Navigation – Plan du site
LES CAHIERS RECOMMANDENT...

Les Cahiers recommandent…

Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart
p. 209-223

Texte intégral

EXPOSITIONS

« Freud, du regard à l’écoute »

1Au musée d’Art et d’Histoire du judaïsme (Mahj), jusqu’au 10 février 2019.

2Cette belle exposition, présentée pour les vingt ans de ce musée, est la première sur Freud (1856-1939) en France. Elle présente 200 pièces, aussi bien des objets scientifiques que des œuvres d’art, prêtées pour certaines pour la première fois par le musée Freud de Londres ou celui de Vienne. C’est le cas par exemple de la grande toile réaliste Une leçon clinique à la Salpêtrière d’André Brouillet et du baquet à magnétiser de Franz Anton Mesmer, sorte de grande pile électrique censée guérir les patients par la magnétisation. Ces pièces révèlent à quel point les scientifiques de la fin du XIXe siècle étaient influencés par l’occultisme.

3L’exposition montre surtout que Freud a fait évoluer l’étude de la psyché, la faisant passer du primat du regard (sous le professeur Charcot à la fin du XIXe siècle à la Salpêtrière, les médecins s’attachaient à regarder, à observer visuellement les femmes hystériques, puis à les dessiner, pour analyser leurs postures) à celui de l’écoute, car il a développé la psychanalyse, fondée sur la parole, le fait d’écouter son patient (sans même le regarder, pour mieux se concentrer sur son propos).

4Elle nous montre des exemples de peintures, de sculptures qui ont marqué la société européenne à l’époque de Freud ; ainsi le musée expose L’Origine du monde de Gustave Courbet. On y voit aussi une sculpture frappante de Franz Xaver Messerschmidt (fin XVIIIe siècle), sculpteur sans doute lui-même schizophrène, qui a produit des visages déformés par des émotions exacerbées, ainsi que des œuvres de peintres symbolistes (ce courant marqué par un goût pour l’ésotérisme et l’occultisme) et de peintres plus avant-gardistes comme Egon Schiele, Oskar Kokoschka, Salvador Dali et Pablo Picasso. Paradoxalement, même si Freud lui-même n’aimait pas la peinture, ces tableaux resituent la période de la vie de Freud, la société de son époque, marquée par l’émergence des avant-gardes et d’une pensée novatrice, voire iconoclaste.

5On y admire aussi toutes sortes de bibelots et statuettes anciennes ayant appartenu à Freud, qui les gardait dans son bureau comme des fétiches, ainsi qu’une reconstitution du cabinet de Freud avec le fameux divan. On y apprend que le choix de Freud de mettre un divan dans son cabinet est très viennois : en effet, le divan est une pièce de mobilier typique de l’Empire ottoman, dont la proximité marquait encore Vienne dans les années 1900.

6Catalogue : Jean Clair (dir.), Freud, du regard à l’écoute, Paris, Gallimard, Mahj, 2018, 336 p., 39 euros.

« Peintures des lointains »

7Au musée du quai Branly, jusqu’au 3 février 2019.

8Cette exposition montre des tableaux qui n’avaient plus été exposés depuis 1960, c’est-à-dire depuis les indépendances des colonies françaises d’Afrique. En effet, ces tableaux orientalistes, voire pour plusieurs d’entre eux colonialistes, n’étaient plus désormais bien considérés (et cela se comprend) par le pouvoir et la société. Certains sont ouvertement colonialistes, comme les grands panneaux de trois mètres sur trois peints par Géo Michel vers 1930, présentant les ressources naturelles que la France peut puiser dans les colonies. Ces panneaux, intitulés Principales exportations d’origine végétale, ont été, comme plusieurs des toiles présentées dans cette exposition, réalisés pour l’Exposition coloniale de Vincennes de 1931.

9L’idée du musée du quai Branly, en présentant aujourd’hui ces tableaux, n’est pas de remettre à l’honneur l’idéologie colonialiste, mais bien de l’étudier, de l’analyser avec un regard objectif et critique d’historien.

10D’autres tableaux, dans le style orientaliste du XIXe siècle, sont magnifiques, dans des teintes mordorées et chatoyantes, comme Mosquée dans la Basse Égypte de Prosper Marilhat (vers 1840), ou La Mer Morte de Léon Belly, ou encore Café maure près d’Alger de Vincent Courdouan (1854). Ils expriment l’attrait pour l’exotisme, le désert (comme dans Halte sous les palmiers. Désert de Syrie, peint en 1870 par Théodore Frère), ou le goût du voyage et de l’aventure, comme dans les tableaux montrant des ports, par exemple le port d’Alger.

