Navigation – Plan du site
DOSSIER

Introduction

Éloïse Dreure
p. 11-14

Texte intégral

1Le dossier Communisme algérien, en préparation depuis quelque temps et devant traiter du Parti communiste algérien (PCA), s’est progressivement orienté vers une histoire portant, davantage que sur la structure, sur les militants eux-mêmes et leur mémoire. En cela, il rencontre l’actualité. En septembre dernier, 61 ans après les faits, le président de la République française a officiellement reconnu que Maurice Audin, membre du Parti communiste algérien et militant de l’indépendance algérienne, a bien été torturé par des militaires et assassiné par un système légalement institué qui a favorisé les disparitions de militants. S’il s’agit d’une victoire pour ceux qui, depuis 1957, se battent pour faire reconnaître la vérité, au regard des milliers d’autres disparus, l’affaire n’est pas close.

2L’étude des expériences militantes communistes algériennes rencontre ainsi inévitablement celle des rapports de ces militants avec l’administration française et donc la répression, sous toutes ses formes, de l’enfermement à l’assassinat, en passant par la torture et l’expérience de la clandestinité. Une place importante est ainsi dévolue dans le dossier à la mémoire de ces militants et de ceux qui les ont accompagnés dans leur lutte, avec la volonté de faire parler les témoins, parfois disparus. Mais d’autres thèmes méritent d’être abordés, les relations des communistes algériens avec les communistes français et avec l’Internationale communiste (IC) à Moscou, la lutte contre le colonialisme et pour l’indépendance, et de ce fait, les nécessaires relations avec les militants nationalistes algériens.

  • 1 Pour une histoire complète du phénomène communiste en Algérie, se référer aux ouvrages récents d’Al (...)

3Il ne s’agit pas de dresser une histoire exhaustive du communisme en Algérie1. L’attention est portée sur des instants, des moments qui nous donnent à voir ce qu’a été, à diverses époques, l’expérience communiste en Algérie coloniale.

4Le dossier couvre une période chronologique allant du ralliement à la IIIe Internationale des fédérations socialistes d’Algérie en 1920 à la période de la guerre d’Indépendance, tout en évoquant des initiatives contemporaines portant sur la mémoire des militants communistes. Si le territoire retenu est bien celui de l’Algérie coloniale, l’histoire du communisme algérien doit néanmoins nécessairement s’effectuer dans un jeu d’échelles entre Paris et le Parti communiste français (PCF) d’une part, Moscou et l’IC d’autre part.

5Adopter le biais de l’étude des parcours, des pratiques, des expériences de ces militants, articulée à celle de la ligne politique du PCA, est une façon de dévoiler les processus qui ont pu toucher le mouvement communiste algérien, mais également la société coloniale algérienne dans sa globalité. Cela nous permet d’appréhender, d’une certaine manière, l’histoire de cette société, dont il faut prendre en compte toute la spécificité lorsqu’on veut étudier le communisme en situation coloniale.

  • 2 Réné Gallissot, La République française et les indigènes. Algérie colonisée, Algérie algérienne (18 (...)

6En Algérie, la question de classe est en effet indissociable de celle des catégories sociales instituées par l’administration coloniale, qui redessine des catégories sociales préexistantes et structure la société. Le Code de l’indigénat régit la vie de ceux qu’on appelait alors les « musulmans » et décrète une inégalité de fait avec la population européenne, instituant la fameuse « barrière coloniale » évoquée par René Gallissot2.Son franchissement est un enjeu pour le PCA, à l’origine essentiellement composé d’Européens.

  • 3 Nous reprenons ici la notion « d’identification » développée par Pierre-Jean Le Foll-Luciani, dans (...)

7Comment s’identifie-t-on communiste dans cette société coloniale algérienne3 et quel impact cette société a-t-elle sur la construction en tant que communistes, et donc anticolonialistes, des individus qui y vivent ? C’est en développant un rapport dissident vis-à-vis de ses structures et en remettant en cause les fondements sur lesquels repose la domination coloniale que s’effectue cette identification.

8Apparaît ainsi au sein de la colonie un groupe social hétérodoxe, au sein duquel se rassemblent des individus se reconnaissant, de façon plus moins marquée, des caractéristiques communes.

  • 4 Emmanuel Blanchard, Sylvie Thénault, « Quel monde du contact ? Pour une histoire sociale de l’Algér (...)

9L’étude de ce groupe social qu’est celui des militants communistes algériens permet ainsi d’explorer, au sein de l’Algérie coloniale, un « monde du contact4 » entre colons et colonisés, longtemps ignoré par l’historiographie, dont une partie fut le fruit des efforts des communistes qui ont créé un des rares espaces où le franchissement de la frontière coloniale fut rendue possible. Cette existence de rapports militants, voire amicaux, au sein du Parti communiste algérien, entre « musulmans » et « Européens », va à l’encontre d’une vision focalisée sur la guerre d’indépendance et qui se concentrerait sur la séparation des groupes en ignorant des phénomènes ayant existé dans le temps long de la colonisation.

10Cela ne remet nullement en cause l’existence et la persistance de la violence d’un système colonial dont la répression, à l’encontre des militants communistes et en particulier les musulmans, est l’un des symptômes. Mais les militants sont également impactés par des processus historiques qui interviennent sur leur engagement et sur la forme de leur militantisme.

11Le dossier s’articule autour de deux axes.

12La première partie regroupe des contributions d’historiennes et d’historiens qui, par différents biais et à diverses époques, s’intéressent aux militants communistes algériens.

