Navigation – Plan du site

Le Mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-8

Texte intégral

1Sujets douloureux, graves, chargés de tant de passions, de souffrances encore présentes dans les corps de certains acteurs, toujours présentes dans les mémoires, les consciences de beaucoup, de part et d’autre de la Méditerranée. La colonisation de l’Algérie par la puissance française, l’organisation de cette tutelle par la république envers et contre toutes les résistances des Algériens, puis la guerre contre la puissance coloniale, sont des temps de l’histoire à redéployer inlassablement, en France comme en Algérie. Les Cahiers d’histoire souhaitaient depuis longtemps consacrer un dossier à la colonisation et la décolonisation dans ce territoire dont la France avait cherché à faire un morceau d’elle-même. Les études, heureusement multipliées depuis quelques décennies, permettent de nouvelles approches. Le volontarisme militant a conduit, au prix de luttes acharnées, à l’ouverture de certains dossiers, à la conservation des paroles des derniers témoins et, in fine, à une reconnaissance tardive de la responsabilité de l’État français et de son armée dans les tortures et les exécutions qui ont caractérisé la période.

  • 1 Claude Juin, Anne Jollet, « Guerre d’Algérie : de la violence vécue à la violence analysée. Débat a (...)
  • 2 Didier Monciaud, « La contribution d’un anticolonialiste français : repères sur la trajectoire de J (...)
  • 3 Raphaëlle Branche, Daho Djerbal, « Regards croisés sur le 50e anniversaire de l’indépendance de l’A (...)

2Reflets de l’intérêt constant de la rédaction, des articles, des recensions d’ouvrages, des entretiens ont été régulièrement publiés dans les différentes rubriques des Cahiers. Une recherche sur le corpus en ligne de la revue ne donne pas moins de dix pages de références. Et encore une partie de notre activité n’y est pas transcrite, notamment les enregistrements réalisés lors de la soirée d’hommage à Fernand Iveton, initiée par Alain Ruscio en février 2017, au cours de laquelle Sadek Hadjerès a apporté un long témoignage. La voix de cet important responsable du PCA manque à ce dossier. D’autres débats ont été transcrits, comme celui que nous avions organisé en 2014 avec Claude Juin, ancien appelé et auteur d’une thèse novatrice sur les appelés1. Des hommages ont été rendus aux anciens acteurs et aux historiens pionniers, tels ceux écrits par Didier Monciaud, spécialiste du monde arabe au 20e siècle et membre de la rédaction des Cahiers d’histoire, au moment du décès de Jean-Louis Hurst ou par le militant anticolonialiste Henri Pouillot à la suite de la disparition de Jean-Luc Einaudi2. Sans parvenir à rendre compte de l’ensemble d’une production devenue intense depuis une vingtaine d’années, des articles de chercheurs, tels Pierre-Jean Le Foll-Luciani ou Alain Ruscio, que l’on retrouve dans le présent numéro, des comptes rendus d’ouvrages, des bilans historiographiques, comme celui proposé par Chloé Maurel en 2014 à travers les « regards croisés » de la chercheuse française Raphaëlle Branche et de l’historien algérien Daho Djerbal, directeur de la revue Naqd, ont permis aux lecteurs et lectrices des Cahiers de mesurer toute l’importance de cette dimension de l’histoire coloniale3.

  • 4 Roger Bourderon (dir.), « Communistes algériens, communistes français : Guerre d’Algérie », Cahiers (...)
  • 5 Le projet de ce dossier a été initié par notre collègue Didier Monciaud, qui tenait particulièremen (...)

3L’étude du communisme est au cœur du présent dossier « Communisme en Algérie/Communisme algérien », comme il était le propos du dossier, pionnier, publié en 1982 sous la direction de Roger Bourderon4. Notre dossier cherche cependant à penser son objet davantage à partir de l’Algérie, en desserrant la question des liens entre les partis communistes français et algériens. Le PCA est étudié aussi sur une séquence plus longue, de ses premières années à la guerre d’Algérie5. Les articles de recherche sont accompagnés de textes relatant la lutte acharnée qui a permis l’étude historienne, petit à petit, grâce à la pression militante, longtemps des anciens acteurs et maintenant de celles et ceux qui tiennent à rendre possible leur histoire.

  • 6 Sonia Combe, Archives interdites. Les peurs françaises face à l’histoire contemporaine, Paris, La D (...)
  • 7 BBC World Service, 17 janvier 2019.

4Vingt-cinq ans après le livre pionnier de Sonia Combe sur les « archives interdites6 », le décès de l’archiviste Brigitte Lainé vient de rappeler la violence que subissent celles et ceux qui tentent de combattre l’interdiction d’accès aux archives dès lors qu’il s’agit de documents mettant en cause la police ou l’armée. Nous reviendrons sur le sort fait aux courageux archivistes Brigitte Lainé et Philippe Grand, qui témoignèrent lors du procès de Jean-Luc Einaudi. Les collectifs militants qui ont joué un rôle crucial dans cette histoire ne pouvaient être tous présents ici. L’interpellation de Gilberte Alleg, dont nous remercions La Pensée d’autoriser la republication, permet d’évoquer le rôle d’Henri Alleg dans la lutte pendant la guerre et après, notamment à travers la création de l’association « Agir contre le colonialisme aujourd’hui », toujours active, où s’expriment en particulier d’anciens soldats du refus, comme Alban Liechti. Gilles Manceron rappelle l’importance de la Ligue des droits de l’homme dans ces combats et évoque la victoire, 61 ans après les faits, de celles et ceux – notamment Josette Audin, « la veuve qui a demandé la vérité à huit présidents français » comme le rappelle un article récent de la BBC7, et ses enfants – qui ont lutté pour faire reconnaître la responsabilité de l’armée française dans l’assassinat de Maurice Audin. C’était en 1957 et il a fallu attendre le 13 septembre 2018 pour que l’État français, en la personne du président de la République, reconnaisse enfin la responsabilité de l’armée. Au-delà, c’est le sort de toutes les personnes, la plupart algériennes, enlevées et disparues pendant la guerre d’Algérie, qui pourra être enfin connu grâce à cette reconnaissance et à l’accès à de nouvelles archives. Fabrice Riceputi présente ici le site <1000autres.org>, créé avec Malika Rahal, afin de recueillir des témoignages et favoriser les recherches sur le sort des victimes de l’armée française.