Marc Alfred Chataud, Filles Kabyles, seconde moitié du 19e siècle.

11La peinture orientaliste est ambiguë, car si plusieurs tableaux sont d’esprit paternaliste et empreints du sentiment de supériorité occidentale, d’autres montrent un réel intérêt pour les cultures locales et pour la beauté des peuples africains. C’est le cas de Filles kabyles de Marc Alfred Chataud (seconde moitié du XIXe siècle), ou du Portrait d’un homme noir (peinture anonyme, vers 1850), pour lequel a posé l’Haïtien Joseph, qui a été modèle pour Géricault dans Le Radeau de la Méduse.

12Plusieurs des tableaux présentés sont peints par des femmes, comme la grande toile aux couleurs chaudes intitulée Afrique équatoriale française de Jeanne Thil, peinte en 1935. En effet, les femmes, épouses de diplomates ou de militaires, ou encore exploratrices, peintres ou sculptrices, ont souvent porté sur les colonies un regard moins empreint de préjugés que les hommes. C’est le cas par exemple du très beau portrait de femme kabyle, Tête de femme de Biskra, peint vers 1900 par Marie Caire Tonoir, qui rend bien l’humanité, la dignité et la fierté de cette femme.

13Catalogue : Collectif, Peintures des lointains. La collection du musée du quai Branly-Jacques Chirac, Paris, Skira/musée du quai Branly, 2018, 272 p., 45 euros.

MUSIQUE

Rocé, Par les damné.e.s de la terre. Des voix de luttes 1969-1988

14CD et cahier de 36 p., 2018.

15Le rappeur Rocé réunit, dans ce bel album accompagné d’un cahier, des chants de lutte des années 1970 et 1980, où l’on entend des chanteurs français ou francophones engagés, comme Colette Magny, Alfred Panou, le poète d’origine guyanaise Léon-Gontran Damas ou encore le Martiniquais Jody Bernabé… Pour cela, le jeune rappeur, né lui-même en Algérie d’une mère algérienne et d’un père argentin d’origine russe (résistant et anticolonialiste), a rassemblé des textes et des airs qui nous font voyager de Paris au Cameroun, du Burkina Faso à Haïti, en passant par New York.

16Parmi les brûlots que l’album remet à l’honneur, citons Aux tortionnaires, de Léna Lesca (s’adressant à Franco) ou, dans un style plus humoristique, La carte de résidence, interprétée par Slimane Azem et Cheikh Nourredine.

17Pour rassembler ces chansons, Rocé a effectué des recherches, exhumant de vieux vinyles, de vieux 45 tours difficiles à trouver, retrouvant la trace d’anciens labels clandestins… Les chansons qu’il remet à l’honneur sont à l’origine de différents styles : slam, hip-hop, free jazz, rap, funk, blues, proto-rap...

18Les chansons balayent la période des années 1960, avec les chants de luttes sociales de la régie Renault vers 1968-69, aux années 1990, avec par exemple Le mal du pays, par le chanteur haïtien Manno Charlemagne (exilé sous la dictature de Duvalier, puis élu, à la chute de Duvalier, maire de Port-au-Prince en 1995), en passant par les années 1970, avec entre autres la chanson Motema, de l’artiste camerounais Francis Bebey.

19La chanson Dansons avec les travailleurs immigrés, de 1971, dénonce l’assassinat de l’ouvrier algérien Mohamed Diab par un policier, qui s’en est tiré avec un non-lieu.

20L’album contient également un cahier comportant les paroles des chansons et des textes intéressants, des photos et des documents rares. À découvrir !

THEÂTRE

Les Suppliantes, d’après Eschyle

21Pièce créée en 2015 par la compagnie « Le théâtre du tiroir » (Laval), directeur et metteur en scène : Jean-Luc Bansard.

22Nos sociétés, hantées par de sinistres fantômes évoquant des périodes qu’on croyait révolues, feraient bien de fréquenter davantage les « tragiques » grecs, Eschyle, Euripide, Sophocle. Ceux-ci, il y a près de 2 500 ans, posaient déjà nombre des questions qui nous obsèdent encore, sur le lien social, notre relation à autrui, sur le mystère de ce qui constitue notre humanité.