  • 5 Abderrahmane Bouchène, Jean-Pierre Peyroulou, Ouanassa Siari Tengour, Sylvie Thénault, Histoire de (...)

13Si pendant longtemps, en ce qui concerne l’Algérie, l’historiographie s’est surtout préoccupée de la période de la guerre d’indépendance, comme le signalent dans leur ouvrage Abderrahmane Bouchène, Jean-Pierre Peyroulou, Ouanassa Siari Tengour et Sylvie Thénault, on ne peut plus isoler de son temps long la période finale de la colonisation5. De même, il nous semble nécessaire, pour comprendre pleinement l’histoire du PCA durant les dernières années de la colonisation, de s’arrêter sur les périodes antérieures à celle du conflit.

14Ainsi, l’utilisation de la prosopographie peut permettre d’approcher ce que fut l’expérience communiste en Algérie coloniale dans les années 1920 et 1930, les rapports des militants à la question coloniale et la progressive « algérianisation » du mouvement.

15Cette « algérianisation » du PCA se poursuit de 1946 à 1954, comme le montre Alain Ruscio, et marque la spécificité du Parti communiste, qui est d’unir dans un seul mouvement Européens et « musulmans ».

16La question de la répression, qui irrigue toutes ces études du mouvement communiste algérien, culmine au moment de la guerre d’indépendance. Le sort des prisonniers communistes et leur résistance dans les prisons, les pénitenciers et les camps d’internement, sont l’objet de l’étude d’Allison Drew. Mais la guerre est également un moment où les relations avec le PCF évoluent avec un PCA qui se rapproche des nationalistes. Pierre-Jean Le Foll-Luciani interroge les relations entre les militants communistes de France et ceux d’Algérie, autour de la question du travail à mener en direction des soldats du contingent, en étudiant le réseau clandestin du PCA, La voix des soldats, constitué dans les premiers temps de la guerre pour écrire et diffuser un journal à destination des soldats français.

17La seconde partie du dossier s’attache à évoquer les initiatives mémorielles initiées autour de militants communistes victimes de la répression de l’État français durant la guerre d’indépendance. Il s’agit de témoigner de la répression subie par ces militants, en enregistrant leur parole, leurs témoignages, les extraire des archives et utiliser les outils que nous offre Internet pour ne pas oublier ceux qu’on a tenté de faire disparaître.

18De Maurice Audin il sera bien sûr question, dans un texte signé Gilles Manceron évoquant la victoire que représente la reconnaissance par l’État du meurtre du jeune militant communiste par l’armée française, non comme un acte isolé, mais comme le produit d’un système qui a permis la torture et la « disparition » de « suspects » durant la bataille d’Alger. Ainsi, il ne s’agit pas d’oublier tous les autres, les nombreux disparus, la plupart « français musulmans ». Ces disparus, le site <1000autres.org>, présenté ici par un de ses initiateurs, Fabrice Riceputi, se donne pour mission de les recenser, tout en leur redonnant un visage, une identité.

19Pierre-Jean Le Foll-Luciani évoque également la mémoire de Boualem Khalfa, militant communiste, qui sourit après l’arrestation et la torture, face à la perspective de 20 ans de travaux forcés. Dans son blog au nom évocateur, Trajectoires dissidentes, Pierre-Jean Le Foll-Luciani rend hommage aux personnes rencontrées lors des recherches effectuées dans le cadre de sa thèse, disparues depuis et pour la plupart juifs algériens et communistes.

20Enfin, dans un texte présenté par Alain Ruscio, Gilberte Alleg, militante communiste, témoigne de son expérience de la répression, vécue au quotidien en Algérie durant la guerre d’indépendance.

21La thématique du dossier dépassera celui-ci dans ce numéro des Cahiers d’histoire, la question algérienne étant abordée également dans la rubrique « Chantiers ». Le regard se déplace cette fois-ci sur la métropole, avec une contribution de Bénédicte Ponçot sur le PCF bisontin face à la guerre d’indépendance algérienne. Pour finir, on retrouvera l’histoire des communistes algériens dans les « Livres lus », avec un compte rendu de l’ouvrage d’Allison Drew, We are no longer in France, communists in Colonial Algeria, écrit par Denis-Constant Martin.

Haut de page

Notes

1 Pour une histoire complète du phénomène communiste en Algérie, se référer aux ouvrages récents d’Allison Drew, We are no longer in France. Communists in Colonial Algeria, Manchester, Manchester University Press, 2014, et d’Alain Ruscio, Les Communistes d’Algérie, des origines à la guerre d’indépendance, 1920-1962, Paris, La Découverte, 2019.

2 Réné Gallissot, La République française et les indigènes. Algérie colonisée, Algérie algérienne (1870-1962), Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2006, 271 p.

3 Nous reprenons ici la notion « d’identification » développée par Pierre-Jean Le Foll-Luciani, dans son ouvrage, Les Juifs algériens dans la lutte anticoloniale, trajectoires dissidentes, 1934-1965, Rennes, PUR, 2015, p. 23.

4 Emmanuel Blanchard, Sylvie Thénault, « Quel monde du contact ? Pour une histoire sociale de l’Algérie à la période coloniale », Le Mouvement social, 2011/3, n° 236, p. 3-7.

5 Abderrahmane Bouchène, Jean-Pierre Peyroulou, Ouanassa Siari Tengour, Sylvie Thénault, Histoire de l’Algérie à la période coloniale, Paris, La Découverte, 2012, 720 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éloïse Dreure, « Introduction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 140 | -1, 11-14.

Référence électronique

Éloïse Dreure, « Introduction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/8542

Haut de page

Auteur

Éloïse Dreure

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page