5En dépit du développement des travaux universitaires, l’histoire de cette guerre et du rôle qu’y jouèrent les militants du PCA est toujours pour beaucoup le fait de travaux volontaires, entrepris par des associations et des passionnés, tel l’historien Pierre-Jean Le Foll-Luciani, qui publie ici l’hommage au dirigeant du PCA Boualem Khalfa, rédigé sur son site « Trajectoires dissidentes ».

6Traduisant la force du besoin d’avancer dans la compréhension de cette effroyable guerre, la jeune historienne Bénédicte Ponçot expose dans « Chantiers » une partie de son travail sur la confrontation du PCF de Besançon à la guerre d’Algérie, et Pascal Guillot présente dans « Métiers » la journée d’étude organisée autour du Dictionnaire du mouvement ouvrier (le Maitron) en décembre 2018, belle illustration de l’efficacité des entreprises collectives de longue haleine et de la capacité de celles-ci à se renouveler, à s’ouvrir aux enjeux du présent (les anarchistes il y a quelques années, les militants ouvriers en Algérie maintenant) et à féconder elles-mêmes des approches neuves, telle celle menée par Gérard Noiriel qui, à propos de son ouvrage Une histoire populaire de la France, lui rend hommage.

7Cette livraison des Cahiers d’histoire regarde aussi un peu à côté de l’Algérie. Encore que... « Métiers » évoque l’apport du grand historien que fut Michel Vovelle, décédé en octobre dernier, lui-même appelé en Algérie comme il le rappelait dans sa récente autobiographie. Historien des représentations de l’au-delà, scrutées minutieusement à travers les testaments, il était devenu le grand interprète d’une Révolution française dont il débusquait les effets constituants de long terme à travers les voix multiples, souvent cacophoniques, des groupes sociaux en conflit dans les situations toujours ouvertes du temps court. La proximité de ses préoccupations historiennes avec celles de la rédaction des Cahiers, l’ambition d’une compréhension globale des ressorts du social, des contraintes des systèmes de production à celles des systèmes de représentation notamment, son soutien confiant, font aussi de sa disparition la perte d’un ami précieux.

8Nous cheminons aussi, sans peur des grands écarts, des ferveurs humanistes et du volontarisme pacifiste des acteurs de l’ONU, dont Chloé Maurel dresse ici le portrait dans « Aux sources », aux âpres déconstructions foucaldiennes dont « Débats » expose les inépuisables ressorts.

9Le prochain dossier, coordonné par Édouard Sill, traitera de l’engagement internationaliste de femmes qui parcoururent le monde pour en défendre une certaine idée, celle d’un monde de liberté, de partage.

10Au-delà, les Cahiers ont le plaisir d’annoncer qu’en 2019 les « Rencontres d’histoire critique » auront dix ans, qu’elles se dérouleront comme d’habitude à Gennevilliers, que ce sera les 28-29-30 novembre et que l’on y célèbrera « la fête », entre ordre et désordre, pouvoirs et contre-pouvoirs. Nous vous y attendrons nombreux-ses… pour fêter tout ce que nous aurons à fêter ensemble !

Haut de page

Notes

1 Claude Juin, Anne Jollet, « Guerre d’Algérie : de la violence vécue à la violence analysée. Débat autour du livre Des soldats tortionnaires. Guerre d’Algérie : des jeunes gens ordinaires confrontés à l’intolérable », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 123, 2014.

2 Didier Monciaud, « La contribution d’un anticolonialiste français : repères sur la trajectoire de Jean-Louis Hurst (1935-2014) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 124, 2014 ; Henri Pouillot, « Jean-Luc Einaudi », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 126, 2015. 

3 Raphaëlle Branche, Daho Djerbal, « Regards croisés sur le 50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie. Entretiens réalisés par Chloé Maurel », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 122, 2014.

4 Roger Bourderon (dir.), « Communistes algériens, communistes français : Guerre d’Algérie », Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes, n° 8, 1982. Roger Bourderon était alors rédacteur en chef de la revue.

5 Le projet de ce dossier a été initié par notre collègue Didier Monciaud, qui tenait particulièrement au renouvellement d’une lecture basée sur le choix du point de vue algérien. Le dossier a été finalisé par Éloïse Dreure et sa forme définitive, qui ne correspond qu’en partie au projet initial, est le fruit d’un travail collectif de la rédaction. Nous remercions chaleureusement notre collègue Allison Drew qui, outre son article, a généreusement partagé ses savoirs de spécialiste.

6 Sonia Combe, Archives interdites. Les peurs françaises face à l’histoire contemporaine, Paris, La Découverte, 1994, réédité sous le titre Archives interdites. L’histoire confisquée, Paris, La Découverte Poche/Essais, 2001.

7 BBC World Service, 17 janvier 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le Mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 140 | -1, 5-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le Mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/8466

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page