23Dans Les Suppliantes, représentées à Athènes en 463 avant notre ère, Eschyle aborde le sujet du droit d’asile, d’une actualité encore brûlante vingt-cinq siècles après… Les Danaïdes, filles de Danaos, roi de Lybie, abordent en Grèce ; fuyant la guerre, elles supplient la cité d’Argos de leur épargner un mariage forcé avec les vainqueurs en leur accordant l’asile. Le roi d’Argos se laisse convaincre, au nom des valeurs supérieures de justice et d’hospitalité placées sous l’égide du dieu suprême, Zeus.

24Jean-Luc Bansard a eu l’idée magnifique de confier le rôle des Danaïdes et des autres protagonistes à des migrants, venus du monde entier chercher en France un peu de paix et d’espoir. Le spectacle est bouleversant, de par l’intensité avec laquelle ces comédiennes et comédiens amateurs interprètent cette histoire de violences et d’exil, qui fait tant écho à leur propre expérience. Les parties chantées, remarquables, en conjuguant harmonieusement toutes leurs langues, préfigurent ce que pourrait être une société humaine apaisée, délivrée d’antagonismes mortifères, où la parole ne servirait plus à opposer mais à unir (elles sont dues à Olivier Messager, musicien de la compagnie). Les comédiens ont reçu une ovation méritée à la fête de l’Humanité, où le spectacle a été représenté en 2018. Il faut saluer ici le travail qu’effectue le théâtre du Tiroir depuis trente ans pour construire un « théâtre citoyen », qui entend ne pas rester confiné entre quatre murs et agir dans la cité.

25« Même les fugitifs épuisés par la guerre trouvent un refuge contre le malheur près d’un autel que protège la crainte des dieux », chante le chœur des Danaïdes (vers 83-84). Puissent nos sociétés craintives et tentées par le repli méditer cette leçon et se rappeler qu’offrir l’asile est un devoir sacré.

26On aura plus d’informations en consultant les sites :

27<www.histoiresordinaires.fr/A-Laval-des-réfugiés-interprètent-Les-Suppliantes>

28<www.theatre-du-tiroir.com>

29On relira Eschyle : Théâtre complet, traduction, notice et notes par Émile Chambry, Garnier-Flammarion, 1964.

CINÉMA

Hedy Lamarr, from extase to wifi

30Film étatsunien d’Alexandra Dean, 2017, 89 min. (disponible en DVD).

31« La beauté sauvera le monde », proclame le prince Mychkine dans L’Idiot de Fiodor Dostoïevski, prodigieux roman paru il y a juste cent cinquante ans.

32« L’idiot » du titre, c’est justement lui, Mychkine, jugé par trop ingénu dans sa relation aux autres, trop empathique pour ses semblables. Car le prince persiste à croire en la bonté, des hommes comme de Dieu, et lui seul montre de la compassion pour Nastassia, dont l’existence est tragique : sa beauté extérieure remarquable (« un visage extraordinaire », s’exclame le prince) voile sa beauté intérieure et la transforme en un pur objet de désir. Le prince est prêt à se sacrifier pour la sauver de la déchéance et du désespoir, mais n’y parvient pas : la beauté sans la bonté n’est qu’un piège fatal, qui consume les corps et ruine les âmes. Nastassia finit par périr, victime de la passion funeste de Rogojine, l’adversaire du prince.

33Ainsi la « sublime » Hedwig Kiesler, actrice née en Autriche en 1914, et qui devint une des plus grandes stars du Hollywood des années 1930-1940 sous le pseudonyme de Hedy Lamarr. Si ce nom ne nous dit plus grand-chose aujourd’hui – sauf peut-être aux cinéphiles les plus compulsifs –, c’est que Hedy Lamarr, proclamée pour son malheur « la plus belle femme du monde », tourna finalement peu de films marquants, tant elle était vouée à des rôles « glamour » ou « torrides » dans des produits de grande consommation. Victime de sa beauté et de son sex-appeal, Hedy Lamarr ne parvint pas à exprimer la plénitude de son talent et fut broyée par le système des studios. De même, elle ne trouva la paix et la sérénité dans sa vie privée qu’en de rares embellies, collectionnant les maris (six) et les amants (nombreux), pour lesquels elle n’était le plus souvent qu’un trophée. Il semblerait qu’en ses multiples compagnons elle n’ait jamais retrouvé l’homme qu’elle a le plus aimé, son propre père. Celui-ci, banquier juif viennois, lui a transmis indépendance d’esprit et goût pour la recherche.

