison d’éditions Dupuis. Je me suis également intéressée au cinéma, milieu inconnu pour moi. Les histoires que je découvrais et que je mettais au jour méritaient à mon sens une diffusion plus large, ce que peut offrir la fiction pour atteindre un plus large public. Quand Pat Perna m’a contactée pour une BD sur Thiaroye, bien qu’échaudée par la première expérience, j’ai accepté de le rencontrer et de discuter. Je sais que la BD est un beau support pour faire passer des émotions à travers un récit qui réveille les consciences, les rêves et donne envie d’en savoir plus. Je devais justement publier mon livre concomitamment, mais ils ont été plus rapides que moi, tributaire des réponses du politique sur les archives convoitées. La BD peut mettre un point final là où moi j’éprouve des difficultés, puisqu’en attente d’explications sur ce mensonge d’État. La BD permet de parler de Thiaroye, c’est bien et nécessaire, tout comme la musique ou la pièce de théâtre qui se crée au théâtre de la Colline, due à Alexandra Badéa (septembre 2018). Un tel mensonge d’État et une telle négation appellent des pas de côté et justement du côté de l’art. Ce fait historique devient source d’inspiration et je pense que des performances et des créations picturales verront aussi le jour.

24Plus on parlera de Thiaroye par tous les canaux possibles, plus ceux qui ont la responsabilité du déni de vérité vont être gênés. Il faut parvenir à atteindre leur conscience altérée en ramenant au préjudice subi par ces hommes et leurs familles.

25Comment a-t-elle été conçue avec les auteurs ? Comment s’articule la part de fiction et d’histoire ?

26Au départ, je ne devais pas être un personnage de BD. Mais quand j’ai raconté à Pat comment j’avais pu déterminer la machination et tout ce que je subissais depuis que j’avais révélé le mensonge d’État, il a choisi de m’inscrire dans la BD et j’ai accepté. Il me semblait aussi nécessaire de montrer ce qu’était la recherche en histoire quand on se trouve confronté à un mensonge d’État. Il ne s’agit pas de manichéisme, mais dans cette profession il existe aussi des brebis galeuses qui bénéficient d’une grande protection, ne serait-ce que par l’omerta et la volonté politique de maintenir un récit officiel falsifié. C’est moi et ce n’est pas moi, car j’ai laissé Pat écrire son récit qui ne correspond pas à ma réalité, y compris dans le temps. Par contre, j’ai veillé à ce qu’il n’y ait pas d’erreurs historiques (une correction demandée a échappé à l’éditeur). Je n’étais pas là pour brider la création, mais par moments j’ai insisté pour modifier des bulles ou un dessin, parce que la représentation me heurtait. Je ne connais pas Nicolas Otéro, il m’a dessinée selon ce qu’il percevait de moi.

27Pourquoi ce choix d’une narration personnelle ? Qu’apporte-t-elle selon toi au récit ?

28En fait, je ne savais pas comment Pat allait construire la BD et c’est à la toute fin que j’ai découvert l’album, même si j’avais vu quelques planches. Donc j’ai découvert cette narration personnelle avant envoi chez l’imprimeur. Je faisais confiance à Pat et à l’éditeur, à qui j’ai donné l’autorisation de mettre mes nom et prénom. Derrière ce récit, il y a des questions que vont se poser les lecteurs sur la part de la réalité et de la fiction, y compris sur ma personne. Au final, je trouve le choix du scénariste judicieux. On ne montre que trop rarement dans des fictions ce qu’est la recherche, encore moins ses difficultés et la question de l’éthique. Peut-être suis-je une historienne à part, du fait de mon parcours atypique, mais le public peut désormais se rendre compte que la recherche n’est pas faite seulement d’expériences dans des éprouvettes, qu’elle se confronte parfois à l’ostracisme et à l’entrave. J’aurais pu me détourner, j’ai affronté au final l’État pour exercer mon métier : s’approcher de la vérité. Tout n’est pas dit dans la BD, notamment le rapport à la justice, mais il y a au moins une esquisse.

29Y a-t-il justement des aspects dans la BD qui ont été volontairement écartés, notamment dans le « rapport à la justice » ou sur les difficultés rencontrées dans ton travail d’archives ?

30Le scénariste n’a pas inscrit cet aspect dans la BD. J’ai sollicité l’éditeur pour qu’il y ait une suite, notamment autour du procès en révision : au cas où nous ne parviendrions pas à l’inscrire dans la réalité, qu’il soit au moins présent en fiction. J’aurais parlé dans le dossier documentaire de toutes ces difficultés avec une « justice bâillon », mais au final l’éditeur a choisi de remettre l’article de la revue XXI. Mon livre abordera tout cet aspect. Si ce n’est la BD, au moins en film, je voudrais montrer les arcanes du déni en politique et en justice. J’ai envie d’imager les coulisses d’un ministère qui refuse et nie les travaux d’une historienne... On peut laisser l’imagination se développer pour en faire un thriller. Je n’ai pas réussi, pour le moment, à comprendre les raisons de la réitération du mensonge d’État en 2014, alors les hypothèses peuvent entraîner une création fictionnelle.