34Car, et c’est là un de ses grands mérites, le film nous fait découvrir à quel point la « vamp » dissimulait une personnalité inventive, passionnée de sciences, qui a marqué profondément notre histoire. En effet, Hedy Lamarr, inquiète des triomphes nazis, breveta en 1941 une technologie révolutionnaire, avec l’aide du compositeur avant-gardiste George Antheil : le « saut de fréquence », un système de téléguidage des torpilles. L’armée étatsunienne conseilla à Hedy Lamarr de mettre sa beauté au service de l’effort de guerre – ce qu’elle fit – et rangea le brevet dans un tiroir. Ce n’est que dans les années 1960 que cette idée de génie fut redécouverte ; elle est maintenant utilisée dans les divers systèmes de transmissions (Wifi, GPS…) sans lesquels notre monde globalisé cesserait de tourner. Hedy Lamarr n’en a tiré qu’une reconnaissance très tardive, et aucun argent. La fin de sa vie fut pathétique. Droguée (elle avait terriblement pris goût aux « vitamines » qu’à Hollywood, un sinistre « Docteur Feelgood » injectait aux vedettes pour que celles-ci supportent le rythme effréné des studios), recluse, ruinée, solitaire, elle s’abandonna à la chirurgie esthétique dans le vain espoir de conserver un peu de cette beauté extérieure qui seule importait à une société obsédée par le culte des apparences. Pourtant, comme le montrent les ultimes témoignages, derrière ce visage défiguré et délaissé après avoir tant fasciné, brûlait encore une âme fière et sans amertume, expression de la véritable beauté, celle qui pourrait sauver notre monde menacé par les pires régressions et l’anomie.

35Découvrez, redécouvrez Hedy Lamarr, qui, pour son malheur, rencontra tant de Rogojine et jamais son prince Mychkine.

Leave No Trace

36Film américain coécrit et réalisé par Debra Granik, 2018, 109 min.

37« Dans cette histoire, l’enjeu, c’est la survie. Où vont ceux qui ne rentrent pas dans les clous de notre culture mainstream ? Comment peuvent-ils s’en sortir ? » (Debra Granik)

38Attirée par le mode de vie des marginaux, comme le montrent ses films (Down to the Bone, 2004 ; Winter’s Bone, 2010), la réalisatrice de Leave no trace, Debra Granik, nous livre un très beau film, sensible et profondément juste.

39En cela, elle renoue avec cette tradition du cinéma indépendant, à la marge du cinéma hollywoodien, qui s’intéresse à la vie des outsiders, perdants du rêve américain. Ceux-ci nous rappellent, par leurs rêves et leurs conditions sociales, les premiers arrivants sur le continent américain à la recherche d’une terre promise (voir l’immanquable film de Chaplin, The immigrant, 1917). On retrouve là ces antihéros qui traversent les films de Cassavetes (Minnie and Moskowitz, 1971) ou de Kelly Reichardt (Old Joy, 2006 ; Wendy et Lucie, 2008), provoquant l’empathie immédiate pour leurs vies bouleversantes rendues invisibles dans une société dédiée à la consommation et au culte de l’argent.

40Le film commence dans la forêt qui borde Portland, où des marginaux habitent clandestinement aux limites de la civilisation urbaine. Will, le père, est un vétéran, « quelqu’un qui ne veut pas revenir à ce qu’il a connu avant la guerre », comme le décrit la réalisatrice. Lui et sa fille, Tom, vivent très frugalement dans une cabane de fortune. Contrairement à d’autres exclus, ils refusent le campement collectif (marqué par la tradition des hobos).

41Ils sont à la fois isolés et en périphérie de la ville menaçante, protégés par une nature encore flamboyante dont la réalisatrice aime à nous faire parcourir et ressentir les couleurs et les odeurs. Ce rapport à la nature revient souvent dans le cinéma indépendant, à l’image d’Old Joy qui décrit l’admirable et pathétique virée de deux perdants de la société américaine dans une zone montagneuse inhabitée. Mais dans Leave no trace, le drame l’emporte, nos deux héros sont enlevés brutalement à ce monde condamné à disparaître. Ils doivent accepter une vie sédentaire proposée par des services sociaux que la réalisatrice ne caricature pas et présente comme bienveillants. Mais cet accompagnement ne suffit pas : ils s’enfuient vers une nouvelle forêt. Rencontrant d’autres marginaux, plus organisés dans leurs roulottes, ils pourraient trouver là un accueil réconfortant, un endroit favorable pour Tom, séduite par ce compromis entre nature et civilisation. Mais pour Will, est-il encore possible de s’arrêter ?

42Dans cette quête sans fin, Debra Granik décrit un très beau rapport fusionnel père-fille, dont l’intensité explique en elle-même son achèvement, parce que ce film est aussi une histoire d’amour et, comme l’écrit la réalisatrice, la narration d’une séparation inéluctable. La fin du film, sans la dévoiler, rappelle À bout de course (1988) du vieux briscard de gauche hollywoodien Sidney Lumet et nous réinstalle dans cette Amérique mythique où les vrais Américains (pauvres, simples et solidaires) cherchent à retrouver l’esprit communautaire du rêve américain.

43Dans ce très beau film pointe alors une autre déclaration d’amour, celle de la réalisatrice pour ces couches populaires américaines déclassées et marginalisées, abandonnées par les élites, même progressistes, et livrées à la démagogie de Trump. Elle veut susciter le réveil de leurs consciences (et des nôtres), animer leur besoin profond de collectif et de partage. Elle ne doute pas et le langage qu’elle emploie nous parle, car il devient universel.

44Leave no trace est adapté du beau roman de l’écrivain étatsunien Peter Rock, My abandonment (2009), traduit en français en 2018 sous le titre Leave no trace (L’abandon), chez Points/Seuil.

Chris the Swiss

45Film documentaire suisse d’Anja Kofmel, 2018, 85 min.

46En 1992, l’annonce de la mort de son cousin Chris bouleverse Anja Kofmel, alors enfant. Âgé de 26 ans, Christian Morgenstern disparaît aux environs de Vukovar, au cœur du conflit croato-serbe, qu’il couvrait comme reporter de guerre. Vingt ans après, Anja Kofmel part en quête de son cousin, dont la personnalité s’avère complexe, sinon ambivalente. Le charisme juvénile, tissé d’insouciance et de confiance en soi, dissimulait des aspects plus sombres, des pulsions troubles. L’attirance pour le danger, la soif d’explorer les confins entre la vie et la mort ont conduit Chris à une issue fatale, dans des circonstances mystérieuses.

47Anja Kofmel suit sa trace dans une Croatie encore hantée par les fantômes de la terrible guerre de 1991-1992, qui vit ressurgir en Europe, avant même le funeste conflit de Bosnie, une barbarie qu’on prétendait révolue : civils victimes d’exactions sans nom, militaires sans pitié, mercenaires pratiquant sans ambages leur « métier ». Chris a voulu aller plus loin que la simple observation indignée des combats et s’est engagé dans une sinistre milice procroate constituée de volontaires étrangers, au sein de laquelle il fut vite surnommé « le Suisse », tant le fait qu’un citoyen de la paisible et neutre Confédération helvétique veuille s’engager parmi eux paraissait cocasse à ses farouches compagnons, prêts aux pires actions en marge du front. De fait, Chris a pu se frotter aux moments où l’humanité vacille, où la défense de la « civilisation » ou de la « nation » permet aux bourreaux de laisser libre cours à leur sauvagerie, où la pulsion de mort flamboie dans sa crudité absolue. Et Chris s’est consumé.

48Face aux méandres et aux zones d’ombre du parcours de son cousin, Anja Kofmel recourt à différentes techniques qu’elle entremêle avec sensibilité et justesse. D’une part, de manière classique, images d’archives, enquête sur le terrain, rencontres avec des personnages plus ou moins recommandables (dont le terroriste Carlos lui-même, par téléphone) se combinent pour restituer une époque tragique et exhumer des vérités dérangeantes. D’autre part, des scènes d’animation d’une grande force reconstituent les scènes manquantes du drame et évoquent avec poésie ce cousin perdu à jamais. On le voit pourchassé par les forces de mort qu’il a voulu affronter et qui ont fini par prendre le dessus.

49Adieu Chris, ta flamme s’est éteinte dans le bourbier d’une sale guerre. Remercions ta cousine, la petite Anja, de ne pas t’avoir oublié et de t’avoir rendu vie, pour un temps seulement, dans un film passionnant, qui ne nous laisse pas indemne, quand il nous emmène sur les chemins obscurs de l'âme humaine.

Le procès contre Mandela et les autres

50Documentaire français de Nicolas Champeaux et Gilles Porte, 2018, 103 min. (parution en DVD en février 2019).