31Ce type d’expérience, comme le cinéma, est-il pour toi un moyen de toucher un grand public ? As-tu d’autres projets ?

32Beaucoup d’écrits d’historiens sont complètement méconnus du grand public, car publiés dans des revues qui restent confidentielles tout en ayant un rayonnement scientifique important. La vulgarisation est nécessaire si elle est portée avec talent sans galvauder le fondement du travail en amont. C’est une collaboration intelligente, qui peut aussi briser quelques frontières et tabous. Mais le socle doit être solide, sinon la fiction peut être poreuse et dominer la réalité scientifique. La fiction peut être un danger, surtout quand l’histoire au départ est issue d’un récit tronqué. La puissance de la fiction peut avoir des conséquences jusqu’à altérer la perception de l’histoire par le grand public. Je veux goûter au cinéma, mais toujours avec cette injonction de ne pas servir un récit tronqué que j’ai eu tant de mal à éradiquer.

  • 8 Armelle Mabon espère encore obtenir les archives « secrètes » avant publication.

33L’urgence, c’est de publier mon livre8. Et je regarde comment parvenir à l’exhumation des corps par une décision de la justice française. À défaut d’une décision du président de la République sénégalaise, il faut aboutir à un mandat permettant aux chercheurs de procéder aux fouilles. Le droit, la justice et l’histoire sont intimement liés, se complètent sans que ce soit une judiciarisation de l’histoire. Pour le seul fils d’une victime que j’ai retrouvé, Biram Senghor, également un personnage de la BD, il y a urgence aussi.

34Un beau documentaire serait pertinent... Je recherche encore les familles des condamnés.

35Et j’ai envie de combler les non-dits, les dénis, les mensonges par la création... À ce jour, j’ai l’impression que le milieu des historiens ne peut pas imaginer que j’ai mis au jour un mensonge d’État et il a fallu que je l’affronte sans soutien institutionnel, bien au contraire. Ce fut très dur et violent. Je ne veux plus souffrir. Mes collègues comprendront ou pas ma recherche quand mon livre sortira. Il a fallu que je mette en place une méthode pour m’approcher de la vérité malgré l’obstruction. J’ai dérangé parce que j’avais trouvé ce qu’il ne fallait pas... pour certains, notamment ceux qui en savent plus que les autres et plus que moi.

36Plus généralement, l’historien engagé et critique, trop souvent enfermé dans le monde de la recherche et des revues spécialisées, doit-il passer par l’image pour diffuser ses idées et ses combats ?

37Je crois avoir répondu en partie à cette question. Les historiens n’ont pas à rester sur un piédestal inatteignable et n’ont pas à craindre le grand public. Avec ce travail sur Thiaroye, j’ai vu la malhonnêteté intellectuelle, mais aussi la paresse d’historiens, doublées d’une outrecuidance leur permettant de raconter n’importe quoi... et j’ai constaté cette forme de racisme historiographique que je combats aussi. L’image a cette force qui peut bousculer des pratiques de ronronnement dangereuses par un excès de compilation au détriment de la recherche.

38L’image met l’historien en insécurité, car lui ne fait pas de fiction, donc il doit assurer ce qu’il y a sous les images.

39Peux-tu en dire plus sur « la malhonnêteté intellectuelle » de certains historiens et sur le « racisme historiographique » ?

40Des historiens ont volontairement mis de côté par exemple la spoliation des soldes de captivité qui est à l’origine du massacre, alors qu’ils possédaient les archives prouvant cette spoliation. Certains n’ont pas hésité à forcer le trait de la mutinerie en relatant des faits dont même les rapports mensongers ne font pas état. Ces historiens refusent de confronter les sources pour maintenir le récit officiel, y compris dans des expositions. Plus grave encore, ils rajoutent une couche de mensonges comme par exemple, je cite : « Le service des sépultures a déplacé les corps du cimetière militaire de Thiaroye vers un autre endroit, comme cela se passe habituellement ». Ce sont des éminences grises du ministère, proches de la DPMA (Direction des patrimoines, de la mémoire et des archives) qui, selon toute vraisemblance, savent tant de choses sur les archives « secrètes ». Et c’est si facile de falsifier les sources...