51Retrouver les images manquantes ? Beaucoup de documentaristes se sont heurtés à l’absence d’archives filmées. Nous nous souvenons avec émotion du film de Rithy Panh, L’Image manquante (2013), qui a recours à des figurines en terre cuite, à l’effigie de parents et d’amis aujourd’hui disparus, pour se replonger dans un monde traumatique que les Khmers rouges, dans leur folie, avaient voulu annihiler.

52Tout comme Anja Kofmel dans Chris the Swiss, Nicolas Champeaux et Gilles Porte utilisent tous les moyens pour nous faire revivre ce long procès intenté à Nelson Mandela et à ses compagnons de lutte (d’octobre 1963 à juin 1964) : images d’archives (trop rares), entretiens avec les accusés toujours vivants, les témoins, les avocats, les familles, enregistrement du procès qui nous fait deviner l’atmosphère pesante des audiences. Mais ce qui marque le documentaire, ce sont surtout les séquences d’animation de l’illustrateur Oerd. Le noir et blanc accentue la dramatisation presque manichéenne du film avec ses bons (les accusés), ses traîtres qui craquent face à la pression policière, ses méchants (comme le juge qui se transforme en inquisiteur).

53Ce film rappelle certes la figure emblématique de Mandela, mais surtout nous permet de découvrir les autres accusés, un peu oubliés, tant le mythe du « plus vieux prisonnier politique du monde », avec ses 27 années d’incarcération, écrase tout. Pourtant, ils sont restés presque autant dans les geôles de l’apartheid et la caméra filme avec affection ceux qui ont payé cher leur attachement à la lutte pour la liberté de tous. Car, parmi eux, il n’y avait pas seulement des Sud-Africains noirs, mais aussi un militant d’origine juive ainsi qu’Ahmed Kathrada, issu de la communauté indienne. Ils restent encore unis au-delà de leurs différences, car ils ont toujours partagé la même aspiration à une société multiraciale qu’ils appelaient de leurs vœux.

54Même si le film peine au départ à nous entraîner dans ce procès sans fin, l’intensité monte lorsque les témoignages des derniers survivants et de leurs avocats dévoilent ces vies volées par un système inique qui avait inscrit la discrimination comme mode d’oppression étatique.

55Aucun regret n’ébranle ces héros simples, même lorsqu’ils évoquent leurs souvenirs douloureux, comme Ahmed Kathrada et Sylvia Neame. Tous deux communistes, ils n’appartiennent pas à la même communauté : Sylvia est blanche et leur relation tombe sous le coup de l’Immorality Act, qui interdit les relations sexuelles entre personnes de « races » différentes. Séparés pendant les 26 ans d’emprisonnement d’Ahmed, ils ne vivront jamais ensemble. Mais leur amour, décrété impossible, existera toujours comme un sentiment indissociable de l’engagement qui les unit. Il nous rappelle la profonde humanité chaleureuse de ces personnages et l’esprit de sacrifice qui les a animés jusqu’au bout de leur combat.

Libre

56Documentaire français de Michel Toesca, France, 2018, 108 min. (sortie en DVD en mars 2019).

57Considéré comme hors-la-loi pour avoir aidé son prochain…

58Ce film tourné par Michel Toesca décrit le parcours de Cédric Herrou, agriculteur anarchiste de la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes, près de la frontière italienne), qui a aidé 250 migrants, des réfugiés qui cherchaient à passer la frontière. Il les a accueillis, leur a offert un refuge et les a aidés à faire leur demande d’asile. Mais les autorités l’ont alors considéré comme un hors-la-loi ! Cédric Herrou a été plusieurs fois arrêté, harcelé juridiquement et mis en garde à vue.

59Michel Toesca, choqué de cette criminalisation de l’aide, a voulu par ce film faire connaître le combat de son ami et la résistance citoyenne qu’il mène.

60En juillet 2018, Cédric Herrou a finalement obtenu une victoire devant le Conseil constitutionnel : cette instance a dû reconnaître et consacrer le principe constitutionnel de fraternité et de la liberté d’aider autrui dans un but humanitaire. C’est une belle victoire, qui permet de limiter le « délit de solidarité » et qui va amener le gouvernement à devoir réécrire la loi sur ce sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent… », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 140 | 2018, 209-223.

Référence électronique

Chloé Maurel, Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent… », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 140 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/8549

Haut de page

Auteurs

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Frank Noulin

Articles du même auteur

Jean-François Wagniart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page