41Lorsque ce récit vacille, ils n’hésitent pas à attaquer ou dénigrer celle qui les dérange par sa quête de la vérité. Il y a des officiers blancs compromis et des historiens ont pris le parti de sauver leur honneur en salissant sciemment la mémoire des combattants noirs.

Entretien avec Pat Perna

42Pourquoi ce projet ? Est-il parti de la rencontre avec les travaux d’Armelle ? Connaissiez-vous déjà les faits ?

  • 9 Jacques Tardi, Le dernier assaut, Casterman, 2016.

43J’ai entendu parler de Thiaroye pour la première fois dans la bande dessinée de Tardi (Le dernier assaut9). Au détour d’une case, il évoque le massacre de Thiaroye. Comme je ne comprenais pas à quoi il faisait référence, j’ai cherché… C’est là que j’ai découvert l’histoire. Ça m’a immédiatement intéressé et j’ai voulu en savoir plus. C’est ainsi que j’ai découvert les travaux d’Armelle Mabon.

44Comment avez-vous travaillé avec Armelle ? Rencontres, échanges ? Lui avez-vous soumis votre scénario ? Pourquoi avoir mené votre propre enquête au Sénégal ?

45Je l’ai d’abord rencontrée et nous avons beaucoup discuté. Elle m’a raconté ses recherches, ses difficultés, ses doutes. J’ai été saisi par l’intensité de cette femme. Son engagement, sa rigueur. Je lui ai bien sûr soumis mon scénario à mesure que l’histoire avançait, Mais elle n’a jamais été interventionniste. Elle corrigeait juste mes approximations ou erreurs historiques. 

46Nous avons eu besoin d’aller sur place avec le dessinateur, d’abord pour nous immerger dans l’histoire et éviter de sombrer dans la caricature. Et puis surtout, il nous fallait vérifier par nous-mêmes. Je n’avais qu’une seule source dans cette affaire, Armelle Mabon. D’un point de vue déontologique, il est impossible de se fier à un seul témoignage, aussi fiable paraisse-t-il.

47Pourquoi ce choix de construire le récit autour du personnage d’Armelle ? Est-ce à cause de la spécificité de son travail, de son engagement exceptionnel pour un(e) historien(ne) ? Ou bien pour des raisons narratives, pour rendre le récit plus vivant ?

48C’est intéressant d’un point de vue narratif, mais c’est surtout parce que je suis fasciné par l’engagement des chercheurs en général et celui d’Armelle Mabon en particulier. Des gens qui consacrent leur vie à une cause qui peut paraître futile à tant d’autres… C’est noble. Et puis on imagine souvent que les historiens sont cantonnés dans leurs bibliothèques poussiéreuses. En écoutant Armelle, j’ai compris que son engagement allait au-delà : c’est un combat. C’est physique.

49Quelle partie, quels aspects, quels personnages ont-ils été « fictionnalisés » ou sont fictifs ? Pourquoi ces choix ?

50D’une façon générale, tout ce qui concerne la vie privée d’Armelle Mabon est le fruit de mon imagination… J’avais besoin de m’approprier ce personnage et de lui donner vie. Mais bien entendu, j’ai inventé une vie à Armelle en tenant compte de ce qu’elle m’évoquait. Parfois, la réalité rejoint la fiction. La BD s’adresse à un public le plus large possible. Je ne voulais pas les noyer sous des flots d’informations, au risque de les perdre. Cette histoire de Thiaroye est complexe, moi-même je m’y perds parfois. La fiction est là pour nous permettre de reprendre notre souffle.

51En racontant le massacre dès les premières pages, et donc en donnant d’emblée la « vérité historique », ne craignez-vous pas d’être accusé de mener une « enquête à charge », de jouer sur l’émotion ?

52Ce n’est pas moi qui joue sur l’émotion, l’histoire s’en charge très bien toute seule. Nous avons rencontré, Nicolas Otéro et moi, un militaire haut gradé à Dakar (il est d’ailleurs dans la BD). D’emblée, il nous a décrit le massacre d’un point de vue purement militaire. Ses mots étaient durs, froids, implacables. J’ai été glacé d’effroi en l’écoutant. Je voulais que le lecteur ressente d’emblée la même chose : la sidération.

Entretien avec Nicolas Otéro

53D’une manière générale, vous fondez-vous seulement sur le travail du scénariste ou menez-vous votre propre enquête de votre côté ?

54Je m’adapte toujours en fonction du projet, le travail entre le scénariste et le dessinateur relève d’une étrange alchimie faite de communication, de confiance, d’écoute mutuelle et de respect. Concernant Morts par la France, Pat avait déjà effectué un travail conséquent et je me suis mis naturellement au service de l’histoire. Il va de soi que je me suis quand même documenté de mon côté, afin de mettre en valeur du mieux possible cet incroyable récit.

55Votre voyage au Sénégal vous a-t-il inspiré et comment ? 

56C’était ma première expérience sur le continent africain et elle a été d’autant plus forte que ce voyage avait un sens : nous avions une enquête à mener, des éléments tangibles à rassembler, des témoignages poignants ou glaçants à récolter. Ce fut incroyable de densité, par la diversité des rencontres, par les lieux découverts, par la puissance des informations récoltées. Et concernant mon futur travail, ce fut une mine d’or d’images, de couleurs, de visages, de personnalités qui ont nourri la fabrication du livre de manière plus ou moins consciente. J’ai mis un point d’honneur à tenter de retranscrire au mieux les lieux ainsi que les émotions qui ont découlé de ce voyage.

57Comment avez-vous construit visuellement le personnage d’Armelle ?

58Elle est notre fil conducteur dans l’histoire et je l’ai imaginée comme une sorte d’Erin Brockovich seule contre tous, volontaire et totalement investie par son combat. Le lecteur a toujours envie de s’identifier aux personnages, centraux ou secondaires, et dans ce cas j’avais besoin de créer une femme forte dans ses fragilités, féline car elle retombe toujours sur ses pattes malgré les coups et les embûches, avec un regard puissant et quasi habité. Le défi étant de rendre charismatique et sexy une profession qui, dans l’imaginaire collectif, ne l’est pas forcément.

59Quels choix stylistiques avez-vous effectués pour cette histoire (nous avons remarqué par exemple qu’il y avait très peu de couleurs vives, beaucoup de verts, bruns, ocres) ?

60Du fait de l’habile construction scénaristique de Pat, qui nous fait naviguer entre passé et présent, Afrique et Bretagne, nous avons fait le choix collectif d’une gamme colorée un peu réduite, afin de fluidifier le récit et de donner une unité globale et cohérente. Graphiquement parlant, le défi était d’être précis historiquement tout en laissant une grande part à l’émotion, à l’humanisme, aux personnages. L’écriture de Pat est emplie d’humanité et de finesse, jamais manichéenne. Je me devais de me mettre au diapason, la mise en scène servant de révélateur des sentiments comme des faits historiques. J’ai opté également pour un découpage très cinématographique, ce qui permet de donner du dynamisme et d’appuyer sur l’intensité des faits évoqués.

Haut de page

Notes

1 Armelle Mabon est membre du collectif « Secret défense : enjeu démocratique » qui recense toutes les affaires où le secret défense fait obstacle à la manifestation de la vérité et qui se mobilise pour faire évoluer la loi.

2 Pat Perna et Nicolas Otéro, Morts par la France, Thiaroye 1944, Les Arènes BD, 2018.

3 Une histoire pourtant célébrée et commémorée en Afrique comme un grand crime colonial dès la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mémoire ravivée par le succès en Afrique de l’Ouest du Camp de Thiaroye d’Ousmane Sembène (147 min., 1988, disponible en DVD). Ce film sera censuré en France et ne sortira qu’en 1998.

4 Membre du collectif « Secret défense : enjeu démocratique » qui recense toutes les affaires où le secret défense fait obstacle à la manifestation de la vérité et qui se mobilise pour faire évoluer la loi.

5 Deux condamnés ont été graciés par la loi d’amnistie du 16 avril 1946.

6 Pour cette polémique, voir la lettre de Julien Fargettas et la réponse d’Armelle Mabon : <http://www.jeuneafrique.com/47429/politique/trag-die-de-thiaroye-lettre-ouverte-fran-ois-hollande/> et <http://www.jeuneafrique.com/46523/politique/trag-die-de-thiaroye-r-ponse-julien-fargettas/>.

7 Armelle Mabon, Prisonniers de guerre « indigènes ». Visages oubliés de la France occupée, La Découverte, 2010 (en cours de réédition). Voir également le documentaire de Violaine Dejoie-Robin : Oubliés et trahis. Les prisonniers de guerre coloniaux et nord-africains (Grenade productions, 2003, 53 min.).

8 Armelle Mabon espère encore obtenir les archives « secrètes » avant publication.

9 Jacques Tardi, Le dernier assaut, Casterman, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Wagniart et Armelle Mabon, « Morts par la France, Thiaroye 1944 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 139 | 2018, 105-119.

Référence électronique

Jean-François Wagniart et Armelle Mabon, « Morts par la France, Thiaroye 1944 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 139 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/8325

Haut de page

Auteurs

Jean-François Wagniart

Cahiers d’histoire-Revue d’histoire critique (Introduction et entretiens)

Articles du même auteur

Armelle Mabon

Université Bretagne Sud-Temos CNRS FRE 2015

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page